Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bâtir une généralité

 | 
Anne-Sophie Condette-Marcant

Remerciements

Texte intégral

1Cette thèse n’aurait peut-être jamais vu le jour sans le soutien de professeurs, de la famille et des amis.

2Mes remerciements s’adressent d’abord à M. le Professeur Albert Rigaudière. Outre ses conseils avisés et son extrême disponibilité, je lui dois de m’avoir fait aimer l’histoire du droit. Grâce à son enthousiasme, à sa confiance et à sa constance à démêler les problèmes administratifs, cette thèse est arrivée à son terme. Je suis très sensible à l’honneur qu’il me fait de préfacer cet ouvrage.

3Je suis très reconnaissante à M. le Président Pierre Villard, M. le Professeur François Burdeau, M. le Professeur Jean-Louis Mestre, M. le Président François Monnier et M. le Professeur Jean-Louis Harouel de l’honneur qu’ils m’ont fait de siéger dans le jury de soutenance. Je sais gré particulièrement à M. le Professeur Jean-Louis Harouel de s’être intéressé à mes travaux.

4La publication de cette thèse est l’occasion de remercier M. le Président Pierre Villard de m’avoir permis de débuter dans l’enseignement à la Faculté de droit de Paris V. Mes pensées vont ensuite à Mme le Professeur Laurence Depambour-Tarride. Travailler sous sa direction ne fut pas seulement enrichissant : ce fut un plaisir. Il me faut associer à cet hommage les Professeurs de Paris II. MM. les Professeurs Michel Humbert, Philippe Cocâtre-Zilgien, Albert Rigaudière et Hubert Guillotel m’ont permis de concilier l’enseignement et la recherche.

5Je suis également redevable envers mes parents et envers mon mari, Hervé. Tous ont su faire preuve de patience à mon égard. Ils ont supporté mon indisponibilité et mes sautes d’humeur. Ils m’ont écoutée et soutenue. Cette aide morale fut d’un grand réconfort. Un grand merci à mes amis doctorants dont le soutien indéfectible a insufflé le courage nécessaire à la réalisation de cette grande entreprise. Louis de Carbonnières doit être le premier honoré. Il n’a jamais ménagé ses efforts et son temps pour rendre intelligibles des pages enfantées dans la douleur. Benoit Decottegnie mérite ma gratitude. Sa connaissance des fonds picards a souvent contribué à éclairer d’un jour nouveau les documents d’archives. Merci à Sophie Petit-Renaud, François Saint-Bonnet, Mme Fabienne Desseaux-Leleu et Mme Corinne Leveleux. Nos discussions m’ont souvent stimulée.

6Mes remerciements s’adressent également au personnel des Archives d’Amiens. Les facilités procurées dans la consultation des manuscrits et des imprimés ont contribué au bon déroulement des années de recherche. M. Claude Bloquet, Mme Florence Charpentier, Mme Nicole Dargaisse et M. Rabah Ouzraa et d’autres plus anonymes doivent aujourd’hui recevoir l’expression de ma reconnaissance. Des érudits locaux tels que M. Eric Balandra et M. Jacques Foucart-Borville doivent enfin être honorés. Leurs conseils et leur disponibilité m’ont permis de compléter les dépouillements de certains dossiers de travaux publics.

7Je tiens en dernier lieu à remercier le Comité pour l’histoire économique et financière de la France qui a bien voulu assurer la publication de cet ouvrage. Merci notamment à Marie-Ange Santarelli pour son chaleureux accueil et à Catherine Guillou pour sa grande compétence et sa patience.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable