Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fortune de Sully

 | 
Isabelle Aristide

Première partie. Histoire, composition et estimation de la fortune de Sully

Chapitre III. Administration et gestion de la fortune de Sully

Texte intégral

1Sully ne se contenta pas d’accumuler, par une habile stratégie, les terres et les biens ; il prit grand soin, tout au long de sa vie, de l’administration et de la gestion de ceux-ci. Ce souci, antérieur d’ailleurs à l’existence de sa fortune, ne fut négligé, ni lorsqu’il fut au pouvoir et que le service du roi demanda toute son attention, ni ensuite, lorsque surgirent les difficultés politiques. L’administration des biens de Sully relevait en premier lieu du duc lui-même, qui s’appuyait sur toute une hiérarchie de personnes, auxquelles il confiait des missions particulières, assorties de délégations de pouvoirs. Elle était tributaire des contingences et des obstacles matériels (temps, coût, moyens de paiement), qui déterminèrent les conditions de la tenue de la comptabilité des biens de Sully. Mais par-dessus tout, Sully eut à résoudre les conflits nés de convoitises et d’envies que sa fortune pouvait susciter.

A. ADMINISTRATION DE LA FORTUNE DE SULLY

2À la fin du règne de Henri IV, Sully exerçait, nous l’avons vu, de multiples charges : surintendant des finances, des fortifications et des bâtiments, grand maître de l’artillerie, gouverneur de Poitou, Mantes et Jargeau, grand voyer de France et voyer particulier de Paris. Durant plus de dix années d’exercice du pouvoir, il avait pris l’habitude de tout superviser, tout en se déchargeant sur des personnes de confiance, de faire dresser de nombreux et épais mémoires récapitulatifs tant pour clarifier les choses que pour s’informer.

  • 1 Œconomies royales, t. I, p. 244.
  • 2 Ibidem, t. I, p. 305.

3C’est ainsi que dès 1596, lorsqu’il entra au Conseil des finances, d’après ses Mémoires, il se mit au courant des affaires : « Pendant tous ces emplois, vous ne laissastes pas, selon vostre coutume, de vacquer tousjours à diverses sortes de recherches dans les registres du Conseil d’Estat ?, des parlemens, chambres des comptes, cour des aydes, anciens secrétaires d’Estat, (... ), bureaux des thrésoriers de France, thrésoriers de l’Epargne, et Chambre du Thrésor, et dans les tomes des ordonnances desquels vous faisiez des extraits et dressiez des instructions et mémoires touchant les affaires d’Estat et surtout des finances1 ». En 1599, lorsqu’il dresse l’État général des finances, il s’attache à « éviter qu’il ne se fît plus doresnavant, en semblables estats, aucune obmission d’aucunes natures de deniers royaux et publics, tant petits, esloignez et cachez pussent-ils estre2 ». La plupart du temps, c’était lui-même, aidé d’un clerc, qui rédigeait de sa main les mémoires et règlements qu’il soumettait au roi.

4La même méthode s’observe dans l’administration de sa fortune personnelle : recherches, envoi d’instructions, établissement de mémoires par les officiers locaux. Tous ces procédés seront analysés plus loin dans le cadre du duché-pairie de Sully-sur-Loire. Nous nous préoccuperons d’étudier ici de quelle manière était administrée la fortune de Sully au niveau central, quels ont été ses collaborateurs, leurs pouvoirs, leurs moyens d’action et les difficultés rencontrées, enfin les conflits qui ont pu naître entre le maître sourcilleux du moindre détail et ses serviteurs.

I. LE DUC ET SES PERSONNES DE CONFIANCE

5Il n’est pas étonnant que Sully, soucieux de la netteté et de la précision des comptes qui lui étaient rendus, se soit toujours trouvé au centre de l’administration de sa fortune. Il s’appuyait néanmoins, pour l’exécution de cette tâche, sur un petit groupe de personnes de confiance : Rachel de Cochefilet, sa femme, Noël Regnouard, Abraham Nicolas, ses secrétaires. Ceux-ci faisaient la liaison avec deux autres catégories de personnes : d’une part, les intendants et comptables, qui étaient spécialement chargés d’un domaine (Pierre Éverard en Berry, Mathieu Salle à Sully) ou du maniement, de l’encaissement et de la distribution, en un lieu précis, des deniers confiés par Sully (Pigis et Pinette à Paris) ; d’autre part, les agents du duc de Sully, qui étaient chargés de missions diverses (Jean Hillaire et Isaac Chazal, sr de La Gravière, pour l’achat des greffes du Languedoc par exemple). Les pouvoirs réels de ces personnes variaient en fonction de chaque cas et des relations avec le duc de Sully.

1. Sully

6Sully était partout présent. Il veillait à tout, rien ne se faisait sans lui. Il s’intéressait de très près à la gestion de ses biens et détestait qu’on lui celât quelque chose, fût-ce un simple point de détail.

7Pour acheter, vendre ou aliéner tout ou partie de ses biens, c’était toujours lui qui avait l’initiative. Nous n’avons pas trouvé un seul contrat d’acquisition qui fût signé dans un premier temps par un procureur du duc, puis ratifié par lui. Nous avons vu plus haut comment il se déplaçait lui-même, par exemple, pour voir les châteaux de Sully et Baugy et aviser immédiatement des réparations à y faire. À Culan, c’est lui qui prit possession en personne de la baronnie.

  • 3 Voir p. 176 le graphique des actes passés devant le notaire Fournyer à Paris.

8Mais pour les autres actes de l’administration de sa fortune, passer des baux à fermes, recouvrer des créances ou constituer des rentes, Sully s’appuya sur des agents et des personnes de confiance auxquelles il donnait une procuration générale ou spéciale. De 1600 à 1637, il passa quatre-vingt-neuf procurations devant le notaire Fournyer à Paris, au porteur, en blanc, ou à une personne nommément désignée. Ses procureurs furent Pierre Beauxamys, son avocat, Mathieu Salle, capitaine du château de Sully, Bonaventure Forain, agent de ses affaires en Poitou, Rachel de Cochefilet, sa femme, ou toute autre personne capable de traiter une affaire du fait de sa situation. Il arriva ainsi que certaines années un grand nombre d’actes furent passés au nom de Sully par ses procureurs : ce fut le cas en 1613, 1623, 1630, 1631, 1637 pour tous les actes, sans exception, passés devant le notaire Fournyer. En 1610, tous les actes passés devant le notaire Fournyer l’ont été par Sully lui-même, mais en 1611, six contrats ont été signés par Sully, et six autres par trois de ses procureurs3. Pour l’ensemble de ses affaires, et surtout lorsqu’il s’agissait de déléguer ses pouvoirs, Rachel de Cochefilet fut la collaboratrice la plus proche et la plus fidèle.

2. Rachel de Cochefilet

  • 4 Œconomies royales, t. I, p. 122.
  • 5 Ibidem, t. I, p. 241.

9Rachel de Cochefilet, veuve de François Hurault, sr de Châteaupers, dont elle avait eu deux enfants, épousa Maximilien de Béthune en 1592. Pendant près de cinquante ans, elle l’assista dans ses affaires. Dès 1593, alors que son mari, appelé au service du roi, n’a guère le temps de gérer ses biens, on la voit vendre les blés de la baronnie de Bontin4. En 1598, c’est elle, d’après les Œconomies royales, qui regarde d’un œil favorable les premières propositions faites pour le mariage de sa fille aînée avec le duc de Rohan5. Ses interventions allèrent même parfois plus loin ; lors du siège de Montmélian en 1600, elle fit preuve d’initiatives diplomatiques qui favorisèrent le dénouement de la situation alors qu’on cherchait le moyen de faire la paix avec le comte de Brandis, gouverneur de la place :

  • 6 Œconomie royales, t. I, p. 341.

« Madame la comtesse de Brandis, estant femme de bon esprit, qui se plaisoit aux mécaniques et surtout à faire des ouvrages de verre, envoya des pendans d’oreilles et une couple de chaisnes de cette matière fort industrieusement élabourées à madame vostre femme, avec ses recommandations, laquelle en eschange lui envoya une douzaine de perdreaux, six lapreaux, six levraux, douze cailles grasses, une douzaine de pains blancs molets et douze bouteilles de vin, et la pria de faire en sorte qu’ils (sic) peussent parler ensemble, ce qu’elle tesmoigna désirer. De sorte que, trois jours durant, elles se voyoient toutes les après-disnées fort familièrement, sans parler néantmoins que de discours communs au commencement, lesquels se terminèrent en propos de capitulation, que vous fistes continuer. De sorte que ces deux femmes, selon les instructions qu’elles recevoient de leurs maris, convindrent de plusieurs points, par forme de désirs seulement, sans tesmoigner d’en avoir communiqué à personne6. »

10À partir de 1601, Rachel de Cochefilet fut mêlée avec son mari aux disputes et réconciliations entre Henri IV et Marie de Médicis :

  • 7 Ibidem, t. I, p. 392.

« Nous nous souvenons encore que plusieurs fois, les après-dînées, le sieur Conchine de la part de la reine venoit querir madame vostre femme, laquelle (...) demeuroit souvent longtemps enfermée tantost avec la Leonor toute seule, et tan-tost avec la reine et elle ensemble7. »

  • 8 Ibidem, t. I, p. 250.

11Certaines personnes ont ainsi reconnu très tôt l’influence que pouvait avoir Rachel de Cochefilet sur son mari. En 1598, un certain Robin de Tours vint offrir un diamant de 2 000 écus pour elle et un autre de 6 000 écus pour Sully, afin qu’elle agisse sur son mari et lui fasse attribuer tous les offices triennaux des généralités de Tours et d’Orléans pour 72 000 écus8.

  • 9 Ce calcul a été fait d’après tous les actes que nous avons pu consulter. Les procurations ainsi re (...)

12Ces quelques exemples, fournis par Sully lui-même, suffisent à prouver combien le duc reconnaissait la valeur de sa femme. Cependant le rôle de la duchesse de Sully a connu quelques limites. Légalement elle n’avait que peu de pouvoir. Elle ne pouvait d’elle-même intervenir de quelque manière que ce soit dans la fortune de son mari, même pour la part qui constituait la communauté. Elle n’agissait donc qu’en vertu de procurations. Sur les quatre-vingt-neuf passées par Sully devant le notaire Fournyer à Paris, sept seulement le furent en faveur de Rachel de Cochefilet ; mais on en relève encore neuf devant Pichery, notaire à Sully, sept devant Bonnet, notaire à Saint-Amand, une devant Pégorier à Caussade et une devant Doulceron à Sully9. Ce nombre, somme toute modeste, ne saurait abuser, car toutes les autres procurations passées en faveur de tiers ont un but particulier : faire les fois et hommages de La Chapelle-d’Angillon nouvellement acquise, passer le bail à ferme de Bontin, mettre aux enchères une terre en décret, recueillir les sommes dues à La Rochelle, etc. Celles de Rachel de Cochefilet, au contraire, sont générales : elle a le plus souvent le pouvoir de « gérer, manyer et gouverner toutes les afferes dud. seigneur » (procurations des 26 mai et 14 décembre 1623 et 28 juillet 1625 devant Pichery). Le 17 avril 1618, elle reçoit le pouvoir d’emprunter de l’argent pour le marquis de Rosny, le 29 novembre 1628, celui d’enchérir les greffes de Languedoc qu’elle avisera et pour tel prix qu’elle jugera à propos. Cette clause est exceptionnelle : toutes les autres procurations pour mettre aux enchères mentionnent la somme maximale que le duc est prêt à mettre. Dans l’affaire des greffes de Languedoc, la duchesse a également tout pouvoir pour emprunter par rente et obligation tout l’argent nécessaire pour acquitter les lettres de change tirées par Hillaire et La Gravière. Toutes les autres procurations de la duchesse concernent l’administration générale des affaires de Sully et la gestion de ses biens : pouvoir de régir tous ses biens et droits, de poursuivre toute personne que ce soit, d’ouïr les comptes des fermiers et receveurs et de passer les quittances nécessaires, de renouveler les baux des terres quand besoin sera, de poursuivre les procès et instances intentés et à intenter au parlement de Paris, Requêtes du Palais et autres cours de justice jusqu’à l’obtention des sentences et arrêts définitifs et leur exécution, de transiger et d’accorder si c’est posssible, de plaider, opposer, appeler, de faire les saisies nécessaires pour le recouvrement des sommes dues, de faire procéder aux réparations des métairies, moulins et bâtiments, de pourvoir les nouveaux officiers, etc.

13Rachel de Cochefilet était la seule à recevoir tant de pouvoir par procuration. Mais elle devait toujours s’en remettre à son mari et recevoir des instructions. Une anecdote illustre la volonté de Sully de ne pas s’en laisser remontrer par une femme : en 1595, une troupe du comte de Soissons était venue loger près de Moret, et Rachel de Cochefilet blâma la tactique utilisée par Maximilien de Béthune pour les en déloger :

  • 10 Œconomies royales, t. I, p. 194.

« Desquelles paroles vous vous faschates contr’elle, luy distes qu’elle se meslast de filer sa quenouille, et vous laissast disposer des choses qui concernoient les armes où n’estiez pas apprentif ny n’aviez accoustumé de mettre vostre honneur en compromis de crainte des périls, que vous estiez bien sorty à vostre advantage d’affaires plus fascheuses que celle-là10. »

14Mais pour la gestion d’une fortune aussi dispersée géographiquement, l’aide de Rachel de Cochefilet fut bien précieuse.

Actes passés devant le notaire Fournyer à Paris de 1600 à 1637

Actes passés devant le notaire Fournyer à Paris de 1600 à 1637
  • 11 Voir le graphique ci-contre p. 176.
  • 12 MC, III, 472 bis.

15Il est significatif de constater que ce ne fut pas à la période où il eut le plus de travail, c’est-à-dire durant son passage au pouvoir, que Sully eut le plus recours à l’aide de sa femme. Si nous examinons le graphique des actes passés devant Fournyer à Paris11, nous constatons que le premier acte au nom de Rachel de Cochefilet date de 1602, et c’est le seul de l’année ; il n’y en a aucun en 1603, ni 1605 ni en 1610, quelques-uns seulement pour les autres années. En réalité, les périodes où la duchesse de Sully eut le plus à faire furent de 1618 à 1625 et de 1629 à 1631. La première procuration qui nous est conservée date du 3 juin 160312. Elle concerne uniquement la gestion des terres : poursuivre ceux qui doivent « deniers, grains, rentes et autres revenuz tant à cause des terres et seigneuries appartenant aud. sr constituant que aultrement », recevoir les sommes dues par les fermiers, en donner quittances, passer les baux à ferme, faire les fois et hommages. Bref, Rachel de Cochefilet avait le suivi des terres de Sully. Mais, dans l’étude Fournyer, on ne trouve pas d’autre procuration avant le 16 avril 1618 (trois furent passées en faveur de la duchesse en deux jours) ; la dernière date du 16 mai 1637. Chez les notaires de province, les procurations se répartissent entre le 29 novembre 1618 et le 28 juillet 1625, outre trois autres isolées : le 5 juillet 1614, le 10 octobre 1630 et le 20 février 1637. La période où la duchesse reçut le maximum de procurations et avec le maximum de pouvoirs correspond à des années difficiles, où se mêlent les tractations avec Condé, l’achat des greffes du Languedoc, des seigneuries de Montricoux et de Caussade, les mariages de François et de Louise de Béthune, les difficultés en Poitou et en Languedoc avec les protestants, etc. Durant tout ce temps, Sully fut rarement à Paris, et ne put suivre de près la gestion de sa fortune.

  • 13 MC, III, 520, 28 août 1623, comptes de Charles Pigis du 8 juin au 25 août 1623.

16Malgré l’étendue des pouvoirs attribués à Rachel de Cochefilet dans les procurations signées par Sully, il existe cependant un certain nombre de domaines où elle n’intervient que rarement : ainsi ne la voit-on jamais se mêler des travaux effectués dans les châteaux, parcs, jardins, sauf à La Chapelle-d’Angillon en automne 1605 ; et malgré les termes mêmes des procurations passées en sa faveur, elle ne participe pas à la nomination d’officiers ni aux réparations des métairies. Cependant, son rôle semble d’importance pour régler à l’amiable des différends : les 12, 13 et 21 juin 1623, elle réunit ainsi maîtres Mauguin, Galland, Feydeau et Chollet, avocats au parlement de Paris, pour avoir leur avis « sur ce qu’elle aurait à proposer en l’accomodement d’entre Monsieur le Prince et Monseigneur sur les différends auxquels ils sont prêts d’entrer à cause de la vente de Montrond13 ».

  • 14 MC, III, 524, 8 juin 1625, comptes de Charles Pigis du 1er janvier au 7 juin 1625.
  • 15 ADL, 5 J 557.

17Son rôle essentiel, en fait, consista à contrôler par le menu les comptes des fermiers, receveurs et intendants, sans toutefois qu’elle eût ce monopole : en juin 1620, c’est le duc de Sully qui fit rendre les comptes à Hillaire et La Gravière car il les soupçonnait de malversations dans l’achat des greffes du Languedoc. En 1616 encore, c’est à lui que le fermier général Bouteroue rendit un état sommaire des sommes qu’il avait employées sur le prix de la ferme générale. Néanmoins, la plupart des comptes conservés sont annotés de la main de Rachel de Cochefilet ; il est indéniable qu’elle a tenu auprès de son mari le rôle d’une sorte de contrôleur général ; aucune autre personne n’a joui de cette confiance auprès du duc. D’autre part, si Sully ordonnait les dépenses extraordinaires correspondant à un ouvrage (transport de terres, plantations, etc.), la duchesse se chargeait éventuellement de délivrer les petites sommes d’argent correspondant à la dépense ordinaire : ainsi par lettre du 24 janvier 1625 demande-t-elle à Pigis de délivrer 210 livres 16 sous à son secrétaire Valentin « pour employer en l’achat d’un cheval affin de faire le voyage de Quercy où Monseigneur l’a envoyé pour la conduite de ses affaires14 ». C’est encore Rachel de Cochefilet qui mandait au receveur de Nogent, le 29 mai 1630, d’envoyer 300 livres à Jean Butet et à Louis Picquet, « laquelle somme nous leur avons ordonné de prendre sur vous pour l’emploier aux choses que nous leur avons ordonnées15 ».

18Ainsi Rachel de Cochefilet fut-elle la plus importante de toutes les personnes de l’entourage du duc, mais sans aller jusqu’à remplacer véritablement son mari qui détenait toute autorité et qui accorda encore sa confiance à bien d’autres personnes.

3. Les secrétaires

  • 16 Œconomies royales, t. I, p. 305.
  • 17 Sur la rédaction des Œconomies royales, voir B. Barbiche, Sully et ses Mémoires, dans Bulletin de (...)

19Sully avait de nombreux secrétaires, fréquemment évoqués dans les Œconomies royales qui nous renseignent sur les conditions dans lesquelles travaillait le ministre : « Ayant donc ainsi de vostre propre main, en particulier, dans vostre cabinet (sans aucune ayde que de l’un des clercs de vos secrétaires, qui escrivoit, chiffroit et calculoit mieux), dressé et mis au net tous ces estais et réglemens16 ». Ces secrétaires n’étaient pas cantonnés dans des tâches d’écriture ; ils vivaient dans l’intimité du duc et l’accompagnaient également dans tous ses déplacements, même dans ses entrevues avec le roi, où ils se tenaient à quelques pas d’eux. En outre, ils ont participé à la rédaction des Œconomies royales, où le duc est cité à la deuxième personne du pluriel17.

20Parmi les personnages qualifiés de « secrétaire du duc de Sully », les plus importants pour notre propos furent Abraham Nicolas, Claude Valentin, Daniel Émeriau et Noël Regnouard.

  • 18 Œconomies royales, t. I, p. 396.
  • 19 MC, III, 523, 10 juin 1623, « État de la recette et dépense faite par Nicolas depuis le mois de ja (...)

21Le nom de Nicolas apparaît en 1602 ; Sully le qualifie alors « de ces railleurs et faiseurs de bone chère, et qui boivent d’autant18 ». Sully le nomma son procureur pour acheter à Condé le 4 décembre 1614 la seigneurie de Champrond et racheter la faculté de réméré qu’avait Condé sur les terres de Nogent, Vitray et autres. En 1616 et 1617, il paya, sur le commandement de Sully, les gages d’Hillaire et de La Gravière, et les appointements des gentilshommes pour 1617. En août 1620, il fournit à la duchesse de Sully un certain nombre de papiers destinés à servir au procès contre Hillaire et La Gravière. En 1622 et 1623, il voyagea beaucoup : il quitta Capdenac où se trouvait Sully en janvier 1622, remonta à Paris, retrouva le duc à Capdenac le 5 juillet suivant, puis le 19 juillet, il retourna à la cour, qui se trouvait alors en Languedoc ; il passa par Béziers, où il reçut les fermes des greffes, et ensuite par Roanne d’où il descendit par eau à Sully-sur-Loire. Il arriva le 27 août auprès du duc à Sully-sur-Loire où il resta quelques semaines ; le 6 octobre, il s’en alla à Lyon à la suite de la cour et revint à nouveau à Sully en janvier 1623 ; enfin du 19 janvier au 1er juin 1623, il demeura à Paris, veillant à l’exécution des affaires du duc19. Nous ne connaissons pas ces affaires ; mais nul doute que ses occupations à la cour concernaient la reddition des places de Figeac, Capdenac et Cardaillac, effectuée en juin 1622 avec l’obtention en octobre 1622 d’une récompense (lettres patentes déchargeant Sully de toute restitution de fruits pour ses abbayes). Les dépenses faites par Nicolas pendant cette période ne concernent que les frais de voyage, expéditions, sceaux et ports de lettres. Ce genre d’activité était pour lui exceptionnelle : son rôle habituel ne consistait pas à négocier les affaires du duc à proprement parler mais plutôt à effectuer un certain nombre de tâches bien précises nécessaires à l’exécution de celles-ci.

  • 20 MC, III, 558.
  • 21 MC, CXXXIV, 392, 10 mars 1729. Voir pièce justificative n° 7, ci-dessous p. 445.

22Sully employa encore comme secrétaires Claude Valentin et Daniel Émeriau. Valentin apparaît en même temps que Nicolas, dans les années 1620 et 1630 ; Émeriau est le secrétaire de la fin de la vie du duc. Le 28 avril 1636, Claude Valentin, sr de La Roche, « commissaire ordinaire des guerres et intendant des maisons et affaires » de Sully acheta le fief de La Godine dans la seigneurie de Muret20. Émeriau est cité comme témoin dans le dernier testament de Sully en date de février 164121. Tous deux vivaient dans la familiarité du duc, auprès de qui ils se trouvaient constamment.

  • 22 Cf. F. de Mallevoüe, Les actes de Sully passés au nom du roi, p. 37.

23Une autre personne mérite de retenir l’attention : c’est Noël Regnouard, (ou Regnouart) qui était un fidèle de Rachel de Cochefilet avant son remariage avec Maximilien de Béthune. Celui-ci le fit secrétaire de la chambre du roi, secrétaire de l’Artillerie et, le 7 décembre 1605, correcteur des comptes. Regnouard fut au nombre de ceux qui se rendirent acquéreurs d’un lot sur la place Royale. Celui qu’il acheta le 4 juin 1605 était attenant à celui d’Isaac Arnauld, autre secrétaire de Sully. Il avait épousé, par contrat du 3 février 1606, Anne Rouillé, dont il eut trois enfants : un fils, également prénommé Noël, qui fut correcteur des comptes et dédia à Sully sa thèse en Sorbonne en 1627, et deux filles, Anne, née en 1611, et Marguerite22.

  • 23 MC, III, 475.
  • 24 ADL, 5 J 19.

24Regnouard fut très tôt employé par Maximilien de Béthune dans ses affaires privées. Il reçut, le 3 novembre 1604, de Jacqueline de Bueil le prix d’achat du comté de Moret23. Ce fut lui encore qui paya en mai 1606 au banquier expéditionnaire en cour de Rome les bulles de provision des abbayes de l’Absie et de Loroy24.

  • 25 ADL, 5 J 19, pièce 8.
  • 26 MC, III, 497.
  • 27 Toutes ces sommes apparaissent dans l’inventaire après décès de Regnouard (MC, III, 533, 7 août 16 (...)

25Ce secrétaire fidèle continua à servir son maître après sa disgrâce, au contraire d’Isaac Arnauld. Il ne se sépara pas de sa demeure place Royale, où il habita jusqu’à sa mort en août 1628. Il apparut encore quelquefois dans les affaires du duc : en 1613, il arrêta les comptes de l’abbaye de Coulombs pour 160925 ; en août 1614, il fut spécialement chargé d’emprunter de l’argent à rente pour l’achat de la baronnie de Culan. C’est ainsi que du 19 août au 4 septembre 1614, il constitua six rentes au nom du duc de Sully, pour un capital de 80 000 livres26. Sa charge de correcteur à la Chambre des comptes paraît donc l’avoir plus spécialement prédisposé à s’occuper des rentrées et sorties d’argent ; il prêta même de l’argent à la duchesse : 3 000 livres le 30 août 1616, 5 678 livres 7 sous le 30 avril 1624, 600 livres le 17 janvier 1627, 3 000 livres le 29 mai 1627 ; mais il se fit également le trésorier de Sully : le 7 mai 1620, Rachel de Cochefilet reconnaît que Regnouard lui a rendu bon et fidèle compte des 52 000 livres à lui envoyées par le « messager de Poictiers » pour racheter et acquitter plusieurs rentes et dettes27.

  • 28 Voir ci-dessous p. 222.
  • 29 MC, III, 533, quittance du 28 décembre 1628.

26Enfin, même si l’affaire Cottan peut lui avoir porté préjudice, car Cottan se prétendait l’ami de Regnouard28, celui-ci semble avoir joui de la confiance du duc jusqu’à la fin de sa vie, quoique d’autres personnes aient joué un rôle plus important auprès de lui : sa demeure place Royale servait de garde-meubles à Sully. L’inventaire après décès de Regnouard mentionne en effet une importante vaisselle d’argent, des bijoux appartenant vraisemblablement au duc de Sully, à côté de meubles et de tapisseries plus modestes. En décembre 1628 furent restitués les meubles et tapisseries « mis au logis dud. feu sr Regnouart sciz place Royalle, pour y demeurer pendant l’absence dud. seigneur duc de Sully et de Madame son espouse », pendant leur séjour « aux champs »29.

II. LES AGENTS ET LES INTENDANTS

  • 30 Toutes ces personnes portaient indistinctement le titre d’« intendant des maisons et affaires » ou (...)

27Outre les personnes qui jouissaient de la confiance du duc et vivaient dans son intimité, un certain nombre d’autres étaient qualifiées d’intendants ou d’agents : c’étaient les comptables, les chargés d’affaires, etc., qui exécutaient les tâches et les missions ordonnées par le duc ou par la duchesse30.

1. Intendants et comptables

28En dehors des secrétaires accompagnant le duc et la duchesse dans tous leurs déplacements et s’occupant occasionnellement de quelques affaires, Sully avait, dans chacune des villes où il avait demeure, des « intendants de ses maisons et affaires ».

  • 31 Le rôle de Mathieu Salle et de Pierre Éverard sera étudié en détail dans la deuxième partie de cet (...)

29Certains étaient les intendants d’un domaine, comme Mathieu Salle dans le duché-pairie de Sully-sur-Loire, ou Pierre Éverard à Baugy et en Berry ; ils encaissaient les revenus du domaine, effectuaient les dépenses et rendaient régulièrement un compte de leur administration. Pierre Éverard fut même une sorte de surintendant des domaines de Sully en rendant un compte global de tous ceux-ci pour l’année 160831.

  • 32 La différence entre les intendants et les comptables est nettement visible d’après l’intitulé des (...)
  • 33 Voir ci-dessous p. 226.
  • 34 ADL, 5 J 20.

30À Paris, où se traitaient la plupart des affaires de Sully, se trouvaient d’autres « intendants » qu’il faudrait plutôt qualifier de « comptables » car ils n’encaissaient pas les revenus d’un domaine, mais ils géraient les sommes laissées sur place par Sully ou reçues pour ses gages et pensions32. Ce furent d’Herbouze, Pigis, Pinette. D’Herbouze, au moment de l’affaire Hillaire et La Gravière en 1619, était à l’Arsenal33 ; il était chargé de recevoir les lettres de change tirées par Hillaire et La Gravière et de les acquitter ; il était impliqué dans les malversations de ceux-ci, pourtant il n’apparaît pas dans le procès qui leur fut intenté. On voit cependant Charles Pigis lui succéder à la même époque : Sully lui demanda de dresser un certain nombre d’états, de rechercher les pièces sur l’affaire Hillaire et La Gravière, mais aussi de lui envoyer un inventaire des livres qu’il avait à Paris, de rechercher le contrat de mariage du comte d’Orval et le contrat de donation de 100 000 livres de M. de La Borde, « affin de scavoir nettement tout ce que au pis aller M. le Prince peut prétendre », ainsi que le contrat de vente de Montrond34.

  • 35 MC, III, 494.
  • 36 MC, III, 472 ter.

31Nous sommes mal renseignés sur ses débuts au service de Sully. Mais, d’après un acte du 5 février 1613, son père Étienne Pigis était receveur des « deniers communs de Mantes35 », et sa sœur Marie, femme de chambre de Rachel de Cochefilet, avait épousé le 23 novembre 1603 Côme Poussart, valet de chambre de Maximilien de Béthune, contrôleur des marchandises « qui arrivent au port Saint-Paul », fait ensuite commissaire ordinaire de l’artillerie de France36. Marie Pigis était alors veuve de Jean Gaultier, greffier au bailliage de Mantes. Charles Pigis avait donc une double raison d’être attaché à Sully, en tant que celui-ci était possessionné dans la région de Mantes (marquisat de Rosny, gouvernement de Mantes) et était grand maître de l’artillerie. D’ailleurs, Pigis était en 1626 « élu en l’élection de Mantes » en même temps qu’il était « agent des affaires de Sully ».

  • 37 MC, III, 513, 9 avril 1621, comptes de septembre 1620 à avril 1621 ; III, 519, 10 juin 1623, compt (...)

32Il fut chargé durant plusieurs années de tenir les comptes de la maison du duc et de la duchesse à Paris37. Il ne s’agissait pas de tenir un compte des dépenses courantes du train de Sully, mais de rendre un état des sommes reçues pour lui et de l’emploi de celles-ci sur son commandement. C’était le trésorier du duc à Paris : l’argent qu’il recevait provenait de remboursements de sommes prêtées ou avancées par Sully, de l’acquittement de lettres de change tirées par des agents de Sully en province, des sommes envoyées par ces agents, des fermes des domaines, des gages payés à Sully. Les dépenses peuvent se grouper en plusieurs catégories : frais de procès (paiements des gages des procureurs et avocats, clercs, notaires, sceaux, huissiers, épices, grossoiements), remboursement des sommes d’argent, gages payés aux officiers du duc ou sommes données au comte d’Orval, au duc ou à la duchesse sur leur commandement, paiement des frais effectués pour le service du duc (profits de fief, achat d’un cheval), et dépenses extraordinaires de la maison de Sully (achat d’étoffes pour habiller les serviteurs, réparation d’un meuble, frais de médecin ou d’apothicaire). En résumé, Pigis était chargé de recouvrer à Paris les sommes dues à Sully (mais elles pouvaient aussi bien être acquittées ailleurs). Les seules dépenses qu’il devait régler en permanence étaient celles des procès poursuivis à Paris, les autres étant occasionnelles, et toujours effectuées sur le commandement du duc ou plus généralement de la duchesse lorsqu’ils se trouvaient à Paris. Répétons-le, il ne s’agissait en aucun cas de payer les frais de la maison ducale : les dépenses mentionnées sont tout à fait ponctuelles et occasionnelles. Pigis n’avait donc pas à gérer un département particulier de la fortune de Sully.

  • 38 MC, III, 544, 29 mars 1630, comptes de novembre 1628 à mars 1630.

33Il fut remplacé par Guillaume Pinette qui reçut pour cela procuration le 10 novembre 1628. Pinette était déjà depuis plusieurs années comptable du duc de Sully : en 1621, on le trouve « faisant les affaires desd. sieur et dame à Saint-Amand-en-Bourbonnays ». Le 31 octobre 1628, il se dit secrétaire de Sully depuis seize mois, à 900 livres de gages par an. Puis, en qualité de personne « faisant les affaires de Sully » à Paris, il toucha 2 000 livres de gages annuels38.

  • 39 Voir ci-dessus p. 179 et note 20.

34Nous ne connaissons pas les noms des comptables qui servirent Sully à la fin de sa vie : peut-être l’un d’eux fut-il Claude Valentin, dont nous avons parlé plus haut, et qui, en avril 1636, s’intitulait « commissaire ordinaire des guerres et intendant des maisons et affaires de Sully39 ».

2. Les « agents des affaires de Sully »

35Sully, nous l’avons vu, envoya parfois ses secrétaires traiter des affaires concernant ses biens et sa fortune. Mais ceux-ci étaient ordinairement attachés à sa personne, et ils se servaient pour ces missions d’autres personnes, qualifiées d’« agents des affaires de Sully ».

  • 40 Voir ci-dessous p. 225-231.

36Isaac Chazal, sr de La Gravière, et Jean Hillaire nous sont plus particulièrement connus, à cause d’un procès que Sully eut contre eux et dont les pièces nous sont conservées40. De leur propre bouche, ils « ont estes (sic) employez aux plus grandes affaires de sa maison et ausquels il confioit ses plus secrètes affaires ». Cependant, jamais ils n’ont porté le titre de « secrétaires » de Sully, et si on les qualifie parfois d’« intendants », il se distinguent nettement d’un Salle ou d’un Pigis en ce qu’ils n’ont jamais été chargés en permanence de l’administration d’un domaine ou de la comptabilité des deniers de Sully à un endroit précis, mais ont sans cesse été envoyés en diverses missions, ici pour encaisser une somme d’argent, là pour en délivrer une autre, là encore pour négocier une transaction. Ils faisaient la liaison entre les différents types d’agents de Sully et mériteraient plutôt le qualificatif d’« hommes d’affaires ».

  • 41 ADL, 5 J 19, pièce 6, demandes particulières de La Gravière contre Sully.
  • 42 ADL, 5 J 19, pièce 53, inventaire des productions de La Gravière et Hillaire aux Requêtes du Palai (...)

37La Gravière avait d’abord été précepteur et gouverneur des deux plus jeunes fils de Sully : François, comte d’Orval, et son frère César, pendant huit ans, de janvier 1606 à décembre 161441. D’après lui, Rachel de Cochefilet « se reposoit entièrement sur lui de lad. conduite sur led. sieur », c’est-à-dire du gouvernement de son fils. Comme le comte d’Orval était enfant d’honneur du jeune roi Louis XIII, Isaac Chazal avait souvent l’occasion de l’accompagner à la cour. Nous ne savons pas ce qui lui valut une si grande faveur de la part du duc et de la duchesse de Sully. Il était sûrement un « familier » de la maison. La Gravière prétend qu’il a voulu quitter Sully à la mort de son père, on ne sait en quelle année, mais que le duc et la duchesse ne le lui ont pas permis, et lui ont fait écrire, alors qu’il était à Rosny, par les principales personnes de leur maison, qu’il ne quitte sa charge, car « on lui feroit grande récompense42 ». Il fut réellement employé « en plusieurs grandes affaires ».

  • 43 ADL, 5 J 19, pièce 8, inventaire des pièces « délivrées par Monseigneur au sr Hillaire s’en allant (...)
  • 44 ADL, 5 J 19, pièce 5, « État de la recette et dépense faite par La Gravière pour la négociation de (...)

38Pendant cinq ans, de 1614 à janvier 1619, Sully employa Isaac Chazal en tant qu’agent de ses affaires. En 1612, ce dernier, qui se trouvait à la Cour, entretint une correspondance chiffrée avec Sully, en particulier sur les « affaires du comte d’Orval ». En 1613, il fut spécialement envoyé auprès de Pierre Cottan, abbé de Coulombs, pour connaître ses intentions43. De septembre 1615 à avril 1616, il effectua une longue tournée dans le gouvernement de Poitou ; il passa à La Rochelle, où nombre de particuliers avaient contracté des dettes auprès de Sully à la fin de l’année 1612 et au début de 1613, et fit voiturer l’argent recueilli de La Rochelle à Fontenay, sous escorte. Au début du mois d’avril 1616, il alla trouver le duc et la duchesse de Sully qui se trouvaient à Loudun44.

39De là, il passa en Quercy et en Languedoc, où, le 27 avril 1616, il prit possession des villes de Figeac, Capdenac et Cardaillac ainsi que des abbayes de Figeac et de Marcilhac. Il passa encore la fin de l’année à s’occuper de passer les baux à ferme de Montricoux, acheté en juillet 1616, et ceux des abbayes, organiser les garnisons et signer le contrat d’achat de la seigneurie de Caussade en août 1616. En quelques mois, Isaac Chazal a eu ainsi toute la responsabilité des nouvelles possessions de Sully en Quercy et Languedoc.

  • 45 ADL, 5 J 19, pièce 2, état « des mémoires baillées à M. de La Gravière escrites de la main de Mons (...)

40C’est encore lui qui fut chargé de faire appliquer les articles secrets du traité de Loudun, accordés à Sully. Le 12 novembre 1616, il reçut du duc une douzaine de mémoires sur le paiement des garnisons de Jargeau, Saint-Maixent et Figeac « pour ce qui est du trésorier extraordinaire des Guerres et surtout pour rétablir sur l’état les trente hommes de Saint-Maixent qui ont été omis » ; sur la compagnie des gendarmes de la Reine enlevée à Sully ; sur la restitution d’armes prêtées pour le siège de Vatan ; sur le versement de 121 000 livres pour paiement des gages et pensions du duc ; sur la vérification à la Chambre des comptes de son don fait en janvier 1611 ; sur le paiement des pensions pour l’année 1616. En outre, le duc de Sully lui demanda de recevoir les arrérages du revenu de Rosny, « de savoir des gens de M. le Prince comment il entend faire faire pour les 240 000 livres qu’il doit », et « si madame de Mercœur veut vendre Boussac45 ».

  • 46 ADL, 5 J 19, pièce 5.

41La même année encore, il fit le voyage en poste de Saint-Céré, où se trouvait le duc, à Paris, puis de Paris à Figeac et à Montauban, pour traiter de la vente du marquisat de Rosny. Le 24 avril 1617, il se trouvait à Paris lors de l’assassinat de Concini, et il envoya, pour 200 livres, un gentil homme avertir Sully qui se trouvait alors à Capdenac. Enfin, ce dernier lui demanda le 5 mai 1617 d’écrire au duc de Rohan pour avoir son avis sur les « affaires générales46 ».

42Isaac Chazal joua donc en peu de temps bien plus que le rôle d’un simple intendant, chargé d’ordonner les dépenses et percevoir les revenus : c’était le véritable homme d’affaires du duc.

  • 47 ADL, 5 J 19, pièce 62, demandes de Hillaire pour frais de voyages, fournitures, appointements, sal (...)

43Jean Hillaire entra au service de Sully en mai 1606, comme maître d’hôtel, et exerça cette fonction jusqu’à la fin de l’année 1612. Puis du début de l’année 1613 à la fin de 1619, il fut son « intendant », ou plutôt son homme d’affaires47. Dix-huit mois après être entré au service du duc, il acheta à Mme Des Essarts, pour 18 000 livres, un office de correcteur en la Chambre des comptes du Languedoc, mais, de son aveu, il ne put en faire l’exercice et fut, de ce fait, privé des épices qui lui étaient dues et dut même renoncer à cet office. Il dit avoir « vacqué nuit et jour » aux services du duc, aux « plus grandes affaires », en déployant « vigilance et industrie, dans la meilleure partie de son âge ».

  • 48 Ibidem.

44En 1612 et 1614, il fit de nombreux voyages à Montrond, et surtout à Henrichemont, où Sully avait un procès sur l’achèvement de la ville nouvelle. C’est ainsi qu’il se trouva à Montrond et Henrichemont du 1er juillet au 31 octobre 1613. Il assista à l’exécution de la commission de M. de Poussemye, conseiller au Parlement, destinée à visiter les ouvrages et bâtiments faits à Henrichemont par l’entrepreneur Hugues Cosnier et ses associés. En 1614, il est chargé de faire les foi et hommage de la terre de La Prune-au-Pot, nouvellement acquise. En 1614, il fit le voyage de Montrond à Châteauroux « pour faire ratifier par Condé le contrat de vente de Villebon et Coulombs et délivrer les bulles de l’abbaye », puis il se rendit avec le prince à Villebon où il le mit en possession de la maison, et lui vendit les meubles. En septembre 1614, il partit de Montrond retrouver à nouveau Condé à Amboise, pour recevoir de lui 14 000 livres pour la vente des meubles de Villebon et 3 000 livres pour les « espingles de lad. dame duchesse ». Il n’en retira que 6 000 livres mais ce voyage Montrond-Amboise aller et retour nécessita trente-cinq postes à trois chevaux pour lui, son valet et un postillon transportant l’argent en pièces de quarts d’écu48.

  • 49 ADL, 5 J 20.

45En octobre de la même année, il visita la terre de Bontin et en fit rapporter les titres. Pour cela, il dut envoyer à Paris son valet Henry chercher deux grands bahuts, qu’il remplit à Bontin et rapporta à Paris où se trouvait Sully, « plains de tiltres, papiers et documens dud. Bontin ». Du 15 avril au 10 août 1618, il suivit la cour à Paris et à Saint-Germain49 (c’est en avril 1618, rappelons-le, que Luynes, favori de Louis XIII, exila Richelieu en Avignon ; la cour et le royaume étaient troublés par l’opposition du roi et de la reine mère et par l’agitation des grands). En 1619, il se rendit avec Isaac Chazal, au nom de Sully, en Quercy et en Languedoc, pour toucher le prix des fermes, régler les garnisons de Figeac, Capdenac et Cardaillac, et surtout pour acheter les greffes du ressort du Parlement de Toulouse mis en vente par les commissaires royaux.

  • 50 Sur l’achat des greffes de Languedoc par Hillaire et La Gravière et le procès qui s’ensuivit, voir (...)

46C’est à la suite de l’achat des greffes de Languedoc que Sully décida de se passer des services d’Isaac Chazal et de Jean Hillaire, soupçonnés d’avoir commis des malversations50.

  • 51 Cf. F. de Mallevoüe, Les actes de Sully au nom du roi, op. cit., p. 406.
  • 52 MC, III, 513, 9 avril 1621, procuration donnée à Bonaventure Forain.
  • 53 MC, III, 556, 10 mars 1635, procuration donnée à Bonaventure Forain pour régler les dettes de la R (...)
  • 54 MC, III, 505, procuration du 17 octobre 1617.
  • 55 MC, III, 506, procuration du 16 février 1618 donnée à Jean Marchant pour le paiement des sommes du (...)
  • 56 MC, III, 544, comptes de Guillaume Pinette du 29 mars 1630.

47Les négociations menées par Hillaire et La Gravière pour Sully illustrent toute la politique de celui-ci dans les années 1612-1620, c’est-à-dire dans les années les plus difficiles qui ont suivi son départ du pouvoir. Mais Sully eut d’autres agents. À La Rochelle se trouvait Bonaventure Forain, sieur de La Bouvinière, lieutenant de l’artillerie en Normandie en 161051, gouverneur de Saint-Maixent, faisant les affaires de Sully à Saint-Maixent en 162152, agent des affaires de Sully à La Rochelle en 163553. Il était plus spécialement chargé du recouvrement des créances à La Rochelle54 et à l’île de Ré. Mais en cette région, Sully fit également appel à Pierre de Maugoya-gue, bourgeois de La Rochelle, à Jean Marchant, receveur des tailles à Saint-Maixent55, à Jean Margat, qualifié en 1627 d’« agent des affaires de Sully en Haut et Bas Poitou, Saintonge, Aunis, ville et gouvernement de La Rochelle et île de Ré56 ».

  • 57 MC, III, 506.

48D’autre part, pour ses affaires privées, même après 1610, Sully utilisa beaucoup le personnel de l’artillerie : Mathieu Salle, commissaire ordinaire de l’artillerie, qu’il fit capitaine du château de Sully ; Pierre de Greysieu, qui reçut procuration le 27 janvier 1618 pour encaisser les revenus de Bontin57 ; Denis Desbarres, qui fut capitaine du château de Dourdan ; enfin Noël Regnouart, secrétaire de l’artillerie, dont nous avons parlé plus haut.

3. Le « conseil » de Sully

  • 58 Voir à ce sujet J. de Goy, Les affaires des princes de Condé en Berry et en Bourbonnais, dans Mémo (...)
  • 59 Sur le conseil de Richelieu, voir J. Bergin, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, 1987, p. 53-7 (...)

49À plusieurs reprises dans les comptes de Sully il est fait mention du « conseil de Monseigneur ». Ce terme pose problème, car Sully n’a laissé à personne l’administration générale de ses biens. Nous n’avons pas rencontré l’équivalent des personnes qui existaient chez Henri II de Bourbon, prince de Condé, un Jacques Viguier, intendant de sa maison, et véritable administrateur général de toutes ses affaires, un Étienne Mercier, un Claude Stample, « régisseur » sans le nom des domaines de Condé en Berry58. Nous n’avons pas vu apparaître un conseil tel que celui qui exista auprès de Richelieu, groupe de personnes chargé de régir toute sa fortune59. Le duc de Sully n’eut ni conseil à proprement parler, ni un alter ego pour gérer et administrer sa fortune. Il préférait la relation directe avec ses agents, et une étude personnelle des dossiers. Pour Sully, le terme de « conseil » est donc à prendre au sens de conseil juridique. Le duc fut en effet, surtout après son départ du pouvoir, engagé dans une foule de procès.

  • 60 MC, III, 521, 30 avril 1624.

50Un compte tenu par Charles Pigis du 15 février au 30 avril 162460 nous donne un état du nombre de causes que Sully avait alors à plaider : le 24 février il paya les épices du procès jugé aux Requêtes du Palais au profit de Sully contre Jean Palot, son débiteur ; le 25 février, les avocats Galland et Chollet s’assemblèrent pour examiner les pièces du procès contre M. de Chazeron, baron de Montfaucon, qui était en différend avec Sully sur les droits de la terre de Baugy ; le 26 février, le clerc de M. d’Aubry produisit les pièces nécessaires au procès contre Mme de Thémines, veuve du sr de Chambret ; le 19 février on paya le clerc qui avait été rapporteur au procès contre les héritiers d’Édouard de Ligny, Jean de Flexelles, Charles Duret, Raymond Phelypeaux, Louis et Pierre Arnauld sur les bâtiments qu’ils avaient fait construire à Henrichemont ; le 10 mars, l’huissier Viellery fit cinq significations, l’une à Pierre Cottan, l’autre à André Malleray, tous deux engagés contre Sully dans le procès sur les abbayes, deux autres à Claude Margonne et le cinquième à Jean Palot ; le 14 mars, mes Feydeau et Manchon reçurent une quittance pour servir en l’affaire de Pierre Bossé ; me Jacques Chollet fut payé de ses vacations pour le procès Hillaire et La Gravière ; le 27 mars on paya le clerc de Catinat qui avait fait interroger Hugues Cosnier, entrepreneur de la ville d’Henrichemont ; le 1er avril, la duchesse fit venir chez elle deux avocats pour les consulter sur l’affaire Thémines et sur celle du duc de Nemours ; l’ensemble des frais de procès, vacations, exploits d’huissier, écritures, sceaux, épices, etc., s’élevait pour les deux mois et demi à 1 314 livres.

  • 61 MC, III, 520, comptes de Charles Pigis du 27 août 1623.
  • 62 MC, III, 521, comptes de Charles Pigis du 30 avril 1624.

51Pour mener ses procès, Sully eut recours simultanément aux services de plusieurs avocats du parlement de Paris à la fois : mes Chollet, Galland, Aubry, Feydeau, et surtout Pierre Beauxamys, qui fut le plus longtemps à son service. Lorsque la duchesse avait besoin d’éclaircissements, elle en réunissait deux ou trois chez elle pour leur faire consulter les pièces nécessaires et leur demander leur avis sur la conduite à suivre ; c’est ce « conseil » qui prit en charge toutes les grandes affaires dans lesquelles Sully se trouva engagé. Ainsi les 12, 13 et 21 juin 1623, la duchesse assembla mes Mauguin, Galland, Feydeau et Chollet « pour avoir leur avis sur ce qu’elle auroit à proposer en l’accomodement d’entre Mgr le Prince et Monseigneur sur les différends auxquels ils sont prêts d’entrer à cause de la vente de Montrond61 ». Le 1er avril 1624, Rachel de Cochefilet fit venir chez elle mes Mauguin et Chollet pour conférer sur l’affaire Thémines. Jacques Chollet était encore chargé de faire les écritures de plusieurs procès à la fois62.

  • 63 MC, III, 520, comptes du 27 août 1623 : « pour la moitié des vaccations de Baussan, Mauguin, de Sa (...)

52En beaucoup d’affaires, surtout dans les plus épineuses, Rachel de Cochefilet essayait de trouver une solution de compromis. Des arbitres étaient nommés par les deux parties adverses ; celles-ci s’engageaient à suivre les sentences arbitrales qui devaient être ensuite homologuées en Parlement. Ce système fut utilisé pour le procès avec Gabriel de Chazeron, baron de Montfaucon (sentence arbitrale du 8 février 1624 rendue par Chollet et Claresmond) ; dans l’affaire Condé les arbitres furent également préférés à la procédure judiciaire ; pour terminer le procès avec Hillaire et La Gravière, Sully choisit encore l’arbitrage : les arbitres furent mes Baus-san, Mauguin, de Sainte-Marthe, Bureau et Chollet, ils rendirent leur sentence le 12 août 162363. Ce système permettait d’accélérer le règlement des affaires : le procès intenté à Hillaire et La Gravière dura seulement quatre ans, de 1619 à 1623, tandis que celui de Pierre Cottan, où l’on ne nomma pas d’arbitres, connut de nombreux rebondissements et des longueurs de procédure de 1618 à 1634.

53Le conseil de Sully ne se contentait pas d’émettre des avis ; il était chargé de confectionner les pièces qui devaient être produites et de suivre les affaires quelles qu’elles soient, devant toutes les juridictions où Sully était engagé : Parlement, Requêtes de l’Hôtel, Châtelet, Grand Conseil ; grâce à son privilège de committimus, la plupart des procès de Sully furent jugés à Paris, aux Requêtes de l’Hôtel ; mais il eut souvent recours aussi au Conseil du Roi, pour obtenir cassations et évocations. Le Conseil alors soit tranchait lui-même, soit faisait traîner la procédure avant de renvoyer devant une cour de justice.

III. LES RELATIONS DE SULLY AVEC SES SERVITEURS

  • 64 Voir ci-dessous p. 225-231.

54L’affaire Hillaire et La Gravière64 révéla les dessous d’une malversation financière, mais aussi la manière dont Sully traitait ses serviteurs. D’un côté ceux-ci réclamaient des sommes d’argent qui devaient leur être payées pour leur gages et récompenses, de l’autre le duc mettait en avant les pratiques des grands seigneurs envers leurs serviteurs et surtout fit preuve, dans certains cas, d’une grande rigueur, aisément explicable par le sens du service qu’il entendait lui être rendu avant de prodiguer largesses et récompenses.

55Hillaire et La Gravière, ses hommes d’affaires, reprochèrent à Sully son ingratitude envers eux : après avoir passé plusieurs années « nuit et jour » à son service, ils attendaient une juste récompense. Hillaire réclama 8 400 livres pour sept années de service en tant que maître d’hôtel (de mai 1606 à décembre 1612) à raison de 1 200 livres par an, puis 14 000 livres de gages pour avoir été intendant pendant sept ans (de janvier 1613 à la fin de l’année 1619) à 2 000 livres par an ; enfin 20 000 pour récompense de quatorze années de service. Isaac Chazal, sr de La Gravière, demanda 12 000 livres pour ses gages de précepteur et gouverneur du comte d’Orval et de son frère pendant huit ans (de janvier 1606 à décembre 1614), et 20 000 pour avoir « élevé » les deux fils du duc, et pour l’avoir servi à la cour en plusieurs « grandes affaires », puis encore 5 000 livres pour ses gages en qualité d’intendant de la maison de Sully pendant cinq ans (de 1614 à janvier 1629), à raison de 2 000 livres par an, avec 12 000 livres pour récompense de ses services. Chazal réclame encore 600 livres pour ses appointements ordinaire, à quoi le duc répondit :

  • 65 ADL, 5 J 20, pièce 1.

« Je n’ay jamais entendu vous doner que IIIIC lt. d’appointements ordinaires et si quelques foys je vous ay donné daventage, c’est par gratiffication, et encor depuis quelque temps vous vous estes tellement abusé à des voyages et vaines poursuites pour vos affaires particulières que, continuant de mesme, je ne veux plus vous donner de gages ordinaires, ma table neantmoings ne vous sera point reffuzée et quand j’auray quelques affaires et voyages à faire pour mon service, je vous en gratiffiray tousjours des premiers65. »

56Lorsque Hillaire et La Gravière se plaignent de ce que le duc ne leur a pas remboursé certaines sommes déboursées pour son service, et que même ils n’ont pu être payés du reliquat des comptes tant qu’ils étaient au service du duc, celui-ci réplique que dans beaucoup d’affaires traitées par eux, il n’y avait pas de papiers, et qu’« il ne seroit pas raisonnable de charger et obliger les maistres et particullièrement les grands seigneurs de garder et prendre toujours des quittances de leurs serviteurs, et les baulx à perpétuité ». En bref, pour Sully, les serviteurs font partie de sa maison, mangent à sa table, entrent dans son intimité et sa confiance, et vivent dans une relation personnelle qui exclut les relations procédurières assorties de contrats d’entrée et de sortie de service.

  • 66 ADL, 5 J 19, pièce 53.
  • 67 MC, III, 505, compromis du 23 octobre 1617.
  • 68 MC, III, 510, 8 juillet 1619.
  • 69 MC, III, 492, 4 juin 1612, transaction entre Jacqueline de Bueil et Pierre Bossé, procureur de Jea (...)
  • 70 MC, III, 513, 13 mars 1621, transaction entre Rachel de Cochefilet et Jean Bouard.
  • 71 MC, III, 520, accord du 4 juillet 1623.

57Cette attitude semble cependant avoir causé quelques déconvenues au duc, car selon Hillaire et La Gravière « tous les serviteurs qui sont sortiz du service du sieur deffendeur [Sully] ont esté contrainctz de plaider avecq luy pour avoir payement de leurs gages66 ». Ils citèrent un arrêt du Parlement du 19 mai 1612 au profit d’un nommé Autung, « pourvoyeur de Sully », contraint de plaider pour être payé de ses frais. Le sr Bossé, héraut d’armes de France au titre d’Angoulême et « solliciteur des affaires » de Sully dut assigner le duc en février 1617 « afin d’être remboursé des frais avancés en ses procès », s’élevant à 4 987 livres67. Un arrêt du Parlement du 4 mai 1618 contraignit Sully à payer les gages de son écuyer Chardon. Une sentence du Châtelet du 22 juin 1619 fut rendue au profit de Jeanne Balain, gouvernante de Mlle de Sully (Louise de Béthune) afin d’être payée de 1 100 livres de gages et de 300 livres de pension annuelle, sa vie durant, pour six années passées au service de la duchesse et de sa fille68. Jeanne Balain était la sœur de Jean Balain, qui après avoir été au service de Jacqueline de Bueil, comtesse de Moret, était en 1612, maître d’hôtel de la duchesse de Sully69. Le 26 novembre 1619, Jean Bouard, argentier du duc, demeurant à Sancerre, présenta ses demandes au prévôt de Paris pour être payé de ses gages, et pour pouvoir rendre ses comptes70. Théophile Sabourin, agent des affaires du duc, fit la même demande pour pouvoir rendre ses comptes et se faire payer de dix mois et demi de gages, s’élevant à 1 575 livres. Charles Roze, maître apothicaire, épicier bourgeois de Paris, intenta un procès au Châtelet de Paris en 1624 pour avoir paiement de ses gages « du temps qu’il estoit à son service comme son apothicaire et pour plusieurs drogues qu’il prétendoit avoir fournies pour le service du duc et des siens71 ».

  • 72 ADL, 5 J 20, interrogatoire de La Gravière du 11 mars 1621.

58Lorsqu’il était mécontent de ses serviteurs, Sully adoptait une attitude très rigide ; ainsi dans les débats auxquels donna lieu le procès engagé devant le Parlement avec Hillaire et La Gravière, montra-t-il une grande vivacité de paroles qui ne fut pas à son avantage et traita-t-il La Gravière de « gueux » et de « coquin » : « Je soustiens que c’est un menteur et s’il ne vérifie pas par escript, je suis plus croiable qu’un tel garnement, dont les propres lettres le déclarent traistre et laron72. »

59À l’issue de la transaction sur l’achat des greffes de Languedoc, au printemps 1619, Sully fit venir au mois de juillet ses deux agents au château de Montrond pour se faire rendre compte de l’utilisation des sommes tirées par lettres de change. Hillaire et La Gravière accusèrent ensuite Sully d’avoir usé de violence à leur égard, et obtinrent ultérieurement des lettres royaux cassant l’obligation que Sully leur avait fait passer à l’issue de la remise de leur compte :

  • 73 ADL, 5 J 19, pièce 53.

« Estans arrivés aud. Montrond, ilz donnèrent à notred. cousin [Sully] un récit de toutes leurs négociations, et le résolurent sur tous les poinctz dont il désira l’esclair-cissement, et ne trouvant que redire en tout ce qu’ilz avoyent négotié, il leur ordonna et vollut qu’ilz dressassent un compte de tout ce qu’ilz avoyent géré, bien qu’ilz n’eussent porté avec eulx aucuns papiers pour ce faire, et qu’ilz les eussent laissez, suivant les missives de notred. cousin, au lieu de leur négotiation qui estoit imparfaicte. Lequel compte ne respondant à son souhaict, luy-mesme en dressa un autre à sa vollonté (...). Il les constrainct par des menasses très viollentes, outraiges et injures atroces rescitées par divers jours en dettention de leurs personnes aud. chasteau de Montrond pendant un moys73. »

60L’attitude de Sully dans cette conjoncture peut s’expliquer très aisément : depuis son départ du pouvoir, il redoutait de se voir dépouiller de ses biens, et les agissements du prince de Condé pouvaient légitimement lui opiner de telles craintes. Il était alors engagé dans un procès avec Pierre Cottan, abbé commendataire de l’Absie, accusé d’avoir voulu détourner une partie du revenu de ses abbayes. En outre, la situation n’était pas très favorable pour les protestants, et depuis trois ans le duc repliait ses affaires du côté des places de sûreté, exigeait que l’on n’achetât des greffes que dans les villes où les protestants avaient des biens par héritage et par mariage. Sully se montre particulièrement soucieux de la situation de la France ; il redoutait de nouvelles attaques :

  • 74 ADL, 5 J 19, pièce 17, lettre de Sully du 10 mars 1619.

« Conjecturant que nous sommes pour veoir pluzieurs grandes brouilleries où j’auray plus de besoing d’argent contant que de revenu en greffe, je n’y veux plus emploier d’aultre argent (...) car l’estat des affaires estant fort changé despuis le partement de la reine mère, je crains aussy que les moiens de recouvrer argent de ce que ma femme espéroict soient fort diminuez (...), attandu que les grandes def-fiances, animositez et mescontentement que je vois croistre et augmanter de toutes partz produiront pour prendre conseilz des occazions et succez des chozes où je m’embrasseray des deniers (sic)74. »

61Hillaire et La Gravière, en n’agissant pas exactement selon ses directives (ils ont cru bon de ne pas attendre ses ordres pour négocier l’affaire, de peur de laisser échapper les meilleures occasions), paraissent aux yeux de Sully des traîtres, comme Isaac Arnauld qui en 1610 avait joué un double jeu. Les deux agents de Sully étaient d’autant plus coupables à ses yeux qu’ils étaient soupçonnés d’avoir voulu profiter de la situation et de l’argent de leur maître pour faire leurs propres affaires, au risque de compromettre celles du duc et de se mécontenter un certain nombre de personnes :

  • 75 ADL, 5 J 20, interrogatoire de La Gravière du 11 mars 1621.

« Pour fin, sera remonstré [que] outre les larcins qu’il [La Gravière] a faict en la négotiation pour l’aquisition des greffes, il a faict encore quatre meschancetés signalées : l’une que il prenoit des pots de vin des fermes de mes greffes (...) ; plus, en faisant mes baulx, il n’y employa pas tout le pris dont il estoit convenu avec les greffiers, mais fist naistre des promesses de sommes notables à paier tous les ans au porteur d’icelles (...). Mais la dernière est une malice qui rend son effect de bien plus longue aleine car espérant, suivant son dessaing et complot, qui paroist, par ces lectres qu’il auroit le maniement de mes revenus en Languedoc, il c’estoit par les baux à ferme préparé une voie infalible (sic) pour disposer de mes greffes à sa fantaisie ; et pour colorer et m’abuser (...) ils firent mettre [dans les baux] une clause fort longue par lesquelles il estoit porté qu’ils ne pourroient prétendre aucun rabais pour quelque cause que ce fust (...). Il croioit bien, ayant le maniement de mes affaires, qu’il seroit le nominateur [des arbitres en cas de conflit], et par ce moien, qu’il me feroit telle part de mes fermes que bon luy sembleroit75. »

62Dans l’administration de sa fortune, Sully exigea donc une fidélité et une intégrité absolues des personnes de confiance dont il utilisait les services. Cette exigence était rendue nécessaire par la difficile situation politique où il se trouvait, par la complexité de ses affaires et par les difficultés de gestion de celles-ci, dues aux contingences matérielles ; un contrôle permanent fut donc exercé par le duc et par la duchesse sur leurs agents et comptables.

B. GESTION DE LA FORTUNE DE SULLY

63La gestion des biens de Sully fut tributaire de contingences matérielles (longueur des communications, coût des distances, difficultés de transport des espèces), qui obligèrent le duc à imaginer des modes de paiement et de comptabilité adaptés à cette situation.

I. LE POIDS DES CONTINGENCES MATÉRIELLES

1. Longueur des communications

  • 76 Œconomies royales, t. I, p. 404.

64Dispersées entre la région parisienne, la Picardie, le Perche, le Quercy, le Berry et l’Orléanais, les possessions de Sully posèrent d’épineux problèmes de gestion : comment suivre chaque affaire quand les distances, déjà, ralentissent les transactions ? Le château de Sully-sur-Loire était à une journée, une journée et demie de Paris. La distance n’était pas bien grande, mais déjà trop importante quand les affaires du royaume rappelaient Sully à Paris ou auprès du roi. En 1602, le ministre ne put se permettre qu’une courte visite à Sully-sur-Loire : « Vous estiez party le jour de devant pour aller voir aux bastimens que vous aviez désignez », mais il reçut rapidement un courrier du roi : « vous ne vistes Sully qu’aux flambeaux76 ». Les voyages des agents envoyés de Sully à La Chapelle-d’Angillon et à Montrond duraient habituellement trois jours : un jour aller, un jour sur place pour régler les affaires, et un jour retour. Mais les affaires de Quercy et de Poitou nécessitaient l’envoi d’un agent pour plusieurs semaines ou plusieurs mois.

  • 77 ADC, 2 F 631.
  • 78 ADL, 5 J 106.

65Quand le duc de Sully se déplaçait pour faire un long séjour dans l’un de ses domaines, il emmenait avec lui un train considérable : nous savons qu’il emportait avec lui sa batterie de cuisine, vraisemblablement aussi les objets de valeur qui ne figurent que rarement dans les inventaires des châteaux, et une foule d’objets usuels, sans compter la garde-robe. Le duc et la duchesse étaient accompagnés de laquais, serviteurs, cuisiniers, femmes de chambre, valets de chambre, maîtres d’hôtel, gardes, gentilshommes et dames de compagnie. Lorsqu’il se rendit à Baugy en juillet 1605, Pierre Éverard se chargea de louer de la vaisselle et des chandeliers d’étain à Bourges, qui ne servirent que cinq jours77. En 1608 on fit porter à Sully « quatre ballots de meubles », et encore « deux balles de meubles78 ». Néanmoins les châteaux, quoique inhabités une partie de l’année, disposaient des meubles nécessaires à les rendre confortables.

66Les envoyés de Sully voyageaient ordinairement avec un train plus léger : ils étaient en général seuls, ou accompagnés d’un laquais. Mais Hillaire et La Gravière emmenaient avec eux en Poitou et Languedoc, outre les laquais, trois hommes armés car les routes étaient dangereuses.

  • 79 BN, nouv. acq. fr. 25 232.

67Ce n’étaient que voyages continuels, va-et-vient incessant de courriers. Voici quel fut l’emploi du temps de Mathieu Salle, capitaine du château de Sully, pour la fin de l’année 1605. Le 7 septembre, il part pour La Chapelle-d’Angillon et Boisbelle « pour faire cesser la coupe des bois ». Il y reste trois jours, mais le 9 septembre, il envoie un homme à Orléans porter une dépêche à la poste « pour les affaires du lieu ». À peine revenu à Sully, Salle reçoit, le 15 septembre, un commandement de son maître pour se rendre à La Chapelle-d’Angillon afin d’y faire couper quelques arbres. Le 8 octobre, il reçoit une dépêche de Sully, envoyée de Tours, qu’il devait faire tenir aux officiers de La Chapelle-d’Angillon. Le 10 octobre, il reçoit une autre dépêche, qu’il fallait envoyer à la duchesse de Sully, à nouveau à La Chapelle-d’Angillon. Le 22 novembre, Salle entreprend un voyage à La Chapelle-d’Angillon pour faire les plantations, et un autre le 5 décembre, avec les srs de Corbet et d’Escures, pour faire le marché de fossés autour du parc79.

68La correspondance entre Sully et ses agents était très active : tantôt on se servait de la poste ordinaire, tantôt on envoyait un laquais ou « un homme de pied » qui rapportait en même temps la réponse.

  • 80 ADL, 5 J 19, pièce 13.

69Les délais imposés par les distances posaient parfois quelques difficultés : en février 1619, Hillaire et La Gravière réclamèrent plusieurs fois par courrier des lettres de change : « Nous vous prions d’avoir soin, si fait n’a esté, de nous envoyer promptement la lettre de M. d’Herbault à M. Robert son commis, afin qu’il reçoive nos promesses et lettres de change pour argent comptant (...) autrement nos affaires seroyent grandement reculés80 ». Le 16 mars, Hillaire et La Gravière s’inquiétèrent car ils avaient déjà envoyé quatre dépêches depuis Toulouse qui étaient restées sans réponse, et toutes leurs affaires en étaient arrêtées. Mais la duchesse de Sully ne reçut pas assez vite cette lettre et le 28 mars elle refusa d’accepter une lettre de change de 109 000 livres que Hillaire et La Gravière avaient tirée sur d’Herbouze à Paris : elle se disait mal informée sur l’emploi de cette somme. Le messager faisait la navette entre Paris où se trouvaient la duchesse et d’Herbouze, Montrond où se trouvait le duc et Toulouse, Montauban, Nîmes et Figeac où étaient Hillaire et La Gravière.

2. Coût des communications

  • 81 MC, III, 519, 10 juin 1623, comptes de Nicolas.

70Lorsque l’affaire était urgente, on employait la poste : il fallait trente-cinq relais de Montrond à Amboise aller et retour. C’était un moyen rapide, mais très onéreux : il en coûtait 200 livres pour aller de Capdenac à Paris en 1622, 500 livres de Saint-Céré à Paris et de Paris à Figeac et à Montauban. Le 24 avril 1617, on dépensa 200 livres pour envoyer en poste un gentilhomme de Paris à Capdenac pour avertir Sully de la mort de Concini. À la même époque on achetait un cheval de carrosse pour la duchesse 450 livres et un cheval pour Hillaire en remplacement de celui perdu au service de Sully 300 livres. L’envoi d’un homme pour porter du courrier était beaucoup moins onéreux : 36 livres pour deux voyages de Montauban à Villefranche-de-Rouergue mais 7 livres pour envoyer un palefrenier de Capdenac à Paris. On paya 9 livres 10 sous pour renvoyer par deux fois le laquais de la duchesse, Charles, de Paris à Sully « par la voie du coche d’Orléans », 20 sous seulement pour envoyer un homme de pied de Sully à Orléans, 30 sous pour aller de Sully à La Chapelle-d’Angillon. D’autres moyens de transport étaient moins coûteux, quoique plus lents : en 1622, le sr Nicolas paya 6 livres 12 sous pour descendre en bateau d’Orléans à Nantes, et 20 livres de Roanne à Sully81.

  • 82 ADL, 5 J 19, pièce 39.
  • 83 ADL, 5 J 19, pièce 39.

71Le transport des sommes d’argent était un problème essentiel car l’argent comptant, en numéraire, pesait très lourd : Hillaire en 1619 perdit un cheval au service de Sully, car il s’était échauffé à porter des coffres remplis de pièces82. Le 4 mai 1619, Rachel de Cochefilet dut faire appel à des « crocheteurs » pour faire porter à l’Arsenal les 38 000 livres prêtées par la présidente Le Clerc ; elle les paya trois livres83.

II. LES MOYENS DE PAIEMENT

1. Les rescriptions

  • 84 BN, nouv. acq. fr. 25 232, fol. 119.
  • 85 BN, nouv. acq. fr. 25 232, fol.32.
  • 86 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Salle rendus le 25 février 1609.

72En règle générale, il n’était pas nécessaire de transporter d’énormes sommes d’argent : chaque comptable, en plus des dépenses ordinaires qu’il devait acquitter, recevait un certain nombre de mandements du duc ou de la duchesse de Sully pour effectuer des paiements sur place, par exemple au comte d’Orval ou à Mlle de Sully. Le plus souvent, les recettes locales étaient ainsi en partie absorbées par des dépenses de toutes sortes. Inversement Sully faisait payer ses gages et pensions soit à Paris, soit par les trésoriers de France en province. Le système le plus utilisé, quand Sully était aux affaires et avait besoin de grosses sommes d’argent pour ses travaux, était la lettre de rescription, envoyée à un receveur et permettant de se faire payer à terme sur les recettes du trésor royal. Ainsi, le 25 août 1605, Morelly envoya-t-il à Chapellier, receveur général à Orléans, une rescription de 12 000 livres, le 5 novembre 1605, une autre de 88 000 livres, le 1er février 1606, une rescription de 6 000 livres ; puis de février à juin 1606 encore 40 000 livres84. Ce système était particulièrement commode lorsque Sully était surintendant des finances, car il pouvait signer les lettres de rescription : « L’année dernière 1604, Monsieur étant en son gouvernement de Poitou m’envoya une lettre de luy pour prendre de M. Le Vayer, commis à la recette généralle d’Orléans, la somme de quinze mil livres, de laquelle n’ayant receu qu’une partye, mond. seigneur étant à Sully fit, le premier jour de novembre, une autre lettre aud. sieur Le Vayer pour me fournir le surplus de lad. somme de quinze mil livres85 ». Les sommes envoyées pour le château de Sully étaient parfois versées par le receveur général à Tours. Elles devaient ensuite être transportées au château : en mars 1607, il fallut trois jours pour rapporter 11 000 livres avec un attelage86.

  • 87 Voir ci-dessus, p. 70.
  • 88 MC, III, 544, 29 mars 1630, comptes de Pinette.
  • 89 Ibidem.
  • 90 Ibidem.

73Ainsi, du temps où il était surintendant, Sully pouvait se faire payer n’importe où, et quand il voulait : il est inutile de souligner que ses gages d’alors, quoique énormes, n’ont jamais connu de retards de paiements. Ils étaient régulièrement payés par quartier. Il n’en fut pas de même ensuite : en 1616, à la conférence de Loudun, Sully réclama le paiement de ses gages et pensions et du don de 300 000 livres promis en 161187. Le plus souvent, comme il était fréquent, les gages et pensions étaient payés avec retard : le 2 juillet 1629, le comptable Pinette reçut la moitié de la pension de 10 000 livres pour l’année 1628. Le reste fut acquitté le 12 janvier 163088. Le système des rescriptions était alors évidemment encore utilisé, mais il était moins commode, car ce n’était plus Sully qui signait les lettres. En 1629, il fut assigné sur les parties casuelles pour sa pension89. Ou encore, en 1614-1615, il se fit payer sur la « ferme des Charentes ». Pour se faire payer plus vite, Sully donnait des quittances en blanc à ses comptables. Les sommes étaient immédiatement affectées à des dépenses : ainsi en 1630 Pinette fit-il recette de 13 049 livres ; 6 000 livres furent délivrées au capitaine du château de Villebon, 6 000 livres furent données à la duchesse pour de l’argent qu’elle devait, et 1 049 livres à un marchand de soie de Paris90.

  • 91 MC, III, 513, 9 avril 1621, comptes de Pigis.

74Inversement, Sully pouvait se servir de l’administration royale des finances pour se faire délivrer de l’argent à un autre endroit que celui où la recette avait été faite, et ce par un simple jeu d’écriture : ainsi, le 30 octobre 1620 Pigis reçut-il à Paris 11 888 livres du commis de Rambouillet « pour pareille somme fournie à son commis nommé Pain à Poictiers, le 23 septembre 1620, par M. Forain, gouverneur de Saint-Maixant, faisant les affaires de mond. seigneur aud. lieu, acceptée de M. de Rambouillet le 22 octobre 1620, reçue le 30 octobre91 ». Le 2 octobre 1620, Pigis reçut de la même manière 8 000 livres fournies par Maugoyague, agent des affaires de Sully à La Rochelle, au commis de Rambouillet à la Rochelle. Les agents de Sully ont utilisé ici en réalité des lettres de change, dont nous verrons plus loin l’emploi dans le cas où le duc avait besoin d’argent.

2. Les caisses

  • 92 MC, III, 513, 9 avril 1621, comptes de Pigis.
  • 93 MC, III, 513. 13 mars 1621.
  • 94 ADL, 5 J 19, pièce 8, liste des pièces déposées au greffe par Hillaire.
  • 95 Ibidem.
  • 96 ADL, 5 J 19, pièce 9, lettre de Sully à Hillaire, 1er décembre 1618.
  • 97 ADL, 5 J 19, pièce 10, inventaire des pièces justificatives de la dépense faite par Hillaire pour (...)

75Une opération financière comme celle de l’achat des greffes de Languedoc en 1619 nécessitait des mouvements de fonds importants. En province, Sully disposait d’un certain nombre d’« argentiers » dans quelques villes précises, ou de personnes habilitées à recevoir et délivrer de l’argent aux agents du duc de Sully : le 7 janvier 1621, Pigis reçut 13930 livres de François Thoreau, prieur de Sainte-Radegonde de Poitiers « par les mains du sr Filliaux, messager ordinaire de Poictiers, des deniers du duc de Sully, envoyés à Thoreau par le sr Forain pour les faire tenir à Pigis à Poictiers92 ». En Berry, Jean Bouard était argentier du duc à Sancerre de 1613 à 1621. Il fit des dépenses selon trois ordonnances de Sully du 25 octobre 1618, et rendit compte le 14 septembre 1619 de la somme de 4 357 livres 4 sous 4 deniers » que led. Bouard aurait reçu pour acquiter les debtes extraordinaires dud. seigneur93 ». Pour les affaires de Poitou et de Languedoc, une caisse avait été laissée à la garde d’un bourgeois de Montauban, le sr Fraust. Il y avait là un coffre, cinq bougettes et une grande mallette94. En août 1618, Hillaire, avant de partir pour le Languedoc, reçut une copie du bordereau des espèces d’or se trouvant dans les bougettes, une clé du coffre, les cinq clés des bougettes, et une clé de la mallette, avec deux procurations pour retirer des srs Assier et Fraust, qui avaient les doubles des clés, mallettes, bougettes, or et papiers qu’ils détenaient95. Le 1er décembre 1618, Sully écrivit à Hillaire de venir le rejoindre, en laissant son argent en dépôt « es mains de M. d’Acier ou autre de mes amis à Montauban capable de me le garder96 ». Les greffes de Languedoc devaient être payés tant à Toulouse que Montauban, Béziers et Nîmes. Le 11 janvier 1619, l’argent de Montauban, mis dans « un coffre de boucher », fut compté : il contenait 95 249 livres97. Hillaire et La Gravière devaient voyager, à cause de l’argent « qu’il fallait faire transporter d’un lieu dans un autre », accompagnés de trois hommes d’armes, car ils redoutaient les bandes de Condé qui sévissaient dans la région. En Poitou et Languedoc, Sully pouvait donc compter sur des agents ou personnes sûres pour ses rentrées et sorties d’argent à Montauban, Poitiers, La Rochelle et Saint-Maixent.

3. Les lettres de change

  • 98 Voir p. 145-159.

76Lorsque l’argent comptant manquait, il existait plusieurs autres moyens de s’en procurer : lettres de change, constitution de rentes ou obligations. Le système des rentes et obligations a été analysé plus haut98. Nous avons vu que la création de rentes ou d’obligations dénotait seulement chez Sully un manque provisoire de liquidités.

  • 99 MC, III, 509.
  • 100 Gabriel de Guénégaud qui sera trésorier de l’Épargne en 1626.

77La lettre de change était employée en liaison étroite avec l’administration royale des finances. Elle fut particulièrement utilisée pour l’achat des greffes du Languedoc. La caisse de Montauban servait en réalité pour les affaires courantes : encaissement du prix des fermes (terres de Montricoux et de Caussade, abbayes de Figeac et de Marcilhac), paiement des frais de voyages et de notaires, etc. L’acquisition des greffes mit en jeu plusieurs centaines de milliers de livres. Hillaire et La Gravière chargés de cette opération, connaissaient personnellement à Toulouse un dénommé Robert, commis de Raymond Phelypeaux d’Herbault, trésorier de l’Épargne. La Gravière dit de Robert qu’il était « parfaitement de ses amis ». Ils n’hésitèrent pas à lui emprunter de l’argent pour faire face aux dépenses urgentes. Ils étaient également en relation avec le sieur Martin, commis du trésorier de France à Paris, Philippe de Coulanges, et lieutenant général des mines et minières de France à Toulouse. Martin était chargé de rembourser les anciens propriétaires des greffes, et Robert d’encaisser les nouvelles enchères pour le roi. Mais pour tirer des lettres de change, Hillaire et La Gravière avaient besoin de procurations de Sully : le 18 janvier 1619, Isaac Chazal avait reçu une procuration pour enchérir au nom du duc les greffes que la duchesse jugerait bon d’acquérir et à tel prix qu’elle le jugerait bon, et pour pouvoir « tirer toutes les lettres de change et rescriptions nécessaires sur monsieur d’Arbouze, agent des affaires dud. sr duc ou autre ayant charge de luy en ceste ville de Paris pour led. payement desd. greffes et offices ou partye d’iceulx99 ». Les sommes correspondant au prix des greffes achetés à Toulouse ou à Béziers devaient être délivrées à Paris à Jean Le Prévôt, sr de Saint-Germain, conseiller secrétaire du roi. Mais de leur côté, les commis Robert et Martin avaient besoin de l’aval de Cou-langes et de Phelypeaux d’Herbault pour avancer les sommes énormes qui leur étaient demandées ; le 20 février 1619, Le Prévôt, Coulanges, Phelypeaux et Guénégaud100 écrivirent à Martin d’accepter les lettres de change tirées par La Gravière :

« Monsieur, nous vous avons escript du XXe janvier dernier que sy M. de La Gravière avoict besoing pour monseigneur le duc de Sully d’aucunes sommes de deniers à Thoulouze, il vous pleust luy délivrer les sommes qu’il vous demanderoict en prenant de luy ses lettres de change sur Mr d’Arbouze, agent des affaires dud. sr à Paris ; et pour ce que mond. sr désire avoir plusieurs greffes aultres que ceulx qui sont contenuz en l’estat que nous vous avons envoyé, et qu’il envoyé aussy à Thoulouze Mr Hillaire qui avoict desjà charge de cest affaire pour faire les acquisitions desd. greffes avec le sieur de La Gravière, nous avons advisé de vous faire encore celle-cy pour vous prier de leur faire délivrer toutes les sommes dont ilz auront besoing et qu’ilz vous demanderont jusques à la somme de cinq ou six cens mil livres, sy tant vous en pouvez recevoir de la vente de noz greffes, en prenant d’eulx leurs lettres de change sur led. sieur d’Arbouze (...) »

  • 101 MC, III, 509, lettre du 20 février 1619.

Cette lettre a été écrite « sur l’asseurance que lad. dame [Rachel de Cochefilet] leur a donné et qu’elle leur donne et s’oblige par ces présentes, à peyne de despens, dommaiges et interestz, de faire payer et acquitter à lettre veue par le sieur d’Arbouze ayant charge des affaires dud. sr duc en ceste ville de Paris, toutes lettres de change qui seront tirées sur luy jusques à la concurance de lad. somme de six cens mil livres par les mains de La Gravière et Hillaire pour la valleur receue aud. Thoulouze dud. sr Martin, payables lesd. lettres aud. sr Prévôt de Saint-Germain101 ».

78Ainsi par le moyen de lettres de change, Sully pouvait payer à Paris ce qu’il devait à Toulouse ; pour les trésoriers de France, c’était aussi un avantage s’ils désiraient toucher à Paris les sommes provenant de la revente des greffes de Languedoc : les sommes avancées par leurs commis à Toulouse étaient les prix des enchères de ces greffes, et Sully remboursa à Paris. À cet effet, il dut emprunter à rente et à obligation portant intérêt.

III. LA COMPTABILITÉ

79Contingences matérielles, longueur et difficulté des transports et des courriers, transport de fonds et lettres de change rendirent indispensable une comptabilité rigoureuse, dont le contrôle fut soigneusement assuré par la duchesse de Sully. Cette tâche fut compliquée par la multiplicité des caisses, des moyens de paiements, des comptables et des articles de recette et de dépense.

1. Les recettes et dépenses

80Il est difficile de dresser un compte global des recettes et dépenses, car il existe de nombreuses lacunes, aussi ne donnerons-nous ici que quelques indications.

  • 102 ADC, Ε 268, pièce 8.

81Nous n’avons pas trouvé à proprement parler d’état général de la recette et dépense de la maison de Sully. Il n’est guère douteux cependant qu’un tel bilan ait existé, car, étant au pouvoir, le ministre était très soucieux de présenter au net des projets de budgets et des états au vrai. Pour les domaines, il existe un compte récapitulatif dressé par Éverard pour 1608102. Mais rien d’équivalent pour l’ensemble des affaires de Sully ne nous a été conservé. En l’absence d’état général, des états particuliers étaient dressés, chacun des comptables et agents de Sully ayant à gérer une partie de sa fortune, dont ils devaient ensuite rendre compte. Aussi n’y avait-il pas de véritable distinction des recettes et dépenses par chapitre mais une certaine spécialisation se faisait entre les comptables : l’un était chargé des affaires de La Rochelle, un autre de celles de Poitou, ou du duché-pairie de Sully-sur-Loire, des sommes reçues et dépensées à Paris ou au cours de telle négociation ou voyage effectué pour le compte du duc. Mais comme nous l’avons déjà souligné, les comptables devaient plutôt justifier l’emploi des sommes de toutes origines qui passaient par leurs mains plutôt que les recetttes et dépenses de tel ou tel élément constitutif de la fortune de Sully.

  • 103 Nous distinguons les comptes généraux des comptes particuliers de chaque domaine.

82Les recettes des comptes généraux103 provenaient pour l’essentiel des gages et pensions royales, ainsi que des bénéfices ecclésiastiques dont le nombre ne cessa de décroître au cours du règne de Louis XIII ; le reste des recettes était fourni par le revenu des terres et, de plus en plus, des revenus du domaine royal aliénés : greffes et aides. Enfin, Sully touchait un intérêt sur les prêts faits aux particuliers, encore fallait-il éventuellement en déduire les frais de poursuite.

  • 104 MC, III, 544, 29 mars 1630, comptes de Pinette.
  • 105 MC, III, 520, 28 août 1623, comptes de Pigis.
  • 106 MC, III, 519, 10 juin 1623, comptes de Nicolas.
  • 107 MC, III, 513, 9 avril 1621, comptes de Pigis.
  • 108 MC, III, 519, 10 juin 1623, comptes de Pigis.
  • 109 MC, III, 525, 15 août 1625, comptes de Pigis.

83Les frais de procès occupaient en effet une place non négligeable dans la comptabilité générale ; comme la plupart étaient jugés à Paris, nous pouvons en avoir une bonne image, du moins pour les comptes que nous possédons. Pour l’année 1629, 6 155 livres furent ainsi dépensées en frais de saisie, poursuite, écritures, salaires des avocats, vacations, dépens, sceaux, épices, etc.104 ; 1 920 livres105 du 8 juin au 23 août 1623, c’est-à-dire en deux mois et demi ; 171 livres pour les affaires de Nicolas à la cour de janvier 1622 à juin 1623106 ; 600 livres du 13 juillet 1620 au 9 avril 1621107 ; 1 937 livres du 27 septembre 1622 au 10 juin 1623108 ; 1 062 livres du 8 juin au 15 août 1625109 ; dans les années les plus chargées la dépense pour procès pouvait donc se monter à 9 000 livres. Les frais furent les plus élevés durant les années 1620-1630.

2. Les comptes généraux de la maison de Sully

  • 110 MC, III, 524, 8 juin 1625, comptes de Pigis.
  • 111 MC, III, 519, 10 juin 1623, comptes de Pigis pour la duchesse de Sully.
  • 112 AM Reims, Tarbé, XIII, 37, 54.

84Pour évaluer les dépenses générales de la maison du duc de Sully et de son train, nous ne disposons que de peu de renseignements. Quelques dépenses apparaissent dans les divers comptes : ainsi, en janvier et février 1625, Charles Pigis paya-t-il 379 et 433 livres pour des étoffes destinées à habiller les Suisses et les laquais du duc de Sully ; 9 livres pour emballer ces étoffes ; 5 livres pour deux bouteilles d’hydromel et deux bouteilles de vin d’Espagne envoyées au duc qui se trouvait à Sully-sur-Loire110. En 1623, il paya 478 livres pour des étoffes, 24 livres pour seize carrés de tapisserie, 4 livres 16 sous pour six paires de gants destinées à la duchesse, 4 livres pour un médicament, 5 livres pour réparations faites au cabinet de la duchesse, 6 livres 8 sous pour un livre de « la généalogie des Dieux » que le duc n’a pas voulu conserver111. La dépense d’habillement, au demeurant, n’était guère élevée : en 1617, Françoise de Créquy, marquise de Rosny, acheta cinquante-cinq paires de souliers, pour 315 livres, neuf aunes de toile pour faire douze chemises pour 21 livres, six fraises en toile de batiste « à ourlets fort fins » pour 33 livres112.

  • 113 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 73.

85Vers 1630-1640, la dépense annuelle de la maison de Sully était estimée à 86 115 livres ainsi réparties113 :

  • 114 Cet état ne mentionne pas Villebon car c’est vraisemblablement là qu’il fut dressé ; la dépense de (...)

86La dépense de bouche, ou dépense ordinaire, évaluée 3 000 livres par mois, recouvrait les frais de bois, fagots, foin, paille, avoine, charron, boucher, serrurier, cellier, ferrures de chevaux, maréchal-ferrant, batterie de cuisine, achat ou changement de vaisselle d’argent. Les charges étaient constituées par le loyer d’une maison, les gages du jardinier de Villebon et l’aumône de l’Hôpital général. Les garde-robes du duc et de la duchesse comprenaient également leurs « menus-plaisirs ». La dépense extraordinaire recouvrait les aumônes, les frais de médecin, chirurgiens, apothicaires, meubles, linge de table, de cuisine et de lit, achat de chevaux, récompense des domestiques et laquais, paye du messager de Sully. Les charges des terres étaient celles uniquement de Sully-sur-Loire, de La Chapelle-d’Angillon, de Rosny et des terres de Picardie114.

  • 115 Voir tableaux récapitulatifs en annexe p. 465.

87La dépense totale, 86 165 livres, était couverte par les revenus des terres, évalués vers 1640 à 94 970 livres115. Cet état de dépenses que nous venons de donner était-il ajusté sur celui des recettes ? Le revenu total de la fortune de Sully, vers 1641, terres, rentes et greffes compris s’élevait à 197 163 livres. Le revenu net de la fortune de Sully, au vu de ce compte était vers 1630-1640 de 110 998 livres.

88Un tel revenu, une telle fortune, suscitèrent bien des envies et des convoitises, tant par parmi d’autres grands seigneurs que parmi les agents du duc et même dans sa propre famille. La défense par Sully de sa fortune fut donc l’un de ses principaux soucis. Quatre grandes affaires perturbèrent le duc de Sully dans la jouissance de ses biens : les négociations avec le prince de Condé, les démêlés avec Pierre Cottan, l’un de ses abbés commendataires, les malversations financières de Jean Hillaire et d’Isaac Chazal, ses agents en Languedoc, enfin le procès que lui intentèrent son fils, le marquis de Rosny, et son petit-fils, le prince d’Henrichemont.

C. DÉFENSE DE LA FORTUNE DE SULLY

89Une grande partie des soucis de l’administration de la fortune de Sully furent occupés par la défense de celle-ci : défense des possessions foncières de Sully contre les tentatives d’accaparement venant du prince de Condé ; défense des revenus des bénéfices ecclésiastiques contre les tentatives d’usurpation de Pierre Cottan ; défense des intérêts de Sully contre les malversations financières de ses agents Hillaire et La Gravière ; défense enfin des projets de partage de Sully contre les revendications de son fils le marquis de Rosny.

I. LES AFFAIRES DE CONDÉ

90Durant plus de vingt ans, Sully se trouva en relations d’affaires, souvent conflictuelles, avec Henri II de Bourbon, prince de Condé, fils de Henri Ier et de Charlotte de La Trémoille. Condé avait épousé en 1609 Charlotte de Montmorency et pour fuir les avances que Henri IV faisait à sa femme s’était réfugié avec elle à Bruxelles, d’où il ne rentra qu’après la mort du roi. Il possédait alors les terres de Nogent-le-Rotrou et de Montigny, le comté de Clermont-en-Beauvaisis, et, à Paris, l’hôtel de Gondi. Dès son retour en France, il entreprit, en tant que premier prince du sang, de mener l’opposition des grands au gouvernement de la régente Marie de Médicis et de son favori Concini. Par la même occasion, il inquiéta le ministre disgracié dans la possession et jouissance de ses terres.

  • 116 Cf. J.-P. Fauchard, Henri II de Bourbon, 3e prince de Condé : acquisitions, administration, gestio (...)

91Il jeta très tôt son dévolu sur le Berry : le 12 septembre 1612 il racheta le marquisat de Châteauroux, pour 210 000 livres, à la famille d’Aumont, puis, en janvier 1613, le comté de Châteauroux, pour 220 000 livres à la famille de La Tour-Landry116. Mais il n’osa pas encore s’attaquer aux possessions de Sully en Berry, car le ministre y était fortement implanté.

  • 117 ADC, Ε 8, pièce 6.
  • 118 Sully justifie cette vente par le besoin d’argent nécessaire à l’établissement de sa fille cadette (...)
  • 119 Voir ci-dessus p. 115-120.
  • 120 ADL, 5 J 19, pièce 64.
  • 121 Ibidem.

92Les négociations portèrent d’abord sur Villebon : le 30 juillet 1614, Condé acheta cette terre117, avec La Gâtine et Beaurepaire, ainsi que l’abbaye de Coulombs, pour 240 000 livres118. Les meubles du château furent vendus pour 14 000 livres. Sully possédait la seigneurie de Villebon depuis 1607 et l’avait augmentée par plusieurs acquisitions en 1608 et en 1609119 ; à partir de 1608 il avait fait procéder à plusieurs travaux au château. Il semble que Condé se soit à ce moment-là particulièrement intéressé aux possessions de Sully proches de Paris. Ainsi en octobre 1614, Sully fit-il rapporter les titres de la baronnie de Bontin120 ; en outre, il chargea spécialement Isaac Chazal en 1616 de traiter de la vente du marquisat de Rosny121.

  • 122 ADL, 5 J 19, pièce 1, lettre de Sully du 12 novembre 1616.

93Mais Condé se montra rapidement réticent à payer le prix de ses acquisitions : en 1616, Sully envoya auprès de lui pour savoir « comment il entend faire pour les 240 000 livres qu’il doit122 ». À cette époque, Condé était le principal bénéficiaire du traité de Loudun (mai 1616) : il échangea son gouvernement de Guyenne contre celui du Berry, reçut la capitainerie de la ville et tour de Bourges, le revenu des domaines royaux d’Issoudun, Vierzon et Chinon, le bailliage de Bourges, une garnison de cent vingt hommes d’armes aux frais du roi à Bourges. En outre, le comté et le marquisat de Châteauroux furent unis et érigés en duché-pairie. Solidement implanté désormais en Berry et en Bourbonnais dont il fut gouverneur à partir de 1620, Condé tenta alors de constituer dans ces provinces un vaste ensemble territorial aux dépens de son voisin le duc de Sully, qui n’avait plus le soutien du roi, qui était désireux par ailleurs de marier sa fille cadette, Louise de Béthune, et d’acquérir des terres dans une région où les protestants avaient des places de sûreté. Les vingt années suivantes furent emplies de tractations, différends, acquisitions et échanges de terres, etc. entre le prince et le duc.

  • 123 MC, III, 505.

94Sully commença par obtenir, le 19 octobre 1617, d’être remboursé sur l’argent perçu par les fermiers de Châteauroux et de La Châtre : il recevrait 15 000 livres par an pour les intérêts de la somme de 240 000 livres, jusqu’au parfait payement de cette somme123. Puis, le 15 mai 1620, Condé rétrocéda purement et simplement la terre de Villebon. Mais il chercha alors à tirer parti de la difficile position politique où se trouvait Sully dans les années 1620, alors que le pouvoir royal s’attaquait aux privilèges des protestants. Il voulut accroître ses possessions à ses dépens, soit en faisant confisquer ses biens, soit en concluant des marchés qu’il ne pourrait jamais honorer, mais que Sully ne pouvait refuser :

  • 124 Œconomies royales, t. II, p. 96.

« Il faut sçavoir que la guerre commençant, grande partie à sa sollicitation, contre ceux de la religion, et luy désirant de vous esloigner de ses gouvernemens où vous aviez de belles terres et de fortes maisons, vous fit instance fort pressée de les luy vouloir vendre ; et, craignant, si vous l’en refusiez, qu’il ne se servît du temps, comme vous eustes advis très véritable qu’il vouloit faire, et qu’il ne prist cette guerre pour prétexte de s’en mettre en possession violente, ce que désirant éviter et tous autres inconvéniens, voyant qu’il vous offroit des terres de Villebon, Montrond, Orval, Culand, et Le Chastelet beaucoup plus qu’elles ne vous avoient cousté, voire qu’elles ne valoient en effet, vous les luy vendistes la somme de 1 200 000 livres124. »

  • 125 Chantilly, 116 C 12.
  • 126 Chantilly, 116 C 12, fol. 83.
  • 127 Ibidem.
  • 128 Chantilly, 116 C 12, fol. 83 v°.

95Cette transaction fut passée le 16 février 1621, et soigneusement préparée. En effet on voit le prince de Condé conclure le 12 décembre 1620125 un accord avec le duc de Luynes, alors favori de Louis XIII, afin de se procurer de l’argent comptant : Condé s’engagea à faire décréter la moitié par indivis avec le roi du comté de Soissons, des baronnies, terres, seigneuries et châtellenies de Muret, Damas, Montmafroy, près de La Ferté-Milon, ainsi que les terres de Breteuil, Francastel et La Faloise, en Picardie, avec la principauté de Conty, toutes terres provenant de la succession de son oncle le comte de Soissons. En échange, Luynes s’engageait à payer leur prix au denier douze de leur revenu ordinaire, mais en attendant fournissait comptant à Condé la somme de 360 000 livres. Condé reçut encore le 2 janvier 1621 du marquis de Mirepoix 352 000 livres, en lui constituant une rente de 22 000 livres126 ; le contrat précisait que c’était « pour remployer au payement des terres de Montrond, Orval, Bruyères, La Perche, Beauchezal, Cullant, Le Chastelet, La Prune-au-Pot et La Roche-Guille-bault ». Le 21 janvier, il constitua à André de Cochefilet, sr de Vaucelas, une rente de 13 625 livres pour un capital de 218 000 livres127. Condé avait ainsi emprunté en un mois pour 830 000 livres, et ces tractations effectuées avant la vente peuvent infirmer les déclarations de Sully sur les intentions de Condé. Mais, si l’on regarde la qualité des débiteurs, ne peut-on voir là des garanties prises par Sully, alléché par le prix de la vente, mais néanmoins déjà échaudé, et soucieux d’obtenir le payement effectif des sommes dues ? Il venait en effet de marier sa fille cadette au fils du marquis de Mirepoix, et André de Cochefilet était le frère de sa femme. Or, dès le 21 janvier 1621, André de Cochefilet transporta à son beau-frère la rente constituée par Condé, et le 1er février le marquis de Mirepoix fit de même128. Sully acquit ainsi des créances sur le prince pour garantir le prix de la vente.

96Après cette vente, Sully conservait encore en Berry la baronnie de La Chapelle-d’Angillon, unie au duché-pairie de Sully-sur-Loire, les terres de Baugy, Étréchy, Chanteloup, etc., et la principauté souveraine de Bois-belle-Henrichemont. Condé pouvait difficilement espérer que Sully accepte de lui céder La Chapelle-d’Angillon et Henrichemont. En revanche il ne tarda pas à jeter les yeux sur Baugy, comme nous le verrons plus loin.

97D’après les Mémoires de Sully, Condé aurait essayé de profiter de la rébellion des protestants et de la campagne menée contre eux par Louis XIII pour obtenir du roi de ne pas acquitter le prix de la vente :

  • 129 Œconomies royales, t. II, p. 95.

« Il faut sçavoir que M. le Prince ne vous ayant pas payé vostre somme ny aucun interest d’icelle, croyant de s’en pouvoir acquitter sans bourse deslier, il demanda au roi vostre confiscation (quoy que vous n’eussiez point pris les armes, mais allassiez librement trouver Sa Majesté lorsqu’elle vous le mandoit), laquelle luy ayant absolument refusé son incivile demande, et la paix s’estant venue à faire, il fallut entrer a compte avec vous129. »

98La somme en effet était d’importance ; une telle transaction, où Sully avoue lui-même que le prix a été surévalué, n’avait-elle pas été conçue par Condé dans l’espoir de tromper Sully et de ne pas honorer ses engagements ? Il faut examiner dans quelle mesure on peut parler de surévaluation :

  • Montrond et les terres de La Chapelle et de Boisbelle ont été achetés au duc de Nevers le 31 août 1605 pour 120 000 livres, et d’après un mémoire des secrétaires de Condé, elles étaient estimées au mieux à 400 000 livres en 1621130 ;
  • Villebon a été acheté le 28 juillet 1607 à Justine de Vandorp pour 100 000 livres, somme réévaluée ensuite à 120 000 livres ; elle fut vendue une première fois à Condé pour le double de sa valeur, avec l’abbaye de Coulombs (estimée 80 000 livres) ;
  • Culan a été acheté par décret le 6 septembre 1614 pour 80 000 livres ;
  • Le Châtelet a été acheté le 31 août 1616 pour 60 000 livres ;
  • La Roche-Guillebault a été acheté le 27 novembre 1617 pour 28 000 livres ;
  • La Prune-au-Pot a été acheté en 1614 pour 12 000 livres environ.

99Le total s’élevait à près de 400 000 livres. Nous ne comptons pas Beau-chezal et La Perche dont les valeurs nous sont inconnues, mais étaient vraisemblablement de quelques dizaines de milliers de livres. De toute évidence, les terres de Sully en Berry ont subi en quinze ans une considérable inflation de prix, qui les fit passer de 400 000 livres à 1 200 000 livres !

100Trois facteurs peuvent contribuer à justifier cette formidable plus-value : leur position stratégique, leur regroupement géographique, enfin leur mise en valeur.

101Villebon est une terre située en pays chartrain, non loin de Paris. Le groupe Culan, Montrond, Orval et autres se trouve à la limite du Bourbonnais et du Berry, au milieu de l’ensemble territorial que Condé se constituait dans le pays. Enfin, alors que Sully avait acheté ces biens séparément, il les revendit comme un ensemble cohérent.

  • 131 Chantilly, série G, fol. 96.
  • 132 Voir les inventaires des meubles des demeures de Sully ci-dessus p. 160-169.
  • 133 ADC, Ε 206, pièce 1, inventaire du château de Montrond réalisé le 23 octobre 1620 et remis aux age (...)
  • 134 C’est le seul château où l’inventaire nous cite beaucoup d’objets personnels, de cartes, de tablea (...)

102La mise en valeur de ces domaines par Sully est indiscutable : à Ville-bon, il acheta en une année pour 10 000 livres de terres ; en outre il releva l’ancienne forteresse, en passant marché en juin 1608 pour la restauration des cinq tours du château. À Orval, Sully fit procéder à une recherche systématique des droits seigneuriaux et féodaux, installer un grenier à sel, une élection à Saint-Amand et racheter les moulins sur la Marmande, augmentant ainsi les pouvoirs et les revenus du seigneur d’Orval. C’était Montrond qui était le plus beau fleuron des possessions de Sully. Selon les mémoires présentés à Condé, « elle estoit et est encore bien boisée131 ». Tous les commentaires s’accordent pour dire que lors de l’acquisition des terres berrichonnes par Sully, les châteaux étaient en ruine et les droits laissés à l’abandon. Dans l’inventaire du château de Montrond réalisé en octobre 1620 et février 1621, on s’aperçoit qu’il était devenu une place de première importance, aux frontières du Berry et du Bourbonnais. Sully laissa à Condé tout ce qui se trouvait dans le château, excepté trente-six tableaux représentant des membres de sa famille ou de la famille royale, ainsi que quinze cartes et plans de ses propriétés et de la place de France, et les objets de cristal ou d’argenterie du cabinet de la duchesse. Le château était entièrement et richement meublé132 ; le château contenait plus de cent pièces de tapisserie de Bruxelles ou de Rouen, réparties en neuf ensembles historiés ; la batterie de cuisine était au complet, ainsi que la chapelle133. Le château était donc parfaitement meublé pour y vivre en permanence134, et Sully y avait fréquemment séjourné les années précédentes, particulièrement en 1619 et en 1620.

  • 135 ADC, Ε 206, pièce 11 : « État au vrai des armes, munitions, outils et autres choses servant à la g (...)

103Le château était en outre un véritable arsenal135 avec deux bâtardes, deux moyennes, deux faucons, six pièces de campagne, deux cent trois arquebuses à mèche, cinquante-huit mousquets à la wallonne, cent soixante-neuf mousquets à crosse, etc., avec les munitions (boulets, poudre, balles, moules pour faire les balles), les armures (corselets, brassards, bourguignottes) et les outils (crics d’Allemagne, manivelles, pelles, sacs à poudre, serpes, pics, etc.) On trouve encore un certain nombre de provisions nécessaires en cas de siège : cinq charretées de bois, deux poinçons de charbon, douze boisseaux de farine, deux poinçons de noix, deux boisseaux de poix, cinq boisseaux de fèves, deux bouteilles d’huile de noix, six livres de cire, six cent onze livres de suif, etc.

  • 136 ADC, Ε 206, pièce 16. Sully avait fait envoyer ces armes en son château de Sully entre l’établisse (...)

104Sully fit en outre renvoyer à Montrond le 15 octobre 1623 des armes qu’il avait fait porter à Sully136 : trois mousquets à rouet, six arquebuses à mèche, six arquebuses à rouet, douze carabines, cinq mousquets, et huit arquebuses à cric, avec treize bêches, onze trancheurs, dix piques ferrées, trente-quatre caques de poudre, sept pièces de fonte, vingt-huit paires d’armes de chevau-légers, etc.

  • 137 ADC, Ε 206, pièce 23, estimation des matériaux trouvés dans la cour du château de Montrond.

105On laissa même à Condé tous les matériaux de diverses sortes qui se trouvaient dans la cour du château de Montrond137 : tas de fumier, tonneaux de chaux, charretées de pierre, tas de foin, froment, seigle, orge, latte à ardoise, fagots, chaînes de fer, tonneaux de vin, seaux ferrés de cuir bouilli, armoires, bêches, pelles, briques, coffres, arrosoirs de cuivre, etc. L’ensemble du matériel et des matériaux était estimé à environ 1 000 livres. Malheureusement nous ne connaissons pas l’estimation des armes et des meubles. L’intérêt certain de Montrond, c’était que, pourvu de toutes choses, il était immédiatement habitable et capable de soutenir un siège.

  • 138 En 1621, Louis XIII entreprit une campagne en Poitou et Languedoc contre les places des protestant (...)
  • 139 Chantilly, 115 C 5, fol. 87 v°.
  • 140 Il rendit lui-même au roi en juin 1622 les places de Figeac, Capdenac et Cardaillac et chercha à e (...)

106Malgré ces avantages considérables susceptibles d’accroître la valeur des terres de Sully, il reste néanmoins que Condé les a achetées vraisemblablement bien au-dessus de leur valeur. Ceci explique peut-être pourquoi le prince fit quelques difficultés pour payer, une fois perdu l’espoir de se voir attribuer ces terres à de meilleures conditions138. Au moment de la vente, il avait versé les 360 000 livres prêtées par Luynes ; le 4 mars 1621139, il avait fait donner par son agent, le sr Viguier, 100 000 livres sur les 300 000 livres du don à lui fait par le roi en 1616 au traité de Loudun. Après 1622, Sully, mieux soutenu à la cour en raison de son attitude loyaliste140, exigea des comptes.

  • 141 MC. III, 520. Comptes de Pigis, 27 août 1623.
  • 142 Chantilly, 116 C 12, fol. 84.

107Les 12, 13 et 21 juin 1623, Rachel de Cochefilet fit assembler quatre experts, maîtres Mauguin, Galland, Feydeau et Chollet, avocats en Parlement, pour avoir leur avis sur ce qu’elle aurait à proposer pour s’accommoder avec le prince de Condé à propos de la vente de Montrond141. Le 14 septembre 1623, Sully et Condé commencèrent à s’accorder, devant les notaires Ragousseau et Thiolat, sur un certain nombre d’articles « pour terminer les différends qui estoient entre eux sur les acquisitions et ventes des terres de Villebon, Montrond et Saint-Amand et plusieurs meubles, armes, munitions de guerres, vivres et réparation142 ».

  • 143 Ibidem.
  • 144 Chantilly, 116 C 12, fol. 84 v°.

108Finalement, une transaction fut signée le 11 janvier 1624143 : Condé, pour réduire sa dette, vendit Nogent, Montigny, Vitray et le fief de l’Orme, pour la somme de 358 500 livres à déduire des 745 000 livres qu’il restait devoir. Il demeurait à cette date redevable de 386 500 livres. Par ailleurs, le même jour, il échangea Villebon et Muret contre Baugy, Étréchy, Pouligny, Les Essarts, Chanteloup, etc. Ainsi, le règlement des comptes entre Condé et Sully ne fut-il pas défavorable au prince, puisque celui-ci réussit à accroître ses possessions en Berry, tout en réglant ses premières acquisitions. Le 11 janvier 1624 encore, Sully passa procuration144 pour faire inscrire au pied des minutes de constitution des rentes au marquis de Mire-poix et au sr de Vaucelas, qu’il avait été payé du sort principal et arrérages de ces rentes. Mais Condé s’était réservé la faculté de réméré pour six années des terres qu’il avait cédées, car pour acheter son domaine berrichon, il avait dû céder à Sully des terres situées en pays chartrain : Ville-bon, Nogent, Montigny, Vitray.

  • 145 Chantilly, 116 C 12, fol. 85 v°.

109Dès le 4 décembre 1624, Condé se désista de cette faculté de réméré moyennant 36 000 livres145. Cette somme se trouvait déduite des 386 500 livres qui restaient dues, à savoir 24 156 livres pour une année d’intérêt et 11 843 livres à déduire sur le principal, qui ne serait plus que de 374 656 livres 5 sous. Condé déclara qu’« il a esté contraint et nécessité de le faire afin qu’elle ne luy puisse nuire ny préjudicier ».

  • 146 MC, III, 522. La seigneurie de Champrond était évaluée 5 000 livres de revenu.

110Le 4 décembre 1624, Condé fut encore obligé de vendre la seigneurie de Champrond près de Chartres, pour 125 000 livres146 : sa dette se trouva ainsi réduite à 249 656 livres 5 sous.

111On constate ainsi qu’à partir de 1624 une sorte d’équilibre s’instaura entre les deux parties : le prince développa ses possessions en Berry, et le duc ses domaines en pays chartrain et dans le Perche. Les transactions suivantes entre Sully et Condé visèrent moins à gêner l’adversaire qu’à se faire rembourser les sommes dues.

  • 147 Chantilly, 116 C 12, fol. 68 V°.
  • 148 Chantilly, 116 C 12, fol. 76.
  • 149 Ibidem.
  • 150 Chantilly, 116 C 12, fol. 70 v°.
  • 151 Chantilly, 116 C 12, fol. 77 v°.
  • 152 Meaux et Laas n’étaient pas en Picardie mais faisaient partie de l’héritage de Soissons.
  • 153 Chantilly, 116 C 12, fol. 69 v°.

112Le 30 mai 1626, Sully envoya un mémoire au prince de Condé en onze articles ; il estimait le total de sa créance à 354 713 livres147. Les 21 et 23 août 1626, celle-ci était évaluée à 355 655 livres148. Au moment de ces comptes, Sully songeait à se faire rembourser en terres : les papiers de Condé citent « une grande lettre écrite à Monseigneur par M. de Sully touchant les rentes de Breteuil et La Faloise, Conty et Meaux, apostille de la main de Monseigneur [Condé] du 4 août 1626149 ». Le procédé n’était peut-être pas avantageux à première vue pour Sully, car Condé pouvait être tenté de surévaluer lui aussi les terres échangées ; mais c’était en réalité le seul moyen de rentrer dans les sommes dues. Ces terres picardes étaient à ce moment mises en criée à la requête de Condé. Il se servit d’un prête-nom, son chargé d’affaires Viguier, pour l’adjudication. Celui-ci les revendit ensuite au prince : le 29 décembre 1626, ce fut la seigneurie de La Faloise, pour 100 000 livres, à quoi il faut ajouter les sommes nécessaires pour retirer les décrets et les délivrer (69 000 livres). Le décret et adjudication de la Faloise a été fait dès le 19 mars 1621, ceux de Breteuil et Francas-tel seulement le 27 août 1627150. Le 13 août, Condé et Sully avaient procédé à une nouvelle transaction151 : Sully vendit sa maison de Fontainebleau, d’une valeur de 209 008 livres ; en échange Condé céda la seigneurie de Conty, la vicomte de Meaux et Laas152, d’une valeur de 158 000 livres. La dette de Condé s’était donc encore accrue de 51 008 livres, qu’il promit de payer dans les quatre ans. Il continua ensuite à céder ses terres de Picardie : le 23 février 1628, il vendit à Sully devant le notaire Thiolat les terres et seigneuries de Breteuil, La Faloise et Francastel sises entre Clermont-en-Beauvaisis et Amiens, pour 262 000 livres153.

  • 154 L’évêque de Meaux intenta des poursuites contre Sully afin d’être payé des droits de mutation qui (...)
  • 155 Le 13 octobre 1628, Sully somma Condé « de s’aquiter des droits féodaux deus à cause de lad. terre (...)
  • 156 Chantilly, 116 C 12, fol. 78 v°.
  • 157 Chantilly, 115 C 12, fol. 70 v°.

113À cette date, la dette de Condé était réduite à 144 652 livres. Mais les acquisitions faites par Sully furent une nouvelle source de litiges avec Condé. Ils portèrent sur le paiement des droits de mutation et des frais d’adjudication. En tant que chevalier de l’ordre du Saint-Esprit, Condé était exonéré des droits féodaux de mutation dus au roi lors d’achat ou de vente de terres. C’était le cas pour Breteuil et Francastel tenues du roi. Mais il prétendit que la vicomte de Meaux relevait également du roi afin de se dispenser du paiement de ces droits154. Pour la seigneurie de La Faloise, Condé se montra peu empressé de verser les sommes dues au baron de Bouie dont cette terre mouvait en plein fief155. Quant aux frais d’adjudication, après bien des tractations, ils furent finalement partagés : Sully donna 15 500 livres pour l’adjudication de Conty et 31 500 livres pour la terre de Laas156, tandis que Condé donnait 4 000 livres pour la consignation de Breteuil et Francastel et 16 000 livres pour celle de La Faloise157 en plus des droits de mutation de cette dernière terre.

114À la fin de l’année 1627, Sully résuma très justement ses affaires avec Condé, dans une lettre qu’il lui adressa : après les grosses transactions d’argent, restaient les problèmes de détail sur les terres nouvellement acquises :

  • 158 Le sr de Saint-Aoust, maître d’hôtel de Condé, apparaît très souvent aux côtés de Viguier pour rég (...)
  • 159 Chantilly, série M, t. I.

« Monseigneur, vostre vertu et vostre qualité tant éminente m’ayant obligé à vous rendre toutes sortes de respects et submissions, je m’en suis tousjours acquité le plus à vostre contentement qu’il m’a esté possible, comme l’ont tesmoigné les ventes de mes terres que j’affectionnois le plus, lesquelles vous avez désirées, vous les ayant livrées sans en recevoir que la moindre partie, m’estant confié pour le surplus en vostre foy et parolle, qui sont les parties plus essentielles et nécessaires en un grand prince de maison roialle comme vous, voire en toute personne, et sans lesquelles l’honneur et la sûreté humaine périroit en peu de temps. En suite de tous ces debvoirs rendus, je me suis départi de grandes sommes de deniers à moy légitimement deubs, pour vous complaire et pour esviter toutes conventions, procès et débats, et me suis accomodé pour les paiements de surplus, en telle façon, temps et de telles terres et au pris que bon vous a semblé, quoyqu’elles fussent fort esloignées de moy et grandement en ruine. Or néanmoins, toutes ces choses estant passées, je n’y songe plus ny n’ay aucun regret en icelles pourveu que vous n’y en ayez point, qu’elles me conservent vostre bienveillance et qu’il vous plaise accomplir promptement et de bonne foy tout le reste de vos promesses, maintenant si facilles à exécuter, qui (sic) n’y peut avoir que le deffault de la volunté qui les puissent empescher, comme vous l’aurez pu voir par le mémoire en forme d’articles que monsieur de St-Thou158 vous a porté, dont les deux plus importants consistent en la passation du contrat de Bretheuil suivant que vous vous y estes obligé par les articles signés, pour lequel je vous suplie avant vostre partement, de passer toute procuration suffisante pour cest effect et commender que cela soit exécuté au plus tost et à me faire assurer la propriété (...). Je vous supplie aussi de donner ordre à faire paier les proficts de Son Altesse, d’autant que son refus à me recevoir à hommage empesche que cela ne soit faict, et laisser du fonds pour payer la jouissance des terres que vous m’avez nouvellement vendues et que vous faictes jusques au jour de l’an au lieu de l’intérêt de mon argent. Toutes les choses que je vous demande, Monseigneur, sont si justes, y estes tellement engagé de foy et de parolle, que je ne veux doubter de leurs exécutions, et sur ceste assurance, je vous confirmeray les vœux de mon très humble service, vous prieray de me continuer l’honneur de vos bonnes grâces et vous baiseray très humblement les mains, priant le Créateur qu’il vous donne, Monseigneur, en parfaite santé, augmentation de jours, gloire et félicité. De Sully, le 6e de novembre de 1627. C’est vostre très humble, très obéissant et très fidelle serviteur, SULLY159. »

  • 160 Chantilly, 116 C 12, fol.76.
  • 161 Chantilly, 116 C 12, fol. 80 v°.
  • 162 Chantilly, 116 C 12, fol. 81. Condé et Sully finirent par s’accorder sur le prix des « bagues » la (...)
  • 163 ADC, Ε 206, pièce 75.

115Les affaires de Condé et de Sully ne s’arrêtèrent pas là : Condé continua à faire payer ses fermiers de Châteauroux, La Châtre, Saint-Gauthier et Brive (45 000 livres par an) pour l’acquittement de ses dettes160. Or il devait encore rembourser aux héritiers du duc de Luynes la somme de 360 000 livres qu’il lui avait empruntée en 1621. Au moment du contrat, Condé avait donné en gage à Luynes un certain nombre de pierreries. Pour rembourser sa dette il emprunta alors à Sully, le 20 mars 1632, la somme de 180 000 livres et le déchargea des hypothèques des terres de La Faloise, Breteuil et Francastel161 ! Condé récupéra les pierreries données en gage à Luynes, et les donna en gage à Sully : or il se trouve que celui-ci, ayant fait procéder à une nouvelle expertise, les évalua à la moitié du prix donné en 1621 ! Le 18 février 1634, Condé éteignit sa dette envers Sully, en lui laissant ces bijoux, dont la valeur était de 182 290 livres162. C’étaient essentiellement des diamants : broches, boutons, pendants d’oreilles, chaînes, dont une enseigne de cinquante-quatre diamants (4 500 livres), une autre de cent quarante-sept diamants (8 000 livres), une autre de trois cent quarante diamants (12 000 livres), une autre « à panache » de onze gros diamants et de deux cents vingt-neuf moyens ou petits (14 000 livres), une autre enseigne à panache de vingt-cinq gros diamants et de quatre cent dix autres (14 000 livres), une paire de pendants d’oreilles avec deux grands diamants taillés en facette, six pendeloques et seize petits diamants (12 000 livres), une paire de pendants d’oreille « où il y a un grand diamant en cœur à chacun » et dix petits autour (21 000 livres), une paire de pendants à « branchages de glands », en perles et diamants (4 500 livres), une guirlande de sept fleurs de diamants (2 400 livres), cent cinquante-quatre boutons couverts de diamants (12 840 livres), cinq chaînes de pièces d’or portant chacune un ou plusieurs diamants (63 450 livres), dont l’une, composée de seize grandes pièces portant chacune dix-sept gros diamants et quarante petits, et de seize petites pièces portant dix-sept gros diamants et vingt petits, estimée 22 080 livres ; enfin un collier de trente-six grosses perles (3 600 livres)163.

  • 164 Chantilly, 116 C 12, fol. 81.

116Cet accord ne concernait que le règlement de la dette de 180 000 livres nouvellement contractée par Condé ; en ce qui concernait le règlement de la vente de Montrond, les parties s’accordèrent finalement le 20 février 1634, en signant « une quittance finalle et généralle de toutes choses quelconques que Monseigneur et led. duc de Suilly ont eu ensamble pour quelque cause que ce soit164 ».

117Si les affaires d’argent étaient réglées, la cession réciproque de terres entraîna encore quelques différends : Sully assigna encore Condé aux

  • 165 Chantilly, 116 C 12, fol. 155.

118Requêtes du Palais, car celui-ci avait prétendu que la vicomte de Meaux relevait seulement du roi, alors que l’évêque de Meaux en prétendait la mouvance, et donc l’hommage et le payement de droits féodaux, dont Sully était dispensé si la terre relevait du roi, en vertu du privilège de Condé. Aussi deux lettres des 18 avril 1637 et de 1638 échangées entre les intendants des deux maisons traitèrent-elles encore des différends entre Sully et Condé, et « pour finir à l’amiable leurs affaires165 ».

119Le résultat des transactions avec Condé fut, non une dépossession, mais un vaste échange de terres qui bouleversa totalement le premier dessein territorial de Sully en le contraignant à abandonner la plus grande partie de ses terres en Berry. Sully ne fut cependant pas entièrement perdant : il réussit à former autour de Villebon, dont l’achat en 1607 était peut-être déjà l’amorce de grands projets, un autre ensemble de terres, moins prestigieux que celui du Berry, mais bien établi.

120Dans ses démêlés avec Pierre Cottan, abbé commendataire de l’Absie et de Coulombs, Sully n’eut pas autant de succès, et dut plaider un procès politique.

II. L’AFFAIRE COTTAN

  • 166 ADL, 5 J 16-17.

121L’un des moyens utilisés par Henri IV pour récompenser Sully, ainsi que nous l’avons vu plus haut, fut de lui attribuer des abbayes. Laïc et de surcroît huguenot, Sully ne pouvait être abbé commendataire ; il nommait donc des abbés « confidentiaires » à sa place, c’est-à-dire des clercs qui, canoniquement pourvus des bénéfices, s’engageaient à lui en reverser les revenus. Grâce au dossier d’un procès166 qu’il intenta à l’un de ceux-ci, Pierre Cottan, nous connaissons mieux les mécanismes de la commende et de la confidence, de la perception des revenus, ainsi que les difficultés de personnes et les problèmes politiques et judiciaires que cette pratique pouvait susciter.

  • 167 ADL, 5 J 16, pièce 20.
  • 168 ADL, 5 J 17, pièce 20. Sur ce James Beaton et sa pseudo-parenté avec Sully, voir ci-dessus p. 140, (...)

122Par brevet du 14 février 1606167, Sully échangea l’abbaye de Saint-Serge-lès-Angers contre celle de l’Absie en Poitou, au diocèse de Maillezais, autrefois possédée par James Beaton, archevêque de Glasgow168. Le 19 septembre 1606, il obtint encore l’abbaye de Coulombs, près de Nogent-le-Roi, au diocèse de Chartres, dont Henri IV lui avait donné l’expectative en 1603.

  • 169 ADL, 5 J 17, pièce 3, interrogatoire de Pierre Cottan du 14 mai 1632.

123Pour ces deux abbayes, Sully choisit Pierre Cottan, prêtre natif de Saint-Denis-sur-Ouanne, près de Bontin, lequel connaissait « led. sr duc de Sully de son jeune aage, pour l’avoir veu souvent venir au païs de l’Auxerrois, païs d’Anne de Courtenay, sa première femme, dans la maison de laquelle le sr duc de Sully a cogneu les parents de luy respondant169 ».

124En 1598, Cottan vint étudier à Paris. Il avait « tousjours fréquenté la maison dud. sr duc de Sully » mais se défendait d’être son « domestique », c’est-à-dire d’avoir été nourri et logé par lui : à Paris, il logeait au collège de Cambrai, dont il était boursier. Sully affirmait l’avoir tiré de ses terres pour le faire étudier, quoique Cottan se défendît d’avoir « tousjours esté de son estat ».

125Toujours est-il qu’en 1606, Cottan fut fait abbé de l’Absie et de Coulombs ; en outre, il reçut l’abbaye de Loroy près de la Chapelle-d’Angillon, les prieurés de Saint-Gondon et de Coulions près de Sully-sur-Loire.

  • 170 MC, III, 481.
  • 171 Pour Saint-Benoît-sur-Loire, dont le revenu était de 16 000 livres, l’abbé ne percevait qu’une pen (...)

126Les baux à ferme du revenu des abbayes nous apprennent qui percevait celui-ci : le 19 janvier 1607 par exemple, Sully promit à Jacques Liégeart, avocat en Parlement et bailli de Coulombs, associé à trois autres personnes, de lui faire bail « par celui qui sera prochainement pourveu de l’abbaye de Coulombs » du revenu temporel de l’abbaye pour six ans170. Légalement, c’était l’abbé en titre qui passait les baux de l’abbaye ; Sully ne pouvait donc le faire lui-même. Mais Liégeart percevait les revenus, et versait directement au duc un loyer annuel de 12 000 livres, en plus des charges du paiement des censives, rentes, gages des officiers, frais de procès et menues réparations. L’abbé et les religieux touchaient seulement une pension171, recevaient leur bois de chauffage prélevé dans la forêt de Montfort, et six muids de méteil. L’abbé n’était donc qu’un prête-nom ; c’était lui qui signait les baux à ferme, éventuellement rendait les foi et hommage, mais ce n’était pas lui qui touchait les revenus. Cette situation, qui n’était pas exceptionnelle, dut pourtant être justifiée par Sully à la suite des démêlés qu’il eut avec Cottan.

  • 172 ADL, 5 J 17, pièce 19.

127En avril 1608, Sully obtint à Rome pour Cottan les bulles de provision de l’Absie et de Coulombs. Malheureusement la situation se dégrada rapidement entre le duc et son protégé. Dès 1612, Sully se méfia de Cottan et intenta une action au Conseil privé pour l’obliger à passer une procuration ad resignandum172, mais Cottan profita de la position désavantageuse dans laquelle se trouvait alors l’ancien ministre de Henri IV. Le procès dura vingt ans et nous renseigne à plus d’un titre sur les difficultés que Sully dut surmonter pour préserver sa fortune après la mort de Henri IV.

128Le contentieux avec Cottan porta essentiellement sur deux points : la chambrerie de Coulombs et l’abbaye de l’Absie.

1. La chambrerie de Coulombs

  • 173 MC, III, 464, procuration du 26 avril 1600 pour prendre à bail emphytéotique les terres de Lormois (...)

129De l’abbaye de Coulombs dépendait un petit bénéfice, la chambrerie, que Sully avait pris en bail emphytéotique dès 1601 de Renaud de Beaune, alors abbé de Coulombs173. Pierre Cottan essaya de faire en sorte de soustraire cette chambrerie en prouvant qu’elle n’avait jamais été réunie à la mense abbatiale, qu’elle ne dépendait donc pas de l’abbé actuel, et que Renaud de Beaune n’avait pas pouvoir de la donner en bail emphytéotique. Il se servit dans cette affaire d’un certain Robert Cottel, personnage peu recommandable, qui, lors de son emprisonnement à la Conciergerie du Palais, avait appris d’intéressants renseignements d’un nommé Le Roux. Ce Le Roux, avant son incarcération, avait été pourvu de la chambrerie. Il mit Cottel au courant de l’existence de mémoires sur la chambrerie, que celui-ci, une fois libéré, s’empressa d’acheter à un certain Maupeou, ancien secrétaire de l’archevêque de Bourges. Cottel se mit alors à consulter les mémoires que Le Roux lui avait signalés et demanda à Rome que l’on envoie des bulles en faveur de Buisson, son associé. C’est à ce moment-là que Sully fut averti de ces tractations par l’un de ses amis, banquier expéditionnaire en cour de Rome. Sully soupçonnait Cottan d’être complice de Cottel, pour lui soustraire la chambrerie à leur profit.

130Cottan chercha alors à prouver sa bonne foi : il écrivit à Sully en décembre 1611, alla le trouver à Montrond en mai 1612 ; il rechercha dans les archives du greffe de la cour des pièces prouvant que l’office de chambrier avait été réuni à la mense abbatiale, mais ne réussit à trouver que quelques arrêts « qui présupposent lad. réunion ». Il fit consulter les arrêts à trois reprises par plusieurs avocats dont l’avis fut uniforme : les arrêts trouvés par Cottan ne pouvaient servir à garantir la chambrerie. En voulant prouver sa sincérité, Cottan agissait donc dans le sens de Cottel. Et même il servait tellement bien Sully qu’il trouva des provisions de cet office octroyées par les précédents abbés, ce qui prouvait que l’office de chambrier était bien distinct de celui d’abbé. Il fit encore une enquête auprès des plus anciens religieux de Chartres et aboutit à la conclusion « que ce n’a jamais été que chose simulée ».

  • 174 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 80.

131Sully de son côté se fondait sur trois actes : un arrêt du Parlement du 23 décembre 1572 réunissant à la mense abbatiale et capitulaire de l’abbaye de Coulombs le revenu temporel de la chambrerie ; un autre arrêt du Parlement du 19 décembre 1587 maintenant Renaud de Beaune, archevêque de Bourges et abbé de Coulombs, en la possession et jouissance des fruits et revenus du domaine appartenant à ladite chambrerie « comme étant annexé à la mense abbatiale » ; enfin un bail emphytéotique fait par l’abbé de Coulombs au duc de Sully du 29 août 1601 des terres de la chambre-rie174.

  • 175 MC, III, 490, bail du 17 février 1615.

132Le domaine de la chambrerie s’étendait sur les villages et paroisses de Lormois, Cravant, Mondreuil, Tilly et Saint-Illiers-la-Ville, et valait 2 500 livres de revenu175. Il se trouvait que Sully pouvait en réalité seulement prouver la réunion de l’office de chambrier à celui d’abbé. C’est pourquoi Cottan, par l’intermédiaire de Cottel, essaya de prouver que Sully ne possédait pas cet office, que celui-ci était vacant, et qu’il pouvait donc demander des bulles de provision à Rome.

133Mais Sully, dès 1612, se méfia de Cottan et ne lui donna aucune réponse : il envoya l’un de ses serviteurs, Abraham Bossé, en septembre 1613, lui enjoindre de ne plus se mêler de l’affaire, qu’il ne faisait qu’embrouiller, et, pour éviter tout procès, préféra dans un premier temps s’entendre avec Cottel, en lui promettant de lui remettre la chambrerie si le différend s’éteignait.

  • 176 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 81. L’affaire avait été renvoyée le 8 mars 1613 devant le parlemen (...)

134Puis, il chercha à se débarrasser de son gênant prête-nom : il intenta une action au Conseil privé et fit assigner Cottan le 9 mai 1614, pour « voir dire que la chambrerie demeurera unie à la manse (sic) abbatiale, que Cottan sera tenu de remettre l’abbaye en l’estat où elle estoit pour que le duc de Sully en dispose en faveur de qui il voudra, que Cottan lui fasse procuration ad resignandum, le nom du résignataire en blanc176 ».

135Finalement, Sully se débarrassa de l’abbaye de Coulombs en la cédant, avec Villebon, le 31 juillet 1614 au prince de Condé ; le 17 décembre 1614, Cottan passa procuration pour résigner l’abbaye en faveur de Philippe de Monfat, protégé de Condé.

  • 177 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 80-81.
  • 178 Ibidem.
  • 179 Ibidem.
  • 180 MC, III, 521.

136Mais le procès avec Cottel, qui avait réussi à se faire pourvoir de la chambrerie, n’en était pas pour autant vidé car Sully possédait toujours légalement le bail emphytéotique des terres et lieux dépendant de la chambrerie. L’affaire traîna dix années : le 1er décembre 1615, Cottel obtint un arrêt du Grand Conseil cassant le bail emphytéotique et condamnant les fermiers à lui payer le loyer pour 1612 et 1613177 ; un autre arrêt du Grand Conseil du 28 avril 1617 les condamna à payer leur ferme pour 1614 et 1615 à Cottel178. Sully réclama alors et obtint, le 8 mai 1618, le renvoi de l’affaire devant le parlement de Paris, qui avait donné son jugement, par deux arrêts de 1572 et 1587179. Le procès, par renvois successifs de cour en cour, aurait pu durer longtemps, aussi l’affaire finit-elle par se résoudre à l’amiable entre Sully et les fermiers de Saint-Illiers, le 31 janvier 1624180.

  • 181 ADL, 5 J 16, pièce 8.

137Au total, le duc avait été obligé de rembourser aux fermiers le loyer de 1612 et de 1613 ; d’autre part, d’après un compte tenu par Regnouart, en date du 24 juillet 1613181, les fermes avaient été saisies par Cottel depuis 1609. S’il faut donc faire un bilan des sommes touchées de l’abbaye de Coulombs, Sully a cessé de toucher les revenus de la chambrerie de Coulombs depuis 1609 ; il n’en a joui que de 1601 à 1608 ; quant à l’abbaye elle-même, les revenus furent perçus de 1608 à août 1614, à raison de 12 000 livres par an.

2. L’abbaye de l’Absie

138Plus grave fut le contentieux qui opposa Sully au même Pierre Cottan, cette fois-ci en tant qu’abbé de l’Absie. Cottan voulut se prétendre le véritable abbé afin de percevoir les revenus de l’abbaye, et non pas seulement les pensions versées par Sully ; dans ce procès, ce fut à Sully de prouver sa bonne foi et même de justifier le système de concession de bénéfices ecclésiastiques utilisé par le roi pour récompenser l’un de ses serviteurs. La procédure dura vingt ans et finit par se muer en procès politique.

  • 182 ADL, 5 J 16, pièce 1.
  • 183 ADL, 5 J 16, pièce 26.
  • 184 ADL, 5 J 17, pièce 19.
  • 185 Ibidem.
  • 186 MC, III, 479.
  • 187 BN, Nouv. acq. fr. 25 237, fol. 54-69. Ce procès-verbal fut envoyé à Sully et non à Cottan : « S’i (...)
  • 188 Le prix nécessaire pour les réparations est évalué à 5 346 livres.
  • 189 MC, III, 482, procurations de Pierre Cottan du 29 mai 1607.
  • 190 ADL, 5 J 16, pièce 2.

139Sully avait obtenu du roi l’abbaye de l’Absie, au diocèse de Maillezais, par brevet du 14 février 1606182. Le 22 mai suivant, Regnouart paya au sr de Sauzay, banquier expéditionnaire en cour de Rome, la somme de 2 200 livres pour obtenir les bulles et provisions des abbayes de l’Absie et de Loroy, sous le nom de Pierre Cottan, prêtre du diocèse de Sens183. Le 8 août, Sully racheta en outre une pension de 3 000 livres accordée sur les revenus de l’abbaye à Jean Robin184. Le 31 mai 1607, une bulle au nom de Pierre Cottan fut délivrée au duc185, mais dès le 30 avril 1606, Rachel de Cochefilet, toujours au nom de Pierre Cottan, avait promis à André Malle-ray, avocat au présidial de Fontenay-le-Comte, de lui donner le bail du revenu temporel de l’abbaye, pour 9 000 livres par an186. Le 20 août 1608, Malleray fit dresser un procès-verbal des réparations à faire aux bâtiments et aux métairies de l’Absie187, travaux fort importants, semble-t-il (la plupart des toitures et des « planchers » étaient ruinés)188. Ce fut seulement le 4 février 1609 que Cottan vint prendre possession de son abbaye ; il fit alors effectuer en son nom un certain nombre d’hommages et d’aveux189, dont il envoya un état détaillé à la duchesse de Sully190. Ces différents actes servirent de preuve au procès, pour juger des responsabilités de chacun.

140C’est ici que l’on voit une des principales difficultés de la gestion des abbayes données par le roi. Sully, qui ne pouvait porter le titre d’abbé, devait nommer une personne, non seulement pour exercer la fonction d’abbé, mais aussi pour en porter le titre. C’était cette personne qui passait tous les actes légaux (baux, fois et hommages, résignations). Au regard de la loi, c’était Cottan qui était l’abbé, mais pour Sully, ce n’était qu’un prête-nom. Encore fallait-il réussir à le prouver car les bulles papales ne portaient que le nom de Cottan, et ne mentionnaient en aucun cas une quelconque intervention de Maximilien de Béthune. Rapidement, Cottan profita de cette situation (compliquée par le fait, rappelons-le, que Sully était protestant) pour essayer de toucher seul les revenus de l’abbaye.

  • 191 ADL, 5 J 17, pièce 3.

141Le 16 mai 1609, Cottan passa un bail général à Malleray, sur les demandes de la duchesse, qui en avait fait la promesse dès 1606 et avait besoin de l’aval de l’abbé légal. L’affaire de la chambrerie de Coulombs intervint dès 1610. Puis en janvier 1611, ce fut la disgrâce de Sully ; ce dernier en vint à se méfier de Cottan, qui, effectivement, s’était alors abouché avec le duc de Nevers, sous la protection duquel il se plaça, le 4 août 1615, pour faire face aux poursuites de Sully, et avec l’intention de résigner ses bénéfices (car lui seul avait pouvoir de passer une procuration ad resignandum) en faveur de l’un des fils du duc de Nevers191. L’affaire Cottan se plaçait donc dans le même contexte que l’affaire Condé : après sa disgrâce, Sully a dû défendre sa fortune contre les convoitises des uns et des autres. Au traité de Loudun, il se plaignit que ses pensions avaient été données à d’autres ; Condé essaya de le dépouiller dans les années 1614-1621 ; Sully prétendit encore que Cottan avait cherché à lui faire perdre les abbayes qu’il avait en Quercy (Figeac et Marcilhac), dont il aurait soustrait les papiers pour les donner au comte de Moret en échange d’une pension.

  • 192 ADL, 5 J 17, pièce 19.

142Il semble que dans les premières années, Cottan ait essayé de gagner du temps, pensant que la durée et les événements politiques joueraient en sa faveur. Dans ses lettres à Sully du 24 décembre 1611 et du 18 août 1613192, il chercha à rassurer le duc sur sa bonne volonté : « estant quant à moy tout mon désir de vous y rendre le service que je vous dois, et vous faire paroistre en cet endroit et par tout alleur le contraire que l’on vous a voulu fere croyre de moy, et que je ne démentiray jamais le veu que j’ay faict d’estre toute ma vie vostre très humble et très obéissant serviteur » (lettre du 18 août 1613).

143En même temps, Cottan suppliait Sully de le « voulloir traicter doulcement comme son serviteur et créature, et avoir esgard à luy faire quelque médiocre récompense affin de ne poinct sortir honteusement de son service », tout en menaçant, si on voulait le manier trop rigoureusement, « qu’il avoit de quoy se deffendre » (lettre du 26 septembre 1613).

  • 193 Ibidem.

144En 1614, Sully réussit à obtenir de Cottan, nous l’avons vu, une procuration pour résigner l’abbaye de Coulombs, qu’il avait vendue à Condé. En 1615, il essaya de faire de même pour l’Absie. Pour cela, il envoya l’un de ses gentilshommes, le sr de Greysieu, auprès de Cottan ; celui-ci obtempéra et signa une procuration en date du 14 août 1615193. Il en passa encore une autre le 16 septembre 1616 devant Le Cousturier, notaire apostolique, afin de résigner l’abbaye de Notre-Dame de Loroy au diocèse de Bourges. Le

  • 194 ADL, 5 J 17, pièce 20.
  • 195 ADL, 5 J 17, pièce 3, 14 mai 1632.
  • 196 A raison de 9 000 livres de 1606 à 1619 et de 9 500 livres pour 1620.

14512 mars 1619, Sully obtint un brevet du roi nommant Charles Largentier à l’Absie au lieu de Pierre Cottan194. Cependant ce dernier, qui depuis 1615 s’était placé sous la protection du duc de Nevers, commença par révoquer sa procuration (car il pensait s’en servir au profit de son protecteur), puis la reconnut à nouveau le 3 juin 1620. Dans son interrogatoire195, Cottan avoua en effet que la procuration du 14 août 1615 n’était pas destinée à Sully : « Celle produite au procès est tombée entre les mains du duc, car son intention était qu’elles fussent admises en faveur de l’un des fils du duc de Mantoue ». Quand il avait révoqué sa première procuration, il avait reçu de Sully l’offre d’une pension annuelle de 2 000 livres, outre 200 écus pour ses frais, ce qu’il refusa. Mais il semble qu’ensuite Cottan ait décidé de s’arranger directement avec Largentier, que Sully avait pressenti : le 3 juin 1620 donc, il reconnut Largentier comme abbé et réclama pour lui-même les fruits de l’abbaye de l’Absie depuis 1606 jusqu’au 18 août 1620, soit 126 500 livres196. En reconnaissant Largentier pour abbé, il prenait de court Sully en affirmant son droit de résigner en faveur de qui il voulait, preuve nouvelle qu’il était le véritable abbé, malgré les affirmations répétées de Sully qu’il n’avait pu obtenir de son seul crédit ces abbayes mais ne les avait obtenues que grâce à lui.

  • 197 ADL, 5 J 16, pièce 23.

146En réalité, ce n’était pas en 1620, mais à la fin de l’année 1618 que Cottan avait délaissé l’abbaye à Largentier et avait essayé de se prétendre véritable abbé. Le 22 octobre 1618, il intenta une action contre Malleray, le fermier général, mais il y renonça par transaction du 3 juin 1620197, afin que Largentier « jouisse pleinement et paisiblement de lad. abbaye, fruicts et profits... » et que celui-ci se démette des fruits de l’abbaye en faveur de Cottan jusqu’à sa prise de possession. Par cet accord, Cottan pouvait ainsi démontrer que si Largentier son successeur disposait pleinement des revenus de l’abbaye, il en était de même pour lui.

  • 198 ADL, 5 J 17, pièce 20.
  • 199 ADL, 5 J 16, pièce 25.

147Aussi reprit-il le procès contre Malleray, le 18 août 1620. Malleray fut condamné à payer le prix de sa ferme à Cottan jusqu’au 12 novembre 1618. Il fit alors assigner Sully, pour le garantir en vertu d’une décharge à lui donnée le 16 mai 1620 par Bonaventure Forain, lieutenant au gouvernement de Saint-Maixent, comme ayant charge du duc198. Le 27 janvier 1621, Sully reconnut avoir reçu de Malleray les fruits de l’Absie de 1606 à 1618. Il ne semble pas que ce soit exact, mais Sully utilise ici la même tactique que Cottan. D’autre part, le 7 août 1620, il fit constater par huissier, dans les registres de François Parisot, successeur du sr de Sauzay, le paiement des bulles et provisions de l’Absie, fait le 22 mai 1606 par le duc de Sully199. Le nom de ce dernier n’y figure pas, car c’est Regnouard qui avait versé les 2 200 livres ; en outre les paiements avaient été faits en faveur de Pierre Cottan expressément cité. Cottan se défendit donc en disant que Regnouart était son « intyme ami » et qu’il lui avait avancé de l’argent ; cet argument n’était pas invraisemblable puisque Cottan avait fréquenté longtemps la maison de Sully. Comme dans l’affaire de la chambrerie de Coulombs, les preuves décisives manquaient à Sully. Son seul recours fut de se retrancher derrière la décision royale de lui donner des abbayes.

  • 200 AN, 120 AP 48, fol. 140-145.

148Ce fut à cette époque que se plaça un événement politique important : en considération de la réduction faite par le duc et le comte d’Orval, son fils, des places de Figeac, Capdenac et Cardaillac, Louis XIII leur accorda par lettres patentes du 22 mai 1622, confirmées le 16 décembre 1622, une décharge de toute demande en restitution de fruits de leurs bénéfices ; le roi leur accordait en outre que « tous arrêts, sentences et jugements donnés à leur préjudice sur ce sujet demeurent révocqués, cassés et annulés ». Sully en obtint le 22 août 1624 des lettres de surannation200. On conçoit l’avantage énorme que lui apporta cette concession royale. Il ne tarda pas à s’en servir.

  • 201 ADL, 5 J 16, pièce 31.
  • 202 ADL, 5 J 17, pièce 21.
  • 203 ADL, 5 J 17, pièce 20.

149Le 13 septembre 1625 fut rendu une sentence des Requêtes du Palais défavorable à Sully201 ; ce dernier utilisa immédiatement les lettres de décharge obtenues de Louis XIII, et dès le 27 septembre fit casser l’arrêt et évoquer la procédure par le Conseil du roi. Devant celui-ci, Sully plaida une affaire politique : il commença par rappeler que Henri IV, durant les guerres civiles et par la suite, avait été contraint par la nécessité des affaires de récompenser « ceux de la noblesse et autres qui avaient exposé leurs biens et leur vie pour son service et conservation de son Estat202 ». D’ailleurs, cette forme de récompense avait été pratiquée de tout temps ; Sully cita même l’exemple de Charles Martel. Il montra que les abbayes lui avaient été données par Henri IV en récompense de ses services, « ce dont toute la France peut rendre témoignage », et qu’il serait de mauvaise politique de les lui retirer : « Il ne peult estre contrainct de les rendre sans une enquête notable, laquelle, par sa conséquence, feroit perdre courage aux subjectz de Sa Majesté de la servir avec le zèle, fidélité et affection qu’ils y sont obligez, sy après qu’ilz ont receu quelques gratifications du roy, ils estoient subjectz à en estre recherchez203 ». De plus, c’était un usage notable chez les seigneurs de la cour de jouir de bénéfices et abbayes « soubs le nom de quelques personnes ausquelles ils en faisoient porter le titre et en jouissoient des fruicts », et même au temps de Henri IV, on a donné « des arrêts du Conseil condamnant des personnes qui avaient prêté leur nom pour la garde des bénéfices, de les résigner quand on voyait qu’ils voulaient tromper ... et s’approprier des bénéfices ou de les donner à d’autres ».

150Enfin Sully démontra que le Parlement n’était pas habilité à juger cette affaire, car le roi seul et son Conseil pouvaient interpréter les traités et brevets royaux, et que seul le roi pouvait rendre les dons des rois sans effect ; les affaires d’État, selon lui, n’étaient pas de la compétence du Parlement « qui n’est estably que pour juger des affaires ordinaires » : or ce procès était, aux yeux de Sully, une affaire d’État, car il concernait l’exécution des traités faits entre Sully et le roi ; de surcroît, Sully craignait que le Parlement « n’ayant pas cognoissance des mouvemens de Sa Majesté et de son Conseil et estant attaché dedans des formalitez et règles contre lesquelles il ne peut juger », ne le condamne infailliblement ; ou plutôt, il était plus habile pour Sully de renvoyer l’affaire devant le Conseil du Roi, qui ne pouvait désavouer les actes royaux.

151Cette argumentation reconnaissait implicitement qu’au strict point de vue du droit, la position de Sully était difficilement défendable, mais elle se retranchait habilement derrière la volonté du roi Henri IV, contre laquelle on ne pouvait aller. Sully invoque la bulle De confidentiis beneficialibus en date du 1er juin 1569, et le traité Ad regulam de publica resignatione de Charles Dumoulin. Selon lui, il a été jugé que la confidence était justifiée par baux à ferme, réception de deniers des fermiers, expédition de provisions en cour de Rome, réception des procurations ad resignandum au profit de telle personne que le procureur voudrait nommer. Mais aucun de ces actes ne sont décisifs pour Sully : car si Rachel de Cochefilet a passé bail à ferme avec Malleray, le seul bail valable est celui que Cottan a passé sur la demande de la duchesse ; aussi Cottan en profite-t-il en 1615 pour conclure directement la ferme avec Malleray.

  • 204 ADL, 5 J 17, pièce 21.

152Sully accusa encore Cottan d’être « un homme perdu et noie de debtes, obligé à divers créanciers à plus de 80 000 ou 100 000 livres », et de n’agir que sous couleur d’argent204. Le 4 janvier 1625, Claude Luillier, banquier expéditionnaire en Cour de Rome et aumônier du roi, déposa une requête pour saisie, à cause de 5 000 livres dues par Cottan et qu’il avait promis recouvrer sur le comte de Moret, « mais l’affaire pour laquelle Cottan prétendait lad. somme sur le comte n’a pas réussi ». De son côté, Cottan accusa Sully d’avoir usé de violence à son égard.

  • 205 ADL, 5 J 17, pièce 7.
  • 206 ADL, 5 J 17, pièce 8.

153Le Conseil du roi se montra quelque peu embarrassé par cette affaire, et la procédure dura encore plusieurs années, sans aboutir. Elle ne fut rapportée au Conseil des Parties qu’en 1632 (« bien que ce fût une affaire d’État »). Le 24 mai, on fit procéder à l’interrogatoire de Pierre Cottan, mais par arrêt du 18 juin 1633, le Conseil renvoya l’affaire devant le Parlement, pour y procéder sur l’appel de la sentence des Requêtes du Palais du 13 septembre 1625, condamnant Sully à restituer les fruits de l’abbaye205. Dès le 23 septembre 1633, le Parlement confirma la sentence du 13 septembre 1625206, et Sully renouvela son appel ; il demanda à nouveau au Conseil de casser l’arrêt et d’évoquer la procédure. Le 12 janvier 1634, le Conseil arrêta la connaissance de la cause, et le 21 juillet ordonna la surséance de toute poursuite en Parlement. Le 1er août, Cottan obtint de lever la surséance ; le 12 août, Sully fit casser l’arrêt du Parlement et le 14 décembre 1634 fit à nouveau évoquer l’affaire au Conseil.

154Grâce aux lettres patentes obtenues en 1622, Sully disposait d’une arme redoutable, mais celle-ci ne lui permettait pas de faire trancher l’affaire en sa faveur ; tout au contraire, elle englua la procédure dans des arguties de compétence de cour.

155Si Coulombs et l’Absie avaient été finalement cédées en 1614 et 1620, le contentieux avec Pierre Cottan n’était toujours pas réglé vingt ans plus tard. L’affaire Cottan fut sans doute la plus épineuse de toutes pour Sully, car non seulement il ne put régler le différend par un accord à l’amiable, mais il dut élever le débat au-delà d’une simple attaque contre sa fortune privée : il remit en question le principe des abbayes en confidence. Dans le cas du procès avec ses agents Hillaire et la Gravière, l’affaire fut au contraire toute différente : elle ne mettait en jeu que des intérêts privés et, cette fois, Sully put produire des preuves déterminantes.

III. L’AFFAIRE HILLAIRE ET LA GRAVIÈRE

  • 207 Voir ci-dessus p. 184-187.

156Jean Hillaire et Isaac Chazal, sr de La Gravière, agents de Sully, entrèrent à son service vers 1606-1608 et exécutèrent pour les affaires du duc plusieurs missions d’importance. C’étaient eux qui avaient notamment traité avec le prince de Condé ; ils avaient aussi participé aux négociations de La Rochelle et Loudun en 1616, et en 1616 encore, ils furent envoyés par Sully en Quercy prendre possession des garnisons de Figeac, Capdenac et Cardaillac. C’était eux qui étaient chargés spécialement des affaires de Poitou et Quercy : achat des seigneuries de Caussade et de Montricoux, perception des fermes, signature des baux, prêts et recouvrement d’argent sur les particuliers. Le rôle d’Hillaire et de La Gravière a déjà été évoqué plus haut207. Ils furent au premier plan dans l’achat des greffes de Languedoc qui mit en jeu plusieurs centaines de milliers de livres et révéla leurs rivalités et leurs malversations.

  • 208 MC, III, 509.

157À la fin de l’année 1618, le roi, qui avait besoin d’argent, décida de revendre aux enchères les greffes du ressort du parlement de Toulouse, en remboursant les anciens propriétaires et en gardant pour lui-même le prix de l’enchère et une taxe de deux sous par livre (10 %). La duchesse de Sully fut la première intéressée par les profits à retirer de cette vente, fit dresser des mémoires sur le prix payé par les anciens propriétaires et sur le montant auquel pouvait s’élever l’enchère. Elle donna procuration à cet effet à La Gravière le 18 janvier 1619208. La Gravière devait travailler avec son neveu d’Herbouze, agent des affaires du duc à l’Arsenal, auquel il devait envoyer ses lettres de change à acquitter à Paris.

  • 209 Revenu d’autant plus intéressant que celui des terres était estimé en moyenne à un vingt-cinquième (...)

158Mais Hillaire, correcteur en la Chambre des comptes de Languedoc, intervint le premier auprès de Sully : il le persuada de l’avantage qu’il pouvait tirer de cette affaire, lui promettant de pouvoir remporter, grâce à ses relations, les greffes au denier dix, c’est-à-dire à dix fois le prix de leur revenu annuel209. Aussi, lorsque La Gravière arriva auprès du duc à Mon-trond, en janvier 1619, il s’aperçut qu’Hillaire l’avait devancé :

  • 210 La Gravière et d’Herbouze correspondent entre eux en lettres chiffrées. Ce système était courant : (...)
  • 211 ADL, 5 J 19, pièce 11, lettre de La Gravière à d’Herbouze du 24 janvier 1619.

« Si j’eusse tardé encore deux jours, il m’en eust falu retourner comme j’estois venu car 2210 (Sully) avoit desja donné toutes mémoires et instruction à 4 (Hillaire) qui l’estoit venu trouver pour l’offre de 10 (greffes) sur la proposition qu’il luy auroit fait de luy fere avoir tous ceux qu’il voudroit au denier 10211. »

159La Gravière et Hillaire devaient donc, sur la demande de Sully, s’entendre :

« Il désiroit que je fisse le voyage avec luy, m’a commandé de vivre en bonne intelligence avec luy, et m’a fait promettre de l’aymer afin qu’il eust subject après l’avoir bien servy en cest affaire de nous récompenser tous deux, ce qu’il nous a promis fort expressément. »

160La Gravière dut ainsi se résigner à s’associer avec Hillaire :

  • 212 Ibidem.

« Je feray du mieux que le pourray pour 22 (d’Arbouze) et 21 (La Gravière) car puisque 2 (Sully) se laisse ainsi mener par le bec, il fault prendre un aultre chemin que celuy que nous avions desseigné ; de vostre costé, mandés moy vostre advis, et cependant, puisqu’il fault que je face 54 (affaires) avec 4 (Hillaire), ne gastés rien pour son regard mesme, car voyant que 7 (Madame) a si peu de pouvoir, il fault nécessairement changer de batterie. Nous aurons donc sans doute, si plaist à Dieu, les 10 (greffes) de 13 (Nismes) et je n’oublieray rien pour faire réussir ce que nous avons projette212. »

161La Gravière avait projeté d’acheter pour Sully les greffes de Nîmes et d’en prendre une partie pour lui. Or Hillaire, de son côté, s’était arrangé avec le comte d’Orval. On le voit, les deux agents de Sully travaillaient à la fois pour lui, pour eux-mêmes et pour des tiers. La Gravière avait même reçu des promesses de la duchesse, et en quelque sorte son aval, pour se livrer à des opérations personnelles :

  • 213 ADL, 5 J 20, premier interrogatoire de La Gravière du 11 mars 1632.

« Lad. dame luy promist de grandes rescompenses, mesmes luy permist de faire quelques acquisitions pour luy et de tirer des lettres de change jusques à cinq ou six cens mil livres, qu’elle l’acquitterait de ses propres deniers sans que led. sr duc de Sully son mary en seust rien213. »

162La duchesse par ce moyen tentait d’intéresser La Gravière aux affaires du duc afin de l’inciter à emporter les greffes à un prix modéré. Elle s’était elle-même informée auprès des anciens propriétaires du prix des greffes et avait donné un mémoire à La Gravière spécifiant leur valeur annuelle, et la somme qu’elle entendait donner pour leur acquisition. Sully, sur les conseils d’Hillaire, avait prévu d’employer à l’achat des greffes une somme énorme : 200 000 écus, soit 600 000 livres.

  • 214 ADL, 5 J 19, pièce 12. Dans leur lettre au duc, La Gravière et Hillaire jugent que les catholiques (...)
  • 215 ADL, 5 J 19, pièce 14, lettre de La Gravière à d’Herbouze du 25 février 1619.

163Hillaire et La Gravière arrivèrent à Figeac vers le milieu du mois de février 1619 ; ils informèrent le duc par lettre du 26 février214 de l’agitation qui régnait dans la ville à la suite des troubles entre catholiques et protestants. Dès le 19 février, les greffes de Montauban furent adjugés à Sully, par l’intermédiaire d’un prête-nom, pour 45 800 livres, c’est-à-dire au denier 12 (8,5 fois leur revenu environ) ; Hillaire et La Gravière décidèrent également d’acquérir le 24 février les greffes de Lauzerte qui avaient été démembrés de ceux de Montauban, et ce pour 17 875 livres. Par une lettre de La Gravière à d’Herbouze du 25 février, on apprend que Hillaire et La Gravière ont voulu acquérir pour eux les greffes du bureau des Finances et ont mis 22 000 livres d’enchères : « Il vaut autant qu’un office de trésorier de France et on y voit les plus belles affaires de la province215 », mais le corps des trésoriers de France intervint auprès d’eux pour racheter le greffe et ils durent y renoncer. Hillaire, La Gravière et d’Herbouze décidèrent de s’y prendre autrement :

  • 216 Ibidem.

« Cela ayant manqué, nous en prendrons quelque autre pour 22 (d’Herbouze), pour 4 (Hillaire) et pour 21 (La Gravière), de l’argent de 2 (Sully) et suyvant le dessein de 22 (Hillaire) et 21 (La Gravière) qui estoit aussy le dessein de 4 (Hillaire) : de la terre nous ferons le fossé, par où vous voyez que nous sommes résolus ribon ribaine de faire 54 (affaires), et ne craignes pas que 4 (Hillaire) nous trompe, car outre que 21 (La Gravière) y prendra garde, il voit bien qu’il ne sçauroit rien faire s’il n’est lié avec 22 (d’Herbouze) et 21 (La Gravière) ; et nous devons considérer que si 22 (d’Herbouze) et 21 (La Gravière) ne se lient de bonne intelligence avec 4 (Hillaire), il gastera tout tellement qu’il vault mieux faire quelque chose tous ensemble que ne rien faire séparés216. »

164Hillaire et La Gravière ont reconnu qu’ils avaient en effet les mêmes desseins mais le premier s’appuyait sur le duc de Sully et le second sur la duchesse ; La Gravière disposait en outre d’un atout considérable en la personne du sr d’Herbouze, son neveu, à qui étaient envoyées les lettres de change à acquitter à Paris.

  • 217 ADL, 5 J 19, pièce 12.

165Pour lors, La Gravière et Hillaire écrivirent à Sully qu’ils avaient enchéri sur les greffes de Figeac217, mais demandèrent au duc son avis, car ils avaient été survendus ; ils se heurtaient en leurs transactions aux officiers du lieu, en particulier au premier président du Parlement qui craignait que Sully ne se fasse une énorme clientèle qui l’informerait partout où il aurait des greffes. Les deux agents espéraient beaucoup des greffes de Béziers et de Nîmes, qui étaient très enviés, et pensaient acquérir quelque chose des greffes de Montpellier. Mais ils réclamèrent une procuration de Sully pour passer immédiatement les baux à ferme des greffes, ce qui permettrait de leur procurer de l’argent pour en acheter d’autres. En même temps ils demandaient que la duchesse envoie une lettre de Coulanges à son commis Martin (chargé d’encaisser l’argent pour le roi) et une lettre de Phélypeaux d’Herbault, trésorier de l’Épargne, à son commis Robert (chargé d’encaisser l’argent pour les anciens propriétaires), afin qu’ils acceptent leurs promesses et lettres de change pour argent comptant. La Gravière et Hillaire essayaient ainsi de persuader Sully que, pour le bien de ses affaires, il fallait qu’il élargisse leurs pouvoirs.

  • 218 ADL, 5 J 19, pièce 24, lettre de La Gravière à d’Herbouze d’avril 1624.

166En quelques jours, ils acquirent les trois quarts des greffes mis en vente, c’est-à-dire ceux de Montauban, Lauzerte, Béziers et Nîmes, le tout pour plus de 500 000 livres, dont ils espéraient un revenu annuel de 40 000 livres (12,5 %). Malgré le prix élevé (jamais au-dessous du denier 12), Hillaire et La Gravière se montrèrent finalement assez satisfaits car les enchères avaient été rudes. Ils avaient essayé de faire deux acquisitions pour eux, à Nîmes, mais les enchères avaient monté trop haut ; finalement, La Gravière acheta une partie du petit scel de Montpellier pour 15 000 livres218 ; pour ce faire, il emprunta 4 550 livres à Robert, commis de l’Épargne, qu’il avoue être de ses amis, il tira une lettre de change sur d’Herbouze et espérait bien prendre le reste de l’argent de Sully ou de Rachel de Cochefilet :

« J’en escrits à Madame. Il faudra essayer qu’elle m’aide de cette somme. J’ayme mieux la luy payer à mon retour si elle ne m’en veult pas gratiffier. Parlés luy hardiment et priés-la de m’assister en cette occasion et dittes-luy que c’est peu de chose à moy qui l’ay si bien et si utilement servie en tant d’affaires, et principalement en cette dernière. J’estime qu’elle est si bonne qu’elle fera cela pour moy, ou à tout le moins qu’elle advance la partie à la charge de la luy rendre à mon retour. »

167À ce moment-là, Hillaire, d’Herbouze et La Gravière sont parfaitement d’accord pour se partager les profits à moitié :

  • 219 Ibidem.

« Je vous escrivois par ma dernière (...) d’une affaire qui vous concernoit. (...) 4 (Hillaire) est en volonté de vendre son office et m’a dit que si vous le vouliés, il vous le bailleroit plutôt qu’à homme du monde, vous l’aurés, je croy, pour vingt-un mil livres, (...) ce seroit un moyen de faire tous les 54 (affaires) de 2 (Sully) et 7 (Madame) de pardeça, et encor que nous sommes d’accord que, qui qui les face, toutes choses se partageront esgallement, entre 21 (d’Arbouze), 22 (La Gravière) et 4 (Hillaire), tout ce qui se fera maintenant aux 19 (greffes) se passera de mesmes219. »

  • 220 ADL, 5 J 17, lettre de Sully du 10 mars 1619 : « Je vous ay tousjours dict et dis encores pour fin (...)

168D’une manière générale, La Gravière et Hillaire furent assez satisfaits de leurs affaires et écrivirent à Sully que « c’est la meilleure et plus grande affaire quy se soit faite il y a cent ans dans cette province ». Mais contrairement à leurs espérances, ils encoururent la colère du duc, pour plusieurs raisons : premièrement ils avaient, malgré les défenses de Sully, acquis des greffes dans des villes catholiques ; ensuite l’adjudication avait dépassé le denier douze, ils ne rapporteraient donc pas autant que prévu et seraient difficiles à revendre220. De son côté, Rachel de Cochefilet refusa d’acquitter une lettre de change de 109 000 livres que Hillaire et La Gravière avaient tirée sur d’Herbouze, car ils ne l’avaient pas prévenue de l’emploi de cette somme, dont l’acquisition avait été bien moins bonne que prévu.

  • 221 ADL, 5 J 19, pièce 53.
  • 222 Ibidem.

169Le 1er juin 1619, Sully écrivit à Hillaire de venir le retrouver et de laisser La Gravière terminer les affaires221 ; le 24 juin il enjoignit également à La Gravière de venir lui aussi à Montrond, « car il désire estre esclaicy en la présence l’un de l’autre des doubtes où on l’a mis222 ».

  • 223 Ibidem.
  • 224 Ibidem.

170Le 17 juillet 1619, Sully arrêta les comptes et trouva ses agents redevables de plus de 36 000 livres223. Hillaire et La Gravière protestèrent, mais en vain, faute de pièces justificatives. Ils s’en retournèrent ensuite en Languedoc pour récupérer les actes, passer les fermes et revendre les greffes de Béziers. À Montpellier, ils signèrent, le 18 août 1619, devant le juge, une protestation de la violence qui leur avait été faite par le duc224. Un procès s’engagea alors.

171Sully accusait Hillaire et La Gravière, non seulement d’avoir outrepassé ses instructions, mais aussi d’avoir commis des malversations et des détournements de fonds à leur profit :

« Il est à présupposer encor que ils s’en soient apropriés quelques-uns, leur ayant esté bien facille de me depcevoir en cela puisque par leurs instructions entre eux et par leurs lettres, il paroist que c’estoit leur dessaing, et qu’ayant achepté des greffes en gros, ils ont après réparti les sommes sur les particuliers, ainsi que bon leur a semblé. »

172En outre, il leur reprochait de s’être aliéné les officiers des lieux en faisant monter si haut les enchères. Il les soupçonnait d’avoir revendu les greffes de Béziers à leurs « affidés » en acceptant de recevoir la somme seulement dans un an et sans intérêt. D’une manière générale, Sully se déclara mécontent de la conduite de ses affaires : Hillaire et La Gravière avaient agi sans circonspection, en tirant inconsidérément des lettres de change :

« [Ce] qui monstre de plus en plus avec queles circonspection et loiauté ils marchoient à mes affaires, et qu’ils ne se souciaient pas de la ruine d’icelles ny d’interposer mon non mal à propos au malcontentement de ceus dont je désirois conserver l’amitié, pourveu qu’ils parvinssent à ce qu’ils avoient projette comme de tout il paroist par leurs lettres. »

173À ces accusations, Hillaire et La Gravière répondirent en réclamant à Sully dix années de gages et leur récompense pour leurs services.

174Peut-on réellement parler de malversations ? La pratique des pots-de-vin et des négociations avant contrats était fréquente et reconnue ; il est fort possible que les greffes de Languedoc aient été très disputés. Mais pour quoi Hillaire et La Gravière avaient-ils tellement insisté auprès du duc pour mener cette affaire ? Pourquoi cette rivalité entre eux ? Il faut réellement conclure, comme Sully, qu’ils pensaient tirer profit de la vente des greffes, dans une région qu’ils connaissaient bien, et qu’ils avaient espéré un peu vite une récompense du duc. Ils avaient affirmé connaître des gens sur place pour réussir leurs affaires. On les voit surtout obligés de céder devant les demandes des officiers, en particulier du premier président. Ils se sont servis de leurs connaissances pour trouver des prête-noms et des fermiers.

175Sans pouvoir réellement les accuser de détournement de fonds, on constate donc chez Hillaire et La Gravière une volonté de profiter des affaires de Sully pour faire les leurs : en cette négociation, ils ne sont pas entièrement dévoués à leur maître, Sully en a eu vent, a découvert leurs lettres, a même cru à un complot, un « monopole d’association ».

176Comme pour l’affaire Cottan, ce dossier éclaire les agissements des protégés et des agents de Sully, qui tiraient abusivement parti de la situation du duc. Mais cette pratique était, somme toute, assez fréquente. Plus grave fut le procès qu’intenta le marquis de Rosny à son père en vue de dissoudre la communauté car il remettait en cause tous les partages prévus par Sully, et même risquait d’ôter au duc la jouissance d’une grande partie de sa fortune.

IV. LE PARTAGE DE LA FORTUNE DE SULLY

177Les dernières attaques que Sully eut à subir vinrent de ses enfants et de ses petits-enfants, entre lesquels il avait pourtant très tôt partagé ses biens. Mort très âgé, à quatre-vingt-un ans, il leur laissa en effet attendre longtemps la jouissance de sa succession. Ils essayèrent donc de le forcer à partager réellement sa fortune de son vivant, et à accroître leur part d’héritage.

178Maximilien de Béthune avait tiré un enseignement essentiel des heurs et malheurs de la fortune de sa famille : c’était de toujours chercher à préserver et à augmenter le bien patrimonial, en particulier en transmettant une portion plus importante à l’aîné. En outre, depuis son accession à la dignité de duc et pair, ce souci s’était accru, car manquer de bien, c’était s’exposer à ne plus pouvoir soutenir son rang, qui était le premier après celui de la famille royale et des princes du sang, et à ne plus pouvoir honorer ses obligations sociales. Ces préoccupations eurent trois conséquences pratiques dans le règlement de la fortune de Sully : la dotation des filles en argent (non pas pour les désavantager, car les dots furent au contraire très élevées de façon à les marier dans les meilleures familles de la plus haute noblesse) ; la répartition des terres et charges entre les fils, dès l’acquisition de celles-ci ; l’avantage donné au fils aîné avec le règlement de sa propre succession et de celle de ses héritiers grâce au jeu des substitutions.

179Examinons d’abord le cas des filles, qui n’a rien d’extraordinaire : Marguerite et Louise de Béthune furent toutes deux hautement mariées. Contrairement à ce qui peut s’observer à la même époque pour la noblesse quelque peu désargentée, aucune ne resta célibataire par impossibilité de payer la dot. Au contraire, leurs mariages, pour une famille comme celle de Sully, qui s’était hissée rapidement aux plus hautes charges et aux plus grands honneurs, furent l’occasion de multiplier les alliances prestigieuses et la renommée de la famille de Béthune. Celles-ci ont été décrites plus haut ; nous ne nous intéresserons donc ici qu’à la part d’héritage qui leur a été donnée, et aux précautions prises pour la sauvegarder.

  • 225 BN, nouv. acq. fr. 25 240, foi. 179-186.

180Par contrat du 7 février 1605225, Marguerite de Béthune reçut en faveur de son mariage avec le duc de Rohan 200 000 livres dont 80 000 seulement entrèrent dans la communauté, le reste lui demeurant en propres. La dot n’était pas démesurée : Sully disposait à l’époque de l’appui du roi, ce qui facilitait les alliances et pouvait faire espérer à son gendre une plus grande fortune ; de fait le duc de Rohan commença par recevoir l’enseigne colonelle des Suisses, puis en 1620 la survivance du gouvernement de Poitou.

  • 226 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 229-235.
  • 227 Ibidem.
  • 228 MC, III, 542, 10 juillet 1620.

181La deuxième fille de Maximilien de Béthune, Louise, née en juin 1602, et selon l’aveu même de son père « fort incommodée », fut aussi plus avantagée que sa sœur : au moment de son mariage avec Alexandre de Lévis, marquis de Mirepoix, le 29 mai 1620226, elle reçut 400 000 livres (essentiellement en obligations à recouvrer), dont 350 000 livres devaient lui demeurer propres : la dot augmente mais la somme versée dans la communauté diminue. Dans le contrat, il était en outre précisé que le futur serait déclaré le principal héritier d’Antoine-Guillaume de Lévis et de Marguerite de Limagne, ses père et mère, qui lui accordèrent chacun la moitié de leurs biens, et, en attendant la jouissance de ceux-ci, une rente annuelle de 25 000 livres. Louise de Béthune apportait encore avec elle la donation de 60 000 livres à elle faite en 1604 par Philibert-Emmanuel d’Ailly, vidame d’Amiens, qui entrèrent dans ses propres, et un important trousseau de linge, habits et meubles, accompagné de bijoux et pierreries d’un montant de 25 000 livres, parmi lesquels on relève « une chesne d’or façon d’Espagne avec cent cinquante-six diamants assez gros et cent petits diamants, avec au bout de lad. chesne une pierre ornée de quatre diamants » ; une douzaine de boutons d’or garnis chacun de sept petits diamants ; deux pendants d’oreille sur chacun desquels sont enchâssés un gros diamant, huit petits, deux moyens, avec une grosse perle au bout ; une ceinture d’or garnie de vingt-cinq boutons d’or eux-mêmes garnis de diamants ; « une enseigne ayant au milieu un gros rubis entouré de quatre gros diamants et neuf petits, avec neuf croissants, et un bec au plus haut de l’enseigne, croissants et bec couverts de petits diamants » ; deux nœuds d’or garnis chacun de quinze diamants ; deux autres garnis de douze diamants, six rubis et une grosse perle au milieu, etc227. Enfin il faut encore ajouter à ce trousseau de la vaisselle d’argent que Rachel de Cochefilet précisa être « pour le service et usage de Monsieur le Marquis de Mirepoix son gendre » ; elle avait été livrée par René de La Haye, orfèvre du roi demeurant sur le Pont-au-Change, et était estimée 5 754 livres228. Elle comprenait deux bassinets ovales, deux aiguières, trois salières à pans, dix-huit cuillers, six fourchettes, six flambeaux, un réchaud, un vinaigrier à pans, deux douzaines et quatre plats, quatre douzaines, d’assiettes, un tourtier, deux saucières et une bassinoire, le tout pesant 239 marcs 5 onces 4 gros d’argent. Il était prévu qu’au moment de la dissolution de la communauté, le survivant emportait avec lui ses meubles, habits, bijoux, chevaux, carrosses, armes en tant que préciput, garantie supplémentaire contre l’autre époux.

182Au contraire de leurs frères, les filles de Sully reçurent ainsi dès leur mariage leur part d’héritage, à charge éventuellement de rapport à la succession, alors que les fils durent attendre la jouissance des terres qui leur furent données en partage jusqu’à la mort de Sully.

183En ce qui concerne ses fils, Sully se préoccupa très tôt de répartir sa fortune entre eux, en avantageant l’aîné. Cette disposition était prévue par la coutume de Paris (coutume réformée, article XVI) : pour les fiefs nobles, l’aîné pouvait recevoir la moitié des héritages. Le souci principal du duc était également de préserver en faveur des fils aînés de la maison de Béthune l’ensemble de terres qui formait l’assiette de son duché-pairie, mais aussi de leur donner les moyens de soutenir leur rang. Le titre était transmis au fils aîné, Maximilien, né en 1588 d’Anne de Courtenay, lequel prit d’abord le nom de baron de Bontin (cette terre lui appartenait, étant un propre issu de la succession de sa mère), puis celui de marquis de Rosny. Lorsque Henri IV en 1606 érigea la baronnie de Sully-sur-Loire en duché-pairie, il précisa que c’était parce qu’elle était d’un revenu suffisant pour soutenir la dignité de duc et pair. Il importait donc de transmettre intacts de génération en génération d’une part les biens patrimoniaux qui venaient de la maison de Béthune (Rosny), d’autre part la base territoriale sur laquelle était assise la dignité de duc et pair (Sully-sur-Loire). Aussi tous les contrats de mariage et de donation successifs vont-ils préciser les substitutions pour ces biens, et les parts accordées aux autres enfants.

  • 229 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 211-212.
  • 230 MC, III, 485.
  • 231 Cf. Labatut, Les ducs et pairs, p. 239-243.
  • 232 Le cas se présenta deux fois : en 1729 quand le 5e duc de Sully, Maximilien-Henri, décéda sans enf (...)

184Maximilien de Béthune, fils d’Anne de Courtenay, fut en 1606, en faveur de son mariage avec Françoise de Créquy conclu le 17 novembre 1606229, déclaré principal héritier de Sully ; le 27 mars 1609230, quelques mois avant la célébration effective du mariage (en septembre 1609), Sully lui donna, sous réserve d’usufruit, le duché-pairie de Sully-sur-Loire, avec la baronnie de La Chapelle-d’Angillon, et les seigneuries de Presly, Ennordres, Moulin-Frou, Saint-Gondon et Sennely ; le marquisat de Rosny avec les châtellenies de Montcharmes et de Villeneuve-en-Chevrie, et le droit de bail emphytéotique des terres de Saint-Illiers dépendant de l’abbaye de Coulombs ; enfin la principauté souveraine de Boisbelle-Henrichemont : c’étaient les trois domaines les plus prestigieux alors possédés par Sully. Mais la donation prévoyait très exactement les conditions de transmission aux héritiers, grâce à une série de substitutions. Les cadets étaient expressément exclus de la succession : les choses données devaient toujours aller d’aîné à aîné (du fils aîné au fils aîné, ou à défaut, du fils aîné à la fille aînée). En cas d’épuisement de toute la postérité mâle du donataire, les biens donnés iraient à la descendance de la fille aînée du donataire ; et quand toute la postérité du marquis de Rosny aurait failli, les biens iraient à son frère, deuxième fils du duc de Sully, et ainsi de suite, au troisième fils, au quatrième fils, s’il y en avait, etc., avec les mêmes clauses de substitution que pour le marquis de Rosny. Enfin, si venaient à défaillir tous les fils du donateur, ainsi que leur postérité masculine et féminine, les biens remonteraient à la fille aînée du donateur et à sa postérité, etc. Le principe était de toujours préférer la succession directe à la collatérale, le frère à la sœur, et l’aîné au puîné. Celui qui aurait ces terres serait tenu de porter le nom, le surnom et les armes du donateur, Maximilien de Béthune ; cette clause s’appliquait expressément au mari de celle au profit de laquelle serait faite la substitution, afin que jamais ne se perde le nom de celui qui avait fait la fortune et le renom de la famille. Et si personne n’acceptait ces conditions, Sully faisait donation de ses biens au roi, toujours à condition de ne pas désunir ces terres de la Couronne, à moins que celui qui les posséderait, autre que le roi ou le dauphin, ne portât le nom et les armes de Béthune. Ces clauses n’avaient rien d’exceptionnel : elles étaient chose courante chez les ducs et pairs231. En outre, elles furent appliquées deux fois232.

  • 233 MC, III, 486, contrat de mariage de Maximilien de Béthune, marquis de Rosny, avec Françoise de Cré (...)
  • 234 MC, III, 487, idem.
  • 235 Cf. ci-dessus p. 59.

185Cette donation avait été faite en faveur du mariage de Maximilien de Béthune avec Françoise de Créquy, confirmé le 3 avril233 et le 15 septembre 1609234 et célébré le 18 octobre ; nous avons vu plus haut235 que de l’avis même de Sully, la famille de Créquy était des plus communes parmi la noblesse ; l’épousée apportait néanmoins en dot 450 000 livres dont 300 000 livres comptant, délivrées la veille du mariage, 80 000 livres après la célébration et le reste, 60 000 livres, à réserver sur la succession des grand-mère et mère de la mariée. Mais seules 60 000 livres entrèrent dans la communauté. Le trousseau de Françoise de Créquy, comme celui de Marguerite de Béthune, en habits nuptiaux, bagues, joyaux, ameublement, chevaux, carrosses, était important ; de surcroît, le grand-père de la mariée, François de Bonne, sr de Lesdiguières, offrit au marquis de Rosny 50 000 livres pour lui tenir lieu de propres. Ainsi le duc de Sully pouvait-il espérer avoir bien assis le rang et la fortune de son fils aîné qui porterait après lui le titre de duc de Sully.

  • 236 MC, III, 477-478.
  • 237 MC, III, 488.
  • 238 Cette dernière clause est curieuse car les coutumes excluent ordinairement les enfants d’un premie (...)

186Le sort des cadets, César, François et Henri de Béthune ne fut nullement négligé : le 29 août 1605236, François Arbaleste, sr de La Borde, vicomte de Melun et oncle de Rachel de Cochefilet, donna à Maximilien de Béthune et Rachel de Cochefilet la somme de 100 000 livres qui devait être utilisée en achat de terres, en faveur de leurs deux fils cadets César, né en 1597, et François, né en 1599. Cette somme servit à acheter, dès le 31 août 1605, les terres de Montrond et d’Orval : dès cette date, elles leur furent donc réservées. Cet achat, procédant d’une donation, entrait dans leurs propres, et n’avait pas à être rapportée sur la succession du duc et de la duchesse de Sully, au moment de la séparation de la communauté. Sully avait prévu de donner au deuxième Villebon et au troisième Montrond et Orval, de chacun 10 000 livres de revenu, alors que la donation au fils aîné valait 50 000 livres de rente ; ainsi la politique d’acquisition de terres dans ces années-là s’explique-t-elle aisément par le souci de constituer des partages égaux. Mais en 1610, François, du fait du décès de ses deux frères, se retrouva le seul héritier après l’aîné Maximilien. Sa part s’en trouva sensiblement accrue, au point de ne plus paraître une portion congrue par rapport à la succession du marquis de Rosny. Le 12 juin 1610237, Sully fit don à son fils François, toujours sous réserve d’usufruit, des seigneuries d’Orval, Montrond, Saint-Amand, Bruère, et Épineuil ainsi que des autres acquisitions qu’il pourrait encore faire aux environs, à concurrence de 10 000 livres de rente. S’il ne naissait aucun autre héritier mâle, François hériterait aussi des seigneuries de Villebon et La Gâtine, et des autres acquisitions jusqu’à 10 000 livres de rente. Mais si Sully avait un autre enfant mâle, celui-ci hériterait de ce deuxième ensemble de terres, et il se substituerait à François ou inversement en cas de décès sans enfant de l’un ou de l’autre. Pour les cadets, les clauses de substitution étaient différentes de celles du marquis de Rosny : la succession se ferait ainsi que de coutume, mais en cas d’extinction de la postérité directe de François de Béthune, ses biens reviendraient aux représentants du troisième fils de Sully s’il en naissait un, plutôt qu’aux collatéraux, sinon à ceux du marquis de Rosny, en donnant néanmoins 100 000 livres et Villebon à la postérité féminine du donateur. Le principe était le même que pour le marquis de Rosny : toujours remonter à la postérité directe de Sully avant d’éparpiller les biens dans les branches collatérales. De même que pour Rosny, celui qui hériterait devrait porter le nom et les armes de Béthune ; si c’était une fille, elle s’appellerait Maximiliane, et son mari devrait prendre le surnom de Béthune, et sa postérité prendrait les armes mi-parties. Et si personne ne voulait accepter ces clauses, les biens reviendraient, non au roi cette fois-ci, mais aux enfants du premier mariage de Rachel de Cochefilet, Philippe Hurault, sr des Marais, et Marie Hurault, dame de La Boullaye, ou à défaut, à ceux de son frère André de Cochefilet238.

187Plus que celles du marquis de Rosny, les clauses relatives à la succession du fils cadet de Sully sont intéressantes, car elles ne sont pas liées à la transmission du titre de duc et pair, pour laquelle on observe dans toutes les familles les mêmes préoccupations. Pour François d’Orval, le souci primordial était de perpétuer le renom de la famille de Béthune, et pour cela les dispositions étaient presque aussi rigoureuses et précises que pour la transmission du titre du duc et pair, qui assurait un rang éminent à l’une des branches de la famille de Béthune.

  • 239 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 243-253.
  • 240 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 288-289, certificat de naissance de François de Béthune. Acte dres (...)
  • 241 MC, III, 521, 26 mars 1624, quittance donnée par Rachel de Cochefilet de 30 000 livres promises pa (...)
  • 242 On trouve effectivement mention de versements réguliers de sommes d’argent au comte d’Orval : dans (...)

188François de Béthune reçut encore 50 000 livres en propres du maréchal de Schomberg, pour le dédit du mariage de sa fille Jeanne de Schomberg. Ainsi Orval reçut-il jusqu’à 150 000 livres qui ne furent pas prises sur la succession de Sully, et lui assurèrent une dotation plus importante. En effet, quand Sully fut obligé de céder à Condé les terres qu’il réservait à son fils cadet, il s’attacha dans les années suivantes à les remplacer par un autre ensemble de terres (la donation du vicomte de Melun de 100 000 livres devait être employée en fonds de terres). François de Béthune épousa le 19 décembre 1620 Jacqueline de Caumont, fille du marquis de La Force, et de Charlotte de Gontaut de Biron239. La dot de la mariée ne s’élevait qu’à 120 000 livres, somme qui en outre devait seulement être délivrée lorsque François d’Orval aurait atteint l’âge de vingt-cinq ans240. De plus, le marquis de La Force donnait au comte d’Orval la somme de 50 000 livres, en propres, qui devait lui être délivrée également à vingt-cinq ans241. En faveur de ce mariage, Sully modifia et augmenta la donation faite à son fils : il y ajouta les seigneuries de Culan et de La Prune-au-Pot, en Bourbonnais, achetées en 1614, et de Montricoux et de Caussade en Quercy, achetées en 1616. Mais déjà était prévue la transaction avec Condé, qui en janvier 1621 ôta à Orval l’espérance des terres de Berry. François de Béthune continua néanmoins à être appelé Orval. Sully avait à nouveau retenu l’usufruit des terres données, mais cette fois, il promit de « délivrer annuellement ausd. futurs espoux pour leur entretenement une somme selon leur qualité à la discretion dud. seigneur duc242 ». Il leur fit don de surcroît de tous les meubles qui lui appartiendraient en Quercy, Rouergue et Languedoc au jour de son décès. En échange, le comte d’Orval réglait par avance sa succession en prévoyant de donner la moitié de ses biens à l’un de ses enfants mâles et s’il n’y en avait que deux, l’aîné aurait les deux tiers. Ainsi agissait-il comme s’il était dépositaire des biens patrimoniaux ; cette clause a dû être insérée par Sully, pour conjurer les malheurs provoqués par le deshéritement des cadets et l’éparpillement des biens dû aux successions (encore ne se soucie-t-il que de la branche cadette issue de lui, car il crée une clause en défaveur des cadets du comte d’Orval).

189François de Béthune reçut des avantages considérables de son mariage ; la clause de versement d’une pension annuelle en particulier lui assura des revenus réguliers. En 1616, il avait également reçu la survivance des charges de grand voyer de France et de surintendant des bâtiments. Il faut voir là un revirement de Sully en faveur de son cadet, à la suite des déceptions que lui apporta son aîné.

  • 243 MC, III, 506.
  • 244 MC, III, 507.

190Maximilien de Béthune, marquis de Rosny, s’était en effet séparé de corps et de biens d’avec sa femme Françoise de Créquy ; il avait eu deux enfants de sa maîtresse, Anne d’Estournel ; en 1621 il s’était converti à la religion catholique, plus par choix politique que par conviction religieuse. Enfin, quoique ayant reçu la surintendance des fortifications et la grande maîtrise de l’artillerie, dont il percevait les gages, soit en tout 30 000 livres par an, ainsi que 12 000 livres de pension annuelle, il n’hérita pas de l’esprit « bon mesnager » de son père et contracta rapidement des dettes. Pour tenter d’y remédier, Sully donna procuration le 17 avril 1618243 à sa femme Rachel de Cochefilet afin d’emprunter jusqu’à 50 000 livres en y engageant le duc de Sully, le marquis de Rosny, elle-même et leurs biens. Le 20 juin244, Rachel de Cochefilet constitua quatre rentes :

  • l’une de 375 livres à Jean Thévenot, conseiller au Châtelet de Paris, pour 6 000 livres de capital ;
  • l’autre de 375 livres à François Le Bègue, avocat général en la Cour des monnaies, pour 6 000 livres de capital ;
  • la troisième de 500 livres à Isnard Jassaud, notaire et secrétaire du roi, pour 8 000 livres ;
  • la quatrième de 625 livres à Jean Le Moyne, contrôleur ordinaire des guerres, pour 10 000 livres.

191Rachel de Cochefilet emprunta ainsi pour 30 000 livres en une fois, somme que le marquis de Rosny s’engagea à acquitter envers ses père et belle-mère ; il promit racheter ces rentes « des premiers deniers de la vente qu’il entend faire de sa terre et seigneurie de Bontin ». Il avouait que ces rentes avaient été constituées « pour payer et acquitter plusieurs sommes de deniers que led. sr marquis doibt ». Il s’était en effet endetté pour 30 999 livres, dont 4 087 livres au président de Maupeou, 1 000 livres au vicomte de Sainte-Mesme, 1 000 livres également au président Vialart, 2 000 livres au sr de La Barre, 6 300 livres au sr Borilhon ; 8 933 livres étaient dues à des fournisseurs, dont 600 livres à Pierre de Vailly, linger, 1 200 livres à des marchands merciers de Paris, 900 livres à Noël de La Porte, sellier, 1 000 livres à René Hardy, passementier.

  • 245 La coutume de Paris, dans son article CCXL, prévoit que si l’un des deux conjoints décède en laiss (...)

192En empruntant au nom de son fils, le duc de Sully refusait d’éponger ses dettes, mais consentait cependant à prêter son nom pour constituer des rentes. La vente de Bontin annoncée par le marquis de Rosny n’eut pas lieu ; ce devait être sans doute une déclaration destinée à rassurer les créanciers. Ceux-ci pouvaient compter sur l’espérance de succession du marquis de Rosny, mais celle-ci tardait à venir, et les créances n’étaient pas honorées. Aussi poussèrent-ils le marquis de Rosny, bien qu’il fût déjà avantagé par rapport à ses frère et sœurs, à demander la séparation de la communauté d’avec son père, communauté continuée depuis le décès d’Anne de Courtenay, car aucun inventaire n’avait été établi245. Par cette action, Rosny prétendait que la communauté entre Maximilien de Béthune et Anne de Courtenay et donc avec lui n’avait jamais été dissoute ; il revendiquait non pas la moitié, mais, du fait de l’existence d’enfants d’un deuxième lit, le tiers de la fortune de Sully entrant dans la communauté. Celle-ci concernait les meubles et les acquêts immeubles possédés durant le mariage ; or entre la mort d’Anne de Courtenay, en 1589, et les années 1630, ces biens avaient considérablement augmenté. On conçoit ainsi aisément que Rosny ait intenté cette procédure, malgré le don en expectative de plus de la moitié de la fortune de son père.

  • 246 MC, III, 554.

193Par arrêt de parlement du 11 février 1634, le marquis de Rosny obtint de procéder à l’inventaire des biens de Sully, procédure indispensable préalablement au partage des biens ; cet inventaire fut réalisé pour l’hôtel de Sully rue Saint-Antoine, nouvellement acquis, du 8 au 11 mai 1634246. Mais le marquis de Rosny décéda en septembre 1634 et le procès s’éteignit.

  • 247 BN, nouv. acq. fr. 25 241, fol. 52-93.

194Cependant, les créanciers du marquis de Rosny se retournèrent, à l’ouverture de la succession, contre Sully, lequel refusa de garantir les dettes de son fils. Néanmoins, lors du mariage de son petit-fils, Maximi-lien-François de Béthune, prince d’Henrichemont, avec Charlotte Séguier, fille du chancelier, Sully, dans le traité de mariage du 3 février 1639247, garantit la donation faite le 27 mars 1609 au marquis de Rosny. Il était précisé que ce mariage « autrement n’eût été fait ». La donation fut augmentée de la moitié des aides de Normandie, qui valait 8 000 livres de revenu, d’une rente de 3 000 livres sur le domaine de La Rochelle, de l’usufruit de l’hôtel de Sully rue Saint-Antoine (à la charge que le duc et la duchesse pourront y loger avec tout leur train quand ils viendront à Paris), estimé 3 000 livres par an, et de la jouissance immédiate de la baronnie de Rosny. Charlotte Séguier reçut 300 000 livres de dot dont 60 000 devaient entrer dans la communauté. À la mort du chancelier, ses biens devaient être partagés à moitié entre ses deux filles, Charlotte et la marquise de Coislin, sauf 200 000 livres réservées à la marquise de Coislin.

  • 248 Voir pièce justificative n° 4, en annexe ci-dessous p. 435.
  • 249 « Les gouvernemens et offices donnés par le roy n’entrent point en la communauté des femmes » (Rei (...)
  • 250 AM Reims, XIII, 161-162, prétentions du comte d’Orval, mémoire publié en pièce justificative n° 5, (...)
  • 251 « Quant aux aultres dons et libéralitez du roy, il y a pareille raison pour ne les faire entrer en (...)

195Ces donations n’empêchèrent pas le prince d’Henrichemont de reprendre le procès contre son grand-père. Il réclamait le tiers de la communauté. Or, il fallait ôter les propres, qui étaient très étendus248. Ceux d’Orval (prix de vente de Montrond, dédit du mariage de Schomberg avec les intérêts, récompense de ses charges249) s’élevaient à 1 456 600 livres250 ; ceux de Rachel de Cochefilet et d’Anne de Courtenay à 100 000 et 120 000 livres ; ceux de Sully (moitié de Rosny et dons du roi251) à 1 000 020 livres. La part de la communauté représentait donc seulement 2 616 900 livres sur les 5 300 000 livres de la fortune totale. Le tiers s’élevait à 875 000 livres environ. Or, il ne restait à partager dans la communauté, une fois retirés les biens donnés, que les terres de Picardie, l’hôtel de Sully, les aides de Normandie, les greffes de Fontenay et de Languedoc, les dettes de Rohan, Uzès, Souvré et autres, les meubles, la dette du marquis de Rosny et les dots de ses sœurs, le tout d’une valeur de 2 300 000 livres.

196Sully continua donc les donations en faveur de ses enfants et petits-enfants afin de répartir l’héritage.

  • 252 BN, nouv. acq. fr. 25 241, fol. 220-225, cf. ci-dessous p. 439, pièce justificative n° 6.
  • 253 « Nous voulions icy paroistre et monstrer à l’endroict de ceulx que nous avons mys au monde, le so (...)

197Alors qu’il sentait sa fin approcher, Sully tenta une dernière fois de régler les partages et d’apaiser les querelles. Son premier testament, en date du 5 octobre 1640252, rédigé à l’occasion d’une grave maladie, débute par un long préambule classique sur le thème du Credo, se poursuit par un appel à l’apaisement entre ses héritiers253 et se termine par un ultime rappel de la légitimité de ses biens, donnés par le roi ou acquis « avecq une grande longueur de temps, par de grandes économies et parsymonie ». Ce testament, très bien rédigé, n’est pas un acte de pure forme, car Sully ne se contente pas d’ordonner des legs pieux et des récompenses à ses serviteurs, mais il entend à nouveau confirmer et augmenter les donations faites à ses enfants et petits-enfants : à François de Béthune les terres languedociennes et chartraines, la moitié des greffes de Languedoc, la moitié de l’argent comptant, de la vaisselle et des meubles au jour de son décès et la moitié de la succession de Louise de Béthune ; à son petit-fils Philippe de Béthune, fils du comte d’Orval, la vicomté de Meaux ; à son petit-fils Maximilien de Béthune, prince d’Henrichemont, fils du marquis du Rosny, les terres de Rosny, Sully, La Chapelle, Henrichemont, les terres picardes, l’hôtel de la rue Saint-Antoine, les aides de Normandie et de La Rochelle, la moitié des greffes de Languedoc et de Fontenay, toutes les dettes dues à Sully, la moitié des meubles, argent comptant et pierreries et la moitié de la succession de Louise de Mirepoix ; à Marguerite de Rohan, sa petite-fille, Sully remet la dette de son père le duc de Rohan, sauf une rente de dix mille livres par an jusqu’à son décès et celui de Rachel de Cochefilet.

  • 254 MC, CXXXIV, 392, 10 mars 1729. Ce testament du 1er février 1641 est annexé à celui du 5e duc de Su (...)

198Mais ces dispositions furent quelque peu modifiées par la confection d’un deuxième testament, en date du 1er février 1641, déposé le 4 février suivant chez le notaire Pichery de Sully-sur-Loire254. Celui-ci ne remit pas en cause les partages (il n’y fait pas allusion) mais développe considérablement les legs pieux et surtout les dons faits aux serviteurs et aux neveux et petits-enfants de Sully. Le premier testament avait prévu de distribuer des aumônes pendant dix ans aux pauvres des paroisses de Sully, Saint-Paul, Rosny, Villebon, Vilenneuve-en-Chevrie, La Chapelle-d’Angillon et Montigny ; le deuxième ordonnait la fondation d’une rente plus modeste, mais perpétuelle, en faveur des pauvres de Sully, Saint-Paul, Rosny, Villebon, La Chapelle, Montigny, mais aussi de l’Hôtel-Dieu de Paris, de Charenton et de Saint-Père-lès-Sully. Dans ses dernières dispositions, Sully n’oublia pas les serviteurs auxquels il était le plus attaché, mais surtout témoigna une affection particulière pour ses petits-enfants et neveux, qu’il avantagea sur la part réservée à ses deux fils : ainsi Philippe, comte de Charost, fils de son frère Philippe de Béthune reçut, « pour tesmoigner mon contentement de ses procédures en mon endroit » 18 000 livres « en un diamant en bague », Marguerite de Rohan 30 000 livres « pour luy achepter des pierreries et les garder pour souvenance de moy », Philippe de Béthune, fils du comte d’Orval, 60 000 livres à employer en fonds de terres, enfin la fille de Marie Hurault, dame de La Boullaye, issue du premier mariage de Rachel de Cochefilet, 18 000 livres en pierreries. Le total de ces legs et dons finit par atteindre un chiffre très élevé : 125 400 livres dans le premier contre 385 200 livres dans le deuxième testament !

  • 255 ADL, 2 J 638.

199La duchesse de Sully fut désignée comme exécuteur testamentaire et compléta les dispositions de son mari en réglant la dévolution de ses propres biens. Le 23 octobre 1640255, elle donna au comte d’Orval tous ses propres, à la réserve de la légitime de sa fille Marie Hurault, des biens provenant de la succession de Louise de Béthune, marquise de Mirepoix, décédée sans enfant, qui iraient à Maximilien-Léonor, fils du comte d’Orval, de la vicomté de Meaux qui irait à Philippe, autre fils du comte d’Orval, et de 30 000 livres données à Maximilien-Alpin, troisième fils du comte d’Orval.

  • 256 Ibidem.

200Quelques jours seulement avant sa mort, Sully s’efforça encore d’assurer l’exécution de son testament en ratifiant les partages de son vivant. Le 13 décembre 1641256, le prince d’Henrichemont reçut l’autre moitié des aides de Normandie, les greffes de Languedoc, la moitié de la succession de Louise de Béthune (seigneurie de Terride), 50 000 livres dues par le marquis de Mirepoix, la moitié d’une rente de 2 000 livres constituée par la ville de Montauban, et la moitié de 2 531 livres de rente. Sully lui accorda en outre les terres picardes de Breteuil, La Faloise, Conty et Francastel, avec leur jouissance immédiate.

  • 257 Le comte d’Orval s’attacha d’ailleurs à augmenter sa part en achetant personnellement Courville et (...)

201Au total, alors que le marquis de Rosny avait reçu une donation de 1 228 000 livres (Sully, Rosny, La Chapelle, et Boisbelle), celle du prince d’Henrichemont s’élevait à 2 315 854 livres (avec les aides de Normandie, les greffes de Languedoc, les terres picardes, et les autres dettes) ; celle du comte d’Orval représentait 1 250 000 livres (Villebon et les terres chartraines, Montricoux, Caussade, non compris les propres de Rachel de Cochefilet), part qui était entièrement considérée comme appartenant au comte d’Orval en propre à cause des sommes qui lui étaient dues. Mais, si la part du comte d’Orval paraît moins importante que celle du prince d’Henrichemont, elle avait l’avantage d’être constituée de terres bien regroupées géographiquement (Villebon, Champrond, Nogent, Vitray, etc.) alors que celles du prince d’Henrichemont étaient éparses (Sully, Rosny, terres picardes)257.

202Ainsi, si Sully avait prévu au début des partages à peu près égaux entre ses deux fils, les dernières donations faites à la fin de sa vie avantagèrent-elles nettement son fils aîné, celui qui porterait après lui le titre ducal. Le prince d’Henrichemont obtint encore par arrêt du Conseil de décembre 1641, quelques jours seulement avant la mort de son grand-père, la révocation des substitutions faites en faveur du comte d’Orval. Le procès intenté par le marquis de Rosny et poursuivi par son fils avait donc abouti à une remise en cause des partages prévus par Sully.

Notes

1 Œconomies royales, t. I, p. 244.

2 Ibidem, t. I, p. 305.

3 Voir p. 176 le graphique des actes passés devant le notaire Fournyer à Paris.

4 Œconomies royales, t. I, p. 122.

5 Ibidem, t. I, p. 241.

6 Œconomie royales, t. I, p. 341.

7 Ibidem, t. I, p. 392.

8 Ibidem, t. I, p. 250.

9 Ce calcul a été fait d’après tous les actes que nous avons pu consulter. Les procurations ainsi retrouvées ou simplement mentionnées ne constituent sans doute qu’une petite partie de celles qui ont pu exister ; toutefois, sans être représentatif, cet échantillonnage peut avoir valeur d’exemple.

10 Œconomies royales, t. I, p. 194.

11 Voir le graphique ci-contre p. 176.

12 MC, III, 472 bis.

13 MC, III, 520, 28 août 1623, comptes de Charles Pigis du 8 juin au 25 août 1623.

14 MC, III, 524, 8 juin 1625, comptes de Charles Pigis du 1er janvier au 7 juin 1625.

15 ADL, 5 J 557.

16 Œconomies royales, t. I, p. 305.

17 Sur la rédaction des Œconomies royales, voir B. Barbiche, Sully et ses Mémoires, dans Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, 4e série, t. VII, 1972, p. 115-127.

18 Œconomies royales, t. I, p. 396.

19 MC, III, 523, 10 juin 1623, « État de la recette et dépense faite par Nicolas depuis le mois de janvier 1622 (...) jusques au premier jour de juin 1623 ».

20 MC, III, 558.

21 MC, CXXXIV, 392, 10 mars 1729. Voir pièce justificative n° 7, ci-dessous p. 445.

22 Cf. F. de Mallevoüe, Les actes de Sully passés au nom du roi, p. 37.

23 MC, III, 475.

24 ADL, 5 J 19.

25 ADL, 5 J 19, pièce 8.

26 MC, III, 497.

27 Toutes ces sommes apparaissent dans l’inventaire après décès de Regnouard (MC, III, 533, 7 août 1628).

28 Voir ci-dessous p. 222.

29 MC, III, 533, quittance du 28 décembre 1628.

30 Toutes ces personnes portaient indistinctement le titre d’« intendant des maisons et affaires » ou d’« agent des affaires de Sully », mais on peut nettement distinguer, d’après la nature des tâches exécutées et des comptes rendus à Sully, les intendants, les comptables et les agents.

31 Le rôle de Mathieu Salle et de Pierre Éverard sera étudié en détail dans la deuxième partie de cet ouvrage, consacrée au duché-pairie de Sully-sur-Loire et aux terres berrichonnes.

32 La différence entre les intendants et les comptables est nettement visible d’après l’intitulé des comptes qu’ils rendent à Sully. Alors que Mathieu Salle présente les comptes des recettes et dépenses du duché-pairie de Sully-sur-Loire, Charles Pigis présente un « État de la recette et dépense faite pour Monseigneur le duc et dame duchesse de Sully, suivant leur procuration et commandement », ou un « État de la recette et dépense faite en la ville de Paris pour le duc et la duchesse de Sully », ou encore un compte particulier des sommes reçues à Paris des fermiers des domaines de Sully, ou encore un compte « des deniers que Monseigneur a laissez à recepvoir à mad. dame pour ses entretenemens » ; les comptables avaient donc des responsabilités bien moins étendues que les intendants d’un domaine.

33 Voir ci-dessous p. 226.

34 ADL, 5 J 20.

35 MC, III, 494.

36 MC, III, 472 ter.

37 MC, III, 513, 9 avril 1621, comptes de septembre 1620 à avril 1621 ; III, 519, 10 juin 1623, comptes d’octobre 1622àjuin 1623 ; III, 520, 28 août 1623, comptes du 8 juin au 25 août 1623 ; III, 521, 30 avril 1624, comptes du 15 février au 30 avril 1624.

38 MC, III, 544, 29 mars 1630, comptes de novembre 1628 à mars 1630.

39 Voir ci-dessus p. 179 et note 20.

40 Voir ci-dessous p. 225-231.

41 ADL, 5 J 19, pièce 6, demandes particulières de La Gravière contre Sully.

42 ADL, 5 J 19, pièce 53, inventaire des productions de La Gravière et Hillaire aux Requêtes du Palais « tendantes à ce que le prétendu compte brief, estat et obligation par eulx passés par force et viollence au chasteau de Montrond-en-Bourbonnois le 17e juillet 1619 feussent cassez et revocquez comme nuls ».

43 ADL, 5 J 19, pièce 8, inventaire des pièces « délivrées par Monseigneur au sr Hillaire s’en allant en Quercy pour ses affaires » et dont La Gravière demande reconnaissance.

44 ADL, 5 J 19, pièce 5, « État de la recette et dépense faite par La Gravière pour la négociation des principalles affaires de Mgr le duc de Sully en Poitou et à La Rochelle... »

45 ADL, 5 J 19, pièce 2, état « des mémoires baillées à M. de La Gravière escrites de la main de Monseigneur ».

46 ADL, 5 J 19, pièce 5.

47 ADL, 5 J 19, pièce 62, demandes de Hillaire pour frais de voyages, fournitures, appointements, salaires et récompenses.

48 Ibidem.

49 ADL, 5 J 20.

50 Sur l’achat des greffes de Languedoc par Hillaire et La Gravière et le procès qui s’ensuivit, voir ci-dessous p. 225-231.

51 Cf. F. de Mallevoüe, Les actes de Sully au nom du roi, op. cit., p. 406.

52 MC, III, 513, 9 avril 1621, procuration donnée à Bonaventure Forain.

53 MC, III, 556, 10 mars 1635, procuration donnée à Bonaventure Forain pour régler les dettes de la Rochelle.

54 MC, III, 505, procuration du 17 octobre 1617.

55 MC, III, 506, procuration du 16 février 1618 donnée à Jean Marchant pour le paiement des sommes dues en l’élection de Saint-Maixent.

56 MC, III, 544, comptes de Guillaume Pinette du 29 mars 1630.

57 MC, III, 506.

58 Voir à ce sujet J. de Goy, Les affaires des princes de Condé en Berry et en Bourbonnais, dans Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, t. XLIV (1931), p. 263-357.

59 Sur le conseil de Richelieu, voir J. Bergin, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, 1987, p. 53-75.

60 MC, III, 521, 30 avril 1624.

61 MC, III, 520, comptes de Charles Pigis du 27 août 1623.

62 MC, III, 521, comptes de Charles Pigis du 30 avril 1624.

63 MC, III, 520, comptes du 27 août 1623 : « pour la moitié des vaccations de Baussan, Mauguin, de Sainte-Marthe, Bureau et Chollet, arbitres nommés et convenus par Sully et les sieurs Hillaire et La Gravière pour terminer le différend indécis aux Requêtes du Palais, qui ont rendu leur sentence arbitrale le 12 août : 684 livres. »

64 Voir ci-dessous p. 225-231.

65 ADL, 5 J 20, pièce 1.

66 ADL, 5 J 19, pièce 53.

67 MC, III, 505, compromis du 23 octobre 1617.

68 MC, III, 510, 8 juillet 1619.

69 MC, III, 492, 4 juin 1612, transaction entre Jacqueline de Bueil et Pierre Bossé, procureur de Jean Balain.

70 MC, III, 513, 13 mars 1621, transaction entre Rachel de Cochefilet et Jean Bouard.

71 MC, III, 520, accord du 4 juillet 1623.

72 ADL, 5 J 20, interrogatoire de La Gravière du 11 mars 1621.

73 ADL, 5 J 19, pièce 53.

74 ADL, 5 J 19, pièce 17, lettre de Sully du 10 mars 1619.

75 ADL, 5 J 20, interrogatoire de La Gravière du 11 mars 1621.

76 Œconomies royales, t. I, p. 404.

77 ADC, 2 F 631.

78 ADL, 5 J 106.

79 BN, nouv. acq. fr. 25 232.

80 ADL, 5 J 19, pièce 13.

81 MC, III, 519, 10 juin 1623, comptes de Nicolas.

82 ADL, 5 J 19, pièce 39.

83 ADL, 5 J 19, pièce 39.

84 BN, nouv. acq. fr. 25 232, fol. 119.

85 BN, nouv. acq. fr. 25 232, fol.32.

86 ADL, 5 J 106, comptes de Mathieu Salle rendus le 25 février 1609.

87 Voir ci-dessus, p. 70.

88 MC, III, 544, 29 mars 1630, comptes de Pinette.

89 Ibidem.

90 Ibidem.

91 MC, III, 513, 9 avril 1621, comptes de Pigis.

92 MC, III, 513, 9 avril 1621, comptes de Pigis.

93 MC, III, 513. 13 mars 1621.

94 ADL, 5 J 19, pièce 8, liste des pièces déposées au greffe par Hillaire.

95 Ibidem.

96 ADL, 5 J 19, pièce 9, lettre de Sully à Hillaire, 1er décembre 1618.

97 ADL, 5 J 19, pièce 10, inventaire des pièces justificatives de la dépense faite par Hillaire pour Sully au voyage de Quercy.

98 Voir p. 145-159.

99 MC, III, 509.

100 Gabriel de Guénégaud qui sera trésorier de l’Épargne en 1626.

101 MC, III, 509, lettre du 20 février 1619.

102 ADC, Ε 268, pièce 8.

103 Nous distinguons les comptes généraux des comptes particuliers de chaque domaine.

104 MC, III, 544, 29 mars 1630, comptes de Pinette.

105 MC, III, 520, 28 août 1623, comptes de Pigis.

106 MC, III, 519, 10 juin 1623, comptes de Nicolas.

107 MC, III, 513, 9 avril 1621, comptes de Pigis.

108 MC, III, 519, 10 juin 1623, comptes de Pigis.

109 MC, III, 525, 15 août 1625, comptes de Pigis.

110 MC, III, 524, 8 juin 1625, comptes de Pigis.

111 MC, III, 519, 10 juin 1623, comptes de Pigis pour la duchesse de Sully.

112 AM Reims, Tarbé, XIII, 37, 54.

113 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 73.

114 Cet état ne mentionne pas Villebon car c’est vraisemblablement là qu’il fut dressé ; la dépense de Villebon figure donc dans les charges ordinaires.

115 Voir tableaux récapitulatifs en annexe p. 465.

116 Cf. J.-P. Fauchard, Henri II de Bourbon, 3e prince de Condé : acquisitions, administration, gestion de ses biens en Berry (1616-1646), mémoire de maîtrise dactylographié, Tours (faculté des lettres), 1970-1971.

117 ADC, Ε 8, pièce 6.

118 Sully justifie cette vente par le besoin d’argent nécessaire à l’établissement de sa fille cadette Louise. Mais celle-ci ne fut mariée qu’en 1620. D’autre part, en défalquant le prix de l’abbaye de Coulombs (80 000 livres), le prix de Villebon, acheté 120 000 livres en 1607, agrandi et embelli pour 20 000 livres environ, ne paraît pas surestimé. Il faut donc voir dans cette vente, par laquelle Sully céda pour la première fois une terre importante alors qu’il ne se défaisait pas facilement de ses domaines, un effet de la pression de Condé.

119 Voir ci-dessus p. 115-120.

120 ADL, 5 J 19, pièce 64.

121 Ibidem.

122 ADL, 5 J 19, pièce 1, lettre de Sully du 12 novembre 1616.

123 MC, III, 505.

124 Œconomies royales, t. II, p. 96.

125 Chantilly, 116 C 12.

126 Chantilly, 116 C 12, fol. 83.

127 Ibidem.

128 Chantilly, 116 C 12, fol. 83 v°.

129 Œconomies royales, t. II, p. 95.

130 Chantilly, série G, fol. 96 : « S’il falloit conjecturer pour combien elle [Montrond] est entrée en cette somme de huis cens quatre vingt mille livres, je ne doute point qu’elle n’y entre pour plus de quatre cens mille livres, quoyque M. de Sully ne l’eust acheptée que la somme de 120 000 livres de M. le duc de Nevers. »

131 Chantilly, série G, fol. 96.

132 Voir les inventaires des meubles des demeures de Sully ci-dessus p. 160-169.

133 ADC, Ε 206, pièce 1, inventaire du château de Montrond réalisé le 23 octobre 1620 et remis aux agents de Condé le 10 février 1621.

134 C’est le seul château où l’inventaire nous cite beaucoup d’objets personnels, de cartes, de tableaux, etc. Malheureusement, les meubles ne sont pas évalués.

135 ADC, Ε 206, pièce 11 : « État au vrai des armes, munitions, outils et autres choses servant à la garde d’une place, qui ont esté trouvées dans le chasteau de Montrond, le 9 février 1621 ».

136 ADC, Ε 206, pièce 16. Sully avait fait envoyer ces armes en son château de Sully entre l’établissement de l’inventaire du château de Montrond et la prise de possession par Condé.

137 ADC, Ε 206, pièce 23, estimation des matériaux trouvés dans la cour du château de Montrond.

138 En 1621, Louis XIII entreprit une campagne en Poitou et Languedoc contre les places des protestants. Sully était particulièrement exposé car il avait été gouverneur de Poitou, son fils était gouverneur de Figeac, Capdenac et Cardaillac, et sa fortune, terres, abbayes, greffes, rentes, était bien implantée dans ces régions ; il s’était ainsi constitué une clientèle importante susceptible de faire naître des inquiétudes sur sa fidélité.

139 Chantilly, 115 C 5, fol. 87 v°.

140 Il rendit lui-même au roi en juin 1622 les places de Figeac, Capdenac et Cardaillac et chercha à empêcher le duc de Rohan de soutenir un siège à Montauban.

141 MC. III, 520. Comptes de Pigis, 27 août 1623.

142 Chantilly, 116 C 12, fol. 84.

143 Ibidem.

144 Chantilly, 116 C 12, fol. 84 v°.

145 Chantilly, 116 C 12, fol. 85 v°.

146 MC, III, 522. La seigneurie de Champrond était évaluée 5 000 livres de revenu.

147 Chantilly, 116 C 12, fol. 68 V°.

148 Chantilly, 116 C 12, fol. 76.

149 Ibidem.

150 Chantilly, 116 C 12, fol. 70 v°.

151 Chantilly, 116 C 12, fol. 77 v°.

152 Meaux et Laas n’étaient pas en Picardie mais faisaient partie de l’héritage de Soissons.

153 Chantilly, 116 C 12, fol. 69 v°.

154 L’évêque de Meaux intenta des poursuites contre Sully afin d’être payé des droits de mutation qui devaient lui revenir, et Sully se retourna contre Condé. Voir ci-dessus p. 125.

155 Le 13 octobre 1628, Sully somma Condé « de s’aquiter des droits féodaux deus à cause de lad. terre de La Falaise » (Chantilly, 116 C 12, fol. 70 r°). On en arriva finalement, le 19 octobre 1629, à une transaction et Condé promit payer le 1er janvier 1630 la somme de 15 000 livres au baron de Bouie (Chantilly, 116 C 12, fol. 70 v°).

156 Chantilly, 116 C 12, fol. 78 v°.

157 Chantilly, 115 C 12, fol. 70 v°.

158 Le sr de Saint-Aoust, maître d’hôtel de Condé, apparaît très souvent aux côtés de Viguier pour régler les affaires avec Sully.

159 Chantilly, série M, t. I.

160 Chantilly, 116 C 12, fol.76.

161 Chantilly, 116 C 12, fol. 80 v°.

162 Chantilly, 116 C 12, fol. 81. Condé et Sully finirent par s’accorder sur le prix des « bagues » laissées en gage : Condé reçut une quittance de 120 000 livres.

163 ADC, Ε 206, pièce 75.

164 Chantilly, 116 C 12, fol. 81.

165 Chantilly, 116 C 12, fol. 155.

166 ADL, 5 J 16-17.

167 ADL, 5 J 16, pièce 20.

168 ADL, 5 J 17, pièce 20. Sur ce James Beaton et sa pseudo-parenté avec Sully, voir ci-dessus p. 140, note 271.

169 ADL, 5 J 17, pièce 3, interrogatoire de Pierre Cottan du 14 mai 1632.

170 MC, III, 481.

171 Pour Saint-Benoît-sur-Loire, dont le revenu était de 16 000 livres, l’abbé ne percevait qu’une pension de 600 livres.

172 ADL, 5 J 17, pièce 19.

173 MC, III, 464, procuration du 26 avril 1600 pour prendre à bail emphytéotique les terres de Lormois, Chignolles, Saint-Illiers-la-Ville, Cravant, Tilly et Mondreuil (BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 80, bail du 29 août 1601).

174 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 80.

175 MC, III, 490, bail du 17 février 1615.

176 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 81. L’affaire avait été renvoyée le 8 mars 1613 devant le parlement de Paris.

177 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 80-81.

178 Ibidem.

179 Ibidem.

180 MC, III, 521.

181 ADL, 5 J 16, pièce 8.

182 ADL, 5 J 16, pièce 1.

183 ADL, 5 J 16, pièce 26.

184 ADL, 5 J 17, pièce 19.

185 Ibidem.

186 MC, III, 479.

187 BN, Nouv. acq. fr. 25 237, fol. 54-69. Ce procès-verbal fut envoyé à Sully et non à Cottan : « S’il plaist à monseigneur le duc de Sully continuer pour neuf années le bail qu’il a cy-devant faict à Malleray de son abbaye de l’Absie, led. Malleray employera es réparations de lad. abbaye la somme de mil livres, sans aucune diminution de son bail ».

188 Le prix nécessaire pour les réparations est évalué à 5 346 livres.

189 MC, III, 482, procurations de Pierre Cottan du 29 mai 1607.

190 ADL, 5 J 16, pièce 2.

191 ADL, 5 J 17, pièce 3.

192 ADL, 5 J 17, pièce 19.

193 Ibidem.

194 ADL, 5 J 17, pièce 20.

195 ADL, 5 J 17, pièce 3, 14 mai 1632.

196 A raison de 9 000 livres de 1606 à 1619 et de 9 500 livres pour 1620.

197 ADL, 5 J 16, pièce 23.

198 ADL, 5 J 17, pièce 20.

199 ADL, 5 J 16, pièce 25.

200 AN, 120 AP 48, fol. 140-145.

201 ADL, 5 J 16, pièce 31.

202 ADL, 5 J 17, pièce 21.

203 ADL, 5 J 17, pièce 20.

204 ADL, 5 J 17, pièce 21.

205 ADL, 5 J 17, pièce 7.

206 ADL, 5 J 17, pièce 8.

207 Voir ci-dessus p. 184-187.

208 MC, III, 509.

209 Revenu d’autant plus intéressant que celui des terres était estimé en moyenne à un vingt-cinquième (4 %) de celui du prix d’achat.

210 La Gravière et d’Herbouze correspondent entre eux en lettres chiffrées. Ce système était courant : dans un inventaire de lettres envoyées par le duc de Sully à ses agents, il s’en trouve plusieurs en chiffre, parfois même « qui ne peuvent être lues » ; une lettre du 29 avril 1612 réclame un chiffre « pour lui mander les mots qu’il ne peut lui écrire autrement » sur les affaires de la cour (ADL, 5 J 19, pièce 7). Les chiffres des lettres de La Gravière et d’Herbouze ont été décodés dans l’interligne. Le système est d’ailleurs simple : seuls les mots les plus importants sont remplacés par un chiffre convenu ; ainsi 2 pour Sully, 4 pour Hillaire, 7 pour Rachel de Cochefilet, 21 pour La Gravière, 22 pour d’Herbouze, 10 pour greffes, 13 pour Nîmes, 54 pour affaires.

211 ADL, 5 J 19, pièce 11, lettre de La Gravière à d’Herbouze du 24 janvier 1619.

212 Ibidem.

213 ADL, 5 J 20, premier interrogatoire de La Gravière du 11 mars 1632.

214 ADL, 5 J 19, pièce 12. Dans leur lettre au duc, La Gravière et Hillaire jugent que les catholiques « ne sont poussés que de hayne et d’inthérestz particulliers », mais, sur les demandes de Sully, ils exhortent à la paix et à l’oubli du passé. Cependant, « voyant que l’apréhension qu’on avoit du peuple qui estoit tout esmeu empêchoit de prendre aucune résolution certaine pour terminer cest affaire, nous avons jugé à propos de ne la presser pas, croyant (comme il est vray), que le temps atiédirait ces espritz facheux et les ramèneroit à leur debvoir ». Les sieurs Destroa et Héraudy leur promettent « de rendre ces espritz capables de raison et d’embrasser le bien que vous, Monseigneur, leur procurés, faisant en cella plustost office de père que de gouverneur, ce que les gens de bien advouent et s’en ressentent grandement vos obligés ».

215 ADL, 5 J 19, pièce 14, lettre de La Gravière à d’Herbouze du 25 février 1619.

216 Ibidem.

217 ADL, 5 J 19, pièce 12.

218 ADL, 5 J 19, pièce 24, lettre de La Gravière à d’Herbouze d’avril 1624.

219 Ibidem.

220 ADL, 5 J 17, lettre de Sully du 10 mars 1619 : « Je vous ay tousjours dict et dis encores pour finalle résolution que je vous deffens d’outrepasser, quelques emples procurations que vous ayez de moy, que je n’en veulx poinct faire dans les villes catholiques ny en achapter plus haut que le denier douze, toutes sortes de fraiz et despances comprises. »

221 ADL, 5 J 19, pièce 53.

222 Ibidem.

223 Ibidem.

224 Ibidem.

225 BN, nouv. acq. fr. 25 240, foi. 179-186.

226 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 229-235.

227 Ibidem.

228 MC, III, 542, 10 juillet 1620.

229 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 211-212.

230 MC, III, 485.

231 Cf. Labatut, Les ducs et pairs, p. 239-243.

232 Le cas se présenta deux fois : en 1729 quand le 5e duc de Sully, Maximilien-Henri, décéda sans enfants, la succession fut assurée par Louis-Pierre-Maximilien de Béthune, baron de Courville, descendant direct du comte d’Orval ; et à nouveau à sa mort en 1761, le titre passa à un cousin, Maximilien-Antoine-Armand de Béthune.

233 MC, III, 486, contrat de mariage de Maximilien de Béthune, marquis de Rosny, avec Françoise de Créquy.

234 MC, III, 487, idem.

235 Cf. ci-dessus p. 59.

236 MC, III, 477-478.

237 MC, III, 488.

238 Cette dernière clause est curieuse car les coutumes excluent ordinairement les enfants d’un premier lit de la succession d’un deuxième lit. Les enfants de Rachel de Cochefilet et de François Hurault n’avaient normalement rien à voir avec la succession de Sully ; mais ils devaient hériter des propres de Rachel de Cochefilet, ce qui explique peut-être cette substitution.

239 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 243-253.

240 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 288-289, certificat de naissance de François de Béthune. Acte dressé le 16 mai 1624 sur enquête orale auprès de plusieurs personnes âgées de Rosny-sur-Seine, entre autres de la nourrice du comte d’Orval qui attesta sa naissance au mois de mai 1599.

241 MC, III, 521, 26 mars 1624, quittance donnée par Rachel de Cochefilet de 30 000 livres promises par La Force. MC, III, 522, 18 mai 1624, accord entre le marquis de La Force et le comte d’Orval : la dot sera payée par les fermiers de la seigneurie de La Boullaye.

242 On trouve effectivement mention de versements réguliers de sommes d’argent au comte d’Orval : dans les comptes de Pigis du 8 juin 1625, 6 000 livres pour mars et avril (MC, III, 524) ; dans les comptes du 15 août 1625, 3 000 livres pour juin et juillet (MC, III, 525).

243 MC, III, 506.

244 MC, III, 507.

245 La coutume de Paris, dans son article CCXL, prévoit que si l’un des deux conjoints décède en laissant des enfants mineurs, et que si le survivant ne fait inventaire des biens communs, les enfants survivants peuvent demander la communauté en tous les biens meubles et conquêts immeubles du survivant. Si le conjoint survivant se remarie, la comunauté est continuée par tiers : les enfants ont un tiers, le mari et la femme chacun un tiers. L’inventaire doit être entrepris dans les trois mois suivant le décès.

246 MC, III, 554.

247 BN, nouv. acq. fr. 25 241, fol. 52-93.

248 Voir pièce justificative n° 4, en annexe ci-dessous p. 435.

249 « Les gouvernemens et offices donnés par le roy n’entrent point en la communauté des femmes » (Reims, XIII, 162 : mémoire sur la succession du duc de Sully).

250 AM Reims, XIII, 161-162, prétentions du comte d’Orval, mémoire publié en pièce justificative n° 5, ci-dessous p. 436.

251 « Quant aux aultres dons et libéralitez du roy, il y a pareille raison pour ne les faire entrer en la communauté, supposé que les dons aient été faits purement et simplement, sans condition pour le donateur ». (AM Reims, XIII, 162).

252 BN, nouv. acq. fr. 25 241, fol. 220-225, cf. ci-dessous p. 439, pièce justificative n° 6.

253 « Nous voulions icy paroistre et monstrer à l’endroict de ceulx que nous avons mys au monde, le soin et le désir que nous avons de faire en sorte qu’ils puissent tous vivre en paix, union et concorde les uns avecq les autres, et surtout, comme je les prie et adjure au nom de Dieu, qu’ils n’entrent jamais en contention, dispute, annimosité, plaidz ny procès à cause de ma succession ».

254 MC, CXXXIV, 392, 10 mars 1729. Ce testament du 1er février 1641 est annexé à celui du 5e duc de Sully, Maximilien-Henri, dont la mort sans postérité ouvrit la succession au descendant du comte d’Orval. Voir pièce justificative n° 7, ci-dessous p. 445.

255 ADL, 2 J 638.

256 Ibidem.

257 Le comte d’Orval s’attacha d’ailleurs à augmenter sa part en achetant personnellement Courville et Chuisnes près de Villebon.

Table des illustrations

Titre Actes passés devant le notaire Fournyer à Paris de 1600 à 1637
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540