Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les origines de l’Union européenne

 | 
Matthias Kipping

Introduction

Introduction

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 1980, l’intégration européenne avance à grands pas. Le 1er janvier 1999, la monnaie unique, l’euro est devenu une réalité, au moins une réalité virtuelle dans les échanges interbancaires ainsi que les marchés financiers. En 2002, les citoyens de douze des quinze pays membres de l’Union européenne échangeront leurs billets et pièces de monnaies nationaux contre l’euro qui deviendra ainsi le seul moyen de payement, monnaie unique dans un marché unique.

2D’un point de vue économique, l’acte unique de 1986 constitua un pas décisif vers la création d’un espace économique intégré en Europe occidentale. L’élimination des barrières commerciales internes et des freins à la compétition s’est en bonne partie achevée le 31 décembre 1992. Après ratification par les parlements ou les citoyens des douze États signataires, le traité de Maastricht est entré en vigueur le 1er novembre 1993. Les Communautés européennes sont ainsi devenues l’Union européenne. En dehors de la création de l’euro, le traité de Maastricht prévoyait aussi un approfondissement de l’intégration dans le domaine de la politique extérieure et dans celui de la politique de sécurité intérieure (police, immigration, etc.), processus que le traité d’Amsterdam, signé en juin 1998, a pour objectif d’accélérer.

3Dans le même temps, on a assisté à une extension géographique de l’Union européenne sans précédent. Dans les années 1980, trois pays du Sud de l’Europe l’ont rejointe : la Grèce en 1981, l’Espagne et le Portugal en 1986. Le 1er janvier 1995, après des référendums positifs, l’Autriche, la Finlande et la Suède sont entrés dans l’Union. En 1998, des négociations ont débuté avec nombre de pays de l’Europe centrale ainsi que Chypre en vue de leur adhésion éventuelle à l’UE. Vers 2005, elle pourrait donc compter une vingtaine de pays membres au lieu des quinze actuellement.

I. LA PREMIÈRE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES

  • 1 On trouvera en annexe le texte complet de cette déclaration.
  • 2 Pour le texte du traité, cf. entre autres Journal Officiel, Documents Parlementaires - Assemblée Na (...)
  • 3 On trouvera un tableau des dates et des résultats de ces votes chez W. Diebold The Schuman Plan. A (...)

4Pourquoi donc revenir en arrière, s’occuper de la première des communautés européennes, celle du charbon et de l’acier ? Le processus d’unification en Europe a débuté le 9 mai 1950 avec ce qu’on appela le « plan Schuman ». Dans une déclaration diffusée à la presse, le ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, proposa, au nom de son gouvernement, « de placer l’ensemble de la production franco-allemande de charbon et d’acier, sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d’Europe »1. Participèrent aux négociations préalables à la création de cette communauté, outre la France et l’Allemagne fédérale, l’Italie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Le 18 avril 1951, les ministres des Affaires étrangères des six États participants signaient à Paris le traité établissant la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA)2. Il entra en vigueur le 25 juillet 1952, après ratification par les différents parlements nationaux3. La Haute Autorité commença son activité quelques jours plus tard, sous la présidence de Jean Monnet.

  • 4 Cf. en détail, pour le charbon, entre autres, M. Parker, The politics of coal’s decline : the indus (...)

5Pourquoi cependant analyser en détail les origines du plan Schuman, le déroulement des négociations, et les débats autour de la ratification du traité en France ? De surcroît, les deux industries concernées par la CECA ont, à l’heure actuelle, perdu en grande partie leur importance économique, sociale et politique d’antan. Les quelques mines de charbon qui survivent en Europe occidentale le font grâce à des subventions publiques. La sidérurgie européenne se porte bien en ce moment, mais sa survie fut extrêmement coûteuse pour la plupart des gouvernements et le nombre d’emplois a dû être divisé par deux depuis les années 19704.

6En premier lieu, il s’agit d’élargir la perspective historique. Le plan Schuman a suscité un intérêt considérable auprès des chercheurs, parce qu’il fut le premier pas concret vers l’intégration économique en Europe occidentale et le point de départ du rapprochement franco-allemand, cinq années seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Comme nous le verrons par la suite, durant très longtemps, la recherche a insisté sur la motivation politique et militaire de la proposition française. Et même si des considérations d’ordre économique ont reçu plus d’attention dans les années récentes, le rôle de toutes les industries concernées, directement ou indirectement, par le plan Schuman, ainsi que leur interaction avec le gouvernement et les différentes parties de l’administration française restent à éclairer.

7Deuxièmement, l’analyse des origines du plan Schuman et de la CECA permet également de traiter beaucoup de questions de grande actualité, notamment en ce qui concerne (i) les facteurs déterminants de la compétitivité internationale, y compris le rôle des gouvernements ; (ii) l’influence de l’exemple américain de l’économie de marché et son application dans d’autres pays et (iii) la participation des groupes d’intérêts dans la prise de décision dans un État industriel moderne.

8Par conséquent, on peut lire ce qui suit à la fois comme un travail d’historien qui retrace en détail le processus qui a mené à la première des communautés européennes et comme une étude de cas, qui examine en profondeur les relations entre le gouvernement et les entreprises ainsi que le transfert des modèles de gestion. Dès lors, il est nécessaire de faire le point sur ce qu’ont dit jusqu’à maintenant les historiens sur la CECA et ses origines, avant de procéder à un examen des problématiques plus générales.

II. L’ÉTAT DE LA RECHERCHE HISTORIQUE SUR LE PLAN SCHUMAN

9Dans sa déclaration du 9 mai 1950, Robert Schuman a affirmé que l’objectif d’une Europe unie était le « maintien des relations pacifiques ». Dès lors, si l’on voulait promouvoir « le rassemblement des nations européennes » la condition était « que l’opposition séculaire de la France et de l’Allemagne soit éliminée ».

  • 5 J. Monnet, Mémoires (édition en livre de poche), Paris, 1976, pp. 417 et 424. Il en va de même pour (...)

10Dans les souvenirs de ceux qui participèrent aux événements de l’époque, les réflexions politiques (sur la sécurité) occupent aussi une place remarquable. Dans ses Mémoires, Jean Monnet, le véritable instigateur du plan Schuman, replace la proposition française dans le contexte de la Guerre froide. À l’époque, un conflit paraissait inéluctable en Europe. D’après lui, « l’Allemagne n’en sera pas la cause, mais elle en sera l’enjeu ». « Qu’est-ce qui pourrait lier, avant qu’il ne soit trop tard, la France et l’Allemagne, comment enraciner dès aujourd’hui un intérêt commun entre les deux pays » ? Cette question, il se l’était posée « sans trêve » lors d’une promenade dans les Alpes et il avait trouvé la réponse : une fusion des marchés européens du charbon et de l’acier, qui avaient à l’époque « une formidable signification symbolique », puisqu’ils étaient « à la fois la clé de la puissance économique et celle de l’arsenal où se forgeaient les armes de la guerre »5.

  • 6 P. Fontaine, Jean Monnet. L’inspirateur, Paris, 1988, pp. 58-65 ; F. Duchêne, Jean Monnet : the fir (...)
  • 7 P. Gerbet, « La genèse du plan Schuman des origines à la déclaration du 9 mai 1950 », Revue Françai (...)
  • 8 E.B. Haas, The Uniting of Europe: Political, Social and Economie Forces 1950-1957, Stanford, 2e éd. (...)
  • 9 Diebold, The Schuman Plan, pp. 9-17, notamment pp. 16-17.

11Dans la recherche historique sur les mobiles de la proposition française, ce sont par conséquent les interprétations politiques et militaires qui dominent encore de nos jours. C’est notamment le cas de toutes les biographies de Monnet6. Ces facteurs avaient déjà été soulignés par Pierre Gerbet, qui a été le premier à étudier la préhistoire du plan Schuman7. Ernst Haas, qui a présenté un peu plus tard un tableau global de la Communauté, considère lui aussi que le gouvernement français voulait en agissant ainsi faire avancer l’unification européenne tout en apportant à la France une sécurité face à une Allemagne qui retrouvait ses forces8. William Diebold a également mis l’accent sur les perspectives d’une amélioration des relations franco-allemandes9. Si on croit ces auteurs, les éléments décisifs dans le choix du charbon et de l’acier comme fondements de la première Communauté européenne n’ont donc pas été d’ordre économique, mais psychologique, historique et symbolique.

  • 10 D.C. Bok, The First Three Years of the Schuman Plan, Princeton 1955, p. 3.
  • 11 Interview le 25 juin 1964, E. Bjøl, La France devant l’Europe. La politique européenne de la IVe(...)
  • 12 W. Bührer, Ruhrstahl und Europa. Die Wirtschaftsvereinigung Eisen- und Stahlindustrie und die Anfän (...)

12Dès le début, la recherche a attribué à la volonté de contrôler le potentiel militaire, économique et politique de l’industrie de la Ruhr une importance particulière dans la proposition française. Derek Bok a ainsi souligné dès 1955 les craintes qu’éprouvaient les Français à l’idée d’un développement illimité de la Ruhr. Avec le plan Schuman, la France a certes dû abandonner une partie de sa souveraineté. Mais dans le même temps, avec la Haute Autorité, elle a soumis les entreprises allemandes du charbon et de l’acier à une forme de contrôle international10. Bernard Clappier, à l’époque directeur du cabinet du ministre français des Affaires étrangères, a tenu après coup des propos analogues11. Selon l’historien Werner Bührer, qui a examiné en détail la position des producteurs d’acier allemands à l’égard de l’unification européenne, la « question du contrôle du potentiel économique ouest-allemand » est au centre des réflexions françaises. Pour lui, « l’intégration des industries de base ouest-allemandes au sein d’un organisme de contrôle et de pilotage européen ayant un pouvoir de décision » et l’aspiration à voir la France exercer une domination politique constituent « le noyau du plan Schuman »12.

  • 13 Loth, « Die Europa-Diskussion in Frankreich », in : id. (éd.), Die Anfänge der europäischen Integra (...)
  • 14 W. D. Gruner, « La place de l’Allemagne dans l’Europe d’après-guerre selon Jean Monnet (1943-1950)  (...)

13Du point de vue politique, un bon nombre de chercheurs ont insisté sur le caractère novateur de la proposition française, à la fois en ce qui concerne la supranationalité de la Haute-Autorité et le fait que les Britanniques n’y participaient pas. Ainsi, pour Wilfried Loth, le plan Schuman fit une sorte de « percée vers la supranationalité sans la Grande-Bretagne »13. Wolf Gruner souligne également l’importance des motivations politiques et le fait que l’Allemagne ne fut qu’une sorte de second choix pour la France et Jean Monnet, l’inspirateur du plan Schuman : « Ayant pris acte de la difficulté, voire [...] de la quasi-impossibilité d’instaurer une coopération franco-britannique étroite en Europe - ce qui lui paraissait pourtant être la meilleure solution -, Monnet misa sur une Europe supranationale de caractère sectoriel organisée autour d’un noyau franco-allemand »14.

  • 15 A. Lacroix-Riz, « Paris et Washington au début du plan Schuman (1950-1951) », in : K. Schwabe (éd.) (...)

14Le rôle des Américains dans la création de la CECA et dans le processus d’intégration européenne a provoqué de grands débats au cours des dernières décennies. Sur ce point, Annie Lacroix-Riz défend une position extrême. Pour l’historienne française, il ne fait aucun doute que Washington se trouve derrière le plan Schuman. Cette proposition prétendument française s’intègre de son point de vue dans la politique américaine, qui accordait la priorité à la reconstruction de l’Allemagne. Elle ne constitue qu’une première étape, économique, sur la voie du réarmement allemand, et a rapidement été complétée par son « double militaire », le plan Pleven de Communauté européenne de défense (CED)15.

  • 16 K. Schwabe, « "Ein Akt konstruktiver Staatskunst"- Die USA und die Anfänge des Schuman-Plans », in  (...)
  • 17 P. Winand, « De l’usage de l’Amérique par Jean Monnet pour la construction européenne », in : Bossu (...)
  • 18 G. Bossuat, « L’aide américaine à la France après la Seconde Guerre mondiale », Vingtième siècle 9, (...)

15À l’inverse, Klaus Schwabe qualifie d’« absurde » l’idée que le plan Schuman serait un diktat américain. L’initiative, selon lui, était indiscutablement française16. Pascaline Winand prend une position similaire quand elle insère le plan Schuman dans les efforts de Jean Monnet pour « une émancipation » de l’Europe, « une Europe au sein de laquelle la France jouerait un rôle essentiel »17. Gérard Bossuat prend une position intermédiaire. Pour lui aussi, l’idée de la communauté du charbon et de l’acier est celle de Jean Monnet et de Robert Schuman ; mais d’un autre côté, les États-Unis exerçaient une pression constante, depuis 1947, pour que soit fondée une unité européenne plus forte. Bossuat se demande ainsi : « Sans les Américains, les Français auraient-ils si facilement surmonté leur répugnance à intégrer l’Allemagne dans un projet économique commun ? »18

  • 19 A.S. Milward The reconstruction of Western Europe 1945-1951, 2e éd., Berkeley, 1987 et du même, The (...)
  • 20 Sur ces efforts antérieurs et leurs résultats cf. notamment W.A. Brusse, Tariffs, trade and Europea (...)

16Il a fallu attendre une période plus récente pour que la recherche s’intéresse au contexte économique de la proposition française. Il y a d’abord eu des chercheurs qui ont mis l’accent sur le développement des relations commerciales en Europe comme base, et non comme résultat, de l’intégration économique. C’est notamment l’historien britannique Alan Milward qui a développé cette hypothèse. Selon lui, le marché allemand fut d’une telle importance pour la plupart des pays d’Europe occidentale qu’ils ont eu la volonté d’intégrer l’Allemagne fédérale dans un espace économique commun19. Reste cependant à expliquer le fait que toutes les propositions antérieures au plan Schuman, bien que visant la création d’unions douanières plus complètes, échouèrent, tandis que l’idée d’une communauté limitée à deux industries devint une réalité. C’est seulement avec le traité de Rome, signé en 1957, qu’un marché commun pour tous les produits et services fut créé20.

  • 21 W. Abelshauser, Der Ruhrkohlenbergbau seit 1945 : Wiederaufbau, Krise, Anpassung, Munich, 1984, p.  (...)
  • 22 Milward, The reconstruction, pp. 377 sq. Cf. aussi F.M.B. Lynch, « Resolving the Paradox of the Mon (...)
  • 23 R. Poidevin, Robert Schuman, homme d’État 1886-1963, Paris, 1986, pp. 244-256. De même M. Margairaz (...)

17Quant aux industries concernées par le plan Schuman, la recherche s’est intéressée surtout, en l’espèce, à l’approvisionnement en charbon. Pour Werner Abelshauser, par exemple, l’intention de la France, qui était d’« assurer à des conditions avantageuses la fourniture de coke à sa sidérurgie en expansion », est l’un des principaux mobiles du plan Schuman. Il souligne en outre l’aspect du contrôle de la Ruhr et de son potentiel économique et militaire21. C’est encore A. Milward qui a étudié la question du charbon en détail. Pour lui aussi, le plan avait pour objectif d’éliminer le handicap dont souffrait l’industrie française de l’acier et donc de permettre la poursuite du programme français de modernisation. Il considère tout de même que les motifs des Français étaient « majoritairement politiques »22. Raymond Poidevin confirme que Robert Schuman accordait une grande importance à l’approvisionnement en charbon. Mais lui aussi considère que les facteurs politiques ont joué un rôle prédominant23.

  • 24 J. Gillingham, Coal, Steel, and the Rebirth of Europe, 1945-1955. The Germans and French from Ruhr (...)
  • 25 J. Gillingham, « "Solving the Ruhr problem". German Heavy Industry and the Schuman Plan », in: Schw (...)
  • 26 J. Gillingham, « Zur Vorgeschichte der Montan-Union. Westeuropas Kohle und Stahl in Depression und (...)

18Quant à la sidérurgie, des recherches récentes ont mis l’accent sur deux aspects. D’un côté, le fait que ce sont surtout les producteurs allemands qui ont tiré avantage du plan Schuman, puisque sa mise en œuvre mettait fin à toutes les restrictions qui leur étaient imposées après la guerre ; de l’autre côté, la continuité présumée entre les cartels sidérurgiques internationaux de l’entre-deux-guerres et la CECA. C’est notamment l’historien américain John Gillingham qui a souligné ces deux aspects dans son livre, dernière présentation globale en date du plan Schuman et de ses origines24. De son point de vue, l’industrie allemande de l’acier et l’Allemagne fédérale ont été les principaux bénéficiaires de la CECA : « Le plan Schuman a mis un terme au dernier chapitre économique de l’occupation alliée, à des conditions extraordinairement favorables aux industries de la Ruhr, et il a créé de nouvelles relations fortes qui ont assuré le pouvoir de la Ruhr en Allemagne, et celui de l’Allemagne en Europe »25. D’autre part, Gilllingham souligne la continuité de la CECA avec les cartels internationaux de l’acier dans les années vingt et trente. De son point de vue, « l’entente franco-allemande sur le charbon et l’acier n’aurait pu avoir lieu s’il n’avait existé dans l’industrie lourde d’Europe occidentale une tradition de coopération entre producteurs »26.

  • 27 Cf. Bossuat, La France, l’aide américaine, p. 792 et J.W. Young, France, the Cold War, and the West (...)
  • 28 C. Goschler, C. Buchheim et W. Bührer, « Der Schumanplan als Instrument französischer Stahlpolitik. (...)

19D’autres chercheurs ont repris à leur compte la première de ses deux thèses centrales27. Mais elle complique singulièrement la tâche si l’on cherche à trouver des mobiles autres que politiques à la proposition française. Ce dilemme a conduit trois historiens d’Allemagne fédérale à qualifier d’« erreur de jugement éclatante » l’espoir qu’avaient les Français de profiter aussi du plan Schuman sur le plan économique28. Ce n’est pas notre avis. Nous montrerons que les décideurs français ne se sont pas trompés. Il y avait bel et bien une logique économique derrière le plan Schuman. Toutefois, pour la discerner, il faut élargir l’analyse à des industries qui ne sont pas incluses dans la CECA, mais qui sont concernées très fortement par le marché sidérurgique commun, celles de la transformation de l’acier.

  • 29 C.H. Hahn, Der Schuman-Plan. Eine Untersuchung im besonderen Hinblick auf die deutsch-französische (...)
  • 30 H. Rieben, Des ententes de maîtres de forges au plan Schuman, Lausanne 1954, notamment pp. 501-510. (...)
  • 31 D. Petzina, « The Origins of the European Coal and Steel Community : Economic Forces and Political (...)
  • 32 P. Mioche, « La vitalité des ententes sidérurgiques en France et en Europe de l’entre-deux-guerres (...)

20Pour ce qui concerne le possible lien de la CECA avec les ententes internationales de l’acier de l’entre-deux-guerres, il a été déjà évoqué à l’époque. Ainsi, un auteur allemand défendit dès 1953 le point de vue selon lequel on pouvait considérer ces cartels « comme des précurseurs du plan Schuman »29. Un peu plus tard, Henri Rieben a publié un tableau détaillé des parallèles en question30. Et cette thèse de la continuité trouve aussi beaucoup d’adeptes dans la recherche actuelle, en dehors de J. Gillingham. Pour Dietmar Petzina, par exemple, « sans ce contexte historique de la coopération des industries lourdes franco-allemandes [...], l’idée même d’un marché supranational dans le domaine de l’industrie du charbon et de l’acier après la Seconde Guerre mondiale aurait été difficilement concevable »31. Et l’historien français Philippe Mioche, excellent connaisseur de l’industrie de l’acier en France, souligne lui aussi la « vitalité » des ententes sidérurgiques avant et après 1945. Il essaie même de rapprocher le plan Schuman et l’idée d’un cartel international développée par un représentant de la sidérurgie française pendant la guerre32.

  • 33 F. Berger, La France, l’Allemagne et l’acier (1932-1952). De la stratégie des cartels à l’élaborati (...)
  • 34 Cette citation provient du Résumé de la thèse, p. 5.

21Dans sa thèse récente sur le rôle de la sidérurgie et des sidérurgistes dans les relations franco-allemandes entre 1932 et 1952, Françoise Berger elle aussi souligne les éléments de continuité33. Elle démontre en détail comment les industriels des deux pays ont noué des relations assez étroites lors de la formation et du fonctionnement des cartels de l’acier dans l’entre-deux-guerres. Certains de ces liens ont perduré sous l’Occupation, malgré des circonstances difficiles et les efforts des autorités d’occupation allemandes pour mettre la main sur une partie de l’appareil productif et sur la production de la sidérurgie française. Il n’est donc pas surprenant, selon elle, que les responsables des deux côtés s’expriment dès 1946 pour un renouvellement des cartels d’avant-guerre et que des rencontres directes aient lieu à partir de 1948, notamment dans le cadre de la Chambre de Commerce Internationale. Et même s’ils s’opposèrent à la forme institutionnelle de la CECA, « les liens construits dans les années trente, les habitudes de travail à l’échelle européenne qui s’en étaient suivies, permirent aux industriels allemands et français d’aborder sans trop de résistance cette nouvelle organisation européenne »34.

  • 35 H.A. Schmitt, « The European Coal and Steel Community: Operations of the First European Antitrust L (...)
  • 36 VR. Berghahn, « Montanunion und Wettbewerb », in : H. Berding (éd.), Wirtschaftliche und politische (...)

22Mais ces opinions ne sont pas celles de tous les chercheurs. A l’opposé, Hans Schmitt soulignait déjà dans un article publié en 1964 que la crainte d’une réactivation des cartels « fut une puissante motivation pour ceux qui nourrissaient le projet d’une communauté européenne placée sous de nouveaux augures et dotée de nouvelles institutions »35. Et, plus récemment, Volker Berghahn a montré que le plan Schuman constituait une rupture manifeste avec la tradition européenne des cartels. En s’appuyant avant tout sur des sources allemandes, il considère que les Américains étaient à l’origine de la conception du libre échange et de la concurrence oligopolistique qui s’imposa en Europe après la Seconde Guerre mondiale, contre la « tradition » locale des contingentements et des cartels. Et il met également en relief le rôle important joué par la CECA dans « l’américanisation du capitalisme industriel européen »36.

  • 37 L. Herbst, « Die zeitgenössische Integrationstheorie und die Anfänge der europäischen Einigung 1947 (...)
  • 38 C.S. Maier, « Die drei Dimensionen der Westintegration », in : Herbst (éd.), Westdeutschland, p. 25 (...)

23Par contre, pour ce qui concerne l’unification européenne, Ludolf Herbst fait apparaître les différences entre le concept d’intégration des Français, dominé par les préoccupations de sécurité nationale, et les conceptions américaines, au centre desquelles se trouvait l’idée de créer une zone commerciale et monétaire homogène en Europe. Il voit dans le plan Schuman une « contre-réaction », due au fait que, « dans la perspective française », le résultat de la politique d’intégration économique libérale menée jusqu’alors était « insuffisant »37. De même, Charles Maier affirme que l’intégration européenne fondée sur les industries du charbon et de l’acier s’est réalisée « presque sans tenir compte de la conception américaine ». Mais il souligne d’autre part qu’avec la création d’une Union européenne des paiements (UEP) et l’intégration de l’Allemagne fédérale au sein de l’OTAN, les Etats-Unis ont pu, au moins partiellement, atteindre leurs objectifs38.

24Les mobiles et objectifs économiques des décideurs français qui se trouvent à l’origine de la proposition française du 9 mai 1950 restent donc à élucider. Quel est le rôle joué par l’idée de la création d’un marché concurrentiel aux origines de l’intégration économique en Europe ? Est-ce un modèle octroyé par des Américains à des Européens réticents ? Et comment les partisans de ce modèle ont-il pu s’imposer contre la tradition des cartels nationaux et internationaux ? Nous allons répondre à ces questions, tout en les replaçant dans des débats actuels plus généraux.

III. PROBLÉMATIQUES GÉNÉRALES

25Tout en reprenant le cadre des thèmes traités et des débats lancés jusqu’ici par la recherche historique à propos du plan Schuman, cet ouvrage se concentrera sur trois aspects plus fondamentaux d’ordre économique et politique et compte ainsi apporter aussi une contribution à des débats actuels.

26Premièrement, il étudie les facteurs déterminants de la compétitivité des industries nationales, et notamment le rôle des États, reprenant un débat qui agite depuis longtemps les chercheurs ainsi que les décideurs politiques et qui reste d’une grande actualité pour l’intégration européenne.

27Deuxièmement, ce livre examine l’influence étrangère sur la formation et le contenu de la CECA. Comme on l’a vu, l’influence des États-Unis sur les origines de l’intégration européenne a été mise en évidence par la recherche historique, même si les différents chercheurs ne s’accordent pas sur le rôle exact que la diplomatie américaine a joué lors de la création de la CECA. Un autre aspect, qui commence seulement à être évoqué et discuté, est l’attraction du modèle économique américain et les manières dont il a été transposé en France et en Europe occidentale après 1945. Il s’agit là encore d’un sujet plein de parallèles avec la situation actuelle, par exemple en Europe de l’Est ou dans le Sud-Est asiatique.

28Troisièmement, en examinant en détail le processus de décision qui a mené à la proposition du 9 mai 1950, aux négociations du traité de Paris du 18 avril 1951 ainsi qu’à sa ratification en France, cet ouvrage veut aussi contribuer au débat sur le rôle des groupes d’intérêts dans des États modernes, démocratiques et industrialisés. Dans ce contexte, l’analyse se concentre notamment sur les relations entre les entreprises, leurs diverses associations et les administrations publiques et ministères correspondants. Reprenons chaque de ces trois problématiques générales à son tour.

A. CONCURRENCE ET COMPÉTITIVITÉ INTERNATIONALE

  • 39 Cf., pour un état des questions, entre autres, A. Francis, « The Concept of Competitiveness », in : (...)
  • 40 M.E. Porter, L’avantage concurrentiel des nations, Paris, 1993.

29Des débats sur les facteurs déterminants de la compétitivité internationale, y compris le rôle des gouvernements, agitent depuis longtemps les sciences économiques39. La dernière contribution importante à ce débat est probablement le livre de Michael Porter sur la compétitivité des nations40. Porter va plus loin que les idées et explications traditionnelles qui insistent sur la disponibilité des facteurs de production : les matières premières, le capital et la main-d’œuvre. À sa place, il propose quatre éléments déterminants liés entre eux. Il s’agit de :

  1. les facteurs de production, parmi lesquels il met l’accent sur le capital humain (un personnel bien formé) et intellectuel (la recherche et le développement) ;

  2. les conditions de la demande, c’est-à-dire notamment des clients nationaux exigeants et en avance sur la demande internationale ;

  3. la présence de fournisseurs performants qui travaillent en étroite collaboration avec leurs clients et se trouvent souvent dans les mêmes zones géographiques ;

  4. la structure et la stratégie de l’industrie en question, probablement le facteur le plus important aux yeux de Porter ; il s’agit notamment de l’intensité de la concurrence au niveau national qui pousse les producteurs à être compétitifs aussi au niveau international.

  • 41 Pour l’argumentation « classique » cf. W.J. Baumol, Welfare Economies and the Theory of the State, (...)
  • 42 Porter, L’avantage concurrentiel des nations, pp. 617 sq. Une position similaire est prise par R.B. (...)

30La position de Porter sur le rôle des gouvernements pour accroître la compétitivité des industries nationales a été à la base d’un vif débat avec les économistes néo-classiques. Ces derniers limitent l’intervention de l’État à des cas exceptionnels quand les forces du marché ne mènent pas à la répartition optimale des ressources41. Porter, par contre, demande au gouvernement de ne pas uniquement sauvegarder la concurrence, il lui voit aussi un rôle actif dans la formation du personnel, le financement de la recherche et l’imposition de standards exigeants42.

  • 43 Cf. entre autres A. Bucaille et B. Costa de Beauregard, Les États, acteurs de la concurrence indust (...)

31En réalité, un grand nombre d’États industrialisés ont assisté et continuent à assister « leurs » industries de différentes manières, allant souvent au-delà de ce que les économistes considèrent comme justifié43. Par exemple, le gouvernement d’un pays peut, d’une part, accorder des aides et des subventions directes aux industries nationales, et, d’autre part, les protéger de la concurrence étrangère en limitant les importations. De plus, leur position est aussi indirectement influencée par la politique économique et financière générale, et par une possible transformation des cours du change et des taux d’intérêt.

32On a souvent l’impression, aujourd’hui, que les réflexions sur ces questions n’ont débuté que dans les années soixante-dix et quatre-vingt, lorsque s’est dessinée la fin d’une longue phase de croissance en Europe, lorsque le chômage a augmenté sans discontinuer et lorsque de nouveaux concurrents sont apparus sur les marchés mondiaux. Des débats tout à fait analogues ont en réalité déjà eu lieu immédiatement après la Seconde Guerre mondiale à un moment où les États-Unis dominaient les autres puissances et où l’Europe prenait un nouveau départ.

  • 44 Cf. Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (1789-1960), (...)

33Il faut cependant noter que le substantif compétitivité actuellement utilisé en français n’était pas encore en usage à l’époque44. Ce terme n’apparaît dans l’usage courant qu’à partir de 1960. En revanche, on utilisait l’adjectif « compétitif/ve » depuis le début du xxe siècle, et ce aussi bien dans des contextes sportifs que dans des contextes économiques. Le sujet lui-même, c’est-à-dire la position d’une entreprise ou d’une branche par rapport à la concurrence, était cependant courant pour les acteurs de l’époque. Ils utilisaient pour le cerner des expressions comme « capacité de concurrence » ou « position vis-à-vis de la concurrence », qui correspondent tout à fait au terme actuel.

  • 45 Cf., en général, R.E. Ankli, « Michael Porter’s Competitive Advantage and Business History », Busin (...)

34On peut donc aussi appliquer le cadre développé par Porter dans un contexte historique45. Deux aspects, en particulier, sont d’une grande importance dans notre cas. D’un côté les différents moyens à la disposition des gouvernements pour maintenir ou, le cas échéant, introduire la concurrence. Porter note qu’en dehors des lois antitrust, des pays qui n’ont qu’un marché restreint peuvent aussi introduire la concurrence en ouvrant leur espace économique à des entreprises étrangères qui exerceront la pression nécessaire sur les producteurs nationaux. Comme nous le verrons par la suite, cette possibilité constitue aussi un élément important de la construction européenne dès ses débuts.

  • 46 M.E. Porter, L’avantage concurrentiel, 3e éd., Paris, 1999, notamment pp. 33 sq. Cf. également J. K (...)

35Il y en a un second qui concerne les relations entre les différentes industries dans ce qu’on appelle la chaîne de valeur que Porter lui-même avait analysée en détail dans un livre antérieur46. Il s’agit de la succession des transformations industrielles, depuis les matières premières jusqu’au consommateur final. La production et la transformation de l’acier offrent un remarquable exemple de cette chaîne de création de valeur et de son influence sur la compétitivité.

Présentation schématique de la production et de la transformation de l’acier

Présentation schématique de la production et de la transformation de l’acier

36Le prix de revient à une étape de cette chaîne est déterminé par de nombreux éléments : les salaires, les traitements et les prélèvements sociaux, ou les prix des matières premières. Et les produits d’une étape entrent, à leur tour, dans les éléments du coût de production de l’étape suivante. Il faut cependant souligner qu’il n’y a pas que le prix de vente des producteurs en amont qui compte pour les industries situées en aval. Des facteurs comme la qualité, la fiabilité des livraisons et des délais, jouent eux aussi un rôle important. Tous ces éléments : les prix, la qualité, etc. des matériaux utilisés influencent donc dans une mesure considérable la position concurrentielle à l’étape suivante. Comme on le verra, cette logique de la chaîne de valeur a joué un rôle important dans les origines de la construction européenne.

B. L’INFLUENCE DU MODÈLE AMÉRICAIN

37Il est tout aussi important de tracer une limite précise entre des forces motrices endogènes et des forces exogènes, notamment pour ce qui concerne le rôle des Etats-Unis qui fait l’objet de nombreux débats dans la recherche. Il ne s’agit pas d’étudier exclusivement l’influence qu’elles ont exercée sur le processus de décision politique, qui, comme on l’a vu, a été évoqué et discuté longuement par un grand nombre d’historiens. Il s’agit aussi de la question d’une « américanisation » de l’économie française et européenne après la Seconde Guerre mondiale.

  • 47 Cf. A.D. Chandler Jr., Stratégies et structures de l’entreprise, 2e éd., Paris, 1989 et id., La mai (...)
  • 48 Par rapport au modèle « coopératif » allemand et « familial » britannique ; cf. A.D. Chandler, Jr., (...)

38Cela concerne les technologies de production, les structures d’organisation et de diffusion, les méthodes de management. Mais cela touche aussi, sinon plus, la possibilité de reprendre le modèle de concurrence américain. Alfred Chandler a analysé les origines de la grande entreprise aux États-Unis lors de la seconde révolution industrielle dans la deuxième moitié du xixe siècle, ainsi que ses mutations ultérieures47. Dans une étude comparative, il met également l’accent sur le rôle de la compétition comme un des ingrédients clés du capitalisme américain qu’il caractérise comme « concurrentiel »48.

  • 49 Le terme vient de M.F. Guillén, Models of Management, Chicago, 1994, ici p. 290. Il ne faut pas oub (...)
  • 50 Parmi les publications récentes, on trouve M. Kipping et O. Bjarnar (éd.), The Americanisation of E (...)

39Le transfert des différents éléments du modèle économique et managérial américain en Europe et au Japon après la Seconde Guerre mondiale a récemment suscité un grand intérêt auprès des chercheurs. Les pays européens ou le Japon n’ont pas découvert l’Amérique et ses entreprises en 1945. Mais à l’époque, les États-Unis étaient devenus une sorte de « société de référence », grâce à leur victoire qui a été attribuée non seulement aux performances de leurs forces armées, mais encore à leur puissance économique49. Par conséquent, différents aspects du « modèle » américain furent examinés et, au moins en partie, imités par des gouvernements et des entreprises ailleurs dans le monde50.

  • 51 Cf. D. Lacorne et al. (éd.), L’Amérique dans les tètes, Paris, 1986 et, pour la période après 1945, (...)
  • 52 P. Fridenson, « France: The relatively slow development of big business in the twentieth century », (...)
  • 53 Cf., par exemple, W.J. Adams, Restructuring the French Economy. Government and the Rise of Market C (...)

40La France a toujours eu une position ambivalente vis-à-vis de l’Amérique. D’une part, ses élites admirent les développements et les succès technologiques, économiques et militaires de la nation d’outre-Atlantique. D’autre part, elles se méfient de son « impérialisme » idéologique et culturel51. Pour ce qui concerne les grandes entreprises managériales, Patrick Fridenson a montré qu’elles ont eu une croissance relativement plus lente en France qu’aux États-Unis et dans d’autres pays européens, même si ce développement s’est accéléré après 194552. Quant au modèle d’un marché concurrentiel, la France l’avait aussi épousé tardivement, notamment sous l’impulsion du Marché commun établi à l’origine par le traité de Rome de 195753.

  • 54 M.-L. Djelic, Exporting the American Model. The Postwar Transformation of European Business, Oxford (...)

41Plus on commence à connaître en détail la période d’après-guerre, plus ce consensus est battu en brèche. Dans un livre récent, la sociologue Marie-Laure Djelic a comparé l’adoption du modèle américain de production industrielle et de concurrence en France, en Allemagne et en Italie. Pour elle, ce modèle fut exporté activement par l’administration du plan Marshall, soutenue par la puissante diplomatie américaine. Le transfert fut accompli avec succès en France et en Allemagne, où les Américains trouvaient et appuyaient des petits groupes de « modernisateurs » indigènes autour de Jean Monnet et Ludwig Erhard. Elle souligne, par contre, « l’opposition systématique des industriels et des syndicats » au plan Schuman et aux efforts en vue d’introduire le modèle concurrentiel et managérial américain54.

  • 55 V.R. Berghahn, « Zur Amerikanisierung der westdeutschen Wirtschaft », in : L. Herbst et al. (éd.), (...)
  • 56 Cf. V.R. Berghahn et RJ. Friedrich, Otto A. Friedrich, ein politischer Unternehmer. Sein Leben und (...)
  • 57 R. Ranieri, « Learning from America. The remodelling of Italy’s public-sector steel industry in the (...)

42Or son analyse et sa conclusion souffrent de sa connaissance limitée de la recherche existante et, plus encore, d’une utilisation trop sélective des sources disponibles. Des études plus approfondies des cas allemand et italien démontrent en effet que de tels développements nécessitaient le soutien au moins d’une partie des industriels concernés. Ainsi, pour l’Allemagne, Volker Berghahn avait déjà montré que « l’américanisation partielle » du capitalisme industriel ouest-allemand reposait sur « des structures économiques et des principes d’organisation, avec les valeurs et les mentalités qui les sous-tendaient [...], en même temps que des stratégies que les élites économiques en avaient tirées des deux côtés de l’Atlantique »55. Dans ce contexte, il a analysé notamment l’exemple de l’influent « industriel allemand américanisé » Otto A. Friedrich56. Pour l’Italie, Ruggero Ranieri a également mis en évidence le rôle des industriels favorables à la modernisation de la sidérurgie suivant l’exemple américain. C’est notamment le cas d’Oscar Sinigaglia qui dirigeait d’une manière assez indépendante l’entreprise nationalisée Finsider. Pour faire prévaloir ses objectifs, il s’appuyait sur une coalition à la fois avec le constructeur d’automobiles Fiat et avec des hommes politiques57.

  • 58 Cf. P.J. DiMaggio et W.W. Powell, « The Iron Cage Revisited : Institutional Isomorphism and Collect (...)
  • 59 Cf. entre autres, pour le premier aspect, P. Lillrank, « The Transfer of Management Innovations fro (...)

43D’une manière générale, ces études détaillées démontrent qu’un modèle économique et managérial étranger ne peut pas être imposé facilement et que son transfert demande un certain consensus entre les différents groupes d’intérêts concernés. Elles soulignent également qu’il s’agit d’un processus extrêmement complexe qui ne peut se concevoir ni comme une exportation, comme l’a fait M.-L. Djelic, ni comme une simple imitation de la best practice, comme le suggèrent d’autres auteurs58. Le transfert de tels modèles nécessite à la fois un apprentissage, notamment s’il s’agit d’idées complexes, et une adaptation à la réalité institutionnelle, sociale et économique d’un pays59.

  • 60 Berghahn, The Americanisation, p. 131.

44Des études similaires sur les mobiles et objectifs des décideurs français en ce qui concerne le plan Schuman font encore défaut. On comprend que Berghahn ait pu se demander « comment il a pu se faire que Monnet trouve suffisamment de courage pour défier directement le pouvoir de l’industrie lourde d’Europe occidentale. Était-il possible qu’il parvienne à mobiliser des forces contraires qui l’aideraient à tirer de ce conflit une décision favorable à son concept d’intégration ? »60. Notre travail tentera d’apporter une réponse à cette question, en mettant l’accent sur les forces modernisatrices au sein de l’industrie française ainsi que sur les coalitions d’intérêts que Monnet réussit à forger à la fois en France et au niveau international.

C. PROCESSUS DE DÉCISION ET GROUPES CONCERNÉS

45La présente étude fait apparaître la complexité du processus de décision dans l’entrelacs des groupes d’intérêts économiques et des pouvoirs publics. Sur ce point, justement, des lacunes considérables subsistent dans la recherche. C’est la raison pour laquelle, ce livre couvre tous les groupes d’intérêts politiques, économiques et sociaux concernés en France, y compris pour la première fois les industries de transformation de l’acier, qui ne sont qu’indirectement concernées par la CECA.

  • 61 Cf. notamment F.L.Wilson, « French interest group politics: pluralist or neocorporatist », American (...)

46En ce qui concerne les relations entre les différents groupes d’intérêts, les chercheurs en sciences politiques ont eu du mal à situer la France entre les deux extrêmes du pluralisme et du néo-corporatisme61. Le premier, qu’on trouve notamment aux États-Unis, signifie qu’une multitude de groupes d’intérêts et de lobbies se fait concurrence lorsqu’il s’agit d’influencer les décisions du gouvernement. Dans un système néo-copororatiste, comme en Allemagne, les associations industrielles et les administrations correspondantes développent une sorte de dépendance mutuelle, puisque les premiers tirent leur légitimité de leurs relations exclusives et les secondes reçoivent des informations des associations d’industriels et comptent sur elles pour expliquer leurs décisions.

  • 62 Bjøl, pp. 250-251. Cf. H.W. Ehrmann, La politique du patronat français, Paris, 1959, pp. 220-235, i (...)
  • 63 Cf. ses Mémoires, Patron de droit divin..., Paris, 1984, pp. 32 sq. Sur l’histoire de l’entreprise, (...)
  • 64 Cf. P. Mioche, Le Plan Monnet. Genèse et élaboration 1941-1947, Paris, 1987, p. 65.
  • 65 Cf., en général, Mioche, La sidérurgie et l’Etat en France des années quarante aux années soixante, (...)

47Après-guerre, selon toute apparence, le modèle néo-corporatiste prévalait en France. Ainsi, les services « techniques » des ministères faisaient office d’interface avec les associations professionnelles, entretenant des relations caractérisées par un auteur comme une « osmose »62. Les dirigeants des entreprises, les représentants des associations et les hauts fonctionnaires avaient fréquemment la même formation et se connaissaient depuis la période de la guerre ou de l’avant-guerre. Il n’était pas rare que ceux-ci abandonnent l’administration pour entrer dans le secteur privé. Roger Martin en est un bon exemple. Après avoir été élèves de deux grandes écoles, l’École Polytechnique et l’École des Mines, il travailla d’abord à la direction de la Sidérurgie au ministère de l’Industrie ; puis il entra en 1948 pour superviser la production de fonte et d’acier à Pont-à-Mousson, dont il reprit finalement la direction générale en 196463. Un autre exemple : Paul-Marie Pons, directeur adjoint des Industries mécaniques et électriques quitta en 1946 le ministère de la Production industrielle pour entrer à la direction des Forges et Ateliers de Jeumont64. Cependant le pantouflage ne signifie pas nécessairement identité de points de vue entre ce type de patrons et l’administration. Toutefois les relations semblent avoir été particulièrement étroites dans le cas de la sidérurgie65.

48Mais une telle vue de la France comme « néo-corporatiste » ne couvre qu’une partie de la réalité, parce qu’elle repose largement sur le rôle des associations professionnelles.

49Premièrement, les entreprises, prises individuellement, défendent parfois des positions clairement divergentes. Donc, au moins entre les branches industrielles concernées, et même au sein d’une seule et même branche, il peut exister des points de vue différents, voire opposés, sur les meilleures mesures à prendre. Au sein de l’administration et du gouvernement, il arriva bien entendu aussi que les opinions divergent. C’est la raison pour laquelle seule une analyse précise de tous les groupes participant au processus de décision peut expliquer la politique économique poursuivie dans un pays donné.

  • 66 Cf. notamment A. Moravcsik, « Preferences and Power in the European Community: A Liberal Intergover (...)
  • 67 Pour un résumé des différents points de vue, cf. S. George, « The European Union: approaches from i (...)

50Deuxièmement, cette politique est en outre (et cela vaut particulièrement pour l’époque en question) étroitement imbriquée dans l’ensemble des relations internationales. Jusqu’à maintenant, la recherche sur l’intégration européenne a insisté beaucoup sur la nécessité d’un consensus au niveau national avant la poursuite de négociations internationales66. D’autres auteurs, en revanche, mettent l’accent sur la formation d’associations au niveau européen qui, par la suite, accélèrent le processus d’intégration67. Il ne faut cependant pas oublier que les différents groupes d’intérêts, à la fois au sein du gouvernement et dans l’industrie, peuvent également utiliser des acteurs internationaux comme un levier pour atteindre des buts purement nationaux.

51Finalement, au cours d’un processus de décision, il est fréquent que les conditions économiques et politiques générales se modifient. Il faut donc s’attacher à distinguer clairement entre les facteurs d’influence conjoncturels et les facteurs structurels.

IV. MÉTHODOLOGIE, SOURCES ET STRUCTURE DE L’OUVRAGE

A. APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE

  • 68 Notamment dans les volumes des Foreign Relations of the United States (FRUS).
  • 69 C’est par exemple le cas de Christian Goschler, à propos des propositions et des points de vue de J (...)

52À ce jour, dans la plupart des présentations du plan Schuman, ce sont les réflexions d’un ou de quelques acteurs concernés qui ont dominé. Ce phénomène a été aussi conditionné par le choix des sources. La thèse de l’importance du contrôle de la Ruhr repose ainsi le plus souvent sur des documents provenant du ministère français des Affaires étrangères, ou bien sur des documents diplomatiques publiés par les Américains68. Dans les rares cas où l’on tient compte de plusieurs participants, il manque un traitement et une analyse systématiques des différentes positions. Certains historiens se contentent même de les exposer les unes après les autres, et les présentent comme une évolution de l’opinion au sein d’un pays donné69.

53Notre étude s’efforcera quant à elle de présenter d’une manière globale le processus de décision, jusqu’à l’entrée en vigueur de la première Communauté européenne, en incluant l’attitude et les motifs de tous les groupes et personnes qui y ont participé. Il est ici très important de ne pas considérer seulement les problématiques des solutions qui ont abouti, mais aussi leurs éventuelles alternatives. Car c’est la seule manière dont on puisse faire apparaître les motifs ayant permis à une proposition déterminée de s’imposer.

  • 70 Ehrmann, La politique du patronat, pp. 202-204.

54Nous avons déjà évoqué longuement le rôle des entreprises, des associations professionnelles, des ministères et de leurs services techniques. En France, il faut aussi considérer d’autres instances gouvernementales et parlementaires. Contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, le chef de l’État n’avait à l’époque aucune espèce de pouvoir. Au niveau parlementaire, ce sont surtout les commissions permanentes de l’Assemblée nationale et du Sénat (Conseil de la République) qui jouaient un rôle. Mais sur les questions spécifiques, elles avaient le plus souvent recours aux conseils des hauts fonctionnaires70.

55Le Conseil économique et social servait de miroir et de tribune aux groupes de pression économiques, y compris aux syndicats. Ses avis n’avaient certes pas de caractère contraignant pour le gouvernement, mais débouchaient parfois sur des transformations ou sur le retrait des mesures prévues. Il en allait de même pour les recommandations du Conseil d’État, auquel le gouvernement devait soumettre ses projets de loi pour examen avant de les présenter devant le Parlement.

56D’un point de vue international, les États-Unis sont au centre de l’étude. À l’époque, ils ne jouaient pas seulement un rôle important dans l’ensemble de l’Europe : puissance d’occupation dominante, ils ont aussi exercé une influence considérable sur les évolutions en Allemagne. Dès lors que les décisions politiques et économiques américaines avaient un impact sur les décisions politiques, mais aussi économiques, il faut tenir compte, non seulement des différentes parties de l’administration américaine, mais encore de l’attitude des milieux économiques.

57L’Allemagne de l’Ouest elle-même n’acquit une capacité d’action internationale (limitée) qu’avec la fondation de l’Allemagne fédérale, en 1949. Mais même auparavant, les représentants de l’économie et de la politique allemandes exerçaient une influence non négligeable. Leurs prises de position et leurs activités étaient intégrées à chaque fois qu’elles avaient une importance pour le rapprochement des États européens. Cela vaut aussi pour les autres États participant à la CECA, et pour la Grande-Bretagne. Les nombreuses organisations internationales apparues pendant la guerre, et après, semblent jouer un rôle relativement secondaire, dès lors qu’elles ne disposaient pratiquement d’aucun pouvoir de décision, si ce n’est sur la répartition du charbon. Mais elles constituaient un remarquable forum de débat et d’échange des idées. C’est la raison pour laquelle on en a aussi tenu compte.

58La quantité des acteurs concernés et la complexité de la problématique exigeaient que l’on choisisse et que l’on combine avec soin les sources dans les domaines de l’économie et de la politique. Mais il a aussi fallu examiner et utiliser dans un esprit critique les travaux scientifiques existants.

B. SOURCES ET TRAVAUX ANTÉRIEURS UTILISÉS

59Pour permettre cette étude approfondie du processus de décision en France, il fallait donc utiliser un grand nombre de fonds publics et privés. Parmi eux, les sources françaises tiennent, sans équivoque, la première place. On a surtout utilisé les archives des ministères concernés. Elles informent d’abord sur l’attitude des hauts fonctionnaires et des ministères. Elles permettent en second lieu de reconstituer le processus de formation de l’opinion au sein d’un ministère et entre ses différents services, processus au fil duquel s’est peu à peu forgée la position du gouvernement français. Dès lors que les services « techniques » des ministères étaient en outre en contact permanent avec les chambres syndicales, on y trouve de nombreux documents sur les positions et les activités des représentants des milieux économiques. Des relations analogues existaient aussi, fréquemment, au niveau international, par exemple entre les hauts fonctionnaires des ministères et les représentants de l’autorité américaine du plan Marshall.

  • 71 Ministère de l’Industrie, Direction des Industries Mécaniques et Électriques. Dans la plupart des c (...)
  • 72 Direction (et plus tard service) de la Sidérurgie, AN, F 12 et IND.
  • 73 Ministère de l’Économie et des Finances, Archives économiques et financières (AEF).
  • 74 AEF, 5A. Cusin a longtemps travaillé au ministère de l’Économie.
  • 75 L. Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, 2 (...)
  • 76 AN, Secrétariat général du Comité Interministériel pour les Questions de Coopération Économique Eur (...)
  • 77 Cf. S. Lepage, « La direction des Finances extérieures face à la modernisation et à la nécessité de (...)

60Les documents de la direction du ministère de l’Industrie, documents nombreux et dont la recherche n’avait guère tenu compte jusqu’ici, sont apparus comme une source fondamentale71. Les notes de son directeur, Maurice Bellier, se sont révélées particulièrement précieuses. Les Archives du service compétent pour la sidérurgie sont quant à elles malheureusement incomplètes72. Cela vaut aussi pour les documents du ministère des Finances73. Là, outre les dossiers de la direction des Programmes économiques et de la direction du Trésor, ce sont les dossiers de Gaston Cusin, à l’époque secrétaire du Comité économique interministériel, qui nous ont apporté une aide74. En ce qui concerne la direction du Trésor, nous avons pu bénéficier également de la thèse récente de Laure Quennouëlle-Corre75. Mais il manque à l’heure actuelle les documents de l’important secrétariat d’État aux Affaires économiques. Des prises de position intéressantes (par exemple au sein de la direction des Relations économiques extérieures) se trouvent d’autre part dans les archives du secrétariat général du Comité interministériel pour les questions liées à la coopération économique en Europe76. Par contre, sur l’attitude et les actions de la direction des Finances extérieures, nous avons pu nous appuyer sur le travail de Solenne Lepage77.

  • 78 Commissariat général du plan, AN 81 AJ, cartons 131 à 175. Ceux-ci correspondent, au moins partiell (...)
  • 79 Archives des Communautés Européennes (Archives CE) à Florence, cote DEP 9 URI.
  • 80 Ministère des Affaires étrangères (MAE), Archives Diplomatiques, DE-CE 1945-1960.
  • 81 Les procès-verbaux des commissions n’étaient hélas accessibles que pour l’Assemblée nationale, aux (...)

61De nombreux documents, encore peu exploités jusqu’ici, ont jeté une nouvelle lumière sur les négociations autour du plan Schuman, notamment sur le rôle de Jean Monnet78. Ont également été utiles les documents, accessibles depuis peu, de son proche collaborateur Pierre Uri79. La position du ministère des Affaires étrangères est bien connue, grâce aux travaux de Raymond Poidevin, Pierre Gerbet, Gérard Bossuat, Annie Lacroix-Riz, et plus récemment Dietmar Hüser. Ont été essentiellement utilisés ici les documents du service de Coopération économique, les plus pertinents pour notre sujet80. Ils se sont avérés un matériau instructif sur les contacts entre le commissariat du Plan et le ministère des Affaires étrangères, et sur les réactions des sidérurgistes français au plan Schuman. Les débats de l’Assemblée nationale et du Sénat n’ont été exploités que pour la ratification du traité. Compte tenu de ce qui a été dit plus haut, on a considéré que les auditions devant les deux chambres permanentes et les discussions au Conseil économique avaient plus d’importance81.

62Pour ce qui concerne les entreprises et leurs représentants, le Syndicat général des industries mécaniques et transformatrices des métaux s’est fait particulièrement remarquer par ses écrits et ses interventions en tant que représentant des transformateurs de l’acier. Nous avons trouvé certaines données dans la revue du Syndicat, Les Industries Mécaniques. Sur l’attitude de la sidérurgie, on a pu faire appel aux remarquables archives de Pont-à-Mousson (PAM), conservées à Blois. Elles ont largement compensé le refus de la Chambre syndicale de la sidérurgie française (CSSF) de nous laisser accéder à ses dossiers. On y trouve non seulement des copies des documents officiels de la Chambre syndicale, mais aussi des rapports et prises de position plutôt subjectives des représentants de cet important producteur lorrain de fonte et d’acier. Les nombreux travaux de Philippe Mioche ont fourni des données complémentaires sur la sidérurgie française.

  • 82 AN, 72 AS. Nous remercions ici le CNPF pour nous avoir autorisé à utiliser ces documents.
  • 83 M. Moguen, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration européenne (1 (...)

63Pour l’attitude des chefs d’entreprise français en général, l’influent hebdomadaire L’Usine Nouvelle a été la source la plus abondante. Les discussions au sein du Conseil national du patronat français (CNPF) ont pu être reconstituées au moins partiellement grâce aux comptes rendus de réunion de son comité directeur, qui se trouvent dans les archives du CNPF, et aux comptes rendus des assemblées générales82. Nous avons pu nous appuyer également sur la thèse récente de Marine Moguen83.

  • 84 Voir notre bibliographie.
  • 85 W.F Sanford, The American Business Community and the European Recovery Program 1947-1952, New York, (...)
  • 86 United States National Archives (USNA), Record Group (RG) 59, State Department et RG 469, Foreign A (...)

64Par comparaison avec les sources françaises, les archives étrangères n’ont joué qu’un rôle secondaire. Il existe de nombreux travaux antérieurs sur la politique des États-Unis dans l’après-guerre84. L’attitude des représentants américains des milieux économiques vis-à-vis de la reconstruction en Europe a été étudiée en détail par William Sanford et, plus récemment, par Jacqueline McGlade85. On a cependant eu recours à toute une série de sources américains non publiées pour traiter la partie politico-économique86. Elles ont ouvert de nouvelles perspectives sur la politique de Monnet et sur les relations entre les Américains et les hauts fonctionnaires français.

  • 87 Nous remercions ici leurs directeurs respectifs, Beate Brüninghaus et Horst Wessel, pour nous avoir (...)
  • 88 W. Bührer, Der Bundesverband der deuschen Industrie 1949-1999, Paderborn, 2001. Cf. aussi Moguen. O (...)

65Pour ce qui concerne les positions des milieux politiques et économiques en Allemagne de l’Ouest, notre étude s’appuie en revanche surtout sur les publications des sources et les présentations rédigées par d’autres historiens. L’attitude de l’industrie de la Ruhr à l’égard du plan Schuman a été étudiée en détail par Werner Bührer. D’importantes précisions ont en revanche pu être trouvées dans les procès-verbaux de réunion de la Wirtschaftsvereinigung Eisen-und Stahlindustrie (l’association de l’industrie du fer et de l’acier, WV Stahl) et dans quelques dossiers conservés aux archives Mannesmann87. Compte tenu, notamment, de l’insuffisance des sources, il n’existe actuellement qu’une faille majeure dans la recherche, qui concerne l’attitude de la Confédération de l’Industrie allemande (BDI) à l’égard de l’intégration économique en Europe. Cette faille a été récemment comblée, en partie, par le livre de Werner Bührer sur l’histoire du BDI88.

66Pour ce qui concerne les autres pays, ce travail s’appuie très largement sur les publications des historiens. Citons avant tout ici les travaux de Ruggero Ranieri sur l’industrie italienne de l’acier et de Richard Griffiths sur les pays du Benelux. Le recours à une sélection de documents provenant du Public Record Office (PRO) britannique s’est cependant révélé utile pour éclaircir telle ou telle question.

  • 89 R. T. Griffiths (éd.), À la recherche de l’OECE, Paris, 1997.
  • 90 W. Bührer, Westdeutschland in der OEEC : Eingliederung, Krise, Bewahrung, 1947-1961, Munich, 1997.
  • 91 Cf. ci-dessus, note 20.
  • 92 C. Lüders, Das Ruhrkontrollsystem : Entstehung und Entwicklung im Rahmen der Westintegration Westde (...)

67En ce qui concerne les institutions internationales, nous avons pu nous appuyer, en grande partie, sur des travaux existants. Nous y avons apporté des compléments avec des sources originales trouvées dans des archives diverses. Parmi ces organismes, l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) joue un rôle dans une multitude de questions évoquées dans ce livre. Son histoire reste à écrire. On dispose cependant de quelques éléments dans un volume dirigé par Richard Griffiths, même si la plupart des contributions concernent l’Union européenne des paiements et l’attitude de certains pays membres89. L’entrée - tardive - de l’Allemagne fédérale dans l’OECE et ses relations avec l’organisation font l’objet d’une étude détaillée de Werner Bührer90. Plus importantes, dans notre contexte, furent les initiatives prises par l’OECE et d’autres organismes internationaux dans la libération des échanges en Europe. Elles ont été examinées dans le détail par Wendy Asbeek Brusse91. Parfois, les mêmes organisations jouèrent également un rôle dans les questions de la production et de la consommation du charbon et de l’acier. Pour étudier les débats et actions sur la question du charbon au niveau international, nous avons pu faire appel aux thèses de doctorat de Carsten Lüders et Régine Perron92. En ce qui concerne les divers efforts de coordination et de coopération internationales dans la sidérurgie, on trouve des contributions dans plusieurs études antérieures, que nous avons complétées avec nos propres recherches d’archives.

  • 93 Ils sont conservés aux Archives nationales sous la cote 72 AS.

68Un organisme international, parfois mentionné mais peu connu, est le Conseil des fédérations industrielles d’Europe (Council of Industrial Federations in Europe, ou CIFE). Fondé, en partie, pour représenter les syndicats patronaux auprès de l’OCDE, il joue un rôle important dans les débats sur la meilleure façon d’organiser l’union économique en Europe occidentale. Nous avons pu étudier ce rôle grâce aux documents sur le CIFE aux archives du CNPF, consultés avec la permission de ce dernier93.

  • 94 C’est ce que constatent à juste titre R.T. Griffiths et F.M.B. Lynch, « L’échec de la "Petite Europ (...)
  • 95 Erling Bjøl. Les retranscriptions des entretiens sont jointes en annexe à son livre.
  • 96 Jacques Van Helmont, Albert Denis, Raymond Vernon et Georges Imbert.

69On a aussi tenu compte des nombreux mémoires sur la question. Entre-temps, une sorte de « mystification » a cependant eu lieu sur l’origine de l’unification européenne94. C’est la raison pour lesquels les souvenirs des acteurs de l’époque doivent être traités avec une grande prudence et, si possible, vérifiés à l’aide de sources contemporaines. Cela vaut également pour les interviews. Dès les années soixante, un chercheur danois avait interrogé quantité d’acteurs95. On trouve un grand nombre d’entretiens plus approfondis et plus récents dans les archives des CE à Florence et, pour la plupart des hauts fonctionnaires français, dans les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Pour le présent ouvrage, nous avons mené quelques entretiens supplémentaires, avec des personnes qui travaillaient à l’époque au commissariat du Plan, au ministère de l’Industrie et au State Department, ainsi qu’avec un représentant des industries de transformation96.

70Cet éventail de sources et de données permet une analyse détaillée et systématique de tous les groupes et de toutes les personnes impliquées dans le processus de décision.

C. STRUCTURE DE L’OUVRAGE

71Globalement, cette étude cherche donc à montrer d’une manière nuancée et souvent complexe comment se sont déroulés les processus de décision dans la phase préparatoire, les négociations et la ratification du traité de la CECA. On a, ici, accordé une attention particulière à l’évolution de la compétitivité de l’industrie européenne et du rôle du modèle américain de concurrence. L’étude détaillée du processus de décision et de son contexte est articulée sous forme chronologique, et divisée en quatre parties.

72La première offre un aperçu sur les efforts de modernisation accomplis en France après la Seconde Guerre mondiale et les replace dans le contexte de la reconstruction économique en Europe. L’objectif principal est de faire apparaître les conditions initiales et les forces motrices des transformations ultérieures.

73Les phénomènes de crise qui sont apparus en 1949 constituent le sujet de la deuxième partie. Celle-ci expose leurs causes et leurs conséquences, avant de décrire les différentes propositions de solution que l’on a avancées à l’époque. L’essentiel ici est toujours de savoir pourquoi les suggestions antérieures au plan Schuman ont au bout du compte échoué.

74La troisième partie évoque la période qui a séparé la déclaration du 9 mai 1950 et la signature du traité de la CECA, le 18 avril 1951. Elle étudie en détail l’influence des différents groupes d’intérêt dans le domaine de la politique et de l’économie sur la forme qu’a finalement prise la Communauté. On se consacrera surtout, ici, à une analyse des coalitions qui ont permis à Jean Monnet d’imposer une bonne partie de ses vues.

75La quatrième partie évoque la ratification du traité. On y étudiera surtout le débat interne à la France. Les arguments des adversaires et des partisans de la CECA sont présentés de manière systématique et l’on explique les raisons pour lesquelles ces derniers ont fini par l’emporter. Ensuite, un bref épilogue tente d’évaluer les conséquences économiques de la création de la CECA. La conclusion générale expose les principaux résultats de cette étude.

Notes

1 On trouvera en annexe le texte complet de cette déclaration.

2 Pour le texte du traité, cf. entre autres Journal Officiel, Documents Parlementaires - Assemblée Nationale, Annexe n° 727 (Session de 1951 - Séance du 21 août 1951 ), pp. 1926 sq.

3 On trouvera un tableau des dates et des résultats de ces votes chez W. Diebold The Schuman Plan. A Study in Economie Cooperation 1950-1959, New York, 1959, p. 83.

4 Cf. en détail, pour le charbon, entre autres, M. Parker, The politics of coal’s decline : the industry in Western Europe, Londres, 1994 ; et, pour la sidérurgie, M. Kipping et P. Mioche (éd.), Crisis and Revival of the European Steel Industry, Londres, à paraître.

5 J. Monnet, Mémoires (édition en livre de poche), Paris, 1976, pp. 417 et 424. Il en va de même pour son collaborateur de l’époque, Pierre Uri, dans une interview donnée le 9 janvier 1989, Archives Historiques des Communautés Européennes (Archives CE), INT 2. Ou encore d’un autre co-auteur de la déclaration, P. Reuter, La Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier, Paris, 1953, pp. 30-33.

6 P. Fontaine, Jean Monnet. L’inspirateur, Paris, 1988, pp. 58-65 ; F. Duchêne, Jean Monnet : the first statesman of interdependence, New York, 1994, chapitre VI ; et E. Roussel, Jean Monnet 1888-1979, Paris, 1996, chapitre XVII. Cf. aussi M.-Th. Bitsch, Histoire de la construction européenne de 1945 à nos jours, Paris, 1996, pp. 61 sq.

7 P. Gerbet, « La genèse du plan Schuman des origines à la déclaration du 9 mai 1950 », Revue Française de Science Politique, VI/3, 1956, pp. 539-542.

8 E.B. Haas, The Uniting of Europe: Political, Social and Economie Forces 1950-1957, Stanford, 2e éd. 1968, p. 243. Cf. aussi G. Bossuat, L’Europe des Français, 1943-1959, Paris, 1996, pp. 165 sq.

9 Diebold, The Schuman Plan, pp. 9-17, notamment pp. 16-17.

10 D.C. Bok, The First Three Years of the Schuman Plan, Princeton 1955, p. 3.

11 Interview le 25 juin 1964, E. Bjøl, La France devant l’Europe. La politique européenne de la IVe République, Copenhague, 1966, annexe IX, p. 371. Cf. également G. Bossuat, La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954, Paris, 1992, pp. 743-744.

12 W. Bührer, Ruhrstahl und Europa. Die Wirtschaftsvereinigung Eisen- und Stahlindustrie und die Anfänge der europäischen Integration 1945-1952, Munich, 1986, p. 167. Cf. aussi L. Lister, Europe’s Coal and Steel Community. An Experiment in Economic Union, New York, 1960, p. 8; R. Poidevin, « Frankreich und die Ruhrfrage 1945-1951 », Historische Zeitschrift, 228, 1979, p. 334; J.W. Young, Britain, France and the Unity of Europe, 1945-1951, Leicester, 1984, pp. 137 et 145-146, ainsi que M.J. Hogan, The Marshall Plan. America, Britain, and the Reconstruction of Western Europe, 1947-1952, Cambridge, 1987, pp. 364-366.

13 Loth, « Die Europa-Diskussion in Frankreich », in : id. (éd.), Die Anfänge der europäischen Integration, p. 42.

14 W. D. Gruner, « La place de l’Allemagne dans l’Europe d’après-guerre selon Jean Monnet (1943-1950) », in : G. Bossuat et A. Wilkens (éd.) : Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la paix, Paris, 1999, pp. 113-146, ici pp. 140-145, citation p. 140.

15 A. Lacroix-Riz, « Paris et Washington au début du plan Schuman (1950-1951) », in : K. Schwabe (éd.), Die Anfänge des Schuman-Plans 1950-1951, Baden-Baden, 1988, pp. 242 et 250, ainsi que, de la même : « Vers le plan Schuman : les jalons décisifs de l’acceptation française du réarmement allemand (1947-1950) », Guerres mondiales et conflits contemporains, 155 et 156, 1989, pp. 25-41 et 73-87. Sur l’intention qu’avaient les États-Unis d’intégrer l’Allemagne fédérale, dans un premier temps, au bloc ouest-européen, cf. aussi O. Post, Zwischen Sicherheit und Wiederaufbau. Die Ruhrfrage in der alliiierten Diskussion 1945-1949, Giessen, 1986, p. 147-153 et 167-169.

16 K. Schwabe, « "Ein Akt konstruktiver Staatskunst"- Die USA und die Anfänge des Schuman-Plans », in : id. (éd.), Die Anfänge des Schuman-Plans, p. 224.

17 P. Winand, « De l’usage de l’Amérique par Jean Monnet pour la construction européenne », in : Bossuat et Wilkens (éd.), Jean Monnet, pp. 253-271.

18 G. Bossuat, « L’aide américaine à la France après la Seconde Guerre mondiale », Vingtième siècle 9, janvier-mars 1986, p. 21 ; R. Poidevin, « Die europapolitischen Initiativen Frankreichs des Jahres 1950 - aus einer Zwangslage geboren ? », in : L. Herbst et al. (éd.), Vom Marshallplan zur EWG. Die Eingliederung der Bundesrepublik Deutschland in die westliche Welt, Munich, 1990, pp. 258-259.

19 A.S. Milward The reconstruction of Western Europe 1945-1951, 2e éd., Berkeley, 1987 et du même, The European Rescue of the Nation-State, 2e éd., Londres, 2000. Cf. aussi F.M.B. Lynch, France and the International Economy: From Vichy to the Treaty of Rome, Londres, 1997.

20 Sur ces efforts antérieurs et leurs résultats cf. notamment W.A. Brusse, Tariffs, trade and European integration, 1947-1957, Basingstoke, 1997.

21 W. Abelshauser, Der Ruhrkohlenbergbau seit 1945 : Wiederaufbau, Krise, Anpassung, Munich, 1984, p. 8.

22 Milward, The reconstruction, pp. 377 sq. Cf. aussi F.M.B. Lynch, « Resolving the Paradox of the Monnet Plan: National and International Planning in French Reconstruction », Economie History Review, 2e série, 37/2, mai 1984, p. 229-243, et « The Role of Jean Monnet in Setting up the European Coal and Steel Community », in: Schwabe (éd.), Die Anfänge des Schuman-Plans, pp. 119-120.

23 R. Poidevin, Robert Schuman, homme d’État 1886-1963, Paris, 1986, pp. 244-256. De même M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952, Paris, 1991, pp. 1225-1226.

24 J. Gillingham, Coal, Steel, and the Rebirth of Europe, 1945-1955. The Germans and French from Ruhr Conflict to Economic Community, Cambridge 1991. Pour un résumé en français de ses thèses principales, voir id., « Genèse et devenir de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier », Histoire, économie et société, 18/2, avril-juin 1999, pp. 297-302.

25 J. Gillingham, « "Solving the Ruhr problem". German Heavy Industry and the Schuman Plan », in: Schwabe (éd.), Die Anfänge des Schuman-Plans, p. 413, et id., Coal, Steel, pp. 229 et 348 sq.

26 J. Gillingham, « Zur Vorgeschichte der Montan-Union. Westeuropas Kohle und Stahl in Depression und Krieg », VfZG, 34, 1986, pp. 381-405, ici p. 381.

27 Cf. Bossuat, La France, l’aide américaine, p. 792 et J.W. Young, France, the Cold War, and the Western Alliance, 1944-1949: French Foreign Policy and Post-War Europe, Leicester, 1990, p. 230.

28 C. Goschler, C. Buchheim et W. Bührer, « Der Schumanplan als Instrument französischer Stahlpolitik. Zur historischen Wirkung eines falschen Kalküls », VfZG, 37, 1989, pp. 171-206, notamment pp. 193 et 206.

29 C.H. Hahn, Der Schuman-Plan. Eine Untersuchung im besonderen Hinblick auf die deutsch-französische Stahlindustrie, Munich, 1953, p. 10.

30 H. Rieben, Des ententes de maîtres de forges au plan Schuman, Lausanne 1954, notamment pp. 501-510. Cf. aussi Diebold, The Schuman Plan, pp. 27-28, et Gerbet, « Les origines du plan Schuman », pp. 205-206.

31 D. Petzina, « The Origins of the European Coal and Steel Community : Economic Forces and Political Interests », Zeitschrift fir die gesamte Staatswissenschaft, 137, 1981, p. 450-468 et « Von der Konfrontation zur Integration. Die Schwerindustrie in den deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen 1900-1950 », in : P. Hüttenberger et H. Molitor (éd.), Franzosen und Deutsche am Rhein. 1789-1918-1945, Essen, 1989, pp. 161-182, citation p. 181.

32 P. Mioche, « La vitalité des ententes sidérurgiques en France et en Europe de l’entre-deux-guerres à nos jours », in : D. Barjot (éd.), International cartels revisited (1880-1980), Caen, 1994, pp. 119-128.

33 F. Berger, La France, l’Allemagne et l’acier (1932-1952). De la stratégie des cartels à l’élaboration de la CECA, thèse de doctorat, Université Paris I, 2000, 4 vol. Cf. aussi ses articles « Les sidérurgistes français et allemands face à l’Europe : divergences de conception, concurrence et intérêts communs (1932-1952) », Journal of European Integration History, juillet 1997, pp. 35-52 et « Les patrons de l’acier en France et Allemagne face à l’Europe (1930-1960) », in : E. Bussière et M. Dumoulin (éd.), Milieux économiques et intégration européenne en Europe occidentale au xxe siècle, Arras, 1998, pp. 179-195.

34 Cette citation provient du Résumé de la thèse, p. 5.

35 H.A. Schmitt, « The European Coal and Steel Community: Operations of the First European Antitrust Law, 1952-1958 », Business History Review, 38, 1964, pp. 102-122, ici p. 103.

36 VR. Berghahn, « Montanunion und Wettbewerb », in : H. Berding (éd.), Wirtschaftliche und politische Integration in Europa im 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, 1984, pp. 247-270.

37 L. Herbst, « Die zeitgenössische Integrationstheorie und die Anfänge der europäischen Einigung 1947-1950 », VfZG, 34, 1986, pp. 190-193 ; également A.S. Milward, « Entscheidungsphasen der Westintegration », in : L. Herbst (éd.), Westdeutschland 1945-1955. Unterwerfung, Kontrolle, Integration, Munich, 1986, p. 239.

38 C.S. Maier, « Die drei Dimensionen der Westintegration », in : Herbst (éd.), Westdeutschland, p. 252.

39 Cf., pour un état des questions, entre autres, A. Francis, « The Concept of Competitiveness », in : id. et P.K.M. Tharakan (éd.), The Competitiveness of European Industry : Country Policies and Company Strategies, Londres, 1989, pp. 5-20 ; H.-P. Fröhlich, « International Competitiveness : Alternative Macroeconomic Strategies and Changing Perceptions in Recent Years », ibid, pp. 21-40 ; ainsi que le dossier sur la concurrence des Annales des Mines. Gérer et comprendre, 26, mars 1992, et le numéro spécial consacré à la compétitivité de la revue Entreprises et Histoire, 5, juin 1994.

40 M.E. Porter, L’avantage concurrentiel des nations, Paris, 1993.

41 Pour l’argumentation « classique » cf. W.J. Baumol, Welfare Economies and the Theory of the State, Londres, 1965. Cette position fut défendue contre Porter par P. Krugman, « Competitiveness : A Dangerous Obsession », Foreign Affairs, 73/2, mars/avril 1994, pp. 28-44.

42 Porter, L’avantage concurrentiel des nations, pp. 617 sq. Une position similaire est prise par R.B. Reich, The Work of Nations. Preparing Ourselves for 21st-Century Capitalism, Londres, 1991. Porter, L’avantage concurrentiel des nations, pp. 617 sq. Une position similaire est prise par R.B. Reich, The Work of Nations. Preparing Ourselves for 21st-Century Capitalism, Londres, 1991.

43 Cf. entre autres A. Bucaille et B. Costa de Beauregard, Les États, acteurs de la concurrence industrielle, Paris, 1988, et dans une perspective historique, G. Jones et M. Kirby, « Competitiveness and the State in International Perspective », in : Jones et Kirby (éd.), Competitiveness and the State. Government and Business in Twentieth-Century Britain, Manchester, 1991, pp. 1-17, et, plus récemment, M. Kipping, « Development and Dynamics of Government-Business Relations », in F. Amatori et G. Jones (éd.), Business History Around the World, New York, à paraître et, pour le cas français, id., « Les relations gouvernement-monde des affaires dans la France de l’après-guerre », Histoire, économie et société, 21/1, janvier-mars 2002.

44 Cf. Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (1789-1960), Paris, 1977, p. 1170, et Dictionnaire historique de la langue française, Paris, 1992, p. 459.

45 Cf., en général, R.E. Ankli, « Michael Porter’s Competitive Advantage and Business History », Business and Economic History, 21, 1992, pp. 228-236, et, comme exemple concret, G. Jones, British Multinational Banking 1830-1990, Oxford, 1993.

46 M.E. Porter, L’avantage concurrentiel, 3e éd., Paris, 1999, notamment pp. 33 sq. Cf. également J. Kay, Foundations of Corporate Success. How Business Strategies Add Value, Oxford, 1993.

47 Cf. A.D. Chandler Jr., Stratégies et structures de l’entreprise, 2e éd., Paris, 1989 et id., La main visible des managers, Paris, 1988 ; et la synthèse de C.J. Schmitz, The growth of big business in the United States and Western Europe, 1850-1939, Cambridge, 1995.

48 Par rapport au modèle « coopératif » allemand et « familial » britannique ; cf. A.D. Chandler, Jr., Organisation et performance des entreprises, 3 t., Paris, 1992-1993.

49 Le terme vient de M.F. Guillén, Models of Management, Chicago, 1994, ici p. 290. Il ne faut pas oublier que l’Union soviétique constituait une alternative potentielle, cependant exclue pour l’Europe occidentale et le Japon pour des raisons politiques. Son modèle économique était cependant basé sur des principes similaires, notamment la production à grande échelle et le taylorisme.

50 Parmi les publications récentes, on trouve M. Kipping et O. Bjarnar (éd.), The Americanisation of European Business, Londres, 1998 ; un numéro spécial d’Entreprises et Histoire, 19, octobre 1998 ; ainsi que J. Zeitlin et G. Herrigel (éd.), Americanization and its Limits, Oxford, 2000. Ces études ont été facilitées et, en partie, stimulées par l’ouverture récente d’une grande quantité d’archives américaines relatives à l’assistance technique et aux missions de productivité.

51 Cf. D. Lacorne et al. (éd.), L’Amérique dans les tètes, Paris, 1986 et, pour la période après 1945, R.F. Kuisel, Le miroir américain, Paris, 1997.

52 P. Fridenson, « France: The relatively slow development of big business in the twentieth century », in: A.D. Chandler Jr. et al. (éd.), Big Business and the Wealth of Nations, New York, 1997, pp. 207-245.

53 Cf., par exemple, W.J. Adams, Restructuring the French Economy. Government and the Rise of Market Competition since World War II, Washington, 1989; ainsi que H. Dumez et A. Jeunemaître, La concurrence en Europe, Paris, 1991.

54 M.-L. Djelic, Exporting the American Model. The Postwar Transformation of European Business, Oxford, 1998, citation p. 153.

55 V.R. Berghahn, « Zur Amerikanisierung der westdeutschen Wirtschaft », in : L. Herbst et al. (éd.), Vom Marshallplan zur EWG, pp. 227-253, ici pp. 232 et 252-253. Cf. aussi, « Wiederaufbau und Umbau der westdeutschen Industrie nach dem Zweiten Weltkrieg », Tel Aviver Jahrbuch für deutsche Geschichte, XIX, 1990, pp. 261-282 et, plus globalement, The Américanisation of West German Industry 1945-1973, Cambridge, 1985.

56 Cf. V.R. Berghahn et RJ. Friedrich, Otto A. Friedrich, ein politischer Unternehmer. Sein Leben und seine Zeit, 1902-1975, Francfort/Main, 1993.

57 R. Ranieri, « Learning from America. The remodelling of Italy’s public-sector steel industry in the 1950s and 1960s », in: Kipping et Bjarnar (éd.), The Americanisation, pp. 208-228 et id., « Assessing the Implications of Mass Production and Market Integration: the Discussion inside Italy’s Steel Industry (1945-1960) », in: M. Dumoulin et al. (éd.), L’Europe du patronat, Berne, 1993, pp. 77-100.

58 Cf. P.J. DiMaggio et W.W. Powell, « The Iron Cage Revisited : Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields », American Sociological Review, 48, avril 1983, pp. 147-160 ; sur lesquels s’appuie d’ailleurs en grande partie M.-L. Djelic.

59 Cf. entre autres, pour le premier aspect, P. Lillrank, « The Transfer of Management Innovations from Japan », Organization Studies, 16/6, 1995, pp. 971-989 ; et pour le second, R. Whitley et P.H. Kristensen (éd.), Governance at Work. The Social Regulation of Economic Relations, Oxford, 1997. Cf. entre autres, pour le premier aspect, P. Lillrank, « The Transfer of Management Innovations from Japan », Organization Studies, 16/6, 1995, pp. 971-989 ; et pour le second, R. Whitley et P.H. Kristensen (éd.), Governance at Work. The Social Regulation of Economic Relations, Oxford, 1997.

60 Berghahn, The Americanisation, p. 131.

61 Cf. notamment F.L.Wilson, « French interest group politics: pluralist or neocorporatist », American Political Science Review, 77, 1983; id., Interest-group politics in France, Cambridge, 1987; et J.T.S. Keeler, « Situating France on the pluralism-corporatism continuum », Comparative Politics, 17, 1985, pp. 229-249. Cf. pour des vues d’ensemble, S.D. Berger (éd.), Organizing Interests in Western Europe. Pluralism, Corporatism and the Transformation of Politics, Cambridge, 1981.

62 Bjøl, pp. 250-251. Cf. H.W. Ehrmann, La politique du patronat français, Paris, 1959, pp. 220-235, id., « French Bureaucracy and Organized Interests », Administrative Science Quarterly, 5/4, mars 1961, pp. 534-555; R.F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, Paris, 1984, pp. 187 et 254-256, et, plus récemment C. Parsons, « Domestic interests, ideas and integration: the French case », Journal of Common Market Studies, 38, 2000, pp. 45-70.

63 Cf. ses Mémoires, Patron de droit divin..., Paris, 1984, pp. 32 sq. Sur l’histoire de l’entreprise, ibid., pp. 65-126, et A. Baudant, Pont-à-Mousson 1918-1939. Stratégies industrielles d’une dynastie lorraine, Paris, 1980.

64 Cf. P. Mioche, Le Plan Monnet. Genèse et élaboration 1941-1947, Paris, 1987, p. 65.

65 Cf., en général, Mioche, La sidérurgie et l’Etat en France des années quarante aux années soixante, thèse de doctorat d’État, Université de Paris IV, 1992, pp. 339-342 ; id., Jacques Ferry et la sidérurgie française depuis la Seconde Guerre mondiale, Aix-en-Provence, 1993, et P. Mioche et J. Roux, Henri Malcor. Un héritier des maîtres de forges, Paris, 1988, pp. 180-181.

66 Cf. notamment A. Moravcsik, « Preferences and Power in the European Community: A Liberal Intergovernmentalist Approach », Journal of Common Market Studies 31/4, décembre 1993, pp. 473-524 et id., The choice for Europe, Londres, 1999.

67 Pour un résumé des différents points de vue, cf. S. George, « The European Union: approaches from international relations », in: h. Kassim et A. Menon (éd.), The European Union and National Industrial Policy, Londres, 1996, pp. 11-25.

68 Notamment dans les volumes des Foreign Relations of the United States (FRUS).

69 C’est par exemple le cas de Christian Goschler, à propos des propositions et des points de vue de Jean Monnet, Hervé Alphand, Georges Bidault et André Philip, Goschler et al., pp. 174-179.

70 Ehrmann, La politique du patronat, pp. 202-204.

71 Ministère de l’Industrie, Direction des Industries Mécaniques et Électriques. Dans la plupart des cas, ces documents ne sont pas encore cotés aux Archives Nationales (AN).

72 Direction (et plus tard service) de la Sidérurgie, AN, F 12 et IND.

73 Ministère de l’Économie et des Finances, Archives économiques et financières (AEF).

74 AEF, 5A. Cusin a longtemps travaillé au ministère de l’Économie.

75 L. Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, 2000.

76 AN, Secrétariat général du Comité Interministériel pour les Questions de Coopération Économique Européenne (CIQCEE), cote provisoire F60ter.

77 Cf. S. Lepage, « La direction des Finances extérieures face à la modernisation et à la nécessité de restaurer la puissance internationale de la France (1946-1950), Histoire, économie et société, 18/2, avril-juin 1999, pp. 255-274 et sa thèse La direction des Finances extérieures de 1946 à 1953 : les années fondatrices ou le magistère de Guillaume Guindey, École des Chartes, 1996. Elle est disponible au Comité pour l’histoire écomomique et financière de la France.

78 Commissariat général du plan, AN 81 AJ, cartons 131 à 175. Ceux-ci correspondent, au moins partiellement, aux archives de Monnet sur le plan Schuman à Lausanne (cote AMG) et n’ont donc guère suscité l’attention jusqu’ici. Les documents sur le premier plan de modernisation français, qui se trouvent également à Lausanne (cote AMF), ont pu être consultés sur microfiches aux Archives Nationales à Paris.

79 Archives des Communautés Européennes (Archives CE) à Florence, cote DEP 9 URI.

80 Ministère des Affaires étrangères (MAE), Archives Diplomatiques, DE-CE 1945-1960.

81 Les procès-verbaux des commissions n’étaient hélas accessibles que pour l’Assemblée nationale, aux Archives de l’Assemblée Nationale (AAN). Les dossiers du Conseil économique et du Conseil d’État sont encore fermés pour la période de l’après-guerre. Nous avons cependant trouvé des documents sur ce sujet dans d’autres archives.

82 AN, 72 AS. Nous remercions ici le CNPF pour nous avoir autorisé à utiliser ces documents.

83 M. Moguen, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration européenne (1949-1961), thèse de doctorat, Université de Paris X, 1999.

84 Voir notre bibliographie.

85 W.F Sanford, The American Business Community and the European Recovery Program 1947-1952, New York, 1987; J. McGlade, The Illusion of Consensus: American Business, Cold War Aid, and the Reconstruction of Western Europe 1948-1958, thèse, George Washington University, Washington, D.C., 1995.

86 United States National Archives (USNA), Record Group (RG) 59, State Department et RG 469, Foreign Assistance Agencies, qui contient entre autres les documents de l’Autorité du plan Marshall.

87 Nous remercions ici leurs directeurs respectifs, Beate Brüninghaus et Horst Wessel, pour nous avoir autorisé à les exploiter.

88 W. Bührer, Der Bundesverband der deuschen Industrie 1949-1999, Paderborn, 2001. Cf. aussi Moguen. On trouve également quelques indications chez G. Braunthal, The Federation of German Industry in Politics, Ithaca, 1965, pp. 317 sq., ainsi que dans la thèse de doctorat de Th. Rhenisch, Die deutsche Industrie und die Gründung der Europäischen Wirtschaftsgemeinschaft, thèse, Institut Universitaire Européen, Florence, 1994, pp. 56-64 et chez W. Bührer, « The Federation of German Industry and European Integration 1949-1960 », in : Dumoulin et al. (éd.), L’Europe du patronat, pp. 17-28.

89 R. T. Griffiths (éd.), À la recherche de l’OECE, Paris, 1997.

90 W. Bührer, Westdeutschland in der OEEC : Eingliederung, Krise, Bewahrung, 1947-1961, Munich, 1997.

91 Cf. ci-dessus, note 20.

92 C. Lüders, Das Ruhrkontrollsystem : Entstehung und Entwicklung im Rahmen der Westintegration Westdeutschlands 1947-1953, Francfort/Main, 1988 ; R. Perron, Le marché du charbon, un enjeu dans les relations Europe/États-Unis de 1945 à 1958, Paris, 1996.

93 Ils sont conservés aux Archives nationales sous la cote 72 AS.

94 C’est ce que constatent à juste titre R.T. Griffiths et F.M.B. Lynch, « L’échec de la "Petite Europe". Les négociations Fritalux/Finebel 1949-1950 », Revue historique, 274, 1985, p. 160.

95 Erling Bjøl. Les retranscriptions des entretiens sont jointes en annexe à son livre.

96 Jacques Van Helmont, Albert Denis, Raymond Vernon et Georges Imbert.

Table des illustrations

Titre Présentation schématique de la production et de la transformation de l’acier
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable