Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Troisième partie. L’action sanitaire et sociale

Chapitre X. Les institutions du travail

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les questions sociales ne se résument pas aux seules conditions de travail et d’hygiène. Dès 1880, les républicains s’efforcent de donner aux ouvriers une place plus importante dans les institutions existantes. Ils prennent soin de manifester la considération qu’ils leur accordent lors de cérémonies publiques et s’engagent, selon la formule de Gambetta, à leur permettre « d’élaborer, de poursuivre eux-mêmes la solution des questions économiques et sociales1 ».

Le gouvernement réforme les conseils de prud’hommes, ce qui ne va pas sans provoquer des contestations. Il crée aussi de nouvelles institutions pour aider patrons et ouvriers à élaborer des solutions qui leur sont propres : les chambres syndicales, les Bourses du travail, puis les conseils du travail, forme de représentation paritaire, destinée à permettre aux patrons et aux ouvriers de débattre et de s’accorder par le vote. Surtout, il essaie d’associer les représentants du monde du travail à l’action de l’administration. C’es...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable