Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Troisième partie. L’action sanitaire et sociale

Chapitre XII. L’économie solidaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À défaut d’adopter des dispositifs obligatoires de prévoyance, le gouvernement peut créer des institutions qui reposent sur la participation volontaire des citoyens et leur permettent d’accumuler un pécule ou de transmettre des biens dans des conditions favorables1.

La Deuxième République a consacré plusieurs lois à l’économie sociale. Elle a institué une Caisse de retraites et encouragé les sociétés de secours mutuels. La Troisième République veut poursuivre dans cette voie. Elle entend favoriser les activités de la Caisse des retraites mais aussi des caisses d’assurance en cas de décès et en cas d’accidents, des tontines et des caisses d’épargne ou encore des compagnies d’assurances. Elle peut aussi créer des institutions nouvelles. Par la loi du 9 avril 1881, elle fonde la Caisse nationale d’épargne. Destinée à la petite bourgeoisie commerçante et industrielle et aux campagnes, la caisse facilite le développement de l’épargne en dehors du cercle restreint des familles aisées2. De ...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540