Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 C. Charle, « Naissance d’un grand corps », A.R.S.S., no 42, avril 1982, p. 3-17, p. 3.

1C’est bien l’histoire d’une conquête et d’une consolidation du pouvoir des inspecteurs des Finances de la guerre de 1914-1918 à la guerre de 1939-1945 que nous avons retracée. Ce que percevait Christophe Charle pour le début du siècle, qui définissait l’Inspection comme un « grand corps à la vocation universaliste et aux ambitions illimitées », s’est réalisé au cours de ces trois décennies1.

2Depuis 1918, le marché de l’emploi des dirigeants financiers publics ou privés a donc évolué au profit quasi exclusif des inspecteurs des Finances, qui ont dirigé les finances françaises au cours du premier xxe siècle. D’un côté, les caractéristiques, les attentes de ces inspecteurs se sont modifiées et leur ont permis de s’adapter aux offres d’emplois. Ils ont su utiliser et développer des atouts spécifiques : sélection par concours difficile, compétences techniques et polyvalence, réseaux hérités et surtout créés, ambitions individuelles et collectives, esprit de corps, patronage politique, administratif ou privé. De l’autre, les emplois offerts ont considérablement augmenté et changé de nature d’une décennie à l’autre au cours de ces « trente tumultueuses ». Le rôle croissant du ministère des Finances au sein de l’État et dans l’économie, le développement des banques et des services financiers des entreprises ont modifié les besoins en hommes et en compétences, renforcé les relations réciproques entre l’État et le marché, tandis que de véritables filières d’accès à ce grand état-major se mettaient en place après la Première Guerre mondiale.

3Ce qui frappe donc en premier lieu, c’est bien la transformation de ce corps d’inspection en grand corps, transformation perçue par eux et par l’extérieur, le plus souvent acceptée voire encensée, mais aussi parfois dénoncée, au point de les mettre collectivement en péril comme en 1936-1937 et en 1945-1946. Mais en second lieu, et sans paradoxe, la permanence de certains caractères est réelle et leur a donné une identité et une unité qui perdurent d’une guerre à l’autre : permanence dans le prestige au sein du ministère des Finances, dans leur formation théorique juridique et générale, mais aussi pratique par les premières années de la tournée, dans les motivations, dans le pragmatisme intellectuel, dans l’esprit de corps, dans la défense de leur légitimité. Permanence aussi dans la diversité relative des individus et des types de carrière car on aurait tort de conclure, au vu de la carrière triomphante d’une minorité d’entre eux à partir des années vingt, à l’homogénéité des inspecteurs. La diversité des emplois, des trajectoires, des atouts de chacun au sein d’une même génération et entre générations s’est réduite mais elle demeure et resurgit dès que la conjoncture se modifie. Coexistent donc hier comme aujourd’hui, masquée par l’éclat de quelques figures, plusieurs « inspections » comme l’illustre le tableau 1.

Tableau 1. Types de carrière de 365 inspecteurs des concours de 1878 à 1946 dont la carrière n’a pas été prématurément interrompuea

Promotions

Souffrante
VA / %

Secondaire
VA / %

Dirigeante
VA / %

Triomphante
VA / %

Total
VA / %

1878-1946

35 / 9,5 %

69 / 19 %

154 / 42 %

107 / 29,3 %

365 / 100 %

a. N’a pas été retenue dans ce tableau la soixantaine d’inspecteurs aux carrières interrompues prématurément ou marginales.

  • 2 Ils parlent de carrière souffrante, militante et triomphante.

4Cette classification a une part de subjectivité, mais, d’une part, elle émane en partie des inspecteurs eux-mêmes2 et, d’autre part, les critères retenus tiennent compte du niveau de responsabilité atteint et de l’importance de l’administration ou de l’entreprise où ils exercent Souffrante, c’est la carrière uniquement dans les cadres ; secondaire, c’est une carrière (dans les cadres ou non) d’inspection, de contrôle, conseil ou de sous-directeur, d’une direction technique et non de conception ; dirigeante, c’est une carrière de directeur adjoint ou directeur dans l’administration ou un emploi de direction dans une entreprise publique ou privée ; triomphante, enfin, traduit l’accès à la direction d’une administration des Finances et ou à la présidence ou direction générale d’une grande entreprise ou grande banque.

5Mais reprenons la périodisation des mutations observées.

  • 3 On compte 51 reçus définitivement entre 1901 et 1910, 86 entre 1919 et1928, 77 entre 1930 et 1939, (...)

6Si le nombre de places offertes au concours reste très irrégulier entre les deux guerres (de 3 à 17), la difficulté croît inexorablement en fonction d’un plus grand nombre de candidats et de débouchés plus prestigieux. Par ailleurs, le nombre des actifs est en augmentation constante, avec une poussée forte dans les années vingt. Qu’on en juge : les inspecteurs actifs de moins de 65 ans sont au nombre de 143 en 1919, 178 en 1925, 198 en 1930, 211 en 1935, 220 en 19403.

  • 4 C. Charle, « Le pantouflage en France, 1880-1980 », Annales ESC, sept.-oct. 1987, p. 1134, note 13.

7Leur profil socioculturel évolue aussi, mais plus lentement. L’origine géographique, largement provinciale à la naissance si l’on considère l’ensemble des effectifs, devient majoritairement parisienne dans les années trente, surtout si l’on considère non plus le lieu de naissance mais l’adresse des parents au concours. Ce n’est pas la seule nouveauté des années trente puisque la formation supérieure juridique (plus de 80 %) est progressivement complétée par Sciences-Po dont sont issus 65 % des inspecteurs à la fin des années trente, évolution interrompue provisoirement pour les promotions de guerre, notamment lors des concours spéciaux de 1945 et 1946. La minorité polytechnicienne diminue mais résiste. Les origines sociales restent diversifiées au sein des bourgeoisies et le corps est encore « un corps de promotion sociale4 » jusqu’à l’ENA, mais l’accès des classes moyennes a rétréci progressivement au profit de la bonne et grande bourgeoisie. Contrairement à ce que pensaient les fondateurs de l’ENA, ce n’est pas le concours spécial, et ses modalités, qui était discriminant puisque globalement les candidats malheureux ont plutôt le même profil que les reçus.

8Mais les évolutions les plus marquantes concernent les emplois.

9Dès la fin de la guerre, dans les années vingt, les besoins d’emprunt de l’État, les nouvelles institutions internationales, la croissance des dépenses publiques, la complexité nouvelle de l’élaboration des budgets, les interventions de l’État dans l’économie ont imposé le recrutement de hauts fonctionnaires à la fois polyvalents et spécialistes qu’on ne trouve alors qu’à l’Inspection, puisque la Cour des comptes est hostile aux détachements et puisque les rédacteurs, par ailleurs moins sévèrement sélectionnés, sont spécialisés dans une direction.

10Alors que quelques inspecteurs plus anciens étaient déjà parvenus au faîte des emplois publics – Privat-Deschanel (1891), C. Sergent (1894), M. Bloch (1886), Luquet (1898) – ou privés – Simon (1896), C. Georges-Picot (1891), Thion de La Chaume (1900), A. Homberg (1892), Edgard-Bonnet (1878) –, les promotions de l’immédiat avant-guerre, aux effectifs clairsemés par les pertes des combats, connaissent alors des accélérations de carrière illustrées par les trajectoires connues et rencontrées au cours de cette étude, comme celle de A. Célier (1906), Denoix (1906), Parmentier (1908), Escallier (1909). Mais surtout, et c’est le plus spectaculaire, les inspecteurs des promotions pléthoriques des concours plus faciles de l’après-guerre, à peine formés sur le terrain, en profitent aussi dans l’administration, les cabinets ou l’entreprise, ainsi : Jahan (1914), Henri Ardant (1918), Moreau-Néret (1919), Barnaud (1920), Mönick (1920), Baudouin (1921), Watteau (1922), Haguenin (1923), Rueff (1923), ou Deroy (1923). Ces accélérations de carrière ont frappé leurs camarades. Étienne Moeneclaey (1920) nous a écrit :

« Plus de 20 % des inspecteurs des Finances dans les cadres ayant été tués en 1914-1918 et le recrutement arrêté pendant trois ans, il en est résulté pour les survivants et pour ceux entrés dans les cadres avant 1922 un avancement exceptionnel et leur accès beaucoup plus jeune qu’avant 1914 à des fonctions importantes. Cette jeunesse s’est maintenue par les nombreuses sorties dans le secteur privé ensuite ».

11Et Jacques Brunet (1924) nous expliquait :

  • 5 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en 1981 et entretien enregistré de J. Brunet avec l’aut (...)

« La guerre de 14-18 avait creusé des trous dans l’Inspection elle-même parce qu’il y avait beaucoup d’inspecteurs tués. Mais surtout, dans tout le pourtour, il y a eu une aspiration énorme. Comme on disposait par conséquent d’un service de l’Inspection qui était en ligne pour exercer un métier, on disposait d’un réservoir dans lequel les gens de l’extérieur ont puisé largement5 ».

12Qu’on se souvienne de l’hégémonie des inspecteurs après la Première Guerre mondiale à la direction du Mouvement général des fonds, déjà dirigée par eux depuis la fin du siècle précédent mais devenue chasse gardée alors que les effectifs de la direction doublent. Qu’on se souvienne aussi de l’appel d’air provoqué par la création de la direction du Budget en 1919. Qu’on se souvienne encore des emplois permanents (administratifs ou de contrôle) outre-mer ou à l’étranger, nouveauté de cette époque. Qu’on se souvienne enfin de l’entrisme des inspecteurs dans les cabinets ministériels, des Finances surtout, encore dans les années vingt. Mais la transformation la plus spectaculaire par son ampleur, dès la fin de la guerre, est l’emprise accélérée des inspecteurs dans les banques ou institutions financières publiques, sous tutelle du ministère des Finances, ou privées. On a vu la mainmise de l’Inspection sur le gouvernement de la Banque de France à partir du milieu des années 1920, qui se transforme en monopole à la fin de notre période, monopole qui se prolonge jusque dans les années soixante-dix. Le pantouflage, déjà vivace au début du siècle, grossit et s’accroît à tel point que certains ont pu parler d’hémorragie. Rappelons : entre 1919 et 1939, 62 inspecteurs démissionnent (ou prennent des emplois privés qui conduisent à démission), soit 28 % des 267 inspecteurs des promotions 1891-1933 concernées et, parmi eux, 38, soit 60 %, dans le seul secteur bancaire. Sur ces démissionnaires, les deux tiers (42) le font entre le 11 novembre 1918 et la fin de l’année 1929. Ces opportunités multiples ont accru la mobilité des emplois qui, à son tour, a favorisé les « sorties ». Ce cercle vertueux des années 1920, qui a frappé les contemporains, a rajeuni les cadres des finances publiques et privées.

13Mais, et tous nos travaux le démontrent, les années trente constituent une nouvelle étape dans l’histoire des carrières des inspecteurs les plus jeunes. Si les inspecteurs des promotions normales de 1924-1935 continuent à accéder aux grandes directions ou aux emplois prestigieux comme J. Brunet (1924), Baumgartner (1925), Flers (1926), Bouthillier (1927), Maxime-Robert (1927), Couve de Murville (1930), Leroy-Beaulieu (1929) ou Alphand (1930), la majorité doit se contenter désormais de rôles plus secondaires de contrôle financier voire, plus loin encore du soleil de Rivoli, dans les cabinets des autres ministères, à l’étranger ou outre-mer. La stagnation des embauches dans le secteur privé bancaire réduit, en effet, à partir de 1931 le nombre de démissions pour le privé qui reculent à 20 entre le 1er janvier 1930 et le 1er septembre 1939, soit 8 % des promotions 1896-1933 concernées. La fin des règlements financiers de la guerre ferme des opportunités. Les nouveaux besoins d’un État plus interventionniste, le contrôle financier à partir de 1935, l’appel des cabinets des ministères dépensiers, sociaux ou économiques, les finances publiques outre-mer modifient la palette des emplois, moins prestigieux mais toujours plus recherchés que le retour ou le maintien redouté dans les cadres. Ce sont ces promotions 1924-1935 qui devront faire face et répondre aux conséquences désastreuses pour la monnaie et les finances publiques et privées de la crise de 1929, arrivée plus tardivement en France. Ce sont donc eux que l’on trouve aussi bien dans la réponse libérale et déflationniste de la crise que dans l’impréparation de la guerre ou, ensuite, aux responsabilités dirigistes de l’économie de pénurie sous l’Occupation.

  • 6 Au moins, car raisonnant, ici, en terme de stock au 1er janvier de l’année et non en terme de flux, (...)
  • 7 Sans compter le CFLN.

14La guerre et Vichy provoquent en effet un nouvel appel d’air et des changements parfois inespérés pour ces promotions 1924-1935, sauf, bien sûr, pour les prisonniers de guerre ou les rares exclus. De nouveaux débouchés apparaissent aux Finances et surtout dans les autres ministères. Faut-il rappeler que, au 1er août 1939, 55 inspecteurs servaient dans l’administration ou dans les cabinets, 71 au 1er janvier 1941, 82 au 1er janvier 19426, 71 au 1er janvier 1943, puis 62 seulement au 1er janvier 1944 ? En tout, de 1940 à 1944, 52 inspecteurs travailleront dans l’administration des Finances stricto sensu en Métropole et 79 inspecteurs dans une autre administration7.

  • 8 Outre quelques anciens comme Fourmon (1931), Guindey (1932), Devaux (1932) Leca (1932).

15On comprend que la nouvelle génération, entrée entre 1936 et 1946, qui a fourni le gros des résistants ou dissidents de l’Inspection et qui est, en général, trop jeune pour avoir participé aux responsabilités de l’État français, a pu remplacer les anciens, compromis, et satisfaire aux nouveaux besoins après la Libération. On comprend aussi qu’elle ait tiré les conséquences des échecs de la déflation et du protectionniste de 1934-1938 en choisissant délibérément une politique à la fois keynésienne et de libre-échange, comme l’illustrent les parcours de Bloch-Lainé (1936), Schweitzer (1936), Gruson (1936), Goetze (1937), Postel-Vinay (1938), Blot (1939), Delouvrier (1941), Gaillard (1943) ou Lauré (1945 S), pour ne citer que quelques grandes figures8. Même si ce sont toujours des inspecteurs des Finances qui dirigent les finances publiques ou privées, ce ne sont plus les mêmes équipes. Le renouvellement est important au-delà de quelques grands parrains de l’Inspection, restés aux affaires comme Moreau-Néret, J. Laurent (1923), Mönick, Watteau, Deroy, Baumgartner, J. Brunet. Les fonctions liées aux règlements financiers du conflit et les emplois à l’étranger ou dans l’empire ont facilité cette « noria », évitant le retour ou le maintien dans les cadres de ceux qui ont fait les mauvais choix tandis que, les affaires reprenant, les secteurs nationalisés et privés s’ouvrent à nouveau.

16C’est donc bien l’offre d’emplois qui dicte d’abord sa loi aux inspecteurs des Finances, offre qui est fonction de la conjoncture démographique, politique, économique et administrative, mais le Service et le ministre eux-mêmes ont mis tout en place pour y répondre, satisfaire les ambitions, conserver un vivier d’excellence et renforcer le pouvoir de ce ministère.

17Parmi ces moyens nouveaux retenons la mise en place systématique, après la Première Guerre, des filières privilégiées pour accéder aux emplois dirigeants, filières auxquelles il faut être initié : celle des chargés de mission dans les grandes directions ; celle des cabinets ministériels, du ministère des Finances dans les années vingt puis des autres ministères dans les années trente et quarante ; celle des agences financières à l’étranger ou dans les organisations internationales durables ou provisoires ; celle des comités et commissions mixtes d’experts qui se multiplient à cette époque ; celle de l’emploi stratégique d’adjoint au chef du Service enfin. Nous sommes d’ailleurs passés trop rapidement sur les débuts de carrière à l’étranger, notamment dans les services financiers des territoires recouvrés ou occupés, comme la Rhénanie, la Ruhr, qui, trop loin du pouvoir, ont parfois pu devenir des impasses pour revenir dans les grandes directions, à la grande satisfaction du secteur privé qui les recueille ensuite avec gourmandise. On pense à des trajectoires comme celles de Paul de Thomasson (1920), d’Edmond Giscard d’Estaing (1919) ou de Pierre Schweisguth (1908).

  • 9 Sanctionné pour avoir dit la vérité, hypothèse de J.-N. Jeanneney ou de Du Buit (1913), ou pour avo (...)

18La filière cabinet connaît une double évolution depuis la Première Guerre. D’une part, sans être encore indispensable pour un inspecteur, elle devient une pratique commune, d’autant plus aisément que l’instabilité ministérielle, même aux Finances, offre plus d’opportunités. D’autre part, elle s’élargit aux cabinets des ministères dépensiers à partir des années trente avec l’augmentation du déficit et la nécessité, pour le ministre des Finances, de contrôler ces dépenses. Il en est résulté un clientélisme politique plus marqué et plus répandu qu’au début du siècle, et inégalement contraignant selon les décennies et la force des alternances. Dans les années vingt, les débouchés faciles de haut niveau dans le privé ont facilité l’indépendance des hauts fonctionnaires, vis-à-vis des choix de politique économique de leur ministre, en leur offrant la possibilité de démissionner sans risque, avec des compensations plus qu’intéressantes. En témoignent, par exemple, les deux démissions, pour des raisons opposées, de A. Célier (1906), monétariste convaincu et partisan de la revalorisation du franc, opposé à son ministre François-Marsal, qui part en 1921 pour le CNEP ; ou Parmentier (1908), stabilisateur opposé à son ministre et camarade de l’Inspection, Lasteyrie (1902) qui part en 1923 pour la Compagnie française de Thomson Houston, appelé par son camarade plus ancien Charles Laurent (1879). Cette capacité à s’opposer au ministre n’est certes pas l’exclusivité des inspecteurs puisque l’on sait que Pierre de Mouy (issu de la Cour des comptes), directeur du MGF en 1924, opposé à Clémentel, part rapidement à la Société générale9. Barnaud (1920), partisan de la dévaluation du franc Poincaré, ne prend donc pas de grand risque de carrière lorsqu’il défend avec succès la dévaluation du franc auprès d’un Poincaré d’abord hostile : la banque Worms lui tend les bras. Ce marché de l’emploi, très favorable, a encouragé la jeune génération des hauts fonctionnaires des Finances à défendre leur point de vue au risque de perdre leur place et les a dotés d’un vrai pouvoir d’initiative. Cette facilité de débouchés n’explique pas à elle seule, bien sûr, leurs prises de position, mais comme on est loin de la prudence, du conformisme et de la cécité de la majorité de leurs successeurs des années 1933-1936, par ailleurs moins courtisés par le secteur privé ! Les débouchés, alors moins faciles et plus aléatoires, ont sans doute rendu ces derniers plus prudents et moins indépendants vis-à-vis de leurs patrons, comme on l’a vu dans notre étude sur la « défense du franc ». On ne note aucune démission pour désaccord avec le ministre dans les années trente et les « mouvements » de 1936-1937 seront moins faciles à amortir. La neutralité politique, si souvent avancée, de ces hauts fonctionnaires dépend donc, semble-t-il, de l’état du marché de l’emploi.

19De cette transformation du marché de l’emploi des inspecteurs, il faut retenir quelques conséquences nouvelles. La première, mécanique, est l’appauvrissement des cadres faisant leur métier. En 1919, 52 sur 116, soit 44 %, restent dans les cadres ; en 1930, 68 sur 140, soit 48 % ; mais en 1939, 57 sur 166, soit 34 % ; et le pire est atteint en 1941 avec 49 inspecteurs restant dans les cadres sur 164, soit 29 %. La périodisation de l’histoire du métier ne suit pourtant pas celle des carrières. L’Inspection réussit à retrouver son rythme de vérification d’avant 1914 dès la fin des années vingt, en dépit de l’élargissement de ses attributions, et elle profite de la plus grande difficulté à sortir des cadres dans les années trente pour être aussi efficace qu’efficiente. C’est l’exode des cadres et ses nouvelles missions sous Vichy qui obligent le ministre à repenser son organisation. Celle-ci se fait au détriment des inspecteurs généraux et au profit du Service et des nouvelles brigades, dirigées souvent par un inspecteur à peine plus âgé opérant parfois sur tous les services en même temps dans un département, dont la tournée de 1947 sera l’illustration la plus connue. La spécificité de la formation sur le terrain, « la tournée », est certes conservée mais l’Inspection, qui sauve sa tête en 1946, parvient difficilement à faire son métier, au grand dam de son chef de Service. Curieusement, alors que les inspecteurs sont de plus en plus puissants, le chef du Service, lui, en dépit de la réforme de Vichy, est toujours aussi impuissant à faire prévaloir ses vues. On l’a vu devant l’exode des cadres sous Vichy, mais aussi lors de l’épuration quand il a échoué dans sa tentative de mener une épuration autonome, rigoureuse et rapide.

20Une autre conséquence concerne la réduction – mais non la disparition – des écarts de carrière au sein d’une même génération. Dès les promotions du milieu des années 1920, une majorité se dessine nettement, qui occupera des emplois de direction et fera une carrière que nous avons appelée « dirigeante » par souci de clarté, « militante » disait-on à l’époque. Parallèlement, les carrières « souffrantes » de ceux qui ne sortent qu’une fois ou jamais des cadres finissent par disparaître totalement pour les promotions des années 1930. En revanche, les carrières triomphantes plus exceptionnelles, mais plus connues, incarnées par des hommes illustres comme C. Laurent (1879), Courtin (1884), Caillaux (1888), Privat-Deschanel (1891), A. Homberg (1892), C. Sergent (1894) É. Moreau (1896), Simon (1896), Leclerc (1900), Lasteyrie (1902), A. Célier (1906), Piétri (1906), M. Bloch (1911), H. Ardant (1918), Barnaud (1920), Baudouin (1921), Rueff (1923), J. Brunet (1924) et Baumgartner (1925), pour ne citer que quelques grandes figures de l’Inspection d’avant 1940, ne touchent jamais qu’une minorité d’inspecteurs, toujours moins du tiers.

Tableau 2. Évolution des types de carrières par promotion

Promotions

Souffrante
VA / %

Secondaire
VA / %

Dirigeante
VA / %

Triomphante
VA / %

Total
VA / %

1878-1914

20 / 13 %

30 / 20 %

55 / 37 %

44 / 29,5 %

149 / 100 %

1917-1923

7 / 14 %

8 / 16 %

19 / 38 %

16 / 32 %

50 / 100 %

1924-1934

5 / 6,3 %

13 / 6 %

41 / 51 %

20 / 25,3 %

79 / 100 %

1935-1939

0 / 0 %

6 / 18,7 %

17 / 53 %

9 / 28,1 %

32 / 100 %

1941-1946

3 / 5,5 %

12 / 22,2 %

22 / 40,7 %

17 / 31,4 %

54 / 100 %

1878-1946

35 / 9,5 %

69 / 18,9 %

154 / 42,2 %

107 / 29,3 %

365 / 100 %

21Un autre effet de leur réussite est l’irritation – pour ne pas dire plus –, d’une part de leurs rivaux potentiels, d’autre part des hommes politiques, de gauche notamment, inquiets des effets de « l’emprise solidaire » entre « le pouvoir et l’argent », qui aboutit, en 1936-1937, avec Vincent Auriol à une épuration douce et au projet d’école d’administration de Jean Zay, tandis que la direction du Budget réussit à éliminer durablement les inspecteurs au profit des rédacteurs, même si elle retrouve l’Inspection à sa tête à partir de 1945. Mais, dès 1937, les inspecteurs écartés retrouvent, avec le nouveau ministre Georges Bonnet puis Paul Reynaud, leurs places et la presse se fait l’écho de ce retour en grâce. Ainsi peut-on lire dans le n° 753 du journal financier Commentaires du dimanche 4 juillet 1937 :

« Commentaires a dès la semaine dernière annoncé que le départ de M. Vincent Auriol marquait la rentrée en scène de l’inspection des Finances, bannie volontairement des cabinets ministériels pour son excès d’orthodoxie et son libéralisme. […] Et l’on sait que certains auditeurs à la Cour des comptes, que M. Auriol et M. Labeyrie introduisirent rue de Rivoli et rue de La Vrillère, ne sont pas tout à fait rassurés sur leur sort et qu’en tout cas ils mesurent aujourd’hui que l’Inspection revient grandie de l’exil. »

22Après Vichy, qui fut sa « belle époque » en matière d’emplois publics, la menace reparaît à l’occasion du projet de fusion avec le Contrôle des dépenses engagées, du ministre socialiste André Philip, en 1946. Mais alors qu’ils n’ont pu que s’incliner devant le concours unique de l’ENA, ils résisteront assez longtemps pour que le ministre quitte le gouvernement avant d’avoir pu réaliser son projet.

23Enfin, cause ou conséquence, la transformation du corps a contribué à l’établissement durable de relations de domination au profit du ministère des Finances au sein de l’État. Alors que les effets financiers et économiques de la Première Guerre exigent l’arbitrage du ministère des Finances, celui-ci, profitant de l’absence de primauté constitutionnelle du président du Conseil et soutenu en fait par les commissions des Finances du Parlement, a pu assurer son hégémonie grâce à ce vivier de techniciens que lui offrait l’Inspection.

24Mais s’ils ont contribué à l’élargissement des pouvoirs de ce ministère par leur disponibilité, leurs compétences et leur légitimité, ils se sont souciés aussi de sa modernisation en participant à toutes les commissions de réforme et d’économies.

25Cette expansion du corps a aussi entraîné l’émergence d’une culture commune entre l’administration des Finances, le pouvoir politique et les affaires, perception commune qui laisse peu de chances aux « dissidents » de se faire entendre. Cette interdépendance, devenue structurelle dans les années trente, peut ainsi expliquer la rareté des débats véritablement contradictoires en France entre les décideurs financiers sur la politique financière ou monétaire à mener. Ce sont donc bien les changements et leurs effets qui frappent le plus dans l’histoire des inspecteurs des Finances au cours du premier xxe siècle.

26Pourtant, on l’a compris, certains aspects de la « vieille Inspection » n’ont pas disparu et bien des éléments qui faisaient la spécificité de ce corps avant même les années vingt se sont maintenus dans notre période et semblent bien avoir perduré jusqu’à nos jours, fondements d’une réputation qui fait aussi la force de ce corps, devenu grand corps après 1918. Car la chance des inspecteurs est d’avoir disposé, avant 1914, de tous les atouts nécessaires pour devenir un grand corps de l’État, dès lors que les besoins se feraient sentir : ancienneté, compétence technique spécifique, sélection sévère, effectifs limités, adossement à un ministère transversal et donc polyvalence potentielle, et enfin prestige de quelques précurseurs. Encore fallait-il, pour que l’accouchement ait bien lieu, que la conjoncture s’y prêtât, ce qui fut le cas, on l’a vu, au cours de ces trente tumultueuses.

***

27Parmi les permanences, l’entretien de leur réputation figure en bonne place. On ne redira pas le contenu détaillé de cette image – ce serait refaire ici le panégyrique de l’inspecteur –, mais on peut résumer les mérites dont ils se réclament ou que leur attribuent ceux qui leur sont favorables. Serviteurs de l’intérêt général et des grands équilibres financiers, dévoués, incorruptibles, patriotes, consciencieux, prudents, dotés d’une grande capacité de travail, d’une large culture humaniste, de connaissances techniques solides, mais capables de traiter tous les sujets, doués d’esprit d’observation, de synthèse, de capacité de jugement, de volonté d’agir après une réflexion prudente mais rigoureuse, légitimement ambitieux de servir aux plus hauts niveaux si l’on a besoin d’eux, conscients d’appartenir à une élite et donc des devoirs qui s’y attachent, fiers collectivement des réussites et mérites de chacun, pratiquant l’esprit de corps au sens de famille « qui se querelle parfois mais fait front devant les étrangers ». Cette image pieuse a été aménagée à la marge au fil des années, mais l’essentiel est inlassablement rappelé.

28Une autre permanence jusqu’à la Libération est leur étiquette libérale alors qu’en fait et depuis leur entrée au concours, ils apparaissent essentiellement pragmatiques : stabilisateurs dans les années vingt, déflationnistes dans les années trente, interventionnistes lorsqu’ils servent directement ou indirectement l’État, défendant les lois du marché lorsqu’ils sont aux affaires, dirigistes sous Vichy, protectionnistes depuis la fin du xixe puis, en 1938, favorables au projet libre-échangiste de Paul Reynaud. Même s’il ne s’agit pas, souvent, des mêmes individus, il faut insister sur leur souplesse doctrinale, leur capacité réelle d’adaptation à la réalité, qui explique que les mêmes hommes, attachés virtuellement au libéralisme orthodoxe, aient pu mettre en musique ou défendre des politiques successives différentes, voire contradictoires. Comme le disait Carmoy (1930) :

  • 10 Entretien enregistré avec l’auteur en juillet 1986.

« À mon avis, les Français ne sont pas libéraux, les inspecteurs des Finances non plus. Je suis très catégorique. On est toujours pour l’intervention et on croit que l’État peut mieux faire. Le colbertisme s’est transmis à travers les générations de fonctionnaires. Seulement, il y a des nuances, des degrés dans le nom du libéralisme, dans l’acceptation de l’aménagement du marché. […] Moi, je suis plutôt libéral mais je pense que le marché doit être organisé10 ».

29Leur double langage peut s’expliquer à la fois par leur méthode intellectuelle du balancement contradictoire (que l’on retrouve si bien formulée dans leurs notes aux ministres !) et par leur ambition professionnelle qui les conduit à assumer des positions successivement différentes auprès d’employeurs aux convictions variées, voire opposées. La logique de fonction apparaît bien déterminante et explique en partie leur pragmatisme.

30Une autre permanence frappante est leur capacité à mobiliser tous les atouts possibles pour faire la carrière la plus proche de leurs ambitions. Or ces atouts n’ont guère changé au cours du demi-siècle. Si les critiques ont insisté sur les atouts hérités, il faut cependant, sans contester leur importance, affiner cette affirmation. Cf. Annexes.

31L’appartenance à la grande et bonne bourgeoise joue somme toute peu sur l’accès aux emplois les plus recherchés et sur la réussite d’une carrière triomphante, comme l’a illustré l’analyse comparée des inspecteurs au MGF, antichambre de carrières prometteuses dans les banques privées : les directeurs du MGF sont d’une origine sociale plus modeste que la moyenne des inspecteurs et que leurs collaborateurs. La distorsion la plus notable liée à l’appartenance à la grande et bonne bourgeoisie est la pratique de la démission. Non que tous les démissionnaires soient issus de milieux très aisés, mais ils sont plus nombreux (59 % contre 49 %) pour l’ensemble des promotions concernées. À l’inverse et sur toute la période, les carrières souffrantes et secondaires sont davantage le fait soit des classes moyennes, soit des rentiers provinciaux. Les emplois peu recherchés outre-mer sont davantage occupés par des inspecteurs moins aidés socialement et la bonne bourgeoisie parisienne est mieux représentée dans les carrières dirigeantes que la moyenne des inspecteurs. Autre permanence, c’est plus la nature de l’activité du père et de ses revenus qui joue un rôle important que le montant du patrimoine. Les fils de rentiers ou de propriétaires et, dans une moindre mesure, les fils de fonctionnaires semblent faire plus difficilement des carrières intéressantes. C’est l’intégration du père comme patron ou salarié dans les milieux économiques actifs, avec l’information et les réseaux que cela suppose, qui favorise le fils.

32Mais, comme les carrières triomphantes ne correspondent pas aux origines sociales les plus aisées, bien au contraire, il faut donc réfuter la vision caricaturale de ces grands commis, fils de grands bourgeois parisiens dans cette période puisque aussi bien les inspecteurs qui ont dirigé les grandes administrations, du moins ceux du MGF et du Budget, comme les membres du gouvernement, de la Banque de France ou des institutions financières publiques ou parapubliques sont plus souvent issus des classes moyennes que l’ensemble des inspecteurs (cf. graphiques 1 à 4).

33D’ailleurs, c’est assurément leur relative diversité d’origine au sein des bourgeoisies qui a servi leur expansion. L’Inspection, en quelque sorte, pouvait satisfaire tous les besoins.

34D’autres variables, plus discrètes mais révélées par nos mini–biographies, sont au moins aussi déterminantes. Les affinités diverses nouées avant le concours dans certains lycées ou collèges, à l’X, aux anciens Sciences-Po, voire, pour les nombreux provinciaux, dans les pensions de famille ont compté au moins autant que les diplômes obtenus pour la suite de leur carrière. Les écuries de préparation et la tournée en province, mélangeant trois à quatre promotions, sont des atouts durables, mais qu’ils ont inégalement mobilisés.

35Ces réseaux construits et non hérités sont-ils suffisants pour expliquer les carrières et leur hétérogénéité ? Non, le tournant d’une carrière, on l’a vu, est le plus souvent dû à la rencontre ou non d’un « parrain », d’un « patron », politique, administratif ou privé, inspecteur ou non. Cela se voit tout particulièrement dans le chapitre sur les cabinets ministériels. Ce « clientélisme », dont ils ne se sont jamais cachés d’ailleurs, est assurément un agent puissant pour l’expansion des inspecteurs hors de leur corps d’origine. Mais ce lien a pu devenir parfois un handicap.

36Quant à l’esprit de corps, l’étude des carrières comme leur témoignage attestent autant de son existence que de ses limites. Efficacité, par exemple, lorsqu’il s’agit de sortir un camarade de promotion de la tournée, d’offrir un parachute à un camarade de Rivoli après une belle carrière ou de dépanner la victime provisoire d’un « mouvement » organisé par le nouveau ministre, y compris à la Libération. Efficacité aussi lorsqu’il s’agit de renforcer une équipe en place : l’annuaire ou la consultation du Service, comme les goûters annuels ou les déjeuners interpromotion sont alors précieux comme pour tout grand corps, voire grande école. Mais cette solidarité a aussi ses limites quand il s’agit d’inspecteurs aux trajectoires éloignées ou hors Métropole ; ce sont alors deux mondes qui s’ignorent, au-delà des apparentes conventions et bonnes manières. Limites aussi quand les règles tacites n’ont pas été respectées : ainsi en est-il de la participation à une administration éloignée de Rivoli, à un cabinet socialiste en 1936 ou d’une sortie malheureuse dans les affaires. Guillaume Guindey (1932), un des inspecteurs les plus respectés par ses camarades, si ce n’est le plus respecté, résume assez bien les subtilités de cet atout :

  • 11 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« Je pense que l’Inspection est beaucoup moins un corps qu’on le pense en général et il n’y a pas du tout de solidarité systématique. Il n’y a pas une mafia des inspecteurs des Finances. On ne peut pas dire cependant qu’il n’y ait pas, dans une certaine mesure, un esprit de corps qui consiste plutôt, à mon avis, dans une espèce de code de conduite, en ce sens que d’une façon générale, à l’intérieur de l’inspection des Finances, il y a un certain fair-play. Il y a des coups bas qu’on ne se fait pas entre inspecteurs des Finances. Et on a, d’une façon générale, les uns pour les autres une considération mutuelle. […] Il y a une certaine originalité de l’inspection des Finances mais cela ne veut pas dire que l’inspecteur ne soit pas permutable avec quelqu’un qui ne l’est pas. […] Il y a gens qui ne sont pas passés par l’inspection des Finances qui ont les mêmes aptitudes11 ».

37On sait que les rivalités ont pu être parfois plus brutales qu’il ne le dit ou ne le pense, comme ce fut le cas entre l’équipe Baumgartner et l’équipe Rueff, et il a été démontré que la solidarité n’est, en effet, pas systématique et qu’elle ne joue qu’entre ceux qui font leur carrière qu’il ont eu l’occasion de connaître. Comme le dit incidemment Jacques Brunet (1924) :

  • 12 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« En général, les inspecteurs des Finances sont beaucoup trop individualistes pour qu’il y ait un esprit de corps, mais ils ont la correction de ne pas se dénigrer auprès ou devant des étrangers et ont une certaine affinité intellectuelle qui leur fait rechercher souvent la collaboration de camarades plus jeunes qu’ils ont appréciés12 ».

38Encore faut-il avoir eu l’occasion de travailler ensemble ! Et donc de mener des carrières proches.

39Mais l’esprit de corps ne se limite pas à l’aide socioprofessionnelle, fut-elle entretenue par des formes de sociabilité qui ont d’ailleurs changé avec le temps. C’est bien plus que cela. C’est, comme le dit Jacques de Fouchier, « un langage commun » qui entretient la confiance et le respect réciproque. Cette forme de raisonnement commun, formaté presque, explique que les entreprises ou les cabinets des ministères dépensiers peuvent avoir eu besoin de recruter des hommes qui comprennent et se fassent comprendre mieux que d’autres, d’un ministère des Finances touche-à-tout. L’exemple des attachés financiers ou de la défense du franc a montré que cette communauté de langage pouvait aussi être un facteur de faiblesse pour eux et leurs employeurs, car ils se sont trouvés alors démunis de la capacité d’entendre informations ou conseils trop hétérodoxes.

40Cet esprit de corps, c’est enfin et surtout peut-être un orgueil commun d’appartenance à une élite, la conviction d’être les « meilleurs » là où ils sont, qui les a collectivement poussés à assumer les plus hautes responsabilités dans les domaines les plus variés sans se demander toujours s’ils étaient vraiment les plus aptes, et ce n’est pas le moins étonnant lorsqu’on étudie, notamment, leur pantouflage. C’est aussi cette conscience de supériorité, qui en a aveuglé certains, qui explique, en partie, les engagements sous Vichy.

41Bien d’autres caractères permanents au cours du siècle, mais plus secondaires, pourraient être rappelés, mais il en est un sur lequel nous voulons conclure ces travaux : la diversité des personnalités, des trajectoires, des types de carrière et des perceptions libérales ou protectionnistes et colbertistes, qui demeure et distingue, chaque fois qu’on affine l’analyse, une forte majorité et une petite minorité. Quelle que soit la force d’intégration du corps qui a pu effacer l’hétérogénéité de départ, la force des pensées uniques, qui se sont bruyamment manifestées parfois, et la réputation prestigieuse de l’Inspection, il a toujours subsisté à l’Inspection une minorité pour marquer, volontairement ou non, sa différence. À cet égard, les engagements dissidents pendant la Seconde Guerre mondiale, qui sont surtout le fait des classes d’âge les plus jeunes, minoritaires, en sont un exemple. On a croisé aussi, à plusieurs reprises, l’anticonformisme d’un Pierre Barnaud en 1926 ou d’un Emmanuel Mönick en 1935 ou de certains chefs de Service, dans les rapports annuels de l’Inspection, n’hésitant pas à réclamer… un casier fiscal !

42N’en doutons pas, c’est aussi cette diversité, relative certes, dans la diachronie comme dans la synchronie, qui, depuis un siècle, fait la force de l’Inspection. Elle lui permet de répondre aux besoins les plus variés, des plus brillants aux plus modestes, de s’imposer dans les conjonctures fastes et de jouer profil bas dans les périodes provisoires de désaffection. Quels qu’aient été les besoins de l’État ou du marché, l’Inspection a réussi à y pourvoir. Mais le risque de pensée politiquement correcte, majoritaire sinon unique, freinant tout débat, n’a pas toujours été évité, on l’a vu, et il est devenu encore plus inquiétant depuis 1958 quand les fonctions politiques, électives ou exécutives, encore rares avant 1945, se sont ajoutées aux « sorties » de l’Inspection. Nous donnerons donc volontiers le dernier mot à l’un d’entre eux, Bloch-Lainé (1936), qui déclarait :

  • 13 « Entretien avec F. Bloch-Lainé, “Au cœur de l’État” », Annales des Mines, juin 2000, p. 4-12, p. 1 (...)

« Je crois qu’il est très mauvais de retrouver “les mêmes bons élèves” indifféremment aux postes de hauts fonctionnaires, de chefs d’entreprise et de dirigeants politiques. Sous prétexte qu’ils ont été “premiers de la classe”, on pense qu’ils sont a priori bons à tout faire. De plus ils le croient ! C’est une particularité française13 ».

Notes

1 C. Charle, « Naissance d’un grand corps », A.R.S.S., no 42, avril 1982, p. 3-17, p. 3.

2 Ils parlent de carrière souffrante, militante et triomphante.

3 On compte 51 reçus définitivement entre 1901 et 1910, 86 entre 1919 et1928, 77 entre 1930 et 1939, 58 entre 1941 et 1946.

4 C. Charle, « Le pantouflage en France, 1880-1980 », Annales ESC, sept.-oct. 1987, p. 1134, note 13.

5 Réponse écrite au questionnaire de l’auteur en 1981 et entretien enregistré de J. Brunet avec l’auteur en 1981.

6 Au moins, car raisonnant, ici, en terme de stock au 1er janvier de l’année et non en terme de flux, ce nombre ne prend pas en compte les éventuels emplois éphémères occupés en cours d’année.

7 Sans compter le CFLN.

8 Outre quelques anciens comme Fourmon (1931), Guindey (1932), Devaux (1932) Leca (1932).

9 Sanctionné pour avoir dit la vérité, hypothèse de J.-N. Jeanneney ou de Du Buit (1913), ou pour avoir masqué pendant un mois les faux bilans de la Banque de France, hypothèse démontrée par B. Blancheton au vu d’archives nouvelles, les deux hypothèses ne s’excluant pas.

10 Entretien enregistré avec l’auteur en juillet 1986.

11 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

12 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

13 « Entretien avec F. Bloch-Lainé, “Au cœur de l’État” », Annales des Mines, juin 2000, p. 4-12, p. 11.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540