Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

Le commerce et l’information économique dans la France moderne

Information économique et institutions : analyses historiques et modèles économiques

Alessandro Stanziani

Texte intégral

1Les historiens de l’économie ont souvent eu tendance à analyser les différents marchés (travail, produits, terre, crédit, services) sans prendre en considération l’élément qui leur est commun, l’information. Cette attitude peut s’expliquer par l’influence des théories économiques traditionnelles (classique, marxiste et néoclassique) qui examinent les marchés en l’absence d’incertitude, voire sous l’hypothèse de concurrence parfaite. Dans ces conditions, les prix sont censés exprimer toute l’information concernant le produit ou le service échangé. Certes, depuis Simiand et Labrousse, de très nombreuses études ont retracé l’histoire des prix ; cependant, ces derniers ont été envisagés moins comme un instrument d’information que comme un indicateur de l’état et de la dynamique des marchés.

2Un préalable théorique à toute analyse historique de l’information consiste donc à casser l’hypothèse de concurrence parfaite. Cependant, une fois introduite l’information, il faudra également préciser son rôle et son contenu : l’approche néo-institutionnaliste, très à la mode depuis une trentaine d’années en économie comme en histoire, a recours à l’hypothèse d’asymétries d’information : les marchés n’aboutissent pas à un équilibre optimal si les acteurs ne partagent pas toute l’information. Cependant, cette approche s’appuie sur une hypothèse forte, à savoir que les comportements non optimisateurs des acteurs s’expliquent uniquement par l’incomplétude de l’information dont ils disposent. Une fois l’information acquise on revient au modèle de concurrence parfaite. La question que l’on peut poser est s’il est possible de rendre compte, en économie comme en histoire, des comportements et des dynamiques historiques de l’économie en renonçant à cette hypothèse.

3À cette fin, il faudra tenir compte des éléments cognitifs et institutionnels qui influencent la création, la sélection et l’usage de l’information économique. Nous partirons ainsi du présupposé que plusieurs formes de rationalité économique sont présentes, non seulement dans des espaces-temps différents, mais également dans le même contexte. De ce fait, l’interprétation de l’information, et donc les croyances et les perceptions de l’acteur économique comptent autant que son acquisition.

4Cette affirmation risque néanmoins de donner vie à des tautologies si l’on ne précise le sens du mot information et l’on ne délimite le domaine de l’économie. Bien évidemment, d’innombrables études pourraient être mobilisées, touchant à l’épistémologie, la psychologie et l’anthropologie, à la sociologie économique et à la sociologie de la connaissance, à l’histoire de la pensée économique et à l’économie théorique. Pour notre part, nous préférons adopter une démarche autre : la discussion de certains modèles économiques (des théories néo-institutionnalistes, à la théorie des jeux) sera faite de manière à éviter deux écueils qui conditionnent par trop souvent les discussions sur la méthode de l’histoire économique. D’une part, l’attitude qui consiste à nier toute pertinence des modèles économiques pour l’analyse historique et qui se traduit, le plus souvent, dans l’usage implicite mais fort, de l’une ou de l’autre hypothèse de ces modèles (par exemple : les prix comme expression de la demande et de l’offre). Et, d’autre part, l’attitude opposée qui consiste à appliquer ces modèles à l’analyse historique. Nous suggérons plutôt une démarche heuristique : les modèles servent moins à répondre qu’à poser des questions. Par exemple, la théorie des jeux dynamiques dits d’apprentissage interactionnel pose la question de savoir de quelle manière les perceptions, le savoir-faire et les comportements des acteurs changent suivant les modifications soit de l’environnement économique soit des attitudes de leurs partenaires commerciaux ou en tout cas des autres acteurs avec lesquels ils interagissent. Cette question est-elle pertinente pour l’historien ? Et, dans le cas d’une réponse positive, comment y répondre, du point de vue de la recherche aussi bien que de l’usage des sources ?

  • 1 Sean Hargreaves Heap, Rationality in economics, Oxford, B. Blackwell, 1989.

5Plutôt que choisir l’une ou l’autre définition de l’information et de l’activité économique, nous estimons qu’il vaut mieux comprendre la manière dont, à des époques et dans des lieux différents, les acteurs eux-mêmes définissent ces catégories. Par exemple, un agent économique peut s’intéresser à connaître l’état d’un marché, le prix d’une denrée ou la réputation de son contractant potentiel, cette dernière pouvant être à son tour définie par sa richesse, par sa fiabilité dans les négociations ou encore par son respect de la religion, etc. Ces éléments seront différemment perçus à Rome au XVIIe siècle, à Paris au XIXe siècle ou à Moscou au XXe siècle. C’est aussi dire qu’information et institution constituent les deux faces de la même pièce1 ; non seulement parce que les institutions (au sens large : État, associations professionnelles, entreprises, réseaux familiaux) sont souvent à l’origine de la production d’information, mais aussi parce que, inversement, l’information structure et rend l’institution possible. Il s’agit donc de comprendre de quelle manière, à des époques différentes, les acteurs eux-mêmes perçoivent et définissent l’institution par rapport au « marché » ; la distinction, voire l’opposition entre ces deux éléments, aujourd’hui si répandue, n’est qu’une approche parmi d’autres, qu’il faudra comprendre dans sa genèse et dans sa dynamique historique.

6Cette même démarche s’impose pour les autres éléments qui conditionnent la formation et la circulation de l’information économique, à savoir les institutions et les normes. L’État, les institutions publiques locales, mais aussi les associations professionnelles parmi d’autres contribuent à la récolte et à la création de l’information. Les procédures requises, l’objet de l’information et ses modalités de circulation ne seront pas les mêmes dans des lieux et des temps différents ; surtout, il peut y avoir écart entre l’offre d’information telle qu’elle est conçue par les acteurs institutionnels (par exemple : tableaux statistiques sur les prix) et demande d’information de la part des particuliers (par exemple : renseignements sur la fiabilité et la solidité financière d’un correspondant éventuel à l’étranger).

7À ces éléments, il faut rajouter les normes et les règles de droit proprement dites qui, elles, conditionnent la formation et la circulation de l’information.

8Dans les pages qui suivent, nous essayerons de suivre cette interaction entre information, connaissance et normes en commençant par la théorie des asymétries d’information. Nous en viendrons ensuite à discuter la théorie des jeux d’apprentissage interactionnel, avant d’en arriver à l’économie des conventions. Finalement, nous étudierons le lien entre normes et information.

I. Les asymétries d’information

9L’approche néoclassique, du moins dans sa version traditionnelle, ne se pose guère le problème de l’information économique. On présuppose une connaissance parfaite de l’état et de l’évolution des marchés de la part du sujet économique. Les prix du marché offrent les informations nécessaires. Il n’y a pas d’incertitude ; c’est pourquoi la monnaie agit simplement comme intermédiaire des échanges et non comme un bien en soi. La plupart des études classiques en histoire économique adoptent cette démarche. On retrouve la demande, l’offre et les prix comme unique vecteur de l’information.

  • 2 Stiglitz et Akerlof ont été les premiers à développer cette théorie, selon laquelle, sur les marché (...)
  • 3 Pour les coûts de transaction, je renvoie aux ouvrages désormais classiques de Coase et de Williams (...)
  • 4 Je me limite à indiquer quelques références ; pour des applications générales des coûts de transact (...)

10C’est avec les néo-institutionnalistes que la notion d’information a pénétré le vocabulaire historiographique. Les néo-institutionnalistes ont rendu compte de l’existence des institutions qui ne constituent pas à leur yeux une entrave au marché. Ils imputent l’imperfection de ce dernier à la circulation insuffisante de l’information ; la circulation de l’information permet de réduire les coûts de transaction. North et ses adeptes ont ainsi rendu compte de l’émergence du capitalisme en Occident. Au cours des trente dernières années, s’inspirant des théories des asymétries informationnelles2 et des coûts de transaction,3 l’approche néo-institutionnaliste a connu un très vaste succès en économie et en histoire économique. Le marché foncier, celui du crédit et du travail ont été étudiés dans cette perspective.4

11L’approche néo-institutionnaliste a recours à une notion de rationalité limitée substantielle : les acteurs adoptent un comportement non conforme à celui postulé par la théorie néoclassique non pas parce qu’ils sont irrationnels, mais seulement parce qu’ils ne disposent pas de toute l’information nécessaire. Plus l’information est complète et plus le comportement devient optimisateur. Il n’y a pas de place pour des formes de rationalité autres. Du coup, le risque avec cette approche est d’aboutir à une démarche tautologique : il est toujours possible d’affirmer, ex-post, que si un acteur suit tel ou tel comportement ou si une institution s’impose, c’est parce qu’il/elle permet de réduire les coûts de transaction par rapport aux autres démarches et institutions. La trajectoire de l’« Occident » par rapport à l’Asie, puis celle de l’Angleterre par rapport à d’autres pays européens sont expliquées de cette manière. Une implication de taille de cette impasse est que le rapport entre institutions, information et marché n’est pas clarifié : les institutions constituent aussi bien le résultat que la cause du changement économique.

12Une autre implication de cette approche est que l’information coïncide avec la connaissance : comme la rationalité est une, les acteurs économiques ne peuvent donner des interprétations différentes de la même information.

13C’est en partant de ce constat d’échec que les approches néo-institutionnalistes ont commencé à puiser dans la théorie des jeux. À la différence des approches néoclassiques la théorie des jeux n’envisage pas un agent (individuel, une entreprise, etc.) confronté au « marché », mais, au contraire, permet de rendre compte de l’interaction entre agents. En particulier, des phénomènes de réputation et d’intégration dans la communauté sont importants. Dans ce contexte, à la différence des anticipations rationnelles et des approches néo-institutionnalistes, où chaque sujet est pris individuellement et où davantage d’information ne peut qu’améliorer ses capacités décisionnelles, la théorie des jeux ne prend pas seulement en considération les coûts de production et l’utilité de l’information, mais elle montre que davantage d’information peut éventuellement porter préjudice au sujet qui l’acquiert.

  • 5 Avner Greif, « Reputation and Coalition in Medieval Trade : Evidence on the Mghribi Traders », Jour (...)
  • 6 A. Greif, « Théorie… », art. cit., Avner Greif, Paul Milgrom, Barry Weingast, « Coordination, Commi (...)
  • 7 P. Hoffman, G. Postel-Vinay, J.-L. Rosenthal, Des marchés…, op. cit.

14Cette démarche a été particulièrement mobilisée pour étudier le commerce international à l’époque médiévale, l’organisation des associations marchandes5 ou, encore, le fonctionnement des foires et marchés6 et le marché du crédit.7 Greif, en particulier, met en évidence le fait qu’en présence d’une circulation satisfaisante de l’information sur les comportements des partenaires commerciaux et sur celui des membres d’un même groupe ou association professionnelle, il en résulte des comportements honnêtes et l’élimination des tricheries. C’est le cas en particulier des marchands maghrébins où tout comportement déloyal est connu et sanctionné par un effet de réputation négative. Au contraire, à Gênes, où les associations de marchands n’assurent pas cette même circulation de l’information, on est obligé d’avoir recours à des contraintes légales sur la base d’arrangements contractuels formels. Dans ce schéma, l’information porte avant tout sur les acteurs eux-mêmes et beaucoup moins sur les marchés et elle agit en contrepoids des engagements formels.

  • 8 Walter Lazonick, Business Organization and the Myth of Market Economy, Cambridge, Cambridge Univ. p (...)

15Cependant, tout en apportant des éclairages nouveaux par rapport à l’approche néo-institutionnaliste, ces travaux en gardent deux hypothèses centrales : les informations se traduisent aussitôt en connaissance, les acteurs sont rationnels et l’efficacité économique (mesurée en termes de minimisation des coûts de transaction) demeure aussi bien l’objectif principal des acteurs que le mètre étalon de l’historien. Finalement, cette approche ne tient pas compte du fait que la production d’information (économique) n’a pas forcément un but économique (l’efficacité), mais qu’elle peut se faire également pour des raisons de prestige, de pouvoir, etc. L’emploi de l’information non plus n’est pas forcément cohérent avec une rationalité instrumentale. C’est pourquoi la rationalité peut être limitée non seulement parce que les informations sont insuffisantes, mais aussi parce que les perceptions du sujet, la manière dont il conçoit et transforme les signaux sont différents et, surtout, les décisions de l’acteur ne sont pas influencées seulement par le calcul économique. Cette considération permet de dégager le terrain d’un faux débat dans la théorie de l’information appliquée à l’histoire, à savoir, la concentration et la production d’information répondent-elles à des soucis de monopole ou bien d’efficacité ?8 Cette question en soi présuppose une production et une gestion de l’information purement instrumentale, c’est-à-dire orientée vers l’efficacité.

II. De l’information à la connaissance : les jeux dynamiques et l’apprentissage interactionnel

16Certains des problèmes évoqués trouvent une solution dans une variante de la théorie des jeux, à savoir les jeux dynamiques avec apprentissage interactionnel. C’est là un problème nouveau et intéressant pour l’historien : il s’agit de comprendre de quelle manière les acteurs économiques modifient leurs comportements et leurs perceptions sur la base de l’interaction qu’ils ont avec d’autres acteurs et institutions. À côté de l’apprentissage initial, si bien étudié en histoire, il faudra prendre en compte l’évolution des savoir-faire et des capacités cognitives des acteurs sur la base des pratiques et des expériences cumulées. De quelle manière ?

17Deux hypothèses ont été formulées : on peut imaginer que les acteurs modifient leurs comportements et stratégies en fonction des informations acquises au cours de leur interaction avec les autres acteurs. Il est alors possible d’anticiper le résultat en tenant compte du fait que chaque acteur est rationnel et va donc utiliser de manière optimale l’information.

  • 9 Wesley Cohen, Daniel Levinthal, « Innovation and learning ; the two faces of R and D. », The econom (...)

18Alternativement, on peut supposer que les acteurs ont des croyances et des perceptions et que ces dernières influencent leur traitement de l’information sans qu’il y ait forcément de l’irrationalité. L’information ne coïncide plus avec la connaissance. On a ainsi observé que le secteur de « recherches et développement » d’une entreprise non seulement donne vie à des informations nouvelles, mais modifie aussi la manière de comprendre et d’exploiter l’information existante9.

  • 10 Michichiro Kandori, George Mailath, Rafael Rob, « Learning, Mutation and Long-Run Equilibria in Gam (...)
  • 11 Glenn Ellison, Drew Fudenberg, « Rules of Thumb for Social Learning », Journal of political economy(...)

19L’analyse des comportements mimétiques a été alors étudiée pour rendre compte des bulles spéculatives et des crises financières, de nos jours et dans le passé. Les acteurs adoptent un comportement de mouton qui permet de conclure que l’information n’est souvent pas prise en considération, même si elle était disponible. Cependant, ce comportement de mouton ne saurait se généraliser. Certaines études démontrent que, même si la plupart des agents se bornent à imiter les stratégies de ceux qui ont davantage de succès, une certaine inertie persiste. Ce résultat s’explique parce que toute modification de stratégie exige des coûts. De ce fait, si l’opportunité de changer se présente plusieurs fois, il devient tout à fait rationnel d’adopter un comportement « myope » : on attend de voir ce qui se passe avant de se lancer.10 En même temps, cette inertie structurelle au système n’empêche pas l’adoption d’innovations ; au contraire, on ne saurait pas avoir celles-ci sans celle-là. Ainsi, même si sur la « longue durée » on arrive à adopter la meilleure solution possible, ce résultat s’obtient au prix d’un ralentissement des innovations à court terme. Cette issue s’explique par la manière dont les informations sont perçues et se propagent. Si une technologie est assez répandue, plusieurs sujets tendent à l’adopter même si une nouvelle technologie apparaît et se révèle plus performante. Par exemple, un fermier peut disposer d’informations sur les techniques des autres fermiers, sans connaître pour autant le rapport entre l’adoption de ces techniques et le revenu. Une situation analogue se présente dans le cas des investissements dans l’éducation des enfants. La perception qu’un sujet (par exemple un paysan, un fermier) a du rapport entre l’éducation et les avantages économiques et sociaux dépend de l’expérience de ses voisins, de ses propres connaissances, etc. Cependant cette forme de connaissance empirique peut donner des résultats non optimisateurs si, par exemple, la majeure partie des jeunes qui étudient quitte leur village d’origine.11

20Cette approche a le mérite de prendre en considération les rigidités des comportements et la reproduction des conventions à la base des institutions. En même temps, en théorie économique, des difficultés persistent à expliquer la pertinence de chacune des deux solutions évoquées, à savoir, les comportements mimétiques et les comportements « myopes » : dans quels cas et pour quelles raisons les premiers l’emportent-ils sur les seconds ?

21C’est là une question centrale aussi pour l’historien car elle permet de différencier, par exemple, les cas où des difficultés financières se traduisent en véritable crise (ou, inversement, en bulle spéculative) et les cas où ce résultat ne se produit pas ; ou encore, les situations dans lesquelles une innovation s’impose et celles où elle passe inaperçue. Crises et dynamiques historiques de l’économie ne peuvent trouver de véritable explication qu’en apportant une solution à ce problème. Par exemple, la crise de 1929 est expliquée par la spéculation et la panique : mais pour quelles raisons cette dernière s’est elle déclenchée alors que, en 1997 ce phénomène n’a pas eu lieu ? La « confiance » inspirée soit par les marchés soit par les autorités est une réponse aussi largement acceptée que, finalement, tautologique. La question est précisément celle de comprendre quand et pour quelles raisons cette « confiance » persiste et quand, au contraire, elle s’effondre. L’analyse du système de Law proposée par Hoffman, Postel-Vinay et Rosenthal suggère une piste intéressante : les expériences que les acteurs ont cumulées influencent leurs perceptions et interprétation de l’information. Ces éléments réunis conditionnent les réactions au choc institutionnel et économique provoqué par Law. À son tour, cette expérience va influencer les orientations individuelles et la construction institutionnelle du marché du crédit tout au long des décennies qui suivent.

III. Le complément à l’information : conventions et croyances

22Nous pouvons essayer de généraliser cette démarche. À cette fin, il faudra prendre en considération deux aspects qui, quoiqu’étroitement liés, doivent être distingués : d’une part, l’influence du langage dans le processus de communication et, donc, dans le rapport entre information et connaissance ; et, d’autre part, le rôle que les conventions sociales ont dans cette même relation. Dans le premier cas, il s’agira d’étudier les problèmes de « traduction » de notions économiques et juridico-économiques (par exemple contractuelles) lorsque les contractants ne partagent pas le même univers linguistique-conceptuel. Mis à part, bien entendu, les échanges internationaux, les phases de fortes modifications sociales (urbanisation, par exemple) et de modification des réseaux de l’échange posent ce genre de problèmes. Pour leur part, les conventions sociales, souvent à l’origine des comportements de mouton et myopes déjà évoqués agissent moins via la « traduction » qui accompagne l’échange que par le non-dit : la force des conventions sociales se traduit en l’absence de clauses contractuelles explicites sur les points qui sont acceptés par convention ; de manière plus radicale encore, ces conventions interviennent dans la détermination de l’objet de l’échange, voire même dans les modalités de ce dernier. Par exemple, les acteurs savent pertinemment que la manière de négocier n’est pas la même à la City de Londres et dans un bazar à Istanbul. Mais quelle est la différence entre conventions qui portent sur l’objet de l’échange et celles qui concernent les modalités de ce dernier ?

  • 12 Bernar Walliser, L’économie cognitive, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 191.
  • 13 Pour une synthèse de l’historiographie sur ce sujet : Patrick Verley, L’échelle du monde, Paris, Ga (...)

23Afin de répondre à cette question, il faudra que l’historien de l’économie distingue, pour chaque contexte, le message, l’information et la connaissance. Les liens, les convergences et les différences entre ces trois éléments conditionnent les comportements et les dynamiques économiques. Comme le résume bien Walliser, toute théorie de l’échange est une théorie de la communication, qui doit traiter tout aussi bien des aspects syntaxiques que des aspects sémantiques12. Les tensions, voire les superpositions entre conventions, traditions et innovations rendent compte des changements, des frictions des temporalités multiples à l’intérieur du même espace chronologique. Ces temporalités différentes méritent d’être précisées : dans certains schémas économiques la vitesse du changement n’est pas importante et la « longue durée » sur laquelle le changement se produit demeure indéfinie. En ce cas, le changement est moins conçu comme un véritable processus dynamique que comme une analyse de statique comparée. Cette difficulté est bien connue des historiens : que l’on songe à la définition de la révolution industrielle et à la prise en compte des temporalités différentes. Suivant l’espace chronologique choisi, l’interprétation et la définition même de la notion de révolution industrielle se modifieront13 et avec elle, la vision du rôle de l’Angleterre par rapport à d’autres pays européens, et de l’« Occident » par rapport à la Chine. Du coup, la question que l’on peut se poser est de savoir dans quelle mesure ces analyses macroéconomiques de la dynamique historique de l’économie peuvent bénéficier d’une analyse micro mettant l’accent sur les formes d’interaction entre les acteurs, de circulation et d’interprétation de l’information.

  • 14 Glenn Ellison, « Learning, Local Interaction, and Coordination », Econometrica, 61, 5, sept. 1993, (...)

24Une solution possible consiste à comprendre la manière dont les conventions et les règles sont acceptées. Certains ont argumenté que si le processus de convergence entre les perceptions et les comportements individuels est suffisamment lent (les acteurs sont « myopes »), alors les facteurs historiques qui affectent les comportements initiaux continuent d’influencer les comportements successifs. Cette influence sera par contre plus faible dans le cas de convergence rapide. Le premier cas se manifeste surtout là où un acteur se trouve confronté à de très nombreux autres acteurs, le second dans des milieux plus restreints, un bureau, un cercle d’amis.14 L’objet de l’information, la modalité et la vitesse de sa transmission, le rapport existant entre connaissance, savoir, information et lieux communs conditionnent lourdement les persistances et les discontinuités au sein d’une institution ou d’un système donné, comme l’ont bien montré Hoffman, Postel-Vinay et Rosenthal dans leur étude sur les notaires. En ce cas, la rationalité est limitée par la nature des convictions initiales, par le moment historique et biographique particulier correspondant à leur formation et finalement par le rôle historique et social que la mémoire joue dans les comportements économiques.

25Cette distinction intrigue beaucoup l’historien : peut-on affirmer que, contrairement à la thèse dominante, c’est à une petite échelle, dans le cadre de la famille, d’une petite entreprise, ou, à la rigueur, du village, que le poids du passé et des conventions est le plus faible et qu’un nouvel équilibre est plus difficile à atteindre ? Y aurait-il davantage de stabilité dans des communautés élargies et à la rigueur anonymes que dans des groupes restreints ?

  • 15 Gilles Postel-Vinay, La terre et l’argent, Paris, Albin Michel, 1997.
  • 16 Mark Granovetter, « The strength of weak ties », American journal of sociology, 78, 1973, p. 1360-1 (...)

26La comparaison entre réseau notarial et réseau bancaire15 vise précisément à répondre à cette question. Malgré le succès indiscutable de la notion de réseau auprès des historiens, un aspect fondamental reste à éclaircir : le rapport entre réseau et circulation de l’information. Cet aspect a, en effet, donné vie à des analyses assez contradictoires. D’une part, de très nombreux auteurs, suivant Granovetter, ont souligné que les liens faibles comptent beaucoup plus que les liens forts pour expliquer le domaine socio-économique et surtout la force des « petits mondes ».16 D’autres, au contraire, mettent en évidence la force des liens personnels étroits et, donc, le rôle de la famille, du clan, voire des rapports personnels sur le marché.

27Cette même ambivalence se retrouve dans l’usage des réseaux dans la théorie des jeux : d’une part, on met en évidence l’importance des réseaux à l’origine des mécanismes de stabilisation ancrés dans la réputation et dans la confiance ; mais, d’autre part, l’expansion des marchés est expliquée précisément par la multiplication des contacts, même occasionnels, dans la mesure où ce sont précisément ces derniers qui permettent une circulation accrue de l’information et la formation d’une réputation. Concrètement, ces deux interprétations sont possibles et se traduisent dans la question : vaut-il mieux s’appuyer sur un noyau petit de relations solides ou sur un ensemble plus éparpillé de liens ?

28Des cas historiques peuvent confirmer aussi bien l’une que l’autre théorie. Le problème est que, probablement, une certaine ambiguïté persiste autour des notions de réseau et de réputation. Ceux qui mettent l’accent sur la multiplicité des relations et sur la force des liens faibles associent réseau et contacts lâches et la réputation à la renommée de l’acteur. Au contraire, ceux qui mettent l’accent sur les liens forts, identifient le réseau avec des contacts répétés et stables et la réputation à la capacité de l’acteur à respecter ses engagements avec ses partenaires.

29C’est que, finalement, une question reste à résoudre : si l’accès à l’information et son interprétation sont liés à la taille de la communauté envisagée et, par ce biais, aux croyances et aux conventions, de quelle manière ces dernières influencent-elles le calcul économique ?

  • 17 Paul David, « Why are institutions the “carriers of history”?: path dependance and the evolution of (...)

30Sans doute, les historiens sont-ils habitués à mettre en évidence le rôle des perceptions, des croyances et de l’a priori dans les comportements économiques. L’interprétation du rapport entre ces éléments d’une part, innovation et croissance de l’autre, a connu des changements importants ces dernières années. De facteurs de blocage et de retard, les croyances, l’a priori, les conventions et les routines sont devenus des éléments importants de la coordination marchande. Les anticipations des sujets peuvent porter aussi bien sur les états possibles du monde que sur les comportements éventuels des autres sujets. Les conventions servent en ce cas à aligner les anticipations individuelles de manière à ce que les acteurs sélectionnent une solution17. Cependant, la question se pose de mieux définir le rapport entre les conventions et, de manière générale, les éléments informels, et le calcul rationnel : sont-ils complémentaires ou substituts ?

  • 18 Avner Greif, « Cultural Croyances and the Organization of Society: A Historical and Theoretical Ref (...)

31Une première solution a consisté à intégrer les conventions dans le calcul économique. Ainsi, Greif définit les « croyances culturelles » comme les idées et la pensée communes qui gouvernent l’interaction des individus entre eux et entre les individus et leurs biens. « Elles diffèrent de la connaissance en ceci, qu’elles ne sont pas repérées empiriquement ou prouvées analytiquement. » Greif précise ensuite qu’il s’occupe d’un type particulier de croyances culturelles, à savoir les croyances rationnelles. Celles-ci peuvent être exprimées comme un ensemble de distributions en probabilités autour d’une stratégie d’équilibre.18 Autrement dit, les croyances culturelles sont définies de manière à ce qu’elles correspondent à la connaissance commune telle qu’elle est définie par la théorie des jeux. Les aspects empruntés à l’anthropologie ou à la sociologie servent à confirmer plutôt qu’à nier la suprématie de l’économie et de sa rationalité. Les acteurs réels agiraient comme la théorie économique le prédit et cette dernière ne constitue pas une abstraction.

  • 19 Revue économique, nº 2, 1989, Pascal Petit, Économie de l’information, Paris, La découverte, 1998.
  • 20 Philippe Minard, « Réputation, normes et qualité dans l’industrie française au XVIIIe siècle », in (...)
  • 21 Robert Salais, Michael Storper, Les mondes de production, Paris, EHESS, 1993.

32C’est là que l’écart se creuse avec la démarche dite « conventionnaliste » qui, depuis le milieu des années 1980, a été développée par plusieurs économistes et sociologues français. Dans cette approche, les conventions témoignent de l’impossibilité de réduire la connaissance à l’acquisition de l’information dans la mesure où chaque acteur lira la même information à sa manière, en fonction de son passé, de ses perceptions, etc. En même temps, les conventions (de qualité, de travail, etc.) assurent la convergence entre ces différents comportements et perceptions.19 Cette démarche a connu des applications intéressantes en histoire et notamment pour rendre compte du processus de qualification des biens dans une économie d’Ancien Régime20 ou encore de l’avènement, puis du déclin du fordisme21.

  • 22 Patrick Batifoullier, (dir.), Théorie des conventions, Economica, 2001.

33Cependant, si l’écart entre économie des conventions, d’une part, théorie néoclassique et néo-institutionnaliste standard, d’autre part, est facile à identifier, au contraire, le rapport entre économie des conventions et les approches les plus récents en théorie des jeux dynamiques est glissant. Or, contrairement à ce qu’on pourrait croire à première vue, le recours à la seule hypothèse de rationalité ne permet pas de différencier ces approches dans la mesure où, désormais, les jeux d’apprentissage interactionnel prennent en compte toute sorte de motivations, contraintes psychologiques, comportements mimétiques et autres qui n’expriment pas forcément une rationalité optimisatrice ou limitée par le seul manque d’information. Cet argument trouve confirmation dans le fait que certains auteurs conventionnalistes n’ont pas hésité à reformuler la théorie des conventions suivant un schéma issu des jeux dynamiques en insistant précisément sur le fait qu’aucune hypothèse de rationalité optimisatrice n’était faite22.

34Mais si ce n’est pas la forme de rationalité qui permet d’avoir recours à des schémas interprétatifs plus souples et, finalement, plus proches des intérêts de l’historien, alors sur quels éléments cette démarche devra-t-elle s’appuyer ?

IV. Rationalité n’est pas synonyme de stratégie

  • 23 Alessandro Stanziani « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l (...)
  • 24 Giovanni Levi, L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del Seicento, Einaudi, (...)

35Nous estimons que, dans leur effort pour se démarquer des économistes, plutôt que de mettre l’accent sur les formes de rationalité, les historiens auraient intérêt à focaliser leur attention sur la notion de stratégie. Nous avons auparavant montré23 que, même dans les jeux dynamiques, l’incertitude ne concerne que le futur et le comportement des autres acteurs, jamais le passé du sujet étudié. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de ré-évaluation possible de son passé, alors que les anthropologues et plusieurs historiens (microhistoriens en particulier)24 ont mis en évidence l’importance de ce phénomène dans la définition des perceptions et des comportements des acteurs. Une implication de taille est que, une fois introduite cette incertitude dans le système, alors la notion de stratégie elle-même perd de sa signification, dans la mesure où on ne saurait retrouver des orientations de long terme dans les comportements des acteurs, non pas parce qu’ils sont irrationnels ou parce qu’ils ne prennent en considération que le court terme pour des raisons calculatrices, mais tout simplement parce que l’opposition entre court, moyen et long terme est elle-même soumise à changement.

  • 25 Sur ces aspects voir George Shackle, « The complexe nature of time as a concept in economics, » Eco (...)

36De manière générale, l’histoire de l’économie ne pourra se passer des reconstructions subjectives du temps. Les sujets et les institutions ont leurs propres mémoires, se modifiant dans le temps et avec elles leurs perceptions et anticipations. Ce qui a été perçu comme rationnel il y a un an, ne l’est plus aujourd’hui, soit parce que les conditions extérieures se sont modifiées, soit parce que les évaluations et les jugements du sujet se sont modifiés aussi25. C’est pourquoi, il faudra distinguer, à des moments différents, les processus d’apprentissage, c’est-à-dire la manière dont un sujet économique acquiert et traite l’information, de l’information elle-même. Un événement imprévu ne s’inscrit plus dans l’ancien débat sur le rôle du hasard en histoire, mais il sert plutôt à mettre en évidence le fait qu’un événement conditionne les choix individuels non seulement parce qu’il modifie l’horizon d’attente et les anticipations sur le futur, mais aussi parce qu’il provoque un examen nouveau des événements passés, qui conditionne à son tour les choix à venir. Ces aspects offrent une grille de lecture qui est à la fois assez efficace comme instrument heuristique et assez souple pour être employée dans des contextes historiques et spatiaux différents sans renoncer pour autant à une notion forte des temporalités historiques.

  • 26 Voir le chapitre « Histoire de falsificateurs », in A. Stanziani, Histoire de la qualité alimentair (...)
  • 27 Renata Ago, Economia barocca, Roma, Donzelli, 1998 ; R. Ago, « Rome au XVIIe siècle : un marché bar (...)

37Plusieurs sources peuvent être exploitées afin de rendre compte de ces éléments et notamment la correspondance commerciale, celle entre les professionnels et des institutions (associations professionnelles, chambres de commerce, ministères, etc.) et, surtout, les archives judiciaires. Ces dernières permettent en effet de reconstruire les comportements des acteurs, leur prise de décision, leurs incertitudes. Nous avons développé ailleurs ces démarches26 dont les travaux de Renata Ago présentent aussi un très bel exemple. Comme d’autres microhistoriens l’avaient déjà fait, Ago puise dans les archives judiciaires, en l’occurrence, les archives romaines du XVIIe siècle, et met en évidence que les notions de marché, prix, intérêt, patrimoine sont historiquement situées, non pas seulement à l’échelle macro, mais dans les perceptions de chaque acteur. C’est à partir de ces prémisses que l’on peut juger du fonctionnement et de l’organisation des marchés à Rome au XVIIe siècle.27

38Or précisément les travaux de Ago nous renvoient à un deuxième aspect qui, à côté des éléments cognitifs, est indispensable pour étudier la création et l’usage de l’information en histoire : les normes.

V. Normes et information

39Qu’il s’agisse de l’information sur un produit ou un service échangé ou des informations statistiques sur des prix et des marchés, en tout cas, la production et la circulation de l’information dépendent des normes et des règles de droit (droit des contrats et droit administratif principalement). Ainsi, les transactions sont le plus souvent de l’ordre contractuel (formel ou informel), tout comme des normes disciplinent les étiquettes et les labels, sous l’Ancien Régime comme après. Finalement, la mise en place des bureaux de statistiques, leur activité et l’accès à leurs résultats sont encadrés par des normes le plus souvent administratives. Il s’agit donc de comprendre de quelle manière nous pouvons rendre compte de l’interaction, à ces différents niveaux, entre normes et information.

  • 28 Robert Salais, Nicolas Baverez, Benedicte Reynaud, L’invention du chômage, Paris, PUF, 1984.
  • 29 Benedicte Reynaud, Les règles économiques et leurs usages, Paris, Odile Jacob, 2004.
  • 30 Sur ces aspects : Evelyne Serverin, Christiane Beroujon, Sylvie Bruxelles, Classer, coder. Une expé (...)

40L’économie des conventions a étudié ces différentes informations : les statistiques du chômage et de l’emploi, les labels des produits, les contrats. Dans tous ces cas, la conclusion a été que si, en aval, l’usage des informations doit tenir compte des perceptions individuelles, en amont, leur construction s’appuie à la fois sur des institutions (marché et hors-marché) et des conventions. Ainsi, les statistiques de l’emploi expriment la dynamique du marché du travail, l’évolution des conventions dans ce domaine ; et, inversement, ces données deviennent à leur tour un outil de gestion des politiques publiques et un élément important dans la prise de décision des acteurs qui finit par influencer la dynamique réelle des marchés.28 Certains développements récents de ces analyses ont essayé de compléter ces démarches par une attention accrue consacrée aux règles formelles (contrats) et informelles (routines) au travail.29 Du coup la question se pose de préciser le lien entre règle statistique et règle juridique : ces deux éléments, qui demeurent disjoints dans les travaux cités, mériteraient d’être mis en relation et ceci sur plusieurs niveaux, à commencer par les statistiques judiciaires. La construction de ces dernières est redevable des catégories juridiques, plutôt qu’économiques et leur mobilisation dépend d’abord du cadre légal dans lequel la revendication du plaignant se place, ensuite de l’interprétation du juge et, finalement, de la traduction du greffier dans les cases prédisposées par les services administratifs et statistiques du ministère de la Justice.30

41Mais le rapport entre règle juridique et règle statistique est important aussi à l’échelle micro : par exemple, dans l’entreprise, où l’évaluation des performances des travailleurs renvoie aux règles contractuelles et statutaires et vice versa, la mise en pratique de ces dernières s’appuie souvent sur la mesure des résultats du travail. L’usage pratique de cette mise en relation peut finalement se poursuivre dans les cours de justice, devant les prud’hommes, etc. Tous ces éléments mériteraient d’être développés.

42Des questions analogues peuvent se poser par rapport à l’autre grand chantier conventionnaliste, à savoir les normes de qualité. Suivant cette école de pensée, les informations contenues dans les labels expriment des conventions de qualité sous-jacentes qui précèdent et complètent les règles formelles dans ce domaine. Cette approche a été utilisée pour rendre compte des dynamiques historiques de l’économie (marché du travail et agro-alimentaire en France au XIXe et au XXe siècle, secteurs industriels aux USA et en Angleterre, etc.).

43En même temps, en creusant davantage, le rapport entre norme, information et convention soulève un certain nombre de problèmes. Si tous les auteurs du numéro fondateur de la Revue économique de 1989 concordent à affirmer qu’une règle, surtout une règle de droit, a besoin d’une convention sous-jacente pour être formulée et ensuite appliquée, l’inverse est moins nettement précisé : une convention a-t-elle besoin d’une règle de droit pour se maintenir ?

  • 31 Bertyl Sylvander, « Origine géographique et qualité des produits », Revue de droit rural, n. 237, n (...)
  • 32 Alessandro Stanziani, « Wine reputation and quality controls : the origins of the AOC in 19th centu (...)

44À quelques exceptions près31, les auteurs conventionnalistes ont répondu par la négative, alors qu’une analyse historique de l’essor des AOC et d’autres labels met en évidence des temporalités tout à fait opposées, les AOC déterminant clairement la sélection et les caractéristiques des produits sur le marché plutôt que l’inverse.32 De manière générale, si détaillée soit-elle, une information met toujours l’accent sur certains aspects au détriment d’autres. Ce choix devra être expliqué dans son origine et dans son impact sur les comportements économiques. En particulier, tout en gardant la différence fondamentale entre l’information et son appropriation, il faut aussi tenir compte du fait que l’encadrement institutionnel de l’information n’est pas disjoint des opérations de qualification du produit ou du service échangé, qui, elles, ont lieu tout aussi bien avant qu’après l’échange. Le rapport entre savoir-faire des commerçants, qualification du produit, normes et information permet de préciser ce point.

  • 33 Voir, parmi d’autres : Jean-Claude Perrot, « Les dictionnaires du commerce au XVIIIe siècle », in J (...)
  • 34 William Reddy, « The Structure of a Cultural Crisis: Thinking About Cloth in France Before and Afte (...)

45La culture et le savoir-faire du négoce en matière de produits ont été largement étudiés pour l’Ancien Régime33. Les manuels à l’usage des négociants trouveraient ainsi leur justification dans la nécessité d’accorder les caractéristiques des produits telles qu’elles sont indiquées dans les règlements corporatifs aux expériences concrètes des acteurs économiques, d’une part, aux variétés des produits et aux petites et grandes innovations, de l’autre. Dans ce contexte, William Reddy repère la spécificité de l’Ancien Régime dans l’importance du savoir-faire organoleptique du négociant, tandis qu’au XIXe siècle c’est la production et ses caractéristiques techniques qui l’emportent.34

  • 35 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime, Paris, Albin Michel, 1996, surtout le chapitre II.

46Pour sa part, Jean-Yves Grenier met l’accent sur l’existence d’une nomenclature des produits qui précède et détermine l’échange, dans la mesure où, sous l’Ancien Régime, la valeur d’usage (les caractéristiques des produits) joue un rôle central.35

47Or si l’argument de Reddy paraît sous-estimer le rôle des progrès techniques sous l’Ancien Régime, celui de Grenier conduit à poser un certain nombre de questions sur le rôle de l’expertise négociante au XIXe siècle : en l’absence de règlements, quel rôle les caractéristiques des produits et le savoir-faire du négociant jouent-ils en amont (décision d’acheter, formulation des conditions d’achat) et en aval de l’échange (livraison, respect du contrat) ?

  • 36 Parmi ces ouvrages, Armand Gautier, La sophistication des vins. Méthodes analytiques et procédés po (...)

48Sur le plan juridique, l’acheteur peut toujours contester la marchandise reçue ; le code civil prévoit même une exception pour les vins dont le contrat n’est défini qu’avec la dégustation. Cependant, pour que la contestation soit efficace, il faut que l’acheteur ait aussi pris ses précautions et mobilisé son savoir-faire (autrement il risque d’être accusé de négligence). Les professionnels sont d’ailleurs conscients de cette valeur comme en témoigne l’évolution des manuels des négociants. Il est significatif que, à côté de manuels tels que celui de Guillaumin, tout au long du XIXe siècle, se multiplient ceux qui visent à aider les négociants à se protéger aussi bien des fraudes et des falsifications que… des magistrats.36

49À la différence de l’Ancien Régime, les qualifications des produits échangés ne se font pas en ayant comme référence les statuts corporatifs mais les termes du contrat. C’est la comparaison entre correspondance commerciale et produit effectivement livré qui permet de démêler les contentieux. C’est pourquoi on ne peut pas opposer l’Ancien Régime, où la qualification du produit serait préalable à l’échange, aux périodes suivantes où cette qualification aurait lieu avec ou après l’échange. Car si, d’une part, les contentieux en matière de qualité existent bel et bien aussi sous l’Ancien Régime, de même, au XIXe siècle, la preuve de la fraude passe par une comparaison des caractéristiques des produits telles qu’elles avaient été définies avant l’échange avec celles qui sont produites lors de l’exécution du contrat. L’information ex-ante devient ainsi un outil de solution des différends contractuels.

*
* *

50Résumons-nous : l’abandon du modèle théorique de concurrence parfaite a conduit économistes et historiens à s’interroger sur les modalités de coordination des marchés. En effet, une fois admis que les marchés sont imparfaits, les prix n’offrent plus toute l’information nécessaire à la prise de décision et d’autres éléments sont requis. L’information intervient alors avec la confiance, les conventions et les normes en tant que facteurs de coordination (et de hiérarchisation) des marchés. La question consiste à savoir si ces éléments sont complémentaires ou substituts : dans le premier cas, des formes de rationalité économique non optimisatrice sont prises en compte, tandis que dans le second cette éventualité est soit exclue soit soumise à des conditions assez contraignantes.

51En réalité, l’une et l’autre solution oublient le fait qu’aspects cognitifs et facteurs institutionnels interviennent en même temps dans la création, la circulation et l’interprétation de l’information. Les perceptions des acteurs renvoient à des temporalités multiples, à des horizons d’attente variés et variables qui remettent radicalement en discussion la pertinence de la notion même de stratégie économique. Pour leur part, les éléments normatifs ne sont pas modifiables et interprétables sans contrainte aucune : les aspects procéduraux comptent et les temps longs du droit s’opposent aux convulsions conjoncturelles de l’économie. Dans ce contexte, l’opposition entre micro et macro est elle-même à questionner ; l’apprentissage interactionnel, le rôle des croyances et des conventions, l’éclatement de la notion de stratégie, tous ces éléments poussent dans cette direction.

52Cependant, cet accent mis depuis deux, trois décennies, en histoire comme en économie, sur l’information, les normes et les éléments informels (confiance, réputation) a peut-être produit un résultat paradoxal : si, désormais, les prix ne peuvent plus être considérés comme le seul véhicule de l’information, faut-il pour autant les exclure des facteurs de coordination des marchés et donc des objets de l’analyse ?

53Il faudra alors comprendre, pour des contextes historiques déterminés, quel type d’information ils apportent et comment ils s’intègrent aux autres facteurs de la coordination marchande, à savoir l’information, les normes et les conventions informelles. Ce n’est pas une mince tâche surtout si l’on considère que, cette fois-ci, l’historien ne pourra guère bénéficier du support de la réflexion économique qui, elle (est-ce un hasard ?) délaisse désormais depuis quelques décennies toute analyse des mécanismes de formation des prix pour focaliser son attention sur les jeux, les rapports d’agence, etc.

Notes

1 Sean Hargreaves Heap, Rationality in economics, Oxford, B. Blackwell, 1989.

2 Stiglitz et Akerlof ont été les premiers à développer cette théorie, selon laquelle, sur les marchés, d’habitude, les deux contractants ne disposent pas des mêmes informations concernant le produit ou le service faisant l’objet de l’échange ; de ce fait, celui qui dispose de l’information a un avantage par rapport à l’autre sujet, qui essayera donc d’acquérir le maximum d’information. George. A. Akerlof, « The market for Lemons : quality uncertainty and the market mechanism », Quaterly journal of Economics, 84, 1970, p. 488-500 ; Joseph Stiglitz, « The causes and consequences of dependance of quality on price », Journal of economic literature, 25, 1, 1987, p. 2-48.

3 Pour les coûts de transaction, je renvoie aux ouvrages désormais classiques de Coase et de Williamson (Ronald Coase, The firm, the market and the law, Chicago University Press, 1988; Oliver Williamson, The economic institutions of capitalism, New York Free Press, 1985). Pour un panorama de la littérature économique sur le sujet, voir Michael Rutherford, Institutions in economics, Cambridge University Press, 1996.

4 Je me limite à indiquer quelques références ; pour des applications générales des coûts de transaction aux marchés, voir les classiques de North et North et Thomas (Douglass North, Structure and change in economic history, New York, 1981 ; Douglass North, Robert Thomas, The rise of Western civilization. A new economic history, Cambridge university press, 1973. Pour le marché foncier, Diedre McCloskey, « English open fields as behaviour toward risk », in Peter Uselding (éd.), Researches in economic history, Greenwich, Jai press, vol. 1, p. 124-171 ; pour le crédit, Philippe Hoffmann, Gilles Postel Vinay, Jean-Laurent Rosenthal, Des marchés sans prix, Paris, EHESS, 2001 ; pour le travail, Gary Hamilton, « The market for Montreal apprentices. Contract length and information », Explorations in economic history, 4, 1996, p. 496-523.

5 Avner Greif, « Reputation and Coalition in Medieval Trade : Evidence on the Mghribi Traders », Journal of Economic History, XLIX, 4, 1989, p. 857-882 ; Avner Greif, « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques au Moyen Âge », Annales HES, 53, 3, 1998, p. 597-634.

6 A. Greif, « Théorie… », art. cit., Avner Greif, Paul Milgrom, Barry Weingast, « Coordination, Commitment, and Enforcement : the case of the merchant Guild », Journal of political economy, 102, 4, 1994, p. 745-776.

7 P. Hoffman, G. Postel-Vinay, J.-L. Rosenthal, Des marchés…, op. cit.

8 Walter Lazonick, Business Organization and the Myth of Market Economy, Cambridge, Cambridge Univ. press, 1990.

9 Wesley Cohen, Daniel Levinthal, « Innovation and learning ; the two faces of R and D. », The economic journal, 99, 3, 1989, p. 569-596.

10 Michichiro Kandori, George Mailath, Rafael Rob, « Learning, Mutation and Long-Run Equilibria in Games », Econometrica, 61, 1, 1993, p. 29-56.

11 Glenn Ellison, Drew Fudenberg, « Rules of Thumb for Social Learning », Journal of political economy, 101, 4, 1993, p. 612-643.

12 Bernar Walliser, L’économie cognitive, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 191.

13 Pour une synthèse de l’historiographie sur ce sujet : Patrick Verley, L’échelle du monde, Paris, Gallimard, 1997.

14 Glenn Ellison, « Learning, Local Interaction, and Coordination », Econometrica, 61, 5, sept. 1993, p. 1047-1071.

15 Gilles Postel-Vinay, La terre et l’argent, Paris, Albin Michel, 1997.

16 Mark Granovetter, « The strength of weak ties », American journal of sociology, 78, 1973, p. 1360-1380.

17 Paul David, « Why are institutions the “carriers of history”?: path dependance and the evolution of conventions, organizations and institutions », Structural change and economic dynamics, 5, 2, 1994, p. 205-220.

18 Avner Greif, « Cultural Croyances and the Organization of Society: A Historical and Theoretical Reflection on Collectivist and Individualist Societies », Journal of Political Economy, 1994, 102, 5, p. 912-950.

19 Revue économique, nº 2, 1989, Pascal Petit, Économie de l’information, Paris, La découverte, 1998.

20 Philippe Minard, « Réputation, normes et qualité dans l’industrie française au XVIIIe siècle », in Alessandro Stanziani, La qualité des produits en France, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2003, p. 69-84.

21 Robert Salais, Michael Storper, Les mondes de production, Paris, EHESS, 1993.

22 Patrick Batifoullier, (dir.), Théorie des conventions, Economica, 2001.

23 Alessandro Stanziani « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information en histoire », Revue de synthèse, 4e s. nº 1-2, janvier-juin 2000, p. 117-155.

24 Giovanni Levi, L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del Seicento, Einaudi, Torino, 1985 (trad. française : Le pouvoir au village. La carrière d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989) ; Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers, Paris, Flammarion, 1980.

25 Sur ces aspects voir George Shackle, « The complexe nature of time as a concept in economics, » Economia internationale, 7, 4, 1954, p. 743-757 ; Reinhardt Kozelleck, Le futur passé, Paris, EHESS, 1990.

26 Voir le chapitre « Histoire de falsificateurs », in A. Stanziani, Histoire de la qualité alimentaire, Paris, Seuil, 2005.

27 Renata Ago, Economia barocca, Roma, Donzelli, 1998 ; R. Ago, « Rome au XVIIe siècle : un marché baroque », in Genèse, dossier « Histoire économique et règles de droit », 50, mars 2003, p. 4-23.

28 Robert Salais, Nicolas Baverez, Benedicte Reynaud, L’invention du chômage, Paris, PUF, 1984.

29 Benedicte Reynaud, Les règles économiques et leurs usages, Paris, Odile Jacob, 2004.

30 Sur ces aspects : Evelyne Serverin, Christiane Beroujon, Sylvie Bruxelles, Classer, coder. Une expérimentation sur l’application des nomenclatures d’affaires judiciaires civiles, Rapport de recherche, GIP, Ministère de la Justice, Université de Sainte-Étienne, 1988.

31 Bertyl Sylvander, « Origine géographique et qualité des produits », Revue de droit rural, n. 237, nov. 1995.

32 Alessandro Stanziani, « Wine reputation and quality controls : the origins of the AOC in 19th century France », European journal of law and economics, 18, 2, sept. 2004, p. 149-167.

33 Voir, parmi d’autres : Jean-Claude Perrot, « Les dictionnaires du commerce au XVIIIe siècle », in Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, Paris, EHESS, 1992, p. 97-126 ; Pierre Jeannin, « Distinction de compétences et niveaux de qualification : les savoirs négociants dans l’Europe moderne », in Franco Angiolini, Daniel Roche, Cultures et formations négociantes, Paris, EHESS, 1995, p. 363-397.

34 William Reddy, « The Structure of a Cultural Crisis: Thinking About Cloth in France Before and After the Revolution, » in Arjun Appadurai (éd.) The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, New York, Cambridge University Press, 1986, p. 261-284.

35 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime, Paris, Albin Michel, 1996, surtout le chapitre II.

36 Parmi ces ouvrages, Armand Gautier, La sophistication des vins. Méthodes analytiques et procédés pour reconnaître les fraudes, Librairie J.-B. Baillière et fils, Paris 1875, 1877 (2e édition), 1884 (3e édition). Alfred Bedel, Traité complet de manipulation des vins, Garniers frères, libraires-éditeurs, Paris, 1887 ; Émile Burcker, Traité des falsifications et altérations des substances alimentaires et des boissons, Octave Doin, Paris, 1892 ; Maurice Bonnet, Précis d’analyse microscopique des denrées alimentaires, Baillière, Paris, 1890.

Auteur

Directeur de recherche, CNRS (IDHE) et ENS-Cachan. Il a publié notamment : L’économie en révolution. Le cas russe, 1870-1930, Albin Michel, « L’évolution de l’humanité », 1998 ; Histoire de la qualité alimentaire. France XIXe-XXe siècles, Seuil, Liber, janvier 2005 ; (dir.), Dictionnaire historique de l’économie-droit, XVIIIe-XXe siècles, Paris, LGDJ, 2007 ; « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information en histoire », Revue de synthèse, t. 121, 4e s., nº 1-2, janvier-juin 2000, p. 117-155 ; « Negotiating innovation in a market economy : foodstuffs and beverages adulteration in 19th century France », Enterprise and society, 8/2, 2007, p. 375-412.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540