Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Troisième partie. L’action sanitaire et sociale

Chapitre IX. La police sanitaire et industrielle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début de la Troisième République, le ministère du Commerce est responsable de la police sanitaire et industrielle. Il s’intéresse ainsi aussi bien à l’hygiène qu’au contrôle de l’industrie, à la lutte contre le choléra ou encore à l’insalubrité1. Sous la pression des milieux hygiénistes, la majeure partie de ses attributions sanitaires est transférée en 1889 au ministère de l’Intérieur, qui se spécialise dans la lutte contre les pathologies urbaines, conséquences de l’exode rural et de l’essor tentaculaire des villes. Le ministère du Commerce se concentre alors sur la police industrielle, elle-même largement réorganisée par le vote, en 1892, d’une loi destinée à permettre une police du travail efficace et cohérente sur tout le territoire.

I. La police sanitaire

Les responsabilités sanitaires du ministère du Commerce sont nombreuses et variées. Elles comprennent l’inspection des pharmacies, l’inspection des viandes à la frontière2, le service des eaux minérales, ou encore la tutelle...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540