Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les origines de l’Union européenne

 | 
Matthias Kipping

Préface

Raymond Barre

Texte intégral

1Voici un livre qui devrait passionner toute personne qui s’intéresse à l’Europe, mais aussi quiconque cherche à comprendre comment des décisions mûrissent, sont prises et passent dans les faits. On est ici dans un passé proche qui influence encore nos représentations et nos pratiques dans une Europe qui change pourtant sous nos yeux, à force d’approfondissement et d’élargissement. Or ce livre montre avec éclat combien ce passé proche est en réalité très mal connu. Les praticiens des entreprises et des administrations dont l’horizon passe de la région et la nation à l’Europe y trouveront matière à réflexion pour l’action. Les universitaires, les chercheurs, les étudiants en tireront grand profit. Les historiens, les économistes, les politistes sont tous concernés par ce livre.

2Pourquoi le jeune historien allemand qu’est Matthias Kipping me paraît-il avoir écrit un livre qui renouvelle ce que nous croyions savoir sur la mise en place de cette Europe qui est d’emblée plus qu’un grand marché ? Je peux le mesurer grâce à mes expériences d’économiste, de commissaire européen, et de Premier ministre.

3Comme économiste, je suis frappé de voir que les débuts de l’Europe ne s’inscrivent pas seulement dans un contexte politique, aujourd’hui dépassé : la guerre froide et les rapports Est-Ouest, la grande Amérique face aux petits Européens. La naissance de l’Europe a eu une dimension économique forte. Dans le monde nouveau que tous les pays commencent à bâtir au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la solution du Cartel international qui avait régné dans tant de branches avant-guerre et qui séduit encore beaucoup de bons esprits en Allemagne comme en France, dans les entreprises comme au sein de l’État, se révèle peu à peu étriquée par rapport à une Europe d’un autre type car elle est trop favorable aux producteurs, trop injuste par rapport aux consommateurs. Même si les rapports entre ces deux catégories d’acteurs sont plus iréniques en Allemagne qu’en France, ce sont des industriels consommateurs (de matières premières, de produits semi-finis) qui arrivent à faire la démonstration que mieux vaut instaurer des relations plus équitables entre producteurs et consommateurs en jouant de la concurrence et en passant par l’Europe. Cette innovation est portée par des minoritaires par rapport aux majorités bruyantes, par des hétérodoxes dont le point de vue l’emporte sur les orthodoxes. Je veux parler d’une part, d’industriels jusque-là méconnus que le livre met au premier plan : un Jean Constant dans la mécanique, un Pierre Lefaucheux dans l’automobile et d’autre part, d’un professeur de sciences économiques, également député et ministre, André Philip. C’est cette convergence entre des hommes d’action et un économiste s’engageant au service de l’intérêt général qui a déblayé le terrain sur lequel la maison Europe a été édifiée. On ne sera pas surpris que je la trouve exemplaire. Du coup, le livre apporte sur deux pères de l’Europe : Jean Monnet et Konrad Adenauer un éclairage très nouveau. L’Europe qu’ils vont construire n’est ni celle dont ils avaient rêvé avant ou pendant la guerre, ni celle dont rêvaient les Américains. Monnet (en préparant le plan Schuman de 1950 ou le projet de loi antitrust pour la France dont le livre révèle l’existence, mais qui n ‘a jamais abouti à cause de la multitude des conservatismes dressés contre son contenu) et Adenauer (ardent dans la renaissance de l’Allemagne, mais plus souple vis-à-vis de ses partenaires qu’une partie des industriels) ont su conjuguer ambition et pragmatisme. Ce ne sont pas des doctrinaires, mais ils sont fermes sur les objectifs, souples sur les moyens, tenaces dans l’application. Ce n’est pas l’esprit de système qui fait la réussite de l’innovation, c’est la cohérence entre la force du projet, les alliances passées pour sa mise en œuvre, et le sens des évolutions à prendre pour sans cesse l’adapter aux réalités changeantes du terrain.

4Comme ancien vice-président de la Commission européenne, je trouve aussi ce livre fort utile. Il permet de mesurer le chemin qui a été parcouru entre la première Communauté européenne dont l’émergence est le sujet de ce livre, la CECA, qui prend fin précisément en 2002, le Marché commun que j’ai vécu à Bruxelles et l’Union européenne d’aujourd’hui. Il amène aussi le lecteur à réfléchir sur la façon dont ont été définies au début des années 1950 la fonction des commissaires et la manière de les choisir. A mes yeux, le livre suggère que les bons commissaires peuvent venir de tous les milieux, mais se distinguent par l’indépendance, l’expérience et la réflexion à long terme. De plus Bruxelles, par l’expérience de la fonction, par l’incessante combinaison de l’intérêt national et des enjeux européens et internationaux, tend à élargir les horizons des commissaires, et à les rendre plus aptes à jouer un rôle dans leur pays d’origine, à pratiquer un travail d’équipe pour faire face aux différences entre les entreprises et entre les États membres.

5Comme ancien Premier ministre, je pense enfin que ce livre apporte deux messages de courage. L’Europe a permis d’abord de passer du charbon national sur lequel reposaient encore les nationalisations de la Libération à la diversité européenne des approvisionnements en charbon qui a considérablement facilité la croissance d’après-guerre. Mais elle a aussi permis par la suite de passer des charbons européens à d’autres sources d’énergie. De même pour l’acier qui est l’autre pôle de ce livre. J’ai eu l’occasion de dire en 1976 que la puissance économique d’un pays dans une économie de l’information et de la connaissance ne se mesure plus nécessairement au nombre de tonnes produites. Nous avons toujours besoin d’une industrie forte, mais celle-ci passe par une priorité au client, à la compétitivité et à la mise en phase des ressources humaines. La nouvelle grandeur de la France industrielle s’articule désormais sur l’Europe. C’est à cette échelle que peuvent mieux se réaliser la concurrence favorable au renouveau, les transformations de la formation et de la recherche, la qualité des produits et services, et rien de tout ceci ne peut se développer sans un cadre politique ferme, dans l’intérêt à la fois des entreprises, des consommateurs et des citoyens.

6Matthias Kipping a su montrer comment ce que beaucoup jugeaient impossible ou impensable a pu devenir réalité : combatif à l’égard des idées reçues, perspicace quant aux implications de l’aventure européenne pour tous les domaines de décision, attentif aux recherches les plus récentes. Voilà un livre que les citoyens des pays de l’Union européenne ne sauraient ignorer.

Auteur

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable