Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Les échelles des marchés

Les marchés médiévaux (xie-xivsiècle) : entre institution, économie et société

Mathieu Arnoux

Note de l’auteur

Les éléments qui sont à la base de cette communication ont été développés dans l’article « Vérité et questions des marchés médiévaux » paru dans Armand Hatchuel, Olivier Favereau et Franck Aggeri (dir.), L’activité marchande sans le marché ?, Paris, Presses des Mines, 2010, p. 27-43 et plus récemment dans le chapitre 10 (p. 257-289) de mon livre Le temps des laboureurs. Travail, ordre social et croissance en Europe (xie- xive siècle), Paris, Albin Michel, 2012.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme tout ce qui concerne l’histoire économique, les marchés n’ont guère été à la mode chez les historiens du Moyen Âge depuis deux décennies. Faute de leur accorder l’attention qu’ils auraient requise, ils ont le plus souvent, dans les quelques passages obligés où le mot devait figurer, hésité entre deux positions, non exclusives l’une de l’autre. La première, fruit d’un positivisme scrupuleux, conduit certains à regretter de ne pouvoir étudier les marchés médiévaux, faute de les trouver dans les sources. Faute de mieux, ils peuvent alors recourir aux exemples trouvés dans la thèse de droit de Paul-Louis Huvelin (1897)1. D’autres justifient leur abstention, en avançant que le marché sous sa forme initiale, rurale, constitue une structure élémentaire sans histoire, héritée d’un passé sans mémoire, relevant de l’anthropologie ou d’une histoire « immobile », qui n’appartient proprement à aucune période. Le cas échéant, quand l’institution se rencontre dans les sources, il reste la po...

Auteur

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Denis-Diderot (Paris 7) et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Sa thèse sur la production du fer dans la Normandie médiévale a été publiée en 1993 : Mineurs, férons et maîtres de forges: étude sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge (xie-xve siècles), Paris, Éditions du CTHS. Il consacre ses recherches à l’histoire de la Normandie médiévale, d’une part, et à l’histoire du travail et de l’économie dans l’Europe médiévale, d’autre part. Le Temps des laboureurs. Travail, ordre social et croissance en Europe (xie-xive siècle), Paris, Albin Michel, 2012, est son livre le plus récent.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable