Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie sociale et solidaire

 | 
Florence Jany-Catrice
, 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

(Re)penser l’économie ?

Comment penser la gestion des biens communs ?

Riccardo Petrella

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une bonne partie de mon intervention porte sur les concepts. On ne peut pas, en effet, « penser » la gestion des biens communs sans tenter de définir le sens des mots clés que l’on utilise pour traiter une problématique où, au-delà de la naturelle polysémie des mots, la mystification des concepts est particulièrement avancée. Ce « travail » réalisé, j’essaierai d’examiner les phénomènes qui caractérisent à l’heure actuelle la gestion des biens communs. Des caractéristiques qui ne sont pas, à mon avis, fort enthousiasmantes. Il m’appartiendra, dès lors, de m’aventurer dans la présentation de certaines propositions visant à favoriser un autre devenir des biens communs en Europe.

Travail préliminaire sur les concepts

C’est quoi un bien commun ?

Pour ne pas rester sur des notions générales, je propose de considérer « un bien commun » (avec « b » minuscule) tout bien (« res ») qui est essentiel et non-substituable pour la vie et le vivre ensemble. Le pétrole, par exemple, n’est pas un bien ...

Auteur

Docteur en science politique et en sciences sociales de l’université de Florence, Riccardo Petrella est professeur émérite de l’université catholique de Louvain. Docteur honoris causa de six universités en Europe et au Canada, il est président de l’Institut européen de recherche sur la politique de l’eau (IERPE) à Bruxelles. Il a fondé, en 1991, le Groupe de Lisbonne (pour l’avènement d’une société qui ne soit pas fondée sur les lois du marché). Dans la veine de son ouvrage Le Manifeste de l’eau. Pour un contrat mondial (Labor, 1998), il crée le Comité pour un contrat mondial de l’eau dont il est secrétaire général jusqu’en 2006. Il travaille depuis des années à faire reconnaître que l’accès à l’eau est un droit humain fondamental. En quarante ans de carrière, Riccardo Petrella a collaboré avec de nombreuses organisations internationales. Il a notamment été directeur du Centre européen de recherches en sciences sociales de l’Unesco (1970 à 1975) et a dirigé le programme FAST (Forecasting and Assessment in Science and Technology) de la Commission européenne jusqu’en 1994. Parmi ses nombreuses publications, on peut noter l’ouvrage Pour une nouvelle narration du monde (Écosociété, 2007) dans lequel il invite, pour faire face aux grands enjeux mondiaux, à la réflexion et à la promotion de nouvelles alternatives pour gérer les biens communs.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540