Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’échec a-t-il des vertus économiques ?

 | 
Natacha Coquery
, 
Matthieu de Oliveira

Les usages sociaux de la faillite

Échecs consentis, échecs provoqués ? Les hommes d’affaires juifs et chrétiens et la faillite (couronne d’Aragon, midi de la France) à la fin du Moyen Âge

Claude Denjean et Juliette Sibon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les documents de la pratique économique du bas Moyen Âge occidental méditerranéen, à savoir les actes notariés, les archives judiciaires et municipales, les écritures personnelles des hommes d’affaires juifs et chrétiens offrent un riche matériau pour approcher les usages socio-économiques de la faillite. Les sources latines et hébraïques, ibériques et provençales exhument en effet des partenariats multiples, complexes et emboîtés entre acteurs économiques, chrétiens et juifs, au travers de réseaux révélés par des associations de plus ou moins longue durée, parfois brisées en place publique, à l’ouïe de tous, lors de litiges dont la violence rhétorique diffamatoire interpelle. En outre, si les mentions de faillites sont rares au bas Moyen Âge, période pourtant marquée par des « crises », les tentatives de les provoquer sont, elles, nettement visibles.

Cerner les raisons de l’échec provoqué à des fins économiquement vertueuses et discerner le consensus autour de cet échec invitent à r...

Auteurs

Claude Dejean est professeur des universités, université de Perpignan-Via Domitia. Parmi ses dernières publications en lien avec la thématique de l’ouvrage : La loi du lucre. L’usure en procès dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, Madrid, Casa de Velázquez, 2011 ; avec L. Feller, Expertise et valeur des choses. 1- Le besoin d’expertise, Madrid, Casa de Velázquez, 2014 ; Identités juives entre ancrage et passages en Catalogne, xiie-xve siècles, Paris-Louvain, Peeters, 2015 ; avec J. Sibon, « Écrire pour entreprendre. Pratiques des hommes d’affaires juifs en Méditerranée occidentale au xive siècle », Histoire économique des Juifs de France, xive-xviiie siècles. Nouvelles approches, É. Oliel-Grausz (dir.), Archives juives, 47/2, Paris, 2014, p. 10-28.

Juliette Sibon est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université d’Albi et directrice de la Nouvelle Gallia Judaica – LEM – UMR 8584. Agrégée d’histoire et docteur en histoire du Moyen Âge, Juliette Sibon a publié sa thèse, intitulée « Les juifs de Marseille au xive siècle », en 2011 aux Éditions du Cerf. Ses recherches portent sur les citoyens et hommes d’affaires juifs en Provence dans les derniers siècles du Moyen Âge, à partir des données économiques tirées des archives notariales et judiciaires principalement. Parmi ses publications, plusieurs articles envisagent les stratégies des marchands-entrepreneurs juifs médiévaux, dont « Travailler dans une autre communauté de la diaspora au xive siècle. Corailleurs et médecins juifs entre Provence, Catalogne et Sardaigne », Cahiers de la Méditerranée, 84, 2012, p. 19-37, « Bondavin revisité. Le prêteur juif de Marseille Bondavin de Draguignan (v. 1285-1361), suite et fin », Le Moyen Âge, 118 (3-4), 2012, p. 643-661, et « Le crédit et l’entreprise des juifs à Marseille au lendemain de la Peste noire (1348) », Entreprises et Histoire, 52, septembre 2008, p. 27-35.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540