Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Première partie. 1914-1939, repli hexagonal et tentatives de relance

Chapitre III. De la stabilisation Poincaré à la veille de la guerre : renaissance et espoirs déçus (1926-1939)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le retour de Raymond Poincaré aux affaires, en 1926, marque un tournant dans l’histoire monétaire et financière d’après-guerre. En effet, c’est à l’issue de deux ans de lutte que le Président du Conseil réussit à imposer la dévaluation du franc, de fait puis en droit par la loi du 25 juin 1928. On connaît les péripéties du franc Poincaré et les âpres débats entre les défenseurs de la revalorisation et les partisans de la stabilisation, grâce à une littérature abondante1. La question n’est pas de revenir ici sur la manière dont fut conduite la stabilisation du franc ni sur ses conséquences économiques, mais d’analyser les implications de ce nouveau contexte monétaire sur la place financière. Les actions, qui bénéficiaient déjà d’une bonne tenue depuis la fin de la guerre, s’envolent à partir de 1928 : l’indice base 100 1914 s’élève à 315 en 1928, 483 en 1929, 463 en 1930 et retombe à 349 en 1931 ; tandis que l’indice des valeurs à revenu fixe reste entre 75,7 et 94 pour la même pério...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540