Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éthique de la gestion publique

 | 
Marcel Guenoun
, 
Jean-François Adrian

Témoignages de praticiens et compte rendus d’expérience : actions ciblées sur les marchés publics

Les travaux en faveur de l’intégrité au niveau du Conseil de l’Europe

Christophe Speckbacher

Note de l’auteur

Les points de vue exprimés dans ce document sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas forcément ceux du Conseil de l’Europe.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Fondé en 1949 et comprenant 47 États membres, le Conseil de l’Europe (ci-après appelé CdE) est une organisation internationale et intergouvernementale « classique » à part entière. Son siège est à Strasbourg (France). Même si ce sont surtout les activités dans le domaine des droits de l’homme ‑ et notamment de la Cour européenne des droits de l’homme ‑ qui font que le CdE est connu du grand public, les États se dont dotés avec cette organisation, dès sa création en 1949, d’une coopération intergouvernementale étendue et ils ont attribué au CdE une compétence générale n’excluant que les questions de défense. Le mandat politique général s’est progressivement accentué sur la préservation des valeurs fondamentales en Europe (démocratie, état de droit, droits de l’homme).

Une première référence aux questions d’intégrité et de corruption apparaît en 1981 dans la Recommandation (81) 12 du Comité des Ministres aux États membres sur la criminalité des affaires. Le texte demande aux États memb...

Auteur

Chef de Section au sein du Secrétariat du Groupe d’États contre la Corruption, Christophe Speckbacher est diplômé en droit européen et international ainsi qu’en science politique de l’université de Montpellier. Il travaille depuis 1996 pour le Conseil de l’Europe. En 1999, il se spécialise sur les politiques contre la corruption, le blanchiment et le crime organisé. Administrateur, chef de section auprès du Groupe d’États contre la corruption (GRECO), le mécanisme intergouvernemental créé en 1999 pour veiller à la mise en place de politiques anticorruption par les États membres, conformément aux objectifs des divers traités et autres instruments juridiques internationaux adoptés par l’organisation. Il est régulièrement amené à se déplacer pour procéder à des « évaluations » thématiques, sur des thèmes tels que la prévention de la corruption dans l’Administration, chez les magistrats et les parlementaires, le travail répressif dans les dossiers de corruption et le financement politique.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540