Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

La Banque de France et le financement direct et indirect du ministère des Finances pendant la Première Guerre mondiale : un modèle français ?

Vincent Duchaussoy et Éric Monnet

Note de l’auteur

Le contenu du présent article n’engage ni la Banque de France ni l’Eurosystème.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le prisme des relations entre les banques centrales et l’État est un élément central de l’historiographie des banques centrales1. Elle a particulièrement donné lieu, pour ce qui concerne la Banque de France2, à une bibliographie abondante. Cependant, les relations entre la banque centrale et l’État ont souvent été analysées du point de vue de l’équilibre politique et institutionnel de celles-ci, permettant ainsi de saisir les enjeux de l’influence respective des institutions dans la définition et la mise en œuvre de la politique économique et monétaire de la nation. Mais qu’en est-il des relations financières entre la Banque de France et l’État ? Bien que demeurant un institut d’émission privé depuis sa création en 1800 jusqu’à la réforme de sa gouvernance en 1936, puis sa nationalisation en 1945, la Banque n’en noue pas moins des relations particulières avec l’État, autorité qui lui confère et renouvelle son privilège d’émission. Si le privilège de l’émission monétaire et la pratiq...

Auteurs

Vincent Duchaussoy est historien, post-doctorant à Normandie université, spécialiste des banques centrales et des relations monétaires internationales. Après un mémoire consacré aux relations entre la Banque de France et le Trésor de 1978 à 1984, primé en 2010 par l’Institut François Mitterrand, sa thèse de doctorat, soutenue en 2013 à l’université de Rouen, porte sur l’histoire de l’organisation et de la gouvernance de la Banque de France de 1936 à 1993. Il développe aujourd’hui un programme de recherche consacré à la coopération monétaire internationale dans le cadre de la Zone franc. Ses recherches recouvrent ainsi trois axes principaux : l’histoire des relations économiques et monétaires dans l’espace francophone africain, l’histoire du financement de la dette publique en Europe au xxe siècle, ainsi que la dimension monétaire de la construction européenne. Il a publié : La Banque de France de l’État, Paris, L’Harmattan, 2011, 228 p.

Eric Monnet est économiste à la Banque de France et enseignant associé à l’École d’économie de Paris et à l’EHESS. Son travail de recherche porte sur l’histoire des politiques monétaires, du système monétaire international et des marchés financiers en Europe au xxe siècle. Il est l’auteur d’une thèse sur la politique monétaire française et le contrôle du crédit de 1945 à 1973 (prix de thèse de l’Economie History Association, 2013 et de l’International Economic History Association, 2015). Il a récemment dirigé (avec Claudia Sternberg), l’ouvrage Euro, les années critiques, PUF/VDI.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540