Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Deuxième partie. De la guerre aux années soixante, déclin et dirigisme financier

Chapitre V. Une place financière dominée par les préoccupations nationales (1945-1958)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’issue du second conflit mondial, la France, comme beaucoup de pays européens, est dans une situation économique désastreuse, en raison des destructions matérielles et de la chute de la production industrielle et agricole, qui s’ajoutent au retard accumulé depuis l’avant-guerre dans l’équipement industriel et dans les structures de production vieillissantes. La situation monétaire et financière n’est guère plus florissante. L’inflation, multipliée par quatre pendant l’Occupation, redémarre à la Libération pour atteindre des montants vertigineux : + 55 % par an entre 1945 et 1948. Alors que la dette publique s’est accumulée au fil des frais d’occupation, la prise en main par l’État de la reconstruction et de la modernisation économique entraîne un nouvel accroissement des dépenses publiques : le rapport dépenses publiques/PIB passe de 26,5 % en 1938 à 40 % en 1948, pour atteindre 50,4 % en 19551. En 1949, les financements publics directs s’élèvent à plus de 60 % de la formation br...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable