Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

Présentation : l’information économique en contexte

Dominique Margairaz et Philippe Minard

Texte intégral

  • 1 Armand Mattelart, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2003 ; Manuel Cast (...)
  • 2 Sylvie Fayet-Scribe, Histoire de la documentation en France : culture, science et technologie de l’ (...)

11. Le thème de l’information est aujourd’hui au centre de nombreux travaux de sciences sociales, qui s’attachent à comprendre ce que certains décrivent comme l’avènement d’une « économie » ou d’une « société de l’information »1. L’essor corrélatif des sciences de l’information et de la communication, le développement de l’« économie de l’information » dans le champ des sciences économiques témoignent de la portée structurante de la notion, qui contribue à remodeler l’architecture des disciplines. Enfin, l’apparition de l’histoire de l’information et de la documentation dans l’arborescence de ses spécialités atteste que la discipline historique est bel et bien partie prenante de cette dynamique. L’histoire des centres et des techniques d’information et de documentation, ou celle de l’information scientifique et technique, ont ainsi prolongé, recentré ou renouvelé selon les cas les approches de l’histoire culturelle, de l’histoire intellectuelle ou de l’histoire des techniques, attentives depuis longtemps aux modalités de diffusion et de circulation des savoirs, orales ou écrites, imprimées ou manuscrites2.

  • 3 À titre d’exemple on peut rappeler l’étude de la diffusion de l’Encyclopédie par Robert Darnton, L’ (...)
  • 4 Nicole Gotteri « L’information de l’Empereur d’après les bulletins de police de Savary », in Natali (...)
  • 5 Témoigne particulièrement de celles-ci la collection « Affaires et gens d’affaires » publiée dans l (...)
  • 6 Michel Morineau, Incroyables gazettes et fabuleux métaux. Les retours des trésors américains d’aprè (...)
  • 7 Francisco Bethencourt, Florike Egmond (ed.), Correspondance and Cultural Exchange in Europe, 1400-1 (...)

2Pour la période moderne tout particulièrement, l’histoire sociale des processus de dissémination et d’appropriation des œuvres ou des idées, l’analyse des correspondances et des réseaux invisibles tissés dans la République des lettres, ou celle des catalogues de bibliothèques, ont de fait engagé une première manière d’approche de l’information, même si l’enjeu n’était alors pas nécessairement objectivé comme tel3. De la même façon, l’attention portée aux ressources informationnelles des acteurs contribue à renouveler les approches d’histoire politique ou d’histoire de la presse4. Parallèlement, l’intérêt manifesté par les historiens de l’économie pour l’information, tout comme son institution en objet d’étude, apparaissent précoces. Outre la publication et l’utilisation extensive de correspondances négociantes5, dès les années 1960 et 1970, ces deux types de supports imprimés concourant à l’information des acteurs que sont les gazettes et les ouvrages pratiques à l’usage des négociants ont retenu l’attention et suscité d’ambitieux programmes de recherche6. L’actualité éditoriale prouve à tout le moins que cette veine ne s’est pas tarie,7 et que la thématique des journées d’études de 2004 et 2006, dont le présent ouvrage est issu, s’inscrit dans une sorte de tournant : le moment semble venu de récapituler et de faire converger à des fins critiques la diversité des études impliquant de façon plus ou moins centrale la notion d’information économique, qu’il convient d’interroger.

  • 8 Cf. pour un panorama synthétique Pascal Petit (éd.), L’économie de l’information. Les enseignements (...)

32. Un retour critique est assurément nécessaire, car nous nous trouvons face à une pluralité de filiations et d’approches, qui se caractérisent par la diversité des soubassements théoriques plus ou moins explicites qui les étayent, des usages qu’elles font de la notion d’information et des fins auxquelles celle-ci est mobilisée. Ainsi la perspective diverge-t-elle fondamentalement selon que l’on s’attache aux formes ou aux espaces de circulation culturelle à laquelle participe l’information économique, aux modalités de coordination des marchés et des organisations, ou encore aux paramètres de l’action et de la décision économiques. Pas plus que les théories générales de l’information et de la communication qui en ont fortement inspiré certains courants, l’analyse économique, dans sa pluralité, n’offre d’approche unifiée de l’information. Elle propose au contraire une palette étendue de théorisations de son rôle dans l’économie8. Aucune d’elles n’est cependant en mesure de rendre compte de l’ensemble des configurations dans lesquelles l’information se trouve impliquée, et selon les hypothèses et les découpages opérés, chacune assume une définition de l’information ad hoc qui lui accorde un statut propre. L’information est ainsi concurremment appréhendée comme marchandise, comme signal ou comme message, comme circuit ou comme système, ou plus généralement encore, comme l’ensemble de ce qui fait sens dans les relations humaines.

4On peut cependant schématiquement opposer deux pôles de représentation de l’information. Le premier, substantialiste, lui accorde le statut d’un bien, d’une marchandise qui circule et peut s’acquérir à un certain coût. Cette représentation est en outre associée à une vision discrète (au sens statistique du terme) de l’information comme des séquences dans lesquelles elle intervient. Le second la considère comme un processus cognitif, complexe et cette fois continu, au cours duquel de la connaissance est produite, distribuée, appropriée, et perpétuellement remodelée à la faveur des événements, des expériences et des acquis collectifs et individuels passés des acteurs. Savoirs, apprentissages, croyances et perceptions sont ainsi à la fois produit et facteur d’une dynamique informationnelle qui concourt par la médiation des institutions à la réduction de l’incertitude inhérente à la condition et à l’environnement sublunaire, depuis l’aube des temps et de façon ininterrompue, si l’on suit ici le propos de Douglass North dans son dernier ouvrage :

  • 9 Douglass North, Le processus du développement économique, Paris, Éditions d’Organisation, 2005.

« L’incertitude n’est pas une condition exceptionnelle : c’est la condition sous-jacente qui est responsable de l’évolution de la structure de l’organisation humaine tout au long de l’histoire et de la préhistoire. »9

5La place accordée aux croyances et aux perceptions dans la réflexion d’un des plus zélés théoriciens des coûts de transaction est ici symptomatique et illustre avec éloquence le « tournant cognitif » récemment négocié par les sciences économiques, dont l’aspect le plus saillant pour l’historien et le présent propos est sans doute la réinscription de l’information dans un processus temporel et culturel. Non moins frappant est l’accent porté sur les effets, non voulus ou non prévisibles, de la surabondance d’informations et d’institutions qui, tout en réduisant l’incertitude liée au monde physique, contribuent à leur tour à accroître l’incertitude liée à l’environnement humain.

  • 10 Pierre Jeannin, « La diffusion de l’information » in Simonetta Cavaciocchi (éd.), Fiere e mercati n (...)

6Ces réflexions trouvent un écho dans les observations des historiens, qui repèrent dans l’interaction sociale et les dynamiques de réseaux des sources de brouillages ou de confusions sur lesquelles Pierre Jeannin attirait naguère l’attention10. La question de la sélection et de l’interprétation des informations, et celle de leur contextualisation se trouvent ainsi ramenées au premier plan.

73. Le défi qu’ont à relever historiens et économistes, chacun sur leurs terrains disciplinaires respectifs, apparaît ainsi double : d’une part, tenter de comprendre, dans le passé comme dans le présent, la spécificité des rapports entretenus par les économies avec l’information ; de l’autre, appréhender dans sa globalité le procès de production, circulation et usage de l’information, et en caractériser les traits, formels ou culturels.

  • 11 Voir par exemple de telles prémices chez John McCusker, The Beginnings of Commercial and Financial (...)
  • 12 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)
  • 13 Sur le lien entre concentration de l’information et pouvoir économique, cf. par exemple pour Venise (...)
  • 14 Voir sur ce thème Rachid L’Aoufir, La Prusse de 1815 à 1848. L’industrialisation comme processus de (...)

8Il semble aujourd’hui largement admis que l’émergence de « sociétés de l’information » s’enracine dans des mutations majeures intervenues à l’époque moderne et dont l’essor de l’imprimé constitue le phénomène le plus ostensible11. Selon une lecture assez fidèle au schéma interprétatif développé par Habermas dans son essai sur l’archéologie de L’espace public, le trajet alors expérimenté par les sociétés occidentales conduirait du privé au public, du manuscrit à l’imprimé, dans un vaste procès de commercialisation de l’information12. Au fondement du développement des économies-mondes gouvernées par Venise ou Amsterdam13, la collecte d’informations reposant sur les réseaux et les liens personnels s’effacerait ainsi avec la généralisation d’échanges impersonnels au profit d’une publication et d’une commercialisation de l’information par des canaux de plus en plus spécialisés, prélude à l’épanouissement d’une presse économique et industrielle14.

  • 15 Voir Mario Infelize, « From merchant’s letters to handwritten political avvisi : notes on the origi (...)
  • 16 Cf. le dossier « Réseaux marchands » publié par les Annales HSS, 58-3, 2003, p. 569-672.

9L’analyse du fonctionnement des réseaux marchands et diasporas d’affaires, comme celle des supports d’information et de communication dont ils se dotent, tend à remettre en cause l’idée d’une chronologie linéaire et à souligner l’imbrication durable de leurs formes manuscrites et imprimées15. Plus encore, l’analyse des réseaux marchands, communautaires ou transculturels, tend à mettre en relief le complexe cognitif qui se trouve durablement au fondement des réussites négociantes : connaissance directe ou médiate des usages et des acteurs locaux, familiarité avec les diverses représentations de l’individu dans ses rapports avec la collectivité constituent l’indispensable ciment de la confiance, et la base de la coopération entre groupes16. Savoirs, perceptions et croyances concourent à installer les conditions d’une circulation d’informations ponctuelles sur les prix, les produits, les qualités, les quantités, les cours des changes ou des assurances, ou encore sur l’environnement politique et économique. Mais le poids de l’intermédiation commande aussi la hiérarchie des informations : celles qui concernent les acteurs, partenaires actifs ou potentiels s’avèrent en effet décisives dans une telle configuration, et elles conditionnent le degré de confiance accordé aux informations diffusées et reçues. Or, de tels fonctionnements n’ont pas disparu avec l’avènement de modalités publiques d’information, avec lesquelles ils entretiennent des rapports de concurrence et de complémentarité. Rapidité de la collecte et de la transmission, tension entre divulgation et secret sont ainsi au cœur de la question des modalités de circulation et d’usage de l’information.

  • 17 David Hancock, « L’émergence d’une économie de réseau (1640-1815). Le vin de Madère », ibidem, p. 6 (...)
  • 18 Patrick O’Brien, « European economic development : the contribution of the periphery », Economic Hi (...)
  • 19 Pour une tentative de typologie : M. N. Pearson, « Merchants and states », in James D. Tracy (éd.),(...)
  • 20 Jacques Necker, Sur la législation et le commerce des grains, Roubaix, Edires, 1986. Le texte parut (...)

104. C’est enfin le rôle de l’État qui se trouve questionné par la notion d’« économie de réseau », décrite comme une forme de coordination marchande structurée de façon spontanée, « auto-organisée », par des flux d’information17. Cependant, le grand commerce n’est pas le tout de l’économie moderne, et il pèse même d’un poids assez faible dans la croissance des grands États territoriaux comme la France, ou même l’Angleterre18. Et quel que soit le degré de leur implication, directe ou indirecte, dans l’organisation et la protection du commerce à longue distance19, les États modernes se révèlent à la fois grands producteurs et consommateurs d’information économique. Outre le recueil des données relatives à la balance du commerce, de multiples indicateurs relatifs au commerce et à la production font l’objet d’une collecte à différentes échelles. Réciproquement, différents dispositifs tarifaires concernant les prix du travail et ceux des denrées ou diverses formes d’appareils prescriptifs (qu’on songe par exemple aux lois somptuaires ou aux classifications qui organisent les perceptions fiscales) sont à l’origine de flux d’informations qui orientent les décisions des différents acteurs. L’intégration de l’information, de l’opinion ou des croyances comme catégories de la réflexion économique et de la politique économique dans la pensée d’un homme comme Necker à la fin du XVIIIe siècle témoigne, du reste, de ce que celles-ci sont appropriées comme dimension à part entière et comme leviers de l’action gouvernementale20.

*
* *

11Lorsque l’on parcourt l’arc des significations de cette notion fondamentalement polysémique qu’est l’information, il semble que sa richesse même, de nature à impliquer la totalité des situations et des manifestations propres à l’interaction humaine, fasse obstacle à la construction d’une approche heuristique. Le paradoxe de la posture de l’historien, dans sa visée simultanément compréhensive et explicative, réside sans doute dans la nécessaire réduction qu’il opère, en la ramenant à des opérations et des pratiques intemporelles, telles que la sélection ou l’interprétation, et la recherche de configurations propres à inscrire celles-ci dans l’espace et le temps. L’ensemble des contributions qu’on va lire n’échappe certes pas à cette tension, mais, en travaillant sur les césures et les continuités, elles n’ont d’autre ambition que de contribuer à caractériser le ou les régimes de l’information économique dans la longue séquence qui sépare la « première mondialisation » de l’économie et l’essor de l’industrialisation occidentale.

Notes

1 Armand Mattelart, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2003 ; Manuel Castells, L’ère de l’information. La société en réseaux, Paris, Fayard, 2001.

2 Sylvie Fayet-Scribe, Histoire de la documentation en France : culture, science et technologie de l’information : 1895-1937, Paris, CNRS éditions, 2000 ; Martine Comberousse, Histoire de l’information scientifique et technique, Paris, Nathan, 1999 ; Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte, 2008.

3 À titre d’exemple on peut rappeler l’étude de la diffusion de l’Encyclopédie par Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie, Paris, Perrin, 1982, p. 267-352 ; et deux articles de Daniel Roche : « Correspondance et voyage au XVIIIe siècle : Le réseau des sociabilités d’un académicien provincial, Séguier, de Nîmes », et « Un savant et ses livres au XVIIIe siècle. La bibliothèque de Jean-Jacques Dortous de Mairan », repris dans Les Républicains des Lettres, Paris, Fayard, 1988, p. 263-280 et p. 47-83.

4 Nicole Gotteri « L’information de l’Empereur d’après les bulletins de police de Savary », in Natalie Petiteau (éd.), Voies nouvelles pour l’histoire du Premier Empire : territoires, pouvoirs, identités, Paris, La Boutique de l’histoire, 2003, p. 181-194 ; Stéphane Haffemayer, « La géographie de l’information dans la gazette de Théophraste Renaudot (1647-1663) » in Guy Duranton, Pierre Rétat (éd.) Gazettes et information politique, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 1999.

5 Témoigne particulièrement de celles-ci la collection « Affaires et gens d’affaires » publiée dans les années 1950 à 1970 (SEVPEN puis EHESS).

6 Michel Morineau, Incroyables gazettes et fabuleux métaux. Les retours des trésors américains d’après les gazettes hollandaises (XVIe -XVIIIe siècles), Cambridge/Paris, Cambridge University Press/Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1985 : l’ouvrage reproduit des études publiées dans l’Anuario de historia economica y social en 1969 et dans la Revue d’histoire moderne & contemporaine en 1978 ; Jean Meuvret, « Manuels et traités à l’usage des négociants aux premières époques de l’âge moderne », article repris dans Études d’histoire économique, Paris, 1971 ; Jochen Hoock, Pierre Jeannin, « Une enquête en cours, la bibliographie analytique des manuels et traités à l’usage des marchands, 1470-1820 », Histoire et mesure, 1-2, 1986, p. 85-97. Jochen Hoock, Pierre Jeannin, Wolfgang. Kaiser (éd.), Ars Mercatoria. Manuels et traités à l’usage des marchands, 1470-1820, (vol. 1 : Eine analytische Bibliographie 1470-1700 ; vol. 2 : Eine analytische Bibliographie, 1600-1700 ; vol. 3 : Analyses, 1470-1700), Paderborn, Schöningh, 1991, 1993 et 2001.

7 Francisco Bethencourt, Florike Egmond (ed.), Correspondance and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2007; Wolfgang. Kaiser, Gilbert Buti (éd.), « Moyens, supports et usages de l’information marchande », Rives nord-méditerranéennes 27, 2007 ; Wolfgang Kaiser, Biagio Salvemini (éd.) « Informazioni e scelte economiche », Quaderni Storici, nº 124, 2007-1.

8 Cf. pour un panorama synthétique Pascal Petit (éd.), L’économie de l’information. Les enseignements des théories économique, Paris, La Découverte, 1998 ; Alessandro Stanziani, « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information en histoire », Revue de Synthèse, t. 121, 2000/1-2, p. 117-155.

9 Douglass North, Le processus du développement économique, Paris, Éditions d’Organisation, 2005.

10 Pierre Jeannin, « La diffusion de l’information » in Simonetta Cavaciocchi (éd.), Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee, sec. XIII-XVIII, Florence, Le Monnier, 2001, p. 231-262 (Atti dei Settimani di Studi Datini, vol. 32).

11 Voir par exemple de telles prémices chez John McCusker, The Beginnings of Commercial and Financial Journalism, Amsterdam, Neha-series, 1991 et « The demise of distance : The business press and the origins of the information revolution in the early modern Atlantic world », American Historical Review, 110, 2005, p. 295-321.

12 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

13 Sur le lien entre concentration de l’information et pouvoir économique, cf. par exemple pour Venise Pierre Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise au début du XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 1948 ou Federigo Melis, « Intensità e rogolarità nella diffuzione dell’informazione economica nel Mediterraneo e in Occidente alla fine del Medioevo » in Histoire du monde méditerranéen 1400-1650. Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, Toulouse, Privat, 1973, p. 389-424. Sur Amsterdam : Jan de Vries et Ad Van der Woude, The First Modern Economy. Success, Failure and Perseverance of the Dutch Economy 1500-1815, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, en particulier p. 147-150.

14 Voir sur ce thème Rachid L’Aoufir, La Prusse de 1815 à 1848. L’industrialisation comme processus de communication, Paris, L’Harmattan, 2004, et Françoise Daumalle, La presse économique en langue française au XVIIIe siècle (1751-1776) Lille, ANRT, 2003.

15 Voir Mario Infelize, « From merchant’s letters to handwritten political avvisi : notes on the origins of public information », et Zsuzsa Barbarics, Renate Pieper, « Handwritten newsletters as a means of communication in early modern Europe » in F. Bethencourt, F. Egmond (éd.), op. cit., p. 33-52 et 53-79.

16 Cf. le dossier « Réseaux marchands » publié par les Annales HSS, 58-3, 2003, p. 569-672.

17 David Hancock, « L’émergence d’une économie de réseau (1640-1815). Le vin de Madère », ibidem, p. 649-672, et « Self-organized complexity and the emergence of an Atlantic market economy, 1651-1815. The case of Madeira » in Peter Coclanis, The Atlantic Economy during the Seventeenth and Eighteenth Centuries. Organization, Operation, Practice, and Personnel, Columbia, University of South Carolina Press, 2005, p. 30-71

18 Patrick O’Brien, « European economic development : the contribution of the periphery », Economic History Review, 35, 1982-1, p. 1-18 ; plus récemment, pour la France, Guillaume Daudin, Commerce et prospérité. La France au XVIIIe siècle, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005.

19 Pour une tentative de typologie : M. N. Pearson, « Merchants and states », in James D. Tracy (éd.), The Political Economy of Merchant Empires, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 41-115. Mais l’opposition entre une Angleterre qui faciliterait le commerce et une France qui l’entraverait apparaît bien réductrice…

20 Jacques Necker, Sur la législation et le commerce des grains, Roubaix, Edires, 1986. Le texte parut en 1775 et donna lieu à cinq éditions successives et deux traductions, en anglais et en allemand. Sur le lien entre information et opinion publique, voir aussi Bernard-Pierre Lecuyer, « Une quasiexpérimentation sur les rumeurs au XVIIIe siècle : l’enquête proto-scientifique du contrôleur général Orry (1745) », Science et théorie de l’opinion publique : hommage à Jean Stoetzel, Paris, Retz, 1981, p. 170-187.

Auteurs

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Paris 1, responsable du pôle Paris 1 de l’IDHE-UMR 8533 du CNRS. Elle a publié notamment Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988 et François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005. Elle a dirigé avec Philippe Minard Le marché dans son histoire, numéro spécial de la Revue de Synthèse, Éditions Rue d’Ulm, t. 127, 2006/2, ainsi que Les temps composés de l’économie, nº spécial des Annales historiques de la Révolution française, nº 352, avril-juin 2008.

Professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 8 et membre du laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie (IDHE), CNRS-UMR 8533. Il est aussi directeur d’études à l’EHESS. Ses travaux portent sur le travail, la question sociale et les politiques économiques aux XVIIIe-XIXe siècles. Il a publié notamment La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières (Fayard, 1998). Il a co-dirigé le volume 10 : Économie de l’Atlas de la Révolution française, Éditions de l’EHESS, 1997 (avec Gérard Béaur), L’argent des campagnes. Échanges, monnaie, crédit dans la France rurale d’Ancien Régime, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2003 (avec Denis Woronoff), et La France, malade du corporatisme ?, Belin, 2004 (avec Steven L. Kaplan). Parmi ses récentes publications on peut citer : « Trade without institution ? French debates about restoring guilds at the start of the Nineteenth Century », in Ian Gadd, Patrick Wallis (éd.), Guilds and Association in Europe, 1200-1900, Londres, Institute of Historical Research, 2007, p. 83-100 ; « France “colbertiste” versus Angleterre “libérale” ? Un mythe du XVIIIe siècle », in Jean-Philippe Genet, François-Joseph Ruggiu (éd.), Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques, France-Angleterre, Xe-XXe siècles, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 197-210 ; « L’inspection des draps du West Riding of Yorkshire, ou le jeu des normes au XVIIIe siècle », in Gérard Beaur, Hubert Bonin, Claire Lemercier (éd.), Pour une histoire de la fraude et de la contrefaçon, Genève, Droz, 2007, p. 621-638.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable