Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Première partie. La naissance du ministère du Commerce

Chapitre premier. La naissance du ministère du Commerce

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début de la Troisième République, le nombre de ministères est réduit, de l’ordre de neuf ou dix selon les cabinets. La permanence de leurs attributions compense l’instabilité ministérielle, qui résulte du caractère imparfait des institutions adoptées en 18751. Les créations de portefeuilles et les réorganisations sont rares. Aussi, celle effectuée par Gambetta en 1881, quand il fait du Commerce un ministère à part entière, représente-t-elle une étape significative, qui montre une volonté d’orienter l’action de l’État dans un sens nouveau. Pour comprendre le sens de cette mesure, il faut la replacer dans l’histoire des services chargés du Commerce, mais aussi la rapporter à l’évolution des idées économiques et au contexte politique du début des années 1880.

I. L’évolution de l’administration du Commerce

L’administration du Commerce n’est pas une création de la Troisième République. Sous l’Ancien Régime, tantôt appelée conseil, tantôt bureau, elle tend à former une entité autonome, a...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540