Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ressources publiques et construction étatique en Europe. XIIIe-XVIIIe siècle

 | 
Katia Béguin

Impôt ou emprunt, impôt et emprunt ?

La paga floreni. Utilisations politiques d’un impôt sur les dividendes à Gênes (fin du xve siècle)

Carlo Taviani

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’une des principales différences entre la dette publique de Gênes et celle d’autres cités-États pendant la Renaissance réside dans l’organisation des créanciers. Même si, ailleurs, les créanciers de l’État devinrent influents, ils ne s’organisèrent pas en associations autonomes. On a émis l’hypothèse qu’à Florence, les grands détenteurs de dette flottante avaient acquis un pouvoir tel qu’ils pouvaient influer sur les politiques. Toutefois ils ne s’organisèrent pas en corporation1. À Gênes, en revanche, les créanciers créèrent une corporation, la Casa di San Giorgio, qui non seulement acquit progressivement une forte autonomie par rapport à la commune mais développa aussi un pouvoir politique et même territorial. Fondée en 1407, la Casa di San Giorgio acquit de la commune certains territoires entre 1446 et 1562 : Pietrasanta et Sarzana situées dans le nord de la Toscane d’aujourd’hui, Famagouste à Chypre, Caffa au bord de la mer Noire, la Corse, Levanto, Vintimille, Lerici et Pieve ...

Auteur

Carlo Taviani est docteur en histoire (2004) de l’Université de Pérouse (Italie). Il a été fellow à l’Istituto Italiano per gli Studi Storici de Naples (2005-2006), au Deutsches Historisches Institut de Rome (2006), à la Villa I Tatti, Harvard University, à Florence (2009-2010) et à la Folger Shakespeare Library de Washington DC (2012), puis visiting scholar à l’Université de Chicago et à l’Université de Yale (2013). Il est actuellement fellow de l’Istituto storico italo-germanico de Trente (Italie) et visiting scholar du Deutsches Historisches Institut de Rome. Il travaille actuellement sur le concept de corporations financières à partir des cas de la banque de San Giorgio de Gênes (xve siècle), de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et de la Compagnie du Mississippi de John Law. Il a récemment publié : « Ipotesi sulla transizione di un paradigma finanziario. John Law e la Casa di San Giorgio di Genova (secoli xvi-xviii) », Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, Quaderni, 89 (2013), p. 53-77 ; « Peace and revolt. Oath-taking rituals to form unions between and against the factions in early 16th century Italy », dans Samuel Cohn Jr., Marcello Fantoni, Franco Franceschi et Fabrizio Ricciardelli (dir.), Symbols and Rituals in Late Medieval and Early Modern Italy, Turnhout, Brepols, 2013, p. 119-136 ; « Confraternities, citizenship and factionalism : Genoa in the early 16th century », dans Nicholas Terpstra, Stefania Pastore, Adriano Prosperi (dir.), Faith’s Boundaries. Laity and Clergy in Early Modern Confraternities, Turnhout, Brepols, 2012, p. 42-53 ; (avec Matthias Schnettger, dir.), Libertà e dominio. Il sistema politico Genovese : le relazioni esterne e il controllo del territorio, Rome, Viella, Deutsches Historisches Institut, 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540