Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les origines de l’Union européenne

 | 
Matthias Kipping

Première partie. La reconstruction économique de la france dans le contexte européen

Première partie. La reconstruction économique de la France dans le contexte européen

Texte intégral

  • 1 R. Mayne, « Gray Eminence », in : D. Brinkley et C. Hackett (éd.), Jean Monnet : The Path to Europe (...)

« La première fois que je l’ai vu, il me tournait le dos, silhouette râblée vêtue d’un manteau marron et coiffée d’un large chapeau gris à rebords. [...] Il se retourna pour me saluer. Sous le chapeau, le visage était rougeaud. Les sourcils surplombaient des yeux pétillants aux paupières tombantes. Il portait une petite moustache taillée. Il avait l’air un peu Chinois, et tout du paysan. “Comment ça va ?” » Sa poignée de main était ferme et amicale1.
Richard Mayne à propos de Jean Monnet

I. LE POINT DE DÉPART

  • 2 Cf. F. Braudel et E. Labrousse (éd.), Histoire économique et sociale de la France, vol. IV/2, Paris (...)

1Après la libération du pays, au terme de cinq ans d’occupation allemande, l’économie française se trouvait dans un état catastrophique. On manquait de tout. Les denrées de première nécessité étaient aussi rares que les devises qui auraient permis de financer les importations indispensables, ou que le capital nécessaire à la reconstruction et à la modernisation des outils de production. L’industrie pâtissait encore des dommages considérables qu’avait subis l’infrastructure des transports, et de la pénurie de matières premières, notamment le charbon et l’acier2.

2Les mesures politico-économiques prises par le gouvernement provisoire sous la direction du général de Gaulle - qui regroupait des indépendants, des chrétiens-démocrates (MRP), des socialistes (SFIO), mais aussi le parti communiste (PCF) - eurent donc pour premier objectif d’améliorer l’approvisionnement de la population. C’est la raison pour laquelle on ne toucha pratiquement pas à l’appareil de répartition et de pilotage mis en place par Vichy. On laissait notamment en place les Comités d’organisation (CO), créés par une loi du 16 août 1940 dans toutes les branches de l’industrie. Parmi leurs missions, on trouvait entre autres l’établissement de listes de prix, la répartition des matières premières et l’assignation de quotas de production aux différentes firmes. À leur tête, on retrouvait souvent les dirigeants des cartels dissous ou des syndicats patronaux, qui disposaient cependant d’une influence très supérieure et d’un appareil beaucoup plus important qu’auparavant.

  • 3 Sur l’appareil économique de Vichy ainsi que les mesures prises à la Libération voir Ehrmann, La po (...)

3Le nouveau gouvernement se contenta largement de rebaptiser les CO en 1945 : ils portèrent désormais le nom d’« Offices professionnels ». Mais ils ne furent pas transformés en profondeur. Seuls leurs directeurs avaient été remplacés, auparavant, par des commissaires de l’État. Par contre, dans les ministères qui jouaient un rôle économique, la plupart des hauts fonctionnaires restèrent à leur poste3.

  • 4 Constitution de la CSSF, Dépôt des statuts, 6 janvier 1945, AN, IND 22306. Cf. Mioche, La sidérurgi (...)
  • 5 Sur la fondation du CNPF, cf. entre autres Ehrmann La politique du patronat, pp. 107 sq., J.-N. Jea (...)

4Par la suite, les chefs d’entreprise français reconstituèrent leurs syndicats patronaux. Dès le début 1945, les producteurs d’acier se rassemblèrent au sein de la Chambre syndicale de la sidérurgie française (CSSF). Ils élurent comme président l’ancien directeur du Comité d’organisation de la sidérurgie, Jules Aubrun4. C’est seulement au cours de l’année suivante que se recréa une confédération, le Conseil national du patronat français (CNPF). Sa présidence fut assumée par Georges Villiers, un chef de moyenne entreprise lyonnais qui avait appartenu à la Résistance et avait, à ce titre, été déporté par les Allemands5.

  • 6 Cf. pour une comparaison européenne, C. Andrieu, « La France à gauche de l’Europe », Le Mouvement s (...)

5Même si sa première préoccupation était d’améliorer l’approvisionnement, le nouveau gouvernement entreprit dès cette époque de préparer une mutation en profondeur des structures de l’économie française. Entre 1944 et 1948, la France nationalisa ainsi une série de secteurs et d’entreprises clés6.

  • 7 D’après Andrieu et al. (éd.), Les nationalisations, p. 254.

Chronologie des nationalisations en France7

Chronologie des nationalisations en France7
  • 8 Cf. à ce propos et globalement, Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, pp. 161 sq., G. Madjari (...)

6Même s’il existait au sein des milieux dirigeants français un sentiment majoritaire sur la nécessité d’une « économie dirigée », les points de vue divergeaient en revanche beaucoup sur l’ampleur et les mécanismes des interventions de l’État dans l’économie8. Ces divergences s’exprimèrent à propos des décisions de nationalisations, nettement plus restreintes que les différentes propositions qui avaient été lancées, mais aussi lorsque le pouvoir envisagea de préparer et de mettre en œuvre un plan de modernisation.

II. LE PLAN MONNET DE 1946 : LA MODERNISATION INACHEVÉE

  • 9 Mioche, Le Plan Monnet, pp. 15-33, A. Shennan, Rethinking France. Plans for Renewal 1940-1946, Oxfo (...)
  • 10 Ibid., pp. 191-201, Shennan, pp. 243-245, Mioche, Le Plan Monnet, pp. 35-55, et Margairaz, L’État, (...)

7Après la fin de la guerre, une nette majorité se dégagea au sein du gouvernement, de l’administration et des milieux économiques, sur la nécessité de procéder à une modernisation globale de l’industrie française. Différents groupes de la Résistance et de la France libre, mais aussi l’administration française sous l’Occupation allemande, avaient déjà engagé des réflexions en ce sens, et parfois déjà mis au point des projets très détaillés9. Pourtant, lorsque le ministre de l’Économie, Pierre Mendès France, entreprit en 1944-1945 une première tentative sérieuse pour mettre en œuvre une planification, il se heurta à des difficultés considérables10. Les efforts menés par son ministère dans ce domaine prirent définitivement fin en avril 1945, lorsqu’il démissionna au terme de sa querelle avec le ministre des Finances, René Pleven, sur la politique économique générale.

  • 11 Cf., sur sa personne et sa carrière, entre autres Fontaine, Jean Monnet, Duchêne, Jean Monnet et Ro (...)
  • 12 Cf. P. Gerbet, « Jean Monnet - Charles de Gaulle. Deux conceptions de la construction européenne », (...)

8Il fallut attendre le début 1946 pour que soit lancé un processus de planification. Un décret du 3 janvier 1946 créa le commissariat général du Plan, rattaché directement au chef du gouvernement. Cette évolution débuta à l’initiative de Jean Monnet, qui prit aussi la direction du commissariat du Plan. Monnet était un marginal dans la vie politique française. Il venait de Cognac, où sa famille possédait une maison de négoce pour le compte de laquelle il voyagea très tôt dans le monde entier. Pendant la Première Guerre mondiale, il aida, à Londres, l’organisation des achats alliés. Dans l’entre-deux-guerres, il travailla pour la Société des Nations, pour une banque d’investissement américaine, et comme conseiller financier de nombreux gouvernements. À la fin des années trente, Monnet fut chargé par la France de coordonner son programme de réarmement avec les Britanniques et les Américains. Au moment de la défaite française, il se trouvait à Londres. De là, il partit pour Washington, où il contribua entre autres au programme de réarmement des États-Unis. À partir de 1943, il organisa, à la demande du gouvernement de la France libre, les livraisons de l’aide américaine et s’efforça parallèlement d’obtenir la reconnaissance diplomatique de ce gouvernement. En octobre 1945, il revint à Paris, dans l’intention de reconstruire et de rénover l’économie française avec l’aide des États-Unis11. Il faut souligner le caractère exceptionnel de cette coopération - bien vite interrompue d’ailleurs par la démission du général comme celle du gouvernement, quelques jours plus tard en janvier 1946 - entre deux hommes dont le parcours et les conceptions politiques furent si différents, mais qui allaient chacun à sa manière jouer un rôle éminent dans l’avenir de la France et de la construction européenne. Dans la création du commissariat du Plan, ils furent sans doute animés par le même désir : restaurer la France et lui garantir une place en Europe et dans le monde12.

  • 13 Lynch, « Resolving the Paradox of the Monnet Plan », pp. 235-237 et France and the International Ec (...)
  • 14 Margairaz, L’État, les finances, pp. 813-814 et 859-863.

9Son plan de modernisation et d’équipement de 1946 a suscité un intérêt considérable auprès des chercheurs. D’un côté, les débats concernent l’influence du contexte international à ses origines. Selon Frances Lynch, le plan s’appuyait sur une coalition entre Monnet et la direction des Affaires économiques et financières du ministère des Affaires étrangères, sous la direction de Hervé Alphand. Leur but était notamment d’obtenir des fonds américains sans lesquels il est difficile d’imaginer un financement satisfaisant des besoins de l’économie française13. Michel Margairaz, par contre, insiste sur les considérations plutôt nationales ainsi que sur le rôle personnel de Monnet dans les origines du plan, mais sans remettre en question l’importance du soutien financier américain pour sa mise en œuvre14. En ce qui concerne ce dernier aspect, il est important de noter que la durée du premier plan, qui était d’abord fixée à quatre ans (de 1947 à 1950), fut allongée jusqu’en 1952 pour coïncider avec celle du plan Marshall.

  • 15 Sur la personne et les activités d’Alphand, voir son journal L’étonnement d’être. Journal 1939-1973 (...)

10Par rapport à Monnet, Alphand avait suivi un parcours plutôt classique. Licencié en droit, diplômé en sciences politiques et inspecteur des Finances, il fut chef de cabinet dans deux ministères avant la guerre. Envoyé par Vichy à Washington comme attaché financier, il rejoint de Gaulle à Londres en 1941. Président de la Commission d’études économiques pendant la guerre, il fut nommé directeur des Affaires économiques au Quai d’Orsay après la Libération. Malgré leurs parcours différents, Monnet et Alphand s’entendaient néanmoins très bien, notamment à cause de leurs convictions très proches sur la nécessité de moderniser la France et de créer un vaste marché européen. Monnet perdit un allié important au sein du ministère des Affaires étrangères quand Alphand quitta ses fonctions en 1949 pour représenter la France à l’OTAN15.

  • 16 Kuisel, Le capitalisme et l’État, pp. 91 sq. et 406 sq.
  • 17 Mioche, Le Plan Monnet, pp. 73 sq. Cf. aussi les contributions in : H. Rousso (éd.), De Monnet à Ma (...)
  • 18 Marc Hyafil, entretien n° 3 par Laure Quennouëlle, 12 mai 1992, Comité pour l’histoire économique e (...)

11De l’autre côté, le débat porte sur les origines « idéologiques » du plan Monnet. Richard Kuisel considère que l’idée a émergé pendant la Première Guerre mondiale puis a pris forme dans l’entre-deux-guerres et que parmi les deux grandes tendances (socialiste et libérale), c’est la dernière qui l’a emporté avec le plan Monnet16. Philippe Mioche, par contre, insiste sur les similitudes avec le plan quinquennal soviétique, notamment en ce qui concerne le choix des six secteurs clefs : le charbon, l’acier, l’approvisionnement en énergie, le ciment, les machines agricoles et les moyens de transports17. Une explication alternative fort intéressante a été donnée par un fonctionnaire du ministère des Finances qui a participé à l’élaboration du premier Plan et qui, dans un entretien, qualifie ce choix de résultat de « la doctrine polytechnicienne qui consistait à dire : bon, on commence par l’énergie, après l’acier, après les produits dérivés de l’acier etc. »18. Etienne Hirsch qui devient l’adjoint de Monnet au CGP et prendra sa place quand ce dernier partira pour prendre la tête de la Haute Autorité à Luxembourg est de fait ancien élève de l’École Polytechnique et ingénieur au corps des Mines.

12Quoi qu’il en soit, il y a peu de doute que, parmi les groupes politiques, économiques, sociaux influents en France, le plan a trouvé le plus grand soutien auprès du PCF et de la Confédération générale du travail (CGT). Leur soutien est bienvenu et encouragé par Monnet lui-même, ce qui ne le rend certainement pas très populaire ni auprès de la grande majorité du patronat ni auprès d’un certain nombre des fonctionnaires, notamment au ministère des Finances.

  • 19 Sur le système de planification français, cf. en général S.S. Cohen, Modem Capitalist Planning : th (...)

13Mais si le plan Monnet avait des priorités similaires au plan quinquennal soviétique, il se distinguait de celui-ci par sa méthode. Contrairement à ce qui s’était passé en Union soviétique, il ne s’agissait pas d’un plan obligatoire, même si l’État français disposait de certains moyens de pression, au moins jusqu’en 1947 : c’est lui qui assurait la répartition des devises et des matières premières dont il y avait pénurie. Avec ce que l’on a appelé la planification « indicative », la mise en œuvre des mesures dans les branches non nationalisées de l’industrie dépendait cependant au bout du compte de la propension des entreprises à coopérer19. Leurs représentants élaborèrent les propositions de modernisation en commun avec des représentants des salariés et de l’administration au sein de commissions mixtes. Il existait au total vingt-quatre commissions de modernisation de ce type.

14C’est précisément dans la sidérurgie qu’apparaît la faiblesse de ce type de planification. Les producteurs réservèrent un accueil mitigé aux mesures à long terme. S’il y eut tout de même une modernisation partielle, ce fut moins dû au plan Monnet qu’à l’initiative de quelques chefs d’entreprise de la branche, et à la pression exercée par un important consommateur d’acier.

A. L’ACIER : UNE CONCENTRATION INSUFFISANTE

  • 20 Cf. M. Kipping, « A Difficult and Slow Process: The Americanization of the French Steel Producing a (...)

15Dans la sidérurgie française aussi, les réflexions sur la modernisation des installations de production et des structures avaient débuté avant et pendant la guerre. Elles avaient pour objectif essentiel le regroupement des usines existantes et l’accroissement de leur taille, ainsi que l’achat de trains à bandes modernes pour façonner la tôle20.

  • 21 Premier rapport de la Commission de modernisation de la Sidérurgie, Paris, 1946, pp. 30-31. Pour la (...)
  • 22 Cf. P. Mioche, « La reconstruction de la sidérurgie européenne, 1945-1949 : sérénité des uns, nouve (...)

16Vers la fin de la guerre, on comptait au total 177 unités de production en France. Seules 23 d’entre elles étaient des aciéries mixtes, disposant de hauts fourneaux, d’aciéries et de laminoirs. L’industrie française de l’acier arrivait ainsi, par son degré de concentration, loin derrière ses concurrents des autres pays21. Après la guerre, des efforts considérables ont été accomplis afin d’assurer à la France une place parmi les grands producteurs européens. Il faut cependant signaler que ces efforts se déroulaient dans une grande incertitude, notamment à cause de l’avenir de la production d’acier allemande, provisoirement limitée par les décisions des alliés victorieux, et un paysage concurrentiel en évolution, notamment à cause de la forte expansion et modernisation des capacités de production dans certains pays jusqu’alors peu actifs, comme l’Italie ou les Pays-Bas22.

  • 23 Sur sa personne, ses activités et rapports, pendant la guerre, voir Mioche, La sidérurgie et l’État (...)

17Les premières propositions pour une réorganisation de la sidérurgie française émanèrent d’Alexis Aron, commissaire de l’Office professionnel de la sidérurgie. Polytechnicien et ingénieur du corps des Mines, Aron fut directeur de l’Office des houillères sinistrées du Nord et du Pas-de-Calais après la Première Guerre mondiale, puis, à partir de 1922, dirigea une entreprise sidérurgique et participa aux négociations de l’entente internationale de l’acier en 1926. Contraint par les lois raciales d’abandonner son poste en 1940, il trouva refuge dans les Alpes, où il rédigea plusieurs rapports sur l’avenir de la sidérurgie française et mondiale23.

  • 24 Avant-projet d’ordonnance relative à la constitution de groupements sidérurgiques, 28 décembre 1944 (...)
  • 25 Rationalisation de la sidérurgie française. Rapport du Commissaire provisoire, 25 mars 1946. Le rep (...)

18Tout de suite après avoir été nommé à son nouveau poste, à la fin de 1944, Aron proposa la concentration de toutes les entreprises françaises dans trois grandes sociétés24. Dans un rapport destiné à la direction de la Sidérurgie au ministère de la Production industrielle, en mars 1946, il soulignait de nouveau l’importance d’une plus forte concentration de l’industrie française de l’acier, notamment au cas où s’établirait sur les marchés à l’exportation un « régime de libre concurrence ». Mais même en cas de retour aux cartels exportateurs de l’avant-guerre, « la tâche de nos négociateurs sera d’autant moins difficile que nos propres efforts de concentration et de modernisation auront renforcé davantage la structure de notre industrie »25.

  • 26 Henri de Wendel, en 1971, dans un entretien accordé à L’Expansion, cité ici d’après Mioche, Le Plan (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Mioche, La sidérurgie et l’Etat, pp. 593-596.
  • 29 C’est ce qu’estime J.-P. Daviet, « Some Features of Concentration in France », in: H. Pohl (éd.), T (...)

19Mais les propositions d’Aron se heurtèrent à la résistance des producteurs d’acier. Après coup, l’un de leurs représentants expliqua que le risque d’une nationalisation avait motivé le refus des réformes de structures26. L’historien Philippe Mioche, l’un des meilleurs spécialistes de la sidérurgie française, a d’abord considéré que cette explication n’était pas satisfaisante27. Dans un texte plus récent, il qualifie cependant de décisif le fait que les producteurs d’acier voulaient rester « maîtres de leurs propres décisions »28. Il est possible que la résistance des vieilles dynasties industrielles (les De Wendel ou les Schneider, par exemple) ait joué un rôle décisif : elles n’étaient pas disposées à accepter que des fusions leur fassent perdre leur influence dominante29. Les projets d’Aron atterrirent définitivement dans les tiroirs en avril 1946, avec la suppression des Offices professionnels. La nationalisation redoutée par l’industrie n’eut pas lieu, elle non plus.

  • 30 Premier rapport, pp. 31-32 et 56-57. Sur la sidérurgie et le plan Monnet, Mioche, Le Plan Monnet, p (...)
  • 31 Cf. le compte rendu de la 35e session de la Commission de modernisation de la Sidérurgie le 27 octo (...)
  • 32 Martin, p. 57.

20La commission de modernisation du plan Monnet approuva cependant elle aussi une restructuration des unités de production. Dans son rapport, en novembre 1946, elle constata que la dispersion de ces unités avait pour conséquence une « aggravation du prix de revient moyen de la sidérurgie » et empêchait une modernisation. Les capacités des forges et aciéries étaient selon ce texte trop faibles pour que l’on puisse mettre en œuvre des moyens de production modernes. En s’appuyant sur l’exemple américain, la commission proposait donc la création d’unités de production disposant d’une capacité annuelle d’un million de tonnes30. Mais ces propositions, une fois encore, ne suscitèrent pas l’adhésion d’une majorité de sidérurgistes. Le représentant de la Chambre syndicale de la sidérurgie française défendit ainsi, dans une réunion de la commission, l’opinion selon laquelle, « pour obtenir de bons prix de revient, il faut d’abord disposer d’outils modernes, ensuite spécialiser les fabrications, et enfin seulement, ce qui est beaucoup plus difficile, procéder à certains regroupements de fabrication »31. Il s’agissait de nouveau, et le fait est intéressant, d’Alexis Aron, qui avait effectué une sorte d’autocritique après la dissolution de l’Office professionnel, et avait rejoint la Chambre syndicale de la sidérurgie32. Tous les producteurs ne partageaient cependant pas cette conception. René Damien, directeur de l’entreprise Denain-Anzin, dans le Nord de la France, expliqua lors de la séance qu’il fallait encourager un regroupement des entreprises afin de faciliter la modernisation de la sidérurgie française. Avant même le plan Monnet, il y a eu un débat analogue sur la nécessité ou non d’investir dans un train continu à bandes.

B. LA QUERELLE DU TRAIN CONTINU À LARGES BANDES

  • 33 Cf. R. Casey, « Rolling Mills », in b. e. Seely (éd.), Iron and Steel in the Twentieth Century, 199 (...)

21Ces laminoirs modernes servaient à produire des tôles fines et du fer-blanc qui, par exemple, pouvaient être utilisés comme tôles de carrosserie dans la construction automobile. Ils produisaient plus d’un million de tonnes par an et avaient été construits pour la première fois dans les années vingt aux États-Unis. À la fin de la guerre, on y trouvait plus d’une vingtaine d’installations de ce type. En Europe, en revanche, les industries britannique et allemande étaient les seules à disposer d’un train à bandes avant la Seconde Guerre mondiale - et encore ces deux pays n’en possédaient qu’un chacun. Les installations existantes en France étaient en revanche peu mécanisées, avaient une faible capacité et produisaient des tôles finies de qualité médiocre33.

  • 34 Cf. Mioche, La sidérurgie et l’Etat, pp. 599 sq., id., Le Plan Monnet, pp. 251-252, et id., « Le Pl (...)
  • 35 Cf., à titre d’exemple des discussions qui eurent lieu au sein de la Chambre syndicale de la sidéru (...)
  • 36 Cette attitude a peut-être aussi des causes liées à la technique de production. La Lorraine produis (...)
  • 37 Il le déclara devant un collaborateur de la direction de la Sidérurgie au ministère de l’Industrie  (...)
  • 38 Martin, p. 52. Sur sa personne et la suite de sa carrière à Pont-à-Mousson, voir ci-dessus, p. 20.
  • 39 Mioche et Roux, p. 188.

22Inquiétée par son retard technologique, l’industrie française de l’acier avait déjà commencé pendant la guerre à réfléchir à la manière de se procurer des laminoirs modernes34. Sur ce point, parmi les producteurs, les partisans d’une modernisation immédiate et d’une extension des capacités de production, comme René Damien, s’opposaient aux tenants de l’attentisme35. Cette dernière position était défendue par la majorité des chefs d’entreprise de Lorraine, qui produisaient plus des deux tiers de l’acier brut français36. Ils auraient préféré, dans un premier temps, n’installer qu’un train à bandes semi-continu à faible capacité, et observer ensuite l’évolution des besoins réels. Pour François de Wendel, propriétaire du plus grand groupe sidérurgique français, « les gens du Nord étaient des fous » de construire un laminoir continu. Selon lui, « un pareil engin n’était pas adapté aux conditions du marché français »37. Pour Roger Martin, qui était à l’époque vice-rapporteur de la Commission de modernisation de la sidérurgie, cette confrontation était « une querelle du genre Anciens et Modernes » et traduisait l’optimisme de ces derniers qui « croyaient au développement du marché et aux lendemains qui chantent » et « affirmaient que [...] les clients donneraient leur préférence à un produit de qualité dont le prix serait inférieur à celui d’un produit médiocre ». Cet abaissement de prix était possible grâce à la productivité plus élevée du train à bandes38. Un autre membre de la Commission, Henri Malcor, de l’entreprise Marine-Homécourt, parla en revanche dans une interview ultérieure d’un conflit de générations39.

  • 40 Note de Lefaucheux à la direction des Industries mécaniques et électriques (DIME) et au secrétaire (...)

23À peu près à la même époque, une autre confrontation opposa la sidérurgie française et le constructeur automobile nationalisé Renault. À partir de juin 1945, son premier PDG, Pierre Lefaucheux, demanda la construction d’un train à bandes semi-continu pour la Société des aciers fins de l’Est (SAFE), une aciérie appartenant au groupe Renault40. On peut expliquer cette initiative par une critique générale de la politique d’investissement de la sidérurgie française ainsi que par la volonté du producteur automobile de s’assurer le contrôle du prix et de la qualité de sa principale matière première.

  • 41 AN, F12 11026.

24L’opinion qu’il avait sur la sidérurgie française apparaît dans une lettre qu’il adressa simultanément, le 15 mars 1947, au ministre de l’Industrie et au ministre de l’Économie nationale. Il y dénonçait l’absence de toute initiative de la part de l’industrie française de l’acier41 :

« Basant sa politique sur la seule recherche du profit matériel, elle a négligé de se moderniser, ce qui ne lui permit de fournir à l’industrie française et à la nôtre en particulier que des produits d’une qualité insuffisante à des prix exagérés. L’exemple de la fabrication des produits plats est particulièrement typique, la France étant le seul grand pays dont l’industrie sidérurgique n’ait pas eu, avant la guerre, le dynamisme nécessaire pour décider l’installation d’un train continu ».

  • 42 Cf. sur la carrière et les convictions de Lefaucheux, le récit qu’il en donne lui-même en 1952, rep (...)
  • 43 « Passage au socialisme », écrit début 1944 et publié dans les Cahiers politiques de mars et avril (...)

25Les sources de ses critiques à l’égard de la sidérurgie sont multiples. Avant-guerre, Lefaucheux avait été ingénieur dans le secteur privé. Après la défaite de 1940, il était entré dans la Résistance française et avait vivement critiqué l’industrie française pour sa responsabilité dans cette défaite42. Par exemple, dans un article de 1944, il estimait que le peu de dynamisme et la réserve dont faisaient preuve la plupart des industriels dans leur politique d’investissement et de production avaient joué un rôle dans le déclin de la France. De son point de vue, « la faillite du capitalisme » avait ses origines dans ce comportement pendant l’entre-deux-guerres, mais était uniquement « apparue d’une manière éclatante lorsque toute une partie du patronat de 1940 s’est ruée vers la collaboration »43.

  • 44 Cf. sur le grief de « malthusianisme » A. Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux gu (...)

26Lefaucheux est loin d’être le seul à critiquer ce comportement de l’industrie française pendant l’entre-deux-guerres, souvent qualifié de « malthusien ». Des historiens comme Maurice Lévy-Leboyer et Patrick Fridenson ont prouvé que ce reproche ne valait nullement pour l’ensemble des chefs d’entreprise. À l’époque, il servait cependant souvent comme argument pour ceux qui, comme Lefaucheux, ont été traumatisés par la défaite de 1940 et voulaient à tout prix éviter un retour à la situation d’avant-guerre44.

  • 45 Pour les conflits entre producteurs et utilisateurs d’acier en France cf. M. Kipping, « Inter-Firm (...)
  • 46 P. Fridenson, Histoire des usines Renault, vol. I : Naissance de la grande entreprise 1898-1939, 2e(...)

27La critique de Lefaucheux se situe aussi, globalement, dans la tradition du groupe Renault et de l’ensemble des producteurs automobiles45. Ainsi, dès la Première Guerre mondiale, Louis Renault s’était déjà plaint du fait que la sidérurgie ne lui livrait pas des quantités suffisantes de matières premières. Pour garantir son approvisionnement en produits sidérurgiques, il joua un rôle essentiel dans la fondation de l’Union des consommateurs de produits métallurgiques et industriels (UCPMI), qui acheta en 1919 à Thyssen l’aciérie d’Hagondange. Dans l’entre-deux-guerres, l’UCPMI refusa d’entrer dans le cartel de vente de l’acier. Renault ne s’arrêta pas là et créa même en 1931 sa propre aciérie, la SAFE, que nous avons déjà mentionnée46.

  • 47 Cf. les Mémoires de son successeur P. Dreyfus, Une nationalisation réussie : Renault, Paris, 1981, (...)

28Dans le même esprit, Lefaucheux avait dans sa lettre souligné les avantages de l’installation d’un tel train par la SAFE. Selon lui, il pourrait « introduire au sein d’une industrie fortement organisée pour la défense de ses intérêts une entreprise témoin qui doit y provoquer une saine émulation, permettre des comparaisons de prix ». En fait, il considérait Renault en général comme une « entreprise pilote » qui devait dynamiser l’économie française après la guerre47. Cette idée était déjà contenue dans l’ordonnance de nationalisation du 16 janvier 1945 ; Lefaucheux avait, là encore, participé à sa rédaction.

  • 48 Cf. sur Usinor et sa préhistoire, O. Hardy-Hémery, « Croissance et marché en sidérurgie : les avata (...)

29Le nouveau PDG du groupe automobile ne put cependant pas imposer la création d’un train à bandes, malgré ses bons contacts avec les ministres de la Production industrielle, d’abord un communiste, puis un socialiste. Une première installation fut construite dans le Nord de la France par Denain-Anzin et les Forges et aciéries du Nord et de l’Est. À l’instigation de René Damien, les deux firmes avaient déjà présenté en février 1946 au gouvernement français un projet détaillé qui prévoyait aussi leur fusion pour former l’Union sidérurgique du Nord de la France (Usinor)48.

  • 49 Cf. la lettre de la direction de la Sidérurgie au cabinet du ministre le 30 août 1946, AN, F12 1102 (...)
  • 50 Dans une lettre déjà citée du 15 mars 1947, AN, F12 11026.

30La commission de modernisation du plan Monnet proposa la même année d’installer en Lorraine un deuxième train à bandes continu. Comme la capacité en acier brut de la SAFE ne suffirait pas à alimenter l’installation prévue, le commissariat au plan, mais aussi la direction de la Sidérurgie au ministère de la Production industrielle préférèrent tous deux une solution à laquelle plusieurs producteurs participeraient en commun49. Lefaucheux se montra très mécontent de cette décision. D’après lui, des « esprits malveillants » seraient « amenés à penser que l’influence de la grosse industrie sidérurgique est encore bien forte en France puisqu’elle peut écarter aussi facilement le risque que lui ferait courir l’entrée d’une entreprise échappant totalement à sa discipline corporative »50.

  • 51 Martin, p. 53 ; Mioche, La sidérurgie et l’État, pp. 603-604, suppose que les efforts de Lefaucheux (...)
  • 52 Cf. ibid., p. 607, et Kipping, « Competing for Dollars and Technology ».

31La résolution de Damien et les efforts intenses accomplis par Lefaucheux eurent pour effet que « la Lorraine orthodoxe sortit de sa réserve hautaine »51. Les producteurs d’acier de la région se réunirent au sein d’un groupement d’études d’où naquit ultérieurement la Société lorraine de laminage continu (Sollac) et finirent par demander officiellement, en octobre 1947, l’autorisation et l’aide financière nécessaires pour construire le deuxième train à bandes52. Contrairement à Usinor, Sollac n’était pas un conglomérat au sens propre, mais une coopérative. Les parts correspondaient aux capacités en acier brut prévues pour la participation des différentes entreprises à l’alimentation du train à bandes. La plus grande part, et de loin, était détenue par l’entreprise De Wendel, avec plus de 40 %.

  • 53 On trouve un aperçu sur l’exportation française de l’acier et la consommation intérieure chez Wolte (...)

32La décision de créer deux trains à bandes continus joua un rôle important dans l’évolution ultérieure. Leur capacité de production (au total plus de deux millions de tonnes par an) dépassait largement, même dans les prévisions optimistes, la quantité que le marché français était capable d’absorber à cette époque. On misait donc sur une exportation considérable d’acier laminé et sur un accroissement de la consommation intérieure53. Or toutes deux n’étaient possibles que si les installations françaises permettaient effectivement d’abaisser les prix de vente. Mais dans le même temps, la trop faible concentration de la production sidérurgique française eut des effets négatifs sur sa rentabilité et sa position face à la concurrence. Les réserves nationales de charbon cokéfiable, insuffisantes, constituèrent un autre handicap pour l’industrie française de l’acier.

C. L’APPROVISIONNEMENT EN CHARBON

  • 54 Premier rapport, pp. 9-10.

33Le plan Monnet prévoyait pour 1949 une production de dix millions de tonnes d’acier brut. Cela correspondait au plus haut niveau de l’avant-guerre, qui avait été atteint en 1929 avec 9,7 millions de tonnes. Le plan se donnait pour objectif une nouvelle hausse de deux millions de tonnes en moins de deux ans, et fixait comme objectif ultérieur les 15 millions de tonnes annuelles54. Il est clair que la mise en œuvre de cet ambitieux programme de production d’acier supposait un approvisionnement suffisant de l’industrie sidérurgique française en coke et charbon à coke.

  • 55 Mioche, Le Plan Monnet, pp. 225-226, ainsi que, sur les efforts simultanés menés par les militants (...)
  • 56 Wolter, pp. 43-50 et Chardonnet, La sidérurgie française, pp. 68-93.
  • 57 Sur l’importance des ressources allemandes en charbon pour la reconstruction française, un résumé d (...)
  • 58 Premier rapport, pp. 23-24.

34Les mines françaises de charbon avaient été nationalisées et regroupées au sein des Charbonnages de France. Le plan Monnet prévoyait, pour encourager la production de charbon, une modernisation globale et une hausse de la productivité55. Il fallait aussi augmenter les capacités de production de coke métallurgique pour la production de l’acier. Mais la plupart des types de charbons existant en France ne se prêtaient pas à la transformation en coke56. C’est la raison pour laquelle la sidérurgie française continua en bonne partie à avoir, notamment, besoin de la zone du Rhin et de la Ruhr pour couvrir ses besoins. La dépendance à l’égard des importations de charbon d’Allemagne augmenta même un peu par rapport à l’avant-guerre, la Grande-Bretagne perdant totalement son rôle de fournisseur après 194557. Dans son rapport, la commission de modernisation de la sidérurgie déclara que c’était au gouvernement français que revenait la responsabilité d’assurer un approvisionnement suffisant58 :

« Il est non moins indispensable que l’État, sur le plan international, prenne en charge la défense de la Sidérurgie française et de ses intérêts dans les mines étrangères et que, d’une manière générale, la France obtienne des assurances formelles et effectives en matière de charbon. Il est évident que, faute de ces assurances, notamment en ce qui concerne les charbons rhéno-westphaliens, tout retour à la situation ancienne et a fortiori tout programme d’extension de la capacité de production de la sidérurgie est et restera pure utopie. »

  • 59 Abelshauser, Der Ruhrkohlenbergbau, p. 7.

35L’importation de coke et de charbon à coke devint ainsi un objectif majeur de la politique extérieure et industrielle française. Pour ce qui concernait les livraisons en provenance du Rhin et de la Ruhr, les Français, comme cela avait déjà été le cas après la Première Guerre mondiale, escomptaient forcément une résistance considérable de la part des Allemands. Car l’Allemagne, bien entendu, avait elle aussi besoin du charbon pour sa propre population et sa propre reconstruction. Compte tenu de la pénurie qui frappait une bonne partie de l’Europe, les mines de charbon étaient en outre « l’un des rares atouts dont disposaient les Allemands dans leur combat pour s’assurer une place adéquate parmi les nations d’Europe occidentale »59.

36Dans un premier temps, cependant, les mines de charbon allemandes restèrent soumises au contrôle allié. La majorité d’entre elles se trouvait dans la zone d’occupation britannique, qui fusionna en 1947 avec la zone américaine pour créer ce que l’on appela la « Bizone ». Lors des conférences des puissances victorieuses, au cours de l’après-guerre, les Français tentèrent donc d’inciter leurs alliés à engager une part considérable de l’extraction provenant de la Ruhr et de la Sarre au profit des besoins de la France et des autres pays d’Europe occidentale. Les efforts menés par la France pour obtenir que lui soit cédée la Rhénanie, ou qu’au moins un contrôle international s’exerce sur la Ruhr, doivent aussi être considérés de ce point de vue. Outre l’élimination de la menace militaire allemande, l’objectif était le contrôle du potentiel industriel allemand. Lorsque les Français militaient pour que l’on accorde aux Allemands le plus bas quota possible de production d’acier, c’était certes pour des raisons de sécurité, mais aussi pour disposer, au profit de leur propre industrie de l’acier, du maximum de charbon à coke allemand.

  • 60 Lettre de WV Stahl aux entreprises membres, accompagnant un exposé détaillé sur le « Plan Alphand » (...)
  • 61 Secret Note of an Interview with Monsieur Hervé Alphand, 28 janvier 1947, PRO, F0371/ 64430, C1671 (...)
  • 62 Sur l’attitude des États-Unis, W. Krieger, General Lucius D. Clay und die amerikanische Deutschland (...)

37Ainsi, les propositions préparées par le ministère français des Affaires étrangères au début 1947 pour la conférence de Moscou prévoyaient de produire de l’acier brut en Lorraine avec le charbon à coke allemand, et de le transformer ensuite, dans la Ruhr, en produits laminés. Dans l’esprit de l’Association de l’industrie du fer et de l’acier allemande, la Wirtschaftsvereinigung Eisen- und Stahlindustrie, dite « WV Stahl », ce plan baptisé du nom du directeur du service économique au ministère des Affaires étrangères, Hervé Alphand, était surtout dû à « l’exigence des Français, qui souhaitaient obtenir plus de livraisons de charbon à coke et de coke, aux dépens de l’industrie allemande du fer et de l’acier »60. Les industriels de la Ruhr se prononcèrent évidemment contre une telle éventualité. Mais Alphand ne rencontra pas non plus l’adhésion de ses collègues du Foreign Office, auxquels il présenta le plan fin janvier 194761. Les États-Unis et les pays du Benelux rejetèrent également son plan62.

  • 63 Bossuat, La France, l’aide américaine, pp. 121-127, et Gerbet, Le relèvement, pp. 264-265.
  • 64 Sur cette échelle mobile, cf. la note de la direction des Mines du 3 octobre 1947, Perspectives d’a (...)
  • 65 Perron n’y voit pas seulement des motifs économiques, mais aussi des motifs éminemment politiques, (...)

38Pourtant la délégation française put au moins remporter un succès partiel en marge de la conférence des ministres des Affaires étrangères en avril 1947, à Moscou. Elle obtint l’adhésion des Alliés occidentaux aussi bien pour un rattachement économique de la Sarre à la France que pour une amélioration de l’approvisionnement français en charbon allemand63. Pour les exportations en charbon depuis les zones d’occupation occidentales, on instaura ce que l’on appela une échelle mobile qui impliquait une hausse exponentielle des exportations en cas d’augmentation de l’extraction de charbon en Allemagne. La part des exportations s’élevait par exemple à 25 % pour une extraction quotidienne de 370 000 tonnes, alors qu’elle n’était que de 21 % avec une extraction de 280 000 tonnes par jour. A l’époque, le volume total des exportations était réparti entre les différents pays consommateurs par l’European Coal Organization (ECO), qui dépendait des Nations unies64. Elle attribuait en moyenne à la France quelque 23 % des exportations de charbon allemand. La situation demeura tout de même tendue dans le domaine de l’approvisionnement en charbon, et les États-Unis jouèrent le rôle de fournisseurs pour compenser le déficit65.

  • 66 Bulletins statistiques de la CSSF

Importations de coke de la France66

Importations de coke de la France66
  • 1 1929 et 1938 : y compris la Sarre

Note *1

  • 67 Compte rendu de la réunion du Comité consultatif de la Sidérurgie du 17 janvier 1948, AN, F12 10946
  • 68 La sidérurgie n’absorba que 950 000 tonnes par mois, au lieu des 1 020 000 tonnes possibles, Direct (...)

39À partir de 1948, l’approvisionnement de la France en charbon et en charbon à coke s’améliora considérablement. Les investissements effectués dans les mines de charbon françaises produisirent leurs premiers effets. L’intégration économique de la Sarre, ainsi que l’accord avec les Alliés occidentaux sur la répartition du charbon extrait dans la Ruhr menèrent à une augmentation sensible des livraisons. Dès le début de l’année, le directeur de la Sidérurgie, Albert Bureau, déclara donc devant le comité consultatif de la Sidérurgie que « pour la première fois depuis la Libération, il semble que le problème du charbon soit résolu »67. La situation se normalisa à tel point qu’au début 1949, la sidérurgie n’était absolument plus capable de consommer les quantités qui lui étaient allouées. En théorie, les livraisons de coke et de charbon à coke lui auraient même permis d’atteindre en 1949 un niveau de production de 10,5 millions de tonnes68. Au cours de l’année 1949, les importations en provenance du bassin de Rhénanie-Westphalie augmentèrent tellement que l’on finit par mettre un terme aux livraisons américaines.

40Le fait qu’à partir de 1948, on ait constaté une amélioration très nette de l’ensemble de la situation de l’approvisionnement en France fut aussi le résultat d’un accroissement de l’aide américaine, dans le cadre de ce que l’on appela le plan Marshall. Celui-ci créa cependant aussi des problèmes considérables pour la politique allemande du pays, et augmenta la pression de la concurrence sur l’industrie française.

III. LE PLAN MARSHALL DE 1947 : L’ACCROISSEMENT DE LA CONCURRENCE

  • 69 Cf. pour la France, entre autres, IS. Hill, « American Efforts to Aid French Reconstruction between (...)

41Depuis la fin de la guerre, la France et les autres pays d’Europe occidentale avaient reçu des États-Unis des fournitures en vivres et en matériaux, ainsi qu’un soutien financier destiné à apaiser la misère et à mener à bien la reconstruction69. Mais leur ampleur se révéla insuffisante pour éliminer définitivement les goulets d’étranglement dans l’approvisionnement et pour moderniser l’ensemble des installations de production. L’intention avouée de l’European Recovery Program (ERP), ce plan que le ministre américain des Affaires étrangères George Marshall exposa le 5 juin 1947 à Harvard, était donc de rendre, en l’espace de quelques années, les pays bénéficiaires indépendants de l’aide américaine.

  • 70 On trouve un aperçu de l’état de la recherche chez CS. Maier, « Issue then is Germany and With it F (...)
  • 71 K. Borchardt et C. Buchheim, « Die Wirkung der Marshallplan-Hilfe in Schlüsselbranchen der deutsche (...)
  • 72 W. Abelshauser, « American Aid and West German Economie Recovery », in : Maier (éd.), The Marshall (...)

42Dans la recherche historique, les motifs et les effets du plan Marshall sont encore très contestés de nos jours70. Knut Borchardt et Christoph Buchheim ont ainsi essayé de montrer, dans le cas de deux branches (l’industrie textile et électrique), que l’aide américaine a joué un rôle clef pour la reconstruction en Allemagne de l’Ouest et pour le miracle économique qui s’en est suivi71. Contre eux, Werner Abelshauser défend l’idée que les conditions en étaient réunies avant même le début des livraisons en provenance des États-Unis72.

  • 73 B. Eichengreen et M. Uzan, « The Marshall Plan: Economic Effects and Implications for Eastern Europ (...)
  • 74 A.S. Milward, The European Rescue, pp. 134 sq.

43Des économistes néo-classiques ont récemment tenté de chiffrer l’effet global des crédits Marshall sur le relèvement des pays européens. Ils concluent que ceux qui reçoivent une aide américaine se rétablissent plus rapidement que les autres. D’après leurs analyses macro-économiques, ceci ne semble pas le résultat des investissements dans l’appareil productif ou des infrastructures, mais de la stabilisation financière et de la libéralisation des prix et des échanges, suite aux conditions posées par les Américains aux pays participants73. L’historien économiste britannique Alan Milward, par contre, a remis en question la signification du plan Marshall pour l’Europe. De son point de vue, l’Allemagne fédérale a eu un rôle moteur pour la relance de l’économie dans les autres États européens, en offrant à leurs produits un marché significatif74.

  • 75 Cf. notamment son livre Le choix de Marianne. Les relations franco-américaines de la Libération aux (...)
  • 76 Cf. surtout les travaux de Bossuat, et I. M. Wall, L’influence américaine sur la politique français (...)

44Dans le cas français, l’ampleur de l’aide américaine et son importance pour la reconstruction du pays sont incontestées. Dès lors, le débat qui s’est engagé dans la recherche porte sur le point suivant : les États-Unis ont-ils lié leur aide économique à des concessions politiques ? C’est le point de vue défendu surtout par Annie Lacroix-Riz75. Cette thèse lui donne cependant une place relativement isolée au sein de la recherche. D’autres historiens ont montré que si les Américains ont effectivement tenté d’empêcher que la France ne se tourne vers le communisme et l’Union soviétique, ils n’ont en revanche pas utilisé leurs aides matérielles comme moyen de pression - par exemple pour empêcher une participation des communistes au gouvernement. Aux yeux des États-Unis, un assainissement de l’économie était cependant une condition indispensable à la stabilisation politique de la France76.

  • 77 Hogan, pp. 32-34.
  • 78 C’est ce qu’écrit à juste titre Abelshauser, « American Aid », pp. 407-408.

45Sur le plan international, le plan Marshall a ouvert la voie à l’intégration des zones d’occupation en Allemagne occidentale à la reconstruction européenne. Avant même cette période, de larges fractions de l’administration américaine et des milieux économiques aux États-Unis étaient persuadées que l’Allemagne devait devenir la « locomotive » de cette reconstruction77. Les aides massives apportées à la France ont justement facilité la tâche du gouvernement français lorsqu’il lui a fallu renoncer aux exigences maximalistes sur l’avenir économique et politique des zones occidentales78. D’autre part, la reconstruction accélérée de l’économie ouest-allemande a posé à la politique extérieure et industrielle de la France une quantité de problèmes, concernant notamment l’utilisation éventuelle des réserves de charbon allemandes et le contrôle de la production de l’acier.

A. LE RÔLE CLEF DE L’ALLEMAGNE EN EUROPE

  • 79 Perron, Le marché du charbon, pp. 181-182, souligne en outre le fait que l’ECO n’était conçue que p (...)
  • 80 Sur l’OECE, cf. entre autres Hogan, pp. 123 sq., et Milward, The reconstruction, pp. 168 sq., ainsi (...)

46Depuis la fin de la guerre, la politique extérieure française avait tenté, en vain dans la plupart des cas, d’imposer aux Alliés un vaste contrôle de la Ruhr. Il s’agissait aussi, nous l’avons vu, d’assurer l’approvisionnement à long terme en charbon et en charbon à coke. Jusqu’alors, c’est l’European Coal Organisation (ECO) qui s’était chargée de la répartition des exportations allemandes. Les États d’Europe de l’Est y étaient représentés. C’est la raison pour laquelle les Américains ont préféré, à la suite de la Guerre froide, transférer cette mission à l’Organisation européenne de coopération économique (OECE)79. L’OECE avait été créée en avril 1948 par les pays bénéficiaires du plan Marshall, afin, notamment, de répartir l’aide américaine et de coordonner les programmes de reconstruction des différents États80.

  • 81 Selon Bossuat, il s’agissait d’une contrepartie « modérée », cf. « Les risques et les espoirs du pl (...)
  • 82 Sur les négociations londoniennes, cf. en détail Lüders, pp. 87 sq., et Post, pp. 81 sq. Cf. aussi (...)
  • 83 Alphand, p. 209, 25 avril 1948. Le général Lucius D. Clay était le chef des autorités d’occupation (...)

47La décision sur les quantités de charbon (à coke) allemand à exporter revenait cependant toujours aux autorités d’occupation américaine et britannique qui avaient regroupé leurs zones le 1er janvier 1947 pour former ce que l’on appelait la « Bizone ». En guise de maigre contrepartie pour l’accord qu’ils avaient donné à la participation de l’Allemagne à l’ERP, les Français parvinrent tout de même à inciter leurs alliés à chercher une solution commune pour les ressources de la Ruhr81. Celle-ci fut l’un des sujets des négociations sur l’avenir de l’Allemagne qui furent menées par les Alliés à Londres à partir de février 194882. Le chef de la délégation française, Hervé Alphand, montre dans son journal les difficultés qu’il a eues, lors de cette conférence, pour imposer le point de vue de son pays83 :

« C’est une peau de chagrin. Nous sommes bien loin de nos ambitieux projets de 1945. Je prépare en outre une intervention sur les réparations et la sécurité, mais l’atmosphère n’y est pas : Clay mène le jeu avec le seul souci de ménager l’Allemagne, de relever l’Allemagne contre l’Union soviétique. »

48Lors des négociations de Londres, les Français n’obtinrent effectivement ni l’internationalisation de la Ruhr ni un contrôle administratif direct sur les mines de charbon et les aciéries. Le statut de la Ruhr, publié fin 1948, prévoyait cependant la création d’une Autorité internationale de la Ruhr dont la mission était la répartition de la production allemande de charbon et d’acier entre les besoins locaux et l’exportation. Cette autorité devait être composée de représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et des pays du Benelux. Le futur État ouest-allemand put lui aussi participer à l’Autorité de la Ruhr après sa constitution. Jusqu’à cette date, il fut représenté par les trois puissances d’occupation occidentales.

  • 84 Note sur l’équipement de la sidérurgie française en laminoirs continus à tôles, mars 1948, AN, F 12 (...)

49Mais il ne s’agissait pas seulement à l’époque d’exploiter les industries de la Ruhr pour permettre la reconstruction en Europe. Car les zones occidentales pouvaient également revendiquer l’aide du plan Marshall pour moderniser leur industrie. Les Français durent désormais intégrer cette possibilité dans leurs propres efforts. Ainsi, au début 1948, les responsables du ministère français de l’Industrie avaient encore hésité à approuver la construction du deuxième train à bandes continu, avec l’argument que le financement de ce projet entraînerait « un sacrifice extrêmement important pour l’État »84.

  • 85 Note sur l’équipement de la sidérurgie française en trains continus à larges bandes (pour la produc (...)

50Compte tenu de l’éventuelle concurrence allemande pour la construction d’une installation de ce type, ces doutes se dissipèrent cependant assez vite. Ainsi, dans une note de décembre, le directeur de la Sidérurgie, Albert Bureau, qualifia la construction du deuxième train à bandes de nécessité absolue, en raison de l’augmentation des besoins en tôle fine et fer blanc. Pour justifier sa position, il rappelait qu’un grand nombre d’installations de ce type fonctionnaient aux États-Unis et que d’autres pays européens (la Grande-Bretagne, le Benelux, l’Italie) avaient commencé à s’en équiper : « Refuser à la Sidérurgie française les moyens de s’adapter à cette évolution, c’est la condamner à mort »85. D’autre part, la Lorraine était selon lui un site remarquable, en raison du coût peu élevé de sa production de fer brut. Mais il rappelait surtout les conséquences qu’aurait une hésitation française pour le comportement de la sidérurgie allemande :

« Enfin, toute défaillance de notre part dans ce domaine inciterait les Allemands à remettre en question la limitation de leur production sidérurgique dans la Ruhr. En même temps, ils s’empresseraient de demander aux Américains les dollars nécessaires pour réinstaller le laminoir continu à bandes qui s’y trouvait avant guerre (Dinslaken) et que les Russes ont déménagé promptement, peu après 1945. »

51Albert Bureau adressa sa note au ministère de l’Industrie, au ministère des Affaires étrangères et au secrétariat général du Comité interministériel pour la coopération économique européenne. Cette affaire montra une fois de plus quel lien étroit existait, dès qu’il s’agissait de la reconstruction de l’Allemagne, entre la politique industrielle et la politique étrangère françaises. Ce contexte apparaît encore plus clairement lorsqu’on se penche sur la limitation de la production d’acier allemand mentionnée par Albert Bureau.

  • 86 Cf. entre autres Kramer, pp. 58-60 et 117-118. Les deux documents y sont reproduits pp. 246-252 et (...)
  • 87 Recommendations for Increasing German Steel Production in Bizonia, August 14, 1948. Cf. aussi Kippi (...)

52Avant la Seconde Guerre mondiale, l’industrie allemande de l’acier occupait la première place en Europe. Avec plus de vingt millions de tonnes annuelles, elle atteignit en 1938 le plus haut niveau de sa production (en 1929, à titre de comparaison, la France avait fabriqué 9,7 millions de tonnes). Après la guerre, les Alliés victorieux décidèrent de limiter la production de l’acier et de démonter les installations superflues. Au fil des négociations entre les commandements militaires, la limite de la production fut d’abord fixée à 5,8 millions de tonnes par an. Après le regroupement de leurs zones d’occupation, les Américains et les Britanniques convinrent de fixer à 10,7 millions de tonnes le niveau maximal pour la Bizone86. Aux yeux des autorités d’occupation américaines, une augmentation de la production d’acier allemande jusqu’à ce plafond constituait une condition essentielle au succès du plan Marshall en Allemagne occidentale et en Europe. Les autorités américaines envoyèrent donc au cours de l’été 1948 une commission d’experts américains de l’acier dans la Bizone, afin d’étudier les conditions qui permettraient d’atteindre ce plafond. Car avec une production mensuelle de moins de 500 000 tonnes, l’industrie allemande de l’acier en était encore très éloignée87.

  • 88 Cf. entre autres Lüders, pp. 173-177 et N. Balabkins, Germany Under Direct Controls. Economic Aspec (...)
  • 89 Cf., sur les recommandations de cette « Commission Humphrey », un mémorandum britannique du 29 déce (...)
  • 90 Un règlement définitif du problème du démontage n’eut lieu que dans le cadre des accords de Petersb (...)

53Soutenus par les syndicats, les producteurs d’acier allemands réclamèrent en se référant au plan Marshall une suspension totale du programme de démontage des Alliés88. De fait, une deuxième commission d’experts rectifia ensuite la liste des usines destinées à être rasées ou démontées89. L’accord de Washington, le 8 avril 1949, réduisit considérablement le nombre d’entreprises à démonter. Mais, par exemple, l’entreprise August-Thyssen-Hütte (ATH) à Hamborn, l’une des aciéries les plus modernes et les plus performantes d’Allemagne, resta sur la liste des démontages90.

  • 91 Hogan, pp. 175-177 ; sur l’attitude des Français et des Britanniques, cf. Bührer, Ruhrstahl und Eur (...)
  • 92 Bonnet au ministère des Affaires étrangères, 27 janvier 1949, MAE, Archives Diplomatiques, Y Intern (...)

54Les Français, tout particulièrement, mais aussi les Britanniques, s’opposèrent à ce que d’autres aciéries soient rayées des listes. Les Américains auraient vraisemblablement été disposés à faire plus d’exceptions, même s’il existait aussi au sein de l’administration des États-Unis des divergences d’opinion sur les recommandations des experts91. L’ambassadeur français à Washington, Henri Bonnet, a cependant décrit en ces termes, dans un télégramme adressé au ministre des Affaires étrangères, Schuman, l’opinion dominante aux États-Unis : « Les dirigeants américains [...] estiment qu’une rapide restauration de l’Europe sera mieux servie par une remise en route sur place des usines de la Ruhr, plutôt que par des transferts d’équipement ailleurs »92.

55En France, on redoutait par conséquent que les Américains se soient même donnés pour objectif une augmentation de la production allemande au-delà de la limite autorisée de 10,7 millions de tonnes. Dans ce contexte, la production de la sidérurgie française devint un enjeu stratégique pour la politique extérieure du pays. Le ministre des Affaires étrangères français put plaider auprès des autres Alliés pour que l’on maintienne la limitation de la production allemande de l’acier si les producteurs français étaient en mesure de couvrir les besoins en acier de l’Europe occidentale. Mais si la production française baissait, cet argument perdait tout son poids.

  • 93 MAE, Archives Diplomatiques DE-CE 1945-1960, n° 368.
  • 94 Cf. P. Gerbet, Le relèvement 1944-1949, Paris 1991, pp. 138-142, Bossuat, « La France, l’aide améri (...)
  • 95 M. Kessel, « “L’empêcheur de la danse en ronde” [sic !] » : Französische Deutschlandspolitik 1945-1 (...)

56Un mémorandum secret que la direction des Affaires économiques et financières du ministère des Affaires étrangères adressa le 22 octobre 1948 au ministre de l’Industrie dresse un tableau où l’on voit bien apparaître ces éléments de fond et leur importance93. Il expose « la thèse que la production d’acier de la Ruhr ne devrait en aucun cas se développer plus rapidement que la production française » afin que « cette dernière soit en tout état de cause et d’une manière permanente toujours supérieure à celle de l’Allemagne », ce qui constitue « un des aspects primordiaux de notre sécurité ». Ce document est donc une expression très nette de ce que la recherche a souvent caractérisé comme le « rêve sidérurgique » de la France, c’est-à-dire l’objectif de remplacer l’Allemagne dans le rôle de producteur dominant d’acier sur le continent européen94. Et il démontre aussi que cette politique est fermement enracinée dans des considérations d’ordre militaire et de sécurité et n’a pas pour but une exploitation économique à long terme95.

57Ce qui importe le plus dans notre contexte est cependant le fait que pour réaliser cet objectif, les représentants du ministère des Affaires étrangères dépendent de la sidérurgie française et de sa politique de production et de vente. D’où tout l’intérêt du mémorandum destiné au ministère de l’Industrie : « Je tiens à attirer tout particulièrement votre attention sur la nécessité qu’il y aurait à ce que vos Services entrent en contact avec les sidérurgistes français et sarrois et leur signalent l’absolue nécessité d’un accroissement rapide de notre production sidérurgique. » Le ministre se fait cependant peu d’illusions sur les intentions d’une partie des sidérurgistes et les conséquences fâcheuses de leur comportement pour la position de la France dans les négociations entre Alliés :

« Je crains en effet qu’il existe chez certains d’entre eux un état d’esprit peu favorable au développement de cette production ; ceux-ci craindraient pour les prochaines années une surproduction dont l’effet serait de faire baisser les cours et de rendre difficile le placement de leur produit. [...] Une politique trop prudente de la part des sidérurgistes français et sarrois pourrait permettre aux Anglo-Saxons, préoccupés par la pénurie de produits sidérurgiques dont souffre l’Europe, d’accueillir favorablement les demandes des industriels de la Ruhr tendant à porter le niveau de production d’acier de la Bizone au-dessus du chiffre de 10,7 millions de tonnes actuellement autorisé ».

  • 96 Cité in « La France et le relèvement industriel allemand », L’Usine Nouvelle du 16 décembre 1948, p (...)

58L’évolution de la production française de l’acier et le comportement des producteurs furent donc suivis de très près par les responsables du ministère des Affaires étrangères. En témoigne aussi une intervention de Robert Schuman devant l’Assemblée nationale en décembre 1948, au moment où, à Londres, avaient lieu entre les alliés occidentaux les entretiens décisifs sur le contrôle de la Ruhr. Le ministre des Affaires étrangères lança une mise en garde contre toute auto-restriction de la production française de l’acier : « Il ne nous sera pas possible, je le dis très nettement, d’obtenir de nos alliés une limitation de la production allemande par rapport à la production française, si cette dernière est insuffisante par suite de circonstances dont nous aurions nous-mêmes la responsabilité »96.

  • 97 Direction de la Sidérurgie, Note sur les résultats de l’année 1948, 11 janvier 1949, AN, F12 10940.

59A l’inverse, pour les responsables de la politique industrielle, toute extension de la production d’acier française, et plus encore des exportations, dépendait de la politique gouvernementale à l’égard de la Ruhr. La direction de la Sidérurgie exprima cette dépendance dans son rapport annuel pour 194897 :

« Sur le plan européen, l’ensemble sidérurgique franco-sarrois constitue le producteur le plus puissant après la sidérurgie anglaise ; basé sur le magnifique gisement de minette lorraine, cet ensemble a un prix de revient de fonte excellent qui a donné longtemps à la sidérurgie française une place importante sur le marché mondial. Un développement et des débouchés plus importants encore lui sont assurés si la réduction considérable d’activité de la Ruhr peut être maintenue. »

60La politique de production restrictive d’une partie de la sidérurgie animée par la crainte d’une surproduction mit donc en péril une des positions clés de la politique étrangère de la France depuis la fin de la guerre. Lors des discussions sur la limitation de la production de la Ruhr, de premières failles apparurent entre le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’Industrie, failles qui devaient s’accroître par la suite et qui incitèrent les Affaires étrangères à se mobiliser contre les représentants de la sidérurgie française.

61Du point de vue économique, la reconstruction accélérée du potentiel économique allemand dans le cadre du plan Marshall rendait difficile le maintien de la position dominante que l’industrie sidérurgique française avait acquise sur le continent européen. À partir de 1948, les producteurs allemands livrèrent une concurrence de plus en plus acharnée aux sidérurgistes français, pour se procurer le coke et le charbon à coke ainsi que les moyens financiers indispensables à la modernisation des installations. Mais l’ouverture des marchés et l’accroissement de la compétition en Europe ne concernèrent pas uniquement la sidérurgie, au contraire. Tôt ou tard, une grande partie des industries françaises devait s’attendre à un renforcement imminent de la concurrence étrangère, notamment de la concurrence allemande sur les marchés à l’exportation et même sur leurs marchés intérieurs.

B. OUVERTURE DES MARCHÉS ET EXTENSION DU COMMERCE

  • 98 W. Loth, « Die europäische Integration nach dem Zweiten Weltkrieg in französischer Perspektive », i (...)
  • 99 Cité d’après J.-C. Asselain, « L’ouverture à la concurrence internationale. Introduction », in : M. (...)
  • 100 Sur ce sujet, en aperçu, Bossuat, La France, l’aide américaine, pp. 74-76, Margairaz, L’État, les f (...)

62Tous les hommes politiques français qui ébauchaient des projets pour la reconstruction du pays replaçaient celle-ci dans le contexte international98. Le ministre de l’Économie Pierre Mendès France définissait ainsi le plan qu’il proposa en 1944-1945 pour la France comme la « pierre d’attente pour une construction internationale »99. Des réflexions analogues avaient déjà été menées pendant la guerre. Ainsi, par exemple, Jean Monnet, Robert Marjolin, René Mayer et Hervé Alphand ébauchèrent et discutèrent, alors qu’ils se trouvaient en Afrique du Nord française libérée, des projets d’unification politique et économique de l’Europe100.

  • 101 Monnet, Mémoires, pp. 318-320.
  • 102 Cité d’après B. Cazes, « Un demi-siècle de planification indicative », in : Lévy-Levoyer et Casanov (...)

63Monnet a repris ces idées dans un entretien avec un correspondant de la revue américaine Fortune en 1944. Il désignait l’abolition du protectionnisme économique et la création de marchés élargis comme les conditions d’une hausse du niveau de vie en France et plaidait en faveur d’une « Union qui ait le pouvoir d’abaisser les barrières douanières, de créer un grand marché européen et d’empêcher la reconstitution des nationalismes »101. Préparer la France à une ouverture des marchés et à la compétition mondiale était aussi l’un des objectifs de son plan de modernisation, en 1946 : « Nous voulons faire ce plan avec l’idée de créer en France les conditions donnant à notre pays la possibilité de devenir une unité active de l’économie mondiale »102.

  • 103 Alphand, pp. 199-200, 9 juin 1947.

64Hervé Alphand, directeur des Affaires économiques et financières au ministère des Affaires étrangères, déclara lui aussi que la France ne pouvait pas se replier sur une position d’autarcie : « En se déclarant favorable au développement des échanges internationaux, à l’abaissement des barrières douanières, à l’élimination de tout traité discriminatoire dans le commerce avec l’étranger, elle ne subit d’autre pression que celle de ses intérêts fondamentaux. » Mais dans le même temps, il insistait sur l’importance d’une période transitoire « pour reconstruire et moderniser notre équipement productif, de façon à rendre l’industrie et l’agriculture françaises, au bout d’un certain nombre d’années, capables de se mesurer à armes égales avec leurs concurrents sur les marchés extérieurs »103.

  • 104 On trouve un bon résumé in L’Économie du 20 juillet 1950. Cf. C. Buchheim, Die Wiedereingliederung (...)
  • 105 L’Usine Nouvelle du 2 octobre 1947 : « Les heures difficiles vont venir ».

65Pourtant, dans l’après-guerre, l’ouverture des marchés mondiaux n’en resta pas au stade des déclarations d’intention. À l’instigation des États-Unis, des démarches concrètes furent entreprises dans ce sens. Ainsi, à Genève, vingt-quatre États négocièrent du 10 avril au 30 octobre 1947 une élimination multilatérale des quotas commerciaux et des barrières douanières. En novembre suivit un accord commercial et douanier (General Agreement on Tariffs and Trade, le GATT). Il entra en vigueur le 1er janvier 1948 et fut d’abord prévu pour une période de trois ans104. Dans ce contexte, l’influente revue économique française L’Usine Nouvelle constatait dès le mois d’octobre 1947 « que le temps des concurrences n’est plus éloigné de nous »105.

  • 106 Cf., pour les recommandations faites dans ce domaine par la commission du Bilan national, Bossuat, (...)

66Le plan Marshall accéléra ces évolutions. L’un des objectifs fixés par les Américains aux pays bénéficiaires fut d’atteindre l’équilibre de la balance des paiements lorsque cesserait l’aide, en 1952. Pour compenser le niveau élevé des importations, indispensables à l’approvisionnement de la population et à la modernisation de l’industrie, les pays bénéficiaires devaient donc chercher à augmenter leurs exportations106.

  • 107 DREE, Comité des Exportations, compte rendu de la réunion du 3 avril 1947, AN, Ministère de l’Indus (...)
  • 108 Cf. sur cette loi et sur son application, limitée à quelques branches par un décret du 14 janvier 1 (...)
  • 109 Direction des Programmes économiques, Note pour le Ministre sur le contingent exportation de produi (...)

67En France, avant même l’annonce de l’ERP, le gouvernement avait accompli des efforts pour encourager les exportations. Ces efforts avaient pour premier objectif l’exportation de produits finis, par exemple des automobiles et des productions du secteur de la machine-outil107. Au milieu de l’année 1947, le gouvernement français entreprit de nouvelles démarches pour inciter l’industrie à mieux exporter ses productions. Une loi du 8 août 1947 prévoyait ainsi une diminution de la taxation sur les bénéfices à l’exportation108. Dans le domaine de la sidérurgie, l’administration compétente et les producteurs s’efforcèrent d’augmenter les exportations et de prendre une bonne place sur les marchés étrangers avant que la concurrence ne puisse se renforcer109.

  • 110 Développement des exportations, Extrait du rapport de la mission Faure, non daté [vraisemblablement (...)

68Une commission spéciale, placée sous la direction d’Edgar Faure, étudia en détail, en 1948, les possibilités d’exportations françaises et proposa toute une série de mesures de soutien. Dans son rapport, la commission constatait que le faible niveau d’exportations était souvent dû au manque de matières premières. Effectivement, à cette époque, l’approvisionnement insuffisant en coke sidérurgique handicapait la production de l’acier, et le manque de produits sidérurgiques, notamment de tôles, gêna un temps la fabrication des produits finis. La commission d’experts indiquait cependant que derrière tout cela se trouvait également la hausse constante des prix de revient et en concluait que la France devait mener des efforts considérables pour réussir ses exportations : « Le marché mondial impose à l’économie française la modification de ses habitudes et de sa structure »110.

  • 111 Alphand, p. 207, 25 février 1948.
  • 112 Cf. Bossuat, « Les risques et les espoirs », pp. 236-242, et La France, l’aide américaine, pp. 274- (...)
  • 113 Note de la Direction des Affaires économiques et financières du ministère des Affaires étrangères, (...)

69Une hausse du commerce mondial supposait une plus forte ouverture des différents marchés. Dans les milieux gouvernementaux français, on évoquait aussi la nécessité de mener une politique commerciale plus libérale. Hervé Alphand y voyait le « seul moyen d’équilibrer nos ressources et nos besoins à un niveau tel que nous puissions en quatre ans nous passer d’aide extérieure »111. Dans le cadre du plan Marshall, les États-Unis intensifièrent, de ce point de vue, leur pression sur les pays participants. Ils utilisèrent ainsi les négociations sur le traité d’assistance bilatérale pour forcer les Français à accorder la clause de la nation la plus favorisée aux zones d’occupation occidentales112. Les responsables, en France, tentèrent de s’y opposer, craignant que l’industrie allemande ne pratique une concurrence sournoise et le « dumping » - ils ne parvinrent cependant pas à l’empêcher113.

70Le plan Marshall accéléra donc l’ouverture des marchés et intensifia la concurrence en Europe. Ainsi, la nécessité d’équilibrer la balance des paiements, jusqu’en 1952, força les pays bénéficiaires à augmenter leurs exportations. Mais il fallait pour cela faire disparaître les goulets d’étranglement de l’approvisionnement dans les différents États. Le plan Marshall y contribua grandement. En France, au début 1948, on entreprit ainsi les premières démarches visant à abolir les contrôles de l’État sur la production et les prix.

IV. LE PLAN MAYER DE 1948 : UNE LIBÉRALISATION JONCHÉE D’OBSTACLES

  • 114 C’est le point de vue de François Bloch-Lainé, qui était à l’époque directeur du Trésor, cité par B (...)

71Au début de l’année 1948, le ministre de l’Économie et des Finances de l’époque, René Mayer, entreprit « la première tentative sérieuse de redressement depuis la guerre »114. Ses successeurs prolongèrent les mesures qu’il avait adoptées. Celles-ci avaient aussi pour but de procurer aux producteurs français une bonne situation de départ à l’égard de leurs concurrents étrangers.

A. LA PRÉPARATION À LA CONCURRENCE INTERNATIONALE

  • 115 Cf. F. Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », Histoire, économie et société, 3e trimest (...)

72Le plan lancé à l’instigation de Mayer pour stabiliser l’économie française se concentrait essentiellement sur l’endiguement du déficit budgétaire et la lutte contre l’inflation115. Parmi ces mesures, on trouvait entre autres une augmentation - provisoire - des impôts, la limitation de la masse monétaire et une vigoureuse dévaluation du franc. Le succès de cette politique permit par la suite une libération progressive des prix et des salaires.

  • 116 Cf. entre autres, G. Bossuat, « Le poids de l’aide américaine sur la politique économique et financ (...)

73Les États-Unis avaient réclamé depuis longtemps ce type de mesures ; ils les saluèrent donc. Même si le plan Mayer n’est pas directement le fruit des pressions de Washington, le gouvernement français a vraisemblablement créé en agissant ainsi les conditions permettant le déblocage, par les autorités des États-Unis, des fonds tirés de la vente des aides américaines en France. L’utilisation de ces fonds, dits de « contre-valeur », permit de poursuivre les efforts de modernisation du pays prévus dans le plan Monnet sans accroître la masse monétaire ni risquer une inflation galopante. Une confrontation sur le contrôle du Fonds de modernisation et d’équipement eut cependant lieu au sein de l’administration française, que le ministère des Finances trancha à son profit et contre le commissariat du Plan116.

  • 117 L’Usine Nouvelle du 25 mars 1948, p. 1 : « La liberté pour le charbon et l’acier ».
  • 118 Les Industries Mécaniques, février 1949, pp. 4-5, et Circulaire n° 6072 du Comptoir des Produits Si (...)
  • 119 Cf. les déclarations à ce propos lors d’une réunion de la CSSF le 21 janvier 1949, résumées par Fra (...)
  • 120 Les Industries Mécaniques, février 1949, p. 4 : « L’acier est libre »

74Le gouvernement français mit également un terme à la distribution administrative de la production. A partir du 1er août 1948, la plupart des matières premières purent être librement négociées117. Les bons d’achat pour les produits de l’acier (ce que l’on appelait la « monnaie-matière ») furent eux aussi supprimés à la date du 1er février 1949. Restèrent provisoirement exclus de ces mesures la tôle fine et le fer blanc, encore exposés à une pénurie considérable. Les restrictions sur le fer blanc ne furent levées qu’en octobre 1949118. Les producteurs d’acier saluèrent ces mesures, même si l’administration continuait à déterminer les prix de vente des produits de l’acier119. Les consommateurs d’acier exprimèrent eux aussi leur satisfaction. Ils étaient convaincus que l’abolition des quotas mènerait à une nouvelle hausse de la production120.

75Les prix du marché remplacèrent donc peu à peu les mécanismes d’État utilisés pour piloter l’offre et la demande. Les coûts de fabrication, qui jouaient un rôle relativement insignifiant dans une économie de pénurie, déterminèrent dorénavant la compétitivité et la rentabilité d’une entreprise, par comparaison avec ses concurrents dans le pays et à l’étranger. Les industriels durent donc mener une analyse plus poussée des différents éléments de leurs prix de revient.

  • 121 Cf. Bossuat, « Les risques et les espoirs », pp. 227-232 et Lynch, France and the International Eco (...)
  • 122 Cf. Lepage, « La direction », pp. 256-266, citation p. 260.

76Le plan Mayer prévoyait également une dévaluation de la monnaie française121. Depuis décembre 1945, le cours officiel du dollar américain se situait à 119,10 F. Le 25 janvier 1948, il fut fixé à 214,39 F, avec un cours libre d’environ 310 F. Le franc perdit aussi de sa valeur face à la livre britannique. A l’origine de ce volet extérieur du plan Mayer se trouve la direction des Finances extérieures (Finex), dirigée par l’inspecteur des Finances Guillaume Guindey entre 1946 et 1953. Dans son équipe se trouvent beaucoup de personnes qui allaient jouer un rôle important dans les relations économiques et financières de la France par la suite, notamment Pierre-Paul Schweitzer, Bernard de Margerie et Thierry de Clermont-Tonnerre. Dans un entretien ultérieur, avec des historiens, Guindey a déclaré que leurs actions étaient guidées « par l’idée que la libération des échanges, la concurrence, l’ouverture des frontières, etc. étaient indispensables à l’"aération" de l’économie française, trop longtemps étouffée ». Leurs propositions et actions pendant cette période démontrent cependant qu’ils voyaient une stabilisation économique et financière en France (la baisse de l’inflation ainsi que l’équilibre de la balance des paiements) comme pré-condition d’une ouverture des marchés122.

77La dévaluation du franc joua également un grand rôle pour la compétitivité de l’industrie française. Jusqu’alors, la France, comme la plupart des pays d’Europe de l’Ouest, avait maintenu sa monnaie à un niveau artificiellement élevé qui lui avait permis de diminuer le coût des indispensables importations. Cela provoqua un déficit chronique de la balance des paiements avec les États-Unis (ce que l’on a appelé le « dollar gap » ou gouffre des dollars). La dévaluation du franc, en revanche, facilita les exportations pour les producteurs français. Cela se fit en accord avec les objectifs du plan Marshall. La lutte pour les marchés à l’étranger pouvait donc débuter.

  • 123 Bossuat, « Le poids de l’aide américaine », p. 31.

78L’historien français Gérard Bossuat résume ces transformations, survenues au cours de l’année 1948 : « tous les décideurs acceptent l’idée de ne plus recourir à l’inflation pour financer la reconstruction et les investissements productifs. Belle victoire américaine ! Belle victoire aussi de ceux qui souhaitaient préparer la France à la compétition européenne »123. Pourtant le comportement de nombreuses chambres syndicales dressa de nouveaux obstacles à la libéralisation que l’on s’efforçait de mettre en place.

B. D’UN DIRIGISME D’ÉTAT À UN DIRIGISME PROFESSIONNEL

  • 124 Lettre d’Albert Bureau aux membres du Comité consultatif, 20 janvier 1949, AN, IND 22296. Cf. aussi (...)

79Avec l’abolition d’une bonne partie des interventions et des contrôles de l’État, l’industrie française retrouva largement sa liberté d’action. Dans le domaine de l’acier, par exemple, début 1949, le gouvernement rétrograda la direction de la Sidérurgie dans la hiérarchie administrative, il la transforma en un service placé sous l’autorité de la direction des Mines et de la Sidérurgie. Le comité consultatif de la Sidérurgie mit lui aussi à cette époque un terme à son activité. C’est en son sein que, depuis 1946, des représentants des employeurs, des employés et du ministère avaient régulièrement débattu de tous les problèmes liés à l’industrie sidérurgique124.

  • 125 Entretien avec A. Denis le 14 mai 1992.

80Le haut fonctionnaire jusqu’alors chargé du dossier sidérurgique, Albert Bureau, n’était pas disposé à jouer les seconds rôles et se fit muter dans la zone d’occupation ouest-allemande, où il prit la direction de la partie française du groupe de contrôle de l’acier institué par les Alliés. C’est Albert Denis qui prit la tête du service de la Sidérurgie. Jusqu’à cette date, il avait travaillé à la surveillance de la production de l’acier dans la zone d’occupation française en Allemagne et dans la Sarre125.

  • 126 Cf. Mioche, La sidérurgie et l’Etat, pp. 581-588.
  • 127 Historique et psychologie des trains à bandes, 22 février 1949, AN, IND 11512.
  • 128 A. Denis a confirmé, dans l’entretien mentionné ci-dessus, les difficultés qu’il a rencontrées au d (...)

81Pourtant ces transformations allèrent bien au-delà d’une remise en ordre des structures administratives et d’un changement de personnel. Dans les faits, le ministère de l’Industrie perdit en bonne partie le contrôle de la sidérurgie126. Dès le mois de novembre 1948, le ministre socialiste de l’Industrie Robert Lacoste refusa la proposition de la direction de la Sidérurgie qui voulait nommer deux commissaires d’État pour surveiller la société d’exploitation du deuxième train à bandes, la Sollac127. À partir du début 1949, la Chambre syndicale de la sidérurgie française (CSSF) refusa toute surveillance de ses activités par l’administration. La CSSF refusa aussi, désormais, de présenter à l’approbation du ministère de l’Industrie, comme par le passé, les programmes de production élaborés par ses membres128.

  • 129 Note sur les attributions de la Chambre syndicale de la sidérurgie, 19 octobre 1950, AN, Ministère (...)
  • 130 Gillingham, Coal, Steel, p. 143.

82D’autre part, à l’époque, les organes de pilotage issus de la guerre subsistaient. La Chambre syndicale en avait pris le contrôle immédiatement après la dissolution de l’Office professionnel de la Sidérurgie, en avril 1946. Le Comptoir des produits sidérurgiques (CPS) joua sur ce point un rôle important. Il avait été créé sous le régime de Vichy, en 1940, mais remontait en dernière instance au cartel qu’était le Comptoir sidérurgique de France129. Le CPS comptait environ 750 collaborateurs après la guerre. Parmi ses compétences, on trouvait surtout la prise de commandes centralisées pour toutes les entreprises membres (c’est-à-dire la quasi-totalité de la sidérurgie française), la répartition des commandes aux différentes entreprises et l’établissement des factures aux consommateurs. Ces missions subsistèrent malgré la libéralisation du marché intérieur français, entreprise à partir de 1948. Contrairement à ce qu’affirme John Gillingham dans son livre, il ne s’agissait donc pas d’une « re-cartellisation » après la guerre, mais d’un prolongement des structures existantes130.

  • 131 Cf. H. Dumez et A. Jeunemaître, « Diriger l’économie ». L’État et les prix en France (1936-1986), P (...)
  • 132 Mioche, La sidérurgie et l’État, p. 232, cite une source selon laquelle on choisissait même volonta (...)

83Dès lors que le gouvernement français considérait la sidérurgie comme un secteur économique clef, il garda en bonne partie le contrôle sur les prix intérieurs. Ils étaient fixés par la direction des Prix, laquelle dépendait du ministre des Finances131. Pour se procurer les informations nécessaires à cette fixation, informations portant sur les coûts de production moyens, l’administration dépendait cependant largement de la Chambre syndicale de la sidérurgie. Même si l’on n’en a pas de preuves flagrantes, il existe des indices concluants indiquant que la CSSF a volontairement utilisé la structure des coûts d’entreprises inefficientes pour obtenir un prix aussi élevé que possible132. D’autre part, l’État ne fixait que les prix des produits de base. C’était la Chambre syndicale qui déterminait les divers suppléments pour la qualité, les dimensions spéciales, les délais de livraison, etc. Les prix à l’exportation, eux aussi, étaient laissés à l’appréciation de la CSSF, même s’ils dépendaient en tout premier lieu du niveau du marché mondial.

  • 133 Ehrmann, La Politique du Patronat, pp. 252-264 et 273-276. Sur la survie des cartels, même après la (...)

84Dans la sidérurgie, mais aussi dans de nombreuses autres branches, le prolongement de l’appareil de pilotage et de contrôle issu de l’économie de guerre mena à une sorte de « dirigisme des chambres syndicales ». Les accords sur les quantités et sur les coûts protégeaient fréquemment les entreprises non rentables des conséquences de la concurrence, et bloquaient les efforts menés par le gouvernement pour abaisser les prix à la consommation. Un chercheur américain a fort justement caractérisé les conséquences de ce système comme « la survie des incapables » (survival of the unfit)133. Mais les activités de nombreuses chambres syndicales privées n’eurent pas seulement des conséquences néfastes pour le marché intérieur français. Elles mirent aussi en péril la compétitivité internationale de l’industrie française.

Notes

1 R. Mayne, « Gray Eminence », in : D. Brinkley et C. Hackett (éd.), Jean Monnet : The Path to European Unity, Londres 1991, p. 114

2 Cf. F. Braudel et E. Labrousse (éd.), Histoire économique et sociale de la France, vol. IV/2, Paris, 1980, pp. 667 sq., J.-P. Rioux, La France de la IVe République, vol. 1, Paris, 1980, pp. 30 sq., G. Elgey, Histoire de la IVe République, vol. 1, Paris, 1994, p. 134 sq. et, plus récemment, Lynch, France and the International Economy, chapitre 1.

3 Sur l’appareil économique de Vichy ainsi que les mesures prises à la Libération voir Ehrmann, La politique du patronat, pp. 63-77 et 99-105 ; H. Rousso, « L’organisation industrielle de Vichy », Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale, 116, 1979, pp. 27-44 ; R. F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, Paris, 1984, pp. 352-361 ; R. C. Vinen, The Politics of French Business 1936-1945, Cambridge, 1991, chapitre 10 ; M. Margairaz et H. Rousso, « Vichy, la guerre et les entreprises », Histoire, économie et société, 3e trimestre 1992, pp. 337-367 ; R. de Rochebrune et J.-C. Hazera, Les patrons sous l’occupation, 2e éd., Paris, 1997 ; O. Dard et al. (éd.), L’Occupation, l’État français et les entreprises, Paris, 2000 ; ainsi que P. Burrin, La France à l’heure allemande 1940-1944, Paris, 1995, pp. 234-249 ; pour la sidérurgie, Mioche, La sidérurgie et l’État, pp. 525 sq. ; pour les charbons, O. Kourchid « Un leadership industriel en zone interdite : la Société des Mines de Lens et la Charte du Travail », Le Mouvement social, 151, avril-juin 1990, pp. 55-78, notamment pp. 60-62.

4 Constitution de la CSSF, Dépôt des statuts, 6 janvier 1945, AN, IND 22306. Cf. Mioche, La sidérurgie et l’État, pp. 565 sq. et Martin, pp. 46-47. Sur la personne d’Aubrun, ibid., p. 36, L. Franck, 697 ministres. Souvenirs d’un directeur général des prix, 1947-1962, Paris, 1990, pp. 18-19 ; et en particulier Mioche, La sidérurgie et l’État, pp. 490 sq.

5 Sur la fondation du CNPF, cf. entre autres Ehrmann La politique du patronat, pp. 107 sq., J.-N. Jeanneney, L’argent caché, Paris, 1984, pp. 242 sq. et H. Weber, Le parti des patrons. Le CNPF (1946-1986), Paris, 1991, pp. 90 sq. Sur la personne de Villiers, ibid., pp. 94-96, et ses Mémoires, G. Villiers, Témoignages, Paris, 1978.

6 Cf. pour une comparaison européenne, C. Andrieu, « La France à gauche de l’Europe », Le Mouvement social, 134, janvier-mars 1986, pp. 131-153. Pour des analyses détaillées, C. Andrieu et al. (éd.), Les nationalisations de la Libération, Paris, 1987 ; sur le destin ultérieur des groupes nationalisés, P. Fridenson, « Les entreprises publiques en France de 1944 à 1986 », Annali di storia dell’impresa, 3, 1987, pp. 144-155, et» Atouts et limites de la modernisation par en haut. Les entreprises publiques face à leurs critiques (1944-1986) », in : id. et A. Straus (éd.), Le capitalisme français, xixe-xxe siècle. Blocages et dynamismes d’une croissance, Paris, 1987, pp. 175-194.

7 D’après Andrieu et al. (éd.), Les nationalisations, p. 254.

8 Cf. à ce propos et globalement, Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, pp. 161 sq., G. Madjarian, Conflits, pouvoirs et société à la Libération, Paris, 1980, pp. 165 sq. et F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une modernisation, Paris, 1986.

9 Mioche, Le Plan Monnet, pp. 15-33, A. Shennan, Rethinking France. Plans for Renewal 1940-1946, Oxford, 1989, pp. 228-242 et Kuisel, Le capitalisme et l’Etat en France, pp. 156-194.

10 Ibid., pp. 191-201, Shennan, pp. 243-245, Mioche, Le Plan Monnet, pp. 35-55, et Margairaz, L’État, les finances, pp. 781 sq.

11 Cf., sur sa personne et sa carrière, entre autres Fontaine, Jean Monnet, Duchêne, Jean Monnet et Roussel, Jean Monnet, ainsi que ses propres Mémoires. Sur les grandes étapes de sa vie politique, cf. également les contributions dans Bossuat et Wilkens (éd.), Jean Monnet.

12 Cf. P. Gerbet, « Jean Monnet - Charles de Gaulle. Deux conceptions de la construction européenne », in : Bossuat et Wilkens (éd.), Jean Monnet, pp. 411-433.

13 Lynch, « Resolving the Paradox of the Monnet Plan », pp. 235-237 et France and the International Economy, chapitre Cf. aussi A. Milward, « La planification française et la reconstruction européenne », in : B. Cazes et P. Mioche (éd.), Modernisation ou décadence, Aix-en-Provence, 1990, p. 89 et I. M. Wall, « Jean Monnet, the United States and the French Economie Plan », in : Brinkley et Hackett (éd.), Jean Monnet, pp. 86-113.

14 Margairaz, L’État, les finances, pp. 813-814 et 859-863.

15 Sur la personne et les activités d’Alphand, voir son journal L’étonnement d’être. Journal 1939-1973, Paris, 1977 ainsi que les notices biographiques dans J. Baillou (éd.), Les affaires étrangères et le corps diplomatique français, vol. II, Paris, 1984 et le Dictionnaire biographique français contemporain, Paris, 1950.

16 Kuisel, Le capitalisme et l’État, pp. 91 sq. et 406 sq.

17 Mioche, Le Plan Monnet, pp. 73 sq. Cf. aussi les contributions in : H. Rousso (éd.), De Monnet à Massé. Enjeux politiques et objectifs économiques dans le cadre des quatre premiers plans (1946-1965), Paris, 1986 et Roussel, chapitre XV.

18 Marc Hyafil, entretien n° 3 par Laure Quennouëlle, 12 mai 1992, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Archives orales.

19 Sur le système de planification français, cf. en général S.S. Cohen, Modem Capitalist Planning : the French Model, Berkeley, 1977, pp. 3-25, et pour une comparaison avec le plan soviétique, P. Bauchet, Le plan dans l’économie française, Paris, 1986, pp. 8-10.

20 Cf. M. Kipping, « A Difficult and Slow Process: The Americanization of the French Steel Producing and Using Industries after WWII », in: J. Zeitlin and G. Herrigel (éd.), Americanization and Its Limits, Oxford, 2000, pp. 209-235.

21 Premier rapport de la Commission de modernisation de la Sidérurgie, Paris, 1946, pp. 30-31. Pour la comparaison, cf. M. Freyssenet, La sidérurgie française 1945-1979. L’histoire d’une faillite, Paris, 1979, pp. 28-29. Sur les raisons de ce retard, H. Wolter, Die französische Eisen schaffende Industrie, Düsseldorf, 1953, pp. 20-22 ainsi que J. Chardonnet, « La sidérurgie française. Son évolution et ses difficultés de 1950 à 1991 », Géographie et Recherche, 82, mai 1992, pp. 6-13.

22 Cf. P. Mioche, « La reconstruction de la sidérurgie européenne, 1945-1949 : sérénité des uns, nouveau départ pour les autres », Histoire, économie et société, 18/2, avril-juin 1999, pp. 397-411, qui suggère que la sidérurgie française ne manquait pas de compétitivité, et M. Kipping, et al., « The Emergence of New Competitor Nations in the European Steel Industry : Italy and the Netherlands, 1945-65 », Business History, 43/1, janvier 2001, pp. 69-96.

23 Sur sa personne, ses activités et rapports, pendant la guerre, voir Mioche, La sidérurgie et l’État, pp. 558-559, 561-564 et 575-577 ; id., « La vitalité des ententes » ; id. (éd.), De l’idée européenne à l’Europe, xixe-xxe siècle, Paris, 1997, pp. 28-30, et id., « Une vision conciliante du futur de l’Europe : le plan d’Alexis Aron en 1943 », in : M. Dumoulin (éd.), Plans des temps de guerre pour l’Europe d’après guerre, 1940-1947, Bruxelles, 1995, pp. 307-323.

24 Avant-projet d’ordonnance relative à la constitution de groupements sidérurgiques, 28 décembre 1944, PAM 56806 ; sur son évolution ultérieure, ibid., 16 avril 1945 et 6 novembre 145. On trouve aussi un résumé des propositions d’Aron dans les USNA, State Department, R & A Report № 3303, 17 juillet 1945, notamment pp. 18 et 20.

25 Rationalisation de la sidérurgie française. Rapport du Commissaire provisoire, 25 mars 1946. Le représentant de Pont-à-Mousson à la CSSF, François de Villepin, envoya ce rapport le 8 mai 1946 à André Grandpierre, PAM 56806. Grandpierre dirigea l’entreprise à partir de 1946. Sur sa personnalité, cf. Martin, pp. 125-126.

26 Henri de Wendel, en 1971, dans un entretien accordé à L’Expansion, cité ici d’après Mioche, Le Plan Monnet, p. 251.

27 Ibid.

28 Mioche, La sidérurgie et l’Etat, pp. 593-596.

29 C’est ce qu’estime J.-P. Daviet, « Some Features of Concentration in France », in: H. Pohl (éd.), The Concentration Process in the Entrepreneurial Economy since the Late 19th Century, Stuttgart, 1988, pp. 80-81 et 85-87.

30 Premier rapport, pp. 31-32 et 56-57. Sur la sidérurgie et le plan Monnet, Mioche, Le Plan Monnet, pp. 249-258, id., La sidérurgie et l’État, pp. 590 sq., ainsi que id. et M. Margairaz, « Les plans et la sidérurgie », in : Rousso (éd.), De Monnet à Massé, pp. 127-158.

31 Cf. le compte rendu de la 35e session de la Commission de modernisation de la Sidérurgie le 27 octobre 1947, AN, AMF 9/5/5. Cf. Mioche, Le Plan Monnet, pp. 255-256 et id., La sidérurgie et l’État, p. 597.

32 Martin, p. 57.

33 Cf. R. Casey, « Rolling Mills », in b. e. Seely (éd.), Iron and Steel in the Twentieth Century, 1994, pp. 373-374 et Office européen des Nations Unies, La sidérurgie européenne et le train continu à larges bandes. Etude sur l’évolution et les perspectives de la production et de la consommation des produits plats, Genève, 1953.

34 Cf. Mioche, La sidérurgie et l’Etat, pp. 599 sq., id., Le Plan Monnet, pp. 251-252, et id., « Le Plan Marshall et la sidérurgie française », in : M. Lévy-Leboyer et R. Girault (éd.), Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, Paris, 1993, pp. 303-317, Martin, pp. 51 -55 et M. Kipping, « Competing for Dollars and Technology. The United States and the Modernization of the French and German Steel Industries after World War II », Business and Economic History, 23/1, 1994, pp. 229-240.

35 Cf., à titre d’exemple des discussions qui eurent lieu au sein de la Chambre syndicale de la sidérurgie le résumé d’une réunion d’information le 21 septembre 1945, établi par François de Villepin pour André Grandpierre, 22-24 septembre 1945, PAM 70671.

36 Cette attitude a peut-être aussi des causes liées à la technique de production. La Lorraine produisait essentiellement de l’acier Thomas qui, en raison de sa qualité encore insuffisante à cette époque, ne pouvait être utilisé pour une transformation sur un train à bandes. Je remercie Ulrich Wengenroth, professeur à la Technische Universität de Munich, pour avoir attiré mon attention sur cet aspect qui n’est pas mentionné dans les sources.

37 Il le déclara devant un collaborateur de la direction de la Sidérurgie au ministère de l’Industrie ; mentionné dans « Historique et psychologie des trains à bandes », 22 février 1949, AN, IND 11512.

38 Martin, p. 52. Sur sa personne et la suite de sa carrière à Pont-à-Mousson, voir ci-dessus, p. 20.

39 Mioche et Roux, p. 188.

40 Note de Lefaucheux à la direction des Industries mécaniques et électriques (DIME) et au secrétaire général à la Production, 15 juin 1945, AN, F12 11026.

41 AN, F12 11026.

42 Cf. sur la carrière et les convictions de Lefaucheux, le récit qu’il en donne lui-même en 1952, repris in P. Fridenson, « La bataille de la 4 CV Renault », L’Histoire, 9, février 1979, p. 34 ; sur son rôle dans la Résistance, cf. aussi Ehrmann, La politique du patronat, pp. 93 et 96, et Kuisel, Le Capitalisme et l’Etat en France, pp. 353-354.

43 « Passage au socialisme », écrit début 1944 et publié dans les Cahiers politiques de mars et avril 1945, cité ici d’après Bloch-Lainé et Bouvier, p. 110.

44 Cf. sur le grief de « malthusianisme » A. Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, vol. 2, Paris, 1967, pp. 359-378. Cf., pour un résumé des recherches ultérieures et du débat, entre autres, Bloch-Lainé et Bouvier, pp. 35-43, ainsi que R. Frank, La hantise du déclin. Le rang de la France en Europe, 1920-1960, Paris, 1994, pp. 72-76. Sur le « traumatisme » laissé en France par la défaite de 1940, ibid, pp. 221 sq.

45 Pour les conflits entre producteurs et utilisateurs d’acier en France cf. M. Kipping, « Inter-Firm Relations and Industrial Policy: The French and German Steel Producers and Users in the Twentieth Century », Business History, 38/1, janvier 1996, pp. 1-25.

46 P. Fridenson, Histoire des usines Renault, vol. I : Naissance de la grande entreprise 1898-1939, 2e éd., Paris, 1998, pp. 134-137, 220-226 et 329-330. Sur les relations entre le cartel de l’acier et l’UCPMI, cf. aussi D. P. Barbezat, International cooperation and domestic cartel control. The International Steel Cartel, 1926-1938, thèse, University of Illinois, Urbana, 1988, pp. 69, 125-126 et 208-209.

47 Cf. les Mémoires de son successeur P. Dreyfus, Une nationalisation réussie : Renault, Paris, 1981, p. 12.

48 Cf. sur Usinor et sa préhistoire, O. Hardy-Hémery, « Croissance et marché en sidérurgie : les avatars des Forges et Aciéries du Nord-Est (1817-1948) » in : Fridenson et Straus (éd.), Le capitalisme français, pp. 119-133 ; id., De la croissance à la désindustrialisation. Un siècle dans le Valenciennois, Paris, 1984 ; M. Freyssenet et F. Imbert, La centralisation du capital dans la sidérurgie 1945-1975, Paris, 1975, pp. 63-70 ; E. Godelier, Du local au global. Usinor 1948-1986, Paris, à paraître. Sur la carrière de Damien, cf. aussi Mioche, La sidérurgie et l’État, p. 459.

49 Cf. la lettre de la direction de la Sidérurgie au cabinet du ministre le 30 août 1946, AN, F12 11026 et « Historique et psychologie des trains à bandes », 22 février 1949, AN, IND 11512.

50 Dans une lettre déjà citée du 15 mars 1947, AN, F12 11026.

51 Martin, p. 53 ; Mioche, La sidérurgie et l’État, pp. 603-604, suppose que les efforts de Lefaucheux ne sont qu’une « manœuvre » pour atteindre cet objectif. Compte tenu de l’intensité des efforts qu’il a menés et des attaques qu’il a lancées, cela paraît peu vraisemblable.

52 Cf. ibid., p. 607, et Kipping, « Competing for Dollars and Technology ».

53 On trouve un aperçu sur l’exportation française de l’acier et la consommation intérieure chez Wolter, pp. 65-74 et chez J. Chardonnet, La sidérurgie française. Progrès ou décadence ?, Paris, 1954, pp. 17-21.

54 Premier rapport, pp. 9-10.

55 Mioche, Le Plan Monnet, pp. 225-226, ainsi que, sur les efforts simultanés menés par les militants de la CGT pour obtenir des hausses de production, D. Holter, The Battle for Coal. Miners and the Politics of Nationalization in France, 1940-1950, DeKalb, 1992, notamment pp. 81 sq.

56 Wolter, pp. 43-50 et Chardonnet, La sidérurgie française, pp. 68-93.

57 Sur l’importance des ressources allemandes en charbon pour la reconstruction française, un résumé dans Gerbet, Le relèvement, pp. 142-144, et les détails dans Milward, The reconstruction, pp. 126-141, R. Poidevin, « La France et le charbon allemand au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale », in : Relations internationales 44, hiver 1985, pp. 365-377, « Frankreich und die Ruhrfrage », pp. 317-324, et récemment Perron, Le marché du charbon, pp. 83-84 et 93 sq. Cf. aussi Holter, The Battle for Coal, pp. 115-121 et « Politique charbonnière et guerre froide, 1945-1950 », Le Mouvement social, 130, janvier-mars 1985, pp. 33-40 ainsi que, pour les efforts des sidérurgistes français, S. Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955, Paris, 1998, pp. 53-55.

58 Premier rapport, pp. 23-24.

59 Abelshauser, Der Ruhrkohlenbergbau, p. 7.

60 Lettre de WV Stahl aux entreprises membres, accompagnant un exposé détaillé sur le « Plan Alphand », 2 septembre 1947, citée d’après Bührer, Ruhrstahl und Europa, p. 91. Cf. du même, « Die französische Ruhrpolitik und das Comeback der Westdeutschen Schwerindustriellen 1945-1952 », in : Hüttenberger et Molitor (éd.), Franzosen und Deutsche, pp. 31-32.

61 Secret Note of an Interview with Monsieur Hervé Alphand, 28 janvier 1947, PRO, F0371/ 64430, C1671 et Sir O. Harvey, Record of Conversation with Alphand 28 janvier 1947, ibid, C2260. Alphand a transmis un tableau écrit détaillé des propositions françaises à ses interlocuteurs, ibid, C 1511. Cf. aussi Bührer, Ruhrstahl und Europa, pp. 70-71.

62 Sur l’attitude des États-Unis, W. Krieger, General Lucius D. Clay und die amerikanische Deutschlandpolitik 1945-1949, Stuttgart, 1987, pp. 220-222 ; sur les efforts accomplis en vain par la France pour obtenir un soutien des États du Benelux, Griffiths et Lynch, « L’échec de la "Petite Europe". Le Conseil tripartite », pp. 50-54, cf. aussi M.-Th. Bitsch, « Un rêve français : le désarmement économique de l’Allemagne (1944-1947) », Relations internationales, 51, automne 1987, pp. 313-329, ici pp. 320 sq.

63 Bossuat, La France, l’aide américaine, pp. 121-127, et Gerbet, Le relèvement, pp. 264-265.

64 Sur cette échelle mobile, cf. la note de la direction des Mines du 3 octobre 1947, Perspectives d’approvisionnement de la France en charbon et coke en provenance de l’Allemagne, AEF B41831 ; sur l’ECO, ses origines et son objectif, cf. Perron, Le marché du charbon, pp. 67 sq.

65 Perron n’y voit pas seulement des motifs économiques, mais aussi des motifs éminemment politiques, dans le cadre de la Guerre froide qui débutait alors.

66 Bulletins statistiques de la CSSF

67 Compte rendu de la réunion du Comité consultatif de la Sidérurgie du 17 janvier 1948, AN, F12 10946.

68 La sidérurgie n’absorba que 950 000 tonnes par mois, au lieu des 1 020 000 tonnes possibles, Direction des Programmes Économiques, Rapport au Ministre sur la situation du charbon pour l’année 1949, 14 janvierl949, AEF, B16021.

69 Cf. pour la France, entre autres, IS. Hill, « American Efforts to Aid French Reconstruction between Lend-Lease and the Marshall-Plan », Journal of Modem History, 64, septembre 1992, pp. 500-524. Les zones d’occupation en Allemagne de l’Ouest, elles aussi, furent soutenues dans le cadre du programme dit « GARIOA » (Government aid and relief in occupied areas), cf. W. Abelshauser, Wirtschaftsgeschichte der Bundesrepublik Deutschland 1945-1980, Francfort/ Main, 1983, pp. 55-57.

70 On trouve un aperçu de l’état de la recherche chez CS. Maier, « Issue then is Germany and With it Future of Europe », in: id. (éd.), The Marshall Plan and Germany, New York, 1991, pp. 1-39. Sur le Plan Marshall, en détail, cf. les autres articles de ce recueil, les contributions in Lévy-Leboyer et Girault (éd.), Le Plan Marshall, Hogan, Milward, The reconstruction, Bossuat, La France, l’aide américaine, D. W. Ellwood, Rebuilding Europe. Western Europe, America and Postwar Reconstruction 1945-1955, Londres, 1992 et, plus récemment, J. Killick, The United States and European Reconstruction, 1945-1960, Edimbourg, 1997. Cf., sur la place de l’Allemagne dans la politique américaine, aussi J. M. Diefendorf et al. (éd.), American Policy and the Reconstruction of West Germany, 1945-1955, New York, 1993.

71 K. Borchardt et C. Buchheim, « Die Wirkung der Marshallplan-Hilfe in Schlüsselbranchen der deutschen Wirtschaft », VfZG, 35, 1987, pp. 317-348.

72 W. Abelshauser, « American Aid and West German Economie Recovery », in : Maier (éd.), The Marshall Plan and Germany, pp. 367-409 ; pour une description détaillée de la situation initiale après 1945, id., Wirtschaftsgeschichte, pp. 13 sq., et A. Kramer, The West German Economy 1945-1955, Oxford, 1991, pp. 17 sq. et 91 sq.

73 B. Eichengreen et M. Uzan, « The Marshall Plan: Economic Effects and Implications for Eastern Europe and the Former USSR », Londres, Centre for Economic Policy Research, Discussion Paper № 638, mars 1992 et B. Eichengreen, « Mainsprings of economic recovery in post-war Europe », in: id. (éd.), Europe’s post-war recovery, Cambridge, 1995, pp. 3-35.

74 A.S. Milward, The European Rescue, pp. 134 sq.

75 Cf. notamment son livre Le choix de Marianne. Les relations franco-américaines de la Libération aux débuts du plan Marshall 1944-1948, Paris, 1985, et ses articles « Puissance ou dépendance française ? La vision des “décideurs” des affaires étrangères en 1948-49 », in : R. Girault et R. Frank (éd.), La puissance française en question 1945-1949, Paris, 1988, pp. 53-76, et « Crédits américains et coopération européenne (1949-1954) », in : Fridenson et Straus (éd.), Le capitalisme français, pp. 327-349.

76 Cf. surtout les travaux de Bossuat, et I. M. Wall, L’influence américaine sur la politique française (1945-1954), Paris, 1989, pp. 230 sq.

77 Hogan, pp. 32-34.

78 C’est ce qu’écrit à juste titre Abelshauser, « American Aid », pp. 407-408.

79 Perron, Le marché du charbon, pp. 181-182, souligne en outre le fait que l’ECO n’était conçue que pour régler provisoirement le problème du charbon après 1945.

80 Sur l’OECE, cf. entre autres Hogan, pp. 123 sq., et Milward, The reconstruction, pp. 168 sq., ainsi que Griffiths (éd.), À la recherche de l’OECE, et D. Barbezat, « The Marshall Plan and the Origin of the OEEC », in : ibid., pp. 33-44.

81 Selon Bossuat, il s’agissait d’une contrepartie « modérée », cf. « Les risques et les espoirs du plan Marshall pour la France », Études et documents I, 1989, p. 250. Margairaz, L’État, les finances, pp. 967-968 et 1031-1033, met lui aussi en garde contre la tentation d’accorder trop d’importance aux concessions des États-Unis.

82 Sur les négociations londoniennes, cf. en détail Lüders, pp. 87 sq., et Post, pp. 81 sq. Cf. aussi Milward, The reconstruction, pp. 145 sq. ; Bossuat, « Les risques et les espoirs », pp. 246 sq., Margairaz, LÉtat, les finances, pp. 955 sq., Lefèvre, pp. 155 sq. et sur le statut de la Ruhr Krieger, pp. 435 sq.

83 Alphand, p. 209, 25 avril 1948. Le général Lucius D. Clay était le chef des autorités d’occupation américaines en Allemagne. Sur son rôle et sa politique en général, cf. Krieger, et ici plus particulièrement pp. 361 sq. Krieger donne d’ailleurs la même citation d’Alphand.

84 Note sur l’équipement de la sidérurgie française en laminoirs continus à tôles, mars 1948, AN, F 12 11026. Mioche méconnaît cette hésitation et le contexte de la participation allemande à l’ERP, décrit ci-après ; Mioche, « Le Plan Marshall », pp. 309-310.

85 Note sur l’équipement de la sidérurgie française en trains continus à larges bandes (pour la production des tôles) à MM. Jenn, Clappier, Schweitzer, Coche, 31 décembre 1948, AN, F12 11026. Kipping, « Competing for Dollars and Technology » montre que ce type de craintes était en bonne partie injustifié.

86 Cf. entre autres Kramer, pp. 58-60 et 117-118. Les deux documents y sont reproduits pp. 246-252 et 263-270.

87 Recommendations for Increasing German Steel Production in Bizonia, August 14, 1948. Cf. aussi Kipping « Competing for Dollars and Technology », Gillingham, Coal, Steel, pp. 211-213, et sur les entretiens des experts américains avec des représentants de la sidérurgie allemande, Bührer, Ruhrstahl und Europa, pp. 97-98.

88 Cf. entre autres Lüders, pp. 173-177 et N. Balabkins, Germany Under Direct Controls. Economic Aspects of Industrial Diasmament 1945-1948, New Brunswick, 1964, pp. 25-26.

89 Cf., sur les recommandations de cette « Commission Humphrey », un mémorandum britannique du 29 décembre 1948, dont la traduction fut envoyée au ministère des Finances le 26 janvier 1949 par le commandant des forces françaises en Allemagne, AEF, B8894.

90 Un règlement définitif du problème du démontage n’eut lieu que dans le cadre des accords de Petersberg, le 22 novembre 1949, dans lequel même les restes de l’ATH furent rayés de la liste ; Milward, The reconstruction, pp. 385-386, et surtout Lüders, pp. 206 sq.

91 Hogan, pp. 175-177 ; sur l’attitude des Français et des Britanniques, cf. Bührer, Ruhrstahl und Europa, p. 108 et Bossuat, La France, l’aide américaine, pp. 669-674.

92 Bonnet au ministère des Affaires étrangères, 27 janvier 1949, MAE, Archives Diplomatiques, Y International 1944-1949, n° 393.

93 MAE, Archives Diplomatiques DE-CE 1945-1960, n° 368.

94 Cf. P. Gerbet, Le relèvement 1944-1949, Paris 1991, pp. 138-142, Bossuat, « La France, l’aide américaine », pp. 76 sq., R.T. Griffiths et F.M.B. Lynch, « L’échec de la "Petite Europe". Le Conseil tripartite 1944-1948 », Guerres mondiales et conflits contemporains, 152, octobre 1988, pp. 40 et 46-50, ainsi que Milward, The reconstruction, pp. 128-129. Cf. en général sur la politique économique française vis-à-vis de l’Allemagne Bitsch et G. Bossuat, « Les conceptions françaises des relations économiques avec l’Allemagne (1943-1960) », in : Wilkens (éd.), Les relations économiques franco-allemandes, pp. 25-62.

95 M. Kessel, « “L’empêcheur de la danse en ronde” [sic !] » : Französische Deutschlandspolitik 1945-1947 », in : S. Martens (éd.), Vom « Erbfeind » zum « Erneuerer », Sigmaringen, 1993, pp. 65-85.

96 Cité in « La France et le relèvement industriel allemand », L’Usine Nouvelle du 16 décembre 1948, p. 2.

97 Direction de la Sidérurgie, Note sur les résultats de l’année 1948, 11 janvier 1949, AN, F12 10940.

98 W. Loth, « Die europäische Integration nach dem Zweiten Weltkrieg in französischer Perspektive », in : Berding (éd.), Wirtschaftliche und politische Integration, pp. 226-229, et R. Frank, « Contraintes monétaires, désirs de croissance et rêves européens (1931-1949) », in : Fridenson et Straus (éd.), Le capitalisme français, pp. 294-297.

99 Cité d’après J.-C. Asselain, « L’ouverture à la concurrence internationale. Introduction », in : M. Lévy-Leboyer et J.-C. Casanova (éd.), Entre l’Etat et le marché. L’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, 1991, p. 416.

100 Sur ce sujet, en aperçu, Bossuat, La France, l’aide américaine, pp. 74-76, Margairaz, L’État, les finances, pp. 752-755 ; pour les extraits d’une note d’Alphand, Mioche, De l’idée européenne, pp. 30-32 et Roussel, chapitre XIII ; sur une « note de réflexion » de Monnet à ce sujet, le 5 août 1943, cf. aussi Fontaine, Jean Monnet, p. 55 et pp. 165-166, ainsi que Gerbet, « Les origines du plan Schuman », pp. 216-217. Cf. Gruner, ici pp. 119-126.

101 Monnet, Mémoires, pp. 318-320.

102 Cité d’après B. Cazes, « Un demi-siècle de planification indicative », in : Lévy-Levoyer et Casanova (éd.), Entre l’Etat et le marché, p. 483. Cf. Mioche, Le plan Monnet, pp. 81-82, et Margairaz, L’État, les finances, pp. 820-822.

103 Alphand, pp. 199-200, 9 juin 1947.

104 On trouve un bon résumé in L’Économie du 20 juillet 1950. Cf. C. Buchheim, Die Wiedereingliederung Westdeutschlands in die Weltwirtschaft 1945-1958, Munich, 1990, pp. 133-134, et Bossuat, La France, l’aide américaine, pp. 203 sq.

105 L’Usine Nouvelle du 2 octobre 1947 : « Les heures difficiles vont venir ».

106 Cf., pour les recommandations faites dans ce domaine par la commission du Bilan national, Bossuat, « Les risques et les espoirs », pp. 222-223.

107 DREE, Comité des Exportations, compte rendu de la réunion du 3 avril 1947, AN, Ministère de l’Industrie, 830589, n° 12. On trouve un aperçu sur les mesures d’aide à l’exportation dans G. Kiersch et B. Mettler-Meibom, « Die US-amerikanische Penetration in Frankreich nach dem Zweiten Weltkrieg », in : K.J. Gantzel (éd.), Kapitalistische Penetration in Europa, Hambourg, 1976, pp. 113-117.

108 Cf. sur cette loi et sur son application, limitée à quelques branches par un décret du 14 janvier 1948, la lettre de la DIME au Cabinet du Sous-Secrétaire d’État à l’Industrie et au Commerce, 2 mars 1948, AN, Ministère de l’Industrie, 830589, n° 12.

109 Direction des Programmes économiques, Note pour le Ministre sur le contingent exportation de produits sidérurgiques pour le 2e trimestre 1948, 2 avril 1948, AEF, B16020 ; et le procès-verbal de la réunion du Comité Consultatif de la Sidérurgie du 17 avril 1948, AN, F12 10946.

110 Développement des exportations, Extrait du rapport de la mission Faure, non daté [vraisemblablement fin 1948], AN, Ministère de l’Industrie, 830589, n° 12.

111 Alphand, p. 207, 25 février 1948.

112 Cf. Bossuat, « Les risques et les espoirs », pp. 236-242, et La France, l’aide américaine, pp. 274-279 ; sur les efforts menés par les États-Unis pour libéraliser et multilatéraliser le commerce mondial depuis la fin de la guerre, cf. aussi Buchheim, pp. 100-101.

113 Note de la Direction des Affaires économiques et financières du ministère des Affaires étrangères, 2 juillet 1948, MAE, Archives Diplomatiques, DE-CE 1945-1960, n° 368.

114 C’est le point de vue de François Bloch-Lainé, qui était à l’époque directeur du Trésor, cité par Bossuat, « Les risques et les espoirs », p. 226. Cf., en général, Quennouëlle-Corre.

115 Cf. F. Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », Histoire, économie et société, 3e trimestre 1982, pp. 423-437, H. Bonin, Histoire économique de la IVe République, Paris, 1987, pp. 139-152, Bossuat, La France, l’aide américaine, pp. 266-273, Margairaz, L’État, les finances, pp. 999-1020.

116 Cf. entre autres, G. Bossuat, « Le poids de l’aide américaine sur la politique économique et financière de la France en 1948 », Relations internationales, 37, printemps 1984, pp. 17-36, et « Les risques et les espoirs », pp. 225-227. Cf. aussi Margairaz, L’État, les finances, pp. 1202 sq. et, « Les finances, le Plan Monnet et le Plan Marshall », in : Leboyer et Girault (éd.), Le Plan Marshall, pp. 145-175, et « Jean Monnet en 1948. Les cinq batailles pour reconquérir la puissance », in : Girault et Frank (éd.), La puissance française, pp. 177-200 ; pour les pressions plutôt faibles des Américains en faveur d’une politique d’austérité, C. Esposito, America’s Feeble Weapon : Funding the Marshall Plan in France and Italy, 1948-1950, Westport, 1994.

117 L’Usine Nouvelle du 25 mars 1948, p. 1 : « La liberté pour le charbon et l’acier ».

118 Les Industries Mécaniques, février 1949, pp. 4-5, et Circulaire n° 6072 du Comptoir des Produits Sidérurgiques, le 4 octobre 1949, AN, IND 22297.

119 Cf. les déclarations à ce propos lors d’une réunion de la CSSF le 21 janvier 1949, résumées par François de Villepin, 22 janvier 1949, PAM 70671Sur la fixation des prix, cf. plus loin, pp. 64-65.

120 Les Industries Mécaniques, février 1949, p. 4 : « L’acier est libre »

121 Cf. Bossuat, « Les risques et les espoirs », pp. 227-232 et Lynch, France and the International Economy, pp. 88-89 ; sur l’évolution à long terme du cours du franc, sur son importance économique et politique (y compris pour l’unification européenne), Frank, La hantise du déclin, pp. 149 sq., notamment pp. 198-215.

122 Cf. Lepage, « La direction », pp. 256-266, citation p. 260.

123 Bossuat, « Le poids de l’aide américaine », p. 31.

124 Lettre d’Albert Bureau aux membres du Comité consultatif, 20 janvier 1949, AN, IND 22296. Cf. aussi, sur la fin du Comité, une note du 7 mars 1949, ibid. Les comptes rendus des séances se trouvent ibid. et dans AN, F12, 10946.

125 Entretien avec A. Denis le 14 mai 1992.

126 Cf. Mioche, La sidérurgie et l’Etat, pp. 581-588.

127 Historique et psychologie des trains à bandes, 22 février 1949, AN, IND 11512.

128 A. Denis a confirmé, dans l’entretien mentionné ci-dessus, les difficultés qu’il a rencontrées au début pour établir une coopération acceptable avec les industriels et la Chambre syndicale. Il faut aussi replacer dans ce contexte nombre de ses propositions ultérieures.

129 Note sur les attributions de la Chambre syndicale de la sidérurgie, 19 octobre 1950, AN, Ministère de l’Industrie, IND 1607 et Note sur les pouvoirs de la Chambre syndicale et du CPS, 31 janvier 1951, AN, 81 AJ 135. Sur le rôle et l’histoire antérieure du CPS, cf. aussi la thèse de J. Sallot, Le contrôle des prix et la sidérurgie française 1937-1974, Université Paris I, 1993, pp. 20-39, Mioche, Jacques Ferry pp. 59-61, et id., La sidérurgie et l’Etat, pp. 282-284 ; pour son prédécesseur P. Desgranges, Le Comptoir Sidérurgique de France. Les comptoirs de vente de la sidérurgie française des origines à 1940, Paris, [1977] et D. Barbezat, « The Comptoir Sidérurgique de France, 1930-1939 », Business History Review, Winter 1996, pp. 517-540.

130 Gillingham, Coal, Steel, p. 143.

131 Cf. H. Dumez et A. Jeunemaître, « Diriger l’économie ». L’État et les prix en France (1936-1986), Paris, 1989, notamment pp. 141-155, et leur entretien avec celui qui fut pendant de longues années le directeur des Prix, Louis Franck, « Quand le contrôle des prix était une politique artistique », Gérer et Comprendre, 7, juin 1987, pp. 34-44. Cf. aussi ses Mémoires, 697 ministres. Sur la fixation des prix dans la sidérurgie, les détails dans Sallot, et pour un résumé Wolter, pp. 75-79, ainsi que Mioche, La sidérurgie et l’État, pp. 238-247.

132 Mioche, La sidérurgie et l’État, p. 232, cite une source selon laquelle on choisissait même volontairement les mauvaises usines pour fixer les prix.

133 Ehrmann, La Politique du Patronat, pp. 252-264 et 273-276. Sur la survie des cartels, même après la libération des prix, cf. aussi F. Caron, Histoire économique de la France, xixe-xxe siècles, Paris, 1981, p. 275, et Braudel et Labrousse (éd.), t. IV/2, p. 682.

Notes de fin

1 1929 et 1938 : y compris la Sarre

Table des illustrations

Titre Chronologie des nationalisations en France7
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Importations de coke de la France66
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable