Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Première partie. La naissance du ministère du Commerce

Chapitre III. L’administration locale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les réformes élaborées dans les antichambres du ministère du Commerce n’ont d’intérêt que si elles sont suivies d’applications concrètes au niveau local. Le ministère du Commerce est bien conscient que les institutions parisiennes ne peuvent résoudre à elles seules tous les problèmes que rencontrent les commerçants et les industriels, dont le concours est de toute façon indispensable à la réussite de ses projets. C’est pourquoi il sollicite régulièrement les préfets, les élus locaux et surtout les chambres de commerce, qui rassemblent par place de commerce les fabricants et les négociants. Le grand intérêt qu’il accorde aux initiatives locales en fait un pionnier de la décentralisation, terme qui, à la fin du xixsiècle, ne désigne pas seulement les délégations de compétence de l’État aux collectivités territoriales mais s’applique à toutes les mesures qui favorisent les libertés locales1.

Sous l’impulsion des radicaux, le ministère du Commerce noue avec les notabilités des régions ...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540