Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le développement de l’intervention de l’État entre 1870 et 1914 est longtemps resté inaperçu. L’historiographie a repris les critiques élaborées après la Première Guerre mondiale et surtout après 1945 à l’encontre d’un État jugé faible, voire inconséquent. L’étude du ministère du Commerce conduit à nuancer fortement ce constat : tout au long des premières décennies de la Troisième République, des hommes politiques comme Gambetta ou Millerand, des économistes comme Cauwès et même de nombreux commerçants et industriels réclament l’intervention de l’État, lui demandant instamment de prendre de nouvelles mesures ou encore de créer de nouveaux services pour répondre aux besoins économiques ou sociaux1.

I. Le renforcement de l’État

Cette demande est entendue par les ministres du Commerce et les hauts fonctionnaires. Ils y voient le moyen d’exercer leurs talents mais aussi de développer leur pouvoir et leurs compétences. Or les réponses élaborées par l’administration ont été souvent négligée...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540