Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argent du roi

 | 
Philippe Hamon

Préface

Jean Jacquart

Texte intégral

1Pour un directeur de thèse, c’est toujours un plaisir que de voir aboutir une recherche qu’on a accompagnée tout au long de son élaboration. Et plus encore lorsque le résultat répond aux attentes. C’est le cas avec le beau travail de Philippe Hamon, publié sous les auspices bienveillants du Comité pour l’histoire économique et financière de la France que l’on ne saurait trop remercier de son mécénat.

2Au départ, rien de moins que de reprendre un dossier assez négligé par l’historiographie depuis plusieurs décennies, malgré des études de détail. En cours de route, le rassemblement patient d’informations dispersées, lacunaires, d’interprétation souvent délicate. À l’arrivée, de nouvelles lumières sur la complexe organisation financière de la France des Valois, une analyse fine des problèmes budgétaires de la monarchie et des formules expérimentées pour tenter de les résoudre. Françoise Bayard replace cette étude dans l’ensemble de l’histoire financière de la France des Temps modernes, en soulignant ses apports novateurs.

3Mais ce travail n’est pas que technique ou d’institutions. Il éclaire le grand problème de la genèse de l’Etat moderne. Car il est bien vrai que celui-ci, avec ses finalités et ses ambitions renouvelées à l’époque de la Renaissance, est tributaire de ses moyens matériels et que la fiscalité, avec l’armée permanente et le réseau des administrateurs, est un élément essentiel de la structuration progressive de l’appareil d’État.

4La chose n’allait pas de soi. Même si l’impôt royal est devenu, dans les faits, permanent, même si le pouvoir d’imposer s’est établi en France, à la différence des États voisins, les mentalités se refusent encore, au début du xve siècle, à l’admettre. Le produit des prélèvements fiscaux, directs ou indirects, figure toujours au rang des recettes « extraordinaires » et beaucoup de provinces conservent, avec leurs « États », le droit de discuter, sinon le principe, au moins le montant de leur contribution, en même temps qu’elles interviennent dans l’assiette et la perception.

5Or, les besoins de l’État croissent avec ses ambitions, surtout lorsque la guerre vient alourdir, dans des proportions presque incroyables, le poids des dépenses à couvrir. Le souverain et son entourage de grands seigneurs, de magistrats ou de prélats s’irritent de tous les freins, de toutes les lenteurs, de toutes les insuffisances. Problème de l’urgente nécessité, mais aussi problème de mentalité, mépris des Grands pour ceux qui comptent... Le faste, la générosité, la dépense sont des valeurs aristocratiques, et toute la société modèle ses comportements sur la noblesse.

6Une bonne partie de l’activité de François Ier et de son Conseil est ainsi consacrée à tenter d’améliorer le fonctionnement et le rendement de cette machine lourde et complexe, héritée du passé, à travers des réformes successives, tentées, abandonnées, reprises. Tout cela avec des succès divers, des limites évidentes et des échecs cuisants. Limites et échecs sont naturellement imputés aux responsables des finances publiques, par un phénomène trop humain. Et l’État, incapable de régler ses dépenses sur ses ressources, préfère s’en prendre aux hommes. Les poursuites sont inséparables des réformes...

7Au bout du compte, le résultat n’est pas si désastreux. La France, grâce à sa richesse, grâce à la conjoncture favorable durant le premier tiers du siècle, a pu faire face aux guerres, aux chantiers royaux, aux dépenses de la Cour, aux frais de fonctionnement de l’appareil d’État et à la très lourde rançon exigée par Charles-Quint après la défaite. La pression físcale n’a pas sensiblement augmenté, au moins jusqu’en 1540. La dette publique est demeurée dans les limites acceptables. Mais aucun des problèmes fondamentaux n’est véritablement résolu. Henri il assiste, impuissant, à la rapide dégradation des finances royales, qui aboutira à la grande crise des années cinquante du xve siècle et à la banqueroute déguisée.

8Sur cette évolution, sur les motivations du pouvoir, sur les réalités financières de la monarchie du Roi-Chevalier, sur la part des différents postes de dépense (voici la Cour et les constructions ramenées à leur poids réel), sur la répartition de la charge fiscale entre les groupes sociaux (ainsi apprend-on que le Clergé, « exempt » par privilège, participe en gros pour 10 % des ressources royales), le travail de Philippe Hamon apporte bien des éléments nouveaux. Sur les traces de Spont ou de Jacqueton, dans la ligne des travaux décisifs de Daniel Dessert et de Françoise Bayard sur le xvie siècle, Philippe Hamon inscrit ce début prometteur d’une œuvre qu’on espère féconde à l’avenir.

Auteur

Professeur émérite à l’Université de Paris I

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540