Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

La campagne en faveur des économies de guerre en Grande‑Bretagne : naissance d’une politique moderne de l’épargne

Michael Moss

Note de l’auteur

Michael Moss souhaite remercier Hannah Riley, alors employée à la Bodleian Library d’Oxford, qui a supervisé la restauration de la collection décrite à la note de bas de page n° 16 ; le personnel des archives de la Banque d’Angleterre et du British Postal Museum and Archive ; Anthony Brown, pour avoir attiré son attention sur les liens de lord Rhondda avec le mouvement anti-alcool ; Edwin Green ; le professeur Derek Oddy ; le professeur Hew Strachan et Thorsten Wheber (note 1 dans l'ouvrage papier).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque la guerre fut déclarée, en août 1914, cela faisait un siècle que le Royaume-Uni n’avait pas été impliqué dans un grand conflit européen, si l’on fait abstraction de la guerre de Crimée (1853‑1856). Le ministère des Finances, dirigé par le jeune John Bradbury, était convaincu que le Royaume-Uni disposait de ressources suffisantes pour mener une campagne de courte durée, qui pourrait être financée en grande partie par la vente d’obligations à des établissements financiers. Cependant, au printemps 1915, les responsables politiques commencèrent à s’inquiéter des répercussions macroéconomiques d’un conflit qui s’annonçait long. Les inquiétudes du ministère des Finances se cristallisaient autour de la hausse de la masse monétaire consécutive à l’injection massive de liquidités dans l’économie pour financer le matériel de guerre, qui se traduisait à son tour par une forte augmentation des revenus intérieurs, à mesure qu’une part croissante de la population venait rejoindre les rang...

Auteur

De 1970 à 1974, Michael Moss est greffier du Registre national des Archives (Ecosse), où il est en charge de la collecte et de la sauvegarde des dossiers de nombreuses entreprises de construction navale et d’ingénierie maritime. De 1974 à 2001, il est archiviste à l’Université de Glasgow. De 2001 jusqu’en 2013, il est professeur de recherche d’archivistique à cette même université où il met en place un cours de maîtrise en gestion de l’information et de la conservation. De 2007 à 2013, il est membre du Conseil consultatif du Lord Chancellor sur des documents et archives nationales. Il est également administrateur des Archives nationales d’Ecosse. Depuis 2013, il est professeur d’archivistique à l’Université de Northumbria.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540