Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Première partie. La naissance du ministère du Commerce

Chapitre II. L’administration centrale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour répondre aux demandes de réforme formulées par les députés, les ministres du Commerce s’appliquent à développer les compétences et la capacité d’initiative de leur administration. Entre 1870 et 1914, le ministère du Commerce ne compte qu’environ une centaine d’agents dans son administration centrale, ce qui est très insuffisant pour accomplir avec efficacité ses missions1. Pour contourner cet obstacle, les ministres s’efforcent de développer leurs services extérieurs et d’obtenir le concours bénévole des commerçants et des industriels. Ils s’appuient notamment sur les praticiens et les spécialistes des questions économiques et sociales, dont l’expertise est utile à l’administration.

I. L’organisation de l’administration centrale

La principale difficulté à laquelle est confronté le ministère du Commerce est la faiblesse de ses effectifs. Bien qu’il soit l’un des plus petits départements ministériels, la commission du budget de la Chambre des députés refuse toute augmentation de so...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540