Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Première partie. De l'histoire orale aux archives orales : histoire d'une acclimatation

Introduction

Texte intégral

  • 1  Pour cette partie « Histoire de l’histoire orale », nous faisons de larges emprunts à P. Joutard, (...)
  • 2  Ces aspects seront traités en deuxième et en troisième parties.
  • 3  D. Aron-Schnapper, « D’Hérodote au magnétophone. Sources orales et archives orales, Annales ESC, n (...)

1Dans cette partie descriptive et dans une perspective essentiellement pédagogique, nous souhaitons rappeler dans un premier temps les raisons pour lesquelles la source orale, alors qu’elle a été longtemps admise en histoire, notamment sous l’Antiquité, a été pendant plus d’un siècle en grande partie exclue de l’historiographie en France, et nous voudrions souligner les traces persistantes que ce rejet a laissées dans « les mentalités » historiennes jusqu’à nos jours. Dans un second temps, nous retracerons les étapes de la lente et difficile réintégration de la source orale, qui a emprunté largement les voies de la sociologie et de l’ethnologie1 ; cette réintégration, sous la forme de l’« histoire orale », s’est faite dans un climat universitaire et institutionnel particulier, celui de la période qui a suivi mai 1968, et dans un contexte intellectuel contestataire et polémique en sciences sociales et en sciences humaines. De ce fait, les professions de foi militantes qui l’ont entourée ont parfois mis en scène des oppositions manichéennes et un légendaire des origines, qui ont contribué à donner à la source orale ses lettres de noblesse autant que son caractère repoussoir. Dans un troisième temps, nous souhaiterions décrire son acclimatation générale en histoire contemporaine en France, acclimatation qui n’a pu se faire qu’au terme d’un processus complexe, conjuguant le recul d’une certaine conception scientiste de l’histoire, l’élargissement de la notion de source historique, l’intégration de la dimension mémorielle dans la réflexion historique, la patrimonialisation de la mémoire, l’innovation historiographique par la structuration d’une histoire du temps présent et le développement de thématiques historiques nouvelles. Le détour historique nous semble très utile pour comprendre les réactions mitigées et les réserves que suscite parfois encore aujourd’hui l’usage de la source orale, en dépit de la disparition de l’habillage « idéologique » ou militant de l’histoire orale et de l’apparente banalisation du recours aux témoignages et aux entretiens en histoire contemporaine. Par ailleurs, puisque la réintroduction de l’oralité s’est faite par le biais des sciences sociales et que ces dernières ont contribué à orienter durablement la discussion sur son utilisation, il nous semble nécessaire d’examiner leurs propositions concernant les questions de méthode, en particulier pour la préparation, la conduite et l’exploitation des entretiens2 ; nous pensons aussi que leurs réflexions sur la pratique comme sur les aspects les plus théoriques sont éclairantes pour l’historien désireux d’adapter cette méthode aux exigences de sa propre discipline. Nous verrons en effet que c’est paradoxalement une sociologue, Dominique Schnapper, qui a réintroduit dans le traitement des témoignages les rigueurs de la critique historique la plus austère, amorçant ainsi le basculement de « l’histoire orale » vers les archives orales3.

Notes

1  Pour cette partie « Histoire de l’histoire orale », nous faisons de larges emprunts à P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, 1983, à P. Thompson, The Voice of the Past : Oral History, Oxford, 1988, à J. Peneff, La méthode biographique, Paris, 1990, à M. Pollak (« Pour un inventaire » in Cahier de lIHTP, n° 4, 1987) et à M. Trebitsch (« Du mythe à l’historiographie », Cahier de lIHTP, n° 21, 1992) qui ont fait avant nous l’histoire de la naissance et du développement de l’histoire orale en France et en Europe. Voir la bibliographie générale en fin d'ouvrage.

2  Ces aspects seront traités en deuxième et en troisième parties.

3  D. Aron-Schnapper, « D’Hérodote au magnétophone. Sources orales et archives orales, Annales ESC, n° 1, janvier 1980, p. 183-199 ; Histoire orale ou archives orales ? Rapport dactivités sur la constitution darchives orales pour lhistoire de la Sécurité sociale, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, 1980, et « Questions impertinentes aux historiens oraux », Commentaire, vol. 6, n° 23, 1983.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540