Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fortune de Sully

 | 
Isabelle Aristide

Conclusion

Texte intégral

1Pendant trente années, Sully a donc défendu, conservé et développé la fortune qu’il avait acquise durant le temps où il fut au pouvoir. L’examen de celle-ci a permis d’en dégager les orientations essentielles. À première vue, elle garde un aspect traditionnel. Sully a constitué et géré sa fortune comme un gentilhomme, en privilégiant les investissements fonciers : ses premières acquisitions ont été des terres, mais il a montré une certaine méfiance pour le domaine royal aliéné, susceptible d’être racheté à tout moment, placement temporaire donc. C’est seulement lorsque sa fortune foncière fut faite que Sully entreprit des investissements sous d’autres formes dans le domaine royal (impôts et offices aliénés), mais toujours avec la plus grande prudence.

2Cette méfiance de Sully vis-à-vis du domaine royal ne doit pas seulement être imputée à son départ du gouvernement et à la crainte d’être dépossédé. Lorsqu’il était à la tête des finances, Sully n’a pas profité du domaine royal ; bien au contraire, il s’est employé à le racheter pour la couronne. Son souci était non seulement d’asseoir sa propre fortune, mais aussi celle de sa postérité, en destinant à chacun de ses héritiers de grands domaines fonciers. Dès le début, il s’est donc efforcé d’organiser les partages entre ses enfants et de réorganiser ses biens quand les sources de profit les plus lucratives eurent disparu (gages, pensions, dons, bénéfices ecclésiastiques). La conception de la fortune chez Sully unit ainsi étroitement, comme il était fréquent, le souci familial et le souci d’avoir des biens fonciers. Sully agissait à la manière d’un souverain constituant des apanages pour ses fils.

3Terres et titres allaient de pair, et l’acquisition d’une fortune foncière permettait, sinon d’accroître les revenus, du moins, grâce aux générosités royales, de parvenir à un rang social éminent. En cela, Sully se hissait au-dessus de la condition de simple gentilhomme, issu d’une famille illustre, mais pauvre et d’une branche cadette, et il assurait la position sociale de toute sa postérité. En cela encore, sa réussite sociale peut être comparée à beaucoup d’autres.

4Sa politique d’acquisition de terres peut être rapprochée de celle de Henri II de Bourbon, prince de Condé, qui se constitua un beau patrimoine foncier en Berry. Si l’objectif était le même, et antagoniste, l’attitude respective de ces deux grands seigneurs vis-à-vis de leur fortune était divergente à plus d’un égard. Sully η ‘a pas eu en effet d’intendant unique chargé de s’occuper de ses affaires. D’autre part, ses dépenses somptuaires furent bien inférieures à celles de Condé : elles étaient destinées uniquement à soutenir son rang, et si son train était digne d’un duc et pair, jamais il ne fut fastueux et princier au point de l’amener à dilapider son bien. En toutes choses, sa devise fut « le bon mesnage », c’est-à-dire l’économie et l’épargne.

5La gestion de la fortune de Sully apparaît également traditionnelle : on ne trouve pas chez lui de conseil spécialement chargé de la gestion de ses terres et de ses affaires, comme celui du prince de Condé. L’organisme ainsi désigné était un simple groupe informel d’avocats à qui était confié tout le suivi juridique des affaires. Il n’utilisait pas non plus un « consortium » semblable à celui qu’avait Richelieu. Toute l’administration de la fortune de Sully reposait sur le duc lui-même, sur sa femme Rachel de Cochefilet et sur quelques personnes spécialement mandatées à cet effet. Aussi le souci de la bonne gestion était-il au moins aussi important que la conception traditionnelle de la fortune, assise sur la terre.

6Pourtant, si elle prend place dans la tradition, l’attitude de Sully à l’égard de la richesse n’en est pas moins très personnelle, et chacun des aspects que nous venons d’évoquer peut être retourné à l’avantage du ministre de Henri IV. S’il ne s’est pas comporté comme un financier qui achète, revend, spécule sur les biens, impôts et offices du domaine royal, il a eu en ces matières un sens très aigu des bons placements. Pour l’achat des greffes de Languedoc, il a sérieusement envisagé d’investir cinq à six cent mille livres en une fois. À Henrichemont, sous couleur de régler le faux-saunage, il a organisé la vente de sel dont le principal profit lui revenait. C’est que la rente foncière, comparée aux autres sources de profit, n’était pas très lucrative : il faut estimer le revenu des terres de Sully vers 1610 au denier vingt ou vingt-cinq (4 à 5 %) et vers 1640 au denier vingt-cinq ou trente et parfois plus (3 à 4 %). En outre, les terres ont fait l’objet de gros investissements (parc, châteaux, réparations, etc.), ce que ne nécessitaient pas d’autres sources de revenu. Le taux légal des rentes constituées et obligations était le denier 16 (6,25 %) ; or les greffes de Languedoc furent achetés au denier dix au mieux ou douze (8 à 10 %). Sully n’a donc pas privilégié les seuls investissements fonciers, il s’est constitué des sources de revenu certaines, car assurer son revenu c’était aussi soutenir son rang et pouvoir continuer à acheter des terres. Remarquons d’autre part que les investissements dans le domaine royal eurent lieu lorsque fut tarie la source des libéralités royales. Les remplacer non par des terres, mais par des rentes constituées et par des impôts et offices aliénés, c’était reconnaître implicitement que les terres n’étaient pas la source de revenus la plus lucrative. Sully, c’est évident, n’a pas acheté des terres uniquement pour assurer son revenu car certaines, comme Boisbelle, étaient peu rentables, et d’autre part le montant des investissements effectués empêche d’envisager que Sully ait espéré en tirer un rapport intéressant. Il faut voir plutôt chez Sully la conciliation harmonieuse de deux tendances, l’une traditionnelle, où la terre est le fondement de la fortune et du rang social et est considérée comme le bien essentiel transmissible aux héritiers, et l’autre plus avancée, où la fortune se constitue à partir de placements intéressants. La terre donc pour le titre, les parts d’héritage, le prestige social ; et les rentes, greffes et impôts pour les sources de revenu indispensables au maintien du rang. En ces deux domaines, Sully a montré la même mesure, le même refus des placements hasardeux, la même volonté de contrôler chaque chose.

  • 1 Cf. Joseph Bergin, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, 1987.

7Pour juger la fortune de Sully, il faut en réalité se placer dans la longue durée, depuis les lointaines origines familiales qui ont conditionné une conception particulière de la fortune, jusqu’au devenir de la postérité qui s’est partagé les biens et a transmis le nom. À la mort du duc en 1641, sa fortune se situe loin derrière celle d’un autre ministre qui a mieux profité du pouvoir, Richelieu, dont la succession fut évaluée en 1642 à 22,4 millions de livres1. Peut-on réellement comparer les terres, palais, collections de tableaux, offices, bénéfices et autres du cardinal de Richelieu aux biens de Sully, dont la fortune au demeurant ne fut estimée que 5 millions de livres, ce qui la plaçait néanmoins parmi les premières du royaume ? Il faut plutôt considérer l’enrichissement de Richelieu comme une sorte d’épiphénomène, alors que celui de Sully reste bien représentatif de ces nobles qui ont dû leur fortune à l’amitié du roi et ont atteint un rang social prééminent mais sans démesure.

8Il faut encore souligner que Sully a laissé une fortune sans dettes, ce qui est rare (Richelieu laissait 6,5 millions de livres de créances) et, avantage plus certain encore, sa succession, après bien des difficultés, était réglée à sa mort. Ce n’est donc pas un écheveau de dettes et de procès qui fut transmis par Sully à ses héritiers, mais, à l’image de son administration rigoureusement et constamment contrôlée, une fortune claire et sans passif.

Notes

1 Cf. Joseph Bergin, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, 1987.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540