Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éthique de la gestion publique

 | 
Marcel Guenoun
, 
Jean-François Adrian

Témoignages de praticiens et compte rendus d’expérience : stratégies globales pour prévenir et vaincre la corruption

Le rôle d’une ONG : Transparency International

Peter Eigen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je souhaite remercier une nouvelle fois les organisateurs des Rencontres internationales de gestion publique d’avoir permis que soient rassemblées, en 2013, autant de personnalités pour s’exprimer sur ce thème important qu’est l’éthique de la gestion publique. Je dois dire qu’après avoir écouté leurs interventions je m’étais senti d’autant plus encouragé à parler du rôle de la société civile dans l’amélioration de la gouvernance publique et l’érection de garde-fous contre la corruption.

Lors de ces rencontres, l’an passé, la colère d’un citoyen s’était invitée dans les débats et il faut bien reconnaître que cette émotion est largement partagée à travers le monde. Des mouvements de protestation populaires se font entendre avec force dans les rues du Caire, de New York, de Washington (avec le mouvement Occupy Washington) ou en Indonésie. Un collègue tchadien s’est même interrogé sur l’opportunité de faire intervenir des organisations confessionnelles, avec leur éthique et leur système ...

Auteur

Avocat de formation, Peter Eigen a travaillé dans la sphère du dévelop­pement économique et de la coopération pendant 25 ans, notamment en qualité de responsable de programmes de la Banque mondiale en Afrique et en Amérique latine de 1988 à 1991. Sous le patronage de la fondation Ford, il a fourni une assistance juridique et technique aux gouvernements du Botswana et de la Namibie et a enseigné le droit dans les universités de Francfort et de Georgetown. En 1993, il fonde Transparency International, une organisation non gouvernementale qui lutte pour la transparence et l’obligation de rendre des comptes dans le développement international. L’organisation a son siège à Berlin et possède des bureaux dans plus de 90 pays. Il en fut le président jusqu’en 2005 et est aujourd’hui à la tête du conseil consultatif. Il est l’un des initiateurs, et, depuis 2006, le président du conseil d’administration de l’Extractive Industries Transparency Initiatives (EITI), une initiative internationale menée par des États, des ONG et des entreprises ayant pour but de promouvoir la transparence sur les transactions entre États et entreprises et de prévenir la corruption. Actif au sein de la Carnegie Endowment for International Peace, il est également administrateur de Crown Agents et membre de l’Africa Progress Panel, une fondation basée à Genève et présidée par Kofi Annan. Dans son livre Le réseau de la corruption, paru en 2003 aux éditions Campus, il décrit comment fonctionne le système de la corruption et donne des conseils pour l’endiguer et contribuer à la transparence. Pour son engagement, il a reçu plusieurs distinctions : en 2000, le titre de docteur honoris causa de l’Open University du Royaume-Uni, en 2004, celui d’« Européen de l’année », en 2007, le prix « Gustav Heinemann » et en janvier 2013 il a été élevé au rang de commandeur de l’Ordre du mérite de la République fédérale d’Allemagne.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540