Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fortune de Sully

 | 
Isabelle Aristide

Deuxième partie. Le duché-pairie de Sully-sur-Loire et les domaines du Berry

Chapitre premier. Le dessein territorial de Sully : le duché-pairie de Sully-sur-Loire et les terres berrichonnes

Texte intégral

A. LA CONSTITUTION D’UN ENSEMBLE TERRITORIAL

1Si la politique d’acquisition de terres au sud de la Loire traduit chez Sully le dessein de se constituer un véritable ensemble territorial, celui-ci dut se heurter à de nombreux obstacles : diversité géographique, variété des statuts et des ressorts, différences de physionomie et de structure interne de chacune d’elles. Un véritable effort fut entrepris dès les premières années pour parvenir à une plus grande harmonie entre les domaines et à l’intérieur de ceux-ci, en améliorant les voies de communication, en réunissant les justices et en achetant des terres.

I. LA DIVERSITÉ DES POSSESSIONS DE SULLY

1. Diversité géographique

2Du nord au sud, les possessions de Sully se développent depuis le dos d’âne que forme la Loire au niveau d’Orléans presque jusqu’aux sources du Cher et de l’Arnon ; de Sully-sur-Loire à Saint-Amand-Montrond, elles épousent un arc de cercle disposé autour de Bourges, s’étendant ainsi sur plus de 300 km, sans recouvrir une région géographiquement bien définie.

3Au nord, le duché-pairie de Sully-sur-Loire, qui se développait entre la Loire et la Grande Sauldre, était occupé dans toute sa surface par une vaste plaine ; les crues de la Loire, fréquentes et violentes, menaçaient toujours d’inonder les terres voisines du fleuve ; un soin extrême devait donc être apporté à l’entretien des levées, qui seules protégeaient contre les débordements du fleuve. Au sud du duché, les paroisses de Vannes, d’Isdes, et surtout de Sennely et de Chaon, faisaient déjà partie de la Sologne ; la couverture forestière était là presque uniforme, avec des trouées pour les métairies et le long des rivières, des rubans de prairies et de terres labourables. L’habitat était de ce fait extrêmement dispersé, et si le paysage affectait dans le nord du duché l’aspect d’une plaine ouverte, au sud l’horizon était davantage restreint par l’importance des taillis, et des champs et prés clos de haies vives.

4Encore plus au sud, la baronnie de La Chapelle-d’Angillon, qui s’étendait de part et d’autre du cours de la Petite Sauldre, jouissait d’un relief plus contrasté. D’ouest en est, les terres s’élevaient vers les collines du Sancerrois. Au nord et à l’est, Ménétréol et Presly faisaient encore partie de la plaine solognote ; Méry-les-Bois déjà se situait sur un plateau ; mais plus à l’est, les paroisses d’Ivoy-le-Pré, La Chapelotte, Nancray, Boucard, Le Noyer, Sens, Crezançay et Neuilly se logeaient sur les sommets ou dans le creux de petites collines, couvertes ou environnées de grandes forêts, le plus souvent en haute futaie. Villages et hameaux, nombreux et peu peuplés, étaient arrosés par plusieurs petites rivières : la Guette et le Barangeon, près de Méry-les-Bois, la Petite Sauldre à La Chapelle-d’Angillon, le Vernon qui coulait du plateau d’Henrichemont, de La Chapelotte et d’Ivoy-le-Pré, la Grande Sauldre qui prenait sa source dans les collines du Sancerrois, et de nombreux autres petits ruisseaux.

5C’est sur l’un de ces plateaux que se trouvait la principauté souveraine de Boisbelle-Henrichemont, que La Thaumassière décrivait comme un « pays désert, peu fructueux et habité », et qui, à cause de « sa modicité et pour sa couverture des bois », n’avait été convoité de personne et était demeuré un alleu souverain. C’est là que Sully fit réaliser, à partir de 1608, l’un de ses grands projets, la ville de Henrichemont, demeurée inachevée.

6Un peu plus au sud-est du Pays Fort sancerrois, les terres de Baugy, Étréchy, Chaumoux, Pouligny, Les Essarts, Solérieux, Chanteloup trouvaient dans la Champagne berrichonne, à l’est de Bourges, une nature moins boisée, plus propice à la culture céréalière. À Baugy, Sully installera son haras.

7Enfin, au sud de Bourges, à la limite du Berry et du Bourbonnais, les seigneuries de Saint-Amand-Montrond, Bruère, Épineuil-sur-Cher, Culan, La Prune-au-Pot appartenaient déjà aux rebords du Massif central. Les seigneuries du Châtelet, Épineuil, Bruère s’étendaient encore sur des plateaux peu boisés, mais déjà les rives du Cher et de l’Arnon étaient, au niveau de Saint-Amand et de Culan, davantage encaissées et boisées. Le Châtelet-en-Berry se trouvait dans une région ondulée et bien arrosée ; les terres étaient réparties entre de petites exploitations en un damier de haies vives et de fossés. La seigneurie de Bruère comportait une énorme proportion de bois et de brandes qui représentaient plus de la moitié de la surface totale. Le paysage était celui de « Champagne », c’est-à-dire de champs ouverts, sur des plateaux calcaires et limoneux, présentant un aspect très différent des paysages bocagers du reste du pays. Dans la région de Saint-Amand et Culan, c’était un paysage de champs fermés, de régions déboisées au relief mamelonné, sans sommet remarquable, mais aux vallées particulièrement encaissées. Le château de Montrond était une véritable forteresse bâtie sur le roc, au sommet d’une éminence allongée d’est en ouest, enceinte de murailles, entourée en partie par les eaux de la petite rivière du Chignon, et dominant d’un côté la ville de Saint-Amand, de l’autre le Cher. Le château de Culan même se dressait sur un plateau à pic, surplombant l’Arnon, dont les versants, le plus souvent rocheux, étaient très raides.

  • 1 H. Boyer, Histoire de la principauté souveraine de Boisbelle-Henrichemont, Paris, 1904.

8Ces différences géographiques induisaient des natures différentes de culture et d’exploitations. Si dans la baronnie de Sully-sur-Loire on cultivait du froment dans quelques métairies du val de Loire, le seigle était la céréale exclusive des métairies solognotes et de celles de La Chapelle-d’Angillon. Mais à Sully-sur-Loire, on trouvait encore à côté du seigle et du froment, du chanvre, de l’avoine, de l’orge ; on y pratiquait l’élevage de grands troupeaux d’ovins et de bovins ainsi que la pêche dans un grand nombre d’étangs, alors qu’à La Chapelle-d’Angillon, les cultures étaient moins diversifiées : à côté du seigle et de l’avoine prédominants, on ne trouvait qu’un peu de chanvre. Dans la principauté de Boisbelle, selon H. Boyer, les cultures étaient particulièrement pauvres : en 1789, on lit dans certains documents de cette contrée (cahiers de doléances) qu’elle était la partie la plus stérile de France1. Topographiquement, on peut la considérer comme un prolongement de la Sologne dans le Berry. À Baugy, au contraire, on cultivait également le froment, le seigle, le méteil et l’avoine.

  • 2 C.-N. Mallard, Histoire des deux villes de Saint-Amand, Saint-Amand, 1895, « Estat, consistance et (...)

9Les terres de Saint-Amand, Orval, Culan, Épineuil et autres étaient particulièrement boisées ; la culture céréalière y était d’un maigre profit, tout comme à La Chapelle-d’Angillon. D’après l’état publié par Mallard2, « il y a grande quantité de bois taillis et de haultes futaies esdites seigneuries », mais leur profit était assez maigre ; et « encor qu’il y ait fort grande quantité de terres aux trois seigneuries, néantmoins elles rapportent fort peu de profit, tant à cause que la plus part sont fort maigres et stériles, que parce que le païs n’est pas peuplé pour les cultiver ».

10Ainsi les terres de Sully présentaient-elles, du fait de leurs différences géographiques, de graves distorsions de cultures et donc de revenus. L’un des desseins de Sully sera donc de gommer les inconvénients en se servant des possibilités que pouvait apporter chacune de ces terres, afin de donner à chacune d’elles un revenu en rapport avec son importance.

2. Diversité des statuts et ressorts

11Très diverses dans leur situation géographique, les possessions de Sully au sud de la Loire ne l’étaient pas moins, au moment de leur acquisition, par leur statut féodal, leurs ressorts judiciaires, financiers, etc. et leur propre organisation judiciaire.

12Sully-sur-Loire était, en 1602, une baronnie, l’une des plus importantes de la généralité d’Orléans, mais jusqu’à son érection en duché-pairie en 1606, elle cédait le pas, dans la hiérarchie des possessions de Sully, au marquisat de Rosny. En outre, son organisation manquait d’uniformité. On distinguait en effet toujours la baronnie de Sully elle-même et les châtellenies de Saint-Gondon et de Sennely. La baronnie de Sully relevait de l’évêque d’Orléans, et les châtellenies de Saint-Gondon et de Sennely directement du roi, la première à cause de la châtellenie de Lorris, et la seconde à cause du comté de Blois. La justice de la baronnie de Sully, qui avait pour siège un bailliage seigneurial, s’étendait sur quinze paroisses : Sully, Villemurlin, Isdes, Chaon, Souvigny, Viglain, et Saint-Père-lès-Sully en tout, Saint-Florent, Lion-en-Sullias, Saint-Aignan-le-Jaillard, Vannes, Guilly, Bonnée, Les Bordes et Ouzouer en partie seulement. La châtellenie de Saint-Gondon recouvrait les paroisses de Saint-Gondon, Courcelles, Coulions, Cerdon, Les Ruaux, Les Abrués et Bribon en tout, et Lion, Saint-Florent, et Poilly-lès-Gien en partie. Enfin la châtellenie de Sennely s’étendait sur le bourg de Sennely et sur la plus grande partie de la paroisse de Vouzon.

13Les appels du bailli de Sully relevaient du bailliage royal de Lorris, ceux des châtellenies de Saint-Gondon et de Coulions, du siège royal de Châteauneuf, et, pour les cas présidiaux, du présidial d’Orléans.

  • 3 ADL, 5 J 550. L’hommage en fut rendu le 12 septembre 1605.

14La seigneurie de La Chapelle-d’Angillon n’était pas mouvante du roi mais du comte de Sancerre3. En outre, la justice de La Chapelle se trouvait dans le ressort du présidial de Bourges, dont les appels seulement venaient au parlement de Paris. La justice de La Chapelle était très étendue, elle recouvrait une vingtaine de paroisses en Berry et en Sancerrois, et recevait les appels des baillis de Beaujeu et des autres paroisses dépendant de Beau-jeu : La Chapelle, Presly, Ennordres, Méry-les-Bois ; Ménétréol-sur-Sauldre, et, en appel, Ivoy-le-Pré, La Chapelotte, Sens[-Beaujeu], Jars, Neuilly-en-Sancerre, Crézançy[-en-Sancerre], Sainte-Montaine, Brinon-sur-Saul-dre, Clémont, Argent-sur-Sauldre, Boucard, Nancray et Blancafort.

15C’est finalement par les justices d’Argent-sur-Sauldre et de Sainte-Montaine que se touchaient les baronnie de Sully et seigneurie de La Chapelle-d’Angillon.

Justice du duché-pairie de Sully-sur-Loire

Justice de La Chapelle-d’Angillon

16Les seigneuries de Baugy, Chanteloup, Chaumoux, Les Essarts, Étréchy et Solérieux étaient tenues en partie de la baronnie de Montfaucon (pour les paroisses de Baugy, Chanteloup, Chaumoux et Pouligny) et en partie de la baronnie des Aix (pour les paroisses d’Étréchy et Solérieux, et les métairies de Baugy et de Parassy). Elles ne constituaient pas un ensemble cohérent, comme la baronnie de Sully-sur-Loire, elles étaient simplement juxtaposées.

  • 4 AN, P 14, n° 80, hommage du 26 juillet 1608.
  • 5 AN, P 14, n° 82, hommage du 7 janvier 1615.

17Les autres terres de Sully en Berry relevaient en partie du roi. La châtellenie du Châtelet était dans la mouvance d’Issoudun, l’hommage en fut rendu à la Chambre des comptes en juillet 16084. La baronnie de Culan ressortissait à Dun-le-Roy, l’hommage en fut prêté à la Chambre des comptes en janvier 16155. Les seigneuries d’Orval, Saint-Amand, Bruère et Épineuil étaient mouvantes du roi à cause de Moulins, de même que La Roche-Guillebault acquise en 1617, mais Montrond relevait du sr de La Creste. Toutes ces terres se trouvaient dans la sénéchaussée de Bourbonnais, dont le siège était à Moulins, dans le ressort du parlement de Paris. À la fin du xvie siècle, les justices d’Orval, Saint-Amand, Épineuil et Bruère avaient été réunies par Ludovic de Gonzague, duc de Nevers, pour être exercées en un seul siège à Saint-Amand, par le bailli d’Orval.

18Quant à la principauté de Boisbelle, étant un alleu souverain, elle ne devait l’hommage à aucun seigneur et ne relevait pas de la justice du royaume de France. Sully avait le droit d’y lever ses propres impositions, d’y battre monnaie, d’y rendre la justice en son nom et en dernier ressort, d’y octroyer lettres de grâce, de rémission, de pardon et d’abolition et de prendre toutes ordonnances nécessaires à l’exercice de la justice et au maintien de l’ordre. La principauté possédait donc sa propre organisation judiciaire, calquée sur celle du royaume, avec un procureur, un président, des greffiers et des commissaires.

3. Diversité des structures internes

19Très divers étaient les statuts des possessions de Sully : baronnie ou châtellenie au ressort judiciaire assez étendu, principauté souveraine, ensemble de petites seigneuries sans unité ; très diverses également étaient les structures, c’est-à-dire l’organisation et l’agencement interne des éléments composant ces possessions, et leur importance relative les uns par rapport aux autres (domaine propre ou réservé, fiefs et censives, justices).

20Trois cas caractéristiques peuvent être distingués. En premier lieu, celui de La Chapelle-d’Angillon, qui est simple : le domaine réservé, restreint, entourait le château, les censives et le territoire sur lequel s’exerçait la directe étaient beaucoup plus étendus. À cet exemple on peut rattacher celui de la baronnie de Culan. En deuxième lieu, le cas des terres de Baugy, Étréchy, Pouligny, Les Essarts, Chaumoux, Chanteloup, Solérieux, qui étaient un agrégat de petites seigneuries, toutes circonscrites dans un périmètre restreint, sans lien unitaire entre elles, et dont la justice s’étendait sur un territoire peu développé, autour du lieu seigneurial. La même configuration se retrouvait à une autre échelle pour les seigneuries d’Orval, Saint-Amand-Montrond, Épineuil et Bruère, où là, pourtant, un essai d’unification était en cours. Enfin le troisième cas était celui de la baronnie de Sully-sur-Loire, plus complexe, qui réunissait les justices de Sully, Saint-Gondon et Sennely, et dont le domaine propre, assez substantiel, était composé d’un grand nombre de métairies.

  • 6 ADC, E 268, pièces 1 et 2 ; procès-verbaux de la terre et justice de La Chapelle-d’Angillon, 1528 (...)

21À La Chapelle-d’Angillon, les divers éléments constitutifs de la seigneurie formaient des cercles concentriques. Le centre en était le château, construit un peu au sud de la ville de La Chapelle, entouré de fossés et de murailles et dominant la Petite Sauldre. Il comportait une cour, avec un donjon dominant le reste de la construction, deux corps de logis, dont l’un comprenait la chapelle et une galerie qui fut détruite par Sully. On accédait par un pont-levis à la basse-cour qui s’étendait jusqu’aux murs de la ville. C’était là que se trouvaient les écuries et la maison du jardinier. À un bout, une tour bâtie sur les murs de la ville et regardant vers la prairie servait de prison ; à l’est du château se trouvait une prairie s’étendant jusqu’à la petite Sauldre ; au sud et à l’ouest, s’étendaient le jardin puis le parc, très vaste, occupé en partie par des bois de haute futaie. Au-delà du parc, il y avait encore un étang et deux prés faisant partie du domaine : le pré Capitaine et le pré Bourdoiseau6.

22C’était près du parc du château que se trouvaient les deux seules métairies du domaine : la Cassine, qui n’était qu’un petit lieu pourvu d’un corps de bâtiments, quatre jardins clos de haies et trois champs, représentant au total seulement 4 hectares environ ; et la métairie de la Tabellionnerie ou des Mabillons qui était mieux pourvue avec six petits jardins clos, six prés et vingt et une pièces de terres labourables, outre deux taillis, deux pièces de bruyères, un petit bois de haute futaie et deux grands prés situés dans la paroisse d’Oizon, soit au total plus de 57 hectares, dont 42 en terres labourables.

23Outre le château, le parc et ces deux métairies, le domaine de La Chapelle-d’Angillon comprenait encore cinq étangs : étangs du Parc, de la Justice, des Foulons, des Aulnats et Gaultard, tous situés à l’est de la petite Sauldre, près de l’Ouche-Moret et des Bruyères de Levrault, le long du chemin menant à Vailly-sur-Sauldre et à Aubigny.

24Une dizaine de prés dépendant du domaine étaient tous disposés le long de la Petite Sauldre, en amont et en aval du château ; l’un en particulier, qui fut appelé ensuite le pré de la Terrasse, entre la ville, la rivière et le château, contenait l’église paroissiale, que Sully fit déplacer. Le pré de la Foire, situé sur une « île » ou tertre insubmersible, accueillait la foire de La Chapelle.

25Là s’arrêtait le domaine propre de La Chapelle-d’Angillon, somme toute assez restreint et groupé autour du château ; le territoire occupé en tout ou en partie par des censives était plus vaste : des terres ou métairies à cens étaient déclarées dans les paroisses d’Oizon (contrée de Ragis), Ennordres, Presly, Méry-les-Bois, Ivoy-le-Pré (contrées de Luc et de Chalivoy seulement), ville, faubourg et paroisse de La Chapelle. C’étaient là les paroisses les plus proches du château. Et au-delà encore s’étendait la justice de La Chapelle-d’Angillon.

26La structure de la baronnie de Culan pouvait se rapprocher de celle de La Chapelle-d’Angillon : là encore se trouvaient le château dominant la vallée de l’Arnon et la ville enclose de murailles. Deux grands jardins fermés également par des murailles entouraient le château. À la porte de la ville, il y avait trois grands prés : Avril, Chantereine et La Tannière, ainsi qu’une garenne, deux vignes et une prairie à une demi-lieue de Culan. Le domaine comprenait encore un moulin à écorce sur l’Arnon et une maison à Chantereine, à quelques centaines de mètres au sud de la ville ; trois forêts en haute futaie et taillis (Maugenêts, Forêt Vieille et Les Esgulles) ; un bois (bois Grillon) et deux taillis (Bois Couvert et La Garenne) ; sept étangs (Les Moulières, au nord de Culan, près de La Forêt-Grailly, La Grande et Petite Loubière au nord-est, l’Étang neuf, près de Drulon, Ves-dun, à l’est, Chaux, au sud, et l’étang du château) ; les étangs les plus éloignés étaient seulement à dix ou quinze kilomètres environ de Culan. Enfin, quatre métairies se trouvaient dans le domaine : celle de l’Herpinière, située dans les prés et terres au pied du plateau rocheux qui faisait face à l’éperon de Culan ; celle de Chaux, à trois kilomètres au nord-est de la ville ; celle de Maugenest, à cinq kilomètres au nord ; et celle de Pajon, à une dizaine de kilomètres au nord. Il est étonnant de constater que la plupart des éléments constituant le domaine réservé de Culan se trouvaient environ dans un quart de cercle au nord et à l’est du château. C’est que la vallée de l’Arnon coupait le pays comme une faille du nord au sud et la seigneurie de Culan s’était étendue de ce fait à l’est plutôt qu’à l’ouest de la ville. Au sud-est, le domaine était limité par la baronnie de Saint-Désiré.

Culan et ses environs vers 1650 (d’après le plan E 711 des archives départementales du Cher)

27Le territoire sur lequel s’exerçait la directe n’était guère plus étendu : le seigneur de Culan avait droit de ban à Culan et à Vesdun, levait les grosses et menues dîmes à Villaine, Bonneblond et Vallant, et percevait le terrage à Bonneblond, Vesdun, La Cour, Vallant, La Garenne. Le bailliage de Culan étendait sa justice hors des limites ci-dessus définies ; il englobait les paroisses de Prahas, Vesdun, Saint-Christophe[-le-Chaudry], Loye[-sur-Arnon], Reigny, Saint-Maur et Vaux[-sous-Modon].

  • 7 ADL, 3 E 3280, dénombrement du 24 juillet 1623.

28À côté des cas très caractéristiques de La Chapelle-d’Angillon et de Culan, celui des terres de Baugy n’est pas moins intéressant. Il se comporte comme un ensemble de sept petites seigneuries bien distinctes : Baugy, Chanteloup, Chaumoux[-Marcilly], Les Essarts, Étréchy, Solérieux, Pouligny et Fontbaril, assorti de droits dus à Parassy, Ménétou-Salon, Port-Saint-Thibault, Pesselières et Bourges. Nous étudierons seulement Baugy, Chanteloup, Chaumoux et Pouligny, dont le dénombrement fut rendu en 1623 au baron de Montfaucon dont elles relevaient7. Toutes étaient voisines les unes des autres.

Les environs de Baugy

29Le château n’était pas une forteresse comparable à celle de La Chapelle-d’Angillon ou de Culan. Bâti sur une motte en forme de carré, entouré de fossés pleins d’eau, il datait du xve siècle. Attenante au château se trouvait la garenne ; un jardin clos de murailles contenait un petit colombier. Outre la garenne du château, il y en avait deux autres, plus petites : celle de Judré, où se logea le haras, et celle de La Noraye.

30Le château regardait sur le grand pré de Bulle, où Sully fit ensuite creuser des canaux pour alimenter en eau vive les fossés avec la rivière du lieu, la Bondonne. C’était sur cette rivière, à proximité du château, que se trouvaient trois moulins les uns au-dessous des autres : moulins de Bulle, du Buisson et de la Forge.

31Baugy avait un vrai domaine avec trois métairies peu éloignées du bourg : celle de Baugy, proche du château, et celles de Montifault et de Grise. C’était aussi la seule possession de Sully qui eût des terres, et non pas seulement des prés, non rattachées aux métairies et « accensées », c’est-à-dire louées à part pour cinq ans : en tout une quarantaine de pièces (deux fois plus que celles des métairies), au nord-est de Baugy, près d’Alléant et des Sadets. À ces terres s’ajoutaient six prés, la plupart près des quatre étangs de la seigneurie : Quincampoix, Beauregard, Alléant et Tribault.

32Les autres droits perçus étaient curieusement dispersés. Ainsi les cens étaient levés à Baugy, et au nord-ouest du bourg : aux Grands et Petits Murgets et à Château-Guérin. Par contre les dîmes en blés, chanvres, poix, fèves et vins étaient levées à Baugy, à l’est du bourg, à Alléant, et au sud-ouest, à Ondrées et à Nérauges. Quant aux limites de la justice, elles n’étaient guère plus étendues que celles de la paroisse.

33La seigneurie de Chanteloup paraît une réduction de celle de Baugy : là se trouvait une motte seigneuriale, entourée de fossés, en-dehors du village. Le domaine, très restreint, comportait seulement un étang (Pignoux) proche de l’étang Tribault dépendant de Baugy ; quatre pièces de terre et trois prés, tous dispersés autour de Chanteloup, en-deçà de la motte seigneuriale, et au lieu-dit Le Gué-aux-Rats. La justice de Chanteloup incluait uniquement la métairie de Bion et s’étendait sur un certain nombre de prés le long de la Vauvise.

34À Pouligny, il y avait seulement un « lieu seigneurial », non construit, mais où l’on avait droit de bâtir un château avec fossés et pont-levis. Derrière se trouvaient la garenne de Judré et l’étang de Pouligny. Dans le domaine étaient encore inclus la métairie de Judré, avec quatre hectares de terres labourables, ainsi que deux prés, deux maisons à Pouligny et le moulin du lieu. C’était déjà le noyau d’une seigneurie plus importante.

35Chaumoux n’était guère plus étendu : sa justice était comprise entre les forêts de Gron et de Sévry, qu’elle englobait pour une partie. Elle consistait uniquement en une pièce de pré et trois bois.

36La description des autres seigneuries possédées par Sully autour de Baugy donnerait la même physionomie : un château ou une motte ou un lieu seigneurial, avec quelques prés, une ou deux métairies, et une justice très peu étendue. L’ensemble présentait une structure éclatée : plusieurs noyaux plus ou moins complexes comprenant chacun les éléments constitutifs de la seigneurie, eux-mêmes dispersés, dont la réunion ne suffisait pas à former une seigneurie de plus grande envergure.

37Toutes proportions gardées, c’est à ce modèle qu’il faut rattacher les possessions de Sully à la limite du Bourbonnais : seigneurie d’Orval, avec la ville de Saint-Amand et le château de Montrond, seigneuries de Bruère et d’Épineuil.

  • 8 Voir plan des deux villes de Saint-Amand dans les illustrations hors texte.

38À Saint-Amand, il y avait en réalité deux villes8, l’une fondée par Eble VI, baron de Charenton et de Meillant, vers 1150. Elle prit le nom de Saint-Amand-le-Chastel. C’est là que fut établie l’église paroissiale. Le château de Montrond fut construit à proximité, sur une éminence dominant le Chignon, petit affluent du Cher. Au pied du château se développa un faubourg qui obtint en 1451 de Charles II d’Albret de se fortifier et de s’entourer de murailles : ce fut Saint-Amand-sous-Montrond. L’autre ville fut peu à peu appelée Saint-Amand-Vieux-Château. C’était cette ville-là qui était le siège de la seigneurie ; Montrond et la ville basse furent toujours rattachées à la seigneurie d’Orval ; la justice fut toujours exercée à Saint-Amand par le bailli d’Orval ; aussi sous le nom de seigneurie d’Orval faut-il voir d’une part la seigneurie proprement dite, sur la rive gauche du Cher, d’autre part, sur l’autre rive, le château de Montrond et la ville de Saint-Amand où se trouvaient l’auditoire, les prisons et les fours banaux de la seigneurie d’Orval.

  • 9 Cf. C.-N. Mallard, op. cit., p. 144 et suiv.

39Depuis 1250, les seigneuries d’Orval, Bruère et Épineuil n’étaient pas dissociées ; de surcroît leurs justices furent réunies à celle d’Orval à la fin du xvie siècle par Ludovic de Gonzague, pour être exercées au siège de la justice d’Orval, à Saint-Amand. Les possessions à la limite du Bourbonnais présentaient ainsi la curieuse structure de plusieurs seigneuries différentes et encore bien distinctes, mais dont le processus d’unification commençait à se faire au moment de l’acquisition par Sully. Il y avait eu plusieurs justices, et elles furent unies ; plusieurs châteaux et il n’en restait qu’un seul, Montrond, qui n’avait pas de seigneurie propre et ne dominait qu’une partie de la ville à ses pieds. Car à Orval, Bruère et Épineuil, il avait existé un château, assis sur une motte entourée de fossés ou de murailles, mais en ruines à l’époque de l’acquisition par Sully : « Le chasteau d’Orval [est] situé sur une petite mothe en partie ronde, circuie de petits méchants fossés en un tiers d’icelles et sans aucuns fossés des deux autres, où il ne reste plus que de vieilles ruines et masures du tout inutille, avoisines des terres des païsans jusques sur le pied d’icelles. » « Le chasteau de Bruières [est] situé au meilleu d’un petit village de quinze ou vingt maisons, où il reste une vieille enceinte de murailles toutes en ruine, avec un méchant petit fossé d’un côté et rien des trois autres et sans aucuns flancs, le tout de terre portée assez haulte, qui contient quelques dix ou douze toises de diamètre en son sommet, environné de fossés assez larges pleins d’eau de l’esgoût des terres, le tout inutille9. »

40Toutes ces seigneuries étaient contiguës les unes aux autres, le long de la vallée du Cher : en venant de Châteauneuf, et en remontant le Cher, on pénétrait presque immédiatement dans le ressort de la châtellenie de Bruère, comprenant les paroisses de Bruère, La Celle-Bruère en partie, Allichamps, Saint-Loup-des-Chaumes, Chavannes en partie, Uzay-le-Venon et Nozières, et en appel, les justices de Bigny, Vallenay, Crézançay, Farges, Rousson et Coudron. Immédiatement au sud, c’était la ville de Saint-Amand, le château de Montrond et la seigneurie d’Orval, coincée entre la seigneurie du Vieux-Château de Saint-Amand, qui, sur la rive gauche du Cher, comprenait Drévant, Colombier et Bigny, et la seigneurie d’Epineuil qui s’étendait depuis Orcenais jusqu’à Vallon-en-Sully et dont le bailliage comprenait les paroisses d’Épineuil, Vallon, et Saint-Vicq en pleine justice, et en appel celles de Maulne, Saulzais-le-Potier, Loye, Arcomps, Ainay-le-Vieil, Saint-Georges, Faverdines, Orcenais, Pousieux, La Tourate, Le Chezeau et Les Chapiteaux. La seigneurie d’Épineuil jouxtait à l’ouest la baronnie de Culan décrite plus haut, puis, en remontant vers le nord, la seigneurie du Châtelet, dont la châtellenie s’étendait sur les paroisses de Puyferrand, Ardenais, Ids-Saint-Roch, Maisonnais, Montgenoux, Morlac, Marçais, Saint-Jeanvrain et Saint-Pierre. À ses extrémités septentrionales, elle touchait à la seigneurie de Bruère. Toutes ces seigneuries, désignées généralement sous le nom de « terres d’Orval », étaient constituées essentiellement de droits et de prélèvements ; leur revenu essentiel provenait des dîmes, terrages et usages des forêts, fours et moulins banaux, etc. Les forêts étaient nombreuses mais morcelées, sauf dans la seigneurie de Bruère. Elles étaient toutes astreintes à de multiples usages. Cet agrégat de seigneuries formait un ensemble territorial qui s’étendait sur environ quarante kilomètres du nord au sud et trente kilomètres d’est en ouest dans ses plus grandes dimensions.

41La structure de la baronnie de Sully-sur-Loire était infiniment complexe et procédait des exemples ci-dessus étudiés. Au moment de l’acquisition par Maximilien de Béthune, il faut distinguer trois éléments : la baronnie de Sully proprement dite, la seigneurie de Moulin-Frou, et les châtellenies de Saint-Gondon et de Sennely. La seigneurie de Moulin-Frou, avec les métairies et moulins de Chaon, Riou, Moulin-Frou, Moulin-Bois et Moulin- Neuf, sur le Beuvron était en quelque sorte une excroissance de la baronnie ; d’abord acquise en 1510 par Louis II de La Trémoille, elle fut donnée en 1553 à l’un des bâtards de Louis III, François de La Trémoille. C’est seulement en 1601 que la seigneurie de Moulin-Frou fut rachetée par Claude de La Trémoille. Il y avait d’ailleurs là un lieu seigneurial avec un château, que Sully fit réparer peu après son acquisition.

  • 10 Elle fut abattue seulement en 1718.
  • 11 Voir les articles de Jean Mesqui dans l’ouvrage collectif. Histoire de Sully-sur-Loire. Le château (...)

42L’élément essentiel du domaine, c’était le château de Sully-sur-Loire. D’origine très ancienne, il gardait le pont sur la Loire ; le château au temps de Sully datait des xive et xve siècles. Entouré de fossés remplis d’eau, il présentait une structure bipartite : à l’ouest se trouvait la partie principale avec le donjon, ou bâtiment fortifié avec pont-levis, des tours rondes aux angles, à quatre étages, et le « petit château », à vocation davantage résidentielle ; à l’est, la basse-cour contenant un élément défensif : la grosse tour ronde, de treize mètres de diamètre10, datant de Philippe Auguste. Plus à l’est encore s’étendaient les jardins et la garenne plantée d’ormes. Lorsque Maximilien de Béthune l’acquit, le château de Sully n’était guère habitable ; les premiers travaux effectués furent ceux des toitures11.

  • 12 Voir carte p. 265.

43Le domaine de la baronnie de Sully-sur-Loire était, en 1602, peu étendu, et était surtout très dispersé. Contrairement à La Chapelle-d’Angillon par exemple, les prés et métairies ne se trouvaient pas à proximité immédiate du château. Aucune métairie dans la châtellenie de Saint-Gondon, une seule dans celle de Sennely (Le Bouloy), dont les terres s’étendaient largement dans la paroisse de Souvigny, relevant de Sully-sur-Loire ; une métairie, Mauvy, se trouvait un peu en-dehors des limites de la justice de Sully, quoique une partie de ses terres fussent dans la paroisse de Vannes. Le domaine de Sully, outre Le Bouloy et Mauvy, se limitait aux métairies de Solaire, Villemouette et La Boucherie, sur les rives de la Loire, La Caille proche de la forêt de Sully, et enfin, dans la seigneurie de Moulin-Frou, le long du Beuvron, les métairies et moulins du Bois, de Moulin-Neuf, de Moulin-Frou, de Riou et de La Laurendière. Autant dire que ce domaine était dispersé dans toute la baronnie : au sud, les métairies de Moulin-Frou, au nord, celles du rivage de Loire, entre les deux, Le Bouloy et Mauvy, mais rien dans toute la partie orientale de la baronnie, et surtout rien près du château. La même distorsion se retrouvait dans la distribution des prés : quelques prés derrière le château, dans la prairie de Villette et de L’Épinoy, un pré seulement dans la châtellenie de Sennely (pré au Comte), aucun dans celle de Saint-Gondon, et tout le reste à Moulin-Frou. En outre, si l’on comptait quinze étangs, la plupart étaient rattachés à des métairies : deux à Riou, deux à La Caille, deux à Moulin-Frou, un au Bois, un à Solaire, un à Mauvy et cinq au Bouloy, ainsi qu’un grand étang à Coulions. Quant aux bois, outre les taillis des métairies, on n’en comptait que quatre : forêts de Sully, de Chaon, de Chaulesme et de Chambout, les trois dernières dans la seigneurie de Moulin-Frou12. C’est donc l’acquisition de Moulin-Frou qui accrut considérablement et déséquilibra le domaine de Sully. Pour le reste, Sennely et Saint-Gondon étaient composés essentiellement de droits : ainsi à Saint-Gondon se trouvaient les fours et moulins banaux, alors qu’il n’en existait pas dans la ville de Sully.

Duché de Sully-sur-Loire. Les métairies

Duché-pairie de Sully-sur-Loire
Moulins et métairies de la seigneurie de Moulin-Frou

44Par contre, la baronnie de Sully-sur-Loire était infiniment mieux circonscrite par l’étendue de sa censive qui touchait les paroisses de Sully, Saint-Père, Saint-Aignan, Villemurlin, Isdes, Viglain, Vannes-sur-Cosson, Cerdon et Souvigny, c’est-à-dire les paroisses de l’est et du centre de la baronnie.

45Et si l’on examine la liste des fiefs relevant de la baronnie, la localisation est très éclatée à l’extérieur des limites de la justice : ils se situaient dans les paroisses ci-dessus énumérées de Sully, Saint-Père, Saint-Aignan, Lion-en-Sullias, Isdes, Cerdon, Viglain, Souvigny, Vannes, mais aussi au sud-est, vers La Chapelle-d’Angillon, dans les paroisses d’Autry-le-Châtel, Blancafort, Argent-sur-Sauldre et Cerdon. Du côté de Moulin-Frou, les fiefs s’étendaient jusqu’à Pierrefitte-sur-Sauldre, Nouan-le-Fuzelier, Vouzon, Ménétréou-en-Villette et Lamotte-Beuvron. Au nord, vers les rives de Loire, on en trouvait dans les paroisses de Guilly, Neuvy, Tigy, Vienne-en-Val, Sigloy, Ouvrouer, Châteauneuf-sur-Loire, Jargeau et Saint-Martin d’Abbat ; de l’autre côté de la Loire, ils touchaient les paroisses de Germigny-des-Prés, Bonnée et Ouzouer, et remontaient même le cours du fleuve jusqu’à Beaulieu et Châtillon-sur-Loire.

  • 13 Voir carte des environs de Sully-sur-Loire p. 266.

46Rien ne saurait mieux montrer l’imbrication des terres de Sully avec celles de ses voisins que la configuration des environs du château de Sully-sur-Loire : c’était une mosaïque de terres dépendant du seigneur de Sully, du seigneur de La Motte et du seigneur de Briou13. La seigneurie de Briou se trouvait immédiatement derrière le parc du château. Sur les rivages de Loire abrités par les levées, Philippe Le Maire, sr du Briou, possédait la métairie de Briou, les fiefs de Cuissy et d’Huisseau, avec la censive de l’Orme, près de Saint-Aignan, le moulin de Voiseux, et, près de la forêt de Sully, les métairies de Rideau et des Angliers. D’autre part, les métairies de « dessous » Cuissy et des Grandes Gorges, avec la censive des Agots ou du Petit Champlivault, appartenaient aux héritiers de François de Menon et d’Anne de La Trémoille, fille naturelle de Louis III de La Trémoille, légitimée en 1551.

Censive du duché-pairie de Sully-sur-Loire

Les environs de Sully-sur-Loire vers 1650

  • 14 ADL, 5 J 412. Cf. Notice historique sur Cuissy-sur-Loire, ci-devant paroisse de Saint-Aignan-le-Ja (...)

47Au cœur de cet ensemble de terres, le seigneur de Champlivault étendait sa haute justice sur le bourg de Saint-Aignan. Son château, bordé par un jardin, un parc et un étang, s’élevait sur une motte seigneuriale. Il reçut le 26 avril 1641 de Maximilien de Béthune le droit de fossés et de pont-levis14.

48Les abords immédiats de Champlivault se trouvaient dans la censive de Sully : La Héronnière, La Chiennerie, le Grand et le Petit Monpertuis et le Rotoy.

  • 15 ADL, 5 J 456.

49Le lieu de La Motte-Saint-Aignan appartenait à la même famille que celui de Briou : en 1605 Jacqueline de La Chapelle, veuve de Jean Le Maire, en fit l’aveu et dénombrement à Sully. Sa fille Renée Le Maire, qui épousa René de Beaumont, en hérita. Le 4 mai 1630, Gaspard de La Chapelle, tuteur de leurs enfants, céda la seigneurie de La Motte pour 1 900 livres à Antoine Fieffé, procureur fiscal au duché, qui en rendit l’hommage le 21 juin 1631. Antoine Fieffé ne conserva pas longtemps cette nouvelle acquisition : il la revendit le 5 janvier 1647 à Denis Loyseau, chirurgien du nouveau duc de Sully15.

50La Motte-Saint-Aignan était une seigneurie de peu d’importance. Néanmoins, comme à Champlivault, sur le lieu seigneurial s’élevait une tour ; derrière un jardin réparti en carrés ; devant, la cour et les bâtiments d’exploitation. Ici point de fossés ni de pont-levis ; aucune autre métairie ne composait le domaine dont les terres étaient réparties tout autour du lieu seigneurial entre la Sange et le grand chemin de Sully à Gien. Au nord, au-delà de la Sange, c’était la métairie de L’Épinoy que le deuxième duc de Sully achètera seulement en 1647 ; toute la partie entre la Loire et la Sange constituait une vaste prairie naturelle dite « prairie de L’Épinoy », « prairie de Cuissy », ou « Val de Cuissy », dont les parcelles étaient partagées entre les métairies environnantes. Au sud du grand chemin de Sully à Gien, c’étaient les lieux des Nées et des Bonnesdents, dans la censive de La Motte ; quelques terres de ce côté encore appartenaient à La Motte. Au sud-est, vers Saint-Aignan, on entrait dans les héritages de Champlivault ; au sud-est vers ceux de la Caille appartenant au duc de Sully. Entre La Motte et la Caille, le lieu de Forêt faisait partie auparavant des héritages de La Motte ; Ythier Pichery s’en rendit adjudicataire le 17 septembre 1605.

51Ainsi, les possessions et dépendances de Sully dans les environs du château étaient-elles assez limitées. La constitution d’un ensemble territorial au sud de la Loire se heurtait donc au manque d’unité des possessions.

II. LA POLITIQUE D’HARMONISATION

52Pour remédier aux disparités qui existaient aussi bien entre ses possessions qu’à l’intérieur de chacune d’entre elles, Sully a usé principalement de trois moyens : l’amélioration du réseau des voies de communication, la constitution du duché-pairie de Sully-sur-Loire, et une politique d’acquisitions. On peut, dans une certaine mesure, en ajouter un quatrième, un essai d’unification de la gestion domaniale, dont l’application, ainsi que nous le verrons, n’est pas dénuée de problèmes d’interprétation.

1. L’amélioration des voies de communication

  • 16 C’est l’actuelle N 20.
  • 17 Actuelles N 5 et N 7 (celle-ci rejoint de nos jours la Loire à Briare et non à Gien).
  • 18 Cf. M. Tavernier, Carte géographique des postes, Paris, 1632.

53Les possessions du sud de la Loire se trouvaient dans une région quelque peu délaissée par les grandes routes : la baronnie de Sully-sur-Loire était à moins de 150 km de Paris, une égale distance la séparait de Culan dont les dépendances s’étendaient en Bourbonnais. Une grande route très fréquentée reliait Paris à Orléans ; c’était une voie essentielle qui assurait la jonction entre le nord et le sud du royaume ; de nombreux relais de postes la bordaient16. Une autre grande route partait de Paris, traversait Melun et Fontainebleau, rejoignait la Loire à Gien, puis remontait le cours de la Loire jusqu’à Nevers et Moulins17. Sully-sur-Loire se trouvait ainsi à mi-chemin entre deux grandes routes, celles d’Orléans et de Gien. L’une et l’autre route, via Étampes ou Fontainebleau pouvaient être choisies pour rejoindre Sully depuis Paris. Mais on pouvait encore emprunter une vieille route moins fréquentée : celle qui, venant de Melun, bifurquait sur Saint-Père, en face de Sully18. Là, jusqu’en 1563, on pouvait traverser la Loire sur un pont, et depuis, en bateau.

  • 19 Cf. C. [Gauchery-] Grodecki, Les débuts de l’art classique en Berry : Jean Lejuge, architecte prov (...)

54Pour traverser l’intérieur du Berry, il existait une route de poste qui partait d’Orléans et reliait Bourges et Moulins, et une autre route qui, venant de Gien, rejoignait Nevers et Moulins par la Loire. Mais il était également possible de se rendre dans l’intérieur du Berry par voie fluviale ; les rivières étant davantage navigables qu’aujourd’hui. Depuis 1556, les bateaux pouvaient remonter la Loire puis le Cher et l’Yèvre jusqu’à Bourges. Les cours de l’Arnon, du Cher, de l’Yèvre étaient navigables sur leur plus grande partie19. Le problème était de les mettre en liaison.

55C’était finalement le duché de Sully-sur-Loire qui était le mieux placé : peu éloigné de Paris, il permettait également de se rendre facilement dans les villes du Val de Loire, en descendant ce fleuve. En 1614, c’est à Amboise que l’on va négocier avec Condé la vente de Villebon.

  • 20 ADC, minutes Désiré Desbarres, E 2520, fol. 103. Le Mareschal fut également utilisé par Sully pour (...)
  • 21 D’Escures acquit le 4 juin 1605 un lot sur la place royale (Mallevoüe, op. cit., p. 35).

56Sully pouvait d’autant moins ignorer cette situation que la charge de grand voyer, qu’il occupait depuis 1599, le mettait au courant des problèmes de communication routière et fluviale. A-t-il profité de ses hautes fonctions et de ses relations à la cour pour faire entreprendre des travaux dont le profit lui serait plus immédiat qu’au roi ? La question peut être légitimement posée. Dans certains cas, le roi prend à son compte les travaux effectués par Sully dans ses propriétés (La Chapelle-d’Angillon), dans d’autres, le duc avait quelque intérêt aux travaux exécutés, qui facilitaient l’exploitation de ses domaines. Il pouvait compter, dans la généralité de Bourges, sur François Le Mareschal, sr de Corbet, trésorier de France à Bourges et lieutenant du grand voyer, et, dans la généralité d’Orléans et de Moulins, sur Pierre Fougeu, sr d’Escures, également lieutenant du grand voyer. Le Mareschal, qui avait été quatre fois maire de Bourges, était l’homme de confiance de Sully dans la province : en 1614, c’est lui qui représentait Sully à l’assemblée particulière de la noblesse pour les États généraux20. Quant à d’Escures, intendant des turcies et levées de Loire, c’était un familier du duc21.

  • 22 Cf. B. Barbiche, Sully, Paris, 1978, p. 111-112.
  • 23 Cf. P. Pinsseau, Le canal Henri IV ou canal de Briare (1604-1943), Orléans-Paris, 1943.
  • 24 ADC, minutes Désiré Desbarres, E 2304, fol. 89, 1606 : « Devis de la dessente du ruisseau de Chign (...)
  • 25 ADC, minutes Desbarres, E 2313, fol. 160, marché du 24 juillet 1610. Un procès-verbal d’inspection (...)

57Ce fut sur la navigation que portèrent les plus grands efforts : grâce aux travaux effectués, Sully permit d’emprunter une double voie fluviale traversant le Berry d’est en ouest. Au nord, on pouvait descendre l’Auron jusqu’à Bourges, puis l’Yèvre jusqu’à Vierzon, puis le Cher. Au sud, on pouvait naviguer sur le Cher dans tout son cours jusqu’à Selles-sur-Cher. Les premiers travaux remontaient à François Ier. L’un des grands desseins de Sully était de constituer un réseau de canaux devant relier la Seine à la Loire, la Loire à la Saône et la Saône à la Meuse, afin de faciliter les communications entre la Méditerranée, la Manche, la Mer du Nord et l’Atlantique22. La seule réalisation commencée fut le canal de Briare, adjugé à Hugues Cosnier par lettres patentes du 11 mars 1604. Il permettait de mettre en liaison la Loire et la Seine, ce qui n’était d’ailleurs pas un désavantage pour les possessions de Sully : de Briare, on pouvait soit descendre la Loire vers Sully, soit la remonter vers La Charité et Nevers. Mais le canal de Briare ne fut pas achevé avant 164223. Le Cher fut également canalisé à la hauteur de Saint-Amand24. En outre, Sully accorda un soin particulier aux ponts. Il fit travailler à ceux de Blois, Jargeau, Briare, Vierzon, et à Orval il fit édifier un pont en pierre de neuf arches et huit piliers25.

  • 26 Actuellement, ce sont les D 940 et N 144.
  • 27 ADC, minutes Desbarres, E 2 304, fol. 169, marché de François Le Mareschal pour la partie proche d (...)
  • 28 ADC, minutes Désiré Desbarres, E 2311, fol 92, marché pour la construction de « 746 toises de chau (...)

58Le réseau routier ne fut nullement négligé, surtout dans la province du Berry, où l’on ouvrit une voie nouvelle, celle qui, faisant la liaison nord-sud, passait aux environs de Bourges et permettait de relier la baronnie de Sully avec les autres possessions de Maximilien de Béthune au sud de Bourges26. Il fit réparer en 1606 le grand chemin allant de la ville d’Aubigny au bourg des Aix-d’Angillon. Cette route passait par La Chapelle-d’Angillon et Henrichemont27. En 1609, celui-ci fit améliorer la transversale est-ouest au niveau de Bourges28.

59L’ensemble de ces travaux publics permettait une meilleure liaison entre les différentes possessions de Sully au sud de la Loire. Néanmoins, on comptait une journée pour faire le voyage de Sully à La Chapelle-d’Angillon et, de là, autant pour rejoindre Montrond par les routes ordinaires. Pour le transport d’objets et de matériel lourd, la voie fluviale était très utilisée, ainsi d’Orléans à Sully, et de Sully à La Charité-sur-Loire.

60Un autre élément contribua à renforcer l’unification des possessions de Sully, ce fut l’érection en duché-pairie de la baronnie de Sully-sur-Loire.

2. L’érection en duché-pairie29

  • 29 Voir ci-dessus. 1re partie, p. 54-56.
  • 30 Voir ci-dessus p. 55.
  • 31 ADL, 5 J 550 et 5 J 31.
  • 32 Les lettres parlent du désir de « faire ressentir à notred. cousin le marquis de Rosny le contente (...)

61Au début de l’année 1606, le moment était devenu favorable pour faire accéder Maximilien de Béthune à la dignité de duc et pair : d’une part il était désormais le membre le plus écouté du gouvernement royal, depuis la disgrâce du chancelier de Bellièvre en décembre 1604, d’autre part il venait de se rendre possesseur en 1602 de la baronnie de Sully-sur-Loire et en 1605 de la seigneurie de La Chapelle-d’Angillon, de la principauté de Bois-belle-Henrichemont et des seigneuries d’Orval, Bruère et Épineuil, se constituant ainsi un vaste ensemble territorial. Car la dignité de duc et pair, si elle visait à récompenser une personne, devait être également assise sur une terre dont les revenus seraient suffisants pour en soutenir le rang. Or Maximilien de Béthune avait déjà vu en août 1601 sa baronnie de Rosny érigée en marquisat30. Les raisons en sont énumérées dans les lettres patentes enregistrées au parlement de Paris le 20 août 1601 : le roi désirait récompenser les services rendus et engager l’impétrant à observer à l’avenir la même attitude envers le roi dans l’exercice de ses charges, il voulait aussi « ajouter à la splendeur et antiquité de son nom et de la maison illustre de Béthune ». L’érection en marquisat de Rosny avait donc visé essentiellement à reconnaître l’ancienneté de la maison de Béthune, et les mérites acquis durant les vingt années précédentes par son plus illustre représentant, détenteur du bien patrimonial de Rosny. L’érection de Sully en duché-pairie, elle, créa véritablement une nouvelle dignité. Il s’agissait cette fois de reconnaître les services rendus par Maximilien de Béthune dans l’exercice de ses charges gouvernementales et de consacrer les biens acquis au service du roi et grâce aux libéralités royales, et non plus d’élever un bien patrimonial31. D’où le choix de Sully-sur-Loire, qui n’était pas la terre la plus importante que possédât le ministre : le revenu de Rosny était bien supérieur. Si l’on examine les autres possessions acquises par Sully du temps où il était au pouvoir, c’était cependant la plus belle de toutes, car Orval, et les autres seigneuries voisines n’étaient pas d’un revenu suffisant et n’étaient pas assez titrées pour être élevées à cette dignité : c’eût été se servir d’un agrégat de seigneuries et non d’un beau domaine pour asseoir la dignité de duc et pair32.

  • 33 Les lettres parlent de terres « assez seigneuriales, renommées et de bon revenu pour être élevées (...)
  • 34 Voir ci-dessus p. 55.
  • 35 Cf. Ch. Cuissard, Origine de la gouttière de cire présentée par les quatre barons Orléanais et lis (...)
  • 36 BN, nouv. acq. fr. 25 230, fol. 5.
  • 37 Le procès fut repris après la mort du duc par sa femme Rachel de Cochefilet, le 20 septembre 1642, (...)

62Les lettres d’érection furent envoyées au parlement de Paris le 12 février 1606 et enregistrées très vite, dès le 25 février33 ; le 9 mars, Maximilien de Béthune put prêter serment de fidélité. La conséquence immédiate en fut de modifier les ressorts judiciaires et féodaux. D’abord on unit au duché-pairie la baronnie de La Chapelle-d’Angillon, pour être déclarées en un seul hommage au roi. Or, la baronnie de Sully, rappelons-le, relevait jusque-là de l’évêque d’Orléans, sauf pour les châtellenies de Saint-Gondon et de Sennely, qui dépendaient directement du roi ; d’autre part, La Chapelle-d’Angillon était mouvante jusque-là de Sancerre. Les évêques d’Orléans et les comtes de Sancerre virent ainsi leur échapper une partie de leurs profits féodaux (quint et requint). Gabriel de L’Aubespine, évêque d’Orléans en 1606, ne s’opposa pas à cette mutation. Mais son successeur Nicolas de Netz, nommé en 1631, fut plus vindicatif et réclama une indemnité qu’il évalua au tiers du prix de la terre. En outre, il prétendait, bien que le duché ne relevât plus que du roi, à ce que le duc de Sully continuât à lui rendre deux anciens devoirs féodaux : porter l’évêque avec trois autres barons lors de sa première entrée dans la ville épiscopale, et lui envoyer tous les ans, la veille du jour de l’Invention de la Sainte Croix (le 2 mai), une gouttière de cire de 213,5 livres en l’église cathédrale d’Orléans et la faire présenter par un chevalier de nom et d’armes34. Ces deux usages remontaient au xiiie siècle et paraissaient déjà obsolètes au début du xviie siècle. Pour satisfaire à la première obligation, le seigneur de Sully, depuis 1312, pouvait se faire remplacer par un soldat. Le second usage serait la conséquence d’un vœu fait par le seigneur de Sully à la croisade. Pourtant on plaida ; Nicolas de Netz assigna le 23 juin 1632 le duc de Sully pour lui réclamer l’indemnité et ses devoirs35 ; mais l’évaluation des dommages dura longtemps, le procès ne commença réellement qu’en 1638, et le duc le perdit. Par arrêt du parlement de Paris rendu le 1er février 1641, quelques mois avant sa mort, il fut condamné à payer le quart de la valeur de la terre de Sully pour l’indemnité, et chaque année, le 1er mai, la somme de 20 livres en compensation de la gouttière de cire36. D’autre part, Sully dut également, en vertu d’un arrêt du 14 janvier 1634, verser récompense à Jean de Bueil, comte de Sancerre, pour la tenure féodale de La Chapelle-d’Angillon unie au duché-pairie. Elle fut fixée à 1 000 livres par sentence des Requêtes du Palais du 27 avril 163437.

  • 38 ADL, 5 J 39, mémoire des officiers du siège royal de Lorris.
  • 39 ADL, 5 J 38, inventaire des pièces produites par les officiers du siège royal de Châteauneuf.
  • 40 ADL, 5 J 37, mémoire des maire et échevins de Bourges (1626) figurant parmi les pièces du procès a (...)

63En ce qui concerne les ressorts judiciaires, l’érection en duché-pairie de Sully-sur-Loire provoqua également des modifications à deux degrés. On distinguait auparavant la baronnie de Sully, dont les appels relevaient du siège royal de Châteauneuf et pour les cas présidiaux du présidial d’Orléans, et les châtellenies de Saint-Gondon et de Sennely, qui dépendaient du bailliage royal de Lorris, ainsi que la seigneurie de La Chapelle-d’Angillon, ressortissant au présidial de Bourges. Désormais, d’une part le bailli de Sully centralisait tous les appels provenant des justices seigneuriales du duché, d’autre part toutes les causes d’appel du bailli de Sully étaient directement adressées au parlement de Paris, sans passer par les sièges royaux intermédiaires. Cette situation nouvelle lésa ces derniers, qui réclamèrent eux aussi une indemnité. Les officiers du siège royal de Lorris l’évaluèrent à 5 000 livres38, ceux de Châteauneuf à 100 000 livres39. Les maire et échevins de Bourges se plaignirent du préjudice porté à l’activité de leur ville, qui vivait de son université et de la justice, craignant un appauvrissement de Bourges si les appels n’y étaient plus portés40.

  • 41 Ibidem.
  • 42 ADL, 5 J 35, procès-verbal d’assemblée des habitants de la paroisse d’Isdes, 15 février 1626.

64Les préjudices infligés aux particuliers furent plus variables : selon les maire et échevins de Bourges, « les habitants de lad. ville qui ont du bien dans lesdictes paroisses distraictes esloignées seullement de six à sept lieues de Bourges (...) sont contrainctz pour de petites affaires rechercher la justice à Sully, hors de leur ville et province41 ». Mais les assemblées d’habitants de Saint-Florent, Coulions, Cerdon, Lion, Saint-Père, Bonnée, Viglain, et Isdes jugèrent au contraire qu’il était plus profitable pour eux de faire appel au parlement de Paris qu’au présidial d’Orléans, ainsi que les y avait obligés une sentence du parlement de Paris du 20 février 1621 pour les cas présidiaux : « Ils déclarent que ce leur seroit une grande vexation de passer par tans de degrez de juridiction et qu’estans en pocession depuis vingt ans de rellever en la court dont ilz ne sont esloignez que d’une journée et demye, ils supplyent nos seigneurs de la court de les y voulloir maintenir42. »

65Mais dans l’immédiat, l’unification des justices fut pour Sully le premier ferment d’unification de ses possessions. Il pouvait en outre jouer sur un autre droit qui lui fut accordé à la même occasion : en tant que duc et pair, il jouissait du privilège de committimus qui lui permettait de faire juger au parlement de Paris toutes les causes le concernant. Ce droit fut très souvent utilisé, et il pouvait se révéler redoutable, car tous ceux qui intentaient une action contre Sully devaient venir plaider à Paris, ce qui multipliait les longueurs et les frais. Soulignons que les progrès accomplis en matière d’unification de justices furent ensuite remis tardivement en question, à partir de 1632, toujours à l’initiative de Nicolas de Netz, évêque d’Orléans, dont le procès provoqua une enquête plus large sur les préjudices apportés par l’érection en duché-pairie.

66Dans les premières années en tout cas, Sully poursuivit avec succès et sans être aucunement gêné sa politique d’unification en s’efforçant d’étoffer ses possessions, en achetant soit d’autres seigneuries voisines, soit des moulins et des métairies.

3. La politique d’acquisitions

67Sully ne se contenta pas des deux ensembles de seigneuries achetées en 1602 (Sully-sur-Loire) et en 1605 (La Chapelle-d’Angillon, Boisbelle, Orval, Saint-Amand, Montrond, Bruère, Épineuil), il chercha à les arrondir par achat de terres, métairies et moulins à l’intérieur de chacun de ses domaines, et à accroître encore ses possessions par l’achat d’autres seigneuries. Par ces acquisitions, il tendait à l’unification de cet ensemble territorial déjà important mais décousu.

68Achetée le 16 juillet 1602 à Claude de La Trémoille pour 126 000 livres, la baronnie de Sully-sur-Loire était à elle seule un fief important : le château fortifié, datant des xive et xve siècles, gardait autrefois le pont sur la Loire ; la justice de Sully, avec celle des châtellenies de Saint-Gondon et de Sennely et de la seigneurie de Moulin-Frou, s’étendait sur plus de vingt-cinq paroisses. Le domaine propre comportait onze métairies et moulins : Le Bouloy, Solaire, Mauvy, Riou, Moulin-Neuf, Le Bois, La Laurendière, Moulin-Frou, La Caille, Villemouette et La Boucherie. À ce titre, c’était la mieux pourvue de toutes les possessions de Sully au sud de la Loire. En quelques années, Sully accrut encore considérablement ce domaine, au point de doubler les revenus de la baronnie, érigée en duché-pairie en 1606.

  • 43 ADL, 5 J 374-375.

69En premier lieu, pour procéder à l’élargissement du canal de la Sange et à l’établissement du Petit Parc au sud du château, le bailli Gravet passa de décembre 1603 à janvier 1605, et encore en janvier 160843, quarante-six contrats d’acquisition de maisons, prés, terres labourables, clos de vigne. Un arpentage du 6 novembre 1603 estimait les acquisitions à faire à environ vingt-quatre arpents (12,5 hectares) répartis en onze arpents de vigne (5,6 hectares), onze arpents de terres labourables (5,6 hectares) et trois arpents de prés (1,3 hectares). Ces terres étaient estimées au total à 1 615 livres, en comptant 50 livres l’arpent de vigne, 60 ou 40 livres l’arpent de terre labourable. En réalité, les dépenses connurent une sorte d’inflation et furent trois fois plus élevées : on acheta près de 55 arpents (2 de jardins, 30 de terres labourables, 2 de prés et 20 de vignes). En raison sans doute du grand nombre de pièces achetées en vue de former un ensemble cohérent, les prix montèrent à 120-150 livres pour les vignes, 50-60 livres pour les terres, et 90 livres pour les prés. 4 358 livres 17 sous 3 deniers furent ainsi déboursés, à quoi il faut ajouter 168 livres pour droits de mutation dus au seigneur du Briou ; l’acquisition des terres devant former le canal de la Sange s’éleva donc à 4 500 livres environ.

  • 44 ADL, 5 J 484. Arpentage des terres devant constituer le Grand Étang (3 janvier 1624), extrait des (...)

70Pareille opération fut renouvelée en 1625-162644 pour la construction du Grand Étang derrière le parc du château, alimenté par la Sange, et l’agrandissement des terres de la métairie du Briou. Les arpentages du 3 janvier 1623 et des 24 et 25 mai 1624 relevaient au total 66 arpents 20 perches (33,7 hectares) répartis en 8 arpents 14 perches de pré (4,4 hectares), 5 arpents 68 perches 3/4 de vigne (4,2 hectares), et 52 arpents 34 perches de terre labourable (27,3 hectares) estimées plus de 5 000 livres (à raison de 200 livres l’arpent de pré, 150 livres celui de vigne et 50 celui de terre).

  • 45 BN, nouv. acq. fr. 25 234.

71Les acquisitions les plus importantes concernèrent cependant le domaine. En moins de deux ans, le nombre des métairies et moulins doubla, passant de onze à vingt. En 1602 en effet, le domaine ne comportait pas de métairie proche du château, cinq se trouvaient au nord-ouest de la baronnie sur les rives de Loire (Mauvy, Villemouette, Solaire, La Caille et La Boucherie), cinq dans la seigneurie de Moulin-Frou, au sud-est du duché (La Laurendière, Moulin-Frou, Moulin-Neuf, Le Bois, Riou) et une dans la châtellenie de Sennely (Le Bouloy). Sully pallia cette distorsion en négociant avec Philippe Le Maire, sr du Briou, dont les terres étaient voisines du parc du château. Celui-ci, désireux d’acquitter la seigneurie de La Rivière, qui venait d’être adjugée à son profit, vendit le 12 juin 1604 pour 9 000 livres45 la métairie du Briou, avec la censive de l’Orme et une rente de trois muids quatre setiers et deux quartes moitié froment moitié seigle sur le lieu de Rivotte. Briou était une riche exploitation, dépourvue de taillis et d’étangs, mais bien située, juste derrière le parc du château, et disposant de nombreuses prairies naturelles pour mener paître le bétail. Ce domaine fut immédiatement affermé pour 450 livres en 1604 et en 1632 pour 1 000 livres.

  • 46 ADL, 5 J 403. Acte de cession par Philippe Le Maire à Sully de ses droits sur la succession de Cha (...)
  • 47 Ibidem. Le décret des Angliers, de Voiseux et des fiefs de Cuissy dura du 24 octobre 1597 au 15 oc (...)
  • 48 ADL, 5 J 325.

72Sully continua à faire des affaires avec ce même Philippe Le Maire, qui, à cause de ses droits sur la succession de Mlle de Chaumont, avait fait saisir en octobre 1597 sur François et Louis Du Pestil, héritiers de ladite demoiselle de Chaumont, le lieu seigneurial et métairie des Angliers, la métairie de Rideau, paroisse de Villemurlin, le moulin de Voiseux, paroisses de Lion et de Saint-Aignan-le-Jaillard, et les fiefs de Cuissy. Mais la procédure avait traîné en longueur et Philippe Le Maire céda le 15 mars 1605 à Sully ses droits sur la succession de Chaumont contre 6 000 livres46. L’adjudication fut faite le 15 octobre 1605 en faveur d’un prête-nom, pour 10 000 livres47. Toutes ces métairies complétaient parfaitement l’acquisition de Briou ; elles étaient situées dans un rayon relativement proche de la ville et du château de Sully : Rideau et Les Angliers en étaient séparés par la forêt de Sully-sur-Loire ; Voiseux était un moulin modeste sur la Sange, non loin de Saint-Aignan-le-Jaillard. Le bailli Gravet en avait ainsi fait l’éloge à Sully dans une lettre du 25 janvier 160548 : « Pour le regard de la terre des Angliers, Rideaux, Le Voiseux, et les fiefs de Cuissy et du Voiseux et censives de Rideaux, ce sont choses qui vous sont bien commodes, voire tellement meslées parmy vous que j’ose bien dire qu’elles vous sont nécessaires, si M. de Briou vous les veult laisser pour dix mil livres, car tout cela vault bien cinq cents livres de rente, le moulin des Angliers estant réparé ».

  • 49 ADL, 5 J 445.

73La politique d’acquisitions ne s’arrêta pas là : la même année, le 28 juin 1605, René et Urban de Baudian, René de Guay et Anne de Menon sa femme, Gabriel de Gastineau et Florence de Villiers sa femme, Jacques Droulin et Anne de Villiers sa femme, tous héritiers de François de Menon et d’Anne de La Trémoille, cédèrent à Sully, contre 15 000 livres49, un ensemble important complétant le précédent : métairies des Grandes Gorges, de dessous Cuissy, de La Naudière, moulins de Glatigny et de Chery, avec les bruyères et pacages de Vannes, les taillis et étangs des Corbillières, les étangs d’Oussin, Olivier, Cul-d’Acier, les pâtureaux des Livrpts ainsi que les rentes sur l’Étang et Les Caillerets, les fiefs, censives et droits seigneuriaux des Grandes Gorges, la moitié des fiefs d’Huisseau, la moitié de la censive des Agots (ou du petit Champlivault) et la censive de Vannes. Jacques Droulin et Gabriel de Gastineau cédèrent encore séparément pour 1 200 livres le lieu du Grand Journeau.

74La Naudière, Les Grandes Gorges, Cuissy étaient trois métairies sur les prairies du bord de Loire, qui se rattachaient parfaitement au groupe précédent : Briou, La Caille, Voiseux, Rideau, Les Angliers. Avec les moulins de Chéry et de Glatigny, c’était le groupe des moulins et métairies situé à l’extrêmité du duché, sur la grande Sauldre, qui s’étoffait. Chaque moulin possédait prés et terres d’exploitation. Enfin les quatre étangs des Corbellières, d’Oussain et de Cul-d’Acier (actuellement du Cuirassier), près de Vannes-sur-Cosson, venaient encore accroître le groupe des étangs du Bouloy (Grand Étang, Potelard, Villaudet, Courgouttoir, Couriou). Avec neuf étangs proches les uns des autres, Sully possédait sans doute là la plus belle exploitation.

  • 50 ADL, 5 J 401, décret, vente et adjudication aux enchères de Briou, saisi sur Philippe de Saint-Fèr (...)

75Cette politique d’extension s’arrêta en 1605 ; par la suite, seules les terres du Grand Étang furent acquises en 1623-1624 dans un but précis. En septembre 1623 fut vendue aux enchères la métairie du Petit Briou, saisie sur Philippe de Sainte-Fère, sans que le duc intervienne50. De 1605 à la mort du duc en 1641, le duché-pairie de Sully ne connaît donc plus guère d’accroissement, même si les changements intérieurs sont importants.

  • 51 Voir ci-dessous p. 300-303 pour La Chapelle-d’Angillon, et p. 305-307 pour Henrichemont.

76À la baronnie de La Chapelle-d’Angillon, acquise le 31 août 1605 du duc de Nevers, et réunie l’anné suivante au duché-pairie, on ne constate aucune autre acquisition, de même qu’à Boisbelle-Henrichemont. Maximilien de Béthune devait considérer les terres de Sully-sur-Loire d’un meilleur rapport ; ses efforts en cette région portèrent davantage sur les réalisations architecturales, restées inachevées à Henrichemont51.

77Il n’en fut pas de même dans les autres seigneuries berrichonnes. Là, Sully s’efforca d’une part d’étoffer le tissu un peu lâche de cet ensemble territorial en achetant d’autres seigneuries, et de renforcer en particulier celle d’Orval, qui pouvait être considérée comme le cœur de ses possessions en cette région.

  • 52 ADC, E 630. Le procès-verbal de prise de possession de la baronnie de Culan est donné ci-dessous p (...)

78La ville de Saint-Amand, le château de Montrond, les seigneuries d’Orval, d’Épineuil et de Bruère avaient été acquises du duc de Nevers le 31 août 1605. Sully y ajouta le 14 mars 1608 la châtellenie du Châtelet-en-Berry, que le maréchal de Schomberg avait acquise du duc de Montpensier le 16 février 1608. Le Châtelet était un peu au sud-est de Saint-Amand, et il en était séparé par la justice de Culan. L’acquisition de la baronnie de Culan le 6 septembre 1614, par adjudication judiciaire faite au parlement de Paris, s’inscrivait dans l’ordre des choses. Culan était déjà en Bourbonnais ; le duc de Sully en vint prendre lui-même possession le 12 septembre 161452. Cet ensemble ainsi constitué se gonfla désormais des seules seigneuries de La Prune-au-Pot en 1614, de La Roche-Guillebault le 27 novembre 1617 et de La Perche et Beauchezal vers 1614-1616. Maximilien de Béthune était même en train d’étendre encore ses terres en Bourbonnais en faisant mettre en décret la seigneurie de Préveranges saisie sur le sieur de Bigny, quand les négociations avec Condé empêchèrent toute nouvelle acquisition.

  • 53 Cf. Mallard, Histoire des deux villes de Saint-Amand, op. cit.

79À Orval, Maximilien de Béthune acquit le 6 mars 1608 de Péronnelle d’Aubigny, veuve de François Mercier, de Pierre Barbe, premier avocat du roi en la sénéchausséee et présidial de Bourbonnais, et d’Anne Mercier sa femme, les moulins Billeron sur la Marmande, au pied du château de Montrond, pour le prix de 6 000 livres. À Barbe Pellerin et Gilbert Manceau, il acheta le même jour les moulins Têtard sur la Marmande, pour 4 000 livres. Le 14 juillet 1607, Jean de Bigny, sr du Vieux-Château de Saint-Amand, vendit au roi le moulin de La Cornière et le ruisseau du Chignon, qui furent ensuite cédés à Sully53.

  • 54 Mémoire présenté par les officiers de Saint-Amand le 7 juillet 1608, cité par Mallard, op. cit., p (...)

80En 1608, se présenta l’occasion d’acheter deux terres : celle de La Salle-Colombier, distante de deux lieues de la ville de Saint-Amand, valant 400 à 500 livres de rente, et celle de l’Isle-Savary, en Bourbonnais, terre engagée au sieur de La Lande pour 12 000 livres et valant 1 000 livres de ferme. Sully refusa de les acheter : « Je ne veux point achepter de terres qui ne relèvent entièrement du roy ou de moy54. » La première se trouvait dans la terre du sieur d’Ainay, et la seconde dans la justice de Linières.

81À Montrond, Orval, Saint-Amand, il s’agissait donc moins d’agrandir le domaine que d’étoffer la structure féodale et seigneuriale de cet ensemble. Le but était de laisser un héritage de quelque importance au deuxième fils de Sully, François de Béthune. Il portait le titre de comte d’Orval, alors que cette terre n’était pas titrée. Faut-il y voir là une intention de Sully de faire élever cette terre ?

82Mais ces projets furent contrariés par le prince de Condé, qui, en quelques années, dissocia totalement cet ensemble patiemment réuni.

  • 55 Ces comptes, pour les terres de Baugy et autres exclusivement, nous sont conservés pour l’année 16 (...)
  • 56 MC, III, 475, ratification par Sully du contrat d’échange, 24 décembre 1604.
  • 57 ADC, E 268, pièce 8.
  • 58 ADC, E 268, pièce 2.

83Pour Sully, il y eut un autre moyen de procéder à l’unification de ses terres : ce fut de demander à une même personne de les gérer. Il fit pour cela appel à Pierre Éverard. Secrétaire de la chambre du roi, commissaire ordinaire de l’artillerie de France, celui-ci fut très tôt attaché à la gestion et à l’administration des domaines de Sully en Berry. C’est lui qui s’occupa en premier lieu de tenir le compte des recettes et dépenses des seigneuries de Baugy, Étréchy, Pouligny, Les Essarts, Chaumoux, Chanteloup et Solérieux à partir de 160255. Le 23 septembre 1604, il effectua avec François Mareschal, sr de Corbet et de Lassay, un échange de redevances sur la seigneurie d’Étréchy56. Le 12 décembre 1607, il reçut charge de Maximilien de Béthune de « faire les affaires générales de ses domaines ». Il présenta en 1609 les comptes de La Chapelle-d’Angillon, arrêtés le 13 décembre 160757. Surtout, le 24 mars 160958, il tint un état général de la recette et dépense de tous les domaines de Sully. Il prit en compte le duché de Sully-sur-Loire, la principauté de Boisbelle, les seigneuries d’Orval, Montrond, Saint-Amand, Bruère-sur-Cher, Épineuil, la châtellenie du Châtelet-en-Berry, les seigneuries de Baugy et autres, la baronnie de Bontin, le comté de Dourdan, la seigneurie de Villebon, les revenus de Loroy et de Saint-Benoît-sur-Loire. Mais il apparaît qu’il s’est personnellement chargé de recouvrer les recettes ou de vérifier les comptes de Baugy, Loroy, Le Châtelet et La Chapelle-d’Angillon. Le Châtelet était mis à part, car c’était une terre nouvellement acquise dont il fallait recevoir les premiers profits ; Éverard avait l’administration de Baugy, La Chapelle-d’Angillon et Henri-chemont. C’est à Henrichemont qu’il établit sa demeure ; il y était grenetier du grenier à sel établi par Sully.

84Mais le rôle tenu par Pierre Éverard pose problème : car après 1609, il n’est plus fait mention de compte récapitulatif tenu pour l’ensemble des domaines de Sully ni pour ceux du sud de la Loire. Les comptes furent tenus séparément pour chacun des domaines. Ou bien l’action d’Éverard fut ponctuelle et engendrée par le souci d’avoir un état des domaines de Sully à une date précise, ou bien ce compte fut tenu seulement pendant plusieurs années consécutives et ensuite abandonné, ou bien ne nous sont-ils pas conservés. Faut-il voir-là un projet conçu dans les années 1608 d’administration générale des domaines de Sully ? Il est indéniable qu’il faut le rapprocher des efforts déployés en vue de l’harmonisation des possessions de Sully, tant par l’amélioration des voies de communication que par l’unification des justices et par l’acquisition de terres. La tenue du compte en 1609 correspond en tout cas à la période où Sully procédait à de vastes travaux d’embellissement et de mise en valeur de ses terres.

B. LA POLITIQUE DE MISE EN VALEUR ET D’EMBELLISSEMENT

85L’achat de terres, de métairies, de moulins, constituait déjà en soi un effort de mise en valeur des possessions de Sully. La politique classique en ce domaine était d’effectuer des travaux de réparations aux bâtiments d’exploitation et d’aménagement aux châteaux. Réparer les toitures et les maçonneries des châteaux afin de les rendre habitables, remettre en état les métairies pour y installer les métayers et le bétail et y entreposer les récoltes, entretenir les roues et les biefs des moulins et changer leur meule afin d’éviter de les faire chômer, réparer et vérifier la chaussée et les grilles des étangs afin que le poisson ne se perde pas, tout cela découlait directement de la politique d’acquisition des terres. Mais Sully ne se contenta pas de collectionner et de rétablir des domaines, son projet dépassa encore une fois le modèle ordinaire, car il s’efforça de bonifier ses domaines, chacun d’une manière appropriée, en rachetant par exemple ou en mettant en valeur les droits seigneuriaux, en développant l’élevage, en instituant la vente du sel, etc. D’autre part, les travaux qu’il fit entreprendre dans les châteaux et dans les parcs furent de très grande envergure.

86À peine acquises, les terres de Sully furent l’objet de soins constants et attentifs ; ainsi à Sully-sur-Loire, acheté le 16 juillet 1602, on signa le premier marché pour le château dès le 7 août 1602. Mais plus encore que par la rapidité et l’ampleur des réalisations, le dessein de Sully apparaît par le choix qu’il fit d’un entrepreneur unique pour l’ensemble du domaine de Sully-sur-Loire (métairies et château) et pour les autres domaines berrichons (La Chapelle-d’Angillon, Baugy). Cet entrepreneur fut Jean Gidoin, « maître charpentier d’Orléans ». D’où Sully le connaissait-il ? Il est probable que son choix fut guidé par les renseignements que pouvait lui donner le personnel de la voirie dans les généralités d’Orléans et de Bourges. Dès l’automne 1602 en tout cas, Sully le fit chercher jusqu’à La Charité et à Nevers pour aviser aux réparations urgentes qu’il fallait faire au château et au domaine de Sully, puis l’utilisa sur plusieurs chantiers simultanés.

I. L’ENTRETIEN DU DOMAINE

87Le château, symbole de la puissance seigneuriale, ne fut pas le seul bénéficiaire de la politique de mise en valeur et d’embellissement des terres ; les métairies et étangs du domaine, qui fournissaient une bonne part du revenu des terres, entrèrent également dans le projet de Sully.

1. Métairies et moulins : travaux de réparation

88Ici encore, dès leur acquisition, les métairies et moulins du domaine de Sully-sur-Loire firent l’objet d’importants travaux de réparation. Sully y dépensa des sommes bien moindres que pour le château (près de 12 000 livres) mais cela représentait alors deux années du revenu de la ferme générale (5 000 livres en 1602, 8 000 livres en 1608). Seules ne furent pas concernées par cette entreprise les métairies de Mauvy, Villemouette, La Boucherie, Solaire, c’est-à-dire celles de l’ancien domaine de Sully, qui semblent avoir été en meilleur état. En revanche, dans toutes les autres, tant dans celles de la seigneurie de Moulin-Frou que dans celles achetées en 1605, les travaux effectués furent parfois importants.

  • 59 ADL, 5 J 105. Comptes de Mathieu Sallé pour 1602.
  • 60 L’ensemble des marchés de 1602 à 1609, tant pour les métairies que pour le château de Sully et les (...)

89Dès 1602, le sr de La Caillaudière, bailli et procureur de Maximilien de Béthune, fit procéder sans attendre Gidoin à la Visitation des métairies et moulins pour évaluer les premiers travaux à faire59. Le premier marché, en date du 13 juillet 1603, concerne Moulin-Bois60, mais il semble bien qu’un grand nombre de travaux aient été effectués par simple engagement oral. Les premières dépenses concernèrent les moulins, qui paraissent avoir été fort dégradés au moment de leur acquisition : Moulin-Bois, Moulin-Neuf, moulin de Briou, Voiseux, Chéry, Glatigny et moulins banaux de Saint-Gondon, pour lesquels on consacra de 1602 à 1608 la somme de 5 200 livres.

90Puis on s’attaqua aux métairies et moulins de la seigneurie de Moulin-Frou, sur le Beuvron. Le plus urgent, semblait-il, était de réparer Moulin-Bois, paroisse de Chaon : on fit immédiatement poser une nouvelle meule, réparer les biefs et arrière-biefs et les couvertures des bâtiments ; on passa marché avec le charpentier Louis Vannier, le 13 juillet 1603, pour la suite des travaux. Par le marché du 27 septembre 1604, on répara les bâtiments qui menaçaient ruine en apposant trois poutres au corps de logis « pour mieux faire tenir palissades et torchis » et, pour améliorer le revenu du moulin, on fit construire un toit à bêtes (brebis, bœufs, vaches, chevaux et juments) afin d’en faire l’élevage.

91Après avoir paré aux réparations les plus urgentes, effectuées aux endroits les plus critiques par des artisans du lieu, Sully décida de passer avec Gidoin, qu’il employait activement depuis deux ans sur le chantier du château, un marché général pour les métairies et moulins. En vertu de celui-ci, en date du 23 décembre 1604, Gidoin devait pour 1 100 livres réparer à la métairie de Riou la bergerie et la grange, et construire un toit à porcs et à vaches ; au moulin de Chéry, on fit aussi construire un toit à porcs et réparer torchis et couvertures de la maison du meunier ; à La Naudière, on fit abattre un petit appentis « qui est cause de la ruine du logis » et recouvrir de tuiles le logis ; à Moulin-Frou, ce fut tout le bâtiment du moulin qui fut abattu pour en reconstruire un nouveau sur pilotis ; à Moulin-Neuf, on fit une étable et un toit à porcs. La nature de ces travaux indique clairement leur double finalité : d’une part remettre le plus tôt possible en état tous les bâtiments qui pouvaient être délabrés, comme les corps de logis ; d’autre part construire des étables et toits à bétail afin de diversifier les activités de l’exploitation par l’élevage de bétail et d’augmenter ainsi les profits de la ferme générale.

92En 1605, cette politique d’amélioration se poursuivit par le commencement immédiat des réparations à faire aux nouvelles acquisitions. Suivant le marché du 19 juillet passé avec le charpentier Louis Vannier, pour 1 800 livres, de très importants travaux furent faits au moulin de Chéry récemment acquis ; là le corps de logis méritait seulement quelques menues réparations, comme refaire le torchis, édifier une cheminée, mais ce fut le bâtiment du moulin lui-même qui exigea le plus de soin : il fallait refaire tout le système hydraulique (roue, arbres, rouet, chemins, planchers), et remettre de l’étoupe au bief pour l’étanchéifier.

93Des travaux de semblable importance furent également entrepris aux Grandes Gorges, par marché du 11 août 1605, avec Jacques Regnault, pour 600 livres : Regnault abattit complètement la maison du métayer et la bergerie attenante pour les transporter dix mètres plus loin, sur une petite éminence ; de même, la grange fut abattue et transportée à l’opposé, treize mètres plus loin, ceci afin d’éviter les inondations dues à la situation en contre-bas des bâtiments. Ces travaux furent rendus d’autant plus nécessaires que la métairie de Gorges servait de grenier au fermier général pour entreposer les récoltes.

94En 1606, le moulin du Voiseux, nouvellement acquis lui aussi, subit des transformations assez importantes, car il semblait bien que le moulin ne fût pas en état de fonctionner : par marché du 11 avril, Jacques Regnault déplaça le corps de logis sur quatre mètres afin de le rapprocher du bief « en telle sorte que la rivère vienne tout droit dans le bief pour ôter le coude », rehaussa l’étage du corps de logis, servant de grenier, refit les étables et le toit à porcs, abattit et refit la grange de plus grande dimension, refit également tout le système hydraulique (grande roue, biefs, arrière-biefs, chemin, afin de rendre le moulin « tournant »), et creusa un fossé, au bout du bief et derrière la roue de 78 mètres de long sur 3 mètres de large et un mètre de profondeur, afin de permettre à l’eau de mieux s’écouler.

95Par deux autres marchés du 11 avril 1606, Regnault effectua pour 1 600 livres les réparations aux Angliers, Rideau et Briou, acquis en 1605 : aux Angliers tout fut refait à neuf (maison, grange, étables, toit à porcs) ; à Rideau, on répara étables, bergerie, toit à porcs et on répara la couverture de l’étable et du corps de logis ; à la métairie Briou, il fallait réparer la charpente de la toiture, le torchis, les portes et huisseries de la maison ; au moulin de Briou construire à neuf la grange et réparer roue, chemin et déchargeoir.

96Dès lors, il semblait bien qu’en ce qui concerne métairies et moulins, le gros œuvre eut été fait. En 1606 (marché du 12 avril) on remonta encore à La Naudière une grange apportée de Cuissy, et l’on construisit un toit à porcs ; au Bouloy (marché du 23 septembre), on répara seulement toits, torchis et cheminée ; aux Angliers on refit le four ; à Rideau on fit recouvrir la maison de paille (marché du 4 septembre 1608).

97Malheureusement, les crues du printemps et de l’automne 1608 ruinèrent une partie de cet ouvrage : au moulin Bois, on dut ainsi refaire rapidement le bief car il avait « versé du côté des prés » (marché du 18 avril 1608).

  • 61 ADL, 5 J 367, devis des 29 septembre et 1er octobre 1609.

98Ces travaux étaient apparemment urgents, car en octobre 1609, Geoffroy Gillay, maître charpentier de Souvigny, dressa à nouveau un devis des « réparations à faire aux domaines et étangs61 ». Il apparaît qu’il fallait refaire la grange du Bois et celle du Bouloy, réparer la couverture de la métairie de Mauvy qui jusque-là n’avait pas encore fait l’objet de travaux, de même que celle de Villemouette, dont les charpentes devaient être redressées, et celles de La Boucherie et de Solaire, où la grange devait être démolie et reconstruite sur une hauteur, car elle était sujette aux inondations de la Loire ; enfin mettre une roue neuve au moulin de Briou.

99Ces soins constants apportés aux métairies et moulins du domaine portèrent leurs fruits, car dès 1608 le revenu provenant des exploitations avait doublé.

2. Les étangs

100Les étangs firent l’objet d’une double sollicitude : en premier lieu, il fallait non seulement, comme pour les métairies, les entretenir, mais aussi les empoissonner.

  • 62 ADL, 5 J 367. Les marchés pour les étangs de Sully-sur-Loire sont contenus dans le même cahier que (...)

101À vrai dire, la situation des étangs dans le domaine de Sully-sur-Loire devait être encore plus critique que celle des bâtiments d’exploitation, car on s’en soucia dès le 11 septembre 160262 : Geoffroy Gillay fut alors chargé pour 110 livres de mener à bien les premières réparations aux étangs de Potelard, de Villaudet, du Bouloy, de Courgouttoir, de Riou, de Mou-lin-Frou et de Marcou, tous situés dans les paroisses de Sennely et de Chaon. En septembre 1604, le même Gillay nettoya et étanchéifia le Petit Étang de Moulin-Frou. Par marché du 30 février 1605, pour 250 livres, Gilles Fesveau poursuivit les ouvrages aux étangs de la seigneurie de Mou-lin-Frou : Couriou, Le Bouloy, Potelard, Villaudet, Marcou, Riou, Moulin-Frou et les Bézeaudières ; pour chacun il fallait réparer la chaussée (élargir, gazonner) et vérifier la grille du déchargeoir.

102En 1606 (marché du 12 avril), Jean Paris, fermier de Gorges, vérifia la chaussée et les grils des étangs récemment acquis : les Corbellières, Oussin et Cul-d’Acier, paroisse de Vannes ; Jacques Regnault de son côté était chargé des étangs des Angliers et de Rideau.

  • 63 ADC, E 268, pièce 8.

103De semblables travaux étaient entrepris à La Chapelle-d’Angillon : en 1606, on rehaussa de terre la chaussée de l’étang du parc, on l’empatta et on couvrit le devant de pièces de bois et de gazon pour la rendre plus ferme ; on refit la bonde de l’étang des Aunats ; il fallut soixante journées d’hommes pour vider l’étang, le nettoyer et l’étanchéifier63.

104Après s’être assuré que l’étang ne fuyait pas et que le poisson ne se perdait pas, il restait, pour le rendre rentable, à l’empoissonner, ce qui représentait un gros travail. À La Chapelle-d’Angillon, en 1606, on alla chercher le poisson près de l’abbaye de Loroy, et on le transporta par fûts et charrettes jusque dans les étangs du château et des Aunats : c’étaient des carpes de cuisine et des tanches.

  • 64 ADC, 2 F 631.

105L’empoissonnement des étangs représenta, tant en poisson qu’en journées d’hommes, un investissement important. En 1605, pour les trois étangs de Baugy (Pouligny, Tribaut et Étang-Neuf), il en coûta 3 000 livres64. On mit à Pouligny 54 000 alevins, à Tribaut 8 700 et à l’Étang-Neuf 14 800. Le poisson était pêché dans les étangs alentour : étangs du Crotat, de Berliers, de Vilieret, de Parassy, de Bouchetin, de Chaume Blanche, de Marelle et de Douhais.

106À peine ses acquisitions faites, Sully avait ainsi consacré de fortes sommes d’argent à la remise en état de son domaine, métairies, moulins et étangs. À combien chiffrer le coût total ? On peut l’évaluer à au moins 15 000 livres, pour les seuls marchés qui nous sont conservés, mais il faudrait encore tenir compte des éventuels marchés verbaux et de ceux pour lesquels les prix ne sont pas mentionnés. On peut néanmoins considérer qu’au cours des premières années, Sully n’hésita pas à investir l’essentiel du revenu provenant de la ferme générale. Mais sa politique d’embellissement ne s’arrêta pas à de simples réparations.

II. LA MISE EN VALEUR DES POSSESSIONS DE SULLY

107Pour améliorer le revenu de ses possessions, Sully utilisa des formules originales, adaptées à la situation de chacune d’elles : rachat de droits seigneuriaux dans le duché-pairie de Sully (port et passage, greffes et tabellionages), établissement de sièges d’institutions royales dans la seigneurie de Saint-Amand, vente de sel dans la principauté de Boisbelle.

1. Sully-sur-Loire : le rachat des droits seigneuriaux

108À Sully-sur-Loire, Sully sut, pour augmenter le revenu provenant de ses droits seigneuriaux, évaluer les sources de profits les plus importantes : péage et passage de Sully, et surtout greffes et notariats.

  • 65 Sur ces droits, voir ci-dessous p. 355-357.
  • 66 ADL, 5 J 316, acte de vente par François de Cugnac à Sully de la moitié du port et passage, hallag (...)
  • 67 Le 24 juin 1601, le droit de port et passage fut affermé pour un an, et figure parmi les sous-baux (...)
  • 68 ADL, 5 J 316, sous-bail du 30 mai 1635 passé par le fermier général Jacques Villoing du port et pa (...)

109Le passage de la Loire se faisait par un bac de Saint-Père à Sully ; le droit de port et passage sur la Loire au détroit de Sully, avec celui de péage et salage sur les marchandises passant sur Loire, appartenant au seigneur de Sully, avait été progressivement aliéné au cours du xvie siècle, au point qu’au début du xviie siècle, il ne rapportait plus rien65. Sully racheta donc le 22 octobre 1607 à François de Cugnac la moitié du port et passage et un sixième du péage pour 3 660 livres66 ; le reste était partagé entre plusieurs particuliers, qui avaient une rente sur la ferme du péage et passage. Mais Sully tirait déjà de sa portion 175 livres en 160267 ; ce profit ne cessa de s’accroître au point de monter en 1641 à 900 livres68.

  • 69 ADL, 5 J 40, bail de la ferme générale de Sully du 19 septembre 1602.
  • 70 Chacun des greffes et notariats était affermé séparément ; les contrats furent passés par les ferm (...)

110Sully se montra par ailleurs particulièrement perspicace en sachant tirer parti de l’érection en duché-pairie de la baronnie de Sully-sur-Loire : la conséquence immédiate était, nous l’avons vu, une réunion des justices de la baronnie de Sully-sur-Loire et de la châtellenie de La Chapelle-d’Angillon dont les appels venaient en premier lieu devant le bailli de Sully. Cette situation gonfla le nombre de causes portées devant le bailli de Sully, ce qui entraîna un accroissement des recettes du greffe et des amendes judiciaires. Le premier bail fait au fermier général Bouteroue69 prévoyait donc expressément le rachat des greffes et des offices de tabellionage aliénés par Claude de La Trémoille en octobre-novembre 1598. Le rachat devait être fait dans les trois ans, et une somme de 6 000 livres à déduire du prix de la ferme y était affectée. Le rachat des greffes et notariats assura une augmentation des profits de la ferme générale de 12 %. Les profits provenant des greffes et tabellionages représentaient 1 435 livres en 1635 ; le greffe de Sully valait 600 livres et celui de Sennely 350 livres70.

2. Saint-Amand

  • 71 Sur le conflit engendré par cette décision, voir ci-dessous p. 351-352

111Le profit qu’il pouvait retirer des greffes et tabellionages seigneuriaux incita Sully à en installer à Saint-Amand, où il n’y avait que des notaires royaux ; mais ceux-ci marquèrent leur opposition à ce projet. D’autre part, il fit construire en 1606 deux nouveaux moulins banaux et redemanda leurs titres à ceux qui cuisaient du pain chez eux71.

  • 72 Sur la bonification de la ville de Saint-Amand par Sully, voir C.-N. Mallard, Histoire des deux vi (...)
  • 73 Ibidem, p. 144 et suivantes.

112Pour augmenter la population de la ville, il fit installer une élection, un bureau de recette des tailles, un grenier à sel et une vi-sénéchaussée72. Il semble, d’après un mémoire des officiers de Saint-Amand73, que cette politique ait rapidemement porté ses fruits :

113« Par le moyen desquelles, des résidences de M. de Sully à Montrond et des grands deniers qu’il a despendu sur les lieux, montant à près de trois cent mille livres par an, plusieurs notables officiers, bourgeois, marchands, artisans et manœuvres sont venus résider en lad. ville, y ont construit plusieurs maisons et augmenté de moitié les habitants, en sorte que le pris des héritages, des fruits et revenus des terres tant du seigneur que des subjets sont accreues de plus d’un tiers ».

3. Boisbelle-Henrichemont : la vente de sel

  • 74 Ces raisons sont données dans l’accord passé avec Largentier en date du 27 mai 1608 (MC, III, 484)
  • 75 Ibidem.
  • 76 Cf. Léo Mouton, Deux financiers aux temps de Sully : Largentier et Moisset, dans Bulletin de la So (...)

114Le revenu de la principauté de Boisbelle, lorsque Sully l’acheta, était assez faible (1 200 livres). Là, il n’était pas possible de procéder à l’acquisition de terres pour augmenter le domaine. Sully tira fort heureusement parti de la situation de la principauté souveraine. Celle-ci n’était pas soumise aux impôts royaux, en particulier à la gabelle, ce qui était une source de désordres et d’abus : les faux-sauniers pouvaient librement vendre leur sel et venir se réfugier dans les terres souveraines du duc « où les faulx-saulniers font ordinairement leur retraicte, descharge, vente et distribution de sel tout publiquement ou librement, comme étans en païs et terres libres où les recherches et punitions acoustumées et ordonnées par les loix de France ne peuvent être faictes et exécutées sans son autorité et consente-ment74 ». Pour remédier à ces abus, Sully s’accorda le 27 mai 1608 avec Nicolas Largentier75, subrogé au lieu de Jean de Moisset, adjudicataire général des gabelles de France76. On convint que Largentier fournirait le sel nécessaire à la principauté (8 à 10 muids par an à 90 livres le muid), que Sully irait faire chercher dans les greniers à sel de Bourges ou de Sancerre. En échange, le duc promettait d’empêcher le faux-saunage et d’interdire la vente d’autre sel que celui provenant des greniers du roi, et pour ce faire, il établissait deux offices pour faire observer les lois et ordonnances de France sur le sel. Ces « grenetiers, receveurs et distributeurs » du grenier à sel de Boisbelle pourraient « avec un nombre suffisant de gens graduez » juger souverainement et sans appel sur tous les délits et abus commis sur le fait du sel.

  • 77 « Lequel sel led. sr de Moisset oud. nom fera distribuer à chacun desd. habitans par sesd. procure (...)
  • 78 MC, III, 488, marché du 21 mai 1610.
  • 79 MC, III, 502, 21 septembre 1616.

115Par cette convention, Sully non seulement affermissait ses droits souverains mais établissait une « gabelle » qui consistait seulement en l’obligation faite aux habitants de Boisbelle d’acheter leur sel uniquement dans les greniers de la principauté. Le grenetier disposait d’un rôle avec les noms des habitants, pour empêcher d’autres personnes de venir se fournir là77. Mais l’institution de la « gabelle » ne fut pas un simple acte d’autorité souveraine de Sully : il tira un gros bénéfice de la taxe prélevée sur le prix du sel. En 1608, il était prévu de livrer 8 à 10 muids de sel à 90 livres le muid « qui est environ le mesme prix à quoy peult revenir le sel dans les greniers ». Le prix du sel à Boisbelle était donc aligné sur celui des greniers royaux. En 1610, Moisset s’engagea à fournir 25 muids de sel à 48 livres le muid78 et, en 1616, 15 muids seulement79. Mais il était prévu que Sully pourrait le revendre à 9 livres le minot, soit 2 livres pour tous frais d’achats et voiture et 7 livres qui lui reviendraient directement. Le prix du sel devait être payé à Moisset par les habitants à qui il en ferait la vente. Et si tout le sel n’était pas débité à Henrichemont ou pour la fourniture de la maison du duc, Moisset pourrait le revendre à La Chapelle « ou autres subjets du duc », à 12 livres le minot et non plus 9. Dans ce cas, Moisset devait payer quand même la « gabelle » pour les 15 muids de sel, à 7 livres le minot, et le surplus était pour lui. Le profit pour le duc de Sully était double : il touchait de l’argent de la vente de sel (5 040 livres par an en 1616) et cette somme lui était versée directement grâce au contrat de ferme passé avec Moisset. En 1634, le profit tiré de la vente du sel était de 4 000 livres.

III. LES GRANDS TRAVAUX

  • 80 Ces chiffres sont donnés par les comptes de Mathieu Sallé.

116Dès leur acquisition, les châteaux de Sully firent l’objet de grands travaux, non seulement de remise en état mais aussi de fortification, par la construction de tours et de fossés, et d’embellissement, par l’aménagement des parcs et des jardins. Le dessein de Sully était en ce domaine grandiose, car de 1602 à 1609 il dépensa pour ses châteaux de Sully-sur-Loire, La Chapelle-d’Angillon et Baugy près de 170 500 livres80, dont 140 000 livres pour le seul château de Sully, c’est-à-dire plus que n’avait coûté son acquisition. Mais le couronnement du dessein territorial de Sully devait être la création, dans la principauté de Boisbelle, de la ville nouvelle d’Henrichemont.

  • 81 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Sallé pour 1606-1609.

117Pour financer ses travaux, Sully ne comptait pas sur les revenus de ses domaines, bien insuffisants par rapport aux sommes investies, et d’ailleurs présumés complètement dépensés en frais de réparation des métairies. L’argent nécessaire, tant qu’il fut surintendant des finances, était délivré au moyen de lettres de rescription permettant de faire délivrer à Orléans les sommes dues par le roi pour ses gages et appointements, plutôt que de les recevoir à Paris, puis de les transporter à Orléans. Maximilien de Béthune fit ainsi envoyer pour les travaux de Sully 3 000 livres en 1602 pour couvrir les premiers frais, 46 000 livres en 1603-1604, 72 800 livres en 1605-1606 et 75 000 livres en 1607-1608, c’est-à-dire, 36 000 à 46 000 livres par an. Parmi ces envois d’argent se trouvaient également les dons du roi, comme celui de 6 000 écus (18 000 livres) fait par Henri IV le 22 décembre 1607 pour le château et parc de La Chapelle-d’Angillon81.

118Les comptes des dépenses des châteaux de Sully, La Chapelle-d’Angillon et Baugy étaient tenus par une même personne, Mathieu Sallé, capitaine du château de Sully ; c’était lui qui recouvrait les lettres de rescription, et qui devait justifier de leur utilisation.

Tableau des dépenses pour travaux effectués aux châteaux de Sully-sur-Loire, La Chapelle-d’Angillon et Baugy

Tableau des dépenses pour travaux effectués aux châteaux de Sully-sur-Loire, La Chapelle-d’Angillon et Baugy

119Pour les châteaux de Sully, La Chapelle-d’Angillon et Baugy, comme pour les métairies du domaine de Sully, l’entrepreneur des travaux fut Jean Gidoin avec qui il conclut, du 7 août 1602 au 29 mai 1609, dix-huit marchés. Gidoin prit à deux reprises seulement avec lui des associés : le 5 décembre 1603 et le 4 février 1604, pour la réparation de la tour de la Sange et du portail de Sully, ainsi que pour la construction de murailles et de la tour de Béthune. C’étaient Claude Boisnyer et Claude Johannet, charpentiers d’Orléans. Boisnyer travailla également à Baugy en 1604 et en 1607, même si le véritable maître d’œuvre était Gidoin ; on retrouve ce même Boisnyer dans le groupe d’entrepreneurs qui en 1608 se chargea de la construction de la ville de Henrichemont.

120Quant aux entrepreneurs des parcs et jardins, ce furent Jean Adam, Gilles Fesveau, Jean Le Vacher, Henri Poncellet et Nicolas Joly, jardiniers d’Orléans, qui furent employés à tour de rôle, et ce tant à Sully qu’à La Chapelle-d’Angillon. Sully fit encore travailler des artisans locaux : Jacques Regnault, maître maçon et couvreur, qui, nous l’avons vu, travailla essentiellement aux moulins et métairies ; Daniel Émereau et Pierre Dumeau, maîtres couvreurs d’Orléans ; Geoffroy Gillay, maître charpentier de Sully, et Claude Hommet, charpentier de Lion-en-Sullias ; Jean Réau, Nicolas Léonart et César Cossé, menuisiers de Sully ; Grégoire Radas, Jean Callard et Etienne Bugnet, menuisiers d’Orléans ; Maurice Regnouart, maître vitrier d’Orléans ; enfin Pierre Leclerc, tapissier de Jargeau. Mais il semble bien que pour tous les travaux, l’architecte fut le duc de Sully lui-même. Malheureusement nous sommes beucoup moins bien renseignés sur les entrepreneurs du château de Montrond.

  • 82 MC, III, 470, marché du 7 août 1602 avec Daniel Dumeau, maître couvreur d’Orléans. Le prix convenu (...)
  • 83 ADL, 5 J 367, marchés des 7 août 1602 avec Jean Gidoin, 16 mars 1603 avec Jean Regnault, 26 et 27 (...)
  • 84 Voir pièce justificative n° 11.

121Au moment de leur acquisition, les châteaux de Sully, Montrond, La Chapelle-d’Angillon et Baugy étaient en piteux état : de l’aveu même de Maximilien de Béthune, le château de Sully n’était guère habitable. On commença d’ailleurs par faire réparer les couvertures et couvrir de paille deux tours du grand château qui étaient restées inachevées82. On chargea un menuisier de Sully de faire portes et fenêtres à la chambre haute du donjon pour pouvoir y engranger les récoltes. On fit recarreler plusieurs salles au Petit Château, poser des vitres à la hâte et réparer les deux ponts83. À Saint-Amand, d’après l’état de 1606 publié par Mallard84, le château était en ruine : les tours n’ont « jamais esté couvertes ni habitables », les tours et murailles étaient « dégradées, corrompues, pourries et démolies en leurs faces, empiètement, voûtes et parapets et corridor ». On estime en 1606 à 130 000 livres la dépense pour le château, 50 000 livres pour les terrasses et fossés, 100 000 livres pour le parc et le jardin.

122Les réalisations peuvent être ainsi résumées pour les quatre châteaux : remise en état et achèvement au besoin des fortifications, construction de parties architecturales d’agrément telles que les galeries, aménagement des intérieurs, construction de jardins et de parcs.

1. Le château de Sully-sur-Loire85

  • 85 Cf. J. Loiseleur, Monographie du château de Sully-sur-Loire, Orléans, 1869, dans Mémoires de la So (...)
  • 86 Le point sur les travaux effectués au château de Sully-sur-Loire vient d’être fait par Jean Mesqui (...)

123Le château de Sully, rappelons-le, avait une structure bipartite86 : d’un côté la basse-cour avec la grosse tour de Philippe Auguste, les communs et la collégiale Saint-Ythier en ruines, de l’autre le château proprement dit avec le Grand Château ou donjon, bâtiment rectangulaire flanqué de tours rondes aux angles, le portail où se faisait l’entrée, accolé au corps de logis ou Petit Château. Le tout était entouré de fossés alimentés en eau courante par la rivière de la Sange ; les fossés séparaient en outre le Petit du Grand Château, et le portail de la basse-cour. À l’est se développaient les jardins et la garenne plantée d’ormes. L’entrée du château se faisait par la ville de Sully, par le Pont-aux-Prêtres, qui menait dans la basse-cour, après quoi il fallait encore franchir un pont pour se rendre dans la cour du château et un autre pour entrer dans le donjon.

124Trois sortes de travaux furent réalisés : aux bâtiments, travaux de maçonnerie, de menuiserie et de charpenterie, avec la réorganisation de la basse-cour, la réparation et l’aménagement intérieur du donjon, du portail et du Petit Château, et la construction de la tour de Béthune ; travaux de terrassement avec la transformation des levées de Sully, la canalisation de la Sange, l’élargissement des fossés et le rempiètement des tours et murailles ; enfin travaux d’aménagement du parc et du jardin, qui exigèrent défrichement, mise à niveau, transport de terre, plant d’arbres et creusement de canalisations pour installer une fontaine.

  • 87 L’ensemble des marchés, du 7 août 1602 au 29 mai 1609, est contenu dans un seul cahier (ADL, 5 J 3 (...)
  • 88 ADL, 5 J 367, marchés des 26 et 30 octobre 1603.

125Après les réparations urgentes (surtout les toitures), les premiers marchés importants furent passés à la fin de l’année 160387. Le 27 octobre étaient prévus l’aménagement intérieur du Petit Château et la réparation du pont du donjon. Le 30 octobre, on fit réparer toutes les vitres du château. Dès 1604, semble-t-il, le Petit Château était habitable : à partir de la fin du mois d’octobre 1603 on fit exécuter tous les ouvrages de menuiserie (portes et fenêtres, placards, lambris) et poser des vitres à toutes les fenêtres88. Deux marchés du 12 juin 1604 ordonnèrent la fourniture de meubles (un grand lit à ciel de velours violet, six couchettes, sept tables, neuf grands matelas et six petits).

A. tour de l’Escalier
B. tour de Verrines
C. tour de La Chapelle-d’Angillon
D. tour de Nouvion
E. tour de Villebon
F. tour de la Sommellerie
G. tour de Béthune
H. tour de Rosny ou de la Sange
I. tour Noire ou Portail
1. Sommellerie
2. Salle
3. Cuisine
4. Galeries
5. garde-manger
6. salle du commun
7. Cuisine
8. sommellerie
9. petite salle
10. Chambre
Sully-sur-Loire, le château (plan d’après Jean Mesqui)

1. château
2. basse-cour
3. Fossés
4. Canal
5. Canal
6. jardin potager
7. Fontaine
8. cabinet de verdure
9. Parc
10. petit parc
Sully-sur-Loire, le château et le parc

  • 89 ADL, 5 J 367, marché du 8 février 1604.

126Mais déjà étaient décidés des projets de plus grande envergure qui dépasseraient les simples réparations et remises en état. À partir du 2 novembre 1603, on fit démolir l’église Saint-Ythier, ancienne collégiale ruinée et désaffectée depuis 1586. Le 5 décembre 1603, on s’attaqua au rempiétement de la Tour Noire (ou portail), et à la maçonnerie de la grosse tour de la Sange (cheminées et carrelages). Une fois dégagée la basse-cour, on put la réorganiser89 : tout en gardant la grosse Tour, Gidoin fit une muraille sur les côtés nord et est, à 2 mètres au-dessus du sol, de 1 mètre de large, surmontée d’un parapet ; à l’angle nord-est, il éleva la tour de Baugy, de 3,50 mètres de diamètre en œuvre, avec des murs épais de 3 mètres à la base. Cette tour se trouvait du côté de la levée de la Loire, où Sully fit établir un pont, par lequel se fit désormais l’accès principal au château sans devoir passer par la ville.

  • 90 ADL, 5 J 367, marché du 22 décembre 1604.

127À partir de la fin de l’année 1604, on commença les travaux au donjon90. On s’attaqua d’abord aux deux tours de l’entrée (tours de l’Escalier et de la Sommellerie), dont on fit réparer l’entre-deux afin de pouvoir passer de l’une à l’autre, sur les mâchicoulis du grand corps de logis et sur les grandes tours d’angle. Avec le marché du 13 juin 1605, on amorça les travaux au grand corps de logis du donjon qui devaient être achevés à la fin du mois de septembre 1605. Sully fit refaire les planchers et aménager une cloison interne dans les trois niveaux des chambres, afin de pratiquer un corridor permettant de passer de la Tour Verrine dans la grande salle sans passer par les chambres.

  • 91 Ibidem.

128Les travaux à la basse-cour se poursuivirent en 160591. Sully fit construire une écurie le long du mur sud regardant vers la Sange, creuser et élever d’un étage la tour de l’angle sud-est (tour des Ormes ou de Bontin), en se servant des matériaux de démolition de l’église Saint-Ythier. L’année 1605 fut presque entièrement occupée par les vastes travaux aux fossés et au jardin.

  • 92 ADL, 5 J 367, marché du 31 janvier 1606.

129En 1606, Sully fit commencer des travaux qui modifièrent totalement la physionomie du château : la défense présentait en effet une grave faiblesse du côté de l’angle sud-ouest, le seul qui fût dépourvu de tour. Il avait prévu92 de bâtir une tour à canons disposée vers la ville, de deux niveaux seulement, avec une terrasse pouvant servir de batterie de canons. Cette grosse tour, appelée de Béthune, avait 15 mètres de diamètre hors-œuvre et des murs de 5 mètres d’épaisseur.

  • 93 ADL, 5 J 367, marché du 27 novembre 1607.

130À partir de ce moment, les réalisations s’accélérèrent. Par deux marchés des 29 juillet 1606 et 7 octobre 1606, Sully fit réparer les extérieurs et aménager les intérieurs des deux grosses tours ( Nouvion et Verrine) et des salles du donjon : il y fit refaire les cheminées, carrelages, portes et fenêtres et établir garde-robes et privés, placards et lambris. Ces travaux au corps de logis du donjon furent poursuivis en 1607 et en 160893.

131Enfin Sully fit réaliser un élément architectural très à la mode : il souhaitait créer une galerie accessible depuis le niveau de sa chambre (au premier étage du Petit Château) qui lui permettrait de faire le tour du château à l’abri des intempéries. Le marché du 14 octobre 1608 entraîna donc la modification du Petit Château en faisant établir un couloir dans la sommellerie, située au rez-de-chaussée, depuis l’escalier à vis, percer la muraille de la tour de Rosny adjacente, au niveau de la cuisine au rez-de-chaussée, pour faire une galerie le long de la muraille sud nouvellement édifiée avec la tour de Béthune en 1606. Le même aménagement se retrouvait à l’étage supérieur, avec un couloir dans la garde-robe, au-dessus de celui de la sommellerie, et une galerie où l’on pouvait accéder depuis la chambre du duc, au-dessus de la cuisine. Cette nouvelle galerie faisait communiquer les tours de Rosny et de Béthune. De l’autre côté, en perçant (en 1622 seulement) une porte dans la muraille de la tour du portail, on put accéder aux mâchicoulis de la courtine nord qui furent transformés en galerie grâce au bouchage des orifices et à la surélevation du mur intérieur que l’on dota de fenêtres. Ainsi tout le pourtour du Petit Château se trouva transformé en galerie.

  • 94 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 18, marché du 12 avril 1623 passé avec Michel Regnault et Antoine (...)

132Après 1609, il semble bien que les projets de Maximilien de Béthune au château de Sully soient achevés : on ne trouve plus mention que de quelques travaux de réparations aux tours et aux courtines, à la suite du siège de juillet 1621 où le château subit une canonnade de trois jours. En 162394, on construisit dans la basse-cour deux murs de clôture séparant les écuries au sud de la grosse tour.

  • 95 BN, nouv. acq. fr. 25 232, comptes de Mathieu Sallé pour 1602-1605.
  • 96 BN, nouv. acq. fr. 25 232, comptes de Sallé pour 1606.
  • 97 ADL, 5 J 106, comptes de Sallé pour 1607-1608.

133Quant aux aménagements intérieurs, ils furent très simples : le duc fit exécuter les meubles du château par les menuisiers de la ville de Sully ou d’Orléans ; il avait chargé Pierre Leclerc, tapissier de Jargeau, de lui fournir des étoffes pour recouvrir les meubles de bois, ainsi que la literie. De 1603 à 1605, on dépensa seulement 387 livres pour la fourniture de meubles95 : huit tables, six bois de couchettes, trois bois de lit et seize matelas, dont un pour le lit du duc et de la duchesse ; en 1606 la fourniture de meubles s’éleva à 675 livres96 pour cinq tables, dix bois de lits, dont un pour le lit de Sully, trois bois de couchettes, six escabeaux, vingt-trois chaises à bras, six formes et trois matelas ; en outre on fit envoyer de Paris à Orléans puis à Sully quatre ballots de tapisserie de Beauvais et de Rouen pesant 675 livres. En 1607, on livra au château pour 2 000 livres de meubles de toutes sortes97 : seize tables en sapin, noyer ou poirier, trois bois de lit, neuf de couchettes, dix formes, six chaises à bras, une chaise brisée, deux caquetoires, dix placets, quinze escabeaux, six chaises percées avec leurs bassins, un buffet de salle, deux lits garnis de leurs tentures ; Pierre Leclerc fournit vingt-deux matelas, vingt paillasses, vingt-cinq traversins, sept couvertures, douze oreillers, six pots de chambre ; deux cent vingt aunes de toiles de qualités différentes avaient été commandées à deux femmes de Sully-sur-Loire, elles servirent à faire seize paires de draps ; enfin on envoya encore au château six tapis verts, un pavillon de taffetas provenant de chez Le Mareschal, sr de Corbet, et un ballot de six pièces de tapisserie de haute lisse à personnages. L’ampleur des fournitures en 1608 prouve que le château de Sully était bel et bien achevé et habitable.

  • 98 ADL, 5 J 367, marché du 14 octobre 1608.
  • 99 ADL, 5 J 367, marché du 29 juillet 1606.
  • 100 ADL, 5 J 467, marché du 27 novembre 1607.
  • 101 ADL, 5 J 467, marché du 29 juillet 1606.

134Tout élément de confort que pouvaient apporter la construction ou l’aménagement intérieur était soigneusement et minutieusement étudié par Sully. Ainsi, lors de la construction de la galerie en 1609, il demanda à ce « que les fenêtres des deux côtés ne soient pas en vis-à-vis »98 ; chaque pièce devait recevoir des tapisseries et il fit « mettre des tringles de bois dans toutes les salles et chambres, attacher des pattes de fer dans les murailles pour mettre les clous où il faut tendre les tapisseries »99. Il fit déplacer plusieurs manteaux de cheminées, percer dans les pièces des ouvertures plus larges pour donner plus de lumière ou, au contraire, boucher les portes et cannonières des tours du donjon « afin que le vent, la pluie, la lune, ne puissent endommager les murailles ni les marches100 » ; dans la tour du Pont et la tour Verrine, il demanda de « réparer le siège des privés et mettre un ais percé en rond dessus101 ».

  • 102 ADL, 5 J 368, marché du 30 novembre 1639.

135On remarque que les travaux ne prévoyaient pas de décorations architecturales particulières. En 1639 seulement, sans doute pour faire pendant à la galerie de Villebon, Sully passa marché avec Philippe de La Ronce, « maître peintre de Chartres102 », pour exécuter quinze tableaux sur toile de 2,5 mètres de haut sur 3,8 mètres de large, et un seizième de 4,2 mètres en hauteur et largeur ; ils devaient être enchâssés dans des cadres en bois de chêne, peint en noir, qui devaient être le plus étroits possible pour que les tableaux soient « plus grands et plus beaux ». Sully avait prévu de mettre ces tableaux dans les intervalles entre les fenêtres des galeries du Petit Château. Le sujet en était « les faits et rencontres du duc ». L’achèvement était prévu pour le mois de juin 1641. Cette commande est à mettre en relation avec l’impression des Œconomies royales, effectuée au château de Sully à partir de 1638. La Ronce était en outre chargé de peindre en vernis une chambre, une salle et un cabinet. Ces réalisations, tout à fait tardives, n’entraient pas dans les desseins de Sully entre 1602 et 1609.

136Parallèlement aux travaux de maçonnerie et de charpenterie était entrepris un gros œuvre de terrassement pour aménager les fossés et levées, afin d’améliorer les défenses du château, et surtout d’empêcher le débordement de la Loire par-dessus les levées et le gonflement de la Sange du fait des crues.

  • 103 ADL, 5 J 367.
  • 104 ADL, 5 J 367, marché du 10 octobre 1607.

137Le premier marché, avec Gidoin, date du 13 juin 1605103. On s’efforça en premier lieu de curer et de mettre à niveau, en les creusant, les fossés du château ainsi que la rivière de Sange. Mais pour le reste des ouvrages, Sully s’adressa à d’autres entrepreneurs, jardiniers d’Orléans. Par marché du 15 août 1605, il fit creuser un canal derrière le parc, de 4 mètres de profondeur sur 400 mètres de long, et dresser une levée de 8 mètres de large à son couronnement et trois fois plus à son empattement. Dans ce canal devait être détournée une partie de la Sange qui allait ensuite se jeter dans la Loire. Durant l’hiver 1607-1608104, il fit élargir le canal de la Sange, bordant le château au sud ; ce canal devint une véritable pièce d’eau devant servir de réservoir en cas de crue.

138Pour considérables qu’ils fussent, ces travaux ne suffirent cependant pas à mettre le château à l’abri de la grande crue de la Loire en 1608, qui mit à mal la tour de Baugy, le grand pont, le pont du jardin, les halles de Sully, ainsi que la fontaine nouvellement installée.

  • 105 ADL, 5 J 367, marché du 2 novembre 1603.
  • 106 Plante vivace à fleurs jaunes.

139L’aménagement du parc et du jardin de Sully fut entrepris dès la fin de l’année 1603. Tout était à faire, car le jardin consistait seulement en quelques carrés cultivés, des vignes, des broussailles et une grande pièce plantée d’ormes. Le duc fit d’abord aplanir un parterre de 210 mètres carrés et arracher les ormes qui s’y trouvaient afin d’y faire son potager105. Puis, dès le 27 novembre 1603, il fit planter des palissades de charmes, hêtres et troènes se croisant en leur milieu. Les carrés intérieurs devaient être plantés d’herbes (thym, lavande, hysope, rue106, romarin, persil), de légumes (asperges, artichauts, bettes, choux pommés, choux-fleurs, laitues, chicorée), de courges (melons, concombres, citrouilles, courges) et de « racines » (raves, carottes, navets, salsifis). Le château fut habité constamment à partir de 1604 et le jardin potager servit à fournir la table du duc et de sa suite.

  • 107 ADL, 5 J 367, marché du 7 septembre 1604.

140Après le potager, Sully réalisa ses projets pour le verger. Il fit d’abord étendre le jardin : par un marché du 25 février 1604, Jean Adam aplanit et défricha deux mottes de terre se trouvant au bout du carré du jardin. Puis, par marché du 12 juin 1604, Adam et Fesveau aplanirent encore les terres sur huit mètres derrière le jardin, en arrachant arbres, broussailles, racines, haies, buissons et pieds de vigne. À la fin de l’année 1604107, Sully fit appel à un jardinier d’Orléans, Jean Le Vacher, pour lui fournir quatre cents pieds d’ormes femelles et cinq cents pieds d’arbres fruitiers (cerisiers, guigniers, pruniers, merisiers, abricotiers, néfliers, mûriers noirs, amandiers, pêchers et cognassiers).

  • 108 ADL, 5 J 367, marchés des 4 décembre 1604 et 11 août 1605.
  • 109 ADL, 5 J 367, marché verbal passé en 1605 (quittance de paiement du 21 décembre 1605).

141Derrière le jardin et le verger se trouvait le parc, qui, jusqu’alors, n’était qu’en futaie d’ormes et en broussailles. Sully le fit entièrement aplanir108, en remplissant les creux et fossés et en arasant les monticules. Il fit démolir diverses constructions qui s’y trouvaient, tels un cabinet de planches et un fourneau à tuiles et briques109.

142En 1605, le parc était en plein chantier, car au même moment on procédait au creusement du canal qui le limitait à l’est, et, par marché du 15 août 1605 avec Jean Séjourné, maître fontainier de Paris, à l’établissement d’une fontaine. Pour obtenir la pression nécessaire, il fallait aller chercher l’eau à quatre sources, à Pisseloup, à 2,4 km au sud de Sully. L’eau était acheminée par des tuyaux de chêne de 13,5 cm de diamètre enfouis dans des tranchées qu’il fallut faire creuser, à un mètre de profondeur. Huit regards maçonnés, avec robinet, étaient disposés tout au long de la tuyauterie. L’eau parvenait à un bassin situé entre jardin et verger, de 6 toises (12 mètres) de diamètre.

  • 110 ADL, 5 J 367, marché du 20 août 1605.
  • 111 ADL, 5 J 367, marché du 23 septembre 1605.

143À l’automne 1605, on continua les plantations du verger et des palissades110. Le Vacher fournit 624 pruniers et merisiers, 580 poiriers, 580 pommiers, 900 ormes femelles et 867 chênes, charmes et hêtres. Il fit également planter de grandes palissades de part et d’autre des trois grandes allées du parc111.

144Durant l’hiver 1605-1606, une équipe de huit ouvriers défricha et arracha tout ce qui restait de vignes, arbres, arbustes et souches dans le parc.

  • 112 ADL, 5 J 367, marché du 10 octobre 1607.

145À partir de la fin de l’année 1607, au moment où l’on faisait élargir le canal de la Sange, le parc prit son allure définitive112 : dans le triangle restant, Sully fit semer du gland en étoile, de façon à former des rayons dont le centre serait occupé par un petit cabinet de verdure à double palissade. Le reste des terres du parc du côté de la Sange fut également semé en gland.

  • 113 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 14. « Estat de ce que doibt faire le jardinier de Sully en continu (...)
  • 114 Ibidem.
  • 115 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 12, marché de réparation de la fontaine, 18 septembre 1613.

146Contrairement au reste du château, le parc et le jardin de Sully continuèrent à faire l’objet de soins attentifs après 1609. Les allées furent constamment labourées et aplanies, les palissades regarnies, les herbes et broussailles fauchées et arrachées ; on planta des ormes le long du canal de la Sange et des saules et aubiers le long de la levée de Loire. En 1618113, Sully fit planter des groseilliers et framboisiers et toutes sortes « d’herbages de toutes vertus ». Sully entretenait en permanence un jardinier, Jean Carré, puis Jean Le Comte, à 600 livres de gages annuels, pour prendre soin du parc, du jardin et de la fontaine, « faisant en sorte que toutes les sources des eaux viennent dans les bassins de la fontaine, et [qu’elle] pisse aussy hault et aussy gros qu’elle faisoit au commencement114 ». La fontaine fit d’ailleurs l’objet d’une réparation en 1613115 : on dut remplacer les tuyaux de bois gâtés ou crevassés, et cimenter les regards pour éviter les fuites d’eau, le tout pour 300 livres.

  • 116 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 24, marché de fourniture d’arbres pour le jardin, passé avec Étien (...)

147En 1629, Sully fit encore regarnir le verger en plantant 100 pieds de poiriers entés de vingt et une espèces différentes, 50 pieds de pommiers de neuf espèces, 30 pieds de pruniers de neuf espèces et 20 cerisiers de quatre espèces116.

148Il est étonnant de constater que tous les travaux furent exécutés dans un laps de temps très bref : sept ans seulement, alors que d’autres travaux du même genre, mais de moindre envergure, étaient entrepris à Baugy et à La Chapelle-d’Angillon et que parallèlement Sully se lançait dans la construction de la ville d’Henrichemont.

2. Le château de Baugy117

  • 117 Cf. Buhot de Kersers, Histoire statistique et monumentale du département du Cher, Bourges, 1875-18 (...)

149Le château de Baugy était bien moins vaste que celui de Sully-sur-Loire : il se présentait sous la forme d’un rectangle avec quatre tours aux angles, bâti sur une motte entourée de fossés. Les travaux entrepris furent moins importants qu’à Sully, ils visèrent surtout à améliorer les défenses du château.

  • 118 ADL, 5 J 367.

150Ils commencèrent seulement à la fin de l’année 1605. On fit d’abord élargir les fossés du château « selon la quadrature du bâtiment » et aplanir la cour intérieure. L’entreprise la plus originale et la plus ambitieuse consista à creuser quatre grands canaux venant doubler les fossés ; entre les canaux et les fossés, on aménagea des terrasses où l’on fit allées et jardins (marché du 23 septembre 1605 pour 12 600 livres118). La chaussée menant à l’entrée principale du château devait être monumentale : on transporta les terres tirées des fossés et canaux afin de l’élever en pente douce.

151Quant au château lui-même, il fut considérablement renforcé par la construction de parapets sur les courtines et la surélévation des quatre tours de 3,5 mètres de haut par l’adjonction d’un étage supplémentaire.

  • 119 Ibidem.

152Ces travaux de terrassement et de gros œuvre de maçonnerie prirent deux ans : le 27 novembre 1607119, Sully ordonnait leur achèvement ainsi que l’aménagement d’un parc autour du château, la plantation d’ormes de part et d’autre de la chaussée, de palissades de cerisiers, de charmes et de troènes autour des terrasses, et de pommiers et de poiriers dans l’allée du château.

3. Le château de La Chapelle-d’Angillon120

  • 120 Cf. Buhot de Kersers, op. cit., t. III, p. 1-11 ; C. [Gauchery-] Grodecki, Les débuts de l’art cla (...)

153Le château de La Chapelle-d’Angillon était, semble-t-il, habitable lors de son achat par Sully. Les travaux accomplis concernèrent donc surtout son embellissement. On commenca immédiatement, à l’automne 1605, sur l’ordre de la duchesse, à réorganiser le jardin. Jardins et parcs existaient déjà et il n’était pas nécessaire de les créer de toutes pièces comme à Sully-sur-Loire ; il y avait même un labyrinthe et un « berceau » que l’on fit retailler.

  • 121 ADC, E 268, pièce 8, comptes d’Éverard pour 1606 et 1607.

154Du 16 octobre 1605 au 28 mai 1606121, une équipe d’ouvriers travailla en permanence à défricher le jardin, en y ôtant bois et racines, à enlever du bois au long de la prairie, des biefs, et des prés du jardin. Ils arrachèrent les arbres fruitiers et plantèrent des palissades de charmes et de hêtres dans le jardin et le long des allées du parc. Dans la grande allée du parc, on fit verser 250 charretées de sable. Le 24 juin 1606, Sully prit un nouveau jardinier, André Paultier, à 150 livres de gages par an. En 1607, on défricha la prairie devant le château, on enleva les vieux arbres qui restaient dans le jardin, et on planta à leur place des arbres fruitiers. Le parc fut entouré de murailles et l’on planta encore quarante-six mille plants de charmes et hêtres pour les allées du jardin et du parc.

155Les premiers travaux aux bâtiments du château commencèrent également à la fin de l’année 1605. Sully fit acheter une maison proche du château pour entreposer les grains de la récolte. La boulangerie du château fut détruite, ainsi qu’une galerie. Les vitres, fenêtres, carrelages et contrevents de tout le château furent réparés, en particulier le contrevent de la grande salle. Dans celle-ci, il fallut encore refaire le lambris.

  • 122 ADL, 5 J 367.
  • 123 ADL, 5 J 550 : « État des réparations que je veux faire faire à la Chapelle-d’Angillon en l’année (...)
  • 124 ADL, 5 J 367, marché du 27 novembre 1607.
  • 125 ADC, E 268, pièce 8, comptes d’Éverard pour 1606 et 1607.
  • 126 ADL, 5 J 367.

156Le premier marché important exécuté par Gidoin date du 23 septembre 1606122. Il construisit une tour ronde à l’encoignure du milieu du château, élargit les fossés et les revêtit de murailles. Pour le reste des bâtiments, on se contenta d’abord de boucher les fissures apparentes. En 1607, Gidoin acheva les fossés du château et érigea deux pans de mur au lieu de l’ancien entre le portail et la galerie ; ces deux murs parallèles étaient de 55 cm d’épaisseur seulement « afin de pratiquer plus de largeur à la petite gallerie que je veux faire au-dessus ». Dans la cour, Gidoin fit un talus de trois rangs de pierre de taille montant à 30 cm au-dessus du rez-de-chaussée pour éloigner les eaux du pied de la muraille. Le rez-de-chaussée se trouvait ainsi légèrement en contre-bas. Sully avait également prévu, si l’humidité « qui gâte le pied de la muraille vient des terres » de faire une rigole pour faire couler l’eau hors du château. Gidoin abattit un petit cabinet « en forme de balcon » et le petit corps de logis123. En 1607, la tour neuve semble déjà achevée, car on y procède à des ouvrages de vitrerie et de menuiserie124. Il semble qu’il existait à La Chapelle-d’Angillon une galerie inachevée : Sully parle du rez-de-chaussée « où sont posés les piliers de pierre de taille, où l’on vouloit faire une galerie125 ». Par marché du 27 novembre 1607126, Gidoin soutint les galeries haute et basse avec des étais « pour soulager les colonnes et murailles », avant de les faire réparer.

Plan du château de La Chapelle d’après Buhot de Kerser

  • 127 Ibidem.

157La réalisation la plus importante fut la construction d’une terrasse devant le corps de logis et la chapelle, qui fut prévue par le marché du 13 juillet 1608127 ; la terrasse s’étendait jusqu’à 12 mètres du château, sur 72 de long, avec deux pavillons aux encoignures.

158La fresque du château de Villebon montre l’état du château tel qu’il aurait dû être, semble-t-il : elle figure un corps de logis en briques, avec des fenêtres encadrées de pierre, qui ne fut jamais construit ; en outre, une porte à pinacles remplaçant l’ancien pont-levis, et une grande cour rectangulaire devant le château ; mais faut-il voir là un projet resté inachevé (rien ne prouve que Sully ait réellement eu cette intention) ou bien un dessin idéalisé ? Toujours est-il qu’après 1609, effectivement, on ne trouve plus mention de travaux à La Chapelle-d’Angillon.

4. Le château de Montrond128

  • 128 Cf. abbé Hérault, Histoire du château de Montrond et du pont du Cher, Bourges, 1905 ; J. Plat, Pla (...)
  • 129 ADC, 2 F 631.
  • 130 Ibidem.

159Les travaux effectués au château de Montrond nous sont beaucoup moins bien connus que les précédents car aucun marché d’œuvre n’a été conservé. On sait cependant, par les comptes de Baugy pour 1605129, que, dès cette année-là, Éverard fit le voyage à Montrond pour voir si toutes les murailles du château étaient bonnes et quelles réparations il convenait de faire ; Rachel de Cochefil et passa d’autre part en 1605 des marchés de réparation de maçonnerie et de charpenterie pour Montrond130.

  • 131 D’après les plans qui nous sont conservés (cf. J. Plat, op. cit.).
  • 132 Cf. Mallard, op. cit., pièce justificative n° 6, p. 441-445.

160Le château était bâti sur une éminence orientée est-ouest et entourée en partie par les eaux d’une petite rivière, le Chignon. En 1650, on y accédait par une rampe en pente douce longeant le versant méridional de la colline, jusqu’à la porte d’entrée de la basse-cour, à la pointe occidentale131. Là, trois cours d’accès se succédaient d’est en ouest, séparées les unes des autres par un pont-levis et des fossés profonds. Le château, bâti à l’extrémité orientale de l’éminence, présentait une structure hétérogène avec un corps de logis principal, une grande galerie, dont l’extrémité était occupée par le pavillon Neuf, et la Grande Salle dont les fondations existaient avant Sully. Le corps de logis avait quatre étages ; on accédait au plus bas par une cour anglaise ou « parterre creux », dans laquelle on descendait, venant de l’entrée, par un escalier en fer à cheval de six marches. En 1606, ce corps de logis était en ruine132.

  • 133 Au moment de la vente de Montrond à Condé, un inventaire de tous les meubles du château fut réalis (...)

161Il est difficile de déceler l’apport de Sully mais lorsque Condé acquit le château en 1621, les travaux n’étaient pas encore achevés : la cour était pleine de quartiers de pierre de taille, de tuiles, lattes, ardoise et pierre menue133. Sully fit donc en premier lieu entièrement réparer les pièces des premier et deuxième étages du château (maçonnerie, carrelages, portes et fenêtres, vitres, lambris, etc.). Le 24 octobre 1606, François Le Mareschal passa marché avec Jean Boucher, peintre de Bourges, pour la décoration de ces appartements :

  • 134 ADC, E 2304, minutes Désiré Desbarres, fol. 176.

« Pour le regard de la sculpture qui est en bosse relevée d’une chasse, qui est au manteau de la cheminée, fault le tout peindre au vif, tant les personnnages, chevaux et autres animaulx, selon leur naturel, et diversiffier les coulleurs, ainsi que ledict Bouchier vera estre de son art...134 »

  • 135 ADC, E 2313, minutes Désiré Desbarres, fol. 203.
  • 136 ADC, E 2313, minutes Désiré Desbarres, fol. 79.

162L’une des grandes réalisations de Sully fut de construire une nouvelle grande salle au château pour remplacer celle qui, au premier étage du corps de logis, était occupée par des appartements. Cette construction fut commencée avant 1610 : par marché du 20 octobre 1610, Louis Charnon, représentant de Sully, somma Nicolas Ducroz, maître architecte de Saint-Amand, pour lui et pour Barthélemy Greslé, maître maçon, et Antoine Baudon, maître charpentier de Saint-Amand, entrepreneurs de la construction d’une salle au-dessus de la terrasse du château de Montrond et des écuries, de faire toute diligence pour achever la salle et les écuries et surtout de couvrir la salle avant les pluies et gelées, et de faire la plomberie et les dorures « de même manière que celle qui a été refaite sur le grand corps de logis135 ». Sully avait prévu dès le début de la construction la décoration de cette salle : le 24 avril 1610, il avait fait marché avec Jean Lafrimpe, pour exécuter deux manteaux de cheminée et leurs jambages en pierre de Charly, dans la grande salle neuve en construction136. Cette salle, de forme rectangulaire, avait été établie sur un éperon rocheux, et son mur élevé était garni de deux tours ; elle avait trois fenêtres cintrées, un toit en pavillon avec deux lucarnes du côté extérieur et quatre fenêtres ainsi qu’une porte du côté de la cour. Deux cheminées en occupaient les extrémités. Sully y avait réuni toute une collection de tableaux, de plans et de cartes.

163À l’extrémité de la salle, Sully avait également fait édifier un pavillon à deux étages.

164Sur le parc et le jardin, nous n’en avons aucun document, mais il n’est pas douteux que, comme à Sully, La Chapelle-d’Angillon, et Baugy, les réalisations furent de grande envergure.

5. La ville d’Henrichemont137

  • 137 Cf. H. Boyer, Fondation de la ville de Henrichemont, dans Mémoires de la Société historique du Che (...)

165La construction de la place Royale à Paris, les projets de la place Dauphine, les collections de tableaux, cartes et plans des propriétés de Sully dans ses châteaux, les sommes qu’il dépensa en multiples ouvrages prouvent à quel point le duc aimait les belles réalisations architecturales. L’achat de la principauté de Boisbelle le 31 août 1605 lui donna l’occasion d’entreprendre l’un de ses plus beaux projets : la construction de la ville nouvelle d’Henrichemont.

  • 138 Publié par H. Boyer, Fondation de la ville de Henrichemont, op. cit.

166Par contrat passé le 28 décembre 1608138 avec un groupe d’entrepreneurs de Paris (Jacques Cosnier et Jonas Robelin), et d’Orléans et d’Amboise (René Bernard, René Violette et Claude Allaire), Sully avait prévu la « clôture » de la ville nouvelle d’Henrichemont, avec des murailles de cinq cents mètres de tour, des pont-levis et des canonnières et des fossés. Les entrepreneurs devaient en outre construire des bâtiments « publics » (église, temple, collège, hôtellerie, halle) et seize corps de logis avec « les parements desdits murs qui seront du côté du dehors embellis de grandes pillastres de briques », les coins et les portails en pierre de taille, les fenêtres et les portes garnies d’un cintre de brique, et les couvertures en tuiles. La ville devait être entièrement pavée. Les entrepreneurs pourraient installer leur logis et leurs fours à brique à l’intérieur de la ville. Fougeu d’Escures avançait par ce marché 3 000 livres au nom de Sully aux chauffourriers et briquetiers.

167L’existence de murailles pourrait laisser supposer que Sully voulait faire de cette ville une retraite pour les protestants en cas de persécution, comme ce fut le cas pour les villes « de religion » de Phalsbourg et de Freudenstadt fondées à l’extrême fin du xvie siècle ; mais en fait le duc possédait en Berry d’autres places fortifiées (le château de Sully accueillit en 1621 les protestants de la région) ; d’autre part l’existence de bâtiments publics prouve que son dessein dépassait largement le projet de ville-forteresse.

168Le plan, ainsi que l’ont montré C. Gauchery-Grodecki et R. Coope, doit être attribué à Salomon de Brosse et fut prévu dès 1606. C’était un carré de 250 mètres de côté, découpé en perpendiculaires et diagonales se croisant au centre, sur une place carrée. Quatre places secondaires et quatre autres triangulaires s’ajoutaient à la place centrale. C’était là une forme moderne : un carré rayonnant au lieu du quadrillage de la ville neuve médiévale. Les quatre principales rues devaient porter les noms des membres de la famille royale : Marie, Dauphine, Orléans et Anjou.

  • 139 Celle-ci a été analysée par C. Grodecki dans La création d’Henrichemont ; bibliographie récente et (...)
  • 140 MC, III, 490.

169La première pierre fut posée le 13 avril 1609 sur l’emplacement prévu pour le logis de Pierre Fougeu d’Escures. Sully avait prévu que les travaux dureraient trois ans, et sans nous attarder au détail de la procédure qui l’opposa aux entrepreneurs139, il nous faut examiner les raisons de l’abandon de la construction de la ville d’Henrichemont. Le 5 février 1611140, Sully accorda une « augmentation de parisis » pour le prix des ouvrages. Il s’entendit avec les entrepreneurs provinciaux pour finir la moitié des logements et maisons de la grande place et des rues formant la grande croisée de la ville, les deux portails de l’autre moitié et les deux ailes de boutiques à côté de chaque portail. Les travaux de maçonnerie et de réparation des portails « selon le desseing qui en a esté dressé par le sr Brosse » devaient être achevés en un an et les fossés dans les deux ans. Le 29 mars 1612, Robelin et Cosnier déposèrent plainte pour voir l’estimation de leurs ouvrages réévaluée : ils soutenaient que leurs travaux avaient coûté plus cher que le devis initial et voulaient être payés à la juste valeur de ceux-ci. Sully réclamait au contraire le respect du contrat et la poursuite des travaux. Il fut finalement contraint par arrêt du Parlement du 2 avril 1624 à payer 217 733 livres pour les constructions et 6 000 livres de dépens. À cette date n’avaient été construites que les maisons de la grande Place, appartenant à des particuliers, et les portails des quatre portes Dauphine, Marie, Anjou et Orléans ; mais les maisons de la croisée étaient restées inachevées. La ville avait vers 1630-1640 un aspect de délabrement et d’abandon. Quelques-uns des fidèles du duc, tel Pierre Éverard, grenetier du grenier à sel, y avaient une maison.

  • 141 De nos jours cependant, peu de souvenirs viennent nous rappeler le grand dessein de Sully : la vil (...)

170L’inachèvement de la ville d’Henrichemont est à rapprocher des difficultés que Sully rencontra dans la jouissance de sa fortune après avoir quitté le gouvernement. Il s’accompagna à partir de 1614 de l’abandon progressif des terres berrichonnes au prince de Condé : Montrond, Orval, Bruère, Épineuil, Le Châtelet en 1621 et Baugy en 1624. Néanmoins, il illustre la grandeur du projet de Sully sur ses terres, et non pas, tout compte fait, son échec total, car les châteaux de Sully, Baugy et La Chapelle furent, eux, quasiment achevés en 1610141.

171L’ambitieux dessein territorial de Sully sur ses possessions au sud de la Loire était donc en grande partie réalisé en 1610. Durant les années suivantes, même si le duc avait d’autres soucis et d’autres projets dans différentes régions de France, il continua à s’intéresser à la gestion et à l’exploitation de ses domaines, dont l’embellissement et l’extension avaient considérablement accru leur valeur.

Notes

1 H. Boyer, Histoire de la principauté souveraine de Boisbelle-Henrichemont, Paris, 1904.

2 C.-N. Mallard, Histoire des deux villes de Saint-Amand, Saint-Amand, 1895, « Estat, consistance et valleur des terres d’Orval, Bruières et Espineuil et choses principalles qui estoient en icelles lorsqu’elles furent vendues par M. de Nevers à M. le duc de Sully », p. 144 et suivantes.

3 ADL, 5 J 550. L’hommage en fut rendu le 12 septembre 1605.

4 AN, P 14, n° 80, hommage du 26 juillet 1608.

5 AN, P 14, n° 82, hommage du 7 janvier 1615.

6 ADC, E 268, pièces 1 et 2 ; procès-verbaux de la terre et justice de La Chapelle-d’Angillon, 1528 et 1709.

7 ADL, 3 E 3280, dénombrement du 24 juillet 1623.

8 Voir plan des deux villes de Saint-Amand dans les illustrations hors texte.

9 Cf. C.-N. Mallard, op. cit., p. 144 et suiv.

10 Elle fut abattue seulement en 1718.

11 Voir les articles de Jean Mesqui dans l’ouvrage collectif. Histoire de Sully-sur-Loire. Le château, la ville, le terroir, Roanne, 1986, p. 104-146. Les travaux effectués au château par Sully seront décrits ci-dessous, p. 291-299.

12 Voir carte p. 265.

13 Voir carte des environs de Sully-sur-Loire p. 266.

14 ADL, 5 J 412. Cf. Notice historique sur Cuissy-sur-Loire, ci-devant paroisse de Saint-Aignan-le-Jaillard, Paris, 1875, p. 76.

15 ADL, 5 J 456.

16 C’est l’actuelle N 20.

17 Actuelles N 5 et N 7 (celle-ci rejoint de nos jours la Loire à Briare et non à Gien).

18 Cf. M. Tavernier, Carte géographique des postes, Paris, 1632.

19 Cf. C. [Gauchery-] Grodecki, Les débuts de l’art classique en Berry : Jean Lejuge, architecte provincial (1589-1650), Bourges, 1946, p. 150 et suivantes.

20 ADC, minutes Désiré Desbarres, E 2520, fol. 103. Le Mareschal fut également utilisé par Sully pour passer des contrats privés : on trouve dans les minutes de Désiré Desbarres (E 2304, fol. 177), un contrat passé par le sieur de Corbet avec le peintre Jean Boucher, pour des travaux de peinture au château de Montrond, dont nous parlerons plus loin. En tant que seigneur de Lassay, Le Mareschal possédait des droits sur la seigneurie d’Étréchy tenue par Maximilien de Béthune : le 24 décembre 1604, il échangea avec Pierre Éverard, procureur de Sully, des droits qu’il possédait à Étréchy (MC, III, 475).

21 D’Escures acquit le 4 juin 1605 un lot sur la place royale (Mallevoüe, op. cit., p. 35).

22 Cf. B. Barbiche, Sully, Paris, 1978, p. 111-112.

23 Cf. P. Pinsseau, Le canal Henri IV ou canal de Briare (1604-1943), Orléans-Paris, 1943.

24 ADC, minutes Désiré Desbarres, E 2304, fol. 89, 1606 : « Devis de la dessente du ruisseau de Chignon dans le grand canal neuf qui se faict à Sainct-Amand ». Le 24 août 1607, Pierre Fougeu d’Escures fit procéder à l’évaluation des terres ayant servi à la construction du canal d’Orval (ADC, E 203).

25 ADC, minutes Desbarres, E 2313, fol. 160, marché du 24 juillet 1610. Un procès-verbal d’inspection fut dressé le 21 octobre 1621.

26 Actuellement, ce sont les D 940 et N 144.

27 ADC, minutes Desbarres, E 2 304, fol. 169, marché de François Le Mareschal pour la partie proche du bourg de Parassy, au sud de la Chapelle-d’Angillon. F° 222 : « Description des réparacions nécessaires à faire sur les mauvais chemins qui sont entre les villes d’Aubigny et La Chapelle-d’Angillon, faicte par les bailly. lieutenant et procureur fiscal et aucuns habitans de lad. justice de lad. Chapelle, suivant l’ordonnance à eulx faicte par monsieur le général sr de Corbet ».

28 ADC, minutes Désiré Desbarres, E 2311, fol 92, marché pour la construction de « 746 toises de chaussée de pavé neuf sur le grand chemin de Bourges à Dun-le-Roy, Moulins et Lyon, et réparation de 230 toises de mauvais chemin au bout du pavé de la porte d’Oron à Bourges sur le grand chemin de Bourges à Preuilly et es villes de Graçay et Vatan ».

29 Voir ci-dessus. 1re partie, p. 54-56.

30 Voir ci-dessus p. 55.

31 ADL, 5 J 550 et 5 J 31.

32 Les lettres parlent du désir de « faire ressentir à notred. cousin le marquis de Rosny le contentement qui nous demeure de ses fidèles et laborieux services, par le moyen desquels il a bien mérité de nous et de la chose publique de notre royaume ».

33 Les lettres parlent de terres « assez seigneuriales, renommées et de bon revenu pour être élevées en titre et prééminence de duché et pairie et pour en soutenir la dingité et dépense ».

34 Voir ci-dessus p. 55.

35 Cf. Ch. Cuissard, Origine de la gouttière de cire présentée par les quatre barons Orléanais et liste des fiefs de l’évêché d’Orléans (1292-1312), Orléans, 1903.

36 BN, nouv. acq. fr. 25 230, fol. 5.

37 Le procès fut repris après la mort du duc par sa femme Rachel de Cochefilet, le 20 septembre 1642, mais un arrêt définitif du parlement de Paris rendu le 10 mai 1653 condamna le nouveau duc à payer 26 000 livres (AN, T 238).

38 ADL, 5 J 39, mémoire des officiers du siège royal de Lorris.

39 ADL, 5 J 38, inventaire des pièces produites par les officiers du siège royal de Châteauneuf.

40 ADL, 5 J 37, mémoire des maire et échevins de Bourges (1626) figurant parmi les pièces du procès avec les officiers du présidial d’Orléans.

41 Ibidem.

42 ADL, 5 J 35, procès-verbal d’assemblée des habitants de la paroisse d’Isdes, 15 février 1626.

43 ADL, 5 J 374-375.

44 ADL, 5 J 484. Arpentage des terres devant constituer le Grand Étang (3 janvier 1624), extrait des contrats d’acquisitions passés devant Pichery (28 août 1625), copies des contrats d’acquisition (1625-1626), mémoire des terres, prés et vignes qui sont entre la Sange et la levée de Loire, derrière la garenne du château de Sully.

45 BN, nouv. acq. fr. 25 234.

46 ADL, 5 J 403. Acte de cession par Philippe Le Maire à Sully de ses droits sur la succession de Chaumont.

47 Ibidem. Le décret des Angliers, de Voiseux et des fiefs de Cuissy dura du 24 octobre 1597 au 15 octobre 1605 et occupa 81 rôles de parchemin.

48 ADL, 5 J 325.

49 ADL, 5 J 445.

50 ADL, 5 J 401, décret, vente et adjudication aux enchères de Briou, saisi sur Philippe de Saint-Fère (5 septembre 1623).

51 Voir ci-dessous p. 300-303 pour La Chapelle-d’Angillon, et p. 305-307 pour Henrichemont.

52 ADC, E 630. Le procès-verbal de prise de possession de la baronnie de Culan est donné ci-dessous p. 507.

53 Cf. Mallard, Histoire des deux villes de Saint-Amand, op. cit.

54 Mémoire présenté par les officiers de Saint-Amand le 7 juillet 1608, cité par Mallard, op. cit., pièce justificative n° 2.

55 Ces comptes, pour les terres de Baugy et autres exclusivement, nous sont conservés pour l’année 1604-1605 (ADC, 2 F 631). Ils mentionnent que c’est « le compte troisième de Pierre Éverard ».

56 MC, III, 475, ratification par Sully du contrat d’échange, 24 décembre 1604.

57 ADC, E 268, pièce 8.

58 ADC, E 268, pièce 2.

59 ADL, 5 J 105. Comptes de Mathieu Sallé pour 1602.

60 L’ensemble des marchés de 1602 à 1609, tant pour les métairies que pour le château de Sully et les châteaux de Baugy et de La Chapelle-d’Angillon, a été retranscrit suivant l’ordre chronologique dans un gros cahier conservé aux Archives départementales du Loiret (ADL, 5 J 367). Sauf indication contraire, c’est à ce document qu’il faudra se référer lorsque nous citerons un marché passé par Sully.

61 ADL, 5 J 367, devis des 29 septembre et 1er octobre 1609.

62 ADL, 5 J 367. Les marchés pour les étangs de Sully-sur-Loire sont contenus dans le même cahier que ceux qui concernent les métairies et les châteaux. Le marché du 11 septembre 1602 est le deuxième qui ait été passé par Sully ; le premier, en date du 7 août, prévoyait la construction de ponts au château de Sully.

63 ADC, E 268, pièce 8.

64 ADC, 2 F 631.

65 Sur ces droits, voir ci-dessous p. 355-357.

66 ADL, 5 J 316, acte de vente par François de Cugnac à Sully de la moitié du port et passage, hallage, fenêtrage, droit de boucherie et de la sixième partie du péage de Sully.

67 Le 24 juin 1601, le droit de port et passage fut affermé pour un an, et figure parmi les sous-baux de la baronnie de Sully dont les enchères furent passées ce jour-là devant le bailli Gravet (ADL, 5 J 40).

68 ADL, 5 J 316, sous-bail du 30 mai 1635 passé par le fermier général Jacques Villoing du port et passage de la Loire à Sully.

69 ADL, 5 J 40, bail de la ferme générale de Sully du 19 septembre 1602.

70 Chacun des greffes et notariats était affermé séparément ; les contrats furent passés par les fermiers généraux du 30 novembre 1635 au 16 août 1636 (ADL, 5 J 295). Pour plus de détail, voir ci-dessous p. 360-362.

71 Sur le conflit engendré par cette décision, voir ci-dessous p. 351-352

72 Sur la bonification de la ville de Saint-Amand par Sully, voir C.-N. Mallard, Histoire des deux villes de Saint-Amand, Saint-Amand, 1895.

73 Ibidem, p. 144 et suivantes.

74 Ces raisons sont données dans l’accord passé avec Largentier en date du 27 mai 1608 (MC, III, 484).

75 Ibidem.

76 Cf. Léo Mouton, Deux financiers aux temps de Sully : Largentier et Moisset, dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, n° 64, 1938, p. 65-105.

77 « Lequel sel led. sr de Moisset oud. nom fera distribuer à chacun desd. habitans par sesd. procureurs et commis suivant le rooll (sic) qui pour ce en sera arresté par led. sr duc de Sully » (MC, III, 502, marché du 21 septembre 1616).

78 MC, III, 488, marché du 21 mai 1610.

79 MC, III, 502, 21 septembre 1616.

80 Ces chiffres sont donnés par les comptes de Mathieu Sallé.

81 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Sallé pour 1606-1609.

82 MC, III, 470, marché du 7 août 1602 avec Daniel Dumeau, maître couvreur d’Orléans. Le prix convenu était de 2 écus par toise de couverture neuve et d’un écu pour deux toises de réparations.

83 ADL, 5 J 367, marchés des 7 août 1602 avec Jean Gidoin, 16 mars 1603 avec Jean Regnault, 26 et 27 octobre 1603 avec César Cossé, Nicolas Léonart et Jean Gidoin.

84 Voir pièce justificative n° 11.

85 Cf. J. Loiseleur, Monographie du château de Sully-sur-Loire, Orléans, 1869, dans Mémoires de la Société d’agriculture, sciences, belles-lettres et arts d’Orléans, 2e série, t. XI ; A. d’Aubry, Château de Sully-sur-Loire, notice descriptive et historique, projet de restauration, Paris, 1883 ; dr J.-B. Boullet, Sully-sur-Loire, son château, son ancienne baronnie et ses seigneurs, Orléans, 1900 ; G. Pallain, Sully-sur-Loire, si., 1910 ; M. Dumolin, Sully-sur-Loire. Château, dans Congrès archéologique de France, 93e session, 1930, p. 657-668 ; L. Martin, Le château de Sully-sur-Loire, Montargis, 1947 ; Histoire de Sully-sur-Loire. Le château, la ville, le terroir, Roanne, 1986, ouvrage collectif.

86 Le point sur les travaux effectués au château de Sully-sur-Loire vient d’être fait par Jean Mesqui, cartes et plans à l’appui, dans l’Histoire du château de Sully-sur-Loire, op. cit., p. 104-145. Alors que l’auteur étudie les modifications appportées par Sully pour chaque partie du château, nous suivrons l’ordre chronologique des marchés et l’évolution des travaux de 1602 à 1609.

87 L’ensemble des marchés, du 7 août 1602 au 29 mai 1609, est contenu dans un seul cahier (ADL, 5 J 367).

88 ADL, 5 J 367, marchés des 26 et 30 octobre 1603.

89 ADL, 5 J 367, marché du 8 février 1604.

90 ADL, 5 J 367, marché du 22 décembre 1604.

91 Ibidem.

92 ADL, 5 J 367, marché du 31 janvier 1606.

93 ADL, 5 J 367, marché du 27 novembre 1607.

94 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 18, marché du 12 avril 1623 passé avec Michel Regnault et Antoine Guillet, maîtres maçons et tailleurs de pierre, demeurant aux faubourgs de Sully.

95 BN, nouv. acq. fr. 25 232, comptes de Mathieu Sallé pour 1602-1605.

96 BN, nouv. acq. fr. 25 232, comptes de Sallé pour 1606.

97 ADL, 5 J 106, comptes de Sallé pour 1607-1608.

98 ADL, 5 J 367, marché du 14 octobre 1608.

99 ADL, 5 J 367, marché du 29 juillet 1606.

100 ADL, 5 J 467, marché du 27 novembre 1607.

101 ADL, 5 J 467, marché du 29 juillet 1606.

102 ADL, 5 J 368, marché du 30 novembre 1639.

103 ADL, 5 J 367.

104 ADL, 5 J 367, marché du 10 octobre 1607.

105 ADL, 5 J 367, marché du 2 novembre 1603.

106 Plante vivace à fleurs jaunes.

107 ADL, 5 J 367, marché du 7 septembre 1604.

108 ADL, 5 J 367, marchés des 4 décembre 1604 et 11 août 1605.

109 ADL, 5 J 367, marché verbal passé en 1605 (quittance de paiement du 21 décembre 1605).

110 ADL, 5 J 367, marché du 20 août 1605.

111 ADL, 5 J 367, marché du 23 septembre 1605.

112 ADL, 5 J 367, marché du 10 octobre 1607.

113 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 14. « Estat de ce que doibt faire le jardinier de Sully en continuant les premiers estats et instructions qui luy ont esté baillées pour bien cultiver et accomoder le parc et jardin de Mgr. aud. Sully » (25 mai 1618).

114 Ibidem.

115 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 12, marché de réparation de la fontaine, 18 septembre 1613.

116 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 24, marché de fourniture d’arbres pour le jardin, passé avec Étienne Le Cœur et Jacques Bonnet, jardiniers d’Orléans [au pied, quittance du 10 décembre 1629].

117 Cf. Buhot de Kersers, Histoire statistique et monumentale du département du Cher, Bourges, 1875-1898, t. I, p. 190 ; C. [Gauchery-] Grodecki, Les débuts de l’art classique en Berry, Jean Lejuge, architecte provincial, 1589-1650, Bourges, 1946, p. 186-188. Voir également ci-dessus p. 103-104.

118 ADL, 5 J 367.

119 Ibidem.

120 Cf. Buhot de Kersers, op. cit., t. III, p. 1-11 ; C. [Gauchery-] Grodecki, Les débuts de l’art classique en Berry, op. cit., p. 189-196. Voir également ci-dessus p. 106-107.

121 ADC, E 268, pièce 8, comptes d’Éverard pour 1606 et 1607.

122 ADL, 5 J 367.

123 ADL, 5 J 550 : « État des réparations que je veux faire faire à la Chapelle-d’Angillon en l’année 1607 et dont j’ai fait marché avec Gidoin », pour la somme de 7 000 livres, 19 octobre 1606.

124 ADL, 5 J 367, marché du 27 novembre 1607.

125 ADC, E 268, pièce 8, comptes d’Éverard pour 1606 et 1607.

126 ADL, 5 J 367.

127 Ibidem.

128 Cf. abbé Hérault, Histoire du château de Montrond et du pont du Cher, Bourges, 1905 ; J. Plat, Plans anciens du château de Montrond, dans Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, XLIXe vol., 1941-1943 ; C. [Gauchery-] Grodecki, Les débuts de l’architecture classique en Berry, op. cit. Voir également ci-dessus p. 111.

129 ADC, 2 F 631.

130 Ibidem.

131 D’après les plans qui nous sont conservés (cf. J. Plat, op. cit.).

132 Cf. Mallard, op. cit., pièce justificative n° 6, p. 441-445.

133 Au moment de la vente de Montrond à Condé, un inventaire de tous les meubles du château fut réalisé, ainsi qu’une estimation des matériaux trouvés dans la cour et les bâtiments du château (ADC, E 206, pièce 23). Voir ci-dessus, p. 209-210.

134 ADC, E 2304, minutes Désiré Desbarres, fol. 176.

135 ADC, E 2313, minutes Désiré Desbarres, fol. 203.

136 ADC, E 2313, minutes Désiré Desbarres, fol. 79.

137 Cf. H. Boyer, Fondation de la ville de Henrichemont, dans Mémoires de la Société historique du Cher, 2e série, 2e vol., 1873 ; H. Boyer, Histoire de la principauté souveraine de Boisbelle-Henrichemont, Paris, 1903 ; C. [Gauchery-] Grodecki, Les débuts de l’art classique en Berry, op. cit. ; M.-M. Martin, Henrichemont, la ville du grand Sully, Sancerre, 1969 ; C. Grodecki et R. Coope, Un grand projet inachevé, la création d’Henrichemont par Sully (1606-1612). L’œuvre de Salomon de Brosse à Henrichemont : à propos de trois dessins inédits. Bibliographie récente et nouveaux documents, Bourges, 1977 ; pour la conception architecturale de la ville : P. Lavedan, L’urbanisme à l’époque moderne, Paris, 1981.

138 Publié par H. Boyer, Fondation de la ville de Henrichemont, op. cit.

139 Celle-ci a été analysée par C. Grodecki dans La création d’Henrichemont ; bibliographie récente et nouveaux documents, op. cit., p. 30-34.

140 MC, III, 490.

141 De nos jours cependant, peu de souvenirs viennent nous rappeler le grand dessein de Sully : la ville d’Henrichemont est une pâle image de ce qu’il avait prévu, les châteaux de Baugy et de Montrond sont en ruines ; seul le château de Sully-sur-Loire, quoique dépouillé de tous les ornements et commodités apportés par Sully (galeries, cabinets, garde-robes, lambris, tapisseries, mobilier, fontaine, jardin potager et allées d’ormes), reflète et illustre les ambitieux projets du duc.

Table des illustrations

Légende Justice du duché-pairie de Sully-sur-Loire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Justice de La Chapelle-d’Angillon
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Culan et ses environs vers 1650 (d’après le plan E 711 des archives départementales du Cher)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Les environs de Baugy
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Duché de Sully-sur-Loire. Les métairies
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Légende Duché-pairie de Sully-sur-LoireMoulins et métairies de la seigneurie de Moulin-Frou
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 919k
Légende Censive du duché-pairie de Sully-sur-Loire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Les environs de Sully-sur-Loire vers 1650
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Tableau des dépenses pour travaux effectués aux châteaux de Sully-sur-Loire, La Chapelle-d’Angillon et Baugy
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende A. tour de l’EscalierB. tour de VerrinesC. tour de La Chapelle-d’AngillonD. tour de NouvionE. tour de VillebonF. tour de la SommellerieG. tour de BéthuneH. tour de Rosny ou de la SangeI. tour Noire ou Portail1. Sommellerie2. Salle3. Cuisine4. Galeries5. garde-manger6. salle du commun7. Cuisine8. sommellerie9. petite salle10. ChambreSully-sur-Loire, le château (plan d’après Jean Mesqui)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende 1. château2. basse-cour3. Fossés4. Canal5. Canal6. jardin potager7. Fontaine8. cabinet de verdure9. Parc10. petit parcSully-sur-Loire, le château et le parc
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Plan du château de La Chapelle d’après Buhot de Kerser
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3390/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540