Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fortune de Sully

 | 
Isabelle Aristide

Deuxième partie. Le duché-pairie de Sully-sur-Loire et les domaines du Berry

Chapitre III. L’exploitation domaniale

Texte intégral

1L’exploitation du domaine mettait en jeu les différents modes de perception des revenus, lesquels pouvaient se répartir en trois grandes catégories : le profit du domaine réservé, dans le cadre de la métairie ou en dehors de celui-ci, que nous étudierons dans une seconde partie, et les profits proprement seigneuriaux, eux-mêmes divisés en deux groupes, ceux qui étaient affermés et ceux qui étaient directement perçus par le receveur : prélèvements tels que cens, rentes, dîmes, terrages et casuels (amendes de justice, lods et ventes).

2C’était le rôle du fermier général, nous l’avons vu, de percevoir les différentes sortes de revenus. Cette tâche était d’autant plus ardue que certains, tels les cens, représentaient des sommes minimes perçues sur un grand nombre de personnes, que ces revenus étaient prélevés pour une part en argent et pour l’autre, très disparate, en nature (muids ou boisseaux de seigle et froment, poules, chapons, fromages, etc.)

3L’étude que nous nous proposons de faire de ces divers revenus ne saurait être une simple énumération : à travers la description de chacun d’entre eux, il est possible d’estimer les difficultés inhérentes à leur gestion, et surtout les problèmes posés par leur perception.

A. LES DROITS ET REDEVANCES SEIGNEURIAUX

4Les droits seigneuriaux peuvent se répartir en plusieurs catégories, qui posent des problèmes spécifiques d’exploitation : les monopoles seigneuriaux (fours et moulins banaux, droits de halles et marchés, droits de port, passage et péage), les droits de justice, et les prélèvements de toute nature (cens, rentes, dîmes, terrages).

I. LES MONOPOLES SEIGNEURIAUX

5Rien n’est peut-être plus significatif du poids de la seigneurie que les monopoles seigneuriaux, et tels ont-ils été perçus au xviiie siècle. Hérités des siècles passés, ils ont constitué jusqu’au xvie siècle l’essentiel des revenus de la seigneurie : c’est le cas tout particulièrement pour le duché de Sully-sur-Loire où, nous l’avons vu, la plupart des métairies et moulins avaient été acquis seulement en 1601 et 1605. Au début du xviie siècle, ces droits seigneuriaux étaient encore très vivants, mais nécessitaient d’être soigneusement et régulièrement perçus, sous peine de tomber dans le droit de prescription trentenaire. Nous avons vu ainsi qu’ils pesaient particulièrement lourd dans le revenu seigneurial, dans les terres berrichonnes : aussi est-ce à Orval, Épineuil, Bruère et surtout à Culan que nous prendrons la plupart de nos exemples.

1. Les banalités

6Le droit de banalité consistait à obliger les habitants à se servir du four, du moulin, du pressoir du seigneur, ce qui avait, dans la pratique, trois conséquences : premièrement, l’obligation pour les sujets d’aller à ce moulin, à ce four, à ce pressoir, et non à un autre ; deuxièmement, l’interdiction de construire un équipement concurrent dans toute l’étendue de la seigneurie ; troisièmement, l’interdiction aux meuniers des voisins de pénétrer dans le territoire de la seigneurie. Remarquons toutefois que le droit du seigneur subsistait à la condition du bon entretien des installations, aussi les réparations des fours et moulins banaux diminuèrent-elles d’autant les revenus de ceux-ci.

7Les sujets étaient tenus d’aller aux four, moulin et pressoir banaux contre redevance : aussi les banalités n’étaient-elles pas seulement une affirmation de la directe, mais une réelle source de revenus. Au xviiie siècle, toutes les banalités étaient affermées. Les baux étaient renouvelés tous les ans ou tous les deux ans, ce qui permettait un ajustement continuel.

  • 1 ADL, 5 J 355.
  • 2 ADL, 5 J 367, marché du 23 décembre 1604.

8Dans le duché-pairie de Sully-sur-Loire, il y avait cinq fours banaux : un au bourg de Chaon, trois dans la châtellenie de Saint-Gondon (dont un au bourg de Saint-Gondon, et deux au bourg de Coulions) et un à Sennely. Chacun d’eux était affermé, à 30 livres pour le four de Chaon, 60 livres pour ceux de Coulions et de Saint-Gondon. Il y avait également dans le duché de Sully deux moulins banaux, l’un à seigle et l’autre à froment, tous deux situés à Saint-Gondon ; leur revenu était bien plus élevé que celui des fours banaux puisqu’ils étaient affermés 340 livres par an1. Lors de leur acquisition les moulins banaux de Saint-Gondon étaient fort endommagés : on y consacra 700 livres en 1605 pour refaire les épaulements, réparer le devant du bief, refaire l’arbre de la roue et réparer toute la charpente2.

  • 3 ADC, Ε 614, liève des revenus de Culan (1617).

9À Culan, on ne comptait pas moins de cinq moulins banaux sur l’Arnon, qui eux, en 1616, étaient affermés en nature : Bonnefont et Chantereine (172 boisseaux, dont 1/3 de froment et 2/3 de seigle), Moulin Neuf (60 boisseaux, dont 1/3 de froment et 2/3 de seigle), Moulin Vedron (50 boisseaux de seigle) et Moulin du Pont ou de la Métivelle (30 boisseaux de seigle). Leur revenu en argent peut être estimé à 160 livres environ. Mais il n’y avait qu’un seul four banal, affermé 55 boisseaux (27 livres environ)3.

  • 4 ADC, Ε 203, permission accordée par Sully aux boulangers le 14 décembre 1612.
  • 5 ADC, Ε 203, mémoire du procureur d’Orval contre un certain nombre de particuliers « tendant à ce q (...)
  • 6 Ibidem.

10À Saint-Amand-Montrond, le droit de four banal suscita un véritable conflit, car il semble qu’au xvie siècle, les habitants de la ville, en particulier les boulangers, avaient usurpé le droit de cuire du pain chez eux, qui devait être concédé par le seigneur du lieu contre redevance, puisque c’était une dérogation à l’obligation d’aller cuire au four banal : « Nos bourgeois de la franchise des marchés de Saint-Amand, se voullans prévaloir de l’absance continuelle des seigneurs et de la connivance et faveur de leurs officiers, fermiers et receveurs, comme ayant avec eulx un commun intérest en la chose, ont incessamment essayé de faire perdre tous les droicts et debvoirs dont ils estoyent tenuz4. » En 1605, le procureur du précédent seigneur d’Orval, « recognoissant que depuis fort peu quelques-uns tâchaient de s’exempter de la satisfaction de lad. sentence [sentence du bailli d’Orval du 17 octobre 1542 obligeant à « cuire pâtes » dans les fours banaux], [il] auroit présenté requête afin de démolir les fours particuliers et de défendre de cuire ailleurs5 ». Le 26 novembre 1605, une sentence du bailli d’Orval vint donner raison au procureur6.

  • 7 Ibidem.

11En 1608, les fermiers de Saint-Amand continuaient à se plaindre de ce que les habitants « nonobstant toutes ces sentences (...) auroient osé construire des fours en leurs maisons où ils cuisent journellement du pain blanc et autre pour vendre en lad. ville7 ».

12Le fermier des fours banaux, Jacques Douchet, s’en accommodait : il s’accordait avec les particuliers pour qu’ils continuent à cuire du pain chez eux moyennant certain prix. En faisant cela, il ne perdait rien à sa recette, mais il empiétait sur le pouvoir seigneurial qui risquait fort d’en être amoindri.

  • 8 ADC, Ε 203, état des fours particuliers de Saint-Amand [1381].

13En 1605, on redemanda aux particuliers leurs titres. En 1581 en effet on avait dénombré à Saint-Amand cent soixante-six fours particuliers8, alors que les fours banaux n’étaient qu’au nombre de trois ! C’est que l’exercice du droit de banalité, déjà confiné dans les usages (on ne créait plus de nouveaux moulins ou fours) n’avait pas suivi l’évolution de la population : les boulangers de Saint-Amand firent remarquer en 1605 que les fours banaux ne suffisaient plus, car la population avait augmenté de plus des trois quarts en trente ans, et les obliger à cuire au four banal, c’était causer préjudice à l’exercice de leur métier :

  • 9 ADC, Ε 203, requête des boulangers du 14 décembre 1612.

« À cause de la confusion et désordre qui arrive journellement en vostre four banal par la multitude et grande quantité des cuisans, ilz auroient tousjours estimé qui (sic) leur estoit difficile, voire mesme impossible, de cuire et faire arriver le pain blanc qui leur convient faire de jour à aultre pour le public en vostre dit four (...) qui n’est propre à cuire tel pain, [ce qui] leur causera une indicible perte et dommage de laquelle le public se ressentira pour n’avoir du pain tel qu’il est requis9. »

14Devant cette dégradation de la situation, deux recours étaient possibles : autoriser les fours particuliers ou bien agrandir les fours banaux.

  • 10 ADC, Ε 203, permission accordée par le duc de Sully.

15Le 14 décembre 1612, Sully accorda aux boulangers de Saint-Amand « le pouvoir de se servir des fours estans en leurs maisons », et de « cuire dans leurs fours particuliers du petit pain blanc pour vendre seulement10 ». La concession fut accordée pour trois ans seulement et à condition qu’ils ne pourraient cuire que le pain qu’ils vendraient dans leurs boutiques, et qu’ils ne pourraient en recevoir d’ailleurs, des fours banaux ou autres, pour y être vendus.

  • 11 ADC, Ε 203, devis des réparations, 26 février 1606.

16Dès 1606 pourtant, on avait procédé à une extension des fours banaux11 : leur nombre fut presque doublé (ils passèrent de trois à cinq). Les trois plus anciens étaient situés, l’un au château de Montrond, les deux autres au cœur de la ville de Saint-Amand, l’un à côté de l’autre, place du Lampier ; les deux nouveaux furent construits au faubourg de la rue Blanche, dans un jardin au bord du canal. Le prix de cet agrandissement fut élevé : 240 livres pour la maçonnerie, 160 livres pour la couverture en tuile et 90 livres pour la charpenterie, soit 490 livres au total, ce qui représente plusieurs années de loyer de la ferme des fours banaux (en 1605 les trois fours banaux étaient affermés pour seulement 44 livres).

17Ainsi le maintien et la conservation du droit de banalité s’étaient-ils avérés onéreux tant à Sully qu’à Saint-Amand, mais ce droit seigneurial fut réaffermi.

2. Halles, foires et marchés

  • 12 ADL, 3 Ε 3280, 24 juillet 1623, dénombrement de Baugy.

18Le droit de foire et marché était une concession royale et les seigneurs ne pouvaient donc en établir à leur gré. À La Chapelle-d’Angillon, il y avait quatre foires par an : l’une de trois jours, le premier jeudi avant l’Ascension, les trois autres d’une journée, le 7 janvier, le 4 juillet et le jour de l’Exaltation de la Sainte-Croix (14 septembre). À Culan, les marchés avaient lieu tous les samedis. À Orval, c’étaient les mercredis et samedis, outre trois foires annuelles : l’une, le lundi et la semaine après la Saint-Luc (18 octobre), à Orval, les deux autres les 20 mai et 21 septembre, à Épineuil. À Baugy, il n’y avait pas moins de dix foires12 : à la Saint-Guillaume (10 janvier), la Saint-Pierre (22 février), la Saint-Thomas d’Aquin (7 mars), la Saint-Marc (25 avril), la Saint-Barnabé (11 juin), la Saint-Pierre-et-Saint-Paul (29 juin), la Sainte-Anne (26 juillet), la Saint-Mathieu (21 septembre), la Saint-Denis (9 octobre) et la Saint-Clément (23 novembre).

19L’importance d’une foire ou d’un marché ne déterminait pas seulement la vie économique d’un bourg et la prospérité des sujets d’une seigneurie, elle permettait au seigneur de toucher directement divers profits, provenant de multiples droits.

  • 13 ADC, Ε 268, procès-verbaux de 1528 et 1709.

20Le droit de louade ou placage contraignait tout marchand à acquitter une taxe modique pour occuper un emplacement sur la foire ou le marché. À La Chapelle-d’Angillon, le tarif était le suivant13 : sur les merciers et cordonniers, 5 deniers tournois ; sur les bouchers, rôtisseurs et taverniers, 15 deniers tournois ; sur les autres commerçants, 2 deniers tournois ; sur les marchands de bétail, 4 sous 2 deniers sur chaque cent de brebis vendu, 1 denier sur chaque partie vendue, 2 deniers sur chaque bœuf, 5 deniers sur chaque bête chevaline, 2 deniers sur chaque chèvre. Ce tarif n’a pas évolué du xvie au xviiie siècle.

21Les droits de plaçage étaient affermés pour une somme minime : à Sully-sur-Loire on distinguait le plaçage des foires qui, en 1635, ne rapportait rien car « c’est un pauvre homme qui fournit d’ais et de bancs », et les étaux des boulangers et des bouchers, monopole seigneurial de concession d’une place fixe, qui étaient taxés 4 sous 4 deniers par étal de boulanger, ce qui faisait 40 sous pour les douze, et 4 livres pour l’ensemble des étaux des bouchers. Il faut distinguer du droit de plaçage celui de « boucherie » dit parfois « banal » : seul le seigneur avait droit d’instituer des étaux de bouchers, en temps de foire ou non. Ce droit était affermé à part. À La Chapelle-d’Angillon, en 1605-1607, le droit de « louade et plaçage des foires » s’affermait 40 livres, la boucherie banale 45 livres.

22Le droit de hallage était une conséquence de celui de foire, et il était associé à Sully-sur-Loire, dans les baux, à celui de plaçage. Il résultait du droit du seigneur de faire justice sur les marchands étrangers venus à la foire et, donc, « ne se paie que lorsque l’exécuteur fait justice ».

  • 14 ADL, 5 J 314.
  • 15 MC. III, 480, 6 juin 1605, sommation faite à François de Cugnac.
  • 16 ADL, 5 J 314, sentence de la chambre des Requêtes du Palais à Paris, du 23 février 1607, condamnan (...)
  • 17 ADL, 5 J 367.
  • 18 Ibidem.

23À Sully-sur-Loire le profit de hallage et plaçage était diminué par le fait qu’il était partagé avec François de Cugnac, sr de Boucard et de Dampierre, qui en avait la moitié par acquisition faite de Claude de La Trémoille en 1598. Il possédait également, par même engagement, la moitié du port et passage, hallage et fenestrage et droit de boucherie et la sixième partie du péage de Sully. Le 22 octobre 160714, Maximilien de Béthune lui racheta pour 3 660 livres sa part du péage de Sully et des autres droits. Les profits ne se partageaient pas par année et par moitié, mais étaient perçus une année sur deux par chacun des seigneurs. Mais les dépenses se partageaient aussi par moitié : en 1606, Sully fit savoir par huissier au sr de Boucard que « les halles de Sully s’en vont en ruyne, comme aussi la boucherie dud. lieu15 ». Sully tenta alors de le faire renoncer à son droit de hallage, pour non-satisfaction de ses devoirs, mais, le 23 février 160716, le sr de Boucard remplit ses obligations en consentant à une visite par experts. Un marché du 27 novembre 160717 prévoyait de transférer les halles au faubourg Saint-Germain, vis-à-vis de la maison de Gidoin, en mettant une lucarne toutes les deux travées « pour les rendre semblables à celles que Monseigneur a fait faire devant la Bastille à Paris ». L’hiver 1607-1608, particulièrement froid, et les inondations du printemps et de l’automne 1608 aggravèrent la situation : les réparations de la halle de Sully furent comprises avec les travaux au château de Sully, dans un marché de 4 000 livres passé le 14 novembre 160818.

24Le droit de foire et marché comprenait encore le monopole exclusif de fournir aux marchands, contre redevances, des mesures dont on usait dans la seigneurie : aune, boisseau à sel, et à grains, mesures à huile, poids et crochets.

  • 19 ADC, 2 F 631.

25À Baugy, en 1605, la ferme des poids et crochets s’élevait à 78 livres, tandis que celle des hallages était de 36 livres, et celle de « louade » de 29 livres19.

3. Péage, port et passage

  • 20 ADL, 5 J 319, sentence du bailli de Sully du 28 février 1592.

26Le droit de péage, port et passage était à Sully-sur-Loire d’une grande importance. En effet, le grand chemin venant de Fontainebleau et Lorris traversait la Loire à Saint-Père, bourg qui faisait face à celui de Sully. Avant 1563, le passage de la Loire au détroit de Sully se faisait sur un pont, puis, après la ruine de celui-ci, par un bac. D’autre part, la voie fluviale était très utilisée, notamment en venant de Gien, La Charité et Nevers. Cette importance de la ville de Sully-sur-Loire sur le nœud routier qui se formait à cet endroit de la Loire explique l’ancienneté des droits de péage, port et passage. Dans la généralité d’Orléans, il y avait cinq péages prélevés sur les marchandises transportées par eau : à Orléans, le grand et le petit péage, à Jargeau, à Châteauneuf et à Sully. En 1592 le bailli de Sully déclara qu’il y avait plus de trois cents ans que le péage était dans la famille des seigneurs de Sully, et on cita comme pièce la plus ancienne un aveu de 133320.

27Le port et passage s’appliquait aux piétons, animaux, charrettes et marchandises qui traversaient la Loire à Sully et à Saint-Père. Le péage était la taxe levée sur les marchandises passant sur la Loire en bateau au détroit de Sully. La mine franche, ou salage, était le droit levé « sur le sel montant sur la Loire ».

  • 21 ADL, 5 J 315.
  • 22 ADL, 5 J 318, d’Effiat rendit hommage le 5 novembre 1640 pour son droit de port et passage.

28Ces droits avaient été pleinement reconnus à Louis de La Trémoille au xvie siècle, malgré l’opposition des religieux de Notre-Dame de Cléry, mais ils furent ensuite en partie aliénés : en 1598, Claude de La Trémoille céda à François de Cugnac, sr de Cugnac et de Dampierre, la moitié du port et passage et la moitié du péage et salage. Celui-ci revendit un tiers de sa part, soit un sixième au total, du péage et salage au sieur Alix, et ne garda que le reste, soit un sixième. Puis, le 22 octobre 160721, François de Cugnac revendit à Sully sa moitié du port et passage, avec son sixième du péage et salage, pour 3 660 livres. L’autre moitié du port et passage était détenue par la famille Bourdeaulx. Maximilien de Béthune acquit progressivement, en rachetant les multiples rentes de 50 sous dont était grevé ce droit, les autres sixièmes du péage, au point d’en posséder les cinq sixièmes en 1641, mais la moitié du port et passage resta en dehors de sa possession ; elle appartenait en 1640 au marquis d’Effiat22.

  • 23 Les tarifs furent imprimés au temps de Sully dans un petit fascicule intitulé comme suit : « Ensui (...)

29Le tarif du passage était invariable depuis le xvie siècle23 : 1 sou tournois par personne à pied, 2 sous par personne à cheval, 3 sous par carrosse, chaise, charrette, y compris les personnes dans les voitures, conducteurs, domestiques et marchandises, un sou par cheval, mulet, bœuf, vache, ou âne chargé attelé à vide, 3 deniers par porc ou chèvre, 1 sou par mouton ou brebis. Mais le preneur de la ferme du port et passage était tenu de laisser aller librement les habitants du bourg de Sully, les fermiers généraux, leurs gens, leur famille, leurs domestiques, et les métayers et serviteurs du duc de Sully, qu’ils soient à pied, à cheval ou en charrette, et de fournir douze pièces de vin par an.

  • 24 ADL, 5 J 316.
  • 25 Ibidem.
  • 26 ADL, 5 J 316.

30Le droit de péage et passage sur la rivière de Loire était très lucratif pour son possesseur : le 23 juin 1598, François de Cugnac afferma son sixième du péage pour 30 écus, ce qui donne une évaluation de 540 livres pour le total24. Le 13 octobre 1625, les cinq sixièmes du péage de Sully étaient affermés pour 700 livres par an, tandis que le port et passage de Sully était affermé pour 460 livres par an le 24 juin 1601, et 550 livres par an le 1er octobre 162525, soit 275 livres pour la moitié du duc de Sully26. Ces deux droits rapportaient donc ensemble 975 livres, soit un peu moins de 10 % de la ferme générale. Mais ils n’évoluèrent plus guère pour la fin de la période : en 1625 et en 1655 les loyers étaient identiques.

  • 27 ADC, Ε 268, pièces 1 et 2, procès-verbaux de délimitation de la terre et justice de La Chapelle-d’ (...)

31À La Chapelle-d’Angillon, un péage était perçu sur la rivière de la Petite-Sauldre, au droit de La Chapelle-d’Angillon, Ennordres et Le Boulay, ainsi que sur le ruisseau de Layon, au Gué de La Pierre27.

  • 28 ADC, Ε 202, « Mémoire des affaires de Saint-Amand, Montrond, Orval, Bruyères et Espineuil » [xviii(...)

32À Orval, le seigneur avait droit de port et passage en la châtellenie de Bruère ; mais les bateaux de la terre du Resson et du Moulin-Coqueu, qui n’étaient pas dans sa justice, lui causaient préjudice, et le maître des Eaux et Forêts devait veiller à ce que les bateaux ne servent strictement qu’à l’usage de Resson et de Coqueu28.

  • 29 ADC, Ε 202, commandement du 18 octobre 1607.
  • 30 Voir ci-dessus p. 270.

33À Saint-Amand, le seigneur avait seul le droit d’exercer le droit de port et pêche sur le Cher, sauf pour le prieur de Saint-Amand, qui possédait ce droit au bas de La Roche. Jean de Bigny, seigneur de Saint-Amand-Vieux-Château, prétendit en 1607 avoir les droits du prieur de sa seigneurie et revendiqua donc le droit de passage. Sully dut donner ordre au sr de La Haye, capitaine de Montrond, de retirer les bateaux du sr de Bigny29. Jusqu’en 1610 il y eut au-dessous d’Orval un bateau pour faire passer les allants et venants, jusqu’à ce que Sully fit construire un pont de pierre sur le Cher de neuf arches huit piliers30.

  • 31 ADC, Ε 614, liève des revenus de Culan (1617).

34À Culan on levait également un péage sur l’Arnon, en aval de la ville, à Saint-Christophe-le-Chaudry, valant 35 sous, et en amont, au Mas et à Vesdun31.

4. Droits de chasse, pêche, et garenne

35Seul le seigneur haut justicier avait le droit de chasse, pêche et garenne dans l’étendue de sa justice. Le seigneur haut justicier était également propriétaire des rivières non navigables qui étaient sur sa justice. Chacun des châteaux de Maximilien de Béthune possédait une garenne, mais celles-ci furent transformées soit en parc, à Sully et à Baugy, soit en haras, à Pouligny.

  • 32 ADL, 5 J 291, extrait du registre des causes civiles et extraordinaires des Eaux et Forêts du duch (...)
  • 33 ADL, 5 J 291, baux des 11 novembre 1602 et 22 janvier 1620.
  • 34 Voir ci-dessus note 32.

36À Sully-sur-Loire, le droit de pêche dans la rivière de Loire, ainsi que la redevance sur les moulins (au nombre de six en 1641) allant et venant sur la Loire au détroit de Sully fut disputée par le roi qui prétendait avoir exclusivement ce droit. Il se prenait en la Loire au Pont-de-Loyau ou Combres, c’est-à-dire au pont de Sully, près de l’église Saint-Germain, à Briou et aux rivages d’Arbres-Rois, c’est-à-dire au-dessus du pont de Sully « tirant vers Briou »32. Il était affermé 42 livres, plus un boisseau de poissons et une lamproie en 1602, et 60 livres, deux lamproies et un boisseau de barbillons en 162033. Au xvie siècle, Louis de La Trémoille avait déclaré que ces trois pêcheries étaient en son domaine depuis plus de trois cents ans, qu’il avait droit d’avoir un maître des Eaux et Forêts qui donnât aux pêcheurs filets et engins ; les appels venaient devant les baillis de Sully et de Saint-Gondon, puis devant la Table de Marbre34.

  • 35 Idem.

37Le 9 août 1642, une sentence du maître des Eaux et Forêts du duché de Sully maintint en son droit Maximilien-François de Béthune, à rencontre des prétentions du procureur du roi, qui poursuivait le bail à ferme général de la rivière de Loire depuis Dampierre jusqu’à l’estuaire35.

38Il existait encore une autre pêcherie en la rivière de Sange, depuis le lieu de Briou jusqu’au Gué-d’Huisseau.

  • 36 ADL, 2 J 638.
  • 37 Le Beuvron, dans la seigneurie de Moulin-Frou, passait à Chéry, La Laurendière et Moulin-Frou.

39Sur toutes les autres rivières du duché-pairie de Sully-sur-Loire, le maître des Eaux et Forêts avait droit de haute justice, vérifiait les titres de pêche des particuliers, notamment pour l’usage des filets, ainsi que l’atteste une ordonnance du duc de Sully du 17 mai 162836 sur la pêche dans le Beuvron37, en la seigneurie de Moulin-Frou :

« De par Monseigneur. Nous, duc de Sully, pair et grand-maistre de l’artillerie de France, sur l’advis que nous avons eu que plusieurs peschent et font pescher avec filet et autres engins en et au-dedans de nostre rivière de Beuvron, en ce qui est du destroict de nostre duché et pairie de Sully, sans nostre permission et aucun droit qu’ilz y ayent, ce qui est contre et au préjudice de nostre aucthorité et manutention de nos droits, à quoy désirant pourveoir, nous avons faict et faisons très expresses inhibitions et deffenses à touttes personnes de quelque qualité et condition qu’ilz soyent, de pescher, faire pescher ny prendre aucun poisson dans nostre rivière de Beuvron, destroict de nostred. duché et pairie, sans permission de nous, à peyne de confiscation de leurs fillets et de cinquante livres d’amande contre chacun contrevenant, qui s’exécutera sans déport, dont le tiers en sera delli-vré au desnonciateur. Et en cas qu’autres prétendent à avoir tiltres attributifs du droit de pesche, seront tenus nous les raporter pour, iceux veuz, leur estre pourveu, etc. »

  • 38 ADC, Ε 268, pièces 1 et 2, procès-verbaux de la justice de La Chapelle-d’Angillon, 1528 et 1709.

40À La Chapelle-d’Angillon, il y avait également une maîtrise des Eaux et Forêts, avec trois sergents forestiers, qui avait juridiction sur les rivières de la baronnie. Sully était possesseur de la rivière de la Petite Sauldre, depuis le moulin de Gâté, dépendant de l’abbaye de Loroy, jusqu’au droit du lieu de La Bascule, paroisse de Ménétréol-sur-Sauldre, c’est-à-dire que ce droit s’appliquait sur tout le cours de la Petite Sauldre situé dans la justice de La Chapelle-d’Angillon. À ce titre, Maximilien de Béthune avait seul le droit d’user et de disposer du droit de pêche, à peine de 60 sous d’amende38. Cependant le droit de pêche en 1608 n’était affermé avec celui de garenne que pour 12 livres par an, non compris les frais de poursuite judiciaire.

II. LES DROITS DE JUSTICE

  • 39 ADL, 3 Ε 3280, le dénombrement de Baugy fait mention à plusieurs reprises des anciennes fourches p (...)
  • 40 Cf. p. 250 et 273.

41Le droit de justice était le plus important des droits seigneuriaux. Dans toutes ses terres, Sully était seigneur haut justicier. À ce titre, il y avait dans chaque seigneurie un bailli, un procureur fiscal, des sergents et une prison. Les fourches patibulaires, instruments visibles de la haute justice, semblent ne plus exister39. Nous avons vu plus haut l’étendue de ces justices et les conséquences de l’érection en duché-pairie de la baronnie de Sullv-sur-Loire avec l’adjonction de la châtellenie de La Chapelle-d’Angillon40.

  • 41 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Salle.
  • 42 BN, nouv. acq. fr. 25 232, comptes de Mathieu Salle.

42L’exercice du droit de justice pouvait paraître onéreux, car il fallait payer les gages des officiers seigneuriaux : à Sully-sur-Loire, les gages du juge ordinaire s’élevaient à 40 livres, ceux du procureur fiscal à 25 livres, du maître des Eaux et Forêts à 15 livres. En outre, les officiers étaient remboursés pour chaque vacation, c’est-à-dire pour chaque déplacement au service du duc : en 1607 le sergent Girard fut dédommagé de 6 livres 8 sous pour être allé de Coulions à Boucart, distant de dix lieues, ajourner François de Cugnac devant le lieutenant général de Gien « pour convenir d’experts pour la Visitation des halles et boucheries de Sully41 ». En 1606 le bailli Gravet reçut 16 livres 10 sous pour deux voyages faits à Montargis et à Lorris pour répondre à deux assignations données à Sully, à la requête du greffier de Lorris, devant le prévôt de Montargis, pour montrer les extraits du nombre de causes qui allaient de Saint-Gondon à Lorris avant l’érection en duché-pairie42.

  • 43 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Salle.

43Les revenus provenant de l’exercice du droit de justice étaient doubles : amendes et confiscations, greffes et tabellionages. Les amendes perçues en justice étaient dites ordinaires ou extraordinaires. Leur montant n’était pas négligeable : le bailli de Sully-sur-Loire perçut du 28 août 1606 au 27 août 1607, 307 livres, et du 27 août 1607 au 23 juin 1608, 184 livres43. Les « dommages et intérêts » pour délits commis dans les bois étaient plus faibles : 51 livres 15 sous pour l’année 1608. Les clameurs et amendes arbitraires valaient en 1641, 200 livres. Les seigneurs haut-justiciers jouissaient en outre de la confiscation des biens des condamnés, des épaves, des aubaines, de toutes choses mobiles qui n’avaient pas de propriétaire ou que personne n’avait réclamé ; ils avaient aussi droit de déshérence, c’est-à-dire droit aux biens d’une personne morte sans testament et sans parent habile à lui succéder.

1. Les greffes et notariats

  • 44 ADL, 3 Ε 3280, bail du 24 août 1608.

44Les fermes les plus lucratives en matière de profits de justice étaient celles des greffes, notariats et tabellionages. Le droit de greffe était attaché à l’exercice du droit de justice. Le greffe était le plus souvent tenu par un « praticien » c’est-à-dire un homme de loi. Celui de la pairie de Sully-sur-Loire, établi à partir d’août 1606 et exercé d’abord par commission, avant d’être pris à ferme le 24 août 1608 par Pierre Jourdain, procureur au siège particulier de Châteauneuf, s’avéra d’un excellent rapport : en 1608 il fut affermé pour 440 livres44 et en 1620 pour 700 livres. Le greffe de Coulions pour la châtellenie de Saint-Gondon valait 300 livres, mais celui de Sennely 70 livres seulement. Le preneur de la ferme du greffe était tenu de recevoir tous les actes judiciaires du duc, de son procureur fiscal et de son fermier général, de délivrer tous les six mois les rôles des amendes, de communiquer tous ses registres et liasses, quand en il serait requis, sans en prendre aucun salaire. Le greffe de Sully-sur-Loire, accru considérablement par l’afflux des causes d’appel consécutif à l’érection en duché-pairie, fut le seul du duché à augmenter de façon appréciable.

  • 45 ADL, 5 J 295, copies de lettres patentes de mise en possession de l’office de notaire royal à Sull (...)
  • 46 ADL, 5 J 295, quittance du 13 mars 1629 donnée à Jean Pichery par le trésorier des deniers extraor (...)

45L’édit de novembre 1547, article 4, accordait expressément le droit de tabellionage et de sceau à tous les seigneurs, barons ou châtelains. À Sully-sur-Loire, une distinction importante était à faire : il existait en 1602 un office de notaire royal, et un autre seigneurial. L’office de notaire royal était vénal, ceux de notaires seigneuriaux affermés. Par lettres patentes du 10 octobre 1585, Daniel Gervaise fut pourvu de l’office de notaire royal à Sully-sur-Loire ; ses successeurs furent François Bouteroue le 6 février 1601 et Pierre Doulceron le 30 août 160145. Mais comme tous les offices royaux, ceux de notaires n’étaient pas dispensés d’une éventuelle revente permettant au Trésor royal de gonfler ses recettes. En avril 1617, au début du règne de Louis XIII, on fit donc procéder à la « vente et revente en hérédité des offices de notaires royaux de la généralité d’Orléans ». Pierre Doulceron ne fut pas soumis à la revente car il avait acquitté le droit annuel ou paulette. Mais il vit, en mars 1629, surgir un compétiteur en la personne de Jean Pichery, par ailleurs notaire seigneurial, qui avait acheté pour 315 livres deux offices de notaire royal en la généralité d’Orléans et de « contrôleur des actes », créés par édit de juin 1627. Jean Pichery vendit le 3 août 1629 à Pierre Doulceron la moitié de l’office de contrôleur pour 157 livres 10 sous46.

  • 47 Voir ci-dessus p. 324.
  • 48 ADL, 3 Ε 3280.
  • 49 ADL, 3 Ε 3280, traité de notariat entre Bouteroue et Jourdain (20 juillet 1617).
  • 50 ADL, 5 J 295, bail du 9 juillet 1636.
  • 51 ADL, 5 J 353, baux des 4 février 1635 et 3 mai 1636.
  • 52 ADL, 5 J 295, bail du 16 août 1636.
  • 53 ADL, 5 J 43, déclaration des revenus du duché de Sully (1641), fol. 6.
  • 54 ADL, 5 J 295.

46Par ailleurs le duc de Sully pourvoyait à l’office de notaire de Sully et Saint-Père. Mais les greffes, notariats et tabellionages dépendant de la baronnie de Sully-sur-Loire avaient été aliénés par Claude de La Trémoille en octobre-novembre 1598, c’est-à-dire qu’ils avaient été concédés à vie, moyennant finance, au lieu d’être affermés pour cinq ou six ans. Le premier contrat de ferme générale du 19 septembre 1602 prévoyait donc le rachat de ces greffes à leurs détenteurs pour la somme de 6 000 livres47. En 1608, l’entier rachat n’était pas encore effectué, mais les greffes notariaux et tabellionage furent dans la ferme générale les seuls offices auxquels Bouteroue pouvait pourvoir : il les affermait donc et en percevait les loyers annuels. Les preneurs étaient des praticiens qui d’ailleurs se succédèrent de père en fils en un même office. L’office le plus envié était le tabellionage et notariat de Sully et Saint-Père : le 21 juillet 1608, il fut donné à ferme à Pierre Jourdain48, le même qui avait pris le greffe de Sully, pour 260 livres, à charge de recevoir tous les actes du duc de Sully ou de son fermier général, de délivrer grosses et copies sans rien faire payer, sauf en ce qui concerne le terrier, document volumineux (140 rôles de parchemin à Sully en 1608) et donc coûteux, dont les déclarations « étaient payées par les parties venant faire leur foi et hommage ». En 1617, Bouteroue et Jourdain se partagèrent à moitié les profits du notariat de Sully49, dont la ferme en 1636 n’était plus que de 180 livres50. Il apparaît bien que c’étaient les greffes qui apportaient le plus de profit : en 1635 le greffe et notariat de la châtellenie de Saint-Gondon avec le droit de scel aux contrats, obligations, expéditions de justice, était affermé 350 livres, celui de Coulions 200 livres par an51. Par contre, le greffe seul de Cerdon ne montait qu’à 55 livres, et 121 livres avec le notariat52. En 1641, le greffe et notariat de Sennely, avec la Motte, le pré au Comte et le four banal, était affermé 170 livres53. La ferme du notariat de Souvigny s’élevait en 1635 à 45 livres, celles de Saint-Florent à 40 livres, de Saint-Aignan à 12 livres, de Bonnée à 18 livres, d’Isdes à 18 livres, de Chaon à 25 livres, de Villemurlin à 22 livres, de Viglain à 10 livres, de Vienne-en-Val à 4 livres54. Pas un village de la justice de Sully qui n’eût son notariat ! L’ensemble des fermes s’élevait ainsi en 1635 à 1 215 livres, ce qui représentait environ 10 % de la ferme générale.

  • 55 ADC, Ε 268, pièce 8, comptes de Pierre Éverard.

47À La Chapelle-d’Angillon, la ferme du greffe ordinaire de la haute justice s’élevait en 1605-1607 à 307 livres par an, celle du tabellionage à 100 livres ; les amendes extraordinaires se montaient en 1607 à 68 livres55. Il n’y a pas mention dans la baronnie de La Chapelle-d’Angillon de notaires et tabellions seigneuriaux. On conçoit que, au regard du duché de Sully, de tels offices rapportassent de substantiels profits, ce qui explique que Sully ait eu l’intention d’en créer à Saint-Amand-Montrond.

  • 56 ADC, Ε 203.

48Il n’y avait là que des notaires royaux. Sully déclara qu’il avait droit de tabellionage non seulement en la châtellenie d’Orval, mais aussi à Saint-Amand, Bruère-sur-Cher et autres lieux dépendant de la seigneurie d’Orval sans être dans la paroisse d’Orval. Se fortifiant d’un édit d’Henri III du 19 juillet 1585 portant qu’il n’y aurait aucun notaire royal établi dans les terres des seigneurs ayant droit de tabellionage, et d’un arrêt du Parlement du 2 décembre 1575 rendu en faveur du duc de Nevers pour sa terre de Saint-Valéry, interdisant aux notaires et sergents royaux d’instrumenter sans la permission du seigneur, Sully fit défense aux notaires royaux de Saint-Amand, le 12 novembre 1612, de passer ou de recevoir des contrats. Une sentence du bailli d’Orval du 12 janvier 1613 débouta les notaires de leurs prétentions (ils contestaient au seigneur d’Orval le droit de créer des notaires, arguant que ce droit n’appartenait pas aux seigneurs haut-justiciers, « bien que beaucoup aujourd’hui se l’attribuent », mais à ceux qui avaient droit de châtellenie). Ils obtinrent dès le 7 février 1613 des lettres de relief d’appel du sénéchal de Bourbonnais ; en s’en remettant à la justice royale, ils pensaient obtenir gain de cause, mais lors de la vente de Saint-Amand à Condé en 1621, l’affaire n’était toujours pas réglée56.

  • 57 ADC, Ε 614, liève des revenus de Culan (1617).

49À Culan, les recettes du bailliage étaient affermées en 1616 pour 116 livres, et la moitié du tabellionage pour 40 livres, ce qui représentait le tiers des fermes muables (halle, foire, moulins banaux, droit de ban, péage, guet et bourgeoisie)57.

2. Le banvin

  • 58 ADL, 5 J 32.
  • 59 ADC, E 614.

50Le banvin était le droit du seigneur de vendre le vin de sa vendange, à l’exclusion de ses sujets, pendant quarante jours à partir de la Saint-Jean en juin. Les « bans à vin de la ville et faulxbourgs de Sully » rapportaient en 1635-1641, 100 livres par an58 : c’était, à cette époque, l’une des fermes les plus disputées, alors qu’en 1601 elle ne valait que 21 livres. Dans la baronnie de Culan, le banvin de Vesdun était affermé 32 livres en 1616, et celui de Culan 40 livres59 ; là encore c’était l’une des fermes les plus élevées.

3. Les autres droits seigneuriaux

  • 60 ADC, E 268, procès-verbaux de 1528 et 1709.

51Il existait encore d’autres droits seigneuriaux dont le profit pour le seigneur était bien minime, mais qui restaient solidement ancrés dans les usages locaux. Ainsi, à Sully et à La Chapelle-d’Angillon, le preneur du droit de plaçage des foires avait aussi le jeu de quilles ou « jeu du bonheur ». À La Chapelle-d’Angillon, on donnait chaque année à la Pentecôte l’office de « seigneur des jeux »60. Les jeunes mariés de l’année lui devaient, pour les hommes, une pelote et 5 deniers tournois, et pour les femmes, un chausson et 10 deniers tournois, pour la présentation, à peine de 7 sous 6 deniers d’amende. Si la femme convolait en deuxièmes noces, elle devait une truie et 5 deniers. En échange, elle recevait le bonnet et était réputée « prude femme et femme de bien ». En outre, le jour des noces, le seigneur des jeux devait faire aux nouveaux mariés « une manière de joyeuseté qu’on appelle charivary et doit led. seigneur des jeux continuer led. charivary tout le long de la bénédiction nuptiale s’il ne luy est payé et baillé 5 sous tournois ».

III. LES PRÉLÈVEMENTS SEIGNEURIAUX ET FÉODAUX

  • 61 ADL 5 J 243
  • 62 ADL, 5 J 279.

52Au contraire des droits de justice et des profits des monopoles seigneuriaux, les prélèvements tels que cens, rentes foncières, dîmes et terrages n’étaient jamais affermés. L’ensemble de ces droits était souvent regroupé sous une même appellation (« cens et rentes ») ; ils étaient tous récognitifs du droit du seigneur. L’« état des fiefs » du duché de Sully61 mêlait dîmes, censives, rentes foncières, pièces de terres ou journées de pré, et terres tenues véritablement à foi et hommage. Sous le terme de cens, on retrouve à la fois le droit recognitif de la seigneurie directe, payé en argent, et la redevance en nature appelée terrage (prélèvements de douze gerbes l’une), payée pour les terres remises en culture, ou d’un mauvais rendement, et qui sans cela ne seraient pas cultivées, car le terrage ne se payait que l’année où la terre était en labours alors que le cens se payait tous les ans. D’autre part, on employait indifféremment les termes d’« accensement » et d’« arrentement » pour « bail à ferme », et le « journal des rentes » du duché-pairie62, tenu en 1620-1623, était un journal d’exploitation des métairies par le fermier général, où la rente était le revenu de celles-ci, la rente foncière.

53La caractéristique commune de ces droits, c’est d’être des redevances annuelles ou régulières, perpétuelles, versées en reconnaissance d’un droit éminent de seigneurie directe et de supériorité d’un seigneur sur une terre qu’il a, à l’origine, concédée.

  • 63 BN, nouv. acq. fr. 25 234, titres du duché de Sully, chap. ix, aveux rendus au seigneur de Sully.
  • 64 Ibidem.
  • 65 Ibidem, chap. xi, aveux rendus au seigneur de Sully à cause de sa châtellenie de Saint-Gondon.
  • 66 Ibidem, chap. xiii, aveux rendus au seigneur de Sully à cause de sa châtellenie de Sennely.
  • 67 Ibidem, chap. xiv, aveux rendus au seigneur de Sully à cause de sa seigneurie de Moulin-Frou.

54L’ensemble de ces droits tendit à se dévaluer peu à peu ; néanmoins Sully resta très soucieux de les maintenir. Pour le duché-pairie de Sully, on constate que la grande majorité des fois et hommages, aveux et dénombrements rendus au seigneur de Sully-sur-Loire, l’ont été immédiatement après l’acquisition par Maximilien de Béthune dans les années 1604-1605 ; puis, dans une deuxième période, autour des années 1620 (de 1619 à 1623)63. Au moment de son acquisition, Maximilien de Béthune pouvait disposer d’un registre de cent vingt-quatre feuillets de papier avec la « déclaration par le menu » de tous les héritages de la terre de Sully (censives et fiefs), exécuté de 1580 à 158864 ; en outre, d’un registre des fiefs de la châtellenie de Saint-Gondon, comprenant quatre-vingts feuillets de papier, dressé de janvier 1579 à mai 159465 ; de même d’un autre registre des fiefs de la châtellenie de Sennely, établi de mai 1578 à août 1574, assorti d’un registre de quatre cent soixante-quinze feuillets de novembre 1592 à février 159666 ; enfin un cahier des déclarations des fiefs, cens et terrages (dix feuillets de papier) de la seigneurie de Moulin-Frou, datant de 159767.

  • 68 Ibidem, chap. xxi, cens, rentes et bourgeoisies dus au seigneur de Sully.

55D’autre part, le fermier général François Bouteroue avait fait dresser dans un cahier de quarante-quatre feuillets de papier un extrait des cens dus à cause de la châtellenie de Sennely, en annotant en marge les recettes faites68 ; de telles lièves étaient régulièrement tenues à jour par les receveurs. Les listes étaient dressées par date de recouvrement (Toussaint, Saint-Remi etc.) et par lieu (Sully, Mauvy, Saint-Aignan).

56À Sully-sur-Loire, le terrier fut refait à l’initiative de Mathieu Sallé, qui écrivait en 1605 à Maximilien de Béthune :

  • 69 ADL, 5 J 40.

« Il est grandement notre affaire de renouveler votre terrier, ce que j’ay reconnu en la recherche que j’en ay faite par plusieurs veilles tant sur les anciens terriers que vieux comtes dont j’ay fait un long extraict où j’ay trouvé jusques à III mil lt. par an desd. droictz égarés, entr’autres en cens XVIII ou XX lt., qui est une somme notable pour cens69 ».

  • 70 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Sallé.
  • 71 MC, III, 488, procuration du 21 mai 1610.

57Gravet avait fait venir un arpenteur « pour confronter les déclarations et reconnaissances baillées » ; celui-ci mit quatre journées à faire arpenter canton par canton, à la suite de quoi Gravet envoya un mémoire et « extraict des droits égarés ». Le terrier fut effectivement effectué devant le notaire Grenouillat en 1606-1608 : on paya, en 1607, 6 livres au clerc Pillault qui avait grossoyé les déclarations passées en présence de Grenouillat, contenant cent quarante rôles70. Dès le 21 mai 1610, le duc envoya Salomon Gravet, juge ordinaire de Sully, avec procuration, pour examiner les déclarations des héritages, fiefs, dîmes, cens, terrages, rentes et autres droits71 « pour raison desquels ses vassaux, censitaires et autres ses subjectz se sont inscriptz en son nouveau papier terrier pour ce qu’ilz possèdent en et au-dedans de sond. duché de Sully ».

  • 72 ADC, Ε 212.
  • 73 ADC, Ε 172-176.
  • 74 MC, III, 484.
  • 75 ADC, Ε 244, blâmes de Sully à rencontre de Jean de Bigny (s.d.).

58À Orval en 1608, les officiers présentèrent à Sully un mémoire dans lequel ils insistaient sur la nécessité de dresser un nouveau terrier. Sully en chargea La Haye, capitaine du château de Montrond, et obtint les 7 septembre 1609 et 6 juillet 1612 des lettres de terrier pour Montrond, Saint-Amand, Orval, Bruère et Épineuil72. Mais il faut croire que la situation féodale et censitaire n’était pas claire, car Condé obtint lui aussi des lettres de terrier le 19 février 1622. À Orval cependant, la plupart des déclarations dataient de 1608-1609973, elles furent exécutées sous le contrôle de Pierre Éverard, qui en reçut charge par procuration du 5 février 160874. En 1608 également Sully fit saisir sur Jean de Bigny, par faute de foi et hommage, ses seigneuries d’Ainay-le-Vieil, La Souchère, Meaulne et La Grenouillère. Puis Jean de Bigny fut encore blâmé pour insuffisance de déclaration, qui ne comprenait pas le droit de mesure, les « menus » ou les tenants et aboutissants75.

  • 76 MC, III, 483, procuration du 30 décembre 1605.

59À La Chapelle-d’Angillon le terrier avait été exécuté en 1604, quelques mois seulement avant l’acquisition par Sully, aussi ne fut-il pas renouvelé et se contenta-t-on de demander les foi et hommage des vassaux76.

1. Les censives

60Les terres tenues à cens du seigneur de Sully ne constituaient pas, loin de là, l’essentiel des terres de la seigneurie. Les censives se trouvaient regroupées généralement dans les bourgs ou aux abords de ceux-ci ; c’étaient des maisons et des jardins, parfois aussi les terres d’une métairie, ou le plus souvent des parcelles ou héritages épars. Les faubourgs de la ville de Sully-sur-Loire n’étaient pas entièrement dans la censive des seigneurs de Sully : lors de l’acquisition des terres du parc en 1605, la plupart étaient situées, soit dans la censive du seigneur de Briou, soit dans celle du chantre de Sully.

  • 77 ADL, 5 J 4.

61La mouvance censuelle du duché-pairie de Sully ne s’étendait pas à toutes les paroisses de la justice, elle concernait Sully-sur-Loire, Saint-Père, Saint-Aignan-le-Jaillard, Villemurlin, Isdes, Viglain, Vannes, Cerdon et Souvigny77.

62Les cens étaient dus au château de Sully et, à Mauvy et à Souvigny, devant l’église du lieu. Les termes de paiement étaient échelonnés entre le début du mois d’août et le début du mois d’octobre : à la Saint-Pierre (le 1er août), au 15 août, à la Décollation de saint Jean (le 29 août), à la Saint-Loup-Saint-Gilles (le 1er septembre), à la Saint-Michel (le 29 septembre), et à la Saint-Remi (le 1er octobre).

  • 78 ADL, 5 J 105, comptes de Mathieu Salle.

63Les cens étaient payés en argent (quelques deniers à chaque fois), ou en nature (poules, poivre, cire et paille). En 1602, ils représentaient pour la baronnie de Sully, en argent78, 6 livres 17 sous 4 deniers, et en nature, vingt-cinq poules, une demi-livre de poivre, dix livres de cire et trois cents gerbes de paille ; l’équivalent en argent était de 26 livres 11 sous gerbes de paille ; l’équivalent en argent était de 26 livres 11 sous 4 deniers.

64Le profit de la censive de Sully était donc bien minime. On peut cependant y ajouter celui des lods et ventes dû pour chaque mutation : ceux-ci s’élevaient à 200 livres en moyenne par an, mais leur montant était très variable. En outre, dans la seigneurie de Moulin-Frou, les cens étaient dus à Viglain et à Moulin-Frou, le premier dimanche après la Saint-Remi, et à la Décollation de saint Jean. Ils étaient payés en argent (4 livres 4 sous), en pain de pannière, poussins, chapons et poule. Le total en argent était de 6 livres 4 sous. Dans la châtellenie de Saint-Gondon, les cens étaient dus à Coulions à la Saint-Pierre en août ; ils valaient 17 sous. Dans la châtellenie de Sennely, ils étaient dus à Sennely à la Saint-Euverte : ils valaient 4 livres 2 sous 8 deniers.

65Le revenu tiré des cens proprement dits était finalement minime pour le duché-pairie de Sully-sur-Loire : 36 livres 18 sous. En 1636, on n’en prélevait que 30 livres.

  • 79 ADL, 5 J 43, déclaration des revenus du duché de Sully, fol. 6.

66À ces droits, il faut en ajouter d’autres, appelés grosses bourgeoisies (quand elles se payaient en bloc, comme à Saint-Gondon) ou menues bourgeoisies (quand elles se payaient en détail comme à Sully). Elles étaient payées par ceux qui étaient reconnus bourgeois. En 1641 elles rapportaient au seigneur de Sully 5 livres pour la ville de Sully-sur-Loire. Dans la châtellenie de Saint-Gondon, la redevance était de 5 sous par feu ; certaines bourgeoisies étaient de 2 sous 6 deniers par feu, pour les bourgeois qui jouissaient du privilège d’exemption de clameur ; l’ensemble s’élevait à 25 livres en 164179. À Sennely, il n’y avait pas de bourgeoisies, mais elles existaient à La Chapelle-d’Angillon.

  • 80 Ibidem, fol. 2-3.

67Les rentes foncières ou rentes à bail d’héritage accompagnaient le plus souvent le cens. Elles étaient aussi annuelles et perpétuelles et payées en argent, ou en nature, en seigle ou en avoine. En 1641, elles étaient perçues sur une vingtaine de métairies, qui étaient, dans la paroisse de Villemurlin : Houssoy, La Féraudière, Chandeuille ; dans la paroisse de Vannes : L’Étang, Bignon ; dans celle de Saint-Aignan : Le Rotoy, L’Épinoy ; dans celle de Sully : Guise, La Huraudière ; dans celle de Souvigny : La Frapière, Lezeau, Villanier, La Fouracière, La Gravelle, Les Grosses Bornes, Coustaut, L’Orme, Les Caillerets, Montbérault ; dans celle de Saint-Florent : La Fontenelle. Ces rentes rapportaient au total 13 muids 3 mines 2 boisseaux 27 quartes de seigle, et 2 muids 1 boisseau 1 quarte de froment, ce qui représentait la somme de 465 livres80. En outre, les rentes en blé sur Rivotte et sur Misy, qui se montaient à 6 muids et demi de seigle et 2 muids de froment, soit environ 260 livres, furent incluses dans le bail de la métairie de Briou.

  • 81 ADL, 5 J 279.

68Les « avenages » ou rentes en avoine se payaient à la Toussaint. Ils étaient perçus : paroisse d’Isdes à La Lombardière ; paroisse de Sully aux Arbres-Rois, aux Maignans, au Grand Brelan, à Forêt et à La Lande ; paroisse de Villemurlin, au Bas de Marcou, aux Landes, aux Vivants, à Chasseloup, au Tremblay, à Fougères ; paroisse de Cerdon à Jarrescrêpe et aux Mahis, à La Quantinière et à Ballot ; paroisse de Saint-Aignan à Chasseloup, La Planchette, La Motte Saint-Aignan, Misaurin ; paroisse de Lion, à Rousselle ; paroisse de Souvigny, à L’Étang-Neuf ; paroisse de Vannes, au Petit Voisin, aux Grandes Forges, au Grand Voisin, aux Houldis, à l’Étang, à Marignan, à L’Esme, au Buisson, à Chandeuille, aux Chifflots, au Héron, à La Fontaine, aux Gélots, à Mitouflin ; paroisse de Saint-Florent, à La Fontenelle ; paroisse de Viglain, à La Villaudière81.

69Quelques-unes de ces rentes en avoine étaient dues pour droit de pacage dans les forêts : ainsi le lieu de Coussy payait un setier d’avoine et deux deniers pour le pacage et breuvage dans l’étang de Marcou.

  • 82 ADL, 5 J 32.

70En réalité, sauf exception, le droit de pacage des communautés n’était accordé que dans les étangs : « il n’y a aucun bestail qui paccage dans les bois »82.

71Les rentes en avoine, malgré leur grand nombre, étaient d’un faible revenu : seulement 3 muids et 30 livres.

72À Viglain, Mauvy, Solaire et dans les terres nouvellement acquises des Grandes Gorges et de Moulin-Frou, on percevait des rentes en blé : 1 muid 2 mines de froment, et 2 muids 4 mines de seigle.

2. Les terrages

  • 83 ADC, Ε 268, pièce 2, procès-verbal de La Chapelle-d’Angillon, 1709.

73Le terrage était un droit en nature, proportionnel aux fruits, prélevé sur une terre. A La Chapelle-d’Angillon, il était nettement précisé que les terres vaines et vacantes appartenaient au seigneur, qu’il avait droit de les bailler à charge de cens ou de rentes, et, si on les labourait, à droit de terrage, fixé à douze gerbes l’une83.

74Dans le duché de Sully-sur-Loire, le terrage était minime : il existait seulement à Vannes et à Moulin-Frou, et représentait 5 mines et demie de seigle.

  • 84 ADC, Ε 267, terrier de La Chapelle-d’Angillon, 1604.

75Tout au contraire, à La Chapelle-d’Angillon et dans les autres terres berrichonnes, le système du terrage fut utilisé pour remettre en valeur des terres peu productives ou abandonnées. On constate que les « terres terra-gères » étaient le plus souvent constituées de pièces de plus grande superficie que les autres : de 20 à 80 boisselées (40 boisselées en moyenne), ce qui est rare pour les terres à cens, parfois même 100 ou 160 boisselées d’un seul tenant dans la paroisse de Méry-les-Bois. Au total les terrages de La Chapelle-d’Angillon rapportaient, en 1606, 9 990 boisseaux de seigle et 1 028 boisseaux d’avoine, ce qui représentait la somme de 700 livres84.

76Cependant, pour les officiers de Maximilien de Béthune à Saint-Amand, il apparaissait plus profitable pour la seigneurie de donner des terres à cens plutôt qu’à terrage :

  • 85 ADC, Ε 212, mémoire présenté par les officiers de Saint-Amand (1608).

« En faisant le susd. terrier, il est tout asseuré que plusieurs feront offre de prendre des terres terragères, à quelques menus debvoirs de cens, oultre la charge de terrage, en quoy la condition de la seigneurie sera de beaucoup meilleure, tant parce qu’en mutations il y aura proffict de lotz et ventes qu’aussy par ce qu’en ce moyen les preneurs desdictes terres seront obligez et tenus à tenir et metre en labourage continuel lesd. terres, selon qu’elles y seront propres, aultrement à faute de ce faire, en payeront le terrage par estimation, et en ce faisant, le fondz du revenu desd. terrages plus certain et plus asseuré85 ».

77Il apparaît donc qu’il était plus simple dans la gestion et prévision des revenus de la seigneurie de donner des terres à bail à rente plutôt qu’à terrage : car, outre que la récolte pouvait être incertaine, les terres n’étaient pas mises en labours et en culture tous les ans. Le terrage constituait pourtant une part importante des revenus des terres berrichonnes telles que La Chapelle-d’Angillon.

3. Les dîmes

78Les dîmes étaient comme les terrages, un prélèvement proportionnel à la récolte. Elles étaient davantage régulières. Toutes les dîmes de la seigneurie n’appartenaient pas au seigneur ; les cas variaient selon les possessions de Sully.

79Dans le duché de Sully-sur-Loire, la dîme représentait la même proportion que le terrage, c’est-à-dire une gerbe sur douze pour les grains. Appartenaient à Sully seulement les dîmes de Bonnée (8 mines de seigle), de Vannes et de Moulin-Frou (5,5 mines) et de Sennely (3 muids). Il semble que dans le duché-pairie, la dîme constituait une redevance fixe, une sorte d’abonnement. En outre, on ne prélevait que les grosses dîmes ou dîmes sur les grains.

  • 86 ADC, 2 F 631, comptes de Pierre Éverard.
  • 87 Ibidem.

80Dans les seigneuries de Baugy, Chanteloup, Chaumoux, Solérieux, Les Essarts, la situation était beaucoup plus compliquée : les dîmes portaient sur les grains, mais aussi sur les laines, le vin et le chanvre. Les dîmes de Baugy, Ondrées, Nérauges et Alléant étaient partagées avec le curé de Baugy. L’ensemble des dîmes, grains exceptés, rapportait 189 livres 15 sous en 160586. La dîme en grains de Baugy était partagée pour moitié avec le vicaire de Notre-Dame de La Blanche et avec le prieur de Berry ; sur la part de Maximilien de Béthune, le curé de Baugy pouvait prendre encore douze setiers, c’est-à-dire la moitié, pour sa portion congrue. De même le curé d’Alléant prenait un quart de la dîme d’Alléant, et la moitié de celles d’Ondrées et de Nérauges. La grande dîme de Sévry était perçue une année sur deux alternativement par Sully et par le sr de Corbet. Le curé de Gron prenait un setier de froment et un setier de seigle sur la dîme de Solérieux. Outre ces complications, les dîmes en grains étaient prélevées par quart : un quart froment, un quart méteil, un quart avoine et un quart seigle. Au total, la dîme en grains était de 77 setiers87.

  • 88 ADC, Ε 614, liève des revenus de Culan (1617).

81À Culan également, en plus des dîmes en grains, on prélevait celles en vin, chanvre et agneaux88. Ces dernières étaient peu élevées : 5 aunes et 4 livres 12 deniers pour le chanvre (à Villaine et à Fréjet), 40 livres provenant de la vente de quarante agneaux de la dîme, 6 livres pour le vin (à Vesdun). Car les « blés » (avoine et seigle uniquement) rapportaient bien davantage. Il y avait dîme à Fréjet, Chaux, Puis-Jugin, Bois-Courcis, Fouez, Vallant, Villaine, Vesdun, La Margot, Aulart, Bonneblond, La Font-Courbe, Esmery, Montcouet, qui se prélevaient par tiers : deux tiers seigle et un tiers avoine. Dîmes et terrages étaient levés ensemble à Culan ; il est rare que les uns ou les autres soient perçus séparément : la dîme seule existait à Montcouez et à Fuzet, le terrage seul à Saint-Vret, Forêt-Vieille et Lordelu.

82L’ensemble des dîmes et terrages de Culan représentait un apport important dans le revenu de la baronnie : 74 setiers 2 boisseaux 14 coupes de seigle (près de 50 livres) et 42 setiers 2 boisseaux 4 coupes d’avoine, c’est-à-dire plus d’un dixième de la recette en seigle et en avoine. Les cens et rentes en comparaison rapportaient moitié moins pour le seigle (42 setiers) et un peu plus pour l’avoine (54 setiers).

83L’ensemble des droits seigneuriaux et féodaux exigeait donc une attention particulière, car la perception en était rendue difficile par le grand nombre de personnes qui y étaient astreintes et par la diversité de ces droits. Il est étonnant de constater qu’aucun d’eux n’a été laissé à l’abandon. Ils n’ont pas été seulement entretenus, mais même, dans certains cas, réaffirmés et renforcés, alors que l’exploitation du domaine réservé était bien plus profitable et exigeait, de par son étendue et sa dispersion, beaucoup de soins. L’exploitation de ces droits est à rapprocher du rôle féodal et seigneurial de Sully, que le duc remplit parfaitement, que ce soit pour rendre ou faire rendre les hommages, refaire le terrier, fournir les ornements de la collégiale Saint-Ythier, contrôler les officiers seigneuriaux et les fermiers. Car la grandeur d’une terre, ce n’était pas seulement le profit que l’on pouvait en retirer, c’était d’être « assez seigneuriale » et réputée. L’exploitation du domaine réservé fut, elle aussi, très soignée mais elle répondait à d’autres objectifs.

B. L’EXPLOITATION : LE DOMAINE RÉSERVÉ

84Le domaine réservé, ensemble des terres que le seigneur faisait exploiter directement ou par des métayers et fermiers, en échange d’un loyer régulier et renouvelable, se composait essentiellement de prés, terres labourables, moulins, métairies, forêts et étangs. L’exploitation du domaine réservé se faisait de deux manières : soit dans le cadre du contrat de métayage, pour les terres et quelques prés, soit dans le cadre du fermage pour les prés, étangs, qui, quoique compris dans les métairies, étaient exploités à part. Enfin, la coupe des forêts se faisait directement par le fermier général. Le domaine réservé ne sera étudié en détail que dans le cadre du duché de Sully-sur-Loire, où il était le plus développé. Nous verrons en premier lieu le domaine réservé exploité dans le cadre de la métairie, puis celui qui était exploité en dehors de celle-ci.

I. LE CADRE D’EXPLOITATION : LA MÉTAIRIE

1. Description du domaine

85Le domaine de Sully-sur-Loire, tel qu’il existait au temps de Sully, avait été constitué tardivement. La seigneurie de Moulin-Frou, avec les métairies et moulins de Riou, Moulin-Frou, Le Bois, Moulin-Neuf, sur le Beuvron, qui avaient été acquise en 1510 par Louis de La Trémoille, fut ensuite donnée en 1553 à l’un des bâtards de Louis III, François de La Trémoille. De même sa fille naturelle Anne, épouse de François de Menon, reçut les métairies des Grandes Gorges, de La Laurendière, de Cuissy, de Glatigny, de Chéry et les pacages de Vannes, les taillis et étangs des Corbellières et les étangs d’Oussain, Olivier et Cul-d’Acier. Ce fut seulement en 1601 que la seigneurie de Moulin-Frou fut rachetée par Claude de La Trémoille ; quant à l’héritage d’Anne de La Trémoille, et de François de Menon, il fut réuni en juin 1605 par Sully, qui y ajouta en outre les héritages de Philippe Le Maire : Briou, Les Angliers, Rideau et Voiseux.

  • 89 Voir ci-dessus p. 275-277.

86Au début du xviie siècle, les métairies du domaine étaient donc peu nombreuses : Solaire, Villemouette, Mauvy, La Caille, La Boucherie, et Le Bouloy ; leur nombre passa de six à vingt et un en quelques années89.

  • 90 Voir la carte des métairies de Sully-sur-Loire, p. 262.
  • 91 Voir la carte de détail des métairies de Moulin-Frou, p. 263.

87On peut les regrouper en plusieurs ensembles90. Tout d’abord les métairies proches de Sully-sur-Loire : Briou, La Naudière, Les Grandes Gorges, Voiseux, La Caille, Les Angliers, Rideau. De Briou à Voiseux, les exploitations englobaient les prairies du bord de Loire ; Briou était la plus prisée de toutes, non à cause de sa proximité immédiate du château, mais à cause des pâturages des Arbres-Rois. La Caille, Les Angliers et Rideau formaient une sorte d’excroissance greffée sur ce groupe, de part et d’autre de la forêt de Sully. Le deuxième ensemble comprenait les métairies de Mauvy, Ville-mouette, Solaire et La Boucherie, qui étaient les plus anciennes du domaine ; elles n’étaient pas à proprement parler situées dans la Sologne propre (La Boucherie était sur une terre inondable en cas de crue de la Loire) ; les taillis y étaient encore peu nombreux, de grands espaces étaient laissés vagues ou en bruyères. Enfin les métairies du troisième groupe, Chéry, Riou, La Laurendière, Moulin-Frou, Le Bois, Le Bouloy, Moulin-Neuf et Glatigny étaient en revanche situées en pleine Sologne91 : la plupart étaient sur les bords du Beuvron, ou bien au milieu de leurs terres, défrichées sur les bois et les taillis partout présents ; les prés néanmoins étaient nombreux sur les bords du Beuvron. Plusieurs étangs dépendaient de ces métairies et moulins.

88Ce sont ces vingt et une métairies qui, au temps de Sully, avec les prés, étangs et taillis en dépendant, représentaient l’essentiel des revenus de la ferme générale.

2. Le mode d’exploitation : les différents types de métairies

89Le système de la ferme générale consistait à louer pour plusieurs années chacune des exploitations du domaine qui, toutes, étaient appelées métairies. Malgré l’uniformité de cette appellation, les baux n’étaient pas semblables : on peut distinguer les baux à « moison » où les fruits et semences étaient partagés par moitié, les baux à loyer en nature, enfin les baux accompagnés d’un bail à cheptel.

90Une seule constante peut être notée depuis la fin du xvie siècle : quel que soit le type de bail, une redevance annuelle fixe, en nature ou en argent était toujours payée. Le reste, en particulier les suffrages (poules, chapons, beurre, fromages, etc.), variait d’un cas à l’autre ; le détail des suffrages n’était pas toujours donné dans les déclarations de revenu.

91L’évolution de la durée des baux des métairies suivit celle de la ferme générale : de six ans à l’origine, elle passa en 1625 à neuf ans, chaque fermier général pouvant, lors de l’entrée en jouissance de son bail, renégocier les clauses des métairies. Mais cette durée était moins contraignante que celle de la ferme générale, car, en cas de non-paiement du loyer ou des redevances, le métayer devait déguerpir ; d’autre part, il était prévu une clause d’interruption du bail au bout de trois ans. Chaque métayer devait entretenir de menues réparations les bâtiments, en particulier couvrir de paille ou de chaume, ou du moins fournir la quantité de paille nécessaire pour la couverture, et fumer les terres de la métairie. Il devait payer les cens, mais les recettes des cens, rentes, dîmes et terrages appartenaient au fermier général. Dans le cas des métairies à moison, les cens étaient décomptés avant le partage des fruits. Les métayers avaient droit de pacage et chauffage dans les taillis, bois et haies dépendant des métairies, dont la coupe et l’exploitation, ainsi que celle des étangs, étaient réservées au fermier général.

92En 1622, seules huit métairies étaient des métairies « à moitié » : La Naudière, La Caille, La Boucherie, Mauvy, La Laurendière, Riou, Le Bois et Le Bouloy, c’est-à-dire que la moitié des métairies solognotes y figuraient. Trois métairies ou moulins seulement n’avaient pas de bail à cheptel (Cuissy, Voiseux et Glatigny), mais nous avons vu que c’était le résultat d’une politique délibérée du premier fermier général, François Bouteroue. Parmi les autres, seules quatre faisaient l’élevage de bovins (Briou, Les Grandes Gorges, Les Angliers et Solaire), c’est-à-dire celles qui disposaient de grandes pâtures ; le reste des métairies mêlaient élevage de bovins et d’ovins, outre les porcs, les oies, la volaille et parfois les juments.

93Les baux à moison. – Dans le bail à moison, tout se partageait par moitié : le preneur (le métayer) et le bailleur (le fermier général) fournissaient la moitié des semences et se répartissaient les fruits, déduction faite de l’apport de chacun. À La Naudière, les fruits des vignes et des jardins, outre ceux des terres labourables, étaient également répartis par moitié, mais l’entretien et la récolte incombaient au seul métayer. Il était parfois prévu un loyer annuel en argent fixe : 75 livres à la métairie du Bois en 1621, ce qui était la plus forte redevance en argent payée par les métairies. Malgré l’insolvabilité du métayer du Bois, qui vit saisir ses meubles et son bétail (deux vaches, un taureau et dix-neuf brebis), la somme fut augmentée en 1622 (80 livres). Pour les autres métairies, le loyer en argent était inférieur : 18 livres à La Naudière, 20 livres à La Laurendière, rien à La Caille, La Boucherie, Mauvy et Le Bouloy.

  • 92 ADL, 5 J 279, Journal des rentes, fol. 15.

94Le métayer devait charroyer lui-même les grains jusqu’au grenier du fermier et chacun des baux précisait en outre le nombre de journées de labourage ou de charrois que le métayer devait effectuer pour le compte du fermier. À La Naudière, le métayer devait labourer « le tiers de la moitié du preneur »92. À La Caille, Riou, La Boucherie et Le Bois, il devait fournir quatre journées de ses chevaux, il pouvait labourer les terres qui lui appartenaient en propre, mais les fruits seraient partagés par moitié, et il ne pouvait labourer d’autres terres que les siennes ou celles de La Caille sans le consentement du fermier. À Mauvy, le métayer devait cinq journées, à La Laurendière et au Bouloy seulement deux journées. Le métayer du Bouloy avait en outre le privilège de labourer et d’ensemencer deux minées de terre (soixante-cinq ares) en navets, dont le fermier ne prendrait qu’un sixième des fruits.

95Dans les baux à moison, le métayer était tenu de loger, payer et nourrir les moissonneurs : c’étaient ces derniers qui rendaient compte au fermier général du nombre de gerbes récoltées, du nombre de gerbes battues tel jour, et de la quantité de grains que l’on en avait tirée. C’était sur leur rapport que se faisait le partage avec le métayer. Les blés étaient engrangés et battus dans chaque métairie. Au fur et à mesure du battage (d’octobre à mars et surtout pendant les trois plus mauvais mois de l’année, décembre, janvier et février), la part du fermier, c’est-à-dire sa moitié, lui était apportée également au fur et à mesure, les grains du métayer étaient apportés et engrangés à Sully-sur-Loire ou à Gorges. À la fin d’une année (en mai ou juin), on faisait le compte devant le notaire des grains reçus et récoltés.

  • 93 ADL, 5 J 279, fol. 22.

96Le principe était que le métayer donnait au fermier général la moitié de ses récoltes. Mais le plus souvent, c’était le fermier qui avait avancé la semence. Ainsi, au début de l’année 1622, alors que Marois, métayer de La Caille était en place depuis deux ans, on lui prêta le 14 mars trois setiers de seigle, le 6 avril un cent de foin et trois setiers de seigle, le 19 avril vingt quartes d’avoine, le 23 avril trois setiers de seigle et deux setiers d’orge, le 6 mai trois setiers de seigle, les 23 et 29 mai à nouveau trois setiers de seigle à chaque fois93. Cette semence était déduite de la part de moisson du métayer, qui en outre devait s’efforcer d’avancer la semence pour l’année suivante, et déduire le loyer en argent et suffrages de son propre profit (à La Caille c’étaient six livres de beurre, six fromages, six poulets, et six chapons). La redevance à fournir par le métayer était aggravée par le système du bail à cheptel, qui existait toujours à côté du bail à moison, où, là aussi, les parts se faisaient à moitié en déduisant l’apport initial de chacun. Or, nous le verrons plus loin, il était rare que le métayer apportât autant que le fermier et il devait donc acheter une partie du troupeau. Nombreux étaient ainsi les cas où, en définitive, le métayer devait s’endetter et quitter son bail : le même Marois à qui l’on a prêté, au printemps 1622, 21 setiers de seigle (13,27 hectolitres) dut vendre au mois de juillet un petit cheval blanc qui lui appartenait pour 30 livres. Finalement, ses meubles et son bétail furent saisis ; on lui trouva vite un successeur. Pour l’année 1621, il ne fut pas une métairie qui ne dût de l’argent au fermier général.

97Certaines années, au contraire, étaient particulièrement fructueuses ; ainsi, en 1622, la récolte dépassa-t-elle d’un tiers et doubla même parfois celle de l’année précédente (vingt et un muids de seigle au lieu de douze à La Caille, dix-neuf au lieu de quinze à La Boucherie). Ces années-là, le métayer arrivait à payer son loyer ; le fermier général profitait beaucoup, alors que pour les baux à loyer en nature, son profit était fixe, quelle que soit l’année.

98Les baux à loyer en nature. – La plus grande partie des métairies du duché de Sully-sur-Loire étaient à loyer fixe en nature. Comme pour les baux à moison, les suffrages y étaient nombreux : un porc (valant de huit à douze livres), six chapons, six poulets, six livres de beurre, six à douze fromages, un cochon de lait, quelquefois six livres de lin, dix à vingt-cinq livres de chanvre. En 1622, l’ensemble des suffrages se montait à vingt porcs, cent trente-quatre chapons, cent trente-quatre poulets, six oies, cent trente-six livres de beurre, cent trente-six fromages, onze cochons de lait, six livres de lin, cent quarante-deux livres de chanvre. On peut en évaluer le profit en argent à 340 livres environ.

99Huit métairies payaient leur loyer à la fois en seigle et en froment : moulin et métairie de Briou, métairies de Cuissy, La Naudière, Les Grandes Gorges, Solaire, La Boucherie et moulin de Voiseux, toutes exploitations situées près de la ville de Sully-sur-Loire. Aucune ne payait uniquement en froment, mais quatorze uniquement en seigle : Riou, Rideau, Les Angliers, Villemouette, La Caille, Glatigny, Moulin-Neuf, Le Bois (moulin et métairie), Moulin-Frou, La Laurendière, Mauvy, Chéry et Le Bouloy. Parmi ces dernières figuraient toutes les métairies et tous les moulins de la seigneurie de Moulin-Frou, située en pays de bois et d’étangs et moins propice à la culture du froment. Ces métairies avaient également une redevance moins élevée que les premières : de cinq muids de seigle (moulin Bois) à neuf muids (Glatigny) ; alors que les métairies à froment payaient de six muids (Cuissy) jusqu’à douze muids (Briou). C’étaient là les terres les plus riches, les métairies les plus importantes. D’après ces comparaisons, il apparaît que les acquisitions faites par Sully en 1605 (Briou, Cuissy, Les Grandes Gorges, Voiseux, Glatigny) étaient plus profitables que celles qu’il avait faites dans la seigneurie de Moulin-Frou.

Tableau des revenus en grains des métairies de Sully-sur-Loire en 1622

Tableau des revenus en grains des métairies de Sully-sur-Loire en 1622
  • 94 ADL, 5 J 279, Journal des rentes, fol. 26.

100Ce loyer annuel en nature n’était pas versé au fur et à mesure de l’engrangement des grains, mais à date fixe : à Noël et à Pâques, alors que les suffrages se payaient à la Toussaint. Les versements étaient en réalité échelonnés : en 1621-1622, le métayer des Angliers apporta neuf mines de seigle le 5 novembre, neuf autres le 11 novembre, neuf encore le 20 novembre, neuf le 11 décembre, neuf le 3 janvier, trois setiers le 8 janvier, trois setiers le 15 janvier, six mines le 15 janvier, six mines le 29 janvier94 ; en 1622-1623, les versements commencèrent au 25 novembre et finirent au 18 février.

101Ce loyer était parfois compté en nature mais versé en argent : ainsi à Chéry, il était de sept muids et demi de seigle, dont la moitié en nature et l’autre en argent ; le prix du muid était fixé à 24 livres. De même, le plus souvent, la fourniture d’un porc à la Toussaint était remplacée par une somme d’argent (de 6 à 12 livres).

102Les clauses particulières pour les moulins. – Le domaine de Sully-sur-Loire comptait sept moulins : Voiseux et moulin de Briou sur la Sange, Glatigny, Moulin-Neuf, Moulin-Frou, Moulin-Bois et Chéry sur le Beuvron. Au Bois et à Briou, il existait à la fois une métairie et un moulin. Les moulins constituaient une catégorie particulière des métairies, car, outre leur fonction propre, leur étaient rattachés comme pour les métairies, des terres, prés, pâtures et taillis que les preneurs devaient exploiter, et pour lesquels ils devaient payer une redevance.

  • 95 Ibidem, fol. 13.

103Mais certaines clauses des baux concernaient plus spécifiquement les moulins. Comme les métairies, puisqu’ils possédaient des terres, le loyer en était fixe, en nature, ou bien représentait la moitié de la récolte. Mais il se payait parfois à la semaine : ainsi en 1620, Florent Méry, meunier de Briou, devait cinq muids et demi de seigle, mesure de Sully, par an, à payer à la semaine, à raison de cinq quartes un boisseau95. D’autres fois, la redevance était non en grains mais en farine.

  • 96 Ibidem, fol. 20.

104La clause des réparations était plus astreignante que pour les métairies, car le meunier devait curer et entretenir à ses frais les biefs et arrière-biefs du moulin. Les grosses réparations cependant, telles que remplacement de la meule, de l’arbre ou des chemins appartenaient au fermier général en vertu de son bail. En 1620, Pierre Merlin, meunier de Voiseux, fut tenu de baisser la rivière du moulin au-dessous de la roue pour donner plus de cours à l’eau96. En contrepartie de cet entretien, le meunier était parfois autorisé à pêcher du poisson pour son propre usage dans la rivière, les biefs et les arrière-biefs. Mais le fermier général se réservait toujours la pêche des étangs alimentés par la rivière du moulin, ainsi que les taillis et les arbres, aubiers ou aulnes, qui se trouvaient au bord de la rivière.

  • 97 BN, nouv. acq. fr. 25 232, comptes de Mathieu Salle, fol. 70 v°. En 1603, on était allé chercher e (...)
  • 98 ADL, 5 J 279, Journal des rentes, fol. 13.

105Le fermier général devait remplacer la meule si nécessaire ; c’était un des frais les plus importants parmi les réparations (cinquante livres environ, sans compter le transport d’une masse fort onéreuse)97 ; les poutres et les grosses pièces de bois devaient être également remplacées par le fermier général sous peine de voir chômer le moulin. Mais parfois le meunier contribuait à cet entretien : à Briou en 1620, le meunier dut payer trois livres par pouce de diminution de la meule98.

  • 99 ADL, 5 J 279, fol. 22.
  • 100 ADL, 5 J 279, fol. 47.

106Les baux à cheptel. – Les baux à cheptel fonctionnaient selon le même principe que les baux à moison. Chacune des parties apportait son troupeau qui était « blocqué » ; la part de chacun était évaluée en argent, celui qui avait apporté le moins avait une dette envers l’autre ; à la fin de l’année, les fruits étaient partagés par moitié. En réalité, chacun ne reprenait pas sa part avec son profit, car les troupeaux étaient constitués pour plusieurs années, mais la dette de celui qui avait avancé le moins se trouvait diminuée par le profit réalisé ; à la sortie du bail, chacun reprenait son troupeau. Ce système présentait un inconvénient majeur : dans la pratique, la dette devait être remboursée dans l’année, que ce soit sur les profits de grains ou sur les profits de bétail. On négociait souvent pour reporter sur l’année suivante, en contractant une obligation devant notaire, mais s’il s’avérait que la somme à rembourser était trop élevée et que le métayer se montrait incapable de rembourser, il devait quitter son bail. En 1620, on assembla à La Caille huit bœufs de trait, cinq vaches, deux grandes génisses, trois taureaux et un veau, ainsi que quatre-vingt-trois brebis mères et trente-quatre agneaux ; le métayer et le fermier se payèrent l’un à l’autre la différence99. En 1621, le métayer de La Boucherie amena six vaches, trois génisses, et deux taureaux, le fermier seulement deux vaches, aussi dut-il payer 52 livres à son métayer. Mais la plupart du temps, la part du métayer était inférieure à celle du fermier. Quand la dette provenant des redevances en grains venait s’ajouter à celle du bétail, on vendait ce dernier : en 1623 à Chéry, le meunier Hubert céda au fermier tout son troupeau pour « demeurer quitte de toutes les moissons écheues à la Toussaint dernière100 ».

107La charge de nourrir et de mener paître le bétail incombait au métayer. Si l’on vendait du bétail, le prix de la vente était partagé par moitié ; de même, en cas de perte, la valeur de l’animal était répartie entre chacun. En réalité, nous ne savons pas dans quelles conditions on plaçait, vendait ou retirait du bétail dans une métairie : il arrivait très souvent que le fermier général déplacât une partie du troupeau d’une métairie dans l’autre, et il est bien évident qu’un grand troupeau pouvait être source de grands profits pour un métayer, mais aussi une lourde charge, lorsqu’il fallait acheter une partie des bêtes et les entretenir, charge qui s’ajoutait à celle des récoltes en grains.

108C’était donc dans ce cadre juridique, baux à loyer en nature et baux à moisons, baux à cheptel et baux pour les moulins, que se faisait l’exploitation des métairies du duché de Sully-sur-Loire. Contrairement aux baux de la ferme générale, on n’observe pas de modifications notables, dans la forme, apportées par François Bouteroue lors de son premier bail ; cependant cette forme n’était pas fixe et subissait de nombreuses variantes d’un contrat à un autre, vraisemblablement selon l’accord conclu entre les parties.

  • 101 ADL, 5 J 43.
  • 102 ADL, 5 J 279.

109Le mode d’exploitation des vingt-deux métairies et moulins du duché-pairie de Sully-sur-Loire peut être précisément étudié grâce à deux documents qui nous ont été conservés : la description détaillée de chacune d’elles, pièce par pièce101, et le Journal des rentes tenu par le fermier général pour les années 1620-1622102. Dans ce dernier, le fermier notait les baux des métayers, leur paiement, les récoltes et les semences des métairies à moison, la constitution et la vente des cheptels, le nombre de gerbes récoltées et battues, le calendrier du battage et l’engrangement des récoltes, etc. Cependant il subsiste des lacunes : il manque la description de quatre métairies (Cuissy, Glatigny, Moulin-Neuf et Le Bois) ; en outre, le mode d’exploitation des terres ne peut être réellement étudié que pour les métairies à moison pour lesquelles le fermier indiquait les semences et les récoltes : Briou, La Naudière, La Caille, La Boucherie, Mauvy, Chéry, Le Bouloy, La Laurendière et Riou.

3. La taille des métairies

110Chacune des métairies était constituée de divers éléments qui faisaient d’elles une exploitation autonome : bâtiments d’exploitation, avec cour, jardins, et éventuellement vignes, ainsi que terres labourables, prés, pâtures, taillis et étangs. Le métayer en réalité n’avait que le droit d’usage des taillis, dont l’exploitation, ainsi que celle des étangs, revenait au fermier.

Tableau des superficies des métairies de Sully-sur-Loire selon la proportion de terres labourables

Tableau des superficies des métairies de Sully-sur-Loire selon la proportion de terres labourables
  • 103 Voir tableau.

111La taille moyenne des métairies était de 50,1 hectares. Mais ce chiffre ne saurait faire illusion, car il faut défalquer les taillis et pâtures ; la surface labourable est alors plus restreinte : environ 24,4 hectares. La plus grande métairie en superficie était Mauvy : 140 hectares environ, mais la surface labourable ne représentait que 18 % des terres (25 hectares), car l’essentiel était constitué de bruyères (72 hectares), de pâtures (24 hectares) et de taillis (14,3 hectares). La plus petite métairie, Moulin-Frou (15 hectares) possédait 6,25 hectares de terres labourables, soit un peu moins de la moitié de sa superficie totale (42 %). On observe que les métairies où la surface labourable était proportionnellement la plus grande étaient celles d’une superficie comprise entre 30 et 40 hectares. À Solaire, aux Grandes Gorges, à La Boucherie et à La Naudière, où les terres labourables représentaient la plus grande partie de la superficie, il n’existait pas, ou très peu, de taillis103.

112L’éventail des superficies en terres labourables était ainsi moins étendu que celui des superficies de l’ensemble des terres : il était compris entre 6,25 hectares (Moulin-Frou) et 38,8 hectares (Solaire). En réalité, seules quatre métairies avaient plus de 30 hectares, trois moins de 20 et une seule moins de 10 ; huit avaient entre 20 et 30 hectares. Les différences de tailles de métairies, sous cet angle, étaient donc moins importantes qu’il n’y paraissait : il n’existait pas de métairies dont la surface labourable fût beaucoup moins importante que les autres ; les différences provenaient de l’existence ou non de pâtures, bruyères, taillis. D’autre part, la répartition sur l’ensemble du duché était assez homogène ; les métairies les plus grosses n’étaient pas regroupées dans une région précise du duché : parmi les quatre de plus de 30 hectares, Solaire et La Boucherie se trouvaient dans le nord, non loin de la Loire, Le Bouloy et La Laurendière dans la partie méridionale, dans la Sologne propre. Néanmoins, on peut esquisser une autre répartition : c’était l’ancien domaine de Sully qui possédait le plus de terres labourables, avec Solaire et La Boucherie ; là aussi que se trouvait le plus grand espace de terres vaines et vagues en bruyères (à Mauvy) ; dans la partie solognote, on trouvait quelques métairies bien pourvues en prés : La Laurendière, Chéry, Le Bois. Dans l’ensemble des métairies proches du château et de la ville de Sully, Briou dépassait toutes les autres par sa superficie en prés (27 hectares), de loin la plus importante du duché, jointe à une bonne superficie en terres labourables (28 hectares). Les autres métairies telles que Voiseux, La Naudière, Rideau, Les Grandes Gorges figuraient au contraire parmi les plus modestes du duché.

Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon la superficie des prés

Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon la superficie des prés

113En ce qui concerne les prairies naturelles, hormis Briou qui tirait l’essentiel de ses revenus de ses prés dans la prairie de l’Épinoy et le Val de Cuissy, leur surface et leur nombre étaient peu importants : environ 3,4 hectares ; mais elles étaient assez bien réparties dans le duché. La Laurendière, sur le Beuvron, réunissait plus de 10 hectares, mais Riou, à la limite de la forêt de Chaon, seulement 1 hectare.

Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon la superficie en pâtures, bruyères et taillis

Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon la superficie en pâtures, bruyères et taillis
  • 1 Pourcentage par rapport à la superficie totale des métairies.

Note 11

114Plus importantes étaient les différences de surface en pâtures, pâtureaux et bruyères d’une métairie à l’autre, c’est-à-dire des prés de médiocre qualité, destinés à faire pacager les troupeaux de moutons. Mauvy l’emportait sur toutes avec ses 71 hectares de bruyères et ses 23 hectares de pâtures. Seules cinq métairies avaient des parcelles couvertes en bruyères : Mauvy, Le Bois, Riou, Les Angliers, Le Bouloy. Quant aux pâtures, leur superficie moyenne représentait le double de celle des prairies naturelles (7,5 hectares, contre 3,4 hectares) ; là encore, c’étaient Riou, Mauvy et Le Bouloy qui en avaient le plus ; leurs prés, il est vrai, étaient peu importants.

115On peut d’après ces indications dresser, au moins pour une partie, un tableau des métairies qui paraissaient les plus rentables. En premier lieu ; Briou et La Naudière qui disposaient de grandes surfaces de terres labourables et de prés ; puis Mauvy, Le Bois et La Boucherie. Quant aux métairies les moins favorisées, ce semble être Rideau, Moulin-Frou, Voiseux, Les Grandes Gorges et La Naudière ; nous comparerons plus loin avec leur production.

116Il faut encore attirer l’attention sur l’importance des jardins. Ceux-ci, souvent clos, jouxtaient les bâtiments d’exploitation qui étaient toujours ainsi disposés : une maison contenant une chambre à feu où vivait le métayer, un grenier pour les réserves de grain et une bergerie ; devant la cour, en face, les toits à vaches et à porcs, éventuellement une grange et une écurie. La maison était généralement couverte de tuiles et les autres bâtiments de paille ou de chaume. Les jardins de part et d’autre des bâtiments n’étaient pas négligeables : les plus petits faisaient un quart d’hectare, mais les plus grands (à La Naudière, Villemouette, Mauvy, La Laurendière) faisaient entre un et deux hectares ; les prés en comparaison avaient une superficie d’environ 3,4 hectares. Ces jardins étaient souvent qualifiés « à faire chenevière », c’est-à-dire du chanvre ; là les cultures étaient libres et le fermier, sauf cas contraire, ne prenait rien aux fruits du jardin. Ils pouvaient donc constituer un apport supplémentaire.

4. Les parcelles, leur nombre, leur répartition

117Les terres labourables, les prés et les pâturages n’étaient jamais d’un seul tenant, mais étaient divisés en un certain nombre de parcelles ; c’était cette répartition qui établissait une réelle différence entre les métairies. En moyenne, on comptait dix parcelles de terres labourables, et trois à quatre de prés par métairie. Si Briou encore une fois était la plus favorisée avec 28 hectares de terre en six pièces (4,7 hectares en moyenne), et 27 hectares de prés en trois pièces (9 hectares en moyenne), La Naudière tout au contraire n’était qu’une mosaïque de petites parcelles : vingt-quatre pour les terres, totalisant 14,25 hectares (0,6 en moyenne) et trois pour les prés (0,85 hectares en moyenne). Le classement des métairies en fonction de la taille de leurs parcelles fait apparaître que là encore, c’était les mieux pourvues en terres labourables qui possédaient les pièces les plus grandes : Le Bouloy (37,8 hectares, 5,4 hectares de moyenne), La Caille (25 hectares, 5 hectares de moyenne), La Laurendière (37,6 hectares, 4,7 hectares de moyenne), Briou (27,8 hectares, 4,6 hectares de moyenne), Mauvy (25 hectares, 4,2 hectares de moyenne). Il en résulte que la superficie en terres labourables ne dépendait pas, sauf exception, du nombre de parcelles assemblées, mais bien de la taille de celles-ci.

Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon les parcelles de terres labourables

Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon les parcelles de terres labourables

118La répartition géographique des métairies où les parcelles étaient de grande étendue était assez homogène dans tout le duché ; on observe au contraire de grandes différences à l’intérieur de chaque ensemble. Dans le groupe des métairies proches de Sully, Briou et La Caille étaient les deux plus importantes, bien pourvues de terres et peu morcelées ; les autres (La Naudière, les Grandes Gorges et Voiseux), situées dans la paroisse de Saint-Aignan-le-Jaillard, étaient de petites exploitations avec de petites parcelles. Une pareille distorsion pourrait s’observer dans le groupe des métairies solognotes : La Laurendière et Le Bouloy étaient deux belles métairies, Le Bois, Chéry, et surtout Moulin-Frou étaient bien plus divisées. Les autres métairies du duché formaient un ensemble plus équilibré.

5. Les types de cultures et les rendements

119Dans le duché-pairie de Sully-sur-Loire, les « bleds » étaient la culture dominante, contrairement à La Chapelle-d’Angillon, où l’avoine était largement autant cultivée. Les « bleds » étaient le froment ou le seigle (on ne trouve pas de mention de méteil, mélange de froment et de seigle). Les redevances étaient le plus souvent, versées par catégories de blés séparées, ou bien moitié seigle et moitié froment, alors qu’à Baugy elles se faisaient le plus souvent par quart (froment, seigle, méteil, avoine). C’est que, à Sully-sur-Loire, la plupart des terres labourables étaient affectées au seigle, et quelques-unes seulement au froment. Pour les cens et rentes payés en nature, un muid sur sept seulement était en froment, soit 14,7 % ; pour les redevances des métairies, pour 140 muids 7 mines de seigle, les métairies versaient 25 muids 10,5 mines de froment, soit 18,4 %, ou un muid sur cinq ou six. Le froment n’était d’ailleurs pas cultivé dans toutes les métairies : seulement à Briou, La Naudière, Cuissy, Voiseux, Les Grandes Gorges, La Boucherie et Solaire. Ce n’étaient pas les métairies les mieux pourvues du domaine ; leur caractéristique commune était d’être situées sur les bords de Loire. Toutes les autres, en pays d’étangs et de forêts, ne portaient que du seigle, céréale plus pauvre, davantage adaptée à ce sol humide.

120Mais le seigle et le froment n’étaient pas les seules cultures du duché-pairie. L’avoine figurait en bonne place, surtout dans les recettes des cens et rentes : trois muids étaient payés à Sully tous les ans. Les métairies la cultivaient aussi en petites quantités : en 1622 on récolta à La Caille 11 mines 3 quartes d’avoine pour 10,5 muids de seigle : l’avoine représentait donc 9,3 % des récoltes ; à La Boucherie 36 quartes d’avoine pour 9 muids 8 mines de seigle et 1 muid 3 mines de froment, soit 7,7 % ; à La Laurendière 2 muids 4 mines d’avoine pour 12,5 muids de seigle, soit 18,5 %.

121L’avoine, ainsi que les autres cultures, orge, pois et fèves, n’était perçue que dans les métairies à moitié fruits. Orge, pois et fèves étaient peu importants, sauf à La Caille où l’on récolta en 1622 un muid d’orge, outre l’avoine et le seigle.

122Par contre, dans les clos et jardins proches des métairies, le chanvre était souvent cultivé. Il figurait dans les redevances en nature des métairies de Briou, Rideau, Les Angliers, La Boucherie, Glatigny, Moulin-Frou, La Laurendière, Le Bois, Le Bouloy, c’est-à-dire dans la plupart des métairies solognotes. Seule Cuissy fournissait du lin. Lin comme chanvre devaient être livrés prêts à filer.

123On peut donc estimer que, dans le duché de Sully-sur-Loire, 75 % des terres portaient du seigle, le reste se répartissant selon les métairies en froment, chanvre, avoine et orge. L’étude d’un autre domaine tel que Baugy amènerait à une autre répartition des cultures : 40 % de froment, 38 % d’avoine, 15 % de méteil et 7 % de seigle.

  • 104 ADL, 5 J 279.

124Pour les années 1620-1622, les rendements des métairies peuvent être étudiés grâce au Journal des rentes tenu par le fermier général104, et ce pour les métairies à moitié, pour lesquelles le fermier indiquait les quantités de grains ensemencées et récoltées.

125Avec des rendements compris entre 3 et 7, les terres des métairies du duché s’avéraient assez fructueuses. Les chiffres les plus élevés s’observent pour l’année 1622, qui, à plus d’un égard, fut exceptionnelle : de 3,7 à 7,1, soit un rendement moyen de 5,5 pour le seigle, et de 4,8 pour le froment. L’année 1621, plus commune, est aussi plus représentative : les rendements pour le seigle furent de 3 à 4,6, soit 4,5 en moyenne, et pour le froment de 4,1. Mais si certaines terres comme celles de Riou et du Bouloy stagnaient à un rendement compris entre 3,5 et 4,5, d’autres comme La Boucherie, La Laurendière, La Naudière dépassaient les 5 pour 1. Or, ces métairies se trouvaient déjà dans le groupe des plus belles exploitations du duché pour leur superficie en terres labourables, et pour la taille de leurs parcelles. Elles l’étaient donc également pour la qualité de leurs terres.

  • 105 ADL, 5 J 279, fol. 22.
  • 106 ADL, 5 J 279, fol. 28.

126Un rendement de trois pour un, tel qu’on l’observe à La Caille en 1621, semble insuffisant pour le métayer : la semence déduite, sa part restait égale à ce qui avait été ensemencé. De fait, dès le printemps 1622, le fermier dut avancer de la semence à son métayer105 : trois setiers de seigle à chaque fois les 14 mars, 6 avril, 23 avril, 6 mai, 23 mai et 29 mai, et quatre setiers encore le 11 juillet. La quantité avancée, trois muids quatre setiers, représentait presque la totalité du blé ensemencé. Une situation semblable se retrouva à La Boucherie106 : en 1621 on récolta seize muids huit mines de seigle ; une fois déduite la semence (3 muids) et la dîme (1 setier), il restait au métayer sept muids trois mines. Mais il devait au fermier sur la récolte, un muid quatre mines qu’il n’avait pas fourni ; cette dette fut reportée sur la récolte de l’année suivante. Malgré l’importante moisson, le métayer se trouva encore redevable d’un demi-muid de seigle, outre le froment, en conséquence de quoi il dut vendre un bœuf et six moutons prélevés sur son bétail. Car la part du métayer s’était élevée à neuf muids et demi, c’est-à-dire que la moisson de 1622 lui avait rapporté un muid neuf mines de plus qu’en 1621 ; ce gain se trouva annulé par la dette qu’il avait accumulée (1 muid 4 mines). Pour le métayer de La Caille, les bonnes années avaient compensé les mauvaises années.

Tableau des rendements des métairies de Sully-sur-Loire en 1621 et 1622

Tableau des rendements des métairies de Sully-sur-Loire en 1621 et 1622

127Pour le fermier au contraire ce fut tout profit. Car une année peu fructueuse signifiait toujours pour lui un manque à gagner, non des difficultés de subsistance ; ce manque à gagner pouvait se rattraper sur une autre métairie qui avait mieux profité. En outre, le nombre des métairies à moitié fruits était assez restreint, et la plupart de ses recettes étaient fixes. Une mauvaise année ne pesait donc pas très lourd dans son revenu. S’il avait des liquidités suffisantes pour payer le loyer de la ferme générale, il pouvait encore jouer sur le prix des grains sur le marché, alors que le prix du grain payé par le métayer était invariable.

5. Le bétail : les cheptels, les profits

128Sur vingt-deux métairies étudiées en 1620-1622, seules quatre n’avaient pas un cheptel partagé à moitié entre le fermier et le métayer ; c’étaient toutes des moulins, Cuissy excepté : Voiseux, Glatigny et Moulin-Neuf. Pour toutes les autres, chacune des parties avançait son propre troupeau qui était « blocqué » avec celui de l’autre. La politique du fermier, depuis 1602, était de développer l’élevage du bétail dans les métairies ; les cheptels étaient suivis de très près, et il n’était pas rare que le fermier déplacât quelques bêtes d’une métairie à l’autre, en ajoutât ici, en retirât là. Le métayer devait lui rapporter scrupuleusement s’il avait vendu du bétail au marché et pour quel prix, et si l’une de bêtes du troupeau était morte, il devait en rapporter le « cuir ».

129Quatre métairies seulement élevaient uniquement des bovins (Briou, Les Grandes Gorges, Les Angliers et Solaire) : c’étaient celles qui disposaient de grandes pâtures. Toutes les autres mêlaient élevage de bovins et d’ovins, outre les porcs et les oies, et parfois les juments. Les troupeaux de bovins comptaient environ une vingtaine de têtes, ceux d’ovins une centaine. Pour l’entretien de ceux-ci, un certain nombre de métairies étaient couplées : Les Angliers et Rideau, proches de la forêt de Sully, Villemouette et La Boucherie, Mauvy et Solaire sur les rives de Loire, Moulin-Frou et La Laurendière, sur le Beuvron. Ce système permettait de suppléer les manques des métairies : Moulin-Frou ne disposait pratiquement pas de pâtures. La Boucherie et Solaire n’avaient pas de taillis ; en outre toutes les métairies couplées étaient voisines l’une de l’autre et pouvaient se partager facilement pâtures et bruyères.

Tableau du bétail dans les métairies de Sully-sur-Loire en 1622

Tableau du bétail dans les métairies de Sully-sur-Loire en 1622

130À Briou, qui disposait de grandes prairies naturelles, on n’élevait que des bovins. C’était d’ailleurs à Briou et à La Caille que se trouvaient les plus grands cheptels (26 têtes) ; La Caille semblait particulièrement vouée à l’élevage, puisqu’elle possédait également un gros troupeau d’ovins (132 têtes). À part La Caille et Mauvy-Solaire, où les espaces de bruyères étaient vastes, c’était dans les métairies solognotes que l’on élevait les plus importants troupeaux d’ovins : à Chéry, au Bois, au Bouloy, à Moulin-Frou-La Laurendière, toujours plus de 100 têtes.

  • 107 ADL, 5 J 43, fol. 5.

131Au total, en 1622, dans l’ensemble des métairies du duché de Sully, on élevait plus de 200 bêtes à cornes et plus de 1 100 bêtes à laine. Une estimation de 1641 donne la somme de 15 000 livres pour la valeur du bétail placé dans les métairies107. En réalité, vers 1620-1622, il faut compter un cheptel d’une valeur de 4 600 livres. Le profit que l’on pouvait en tirer annuellement s’élevait à 430 livres environ, qu’il fallait partager entre le fermier et le métayer. Ces profits paraissent faibles ; mais nous ne connaissons que les ventes de bétail, essentiellement des moutons, et si les mutations et transferts de bétail d’une métairie à une autre étaient soigneusement notés, il n’en était pas de même pour les croîts de l’année, car le cheptel était réévalué à la sortie du bail du métayer. À Briou en 1621, on mettait 10 vaches, 5 taureaux, et 1 veau d’une valeur de 210 livres ; le fruit était de 2 vaches, 1 taureau de deux ans et 2 veaux de l’année, mais on perdit 1 vache, 1 taureau et 1 veau ; le profit ne fut donc que de 30 livres. Aux Grandes Gorges, on « bloqua » cinq vaches, deux bœufs, un taureau, et deux génisses, le croît ne fut que de trois veaux pour l’année 1621.

132Il faut sans doute évaluer le profit de bétail à 10 % de sa valeur, en comptant les pertes : car un bœuf mort était revendu (pour son cuir) 5 livres maximum ; vivant il valait 20 livres. Les animaux les plus prisés étaient les bœufs, car ils servaient pour l’attelage : on évaluait 20 livres un bœuf « à longes ». Les vaches valaient 16 livres, les veaux de l’année 4 livres, les taureaux de deux à quatre ans, 8 à 9 livres. Quant aux ovins, s’ils valaient quelques sous pièce, leur nombre important faisait monter rapidement la valeur du troupeau : une brebis-mère était comptée 2 livres, une brebis 1 livre, un mouton 2 livres 15 sous et un agneau 1 livre 15 sous. Le troupeau d’une métairie représentait plus d’une année de revenu annuel en grains : à La Naudière, le troupeau était estimé 230 livres, les grains rapportaient 200 livres. On comprend que le fermier général y apportât tous ses soins.

133Le domaine réservé de Sully-sur-Loire, avec ses 22 métairies et moulins, ses 200 bêtes à cornes et ses 1 100 bêtes à laine était certainement le plus beau de toutes les possessions de Sully. Les principales améliorations avaient été faites dans les premières années, avec les achats et les importantes réparations effectués en 1605 et par la suite, il fut régulièrement entretenu aux frais de Sully. Il était sans doute regrettable que les exploitations fussent aussi dispersées dans tout le duché alors que la gestion était très centralisée. Ce déséquilibre s’observe aussi pour les autres éléments composant le domaine réservé, et exploités en dehors des métairies : prés, étangs et forêts.

II. LE DOMAINE HORS DES MÉTAIRIES

134Sauf à Baugy où l’on affermait un grand nombre de pièces de terre labourable, le domaine exploité en-dehors des métairies était constitué par les étangs, les prés et les forêts. Chacun de ces éléments requérait des soins particuliers et différents selon chacune des seigneuries.

1. Les étangs

135Dans ce pays de Sologne où se trouvait le duché de Sully-sur-Loire, et même, dans une moindre mesure, en Berry, les étangs existaient partout : on en comptait un à Pouligny, un à Chanteloup, quatre à Baugy, un à Orval, sept à Culan, quatre dans l’ancienne baronnie de La Chapelle-d’Angillon et vingt-deux dans le reste du duché-pairie de Sully-sur-Loire.

136Presque toutes les métairies du domaine du duché de Sully-sur-Loire possédaient leur étang, mais certaines étaient mieux pourvues que d’autres. Une concentration s’opérait dans le sud du duché avec les cinq étangs du Bouloy (Grand Étang, Couriou, Potelard, Courgouttoir, Villaudet), les quatre étangs de Riou (Grand et Petit Étang et les Bézeaudières), les deux étangs de Moulin Frou (Grand et Petit Étang), l’étang de Chéry (Marcou) et celui du Bois (Étang Neuf).

  • 108 ADL, 5 J 367.

137L’exploitation des étangs exigeait des soins constants, et les comptes montrent le souci que l’on y portait, tant pour les réparations et l’entretien que pour l’empoissonnement. Dans un devis des réparations à faire aux moulins, métairies et étangs du domaine, en date du 29 septembre 1609108, la moitié des articles (sept sur quatorze) concernaient les étangs, et le premier marché de réparations à faire au domaine, daté du 11 septembre 1602, était uniquement consacré aux sept étangs du Bouloy, de Riou et de Moulin-Frou.

  • 109 Ibidem, marché du 29 septembre 1609.
  • 110 195 x 1 x 0,65 mètres.

138Les étangs étaient traversés par une rivière qui les alimentait en eau courante ; l’eau était retenue en aval par une digue ou chaussée ; il ne s’en écoulait qu’un filet qui passait à travers une grille pour empêcher le poisson de sortir. La chaussée devait être sans cesse entretenue pour éviter le débordement ou la perte des eaux, ou encore pour empêcher que le poisson ne remontât quand il frayait. Cette levée était plus large à son pied (empattement) qu’à sa couronne. Les marchés indiquaient précisément les dimensions de ces levées : en 1609109, il fallait faire à l’étang de Potelard « une levée de cent toises de long, trois pieds d’empattement et deux pieds de couronne pour éviter le dépérissement du poisson qui se perd par les deux côtés110 ». Le flanc de la chaussée était gazonné pour retenir les terres. Parfois même, si nécessaire, on apposait des pièces de bois pour lui donner plus de fermeté.

139La chaussée était traversée par une rigole ou bonde, qui permettait l’écoulement des eaux. En cas d’augmentation du niveau de l’eau, on pouvait faire écouler celle-ci grâce à une « pelle » ou patte, qui se levait au moyen d’une vis ou de leviers. Au contraire, la patte retenait l’eau quand l’étang d’en-dessous était asséché, car la législation et la coutume imposaient de ne commencer la pêche que lorsque celle de l’étang d’en-dessous était faite. La pêche se faisait en effet en asséchant l’étang : l’eau libérée par la patte se jetait dans le déchargeoir, en contre-bas de l’étang, et venait grossir la rivière d’eau courante ou remplir l’étang inférieur. Les poissons ne pouvaient ni sortir lors l’assèchement de l’étang, ni remonter lors de la fraye, grâce à une pièce métallique, parfois en bois, placée aux ouvertures, devant la bonde : le gril ou grille ou grillon. Il importait évidemment que le gril soit toujours bien en place, sinon l’étang « chômait » et n’était pas empoissonné.

140À l’aval, le déchargeoir recevait la chute des eaux. Parfois, on aménageait un plancher de bois devant et derrière le grillon pour recevoir la chute des eaux et empêcher le creusement des terres.

141Lorsque l’étang « fuyait », et ne gardait pas l’eau ou le poisson, il fallait le vider, le curer, ôter la terre, vérifier gril, bonde, déchargeoir, chaussée, et mettre du « conroy » pour étanchéifier.

142L’eau se pressait du côté de la bonde et du gril ; c’était là que se mettaient les pêcheurs au moment où l’on vidait l’étang, car les poissons se regroupaient du côté de la sortie des eaux. Mais de l’autre côté, vers l’amont, l’eau se retirait plus vite, l’étang était envahi de roseaux et d’osiers et la « queue de l’étang » pouvait servir de pacage. C’est pourquoi à Baugy on l’appelait du nom significatif des « retraits ». Dans le domaine de Baugy, les prés les plus importants étaient les retraits d’Alléant, de Beauregard et de Tribault, à la queue des étangs. Parfois ceux-ci étaient laissés en pâture pour plusieurs années.

143L’empoissonnement des étangs était strictement surveillé. Lors de la pêche, qui avait lieu depuis le milieu du mois d’octobre jusqu’à la mi-carême, les grosses pièces, celles qui assuraient la reproduction, étaient dénombrées, les espèces nuisibles rejetées. Les poissons des étangs étaient des carpes de cuisine, quelques tanches, et surtout des perches. L’importance d’un étang se mesurait à son empoissonnement. Dans le duché-pairie de Sully-sur-Loire, les étangs les plus empoissonnés étaient ceux de Potelard et de Villaudet (1 500 grandes perches chaque), du Bouloy, de Couriou, de Remarcault, d’Oussoy et de La Caille (1 000 à 1 200 grandes perches chaque), tous situés près du Bouloy et de Moulin-Frou.

  • 111 ADC, 2 F 631, comptes de Pierre Éverard, fol. 123.
  • 112 ADL, 5 J 279, Journal des rentes, fol. 115-121.
  • 113 ADL, 5 J 43, déclaration des revenus du duché de Sully-sur-Loire, fol. 6.

144L’empoissonnement d’un étang représentait un investissement important : à Baugy en 1605, pour les trois étangs de Pouligny, Tribault et Étang Neuf, on dépensa plus de trois mille livres111. Le poisson était pêché dans les étangs voisins, et transporté par baquets montés sur des charrettes. L’Étang Neuf empoissonné de 4 800 alevins a ainsi nécessité 28 charrois. En 1622, l’ensemble des étangs de Sully-sur-Loire fut empoissonné de 18 500 perches112, leur revenu était de 550 livres (on comptait 30 livres par millier de poissons) ; en 1635 les étangs étaient affermés pour 400 livres ; en 1641, ils n’étaient plus empoissonnés que de sept milliers, valant 210 livres de revenu113.

  • 114 ADC, 2 F 631, fol. 126.
  • 115 Ibidem, fol. 139.
  • 116 ADC, Ε 268.

145À l’époque de la pêche, il fallait tout particulièrement se prémunir contre le braconnage. À Baugy en 1605 on payait six personnes pendant seize jours au mois de mai « lorsque le poisson fraie, et lors de la foire Saint-Barnabé et Saint-Pierre, pour garder les étangs pour éviter qu’on ne dérobe du poisson, car les étangs sont sur le grand chemin où il passe continuellement plusieurs personnes114 ». La même année 1605, Pierre Courcelles fut accusé de plusieurs larcins, « entre autres de voler ordinairement le poisson des étangs de Baugy ». Courcelles fut emprisonné à Bourges, une enquête fut ouverte à la fois à Baugy et à Bourges, car Courcelles était accusé d’autres forfaits à Bourges. Pierre Éverard fit lui-même le voyage de Bourges pour prier le lieutenant criminel et le procureur du roi de joindre ses informations aux leurs. Il donna 30 sous aux témoins pour aller de Baugy à Bourges. Courcelles fut fouetté, marqué de la fleur de lys et banni perpétuellement du Berry115. Mais ce même Pierre Courcelles récidiva : on le retrouve à Saint-Amand en 1608, accusé de « divers larcins à Baugy et ailleurs et aux étangs de Baugy116 ». Traduit devant le bailli d’Orval, il fut cette fois pendu et aveuglé.

2. Les prés et les pâturages

146Les métairies du domaine de Sully-sur-Loire comportaient un grand nombre de prés (totalisant 85 hectares environ) ; ceux-ci étaient donnés à loyer en même temps que les terres labourables et les autres pièces où l’on pouvait mener paître le bétail. Mais il existait également d’autres pièces de pré affermées en dehors des métairies et dont le profit était assez substantiel. Ils se trouvaient répartis dans la prairie de Villette proche du château de Sully (pré Aubert, Villette, pré du bailli ou de l’Épinoy) ; les autres se trouvaient pour une part dans la paroisse de Sennely, près du bourg (pré du Comte, pré de Madame), dans celle de Villemurlin, près des Angliers, mais surtout dans la paroisse de Chaon (prés de l’Aunette, du Gué Rimbault, de la Noue Saint-Aignan ou Noue des Agneaux, pré Trincault, et Grand Pré de Moulin-Frou). Ils étaient affermés chacun séparément ; le pré Herbault, à Briou, fut d’abord affermé en dehors de la métairie puis réuni à celle-ci, ce qui permit de porter le loyer de la ferme de 500 à 1 000 livres environ.

147À La Chapelle-d’Angillon, le domaine comportait également un grand nombre de prés affermés à part : le Petit Pré (15 journées) ; le Grand Pré (25 journées) ; le pré à l’âne, sur les bords de la Petite Sauldre ; le pré du Capitaine (10 journées) ; le pré de la Terrasse (2 journées) où se trouvait autrefois l’église paroissiale, entre la terrasse du château de la Sauldre ; le pré de la Foire (28 journées), environné de toutes parts par la Sauldre, et où se tenait la foire de La Chapelle-d’Angillon ; enfin le pré des Barres (14 journées) entre la Petite Sauldre et l’Ouche Moret. La ferme des prés, comprenant les retraits de la queue des étangs, rapportait en 1606-1608, 312 livres.

Tableau de répartition des prés et des pâturages

Tableau de répartition des prés et des pâturages
  • 117 ADC, Ε 216, liève des revenus de Culan (1617).
  • 118 ADC, 2 F 631, fol. 12.

148À Culan, trois grands prés se trouvaient à la porte de la ville : prés d’Avril, de Chantereine et de l’Herpinerie, et une grande prairie à une demi-lieue de Culan. Ils étaient affermés en 1616 pour 140 livres117. À Baugy, une grande prairie, celle de Bulle (48 journées) était située derrière le château ; les autres se trouvaient sur les retraits des étangs d’Alléant (30 journées), de Beauregard et de Tribault, outre douze autres petites pièces de pré affermées à part près d’Alléans (61,5 setiers). Leur ferme en 1605 se montait à 360 livres118.

149Pour l’exploitation des prés et pâturages, on distinguait les prés proprement dits, les pâtureaux et pâtils, les noues et les bruyères.

  • 119 Cf. M. Massé, Dictionnaire portatif des Eaux et Forêts, Paris, 1766.
  • 120 Ibidem.

150Le terme de pré était employé uniquement pour désigner les prairies naturelles, c’est-à-dire « une terre humide, non labourée, où l’herbe croît naturellement »119. Les prés étaient nombreux dans le duché de Sully-sur-Loire, et aussi à La Chapelle-d’Angillon, mais on les retrouvait uniquement au bord des rivières (prés de Briou sur la Sange, de Chaon sur le Beuvron, de La Chapelle-d’Angillon sur la Petite Sauldre, de Culan sur les rives de l’Arnon). Parfois se formaient des « prairies » ou « grandes étendues de terres en pré, ou de terres basses, grasses et humides où l’herbe croît120 ». C’était le cas entre Sully et Saint-Aignan-le-Jaillard, derrière la levée de Loire, à un endroit facilement inondable. Il y avait là une vaste étendue de prés partagés entre les métairies et, semble-t-il, sans mélange avec des terres labourables, sauf celles qui entouraient immédiatement les exploitations : c’était la grande partie de Villette, dite aussi de l’Épinoy ou de Cuissy, selon l’endroit où étaient situés les prés. Les prairies servaient pour le pâturage du bétail à cornes, mais surtout pour faire du foin.

  • 121 Ibidem.

151Les pâtures ou pâtureaux constituaient une catégorie de pâturages inférieure : c’étaient « des terres qu’on ne cultive point, qui ne sont ni prés ni terres de labour et qu’on réserve pour y laisser paître les bestiaux121 ». Il ne s’agit pas là de terres laissées provisoirement en friche, mais bien d’une espèce de pré qui ne poussait pas totalement en herbe. Pour cette raison on ne pouvait les faner. Le plus souvent aussi y poussaient quelques arbres (chênes ou aunes au bord des rivières) qui « gâtaient » la pâture. On trouve également le terme de pâtil, terme générique désignant l’endroit où l’on menait les bœufs et les vaches ; ce pouvait être dans un bois taillis. Le pâtureau au contraire est une sorte de pré moins riche et clos.

152On distingue encore les aulnières ou aulnaies, qui se trouvaient toujours dans des terrains humides et marécageux.

153La noue était également une sorte de pâture. Mais c’était là une terre vague et peu riche. Elle servait essentiellement pour les moutons et les agneaux qui auraient gâté les prairies naturelles, alors que le pâtil, qui donnait une herbe plus grasse, était réservé aux bœufs et aux vaches.

154Nombreuses étaient également les pièces de bruyères, terres vagues où l’on menait les troupeaux de chèvres ou de moutons.

  • 122 Ibidem.

155Enfin les « isles » étaient des tertres insubmersibles, des « atterrissemens et assablemens qui se forment dans les rivières navigables122 ». Elles servaient elles aussi de prés : à La Chapelle-d’Angillon, sur la Petite Sauldre, elles étaient nombreuses. Rappelons que les étangs servaient aussi occasionnellement de pâtures, sur les « retraits » formés à la queue de l’étang ; c’était là un terrain humide, envahi de roseaux et de grandes herbes, mais, semble-t-il, fort prisé. Parfois, les étangs étaient asséchés pour plusieurs années et laissés en herbe : à La Chapelle-d’Angillon, c’était un cas fréquent.

156Une dernière catégorie de terres à mener paître les bestiaux doit être tout particulièrement signalée dans le duché de Sully-sur-Loire : ce sont les « gâts » (équivalent de « gâtines »), terres imperméables, marécageuses et stériles. Ils étaient nombreux en certains rivages de Loire, fréquemment envahis par la crue des eaux, ou encore dans l’intérieur du pays où étangs, rivières et marais abondaient.

  • 123 ADL, 5 J 325, lettre de Mathieu Salle du 25 janvier 1605 sur les gâts.
  • 124 Ibidem.

157Ces gâts étaient en réalité des terres communes, mais Sully fit procéder à un triage qui devait lui en réserver les deux tiers. Nous ne connaissons pas la date de l’édit réglant ce partage, mais il semblait avoir été obtenu dès l’année 1602 ou 1603, d’après une lettre de Mathieu Sallé du 25 juillet 1605123 : « Vous ay ouy dire il y a un an que j’estois à Paris (...) que vous en aviez un édict par lequel les seigneurs justiciers en avoient obtenu les deux tiers, et les particuliers l’aultre tiers, et me suis estonné comme vous avez mis si long temps à demander l’exécution de tel édict qui vous est tellement advantageux que s’il estoit émologué en ces quartiers, vous en recevriez beau revenu ». En effet, les terres vaines et vacantes appartenaient au seigneur haut justicier si personne ne pouvait produire de titre de propriété ; Sallé contestait ainsi au sr de Sainte-Fère, seigneur de Beaulieu, la possession des gâts en la paroisse de Saint-Florent124 :

« Monsieur de Saincte-Fère m’a rapporté une aultre déclaration de sa terre de Baulin, en laquelle il adjouste huict cents arpents de gastz et bruères, qu’il dict rellever en foy de l’évesque d’Orléans, dont il dict que l’on pourra en tirer cinq ou six cens quartes d’avenne de rente, et que à cette occasion vous augmenterez votre domaine d’aultant, mais je n’ay point veu les tiltres de sa seigneurie, tellement que si ce sont gastz, il y a bien plus d’apparence qu’ilz fussent à vous qu’à luy (...). Vous luy dires qu’ilz sont dans votre justice, et par conséquent qu’ilz vous appartiennent, et non à luy, s’il n’a tiltres valables. Il est bien nécessaire de bien disputer sur ce poinct-là contre luy pour ce que cela servira de loy et sera de grande conséquence pour une infinité de parelles (sic) terres vaines et vagues qui sont en votre (sic) baronnie, qui se monte à plus de dix mil arpents dont les communautez des paroisses se sont appropriées, et ay recogneu de naguères qu’ilz ont consulté pour s’en conserver la possession et propriété sur le bruit que vous en vouliez faire le règlement, à quoy ilz sont délibérés de s’opposer ».

  • 125 ADL, 5 J 323, offres des habitants de Neuvy pour les gâts.
  • 126 Transaction avec Jean Leclerc sur la jouissance des gâts de Bornot, situés paroisse de Neuvy (26 n (...)

158Les habitants de Neuvy le 22 juillet 1605 offrirent de payer une redevance de deux deniers parisis par feu pour leur droit d’usage et pâturage des gâts125, mais Sallé déclara fermement que « Monseigneur n’entend que lesd. habittans et particuliers jouissent plus à l’advenir desd. gastz », car les baux étaient expirés, et Sully voulait en garder les deux tiers. La coutume d’Orléans permettait « aux habitants des paroisses de mener paccager leur bétail es terres vaines et vagues », mais elle ne parlait pas expressément des gâts. C’est sur cette lacune que jouèrent les officiers de Sully : on leur recommanda « de bien prandre garde de ne laisser point qualifier lesd. gastz du nom de terres vaines et vagues, ains seulement de gastz126 ». Ils étaient situés dans les paroisses de Neuvy-en-Sullias (gâts de Bornot, estimés 50 arpents, outre les levées), de Saint-Aignan-le-Jaillard (gâts de Bordebure et de Garanne), de Villemurlin, de Saint-Florent (gâts de Beau-lieu) et de Souvigny. Il semble que Sully n’ait pas appliqué l’édit obtenu ; il s’est contenté de procéder à une nouvelle reconnaissance des gâts par les communautés d’habitants, en échange d’une redevance annuelle.

3. Les forêts, les bois et les taillis

  • 127 Cf. Isabelle Guérin, Recherches sur la vie rurale en Sologne aux xive et xve siècles, Paris, 1960 (...)
  • 128 Nicolay, Description générale du pais et duché de Berry, Paris, 1567, p. 116.
  • 129 Ibidem, p. 150.

159Les possessions de Sully au sud de la Loire se trouvaient dans des régions bien pourvues en bois ; en Sologne, étangs et forêts abondaient ; en Berry, sur les collines du Sancerrois et à la limite du Bourbonnais, les massifs n’étaient pas aussi absents que dans la Champagne berrichonne au sol calcaire. Au début du xviie siècle, les forêts en Berry étaient beaucoup plus étendues qu’elles ne le sont aujourd’hui. Ainsi, dans la baronnie de La Chapelle-d’Angillon, les Usages de Villebéon, paroisse de Méry-les-Bois, très souvent cités dans les droits des communautés d’habitants, représentaient plus de 2 000 arpents alors qu’aujourd’hui ils n’en font plus que 250127. En Sologne et dans tout le Berry, les fonds des vallées étaient plus boisés qu’aujourd’hui. Nicolay, dans sa Description générale du Berry, décrit la vallée de la Sauldre « environnée presque de toutes parts de grandes forests, garennes et taillis, plains de saulvagine de toutes espèces pour grosse et menue chasse128 » ; d’autre part, « le long du Cher, y a encore quantité et abondance de beaux boys taillis et de haute futaie129 ». Cette évolution explique que, dans la baronnie de Culan par exemple, certaines forêts ne se retrouvent plus aujourd’hui, ou du moins subsistent à l’état de maigres taillis.

160Tous les bois situés dans la haute justice des possessions de Sully relevaient de sa juridiction mais tous ne lui appartenaient pas en propre. On distinguait les forêts de haute futaie, les bois en taillis, et les taillis dépendant des métairies.

  • 130 BN, nouv. acq. fr. 25 238.
  • 131 1 arpent = 0,51 m2, 1 arpent - 100 perches.

161Dans la baronnie de Sully-sur-Loire, l’arpentage général des forêts fut exécuté le 3 décembre 1602 et un exemplaire en fut délivré au fermier général François Bouteroue par le maître des Eaux et Forêts. On procéda ensuite à un nouvel arpentage du 5 novembre au 7 décembre 1606130. Le total s’élevait à 1 989,5 arpents, répartis en vingt coupes de 99 arpents 23 perches 1 quart131. Cette surface boisée peut paraître peu importante au regard de l’étendue du duché-pairie et du domaine réservé. Mais bon nombre des métairies du domaine avaient été acquises tardivement, et les forêts correspondaient à l’ancien domaine de Sully, qui était assez restreint ; les massifs forestiers ne se vendaient qu’avec les grandes seigneuries, et le domaine du duché de Sully-sur-Loire ne fut étendu qu’avec des exploitations.

162Il y avait dans le domaine du duché-pairie deux grands massifs forestiers, correspondant à deux strates de l’élaboration du duché : la forêt de Sully, au sud de la ville et du château, dans l’ancienne seigneurie de Sully ; et les forêts de Chaon (réparties en forêts de Chaon, Chaulesme et Cham-bout) dans la seigneurie de Moulin-Frou. La forêt de Sully comptait 560 arpents et était divisée avec les taillis des métairies proches de Sully en vingt coupes de 31,5 arpents. La forêt de Chaon avait 1 004 arpents ; celle de Chaulesme, qui la joignait, 142 arpents ; celle de Chambout, qui s’étendait dans la paroisse d’Isdes, 105 arpents ; elles étaient réparties, avec les taillis des métairies, en vingt coupes de 67 arpents. Car outre ces deux grandes forêts de Sully et de Chaon, la plupart des métairies avaient quelques tailles dans leurs dépendances. L’arpentage de 1602 ne tient pas compte des acquisitions réalisées en 1604-1605 ; la surface boisée dépassait donc les 2 000 arpents :

Tableau des superficies boisées du duché-pairie de Sully-sur-Loire

Tableau des superficies boisées du duché-pairie de Sully-sur-Loire

163On distinguait plusieurs sortes de bois : les garennes, les taillis et les bois de haute futaie. Les garennes de Sully, de Briou et de Voiseux n’étaient plus destinées à leur rôle originel de forêt à chasse et reproduction de gibier et furent soumises à la coupe, sauf celle de Sully, qui fut transformée en parc pour le château. Les tailles ou bois taillis étaient des pièces de forêts coupées à intervalles réguliers (en général tous les dix ans) ; ils étaient plantés de jeunes bois qui avaient repoussé sur les souches que l’on avait coupées et abattues. Les forêts de haute futaie étaient plantées de grands arbres (à partir de quarante ans d’âge) qu’on laissait croître pour faire du bois de charpente. Dans le duché de Sully-sur-Loire, les bois de haute futaie étaient rares : la forêt de Sully n’était, de l’avis des officiers, qu’en taillis, et pour les autres on comptait les cantons de haute futaie dans chaque forêt, ou les pieds de chênes dans les métairies. Néanmoins on distinguait dans les coupes plusieurs sortes de bois : celle de Sully était en réalité à mi-chemin entre le taillis et la haute futaie, on la coupait tous les vingt-quatre ans. Les forêts de Chaon, Chaulesme et Chambout se coupaient tous les seize ans, et les taillis des métairies tous les neuf ans.

  • 132 ADL, 5 J 267.

164C’était le fermier général du duché qui faisait les coupes de bois, mais celles-ci étaient marquées au début de chaque bail par le maître des Eaux et Forêts du duché. L’arpentage des coupes était fait par un arpenteur juré, et comprenait aussi les « vides » et les « vagues » pour lesquels aucun « remplage » ou diminution de loyer n’était consenti. Le profit des coupes de bois pouvait donc varier d’une année sur l’autre selon la qualité des bois. Ces vides pouvaient être parfois importants : en 1621, la pièce de la Vigne, qui contenait trois arpents au total, renfermait deux tiers d’arpents de vague en son milieu, soit 20 % de sa surface132 ; la pièce du Bouloy, au-dessous de l’étang de Potelard, mesurant neuf arpents trois quartiers, comprenait un demi-arpent de vagues en bruyères et 7,5 quartiers de « taillis mal planté », ce qui représentait une perte de 16 % ; la même année 1621 encore, la coupe annuelle de la forêt de Chaon fut délivrée à 23 arpents pour l’année au lieu de 12 car le bois « est mal planté et y a des vuides ». En 1621, la taille des Ysanjons dépendant du moulin de Glatigny, représentant 8 arpents et 3,5 quartiers, était mal plantée sur un tiers de sa surface ; en revanche la coupe de la forêt de Chambout pour 1620 ne contenait que 4,5 arpents de vagues sur 80 arpents 40 cordes, soit seulement 6 %.

  • 133 AN, 120 AP 48, estimation des bois du parc du château et autres, fol. 117-123.

165Les espèces recensées sont les chênes, les ormes, les bouleaux, les aulnes, les trembles, les châtaigniers, et, dans le parc du château, les tilleuls, les hêtres, les charmes et les marronniers. Les chênes et les ormes étaient les plus appréciés. C’est à la métairie de La Caille que l’on comptait le plus de chênes : cinq cents pieds sur 35 arpents. À Mauvy, il y en avait 160, à Solaire 110, à La Laurendière 50 seulement, mais de belle grosseur, près de l’étang des Bézeaudières, outre 6 arpents en futaie de chêne, appelés le Bois Blanc133.

  • 134 Étalons ou arbres réservés laissés sur chaque coupe pour les repeupler. Ils donnaient l’âge du boi (...)
  • 135 ADC, Ε 268, pièce 8, comptes de Pierre Éverard.
  • 136 AN, 120 AP40, fol. 138.

166Les bois faisaient l’objet d’une stricte réglementation. Le maître des Eaux et Forêts de Sully, aidé du sergent forestier, en assurait le respect. Il devait non seulement surveiller l’état des forêts et veiller à ce qu’on ne les dégrade pas en coupant du bois, vérifier les titres d’usages des particuliers et communautés d’habitants, mais aussi faire les coupes et ventes de bois, marquer les coupes avec le marteau aux armes du duc de Sully et vérifier le respect des délais pour l’abattage et la traite des arbres. Les forêts de Sully étaient réparties en 20 coupes égales, en calculant que celles de la forêt de Sully se coupaient tous les vingt-quatre ans, celles de la forêt de Chaon tous les seize ans, et celles des métairies tous les neuf ans. Le maître des Eaux et Forêts départageait donc les coupes et choisissait sur chaque les baliveaux134 parmi les arbres les mieux venus et les plus beaux et les marquait du marteau du duc. En 1606, on fit confectionner exprès un « marteau à marquer » aux armes de Sully pour la baronnie de La Chapelle-d’Angillon135. Les ordonnances royales prescrivaient de laisser seulement 10 baliveaux par arpent de futaie et 16 par arpents de taillis. Dans le duché de Sully-sur-Loire, ce chiffre était plus élevé : les clauses du bail de la ferme générale imposaient de laisser 30 baliveaux à l’arpent, mais ce nombre variait en réalité selon les bois. Dans la forêt de Sully, qui se coupait tous les vingt-quatre ans, on en laissait seulement 20 par arpent, mais dans celle de Chaon, qui se coupait tous les 16 ans, on en laissait 32 par arpent. Ces dispositions particulières pour le duché de Sully étaient sans doute déterminées par la volonté de pallier le manque de bois de haute futaie. En effet dans les taillis, les baliveaux étaient considérés comme arbres de haute futaie, et tant anciens (ceux des coupes précédentes) que modernes (ceux de la coupe de l’année), ils étaient exclus de la coupe des arbres. Dans un mémoire du duché de Sully, on se plaint que les « fermiers coupent indifféramment tous les bois, sçavoir les baliveaux tant vieux, anciens que modernes qui se trouveroient es bois. À cela faut répondre qu’il est parlé seulement de baliveaux qui vont seulement pour les nommez anciens à trois aages et au-delà sont chesnes136 ». L’âge d’un chêne à couper était ainsi fixé à 3 cycles de coupe, c’est-à-dire à partir de 60 ou de 72 ans selon les bois. Sans cette précaution, on ne pourrait jamais avoir d’arbres de haute futaie, les baliveaux seraient coupés tous les seize ou vingt-quatre ans. Pour chaque coupe annuelle, le fermier général disposait de deux ans pour faire l’abattage et la traite. Les souches devaient être coupées le plus près possible du sol.

  • 137 ADL, 5 J 290.
  • 138 ADL, 5 J 290, sentence du 19 mai 1653.

167Outre le soin des coupes de bois du domaine, le maître des Eaux et Forêts avait la juridiction des bois compris dans la haute justice de Sully. À ce titre, il pouvait intervenir lorsqu’il se produisait un conflit sur les droits d’usages dans les forêts. Certaines communautés d’habitants avaient en effet le droit, en échange d’une redevance annuelle, de ramasser du bois mort dans les forêts (bois de chauffage), parfois du bois d’« œuvre » ; plus rare était le droit accordé de faire du charbon de bois (sauf pour le fermier général et les métairies) ; les particuliers pouvaient encore avoir droit de panage (dit encore charnage, plus rarement glandée) et de pacage. Le charnage s’appliquait aux porcs, qui mangeaient les glands et faines tombés des chênes et hêtres ; il commençait, d’après les usages, à la Saint-Michel (29 septembre) et se terminait à la Saint-André (30 novembre). Le droit de pacage qui concernait le gros bétail était très intéressant pour les communautés d’habitants, car les prés étaient affermés et vendus à un prix très élevé, qui dépassait celui des terres labourables. Dans les usages, il n’était pas fait mention des troupeaux de moutons et brebis, qui étaient pourtant nombreux dans les métairies, car ceux-ci arrachaient les écorces et jeunes pousses et étaient de ce fait de préférence cantonnés dans les gâts et bruyères. Les droits d’usage dans les forêts existaient de longue date ; néanmoins, on continuait à les préciser en détail au début du xviie siècle, et Sully en concéda encore : ainsi le 15 avril 1622 bailla-t-il à cens au charron Ythier Lormeau le droit de mener pacager dans la forêt de Sully son bétail de la maison de Planchette, contre une redevance annuelle d’une poule et de trois deniers de cens137. Le 20 novembre 1623, il céda à Charles Loyseau, marchand de Vannes, le droit de « mener paître, nourrir, abreuver et champager tous les bestiaux qu’il pourra avoir, chevaux, juments, bêtes à cornes et porcs », dans les pacages de Vannes, en échange d’une mine d’avoine, et d’un denier de cens. Philippe Le Ber, procureur fiscal au duché, était davantage favorisé lorsqu’il reçut le 18 février 1621 de Rachel de Cochefilet le droit de pacage et pâturage pour les lieux de Vérotte et de Forêt dans la forêt de Sully, dans les tailles coupées depuis trois ans et un mois et même dans le pré de Monsieur et le Pré Neuf situés paroisse Saint-Germain de Sully, et ce, sans payer aucun droit ni redevance « pour les bons et agréables services » qu’il « a faictz et renduz, faict et rend encore journellement pour le bien et advancement » du duché de Sully. Dans cette concession, l’âge des taillis où le pacage était autorisé était fixé à trois ans et un mois, mais en 1653, le lieutenant général Gravet le régla à six ans et un mois138. Les communautés d’habitants s’abonnaient pour le droit d’usage, et le fermier général en tirait un profit non négligeable : 60 livres par an pour la forêt de Sully et 200 livres pour celles de Chaon, Chaulesme et Chambout. La coupe des bois était, elle, bien plus substantielle : environ 1 000 à 1 500 livres par an.

  • 139 ADC, Ε 267, terrier de La Chapelle-d’Angillon.
  • 140 Ibidem.

168Le droit d’usage dans les forêts du duché-pairie de Sully ne semble pas avoir posé de difficultés particulières ; il n’en fut pas de même dans les domaines berrichons. À La Chapelle-d’Angillon, les communautés d’habitants pouvaient mener paître leur bétail dans plusieurs bois : le Parc Neuf, derrière le château, pour les paroisses de Méry-les-Bois et d’Ivoy ; les bruyères et landes des Frelats, au nord de La Chapelle-d’Angillon, pour les paroisses de La Chapelle et de Presly ; le Bois Gillet situé à la lisière de la forêt d’Ivoy, pour les paroisses de La Chapelle-d’Angillon et d’Ivoy (contrée de Luc) ; les bruyères de Levrault, près du Bois Gillet, pour Luc ; les Usages de Villebéon pour Méry-les-Bois, Presly et Ivoy (contrée de Chalivoy) ; les usages des Ruesses pour Méry-les-Bois et Presly ; enfin les Grandes Noues et les bruyères d’A-Bas pour la contrée de Ragis. Ainsi la grande forêt d’Ivoy n’était-elle délaissée aux usages que sur ses pourtours (Bois Gillet, bruyères de Levrault, bruyères d’A-Bas) ; quant aux usages des Ruesses et de Villebéon, ils étaient, rappelons-le, beaucoup plus vastes qu’aujourd’hui, et s’étendaient, à l’ouest de La Chapelle-d’Angillon, entre Presly et Méry-les-Bois. Le droit d’usage était soumis à une redevance annuelle appelée fouage (dite avenage dans le duché de Sully). Elle n’était guère proportionnnelle à la taille des exploitations : une petite maison appelée La Vacherie, dans la contrée de Luc, avec seulement deux champs, devait payer deux boisseaux d’avoine annuellement pour l’usage du bois Gillet. Mais le lieu des Chézaux, pour le même bois, avec trois champs et trois prés, devait quatre boisseaux139. Le droit était le plus souvent limité aux usages (ramassage du bois mort et mort-bois pour le feu). Les autres (glandée, pacage) étaient moins fréquents. Un cas exceptionnel : celui de la grosse métairie du Gué de la Pierre, contrée de Luc, qui avait droit de mener pacager le bétail « gros et menu » en tous les usages de la seigneurie de La Chapelle-d’Angillon, et ce pour le pacage, panage, chauffage et bois à bâtir, en payant seulement quatre boisseaux d’avoine par an. La métairie de Dézommes, très importante (soixante-dix pièces de prés et de terres labourables) devait six boisseaux pour le pacage dans les Usages de Levrault et du Bois Gillet. Mais une petite maison à l’Ouche Moret couverte de paille avec un petit champ, un grand jardin et la moitié d’un verger, devait quatre boisseaux d’avoine pour l’usage du Bois Gillet140.

169L’ensemble des boisseaux ainsi dus pour les usages représentait un total important : 240 boisseaux d’avoine, 87 boisseaux de seigle.

  • 141 ADC, Ε 202, mémoire sur les affaires de Saint-Amand, Montrond, Orval, Bruère et Épineuil (s.d.).

170Au Châtelet-en-Berry, Sully avait établi comme maître des Eaux et Forêts Josias Perrinet, qui avait juridiction sur les officiers des deux grueries du Châtelet et d’Orval. En cet endroit du Berry, la couverture forestière était beaucoup moins dense qu’à La Chapelle-d’Angillon, sur les collines du Sancerrois ou dans la partie solognote du duché-pairie. C’était cependant sur ces terres que le duc possédait la plus grande quantité de bois : à Culan trois forêts (Maugenêts, Forêt Vieille et les Aigulles) et trois taillis (Bois Couvert, Bois Grillon et La Garenne). La forêt de Bornac, à trois lieues d’Orval, de deux lieues de tour et de 320 arpents de superficie, était entièrement en haute futaie. À quatre lieues au nord de Saint-Amand, le bois de Jarrie comportait deux parties : l’une en taillis pour les usagers, de 450 arpents, l’autre réservée à la coupe, de 550 arpents ; il était divisée en quatre coupes ou ventes. La forêt de Sully, la plus proche d’Orval, à une lieue seulement de la ville, avait deux lieues de tour et 612 arpents de superficie en haute futaie et taillis. Sully possédait encore deux autres grandes forêts : Bois-Dieu, de 1012 arpents, et Bois de Drulon, de 1 740 arpents, outre plusieurs petits bois : Usages de péluzines (300 arpents), Le Pommier Bouzon (41 arpents), Bois de Lespau (160 arpents)141.

  • 142 Ibidem, procédures des 28 mars et 18 avril 1613 du duc de Sully contre le droit d’usage des habita (...)
  • 143 Ibidem, procès-verbaux de prise de particuliers surpris coupant du bois dans la forêt de Jarrie (2 (...)
  • 144 Ibidem.

171Mais au Pommier Bouzon, il n’existait aucun arbre propre à la construction ou à aucun autre usage, et les bois de Jarrie réservés à la coupe « sont grandement foulés par les dégâts faits par les seigneurs de Coutres et les habitants d’Ouzay et Venon » lorsqu’ils vont dans les usages. Aussi en avril 1613 le duc de Sully s’opposa-t-il au droit d’usage des habitants d’Uzay et de Venon en la forêt de Jarrie. Il ne leur contestait pas le droit de pacage ni de panage, chauffage ou clôture des héritages, mais demandait qu’on prenne le bois dans un lieu déterminé par ses officiers « pour que la forêt ne soit difforme142 ». Les dégâts, il est vrai, semblent nombreux et graves. Les 21 et 22 décembre 1612, les sergents forestiers surprirent huit personnes en train de couper du bois dans la forêt de Jarrie143. Patrofle Mambier, Antoine Dacier, François et Sylvain Desgard et Louis Baujard avaient coupé chacun une charretée de bois à quatre bœufs. Dans la charrette de Baujard, il y avait quatre bois d’un pied et demi de tour. Martin Peuchet avait dans sa maison deux « lais » d’un pied et demi de tour et deux charretées de bois. Luc Brunei avait abattu un chêne vert de douze pieds de tour ! Une véritable fraude organisée semblait exister, puisque dans la paroisse de Contres, Pasques Desfossés fut convaincu d’avoir coupé quarante-cinq lais de chêne, saisis en sa maison, et vingt seuils qu’il vendait « ordinairement », c’est-à-dire régulièrement, à Bourges et à Dun-le-Roy. Le même jour on saisit encore dans le bois de Jarrie neuf chèvres, qui étaient habituellement exclues du droit de pacage144.

  • 145 Ibidem, mémoire du bétail pris dans les bois brûlis de Drulon.

172Les mêmes abus se répétaient dans les forêts de Drullon et de Bornac : en mai 1612, on dénombra 56 vaches dans le bois brûlis de Drulon, 13 vaches dans le bois de La Cossière, 8 vaches et 40 brebis dans les Cosses de Bornac145.

  • 146 Ibidem, requête de Guillaume Pépin (s.d.).

173Les contrevenants devaient payer une amende qui pouvait être très lourde : ainsi Guillaume Pépin, de la paroisse de Vesdun, « pauvre gentilhomme vassal de vostre sérénissime grandeur », se plaignit-il d’avoir été condamné à payer 77 livres sur un simple rapport des sergents, amende qu’il ne pouvait payer car il avait une femme et six enfants. Il se défendait en faisant remarquer « qu’entre tous ceux de son lieu, s’il y a du dégast esd. bois, l’exposant y en fait le moins146 ».

  • 147 Ibidem, requête de Claude Figeac l’Aîné (s.d.).
  • 148 Ibidem, requête des habitants de Farges (s d.).

174Les sergents forestiers étaient en effet crus sur simple déposition sans témoin, mais ils devaient envoyer au maître des Eaux et Forêts un rapport détaillé sur le nombre de bêtes trouvées en infraction, la taille et le nombre des bois coupés et les noms des contrevenants. Claude Figeac l’Aîné, laboureur d’Uzay, se plaignait de la justice expéditive et sommaire qu’il avait eue à subir : il était détenu à la prison de Saint-Amand « par la malveillance de Jean Dinet, forestier des bois de Jarry » qui l’avait accusé d’avoir été trouvé saisi de bois. Figeac avait voulu prouver sa bonne foi en se rendant de son bon gré à Saint-Amand et « au lieu de louy (sic) en fere justiffication, il auroyt esté mené et conduit aux prisons dud. Saint-Amand à coups de baston, où on luy auroyt mis les fers aus pieds (...) et le menasse-[t]-on journellement de luy fere pis147 ». Les habitants de Farges se plaignaient eux aussi des forestiers Jean Maignan et Jean Giraudy, car, malgré le droit qu’ils payaient pour être usagers, ceux-ci les troublaient et les poursuivaient continuellement148.

175Les droits d’usage dans les bois étaient ainsi une source perpétuelle de conflits en Berry. Sully en était informé comme pour toutes les autres affaires de ses domaines, de plusieurs manières : par les fermiers généraux, par les intendants de ses domaines, par sa femme qui recevait les comptes, par les capitaines de ses châteaux. Pour l’administration et la gestion de ses terres, il n’existe aucune matière où le duc ne soit intervenu : que ce soit pour les droits seigneuriaux et féodaux, ou pour le domaine dans et hors les métairies, l’action de Sully est partout visible. S’il n’a pas réussi à accomplir pleinement le dessein qu’il avait sur ses terres au sud de la Loire, il a néanmoins suivi d’un œil attentif pendant trente ans leur administration et leur gestion qui permirent leur mise en valeur constante.

Notes

1 ADL, 5 J 355.

2 ADL, 5 J 367, marché du 23 décembre 1604.

3 ADC, Ε 614, liève des revenus de Culan (1617).

4 ADC, Ε 203, permission accordée par Sully aux boulangers le 14 décembre 1612.

5 ADC, Ε 203, mémoire du procureur d’Orval contre un certain nombre de particuliers « tendant à ce qu’ils soient condamnés à démolir les fours particuliers qu’ils ont en leurs maisons au préjudice des fours banaux » (vers 1612).

6 Ibidem.

7 Ibidem.

8 ADC, Ε 203, état des fours particuliers de Saint-Amand [1381].

9 ADC, Ε 203, requête des boulangers du 14 décembre 1612.

10 ADC, Ε 203, permission accordée par le duc de Sully.

11 ADC, Ε 203, devis des réparations, 26 février 1606.

12 ADL, 3 Ε 3280, 24 juillet 1623, dénombrement de Baugy.

13 ADC, Ε 268, procès-verbaux de 1528 et 1709.

14 ADL, 5 J 314.

15 MC. III, 480, 6 juin 1605, sommation faite à François de Cugnac.

16 ADL, 5 J 314, sentence de la chambre des Requêtes du Palais à Paris, du 23 février 1607, condamnant François de Cugnac, sr de Boucard, à contribuer pour sa part et portion aux réparations des halles et boucherie de Sully, en conséquence de laquelle Boucard consentit à une visite d’experts.

17 ADL, 5 J 367.

18 Ibidem.

19 ADC, 2 F 631.

20 ADL, 5 J 319, sentence du bailli de Sully du 28 février 1592.

21 ADL, 5 J 315.

22 ADL, 5 J 318, d’Effiat rendit hommage le 5 novembre 1640 pour son droit de port et passage.

23 Les tarifs furent imprimés au temps de Sully dans un petit fascicule intitulé comme suit : « Ensuit la déclaration des pretenduz droits et profficts deubz pour le péage de Sully, de toutes denrées, montans et baissans au long de la rivière de Loire, au droict dud. Sully. À Orléans, par Fabian Hotot, imprimeur ordinaire du roy et libraire juré de l’Université, 1608. » Au xviiie siècle, d’après un arrêt du Conseil du 2 juin 1733 sur le passage des personnes et un autre du 31 janvier 1736 sur le péage des marchandises, le tarif n’a pas changé (ADL, 2 J 428).

24 ADL, 5 J 316.

25 Ibidem.

26 ADL, 5 J 316.

27 ADC, Ε 268, pièces 1 et 2, procès-verbaux de délimitation de la terre et justice de La Chapelle-d’Angillon, 1528 et 1709.

28 ADC, Ε 202, « Mémoire des affaires de Saint-Amand, Montrond, Orval, Bruyères et Espineuil » [xviiie siècle].

29 ADC, Ε 202, commandement du 18 octobre 1607.

30 Voir ci-dessus p. 270.

31 ADC, Ε 614, liève des revenus de Culan (1617).

32 ADL, 5 J 291, extrait du registre des causes civiles et extraordinaires des Eaux et Forêts du duché d’Orléans, 15 novembre 1642.

33 ADL, 5 J 291, baux des 11 novembre 1602 et 22 janvier 1620.

34 Voir ci-dessus note 32.

35 Idem.

36 ADL, 2 J 638.

37 Le Beuvron, dans la seigneurie de Moulin-Frou, passait à Chéry, La Laurendière et Moulin-Frou.

38 ADC, Ε 268, pièces 1 et 2, procès-verbaux de la justice de La Chapelle-d’Angillon, 1528 et 1709.

39 ADL, 3 Ε 3280, le dénombrement de Baugy fait mention à plusieurs reprises des anciennes fourches patibulaires.

40 Cf. p. 250 et 273.

41 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Salle.

42 BN, nouv. acq. fr. 25 232, comptes de Mathieu Salle.

43 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Salle.

44 ADL, 3 Ε 3280, bail du 24 août 1608.

45 ADL, 5 J 295, copies de lettres patentes de mise en possession de l’office de notaire royal à Sully.

46 ADL, 5 J 295, quittance du 13 mars 1629 donnée à Jean Pichery par le trésorier des deniers extraordinaires pour l’achat de deux offices de notaire royal, portant au pied la quittance donnée par Jean Pichery à Pierre Doulceron, en date du 3 août 1629.

47 Voir ci-dessus p. 324.

48 ADL, 3 Ε 3280.

49 ADL, 3 Ε 3280, traité de notariat entre Bouteroue et Jourdain (20 juillet 1617).

50 ADL, 5 J 295, bail du 9 juillet 1636.

51 ADL, 5 J 353, baux des 4 février 1635 et 3 mai 1636.

52 ADL, 5 J 295, bail du 16 août 1636.

53 ADL, 5 J 43, déclaration des revenus du duché de Sully (1641), fol. 6.

54 ADL, 5 J 295.

55 ADC, Ε 268, pièce 8, comptes de Pierre Éverard.

56 ADC, Ε 203.

57 ADC, Ε 614, liève des revenus de Culan (1617).

58 ADL, 5 J 32.

59 ADC, E 614.

60 ADC, E 268, procès-verbaux de 1528 et 1709.

61 ADL 5 J 243

62 ADL, 5 J 279.

63 BN, nouv. acq. fr. 25 234, titres du duché de Sully, chap. ix, aveux rendus au seigneur de Sully.

64 Ibidem.

65 Ibidem, chap. xi, aveux rendus au seigneur de Sully à cause de sa châtellenie de Saint-Gondon.

66 Ibidem, chap. xiii, aveux rendus au seigneur de Sully à cause de sa châtellenie de Sennely.

67 Ibidem, chap. xiv, aveux rendus au seigneur de Sully à cause de sa seigneurie de Moulin-Frou.

68 Ibidem, chap. xxi, cens, rentes et bourgeoisies dus au seigneur de Sully.

69 ADL, 5 J 40.

70 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Sallé.

71 MC, III, 488, procuration du 21 mai 1610.

72 ADC, Ε 212.

73 ADC, Ε 172-176.

74 MC, III, 484.

75 ADC, Ε 244, blâmes de Sully à rencontre de Jean de Bigny (s.d.).

76 MC, III, 483, procuration du 30 décembre 1605.

77 ADL, 5 J 4.

78 ADL, 5 J 105, comptes de Mathieu Salle.

79 ADL, 5 J 43, déclaration des revenus du duché de Sully, fol. 6.

80 Ibidem, fol. 2-3.

81 ADL, 5 J 279.

82 ADL, 5 J 32.

83 ADC, Ε 268, pièce 2, procès-verbal de La Chapelle-d’Angillon, 1709.

84 ADC, Ε 267, terrier de La Chapelle-d’Angillon, 1604.

85 ADC, Ε 212, mémoire présenté par les officiers de Saint-Amand (1608).

86 ADC, 2 F 631, comptes de Pierre Éverard.

87 Ibidem.

88 ADC, Ε 614, liève des revenus de Culan (1617).

89 Voir ci-dessus p. 275-277.

90 Voir la carte des métairies de Sully-sur-Loire, p. 262.

91 Voir la carte de détail des métairies de Moulin-Frou, p. 263.

92 ADL, 5 J 279, Journal des rentes, fol. 15.

93 ADL, 5 J 279, fol. 22.

94 ADL, 5 J 279, Journal des rentes, fol. 26.

95 Ibidem, fol. 13.

96 Ibidem, fol. 20.

97 BN, nouv. acq. fr. 25 232, comptes de Mathieu Salle, fol. 70 v°. En 1603, on était allé chercher en Brie trois meules à 114 livres pièce, qu’il fallut percer, voiturer à Paris, puis à Montargis et de là à Saint-Gondon, Voiseux et Moulin-Frou ; à Gien il fallut faire passer les meules par bateau « car on n’ose faire aller sur le pont d’aussi lourds fardeaux ». Le coût total fut de 580 livres.

98 ADL, 5 J 279, Journal des rentes, fol. 13.

99 ADL, 5 J 279, fol. 22.

100 ADL, 5 J 279, fol. 47.

101 ADL, 5 J 43.

102 ADL, 5 J 279.

103 Voir tableau.

104 ADL, 5 J 279.

105 ADL, 5 J 279, fol. 22.

106 ADL, 5 J 279, fol. 28.

107 ADL, 5 J 43, fol. 5.

108 ADL, 5 J 367.

109 Ibidem, marché du 29 septembre 1609.

110 195 x 1 x 0,65 mètres.

111 ADC, 2 F 631, comptes de Pierre Éverard, fol. 123.

112 ADL, 5 J 279, Journal des rentes, fol. 115-121.

113 ADL, 5 J 43, déclaration des revenus du duché de Sully-sur-Loire, fol. 6.

114 ADC, 2 F 631, fol. 126.

115 Ibidem, fol. 139.

116 ADC, Ε 268.

117 ADC, Ε 216, liève des revenus de Culan (1617).

118 ADC, 2 F 631, fol. 12.

119 Cf. M. Massé, Dictionnaire portatif des Eaux et Forêts, Paris, 1766.

120 Ibidem.

121 Ibidem.

122 Ibidem.

123 ADL, 5 J 325, lettre de Mathieu Salle du 25 janvier 1605 sur les gâts.

124 Ibidem.

125 ADL, 5 J 323, offres des habitants de Neuvy pour les gâts.

126 Transaction avec Jean Leclerc sur la jouissance des gâts de Bornot, situés paroisse de Neuvy (26 novembre 1605).

127 Cf. Isabelle Guérin, Recherches sur la vie rurale en Sologne aux xive et xve siècles, Paris, 1960 (École pratique des hautes études, VIe section. Coll. Les hommes et la terre, 5).

128 Nicolay, Description générale du pais et duché de Berry, Paris, 1567, p. 116.

129 Ibidem, p. 150.

130 BN, nouv. acq. fr. 25 238.

131 1 arpent = 0,51 m2, 1 arpent - 100 perches.

132 ADL, 5 J 267.

133 AN, 120 AP 48, estimation des bois du parc du château et autres, fol. 117-123.

134 Étalons ou arbres réservés laissés sur chaque coupe pour les repeupler. Ils donnaient l’âge du bois.

135 ADC, Ε 268, pièce 8, comptes de Pierre Éverard.

136 AN, 120 AP40, fol. 138.

137 ADL, 5 J 290.

138 ADL, 5 J 290, sentence du 19 mai 1653.

139 ADC, Ε 267, terrier de La Chapelle-d’Angillon.

140 Ibidem.

141 ADC, Ε 202, mémoire sur les affaires de Saint-Amand, Montrond, Orval, Bruère et Épineuil (s.d.).

142 Ibidem, procédures des 28 mars et 18 avril 1613 du duc de Sully contre le droit d’usage des habitants d’Uzay et de Venon en la forêt de Jarrie.

143 Ibidem, procès-verbaux de prise de particuliers surpris coupant du bois dans la forêt de Jarrie (21 et 22 décembre 1612).

144 Ibidem.

145 Ibidem, mémoire du bétail pris dans les bois brûlis de Drulon.

146 Ibidem, requête de Guillaume Pépin (s.d.).

147 Ibidem, requête de Claude Figeac l’Aîné (s.d.).

148 Ibidem, requête des habitants de Farges (s d.).

Notes de fin

1 Pourcentage par rapport à la superficie totale des métairies.

Table des illustrations

Titre Tableau des revenus en grains des métairies de Sully-sur-Loire en 1622
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau des superficies des métairies de Sully-sur-Loire selon la proportion de terres labourables
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon la superficie des prés
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon la superficie en pâtures, bruyères et taillis
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Tableau des métairies de Sully-sur-Loire selon les parcelles de terres labourables
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau des rendements des métairies de Sully-sur-Loire en 1621 et 1622
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Tableau du bétail dans les métairies de Sully-sur-Loire en 1622
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Tableau de répartition des prés et des pâturages
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau des superficies boisées du duché-pairie de Sully-sur-Loire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540