Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ressources publiques et construction étatique en Europe. XIIIe-XVIIIe siècle

 | 
Katia Béguin

Construction politique et mobilisation des ressources publiques

Le crédit au Moyen Âge : les prêts à la couronne d’Angleterre entre 1272 et 1345

Adrian R. Bell, Chris Brooks et Tony K. Moore

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article présente les principales conclusions d’un projet de recherche récemment mené au Centre ICMA de l’Université de Reading et financé par l’Economic and Social Research Council (ESRC). Dans le cadre de cette étude, nous avons appliqué l’analyse et les théories financières modernes aux débuts de la dette souveraine, en l’occurrence aux accords de crédit conclus par les « trois Édouard », rois d’Angleterre de 1272 à 1377, et une succession de compagnies marchandes italiennes. Pour ces trois rois, un accès régulier au crédit était indispensable au bon fonctionnement de l’administration ainsi qu’au financement d’une politique étrangère ambitieuse. Les marchands espéraient bénéficier du paiement d’intérêts et de l’assurance d’un accès avantageux au marché anglais, notamment au marché de la laine. Cet article retrace brièvement la chronologie des relations entre les rois d’Angleterre et les compagnies marchandes successives, avant d’aborder plus en détail certains points fondament...

Auteurs

Titulaire de la chaire d’histoire de la finance et directeur d’école doctorale à l’ICMA Centre de la Henley Business School de l’Université de Reading, Adrian R. Bell étudie l’histoire de la finance médiévale, la vie des soldats au Moyen Âge et l’économie du football professionnel. Il a co-dirigé plusieurs projets de recherche nécessitant la construction et l’analyse de vastes bases de données. Dans le cadre d’un projet financé par le Leverhulme Trust, ses recherches portent actuellement, sur les taux de change au Moyen Âge. Il a notamment publié : (avec C. Brooks et T. Moore), « The credit relationship between Henry III and merchants of Douai and Ypres, 1247-1270 », Economic History Review, 67 (1), 2014, p. 123-145, en ligne sur : http://centaur.reading.ac.uk/30670 ; (avec C. Sutcliffe), « Valuing medieval annuities : were corrodies underpriced ? », Explorations in Economic History, 47 (2), 2010, p. 142-157, en ligne sur : http://centaur.reading.ac.uk/18664 ; (avec C. Brooks et T. Moore), Accounts of the English Crown with Italian merchant societies, 1272-1345, List and Index Society, 2009 ; (avec C. Brooks et P. Dryburgh), The English wool market c. 1230-1307, Cambridge University Press, 2007.

Professseur de finance et directeur de recherché au ICMA Centre de la Henley Business School de l’Université de Reading, Chris Brooks est titulaire d’un PhD et d’un BA d’économie et d’économétrie de l’Université de Reading. Son champ de recherche inclut la valeur des actifs, le management de fonds, la finance comportementale, l’histoire financière et l’analyse économétrique et modélisée de la finance et de l’immobilier. Il est l’auteur de la première introduction du manuel d’économétrie Introductory Econometrics for Finance (Cambridge University Press, 2014), actuellement dans sa troisième édition et vendu à plus de 50 000 exemplaires. Il a récemment publié : (avec A. Bell et T. Moore), « The credit relationship between Henry III and merchants of Douai and Ypres, 1247-1270 », Economic History Review, 67 (1), 2014, p. 123-145 ; (avec I. Oikonomou et S. Pavelin), « The effects of corporate social performance on the cost of corporate debt and credit ratings », Financial Review, 49 (1), 2014, p. 49-75 ; (avec A. Bell et T. Moore), « Medieval foreign exchange : a time series analysis », dans M. Casson, N. Hashimzade (dir.), Large Databases in Economic History : Research Methods and Case Studies. Routledge Explorations in Economic History, Abingdon, Routledge, 2013, p. 97-123, en ligne sur : http://centaur.reading.ac.uk/35341 ; (avec A. Bell et T. Moore), « Credit finance in thirteenth-century England : the Ricciardi of Lucca and Edward I 1272-1294 », dans J. Burton, F. Lachaud, P. Schofield, K. Stöber, B. Weiler (dir.), Thirteenth-century England xiii (proceedings of the Paris conference, 2009), The Boydell Press, 2011, p. 101-116.

Tony K. Moore est professeur associé au ICMA Centre de la Henley Business School de l’Université de Reading. Ses recherches portent sur les relations entre le centre et les périphéries dans l’Angleterre médiévale et l’histoire de la finance. Il a collaboré à des études sur la dette souveraine anglaise et sur les conséquences de la perte de la Normandie en 1204. Il est actuellement chercheur associé au projet de recherches du Leverhulme Trust sur les taux de change au Moyen Âge. Il a récemment publié : (avec A. Bell et C. Brooks), « The credit relationship between Henry III and the merchants of Douai and Ypres, 1247-1270 », Economic History Review, 67, 2014, p. 123-145 ; « Score it upon my taille”. The use (and abuse) of tallies by the medieval exchequer », Reading Medieval Studies, 39, 2013, p. 1-24.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540