Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’administration des douanes en France de 1914 à 1940

 | 
Jean Clinquart

Annexes

Annexe 1. Corps militaire des Douanes

Texte intégral

I. Composition du corps militaire en août 1914

A. Unités actives des Douanes

1Bataillon nº 1. (Direction de Dunkerque)
Stationné dans la 1re région militaire.
3 compagnies.

2Bataillon nº 1 bis. (Direction de Lille)
Stationné dans la 1re région.
4 compagnies.

3Bataillon nº 2. (Direction de Valenciennes)
Stationné dans la 1re région.
3 compagnies.

4Bataillon nº 3. (Direction de Valenciennes)
Stationné dans la 1re région.
2 compagnies.

5Compagnie du Pas-de-Calais. (Direction de Boulonne)
Stationnée dans la 1re région.

6Compagnie de la Somme. (Direction de Rouen)
Stationnée dans la 2e région.

7Bataillon nº 4. (Direction de Charleville)
Stationné dans les 2e et 6e régions.
4 compagnies.

8Bataillon nº 5. (Direction de Charleville)
Stationné dans la 6e région.
3 compagnies.

9Bataillon nº 6. (Direction de Nancy)
Stationné dans la 6e région.
3 compagnies.

10Bataillon nº 6 bis. (Direction de Nancy)
Stationné dans la 6e région.
2 compagnies.

11Bataillon nº 7. (Direction de Nancy)
Stationné dans la 20e région.
4 compagnies.

12Bataillon nº 8. (Direction d’Épinal)
Stationné dans la 7e région.
4 compagnies.

13Bataillon nº 9. (Directions d’Épinal et de Besançon)
Stationné dans la 7e région.
4 compagnies.

14Bataillon nº 10. (Direction de Besançon)
Stationné dans la 7e région.
2 compagnies.

15Bataillon nº 11. (Direction de Lyon)
Stationné dans la 7e région.
4 compagnies.

16Bataillon nº 12 et Sections alpines. (Direction de Chambéry)
Stationné dans la 14e région.
6 compagnies.

17Bataillon nº 13. (Direction de Chambéry)
Stationné dans la 15e région.
4 compagnies.

18Bataillon nº 14 et Sections alpines. (Direction de Nice)
Stationné dans la 15e région.
3 compagnies.

19Bataillon nº 15. (Direction de Nice)
Stationné dans la 15e région.
3 compagnies.

20Bataillon mixte de la Corse. (Direction de Bastia)
Stationné dans la 15e région.
2 compagnies.

21Bataillon nº 16. (Directions de Marseille et Montpellier)
Stationné dans les 15e et 16e régions.
5 compagnies.

22Bataillon nº 17. (Directions de Perpignan et Bayonne)
Stationné dans les 16e, 17e et 18e régions.
4 compagnies.

23Bataillon nº 18. (Direction de Bayonne)
Stationné dans la 18e région.
7 compagnies.

24Bataillon nº 19. (Direction de Bordeaux)
Stationné dans la 18e région.
4 compagnies.

25Bataillon nº 20. (Direction de La Rochelle)
Stationné dans la 18e région.
4 compagnies.

26Bataillon nº 21. (Direction de Nantes)
Stationné dans la 11e région.
2 compagnies.

27Bataillon nº 22. (Direction de Nantes)
Stationné dans la 11e région.
2 compagnies.

28Bataillon nº 23. (Direction de Brest)
Stationné dans la 11e région.
2 compagnies.

29Bataillon nº 24. (Direction de Brest)
Stationné dans la 11e région.
2 compagnies.

30Bataillon nº 25. (Direction de Brest)
Stationné dans la 11e région.
4 compagnies.

31Bataillon nº 26. (Direction de Saint-Malo)
Stationné dans la 10e région.
4 compagnies.

32Bataillon nº 27. (Direction de Saint-Malo)
Stationné dans la 10e région.
3 compagnies.

33Bataillon nº 28. (Direction du Havre)
Stationné dans la 3e région.
3 compagnies.

34Bataillon nº 29. (Direction de Rouen)
Stationné dans la 3e région.
3 compagnies.

35Bataillon nº 30. (Direction de Rouen)
Stationné dans la 3e région.
2 compagnies.

B. Unités de forteresse

361- Bataillons et compagnies stationnés dans la 1re région.

Bataillon de Dunkerque.
3 compagnies.

Bataillon de Maubeuge.
2 compagnies.

Compagnie de Calais.

372- Compagnies stationnées dans la 6e région.

Compagnie de Charlemont et Section des Ayvelles.

Compagnie de Montmédy.

Compagnie de Longwy.

383- Bataillon et Sections stationnés dans la 7e région.

Section de Giromagny.

Section de Servance.

Bataillon de Belfort.
2 compagnies.

Section de Montbéliard.

Section de Lormont.

394- Compagnie et Sections stationnées dans la 14e région.

Section de Lyon.

Compagnie de Modane.

Section de Briançon.

Section de Tournamp.

405- Compagnie stationnée dans la 16e région.

Compagnie de Port-Vendres.

416- Compagnies et Sections stationnées dans la 18e région.

Section de Blaye ;

Section d’Oléron.

Section de l’île de Ré.

Compagnie de Rochefort.

Compagnie de La Rochelle.

427- Compagnies et Sections stationnées dans la 11e région.

Section de Quiberon.

Section de Belle-Isle.

Compagnie de Lorient.

Compagnie de Brest.

Section du Crozon.

438- Compagnies et Section stationnées dans la 10e région.

Compagnie de Saint-Malo.

Compagnie de Cherbourg.

Section de Saint Waast.

449- Bataillon stationné dans la 3e région.

Bataillon du Havre.
3 compagnies.

4510- Gouvernement militaire de Paris.

Compagnie de Paris.

46Source : Tableau des officiers, 10e partie, Armée territoriale, I - Troupes. Chapitre premier. Corps militaire des Douanes.

II. Unités du corps militaire appelées à l’activité pendant la Grande Guerre

A. Situation des années 1914 et 1915

1. Unités actives des douanes

471er Bataillon.

Formé d’agents de la direction de Lille, ce bataillon de trois compagnies fut mis en activité le 23 août 1914. Il avait mission de garder la frontière entre les camps retranchés de Dunkerque et Lille. L’une de ses compagnies resta à Dunkerque pour contribuer à la défense de cette place, tandis que les deux autres furent rattachées à la 81e division territoriale qui opérait à l’arrière-garde des armées engagées en Belgique. Ces compagnies retraitèrent en direction de la Somme. Après la bataille de la Marne, leur marche s’inversa. À la fin du mois de septembre, elles se trouvèrent en première ligne sur la gauche de l’armée de Castelnau. Elles subirent quelques pertes dans les premiers jours d’octobre. Placées ensuite en seconde ligne, elles effectuèrent des travaux de campagne avant de gagner Dunkerque, à la mi-novembre, et d’y être affectées à la défense du camp retranché.

Le bataillon allait par la suite fournir le personnel chargé d’assurer une surveillance spéciale à la frontière franco-suisse.

48Bataillon actif nº 1 bis.

Formé dans la direction de Lille, ce bataillon à quatre compagnies de près de 800 hommes, fut appelé à l’activité le 23 août, comme le bataillon nº 1. Les consignes de mobilisation lui assignaient Lille comme point de réunion, mais l’évolution de l’offensive allemande le contraignit à se former à Béthune. Rattaché à la 82e division territoriale, il participa sans combattre à la retraite générale des armées en direction de l’Oise. Après la victoire de la Marne, il prit part en première ligne à la course à la mer. Le 2 octobre, il perdit 15 % de son effectif (60 tués ou disparus et 54 blessés). Au début de novembre 1914, il fut rattaché à la 56e division d’infanterie territoriale et, jusqu’à sa dissolution, fin 1915, il effectua des travaux de construction de tranchées et d’ouvrages de défense.

49Bataillon nº 2.

Fort d’environ 700 hommes, ce bataillon formé des brigades de la partie nord de la direction de Valenciennes comportait trois compagnies. Comme le bataillon nº 1 bis, il fut appelé à l’activité le 23 août, à un moment où les Allemands atteignaient la frontière franco-belge. Il lui fut impossible d’atteindre Lille comme ses consignes le prévoyaient. L’une de ses compagnies fut surprise par l’avant-garde allemande à Blanc-Misseron ; elle y subit des pertes, se dégagea en partie et parvint à gagner Paris par chemin de fer. Elle fut affectée alors au 4e bataillon actif.

Les autres compagnies, dont le regroupement ne put se faire, connurent des sorts différents. L’une parvint à s’échapper et à atteindre Dunkerque. L’autre se trouva mêlée aux combats qui eurent lieu aux environs de Valenciennes et elle fut en grande partie capturée le 25 août.

Le bataillon se trouva donc dissous de facto dès la fin du mois d’août.

50Bataillon nº 3.

Comprenant 300 hommes environ, en deux compagnies, ce bataillon formé des brigades de la partie sud de la direction de Valenciennes fut appelé à l’activité le 23 août comme les autres unités douanières du département du Nord. Son lieu de destination était le camp retranché de Maubeuge. Il y connut le sort malheureux de cette place qui, après un siège de courte durée, capitula le 8 septembre. 14 de ses hommes y furent tués ou blessés ; les autres connurent la captivité.

51Bataillon nº 4.

L’un des deux bataillons actifs de la direction de Charleville, cette unité de quatre compagnies comptait environ 700 hommes. Appelée à l’activité dès le 2 août, elle assura jusqu’au 25 de ce mois les missions de surveillance de la frontière que lui assignaient ses consignes. Le bataillon reçut ensuite l’ordre de gagner Laon et fut rattaché au QG de la 5e armée qu’il suivit dans ses mouvements avant et après la bataille de la Marne. Renforcé par des éléments provenant du 2e bataillon (cf. cidessus) qui constituèrent une cinquième compagnie, il assura un service de police jusqu’à sa dissolution à la fin de 1915.

52Bataillon nº 5.

Second bataillon de la direction de Charleville, cette unité de trois compagnies comptait 300 hommes environ. Chargée de la surveillance et de la défense de la pointe de Givet, elle fut appelée à l’activité le 2 août et elle assura jusqu’au 25 des patrouilles et reconnaissances, fournissant des guides aux troupes de ligne. Le bataillon gagna ensuite Reims, lieu de refuge que lui assignaient ses consignes. Affecté au QG de la 5e armée comme le bataillon nº 4 dont il partagea les activités, il fut réduit à deux compagnies. Sa dissolution intervint le 1er janvier 1916.

Le bataillon nº 6 fut rejoint, en septembre 1914, par la Section indépendante des Ayvelles, appelée à l’activité le 2 août 1914, qui avait rejoint Épernay avant d’être affectée au service des Étapes de la 6e armée.

Il fut dissous fin 1915.

53Bataillon nº 6.

Bataillon à trois compagnies de la direction de Nancy, le bataillon nº 6 fut appelé à l’activité le 31 juillet 1914 et s’organisa à Stenay. Chargé initialement de la garde de ponts sur la Meuse, il ne connut qu’une escarmouche avec des détachements de uhlans avant d’être chargé de la surveillance du parc d’aviation de Stenay, puis d’être dirigé sur Orléans où il assura la police d’un dépôt militaire jusqu’à la miseptembre. Fin septembre, il remonta en direction de Troyes et Sainte-Menehould et se vit confier la garde de routes et de gares, l’escorte de prisonniers et la police du camp de Mailly.

Il fut dissous fin 1915.

54Bataillon nº 6 bis.

Constitué comme le précédent dans la direction de Nancy et appelé à l’activité en même temps que lui, ce bataillon de trois compagnies se forma à Verdun conformément aux consignes. Il y effectua des missions de surveillance à l’extérieur et à l’intérieur de la place.

Il fut dissous fin 1915.

55Bataillon nº 7.

Bataillon à trois compagnies de la direction de Nancy, appelé lui aussi à l’activité le 31 juillet, cette unité se forma à Toul. Elle ne quitta pas cette place où elle fut chargée de missions de police. Elle fournit aussi aux corps d’infanterie et de chasseurs opérant dans le secteur des Vosges des détachements désignés en raison de leur connaissance du terrain pour servir d’agents de liaison et de guides.

Ce bataillon fut dissous fin 1915.

56Bataillon nº 8.

Ce bataillon à trois compagnies de la direction d’Épinal fut appelé à l’activité le 31 juillet. Une de ses compagnies resta au col de Bussang, les deux autres se concentrant à Bruyères fin août.

L’unité assura la surveillance du terrain jusqu’à la fin septembre, époque à laquelle elle fut affectée au groupe d’armées des Vosges. Le bataillon assura alors la garde du quartier général de l’armée et fournit des détachements de guides aux troupes opérant dans les secteurs de Saint-Dié, Gerardmer et Fraize.

Il fut dissous fin 1915.

57Bataillon nº 9.

Deux des quatre compagnies de ce bataillon (l’une formée dans la direction d’Épinal, l’autre dans celle de Besançon) furent appelées à l’activité le 2 août 1914. Elles prirent part en août et septembre aux combats qui se livrèrent autour de Belfort. Voir ci-après : Unités de forteresse, bataillon de Belfort.

58Bataillon nº 29.

Ce bataillon à trois compagnies formé dans la direction de Rouen fut appelé à l’activité le 11 septembre 1914 et chargé d’établir des postes de surveillance à la périphérie de l’agglomération rouennaise et aux abords des entrepôts pétroliers.

Il fut dissous fin 1915.

59Compagnies indépendantes du Pas-de-Calais et de la Somme.

Appelées à l’activité le 1er septembre, ces deux compagnies rejoignirent Dunkerque avant de suivre le sort du bataillon de forteresse de Boulogne. Voir ciaprès : Unités de forteresse, bataillon de Boulogne.

2. Unités de forteresse

60Bataillon de Dunkerque.

Formé de trois compagnies, ce bataillon fut appelé à l’activité le 23 août 1914 quand la progression des armées allemandes en Belgique fit peser une menace sur l’ensemble des départements du Nord et du Pas-de-Calais. Conformément à sa mission spécifique, l’unité fut chargée de la garde du port, l’une de ses compagnies opérant cependant à l’extérieur du camp retranché, sur la route d’Ypres, pour y contrôler la circulation et effectuer des missions de reconnaissance ; elle réintégra Dunkerque à la fin du mois de novembre.

Le bataillon détacha une section à Lille en protection d’un convoi ; les hommes formant ce détachement furent faits prisonniers au début d’octobre.

L’unité fut dissoute fin 1915.

61Bataillon de Maubeuge.

Ce bataillon à deux compagnies comptait environ 300 hommes. Avec le bataillon actif nº 3 (Voir ci-dessus) également fort d’environ 300 hommes, il participa à la courte défense du camp retranché. Les deux unités perdirent 2 officiers et 38 sous-officiers et soldats tués ou blessés. La quasi totalité des autres agents fut capturée.

Appelés à l’activité le 23 août, ces deux bataillons avaient cessé d’exister le 8 septembre.

62Bataillon de Boulogne.

Appelé à l’activité le 26 août, ce bataillon de deux compagnies fut renforcé le 1er septembre par les compagnies indépendantes du Pas-de-Calais et de la Somme (Voir ci-dessus) et affecté à la défense du camp retranché de Dunkerque. Réaffecté à Boulogne à la mi-novembre, il reçut le 1er décembre le renfort de la Compagnie de forteresse de Calais. Sous l’appellation de Bataillon de marche des douaniers de Boulogne, il fut chargé de la surveillance de la côte entre Saint-Valéry et Calais.

Il fut dissous fin 1915.

63Compagnies de Charlemont, Montmédy et Longwy.

Appelées à l’activité dès la mobilisation générale, ces unités de forteresse indépendantes participèrent aux combats qui eurent lieu lors de l’investissement des places dont elles assuraient la défense avec diverses unités de l’armée. Les forts ayant capitulé entre le 29 août et le 1er septembre, l’effectif de ces unités, soit environ 260 hommes, fut fait prisonnier. Une douzaine d’agents capturés à Charlemont réussirent toutefois à s’évader avant leur transfert dans un camp.

64Section indépendante des Ayvelles.

Cette petite unité n’ayant pu atteindre Givet se replia vers l’intérieur. Voir cidessus : Bataillon nº 5.

65Bataillon de forteresse de Belfort.

Ce bataillon de deux compagnies fut appelé à l’activité le 31 juillet 1914, en même temps que les Sections de forteresse de Servance, de Giromagny, de Lomont et de Montbéliard. Ces unités formèrent, avec deux compagnies du Bataillon actif nº 9 (Voir ci-dessus), un ensemble d’éléments difficilement dissociables.

En août, les agents de ces unités occupèrent des postes de surveillance, fournirent des guides aux troupes et effectuèrent des patrouilles.

En septembre, le bataillon et les autres éléments qui lui étaient rattachés accompagnèrent l’offensive française en Alsace en fournissant un détachement d’environ 600 hommes qui servirent en première ligne, effectuant des reconnaissances au cours desquelles ils subirent quelques pertes. Dans le secteur de Pfetterhausen, une compagnie tint durant plusieurs semaines un secteur de 1 200 mètres de front.

Au printemps de 1915, une grande partie des unités fut transférée le long de la frontière franco-suisse dont la surveillance devait être renforcée. Deux compagnies du bataillon de Belfort poursuivirent, en Alsace, l’exécution de missions de police militaire jusqu’à ce qu’elles soient employées, elles aussi, à la garde de la frontière.

Le bataillon de Belfort et les autres unités de forteresse qui lui avaient été rattachées de facto furent dissous à la fin de 1915.

66Bataillon du Havre.

Le bataillon du Havre, à trois compagnies, fut appelé à l’activité le 31 juillet, mais il ne reçut aucune mission militaire avant sa dissolution fin 1915.

67Compagnie de forteresse de Paris.

Appelée à l’activité le 7 août 1914 et initialement chargée de la garde de canaux et d’aqueducs, elle reçut mission, à partir le la fin du mois d’août, d’assurer le service d’ordre dans les perceptions où s’effectuait le paiement des allocations militaires.

La compagnie fut dissoute en juin 1915 après qu’une partie de son effectif eût été versée dans le bataillon de forteresse du Havre.

B. Situation à partir de 1916

68À partir du 1er janvier 1916, il ne subsiste dans la zone des armées que les unités suivantes :

69Bataillon actif nº 1 (nouveau).

Basé à Dunkerque, ce bataillon comprit initialement trois compagnies formées à partir des éléments provenant d’unités dissoutes (1er bataillon actif, 1er bataillon bis et bataillon de forteresse de Dunkerque). À partir de septembre 1916, sa composition fut portée à quatre compagnies à la suite de la dissolution de la compagnie n 4 (Voir ci-dessous). Il compta alors environ 700 hommes.

En septembre 1917, la remise à la disposition d’agents des classes non mobilisables conduisit à le réduire d’une compagnie, son effectif n’étant plus que de 450 hommes. Il fut peu après transféré sur la frontière franco-suisse, dans les zones franches du Pays de Gex et de la Haute-Savoie, entre Ferney-Voltaire et Saint-Gingolph.

Le bataillon nº 1 fut dissous le 15 août 1919.

70Compagnie active indépendante nº 4.

Formée des éléments du 4e bataillon actif, cette unité resta affectée à la 5e armée jusqu’en septembre 1916. Elle fut alors dissoute et ses agents transférés au 1er bataillon (cf. ci-dessus).

71Compagnie active indépendante nº 5.

Reliquat du 5e bataillon actif, cette compagnie resta affectée à la 6e armée, avec les troupes territoriales.

Elle fut dissoute en août 1919.

72Compagnie active indépendante nº 6.

Reliquat des 6e et 6e bis bataillons actifs, cette compagnie fut dirigée sur Vitry-leFrançois et affectée à la 2e armée avec les troupes territoriales.

Elle fut dissoute en août 1919.

73Compagnie active indépendante nº 8.

Reliquat du 8e bataillon actif, cette compagnie comprit aussi des éléments provenant du 7e bataillon. Elle resta affectée à la 7e armée. Sur ordre du QG de cette armée, elle fut chargée de la surveillance de la partie de la frontière franco-suisse au sud de Delle.

Elle a été dissoute en juillet 1919.

74Compagnie active indépendante nº 9.

Reliquat du Bataillon de forteresse de Belfort et, comme la compagnie nº 8, comportant des éléments du 7e bataillon, cette compagnie connut le même sort que la précédente.

75Compagnie de forteresse de Montbéliard.

Formée d’éléments provenant des 7e et 9e bataillons, ainsi que des sections de forteresse de Monbéliard et Lomont, cette compagnie connut elle aussi le sort des deux précédentes. Les trois unités, qui comptaient ensemble 490 hommes au début de 1916, furent placées sous le commandement de Joanny Chapellu, inspecteur principal des douanes, initialement commandant du bataillon de forteresse de Belfort.

C. Unités créées postérieurement à l’armistice

1. Unités créées pour la surveillance de la frontière d’Alsace-Lorraine

76En janvier et février 1919, le ministère de la Guerre décida la création de six compagnies actives formées d’agents des classes 1902, 1903 et 1904 retirés des corps de troupe. Ces unités dénommées Compagnies nº 10, 11, 12, 13 et 14 furent chargées d’assurer la surveillance de la frontière d’Alsace-Lorraine, territoires placés dans la zone des armées où l’échange des marks allemands devait être opéré.

77Elles furent dissoutes en juillet 1919.

2. Unités créées pour le rétablissement des lignes douanières à la frontière franco-belgo-luxembourgeoise

78Trois compagnies, dites de Lille, Valenciennes et Charleville, réunissant 2 000 agents des classes 1905 et postérieures retirés des corps de troupe et encadrés par 50 officiers des classes 1895 et postérieures, furent créées par décision du 25 décembre 1918 du Ministre de la Guerre, avec mission de rétablir les lignes de douane aux frontières du Nord et du Nord-Est. Effectivement constituées entre janvier et avril 1919, elles furent dissoutes au cours de l’été suivant.

3. Détachement de Constantinople

79C’est à la demande du haut-commissaire de la République en Orient qu’une section de douaniers composée de deux lieutenants, deux brigadiers, deux sousbrigadiers et 13 préposés fut envoyée, à titre militaire, à Constantinople pour contrôler la navigation. Créé en mai 1919, ce détachement ne fut embarqué qu’en août.

80Rattaché au quartier-général des armées alliées en Orient, il fut traité comme les autres militaires français de l’armée d’Orient et affecté à la base navale de Constantinople au titre du « contrôle des douanes interallié ».

81Maintenu en activité après le décret mettant fin à la mobilisation générale, le détachement ne fut dissous qu’en octobre 1923.

III. Composition du corps militaire en 1939 (décret du 23 novembre 1930)

Nº du bataillon

Direction

Nombre de compagnies

Régions militaires

1er

Paris

1

Gouv. milit. De Paris

2e

Dunkerque

5

1re

3e

Lille

7

"

4e

Valenciennes

9

"

5e

Charleville

10

1re, 2e et 6e

6e

Forbach

3

6e et 20e

7e

Metz

9

"

8e

Strasbourg

6

20e

9e

Mulhouse

6

7e

10e

Besançon

8

"

11e

Lyon

4

"

12e

Chambéry

7

14e

13e

Nice

7

14e et 15e

14e

Marseille

4

15e

15e

Montpellier

5

15e et 16e

16e

Perpignan

5

16e et 17e

17e

Bayonne

9

18e

18e

Bordeaux

6

"

19e

La Rochelle

5

18e et 11e

20e

Nantes

4

11e

21e

Brest

7

"

22e

Saint Malo

11

10e

23e

Rouen

7

3e

24e

Le Havre

3

"

25e

Boulogne

4

2e et 1re

26e

Bastia

2

15e

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable