Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention du logement aidé en France

 | 
Sabine Effosse

Deuxième partie. L’âge d’or du secteur aidé, 1953-1962

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1Après une période d’atonie puis de frémissement, la construction française connaît entre 1953 et 1962 une période d’essor sans précédent. En une décennie, le nombre de logements achevés est multiplié par quatre et, dès 1956, l’objectif de 240 000 logements est atteint.

2L’analyse du dénombrement des logements lancés par secteur de financement montre que cette reprise extrêmement vive de l’effort de construction repose sur le secteur aidé. Les logements financés par les primes et prêts spéciaux du Crédit foncier représentent, en effet, pour la période considérée, près de 40 % des logements mis en chantier, contre une moyenne de 28 % pour le secteur social (HLM) et de 12 % pour le secteur libre.

3Cette impulsion décisive résulte de la concrétisation de la réflexion émise par E. Claudius-Petit dès 1952 : la création d’une nouvelle catégorie de logements aidés, les logements économiques et familiaux ou Logécos. Bénéficiant de facilités financières accrues en contrepartie du respect de maxima de prix de revient et de normes strictes de surface et de confort, ces logements assurent la prépondérance du secteur à laquelle la réforme de décembre 1963 met fin.

4Conçu comme provisoire et limité, le système inauguré par la loi du 21 juillet 1950 se pérennise et se transforme en moteur essentiel de la construction. Pourtant, les inconvénients qu’implique, tant sur le plan monétaire que budgétaire, sa généralisation ne sont pas minces.

5Pour cette dernière raison, cet essor n’est ni linéaire, ni illimité. A une période de croissance extrêmement vive de la construction aidée de 1953 à l’été 1956, durant laquelle la production des prêts spéciaux atteint son maximum grâce à un contexte économique et financier favorable (chapitre IV), succèdent le temps des restrictions, marqué par le retournement de conjoncture de l’été 1956 (chapitre V), puis celui de l’encadrement, l’ampleur de la croissance débordant les possibilités financières de l’État, obérées par la guerre d’Algérie, et celles de l’industrie du bâtiment, privée de main-d’œuvre (chapitre VI).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 599k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable