Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éthique de la gestion publique

 | 
Marcel Guenoun
, 
Jean-François Adrian

Témoignages de praticiens et compte rendus d’expérience : stratégies globales pour prévenir et vaincre la corruption

La prévention de la corruption au niveau fédéral en Allemagne

Beate Lohmann

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le présent article date de 2013 et reflète donc la situation juridique de cette même année. Les développements et modifications ultérieurs ne sont pas pris en compte.

* * *

Introduction

La corruption mine la confiance dans l’intégrité de l’administration publique et, par conséquent, dans la capacité de fonctionnement de l’État dans son ensemble. La corruption représente un préjudice économique important et nuit à une concurrence loyale. Afin d’éviter de telles conséquences, les actes de corruption constatés doivent être sanctionnés. Le bilan de la situation en matière de corruption au niveau fédéral (Bundeslagebild Korruption), établi par le Bundeskriminalamt (Office fédéral de la police judiciaire), fait état pour l’année 2011 de 1 528 procédures d’enquête portant sur des faits de corruption, dont 35 % concernent l’administration publique du Bund, des Länder et des communes1. D’après des statistiques internes du ministère fédéral de l’Intérieur, 34 procédures d’enquête ont été engagée...

Auteur

Directrice générale de la Modernisation de l’administration et de l’Organisation administrative au ministère fédéral de l’Intérieur à Berlin depuis 2010, Beate Lohmann est juriste diplômée des universités de Cologne et Düsseldorf où elle a obtenu son deuxième examen d’État en droit en 1990. Elle a commencé sa carrière comme chef de bureau à l’Office fédéral d’administration à Cologne, puis à Berlin. En 1992, elle est nommée chargée de mission au ministère fédéral allemand de l’Intérieur à Bonn et a effectué une mobilité auprès du HM Treasury (ministère britannique de l’Économie et des Finances) à Londres en 1994. En 1996, elle est nommée conseillère technique auprès du secrétaire d’État. En 1998, elle a été nommée chef de projet « Introduction de nouveaux instruments de pilotage » puis, en 1998, chef de la division « État moderne » et en 2003, chef de la cellule « Simplification administrative ». En 2005, elle est nommée chef de la division « Modernisation de l’administration et organisation administrative ». Après avoir été nommée adjointe du directeur général des services centraux du ministère en 2008, elle est nommée en 2010 directrice générale de l’Organisation et de la modernisation de l’Administration. C’est l’un des bureaux de cette direction qui a en charge et coordonne la prévention de la corruption au sein de l’Administration fédérale.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540