Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’échec a-t-il des vertus économiques ?

 | 
Natacha Coquery
, 
Matthieu de Oliveira

Avant-propos. L’échec économique, ses infortunes et ses vertus

Natacha Coquery et Matthieu De Oliveira

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’été 2008, la planète tremble en découvrant l’ampleur de la crise financière qui s’annonce. Les « subprimes », ce produit financier à vocation immobilière, massivement proposées aux ménages des États-Unis, quelle que soit la capacité d’emprunt réelle de ceux-ci, avant d’être « titrisées » et dissimulées au sein de bouquets d’autres placements moins toxiques, deviennent une réalité dévastatrice. En quelques semaines, c’est toute l’économie mondiale qui en subit le contrecoup, basculant dans une récession aux effets économiques et sociaux aussi dramatique que durables.

La première « victime » de cette crise est sans conteste la banque d’investissement Lehman Brothers. Fondée à Montgomery (Alabama) en 1850, elle s’installe à New York au lendemain de la guerre de Sécession et s’impose progressivement comme un des principaux établissements bancaires états-uniens, puis mondiaux au cours du xxsiècle. En 2006, avec un chiffre d’affaires de 46,7 milliards de dollars pour un résultat net ...

Auteurs

Natacha Coquery est une ancienne élève de l’ENS Fontenay, agrégée
d’histoire, professeur d’histoire moderne à l’université de Lyon 2, membre senior de l’Institut universitaire de France, ancienne présidente de l’Association française d’histoire économique (AFHE) de 2010 à 2013. Spécialiste de la consommation, du crédit et du commerce de détail à Paris au xviiie siècle (Tenir boutique à Paris au xviiie siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, Éditions du Comité historique et scientifique, 2011), ses recherches actuelles portent sur le marché du luxe, des années 1780 aux années 1820.

Matthieu de Oliveira est agrégé d’histoire, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille 3-IRHiS (UMR 8529). Ses travaux portent sur la place de l’argent dans la France post-révolutionnaire. Il a récemment dirigé (avec J. Jambu) un numéro thématique de la Revue du Nord consacré à « La monnaie en Flandre et dans le Nord (xviie-xixsiècle) » et publié « Du teneur de livres au comptable. Formalisation et diffusion des savoirs comptables dans la France de la première industrialisation », in C. Christen (dir.), L’éducation industrielle et les savoirs enseignés aux ouvriers adultes en France (1800-1870), Les Études sociales, 159, 2014, p. 103-118.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable