Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Monnet, banquier, 1914-1945

 | 
Gérard Bossuat

Jean Monnet et l’Asie (1933-1940)

Yuichiro Miyashita

Note de l’auteur

Cette contribution est basée sur notre mémoire de DEA, soutenu en 2004. Yuichiro Miyashita, Jean Monnet et l’Extrême-Orient (1932-1940) : un financier au sein de la diplomatie des Puissances, mémoire de DEA sous la direction du professeur Maurice Vaïsse, Institut d’études politiques de Paris, septembre 2004. Les noms des Japonais sont présentés selon l’usage japonais (nom, prénom ; exemple : Suma Yakichirô). Toutefois, lorsqu’il s’agit d’une référence à une publication en langue occidentale, le nom de l’auteur figure dans l’ordre inverse (exemple : Yuichiro Miyashita).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Entre 1933 et 1940, Jean Monnet consacre ses activités à la reconstruction économique de la Chine. L’histoire aboutissant à la création de la China Development Finance Corporation (ci-après CDFC), syndicat bancaire ayant pour mission de financer les projets de reconstruction, est maintenant connue1. Cette organisation joue un rôle important dans la politique économique de la Chine, et Monnet, en tant que représentant de celle-ci en Europe, continue à s’impliquer dans les affaires chinoises après avoir définitivement quitté la Chine en 1936. Cette contribution a pour but de retracer ses activités liées à la Chine, tout particulièrement la période postérieure à la guerre sino-japonaise, jusque-là peu étudiée.

La construction d’un État

Au début des années trente, Monnet est un banquier connu des milieux diplomatiques et financiers en Europe et aux États-Unis. C’est le beau-frère de Tchang Kaï-chek, Sung Tzu-wen (ci-après T. V. Soong), ministre des Finances et président du Con...

Auteur

Yuichiro Miyashita est chargé de cours à l’université Matsuyama. Il a, entre autres, publié : « La France et la signature du traité de paix avec le Japon en 1951 », Revue d’histoire diplomatique, vol. 121, n° 1, mars 2007 ; « La présence culturelle de la France au Japon et la collection Matsukata », Relations internationales, n° 134, juillet 2008.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540