Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éthique de la gestion publique

 | 
Marcel Guenoun
, 
Jean-François Adrian

Témoignages de praticiens et compte rendus d’expérience : stratégies globales pour prévenir et vaincre la corruption

La lutte contre la corruption au Botswana

Shadrack G. Kgomo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Classé 33e dans le dernier rapport de Transparency International, le Botswana occupe une place spéciale dans la lutte contre la corruption en Afrique en se situant au premier rang de tous les pays du continent pour la quinzième année consécutive. Dans ce domaine comme dans d’autres, grâce à l’exploitation rationnelle de ses mines de diamants et à la bonne gouvernance de ses dirigeants, le pays est devenu un modèle, cité en exemple par de nombreux observateurs occidentaux.

Comment le pays est-il parvenu à ce résultat ? En 1994, après une série de scandales, le gouvernement du Botswana a mis en place un service indépendant et puissant, la Direction de lutte contre la corruption et la criminalité économique (DCEC), créé à l’initiative du parlement (loi de 1994 sur la corruption et la criminalité économique) et ayant pour mission spécifique de lutter contre ces deux fléaux. La DCEC est placée sous la responsabilité d’un directeur général nommé par le président de la République, auquel il...

Auteur

Directeur adjoint à la direction de Lutte contre la corruption et la criminalité économique du Ministère de la Justice du Botswana, Shadrack G. Kgomo est titulaire d’un diplôme de 2e cycle en investigation criminelle de l’université du Caire et d’un diplôme de 3e cycle en justice criminelle et en administration de la police de l’université de Leicester. Il a commencé sa carrière en 1978 comme officier dans les services de la Police nationale. Il y a exercé jusqu’en 1994 et a participé à de nombreuses formations qualifiantes sur la lutte contre le blanchiment, la corruption et les trafics. Il travaille alors avec la direction contre la corruption et la criminalité économique (DCEC), créée au sein du ministère botswanais de la Justice, qu’il intègre en 1996. En novembre 2009, il est nommé officier en chef anticorruption et se voit confier le bureau régional de Francistown. En juillet 2012, il est nommé directeur adjoint et est chargé de la supervision des opérations de la direction pour les régions nord du pays. La directrice de la DCEC, Rose N. Seretse, est actuellement présidente de l’Association anticorruption des pays du Commonwealth, dont le premier centre anti­corruption a été inauguré le 25 février 2013 à Gaborone.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540