Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’administration des douanes en France de 1914 à 1940

 | 
Jean Clinquart

Avant-Propos

Jean Clinquart

Texte intégral

1Ce livre fait suite aux diverses études – ouvrages et articles – que j’ai consacrées depuis une vingtaine d’années à l’histoire d’un service auquel j’ai appartenu pendant presque 47 ans. Ces travaux ont été publiés par l’Association pour l’histoire de l’administration des Douanes, par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France, ainsi que par les Éditions Tallandier en ce qui concerne des pages écrites, comme l’on dit, à l’intention du « grand public ».

2Le présent ouvrage couvre une période qui se termine quelques années avant que ne commence ma carrière. J’ai donc connu beaucoup de fonctionnaires qui avaient vécu, en totalité ou en partie, les années d’entre les deux guerres. Certains aimaient évoquer cette époque de leur vie et je les ai écoutés avec le respect dû aux « anciens » et l’intérêt que tout curieux porte à son environnement. J’ai pu, de la sorte, acquérir par ouï-dire une certaine connaissance de l’histoire douanière d’avant la seconde guerre mondiale. Bien entendu, la préparation de ce livre m’a permis d’approfondir, mais aussi de vérifier ce que j’avais appris dans des conditions aussi peu scientifiques. Les témoignages contemporains sont précieux, mais ils présentent souvent une vision partielle et partiale des choses. Il n’en est pas moins vrai qu’ils m’ont permis de ne pas entrer en étranger dans cette histoire et il me semble (j’espère, en tout cas) avoir évité, grâce à eux, quelques erreurs d’interprétation.

3Je sais néanmoins – n’étant pas assez « glorieux », comme l’on disait jadis, ou assez inconscient pour exempter mes travaux de ces tares – que fort peu d’études historiques sont exhaustives, et qu’aucune n’est définitive.

4Exhaustive, celle-ci ne saurait l’être, car elle ne s’appuie pas sur toutes les sources archivistiques que je n’aurais pas manqué d’exploiter si elles n’avaient pas apparemment disparu. Le Service des archives économiques et financières ne gère que peu d’archives douanières relatives à l’entre-deux-guerres. Font défaut, en particulier, les études portant sur l’organisation du service, les rapports annuels des chefs de circonscription (source potentielle d’informations précieuses sur tous les aspects de la vie administrative), les informations relatives à la fraude, les procès-verbaux de commissions diverses, etc. Il est à redouter que des éliminations regrettables aient eu lieu, sans doute en raison de contraintes matérielles. Les archives départementales, lieux de dépôt des archives des directions régionales des douanes, ne sont apparemment pas plus riches, mais j’avoue ne m’y être livré qu’à des sondages. J’ai été plus heureux du côté des Archives nationales dans le cadre de recherches portant, par exemple, sur le mouvement syndical, l’occupation de la Rhénanie et de la Ruhr, l’aide aux républicains espagnols.

5Au surplus, pour prétendre à une relative exhaustivité, ce travail aurait dû porter, non seulement sur la douane métropolitaine, comme c’est le cas, mais aussi sur les douanes des colonies et pays sous mandat. Ces services méritent des recherches spécifiques (telles celles qu’ont consacrées Alain Vitaux à la Côte-d’Ivoire et Dominique Niollet à l’Indochine) et je me suis limité à présenter en annexe l’analyse de quelques textes qui les concernent.

6Ce livre doit beaucoup à l’exploitation de sources imprimées. Il s’agit, en premier lieu, de la collection des lois et règlements des douanes dont l’origine remonte à 1816, et des Annales des douanes, publication officieuse créée en 1903. Ont été sauvegardées, grâce à elles, des milliers de circulaires, lettres communes et notes administratives portant sur les aspects les plus divers de la vie administrative.

7Les Annales présentent l’intérêt supplémentaire de comporter des chroniques où s’expriment les opinions en faveur à la direction générale des Douanes, mais aussi de très nombreuses informations de nature très variée. Il me semble que je manquerais à un devoir si je ne rendais pas hommage aux deux fonctionnaires qui furent à l’origine de cette revue hebdomadaire, Ernest Boulay et Marcel Turbert, tous deux chefs de bureau à l’administration centrale. Du second, les Annales écriront, au moment de sa mise à la retraite, qu’il fut non seulement l’un de leurs fondateurs, mais « leur inspirateur éclairé, leur conseiller éprouvé et, pour tout dire, leur véritable animateur ».

8La contribution qu’ont apportée les Annales à la conservation de la mémoire administrative mérite d’autant plus d’être mise en relief que les archives officielles sont, comme je l’ai dit, fort incomplètes.

9J’ai pu aussi me référer à la presse syndicale, en particulier à L’Action douanière, périodique de l’organisation qui regroupait le plus grand nombre de fonctionnaires des douanes entre 1920 et 1940. Le Syndicat national des douanes affilié à la CGT, qui possède aujourd’hui une collection complète de cette publication (partiellement présente dans les réserves de la BNF), m’a aimablement autorisé à en faire un dépouillement. Je lui en suis très reconnaissant.

  • 1 Ces cinq ouvrages ne comportaient pas d’index (noms de personnes et matières). Cette omission était (...)

10Ainsi que je le mentionnais au début de cet avant-propos, L’administration des Douanes de 1914 à 1940 s’inscrit dans une série chronologique qui comportait déjà cinq volumes1. J’ai essayé de rendre celui-ci aussi autonome que faire se pouvait. Des références à ceux qui l’ont précédé figurent assez fréquemment dans les notes, mais il n’est pas indispensable de s’y reporter, me semble-t-il, pour éviter des erreurs de compréhension. Du moins me suis-je appliqué à ce qu’il en soit ainsi.

Janvier 1999

Notes

1 Ces cinq ouvrages ne comportaient pas d’index (noms de personnes et matières). Cette omission était regrettable, mais — ô felix culpa ! — elle m’a incité à établir des index généraux que l’on trouvera à la fin du présent livre.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540