Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argent du roi

 | 
Philippe Hamon

Introduction

Texte intégral

1C’est en 1982 que Jean Jacquart m’a fait découvrir l’existence des Ruzé, notables parisiens du 16e siècle, fraîchement débarqués, comme moi, des bords de Loire. L’étude de cette famille, objet de ma maîtrise, m’a fait pénétrer au plein cœur de l’histoire socio-politique des privilégiés de la société du temps. Et j’y ai découvert, à l’occasion, que les riches aussi ont des malheurs. La famille compte en effet parmi ses membres l’épouse - puis veuve - de Semblançay, ainsi qu’un receveur général des finances également fort maltraité par la justice royale entre 1525 et 1540. C’est ce biais familial qui est donc à l’origine de mon premier contact avec les finances de François Ier. Lorsque vint le temps de choisir un sujet de thèse, l’univers de ces grands officiers me parut un terrain de chasse tout indiqué. Mes recherches pouvaient s’appuyer sur les travaux de Bernard Chevalier concernant la haute société tourangelle et sur la biographie de Semblançay par Alfred Spont, ancienne, mais irremplaçable.

2Avec inconscience, j’étais déterminé à embrasser dans ma recherche tout le 16e siècle, de François Ier (voire Charles VIII) à Henri IV, ou, pour mieux dire, à Françoise Bayard. Projet trop ambitieux : il m’a fallu en rabattre devant l’ampleur de la tâche et me limiter bientôt à la première moitié du siècle, et singulièrement au règne de François Ier, en un mot au « temps des Ruzé » tel qu’il m’était apparu au travers de ma maîtrise. Outre mon attirance pour ce demi-siècle que j’avais déjà effleuré, d’autres facteurs expliquent cette focalisation : les travaux déjà évoqués tout d’abord, qui concernent en effet directement cette période, et aussi le Catalogue des Actes de François Ier, instrument de travail d’un exceptionnel intérêt. Par ailleurs mon mémoire sur les Ruzé m’avait fait pressentir la richesse de la conjoncture financière du règne, qui postulait l’existence de sources spécifiques, liées en particulier aux poursuites judiciaires dont furent alors victimes les grands officiers.

3Malgré les secours offerts, le chantier restait immense. Au départ mon projet reposait sur deux axes de recherche : l’étude du personnel et celle du crédit « public ». Un lien devait, par hypothèse, apparaître entre les deux et c’est en m’appuyant sur l’activité des grands officiers de finance (sans négliger pour autant les autres agents), que je pensais découvrir comment fonctionnaient les circuits du crédit royal à la Renaissance. Pour ce faire, je croyais pouvoir disposer de bases solides touchant aussi bien les ressources et les dépenses que la politique financière du temps de François Ier. Mais bientôt, en raison des lacunes des travaux sur ces questions, il m’a fallu élargir mes propres perspectives pour prendre à bras le corps, une bonne fois, l’ensemble de la question des finances monarchiques, depuis les fonds brassés jusqu’aux modalités de la prise de décision. Cela m’est apparu, à la réflexion, comme le seul recours possible. D’autres acteurs ont alors surgi, d’autres questions, et d’autres sources. J’ai donc en définitive tenté de faire toute sa place au Léviathan monarchique en m’appuyant sur des travaux relativement anciens, presque seuls disponibles, au premier rang desquels figurent les articles et livres de Gilbert Jacqueton et Roger Doucet.

4L’angle d’attaque essentiel, dès lors, apparaît clair : sonder en profondeur les réalités financières de l’État à la Renaissance, mais avec une restriction de taille : limiter mon propos au centre du dispositif, jamais très loin du monarque. Pour les rentrées fiscales par exemple, seules m’importent les grandes masses, celles dont on débat au Conseil ou dans les États provinciaux : les problèmes de perception à la base sont résolument hors de mon champ de recherche. Ce sont, de ce fait, les archives des services centraux (financiers ou judiciaires) et les correspondances des membres du groupe dirigeant qui fournissent la part la plus considérable de ma documentation.

5Mais, si l’analyse est le plus souvent conduite à l’échelle du royaume, mon souci a toujours été de garder le contact le plus étroit possible avec les réalités concrètes. J’espère ainsi faire toucher du doigt aussi bien les difficultés du paiement des troupes que les rouages précis d’une commission judiciaire extraordinaire. Du mieux que j’ai pu, j’ai tenté de ne pas oublier les hommes qui font - et subissent - les événements que j’évoque et les évolutions en profondeur, du discours aux institutions, que je tente de faire apparaître. L’individu à sa place dans cet ouvrage, du plus célèbre, François Ier ou Montmorency, au moins connu, Loys Caillaud ou Morelet de Museau. Étant bien entendu qu’il faut presque toujours appartenir aux catégories les plus favorisées pour accéder, dans le discours historique, tributaire de ses sources, à ce « statut personnel ». Au seuil de ce livre, une précision s’impose, nécessitée à la fois par les remarques initiales sur les Ruzé et par le souci des hommes que je revendique ici. Les grands officiers de finance, même s’ils sont omniprésents dans les pages qui suivent, n’y donnent pas lieu cependant à une étude socio-professionnelle spécifique. L’ampleur de la matière, ainsi que le refus commun des éditeurs et de l’auteur de mutiler le travail effectué, ont conduit à reporter en effet à un ouvrage ultérieur ces développements. Premiers dans l’ordre de la recherche - j’ai en effet commencé mes dépouillements par les sources familiales -, ils seront donc les derniers à accéder au stade de l’impression.

6Il y aurait beaucoup à dire sur les sources de la première modernité. J’y reviendrai plus loin. Du moins faut-il souligner dès l’abord qu’elles sont très lacunaires, y compris pour les rouages essentiels de l’État, principal producteur de papier pour mon propos. L’absence de « fonds » solide et cohérent a certainement constitué un obstacle. Cependant, elle peut jouer en même temps le rôle de stimulant, à la fois matériel (il faut voir ailleurs) et intellectuel (il faut faire travailler son imagination). La seule parade concrète face aux lacunes est en effet le recours à un ratissage le plus large possible. Conséquence inévitable : une grande hétérogénéité ; corollaire : une discontinuité certaine. Il ne m’a donc guère été possible d’aller très loin dans le traitement statistique des données. Au-delà des comptages et de calculs simples, force est souvent de se rabattre sur une approche qualitative. Elle a aussi son efficacité, à condition d’essayer de sortir de l’aporie du cas unique (et donc représentatif !) pour ausculter par tous les moyens et sous tous les angles une question, un organisme ou un groupe d’hommes, et ce sans négliger pour autant l’étude des rares dossiers plus étoffés. Exercice délicat, parfois risqué. Pour le mener à bien importent, autant que la rigueur méthodologique, un minimum de flair, et surtout une familiarité assez longue avec le sujet, entretenue par une sérieuse immersion dans la documentation. En l’absence de courbes et de vastes tableaux, le sens (la vérité ?) surgit alors le plus souvent de recoupements et d’une accumulation de données disparates, seules disponibles en définitive.

7Cette documentation, je l’ai donc mise au service de la description et de la compréhension d’un système fisco-socio-politique traditionnellement baptisé « Etat de finance ». La validité de ce concept s’impose pour mon propos, même si les modalités de fonctionnement diffèrent par rapport aux siècles suivants. C’est de ce fonctionnement, à la Renaissance, dont je m’attache à rendre compte. Il s’agit tout d’abord d’évaluer le poids financier de l’État français à l’époque. Dépenses et recettes sont donc passées au crible, du point de vue du pouvoir central, dans les chapitres I et II. Le fonctionnement quotidien des caisses royales fait intervenir un troisième facteur : le crédit. Le chapitre III met ainsi en évidence ses modalités et permet de jauger sa place et son originalité. La question des fonds disponibles une fois éclairée par cette première partie du travail, vient le temps d’une autre conjoncture du règne, celle du grand mouvement de réformes et de poursuites contre le personnel financier, lancée à l’initiative du Conseil. La politique financière de la monarchie est en effet alors fondée sur ce dyptique dont les deux volets, comme on le verra, et comme il se doit, sont étroitement liés. Ils sont de même en relation directe avec l’obsédante recherche de fonds qui sous-tend les trois premiers chapitres. Première étape, indispensable : faire apparaître, de façon précise et concrète, les modalités de cet « événementiel financier », c’est-à-dire d’une part les changements institutionnels et d’autre part l’activité des commissions de poursuites, car l’« État de justice » n’est jamais très loin de l’« État de finance ». C’est l’objet du chapitre IV. A partir de là, je dispose d’éléments pour dégager, dans le chapitre V, le fonctionnement des rapports politiques au sommet de l’État, en matière de décision financière, et ce en particulier à travers la confrontation entre les plus importants des officiers de finance, Semblançay en tête, et les gens du Conseil, sans oublier le roi. Ensuite il faut mettre en évidence les cadres mentaux au travers desquels le groupe dirigeant analyse la situation et prend ses décisions en matière d’argent. Le chapitre VI permet de comprendre la logique strictement financière de son action. Enfin, dans le chapitre VII, en élargissant le champ d’observation, j’essaie de mettre au jour la nature des rapports financiers entre le roi et ses sujets, à la fois dans les négociations concrètes et dans l’ordre du discours sur la légitimité du prélèvement. L’homme de finance, et en particulier le grand officier, apparaît alors comme un enjeu de la confrontation entre pouvoir royal et population, car il peut constituer un bouc émissaire idéal.

8La nature rebelle des sources et l’ambition du projet permettent sans doute de mieux saisir pourquoi il ne se déploie que sur une période assez brève. Le reproche le plus immédiat est celui de la focalisation sur un règne, celui de François Ier. A cette objection, la réponse est double. Tout d’abord, une politique financière est animée par des équipes et des individus pour lesquels la personnalité du souverain est un paramètre primordial. François Ier, par ses choix, ses obsessions, ses limites, joue en tant que tel, on le verra, un rôle rien moins que négligeable. Par ailleurs, dans les domaines où cette dimension pèse moins, je ne me prive pas d’étendre mes perspectives aux règnes de Louis XII (voire de Charles VIII) et d’Henri II. A l’usage, je crois pouvoir affirmer que ce qui vaut alors pour le temps du « roi-chevalier » vaut pour une période plus large.

9Pour autant, celle-ci n’en reste pas moins assez brève, de l’ordre du demi-siècle. Est-elle suffisante pour appréhender valablement la complexité des phénomènes et la lenteur des évolutions de fond ? Je crois en fait que le véritable risque serait de considérer plutôt ces quelques décennies comme un instantané permettant de révéler des « mentalités » et des structures permanentes. Ce travers, à la réflexion, n’est d’ailleurs pas totalement absent ici. Pour le reste, la brièveté du champ chronologique s’impose pour tenter de saisir dans sa globalité l’« État de finance », en intégrant les flux financiers aussi bien que les transformations administratives, les options politiques comme l’état des esprits. La familiarité avec les acteurs et des sources que l’on sait disparates est un atout supplémentaire. Par ailleurs, l’étude de la première moitié du 16e siècle permet déjà de percevoir des inflexions, voire de profonds changements politiques ou fiscaux. A titre d’exemple, les années vingt puis les années quarante constituent pour les circuits du crédit des périodes de nette réorientation. Enfin, pour être polarisé sur une époque, on n’en est pas myope pour autant. Pour mieux comprendre, pour resituer la Renaissance dans la « longue durée » de la construction de l’État, bien des travaux sont offerts à la convoitise de l’historien. La liste serait longue, dans le domaine des finances, que ce soit Maurice Rey pour le temps de Charles VI ou Daniel Dessert pour celui de Louis XIV. Et il est bien d’autres ouvertures possibles. Ainsi je fais le pari que, malgré ses limites, cet ouvrage contribue à éclairer un peu, sinon à percer, le « mystère de l’État », et des hommes qui le font fonctionner. Dans mon approche de celui-ci la « phynance », comme le lecteur l’a peut-être compris, se taille la part du lion. Loin de moi cependant l’idée d’en faire toujours et à toute force le facteur explicatif essentiel, voire unique, de son évolution et de ses rapports avec la société. Mais on me concédera, je pense, que ce n’est pas non plus le pire des observatoires...

10Cet ouvrage est le fruit d’un travail personnel, mais également d’une multitude de contacts. Sans de nombreux concours extérieurs, ses insuffisances auraient été plus criantes encore. Aussi ai-je plaisir à évoquer ceux qui m’ont fait profiter de leur savoir et de leurs réflexions, au détour d’une cote d’archive, d’un séminaire, d’un colloque ou d’une conversation passionnée. Et ce, souvent, en répondant à mes pressantes sollicitations. Je songe à Jean-Louis Biget, Bernard Chevalier, Joël Cornette, Daniel Dessert, Jean Dupèbe, Thierry Dutour, Charles Giry-Deloison, Alain Guéry, Sylvie Le Clech, Jean-Marc Moriceau, Nicole Lemaitre, Jean-François Pernot, Robert Knecht et à bien d’autres. Qu’ils trouvent ici l’expression de ma reconnaissance et de mon amitié. J’ai une dette toute particulière envers Robert Descimon qui a pris la peine de me faire part longuement de ses remarques et de ses critiques, lorsque je préparais l’édition de cet ouvrage. Je n’oublie pas Françoise Boudon, grâce à laquelle j’ai pu avoir accès à un précieux microfilm. J’ai une pensée pour ceux qui ne m’ont guère quitté pendant toutes ces années et dont j’ignore le visage. Ils ont nom Alfred Spont ou Gilbert Jacqueton. Je veux aussi évoquer la mémoire de Denis Richet, que j’ai eu le privilège de côtoyer.

11J’ai eu également la chance de fréquenter deux excellentes maisons. L’École Normale Supérieure de Saint-Cloud tout d’abord, où, sous la bienveillante houlette de Jean-Claude Hervé, Jean-Louis Biget et Yvon Thébert, j’ai découvert ce que c’était vraiment que l’histoire, dans une ambiance à la fois stimulante et amicale. La Fondation Thiers ensuite, qui m’a donné la prodigieuse liberté dont rêve tout chercheur en fin de thèse. Ultime aubaine : grâce à l’amical soutien de Françoise Bayard, le Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France a bien voulu se charger de la publication de mon travail. Que ses animateurs, et en particulier Florence Descamps et Florent Brayard, en soient ici remerciés.

12N’ai-je oublié personne ? Ma foi, si. Modeste dette il est vrai, envers celui à qui je dois mon sujet de thèse et ma bourse de recherche, mon premier projet d’article et mon premier colloque, d’avoir dans ma bibliothèque et Spont et Jacqueton... Je lui dois bien plus : quelque douze années d’amitié, dans les jours de fête et dans les jours de deuil, douze ans de dialogue fructueux et d’accueil chaleureux. Merci à Jean Jacquart.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable