Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’échec a-t-il des vertus économiques ?

 | 
Natacha Coquery
, 
Matthieu de Oliveira

Les usages sociaux de la faillite

L’échec et les brevets d’invention (France, 1791-1844)

Jérôme Baudry

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsqu’en 1791, l’Assemblée nationale adapte la législation anglaise des patents et introduit les brevets d’invention, l’objectif est de protéger l’inventeur en lui assurant la propriété temporaire de son invention et, par là, d’encourager l’innovation. Si le brevet est conçu comme un dispositif au service des inventeurs, ses caractéristiques en font pourtant un instrument difficile à manier. À travers les dispositions légales se fait jour une vision individualisante de l’inventeur qui ouvre à de multiples possibilités d’échec. Répondant à l’enquête lancée en 1829 par le ministre du Commerce et des Manufactures sur les brevets d’invention, le négociant Théodore Barrois, pour le compte de la chambre de commerce de Lille, peindra ainsi une image particulièrement affligeante de l’inventeur breveté : « le droit d’exploiter seul une invention n’est que le droit de faire seul un apprentissage difficile, et qui, fait ainsi, est souvent ruineux1 ». Après avoir examiné en quoi consiste cette...

Auteur

Jérôme Baudry est un ancien élève de l’ENS Cachan, agrégé de sciences sociales, docteur en histoire de l’EHESS et de Harvard University. Il est actuellement chercheur postdoctoral à l’université de Genève.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540