Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fortune de Sully

 | 
Isabelle Aristide

Première partie. Histoire, composition et estimation de la fortune de Sully

Chapitre II. Composition de la fortune de Sully

Texte intégral

1La fortune de Sully fut composée d’éléments très divers : des terres, mais aussi des revenus provenant de bénéfices ecclésiastiques, de charges, de greffes et offices royaux aliénés, de mobilier, etc. Si, comme dans beaucoup de fortunes princières, l’acquisition d’une fortune foncière fut le souci prédominant de Sully, la répartition de celle-ci et l’importance de la fortune mobilière du duc évoluèrent beaucoup au cours de sa vie. Avant d’aborder l’étude de chacune de ces catégories, il est nécessaire d’en donner l’estimation générale et d’examiner celle qu’a donnée Sully lui-même dans les Œconomies royales.

A. ÉVALUATION DE LA FORTUNE DE SULLY

I. CRITIQUE DES « ŒCONOMIES ROYALES »

  • 1 Œconomies royales, t. II, p. 90-94.

2Dans l’administration de sa propre fortune, et à la tête des finances royales, Maximilien de Béthune se montra toujours soucieux de clarté dans les comptes, et, après son départ du pouvoir, il s’efforça de justifier sa propre fortune comme étant une juste récompense de ses services rendus au roi. Cette justification a été motivée sans doute par les attaques que l’on a pu faire contre sa fortune, mais aussi par le procès dans lequel il était engagé au moment de ce bilan, l’opposant au marquis de Rosny, son fils, et au prince d’Henrichemont, son petit-fils, qui demandaient le partage de la communauté. Dans ses Œconomies royales, publiées à partir de 1638, Maximilien de Béthune dresse donc un tableau récapitulatif de ses biens et de ses revenus1. Il distingue en premier lieu le revenu annuel provenant de ses charges et de ses offices, de ses bénéfices ecclésiastiques et de ses terres ; puis il détaille les sommes reçues en propre du roi et des particuliers ; ensuite il énumère les récompenses obtenues sous Louis XIII pour ses charges, bénéfices et terres ; il justifie l’emploi de ces sommes ; enfin il récapitule toutes les autres provenances d’argent : gains faits à la guerre, cadeaux, épargne.

1. Critique de la méthode utilisée par Sully

3La méthode employée par Sully pour dresser l’état de sa propre fortune suscite quelques réflexion. En ce qui concerne les sommes perçues, Sully mélange les sommes globales (dons) et les revenus annuels. Il nous donne un total des revenus provenant de ses charges, sans distinguer à partir de quelle date il les possède : la première date de 1580, la dernière de 1606. On ne peut donc considérer ce calcul juste qu’à partir de 1606, en faisant cependant abstraction des charges qui à cette époque-là n’étaient plus possédées par Sully. En outre, curieusement, Sully justifie ses acquisitions uniquement en faisant le calcul des sommes reçues en propre par don, sans tenir compte de ses rentrées annuelles d’argent, alors que plus loin, il évalue son épargne pour l’ensemble de la période. Le but est de démontrer que toutes les acquisitions doivent être considérées comme des propres, mais l’utilisation d’une grande partie de sa fortune n’est pas explicitée. Enfin, nous le verrons, si les sommes données correspondent, il y a de grosses lacunes.

4L’état récapitulatif donné par Sully est divisé en six tableaux : revenus annuels, sommes remployées en propres, acquisitions, récompenses, remploi de ces sommes et autres rentrées d’argent. Ceux-ci reprennent intégralement les données numériques avancées par Sully ; nous donnons à leur suite une critique de celles-ci, en signalant les erreurs et les omissions. Mais avant d’analyser en détail ces tableaux, il faut encore faire quelques remarques de méthode sur la façon dont Sully les a organisés.

5Le tableau des dons doit être couplé avec celui des acquisitions, et celui des récompenses avec celui de leur emploi : l’un et l’autre justifient le montant des sommes reçues et leur utilisation.

6Le tableau des dons est composite : il mélange les dons réguliers du roi (en omettant les dons exceptionnels) avec les dons des particuliers, y ajoute les propres d’Anne de Courtenay, un don de Henri IV fait au comte d’Orval et un prêt fait par Sully à son fils aîné le marquis de Rosny. Il faut donc voir dans ce tableau une récapitulation de toutes les sommes destinées à être remployées en fonds d’héritages devant servir de propres.

7Dans le tableau des acquisitions, on ne devrait trouver que celles effectuées sous Henri IV (de Rosny au Châtelet-en-Berry), les autres devant normalement trouver leur place dans l’état des remplois des récompenses obtenues sous Louis XIII, avec Montricoux et Caussade ; or Culan et les Yys, achetées en 1614 et 1628, figurent dans le premier état. D’autre part, ni dans l’un, ni dans l’autre, on ne trouve mention des transactions et échanges de terres avec le prince de Condé. Enfin, curieusement, les acquisitions équilibrent assez bien les sommes reçues.

8Le tableau du remploi des remboursements effectué sous Louis XIII mêle des éléments divers : achat de terres, prêts d’argent, frais de voyages et de travaux. Or les dépenses se trouvent dépasser de deux fois les récompenses. Le comptable s’efforce alors de justifier la différence en dressant le tableau final, où la balance se trouve équilibrée grâce à plusieurs estimations difficilement vérifiables : les gains faits à la guerre, les cadeaux, les épargnes de Sully, estimées 300 000 livres par an et finalement portées à 350 000 livres pour l’ensemble de la période pour rendre le compte juste. En outre, Sully cite une deuxième fois la vente de Dourdan, déjà comptée dans le tableau des récompenses.

9Du début à la fin, il se trouve donc que le compte donné par Sully est faussé par l’absence de prise en considération du revenu annuel pour justifier les dépenses, qui dépassent les sommes globales versées à Sully ; l’estimation donnée par Sully de sa propre fortune est donc entièrement orientée par le souci de justifier la masse de dépenses par les rentrées globales d’argent dont l’origine est clairement donnée.

  • 2 Pour plus de clarté, nous prévenons le lecteur que les données figurant dans ces tableaux sont uni (...)

10Ces remarques sur la manière dont a été dressée cette évaluation étant faites, les lacunes, inexactitudes, invraisemblances des chiffres donnés par Sully s’expliquent plus aisément. Nous allons les examiner ci-dessous tableau par tableau2.

2. Critique du tableau des revenus provenant des charges, bénéfices, et terres sous Henri IV

  • 3 On trouvera un compte global de toutes les sommes reçues sous Henri IV ci-dessus p. 37 et 43 ; le (...)
  • 4 Les comptes de l’Épargne nous sont conservés pour les années 1605-1610 et mentionnent toujours cla (...)
  • 5 Cf. Mallevoüe, op. cit., p. XXXIII.
  • 6 Voir ci-dessus p. 39, note 114.

11Étant donné que ces charges ont été acquises à des dates diverses, ce tableau des revenus annuels n’est exact qu’à partir de 1606, mais les sommes données correspondent à peu près à la réalité3. Elles sont vérifiées par les comptes de l’Épargne qui nous sont conservés pour les années 1605-16104. Ceux-ci ne donnent cependant que 10 000 livres pour les gages de grand maître de l’artillerie de France, mais Sully dans ses Mémoires donne au contraire une somme bien plus élevée, 24 000 livres. Il la justifie en précisant que c’est « pour toutes sortes de gages, de profits, esmolumens et pensions » ; cette estimation ne peut être vérifiée mais paraît cohérente. D’autre part, les comptes de l’Épargne donnent 14 400 livres pour les gages de surintendant des finances, ce qui coïncide avec les sommes avancées par Sully si on ajoute aux 10 800 livres de surintendant des finances les 3 600 livres de conseiller des finances. La charge de grand voyer de France valait 6 000 livres de gages ; celle de voyer particulier de Paris rapportait, selon les baux à ferme, 3 000 livres en 1608, 6 000 livres en 1610 et 3 700 livres en 16155. Enfin, la charge de gouverneur de Jargeau valait seulement 1 200 livres de revenu annuel, d’après les comptes de l’Épargne6, et non les 6 000 livres données par Sully. Le tableau omet la charge de capitaine héréditaire des canaux de France, dite encore charge de capitaine héréditaire des canaux des rivières de Loire et de Seine et des canaux de la Vesle et du Clain (affluents de l’Aisne et de la Vienne), qui rapporte à partir de 1608 1 200 livres par an.

  • 7 Voir le tableau récapitulatif donné en annexe p. 462-463.
  • 8 Voir ci-dessus p. 40.
  • 9 On pourra se référer pour le détail annuel des revenus de Sully jusqu'en 1610 au tableau récapitul (...)

12Nous avons dressé plus haut le compte du revenu annuel provenant uniquement des charges de Sully7. Il s’élève à 90 000 livres en 16108. D’où vient la différence avec les 97 200 livres données par les Œconomies royales ? Il suffit de faire une simple péréquation en ôtant les charges qui n’ont pas lieu d’être citées et en ajoutant celles qui ont été omises par Sully. Ainsi la charge de conseiller de Navarre à 2 000 livres de gages fut remplacée par celle de conseiller d’État de France à 2 000 livres de gages avec une pension de 3 600 livres. Il n’y a pas lieu d’ajouter les revenus de deux charges successives. En outre cette pension de 3 600 livres n’est pas citée par les comptes de l’Épargne, qui ne donnent que 2 000 livres pour les gages de conseiller d’État. Il faut compter 1 200 et non 6 000 livres pour la charge de capitaine de Jargeau, 12 000 livres en 1610 et non 10 000 livres pour les charges de la voirie et ajouter celle de capitaine héréditaire des canaux à 1 200 livres. Le total des revenus apportés par les charges s’élève donc en 1610 à 90 000 livres, et, avec la pension du cardinal de Bourbon, à 100 000 livres. Il faudrait en réalité ajouter aussi la pension de 60 000 livres accordée à partir de 1601 selon les Œconomies royales, vérifiée par les comptes de l’Épargne à partir de 1604, portée à 90 000 livres en 1609, et comptée avec les sommes remployées en propres. En 1610, l’ensemble des sommes reçues annuellement du roi pour charges et pensions s’élève ainsi à 190 000 livres9.

  • 10 Sur la possession d’abbayes par Sully, voir ci-dessous p. 134-141.

13La somme de 45 000 livres avancée pour les bénéfices ecclésiastiques se trouve à peu près confirmée, également pour l’année 1610, avec la jouissance de Coulombs (12 000 livres), de Saint-Benoît-sur-Loire (16 500 livres), de l’Absie (9 000 livres), de Loroy (4 100 livres) et du Jard (4 000 livres), ce qui donne un total de 45 600 livres10.

  • 11 Voir en annexe p. 465 le tableau récapitulatif des terres possédées par Sully.

14Quant aux terres, le total des revenus de l’année 1610 se répartit comme suit : les trois quarts de Baugy, 4 000 livres ; Rosny, 17 000 livres ; Sully, 8 000 livres ; Bontin, 2 400 livres ; Villebon, 3 000 livres ; Dourdan, 5 300 livres ; Montrond, 6 500 livres ; La Chapelle, 3 000 livres ; Boisbelle, 3 700 livres et Le Châtelet, 2 125 livres. Le total se monte à 57 325 livres, ce qui est peu éloigné du chiffre avancé par Sully (60 000 livres)11.

15L’ensemble des revenus avancés par Sully s’avère donc à peu près exact, mais seulement pour l’année 1610 ; pour les années précédentes, il faut minorer ce revenu. Sully ne fait pas le calcul du total des sommes reçues du roi durant son passage au pouvoir ; il aurait pourtant permis de justifier les acquisitions faites.

3. Critique du tableau des sommes données en propres

16Le tableau des sommes données en propres est difficile à réévaluer car il mélange des sommes de provenances diverses et données à des époques différentes. En ce qui concerne les bénéficiaires, Sully prend à son compte les dons faits au comte d’Orval, car il les a remployés en achat de terres devant constituer la part d’héritage du comte d’Orval. Quant aux prêts faits au marquis de Rosny, ils doivent au contraire être déduits sur la part de celui-ci, ou ajoutés à l’estimation de la fortune de Sully.

  • 12 Les dons faits par Henri IV à Sully jusqu’en 1598 s’élèvent à 71 500 livres (voir ci-dessus p. 32) (...)
  • 13 Pau, P. 72. 7. 1. 1. Voir pièce justificative n° 4, p. 429.

17L’estimation des dons faits par Henri IV est juste : selon Sully, il aurait reçu à partir de 1601, 60 000 livres par an ; cela fait un total, de 1601 à 1610, de 600 000 livres ; pour retrouver 480 000 livres, il faut exclure les années 1601 et 1610. En réalité on peut retrouver ce chiffre en examinant les comptes de l’Épargne : ils donnent, à partir de 1604 seulement (ils ne nous sont pas conservés auparavant), une pension de 60 000 livres, portée en 1609 à 90 000 livres, ce qui fait jusqu’en 1610 480 000 livres ou 660 000 livres si l’on prend comme point de départ l’année 1601. Mais à cette somme il faudrait ajouter d’autres cadeaux faits par Henri IV. Le total des dons ainsi recensés s’élève à 196 400 livres12, outre les 480 000 livres de don ordinaire. Dans un mémoire de 1639, Sully évalue à 800 000 livres les dons de Henri IV dont les lettres patentes ont été vérifiées à la Chambre des comptes13, ce qui exclut tous les autres dons (en particulier les cadeaux faits lors de mariages princiers, regroupés plus loin). La somme de 800 000 livres paraît très vraisemblable, mais Sully ne cite ici que les 480 000 livres car, dans les lettres patentes de donation, il était expressément spécifié qu’ils devaient être consacrés à l’achat d’héritages devant servir de propres.

  • 14 MC, III, 477-478.
  • 15 Cette donation faite aux fils cadets de Sully, César et François, et aux « enfans mâles qui pourra (...)
  • 16 « Articles du mariage projeté mais non accompli de François de Béthune, comte d’Orval, et de Jeann (...)
  • 17 « Articles du mariage projeté mais non accompli de François de Béthune, comte d’Orval, et de Jeann (...)
  • 18 AM Reims, XIII, 161-162.
  • 19 AN, 120 APS, fol. 161.
  • 20 BN, nouv. Acq. fr. 25 240, fol. 243-253.

18Les dons faits au comte d’Orval sont bien détaillés car ils servent, dans le procès de partage de la communauté, à défendre la part de propres du comte d’Orval qui doit être distraite sur la communauté. Toutes les sommes citées ont été touchées par Sully, car François de Béthune, né en 1599, n’atteignit sa majorité qu’en 1624 ; mais les héritages acquis avec les dons qui lui ont été faits lui servirent de propres. Le 29 août 1605, Maximilien de Béthune reçut la somme de 100 000 livres de François Arbaleste, sr de La Borde, vicomte de Melun14, pour employer en l’achat de terres en faveur de ses deux fils cadets, César et François de Béthune15. Ce François de La Borde était un oncle maternel de Rachel de Cochefilet, fille de Marie Arbaleste, elle-même fille du sr de La Borde, vicomte de Melun : Jacques de Laprade cite une lettre conservée dans les collections du château de Pau16, où Sully écrit à la tante de Rachel de Cochefilet, Charlotte Arbaleste, femme de Du Plessis-Mornay et fille de Guy Arbaleste, vicomte de La Borde et vicomte de Melun, président en la Chambre des comptes. Cette donation servit à acheter Montrond et Orval. La donation faite par Henri de Schomberg était en fait double : dans les années 1610 fut traité le mariage du comte d’Orval avec Jeanne de Schomberg. Le contrat17 précisait que Schomberg donnerait dès la signature 50 000 livres en propre au futur époux. Sept ans plus tard, en 1617, le projet de mariage fut rompu, de l’initiative de Schomberg apparemment, qui donna à François d’Orval, pour « desdict du mariage » la somme de 45 000 livres ; Schomberg a donc versé 95 000 livres, encore faut-il prendre en compte les intérêts qui en 1641 font monter la somme à plus de 250 000 livres18. Enfin, le comte d’Orval reçut plusieurs autres dons : l’un de 30 000 livres de Henri IV19, qui peut être motivé par le fait que François d’Orval avait été nommé enfant d’honneur du dauphin ; le 19 décembre 1620, à l’occasion de son mariage avec Jacqueline de Caumont, il reçut du marquis de La Force, son beau-père, une somme de 50 000 livres en propres20.

  • 21 MC, III, 473.
  • 22 MC, III, 504, déclaration du 23 septembre 1617.
  • 23 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 229-235.
  • 24 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 173-178, contrat du 29 janvier 1605.

19Sully ne tient pas compte dans son tableau d’un autre don, de 60 000 livres, fait à sa fille cadette Louise de Béthune, le 7 avril 1604, par Philibert-Emmanuel d’Ailly, vidame d’Amiens21, baron de Picquigny, cousin issu de germain de Sully (c’était le petit-fils de Charles d’Ailly et de Marguerite de Melun, dont la sœur Anne était la grand-mère de Maximilien de Béthune). Il semble que Sully n’ait pas cité ici cette donation, car la somme n’a pas servi à acheter des terres. Elle fut d’ailleurs versée assez tard : en septembre 1617, Sully émancipa sa fille Louise22 pour poursuivre en justice Philibert-Emmanuel d’Ailly afin de se faire payer cette somme de 60 000 livres qui sera mentionnée dans son contrat de mariage du 29 mai 162023. À l’occasion de son mariage avec le marquis de Mirepoix, Louise de Béthune reçut de son père la somme de 350 000 livres en propres, outre la donation de 60 000 livres. Cette somme doit être comptée dans la fortune de Sully, de même que les prêts d’argent faits au marquis de Rosny. Il faudrait encore ajouter les 120 000 livres données en propres à Marguerite de Béthune lors de son mariage avec le duc de Rohan24.

  • 25 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 70-75, contrat du 4 octobre 1583.
  • 26 Selon la méthode de l’époque, la valeur d’une terre est calculée en multipliant son revenu par 20 (...)

20Les propres d’Anne de Courtenay sont évalués par Sully à 100 000 livres. Dans son contrat de mariage25, elle apportait 22 910 livres en propres, à quoi il faut ajouter la terre de Bontin, qui était un héritage, évaluée 60 000 livres26. On arrive facilement à la somme de 100 000 livres quand on calcule que les 22 910 livres apportées par contrat de mariage étaient des rentes portant intérêt. Elles semblent avoir été éteintes seulement à partir de 1601 avec la mise en criée de Baugy sur Jacques de Jaucourt. Ces sommes étaient destinées au marquis de Rosny, fils unique d’Anne de Courtenay et de Maximilien de Béthune ; il jouit du revenu de Bontin à partir de 1616 mais Baugy fut revendue au prince de Condé.

  • 27 MC, III, 497, quatre rentes constituées le 23 décembre 1614.
  • 28 MC, III, 507, six rentes constituées le 20 juin 1618.
  • 29 La plupart des rentes furent remboursées seulement en 1654.

21Sully pouvait ajouter à sa fortune les sommes avancées au marquis de Rosny à partir de 1614 : d’abord il lui avança les 50 000 livres promises par Charles de Créquy lors du mariage de sa fille27, puis emprunta pour lui à rente jusqu’à 50 000 livres28. Aucune de ces deux sommes n’était remboursée en 164129. Avec les intérêts au denier 16, la dette s’était élevée à 200 000 livres.

22Les donations faites par Louis XIII à Sully figurent plus loin.

4. Critique du tableau de l’emploi des sommes reçues en propres (les acquisitions)

  • 30 MC, III, 470, contrat du 19 juillet 1602. Cette différence de prix est peut-être due au fait que S (...)
  • 31 MC, LXXIII, 259, contrat du 31 août 1605.
  • 32 MC, III, 477-478, contrat du 10 juin 1605.
  • 33 MC, III, 482, contrat du 28 juillet 1607.

23Les sommes données pour les acquisitions sont justes à quelques détails près : le contrat de vente de Sully-sur-Loire porte 126 000 livres et non 153 000 livres30 ; Sully a acheté ensemble les terres de Montrond, La Chapelle, et Boisbelle au duc de Nevers pour 210 000 livres31 ; il est possible que l’on ait réparti seulement ensuite les sommes sur les terres car on trouve dans les contrats des sommes légèrement différentes : 120 000 livres pour Montrond au lieu de 100 000, 48 000 livres pour La Chapelle-d’Angillon au lieu de 56 000 et 42 000 livres pour Boisbelle au lieu de 54 000. Mais le total est le même que celui donné par Sully. En revanche, le prix d’achat de Dourdan a été en réalité de 139 862 livres32 au lieu de 100 000 livres. De même Villebon fut payé 120 000 livres mais le contrat avec Justine de Vandorp prévoyait au début 100 000 livres33.

  • 34 Voir le tableau récapitulatif donné en annexe, p. 465.
  • 35 MC, LXXXVIII, 11, contrat du 12 février 1599.
  • 36 MC, III, 472 ter, contrat du 19 décembre 1603.
  • 37 MC, III, 491, procuration du 1er juin 1611.
  • 38 MC, III, 484.
  • 39 ADC, E 630.
  • 40 ADC, E 633.
  • 41 MC, III, 527.
  • 42 Cf. Philippe Des Forts, Le château de Villebon, Paris, 1914, p. 175.

24Il faudrait ajouter à ce tableau les dates d’acquisition des terres ci-dessus et d’autres terres qui ont été revendues avant 161034. La moitié de Rosny a été rachetée en 1598 et payée en 1599 et en 160035. Maximilien de Béthune avait acheté en 1594 Moret, qu’il revendit en 160336. Dourdan fut acquis en 1605, Sully-sur-Loire le 19 juillet 1602, Montrond, La Chapelle et Bois-belle le 31 août 1605. Baugy fut acquis pour les trois quarts en 1603 et pour le reste en 161137. Le Châtelet fut vendu en réalité le 14 mars 160838 par Schomberg qui venait de l’acquérir du duc de Montpensier. Culan avait été adjugé par décret au Parlement de Paris le 6 septembre 1614 pour 80 000 livres39 ; la différence avec les 88 800 livres données par Sully provient sans doute des frais de criées. Maximilien de Béthune omet de parler des terres de La Roche-Guillebault achetées le 27 novembre 1617 pour 28 000 livres40, et de La Prune-au-Pot acquise en 1614 pour 12 000 livres environ ; ces terres, il est vrai, pourraient se trouver dans le tableau suivant, avec les biens achetés sur l’argent des récompenses de ses abbayes et charges ; au contraire la terre des Yys, achetée en 1627 pour 75 000 livres, figure ici, mais celles de Lalu-Bellouis et de Saint-Pierre achetées respectivement le 23 juin 1626 pour 56 000 livres41 et le 14 juillet 1627 pour 72 00042 livres ne sont mentionnées nulle part.

25Les tableaux des acquisitions réalisées sous Henri IV et sous Louis XIII s’avèrent donc défectueux par omission de terres et par manque de rigueur chronologique.

5. Critique du tableau des « récompenses » obtenues sous Louis XIII

  • 43 Sully désigne sous ce terme les sommes d’argent remises en échange de ses charges, abbayes ou terr (...)
  • 44 Elle figure dans les articles réclamés par Sully.
  • 45 Cf. B. Barbiche, Henri IV et la surintendance des bâtiments, dans Bulletin monumental, 1984, t. CX (...)
  • 46 Cette rente de 15 625 livres fut constituée le 21 février 1620 par devant le notaire Bonnet à Sain (...)
  • 47 MC, III, 490, quittance de remboursement du 10 janvier 1611 donnée à Etienne Puget, trésorier de l (...)
  • 48 Voir ci-dessous p. 204-215.
  • 49 ADC, E 8, pièce 6.
  • 50 ADL, 5 J 17, pièce 21.
  • 51 Cf. ci-dessus p. 43, note 135.
  • 52 Voir ci-dessous p. 134-141.

26Sully mélange les « récompenses »43 obtenues pour ses charges et ses bénéfices ecclésiastiques, et les ventes de ses terres. Cette réunion prouve qu’il considérait l’ensemble de ces ventes comme une dépossession consécutive à son départ du pouvoir. Les chiffres qu’il avance lui-même montrent qu’il en a tiré bon profit. Nous n’avons pas de renseignements pour confirmer ou infirmer les sommes obtenues pour plusieurs de ses charges. La capitainerie de la Bastille et la surintendance des finances furent remises au roi le 26 janvier 1611, et Sully en obtint effectivemement une récompense de 300 000 livres. La compagnie des deux cents hommes d’armes de la reine fut sans doute cédée à la suite du traité de Loudun44. La surintendance des bâtiments fut donnée en survivance au comte d’Orval en 1616, mais Sully et son fils démissionnèrent en 1621 ; la charge fut donnée d’abord à Louis d’Aloigny, baron de Rochefort, qui s’en démit immédiatement au profit de Jean de Fourcy, intendant des bâtiments45. Le gouvernement de Poitou fut cédé au gendre de Sully, le duc de Rohan, en 1620 ; Rohan ne paya pas les 250 000 livres (et non 200 000), mais constitua à son beau-père une rente de 15 625 livres46. La charge de grand voyer de France fut unie en février 1626 à celle des trésoriers de France qui la rachetèrent ; quant à celle de la voirie de Paris, qui n’est pas citée, elle fut supprimée en 1635. Dourdan, terre aliénée du domaine royal, fut rachetée par le roi en 1611 pour 135 259 livres47. La vente de la terre de Villebon est la seule mention des transactions avec Condé qui aboutirent en réalité à une dépossession plus importante, mais qui se réalisa sous la forme d’échanges de terres48. Villebon d’ailleurs, vendue en 1614, rétrocédée en 1620, vendue à nouveau en 1621, rentra définitivement dans la possession de Sully en 1624. Enfin, en ce qui concerne les abbayes, seul le prix de la vente de Coulombs peut être vérifié car il figure dans le contrat de vente de Villebon en 161449. L’Absie fut cédée en 161950. L’abbaye de « l’Or de Poitiers » n’a pu être identifiée. Il s’agit peut-être de La Réau au diocèse de Poitiers, ou de la Loi de Poitiers à Saint-Maixent51. Sully omet encore de parler d’autres abbayes qu’il posséda52.

6. Critique du tableau de l’emploi des sommes précitées

  • 53 MC, III, 502, 6 juillet 1616 et ADL, 5 J 19, 24 août 1616.
  • 54 Voir ci-dessous p. 157-158.
  • 55 Voir ci-dessous p. 158-159.
  • 56 Voir ci-dessous p. 144.
  • 57 Voir ci-dessous p. 141.
  • 58 Voir ci-dessous p. 143.
  • 59 MC, LXII, 23.
  • 60 MC, LXII, 133, 10 mars 1634.

27Le tableau dressé par Sully de l’emploi qu’il fit des récompenses reçues résume en quelque sorte ses transactions financières sous Louis XIII. Excluons le prêt fait au marquis de Rosny dont nous avons déjà parlé plus haut. Montricoux et Caussade, achetés en juillet et août 1616 respectivement pour 104 000 livres et 45 000 livres53, procèdent d’une nouvelle stratégie d’acquisition de terres ; c’est pourquoi Sully ne place pas ici ses autres acquisitions (échanges avec Condé, achat de terres près de Villebon). Sully donna à Louise de Béthune la somme de 400 000 livres par contrat de mariage du 29 mai 1620, plus un trousseau, des bijoux d’une valeur de 50 000 livres et de la vaisselle d’argent ; le total se monte donc aisément à 500 000 livres. Sully prêta à La Rochelle entre 1612-1614 261 600 livres, puis en 1618-1623 44 581 livres ; en 1624 il avança encore à la ville la somme de 300 000 livres qui fut remboursée en 162654. À ces prêts faits à La Rochelle il faut ajouter ceux faits à Montauban et Figeac : 60 900 livres55. Les greffes de Languedoc furent achetés en 1619 pour 355 795 livres56 ; mais Sully avait acheté également en 1610 les aides de Normandie pour 98 650 livres57, et de 1618 à 1625 il se porta acquéreur des greffes de Fontenay-le-Comte, pour 59 829 livres58. Enfin, dernière acquisition de Sully, l’hôtel de la rue Saint-Antoine fut vendu par le marquis du Vigean le 23 février 1634 pour l’équivalent de 180 000 livres59, outre les meubles évalués 23 000 livres60. L’ensemble des acquisitions et prêts d’argent faits par Sully sous Louis XIII dépasse donc de beaucoup les sommes mentionnées dans ses Œconomies royales : on arrive au total de 1 839 833 livres, sans compter le résultat des transactions avec Condé, mais en tenant compte des terres achetées près de Villebon.

  • 61 Voir ci-dessous, p. 289.

28Il est difficile d’évaluer les sommes dépensées pour tous les travaux, frais de voyage, etc. Les dépenses pour travaux aux châteaux furent les plus importantes, et la somme de 700 000 livres n’est sans doute pas surévaluée car pour le seul château de Sully, on dépensa de 1602 à 1609 près de 140 000 livres61. Il faut encore considérer les frais engagés à Villebon, à Rosny et à Montrond, dont nous n’avons pas les comptes.

7. Critique du tableau des autres rentrées d’argent

  • 62 Sully reçut par exemple du roi pour les étrennes de 1604 une boîte de diamants avec le portrait du (...)

29Excluons ici encore la vente de Dourdan déjà mentionnée. Cet état des dernières rentrées d’argent que l’on peut comptabiliser paraît hétéroclite : il semble seulement justifier le désir d’équilibrer les recettes et les dépenses ; c’est particulièrement évident dans l’estimation de l’épargne de Sully, qui arrive en dernière position, et se trouve justement donner un compte rond. Quant aux gains faits à la guerre, s’il est difficile de savoir ce que Sully veut entendre exactement sous cette appellation, nous savons que de son propre aveu, le seul siège de Montmélian en 1600 lui rapporta un butin de 200 000 livres. Pour les gratifications exceptionnelles, Sully ne mentionne ici que les cadeaux royaux ou princiers62 ; nous ne savons rien des autres gratifications exceptionnelles, qu’il avoue avoir toujours refusées sans que l’on puisse vérifier.

  • 63 Voir ci-dessous p. 151.

30Il reste une grave lacune : Sully néglige de parler des sommes d’argent prêtées, non seulement à La Rochelle, ou au marquis de Rosny, mais à d’autres particuliers : en 1634, elles peuvent être estimées à plus de 600 000 livres, sans compter la dette du duc de Rohan63. Enfin, l’état de la fortune de Sully, s’il comptabilise exactement les revenus des charges jusqu’en 1610, omet ceux-ci sous Louis XIII. Il est impossible malheureusement d’en dresser un tableau précis, faute de savoir si les sommes ont été effectivement versées, et, si elles l’ont été, à quelles dates.

31L’estimation de sa propre fortune donnée par Sully s’avère donc très inégale : si, d’un côté, il nous livre des renseignements précieux mais difficiles à vérifier, d’un autre, il multiplie les redites, les omissions, les inexactitudes et se livre enfin à une sorte d’opération comptable lui permettant de justifier toutes ses dépenses. Pour conclure l’évaluation de la fortune de Sully, nous en donnons trois tableaux, l’un reprenant, tout en le corrigeant, ceux des Œconomies royales pour voir globalement l’évolution de sa fortune ; les deux autres en donnant un état précis en 1610 et en 1641.

II. BILAN DE LA FORTUNE DE SULLY EN 1610

1. Fortune foncière

  • 1 La valeur des terres est donnée par estimation d’après le prix d’achat et les travaux effectués.

Note 11

2. Fortune mobilière65

  • 65 Bien qu’en droit les rentes soient considérées comme des immeubles (parce qu’elles sont garanties (...)

3. Total

32En 1610, la fortune globale de Sully est difficile à évaluer, car elle provient presque exclusivement de dons et sommes reçus du roi. La plupart des sommes investies par Sully le sont en fonds de terres (80 % du capital) ; les aides et rentes n’ont été achetées et constituées qu’au cours de l’année 1610. Le plus significatif est la distorsion très grande entre les investissements (plus de deux millions de livres) et les revenus (plus de trois cent mille livres par an). Le revenu provenant des sommes investies (81 410 livres) tant en terres qu’en rentes ou autres ne représente que 25,7 % des revenus annuels ; les revenus fonciers seulement 18 % de ceux-ci.

33L’aspect de la fortune de Sully en 1610 est celui d’une fortune encore extrêmement tributaire des libéralités royales : les terres, qui forment 80 % du capital chiffrable, n’apportent que 18 % du revenu, alors que les gages pour offices, les pensions et les dons royaux représentent 60 % des revenus annuels (75 % si on y ajoute les bénéfices ecclésiastiques). Les rentes constituées ou prêts d’argent à des particuliers font une timide percée et restent minoritaires : 2,9 % du revenu annuel.

34En 1610, la fortune de Sully, quoique déjà très importante, est donc encore en pleine croissance : la totalité des sommes reçues ne sont pas immédiatement investies et les trois quarts du revenu annuel proviennent directement des libéralités royales. Etant donné que les investissements sont relativement faibles par rapport aux revenus annuels, il faut en conclure que Sully disposait en 1610 de réserves importantes dont il se servit, dans les années suivant la mort du roi Henri IV et sa propre disgrâce, pour effectuer ses acquisitions et soutenir son train.

III. BILAN DE LA FORTUNE DE SULLY EN 1641

1. Fortune foncière

2. Fortune mobilière

3. Total

35En 1641, la fortune de Sully a donc connu une évolution considérable par rapport à 1610. La fortune foncière est ainsi passée de deux millions à plus de trois millions de livres ; mais sa part relative est tombée de 80 à 60 % du capital investi. Car c’est surtout la fortune mobilière qui a le plus évolué : elle ne se compose plus de charges et offices, dons, pensions et bénéfices ecclésiastiques, mais d’investissements dans le domaine royal (29 %), et surtout de prêts d’argent à des particuliers (31 %) et d’avances sur la succession au moyen de dots et de prêts (40 %).

36Par rapport à 1610, le revenu annuel de Sully a diminué de moitié (en raison de la perte sensible des dons et pensions annuelles octroyés par le roi), mais cette diminution n’a pas empêché, loin de là, l’augmentation des investissements, surtout fonciers. En 1641 la fortune de Sully présente deux caractéristiques qui méritent d’être particulièrement soulignées : elle n’est grevée d’aucune dette et elle équilibre harmonieusement les revenus provenant des terres et ceux provenant d’autres investissements, ceux-ci étant aussi presque également répartis entre les intérêts servis par les prêts aux particuliers et les profits des greffes et impôts royaux aliénés. Seules une bonne gestion et une heureuse politique de placement ont pu permettre cette étonnante situation financière ; c’est ce que nous étudierons plus loin après avoir récapitulé chacun des divers éléments de la fortune de Sully.

B. LA FORTUNE FONCIÈRE DE SULLY

  • 65 Les tractations avec Condé seront étudiées en détail plus loin p. 204-215.

37Les terres ont toujours représenté plus de la moitié des investissements de Sully. Leur répartition a évolué au cours de la période. Comme nous l’avons vu, on peut distinguer trois groupes successifs : le premier était constitué d’éléments divers acquis par héritages (Rosny, Bontin, Beaulieu-en-Auvergne) ou par achat de terres du domaine royal engagées (Moret, Dourdan). Puis, sous le règne de Henri IV et au début du règne de Louis XIII, Sully conçut et commença à mettre à exécution un ambitieux dessein territorial qui entraîna la constitution de grands ensembles de possessions au sud de la Loire et en Berry (Baugy, Sully-sur-Loire, La Chapelle-d’Angillon, Boisbelle-Henrichemont, Montrond, Saint-Amand, Orval, Le Châtelet, Culan, La Prune-au-Pot, La Roche-Guillebault). Enfin le troisième groupe de terres résulta, après 1614, d’une orientation nouvelle de la fortune de Sully et des négociations avec Condé65, et se répartit dans trois régions, en Quercy (Montricoux, Caussade), dans le Perche (Villebon, Nogent, Montigny, Vitray, Champrond, Les Yys, Saint-Pierre et Saint-Lubin, Lalu-Bellouis) et en Picardie (Breteuil, La Faloise, Francastel, Conty).

38À la fin de la vie de Sully, ses domaines étaient donc éclatés : dans le nord, les terres picardes ; Rosny près de Paris ; l’ensemble chartrain autour de Villebon ; plus au sud, le duché-pairie de Sully et La Chapelle-d’Angillon, avec pour seule excroissance berrichonne Boisbelle-Henrichemont ; Bontin en Bourgogne ; en Quercy, les seigneuries de Caussade et Montricoux ; enfin quelques terres éparses : Muret près de Soissons et Laas près de Pithiviers.

39Afin de brosser un tableau clair de la fortune foncière de Sully, nous nous proposons de donner, pour chacun des domaines possédés par Sully, les éléments essentiels que nous avons pu retrouver : dates et prix d’acquisition et de revente, composition, description du château, action de Sully sur ce domaine, revenu annuel.

I. LE PREMIER ENSEMBLE TERRITORIAL

40On peut distinguer deux groupes dans le premier ensemble territorial, acquis empiriquement : les héritages (Rosny, Bontin, Beaulieu, Baugy) et les terres du domaine royal (Dourdan, Moret). Si les terres acquises par héritages étaient très dispersées, les autres acquisitions, avec Villebon, formèrent une première ébauche d’ensemble cohérent au sud de la région parisienne.

1. Rosny

41La première terre qui appartint véritablement à Sully en propre fut la baronnie de Rosny, rachetée à son frère Philippe de Béthune, le 10 juillet 1598, érigée en marquisat en 1601. Elle se trouvait à l’ouest de Paris, dans le bailliage de Mantes, sur les rives de la Seine, dans un pays de bois, de bocages et de vergers.

  • 66 Cf. Du Chesne, Histoire généalogique de la maison de Béthune, op. cit., Preuves, p. 314-315.

42Apportée en dot par Anne de Melun, grand-mère de Maximilien de Béthune, la seigneurie de Rosny et Villeneuve-en-Chevrie n’était pas le moindre des biens de Sully. En 1569, elle était décrite comme ayant un château à tour carrée, entouré de fossés, avec dépendances et jardins, le tout sur dix hectares environ ; la seigneurie représentait deux cents livres de cens par an, douze cents arpents de bois de haute futaie, trente arpents de prés, trois arpents de vigne et deux cents arpents de terres labourables66.

  • 67 Cf. Claude Chastillon, Topographie françoise.
  • 68 Cf. abbé H. Thomas, Rosny-sur-Seine où est né Sully, Paris, 1889 ; A. Anne, Sully à Rosny-sur-Sein (...)

43Dès 1598, d’après ses Mémoires, Sully entreprit la construction d’un nouveau château. L’ancien, où Sully avait vu le jour, sur les coteaux de la Seine, n’était qu’un simple corps de logis à un étage, flanqué de deux pavillons carrés, également à un étage. Le nouveau château devait être davantage à la hauteur du rang du ministre. Une gravure de Chastillon67 nous en donne le plan tel qu’il aurait dû être une fois achevé : il devait former un vaste quadrilatère, avec un bâtiment central à trois étages, flanqué de deux pavillons, surmontés d’un long toit à pente aiguë, avec deux ailes se terminant également par deux autres pavillons carrés. L’espace laissé libre entre les ailes devait être fermé par une galerie à terrasse, peu élevée, ouverte en son milieu par une poterne, contre laquelle venait s’appuyer le pont-levis de l’entrée principale. Le château devait être entouré par de vastes fossés surmontés de deux pont-levis, et tout autour le jardin devait être aménagé avec des grottes, parterres et jets d’eau. Ce château resta inachevé après 1610 : les ailes ne s’élevaient que jusqu’à la hauteur du premier étage68.

  • 69 MC, III, 468.

44Les minutes du notaire Fournyer contiennent un marché passé le 6 décembre 160469 avec Isidore Guyot, maître maçon, tailleur de pierre de Rosny, pour la construction du portail du château et autres ouvrages à faire aux deux pavillons et à la cave, le tout pour 2 400 livres. Le portail devait être exécuté en pierre de Saint-Leu, avec une corniche en pierre de Vernon, sur laquelle seraient mises les armes de Rosny à deux canons, un de chaque côté, à chaque bout de la corniche, garnis de leurs affûts et rouets ; de même devant le portail seraient alignés quatre canons, deux de chaque côté, en pierre de Saint-Leu. Ainsi seraient exposés au premier venant les attributs de grand maître de l’artillerie.

  • 70 MC, III, 467.

45Très tôt, Sully se soucia de faire aménager le jardin et le parc du château de Rosny : le 24 juillet 1601, il passa marché avec un jardinier parisien, Gilles Moulet70 pour l’entretien de « tous les jardins et plants d’arbres et palissades, étangs et allées faites et à faire ». Son salaire serait de 133 écus 1/3 par trimestre ou 400 livres par an. Ce contrat nous apprend que ce jardin était divisé en trois parties : un jardin d’« herbes » ou potager, un verger planté d’arbres fruitiers et un parc avec des allées bordées de « palissades », ainsi que des fleurs.

  • 71 MC, III, 534.

46Nous en avons une description très précise dans un marché du 9 juillet 1629 passé avec Louis de Saulnay71. Les tâches à exécuter étaient énumérées dans les moindres détails : notamment tondre deux fois par an toutes les palissades du jardin, en mai et en septembre, « sans commencer trop tost ny trop tard », tenir toujours nettes les allées, mettre au pied de chaque prunier « ung bon pieu fiché bien avant dans la terre affin que les grandz ventz ne les esbranle », faire une pépinière de trois douzaines de toutes sortes d’entes de bons fruits pour pouvoir remplacer les arbres morts du jardin, etc.

47Le jardin était réparti en seize carrés : en face du château, deux parterres de thym et d’hysope ; les compartiments devaient être garnis de « toutes sortes de fleurs pour les saisons et en d’autres [pièces] écartées, toutes sortes d’appétits et salades ». Derrière ces deux carrés, seize carrés d’« herbes » : un d’artichauts, un de gros oignons, un de choux-pommes, un de choux communs, un de gros poireaux, un de carottes et de salsifis, un d’asperges et de chicorées, un d’oseille et de bettes, un de laitues-pommes, d’épinards et de cerfeuil, un de betteraves, de persil et de raifort, un de melons, de concombres et de citrouilles, un de fraisiers, un de pourpiers, de chicons, de laitues romaines et de ciboule et un d’herbes médicinales.

48Les fruits et légumes étaient destinés à la table du duc de Sully ou du marquis de Rosny lorsqu’ils résidaient, ou bien ils étaient partagés à moitié entre le jardinier et le gardien du château. Toutefois, il n’est pas interdit de penser que ce jardin fournissait aussi la table du duc quand il séjournait à Paris (bien que l’Arsenal eût aussi un potager).

49Pour 500 livres par an, le jardinier devait encore entretenir les fontaines « en sorte qu’elles jouent comme depuis qu’elles ont esté faites », ôter les mauvaises herbes du jeu de paume et du jeu de boule et entretenir les mûriers.

  • 72 ADL, 5 J 19, pièce 5, « Estat de la recette et despense faite par La Gravière pour la négociation (...)

50Après 1610, ce fut donc sur le parc et le jardin que se portèrent tous les travaux d’embellissement de Rosny. Une terrasse fut également aménagée au long du fleuve, de même qu’à La Chapelle-d’Angillon. Le marquisat de Rosny fut conservé par Sully tout au long de sa vie, mais il semble que vers 1614-1616, au moment des tractations avec Condé, il ait été question de le céder72 . Ce projet n’aboutit pas, et Rosny fit partie de la succession de Maximilien de Béthune, fils d’Anne de Courtenay.

  • 73 MC, III, 490, 2 janvier 1611, hommage de Sully au roi pour la seigneurie de Villette.

51De la baronnie puis, à partir de 1601, du marquisat de Rosny, dépendait la seigneurie de Villette, réunie au marquisat de Rosny par sentence du présidial de Mantes du 7 avril 159973, la seigneurie de Mesnil-au-Bourg, le fief de Clermont, le fief de Malassis au bourg de Rosny, le fief de Courdimanche au bailliage de Senlis.

  • 74 MC, III, 525, 30 août 1625, procuration donnée à Rachel de Cochefilet pour poursuivre Pierre Le Gr (...)

52En 1598, la baronnie de Rosny valait 16 000 livres de revenu annuel (environ 4 %). En 1625, le marquisat de Rosny était affermé pour 18 000 livres, non compris les importantes coupes de bois74. C’était en réalité la terre la plus importante du duc de Sully : évaluée 610 000 livres en 1641 (soit 20 % de sa fortune foncière), son revenu était le plus élevé de toutes les terres de Sully.

2. Bontin

  • 75 MC, III, 506.
  • 76 MC, III, 502. 5 juillet 1616, quittance donnée par le marquis de Rosny au fermier de Bontin.

53La baronnie de Bontin, située en Bourgogne, à l’est d’Auxerre, était un héritage d’Anne de Courtenay, première épouse de Sully, et était donc un propre de leur fils, Maximilien, né en 1588. À partir de 1616, ce fut lui qui s’occupa de l’administration de ce domaine : le duc de Sully, le 30 mars 1618, remit à son fils tout ce que les fermiers lui devaient de reste en vertu du bail de neuf ans passé le 15 octobre 161375 ; mais dès 1616, le marquis perçut de fait le prix de la ferme76.

  • 77 MC, III, 467, 11 juillet 1601, procuration en blanc pour passer le bail à ferme de Bontin.
  • 78 MC, III, 491, 2 décembre 1611, procuration donnée à Pierre Éverard pour passer le bail à ferme de (...)
  • 79 MC, III, 509, 3 mars 1619, bail à ferme de Bontin fait à Louis Peuille, marchand de Joigny.
  • 80 ADC, E 268, comptes d’Everard.

54La seigneurie de Bontin, avec la métairie de La Voisinerie, et les seigneuries du Petit Franville, Beauregard, La Calvinière, Saint-Denis-sur-Ouanne et la moitié de la seigneurie de Sommecaise et du Martroi étaient affermées en 1601 pour 6 ans à 796 écus (2 388 livres) par an77, en 1611 pour 2 300 livres par an pour six ans78 et en 1619 pour 2 500 livres par an pour six ans79. Entre 1608 et 1611, la baronnie ne fut pas affermée : les revenus furent perçus par un receveur, mais les recettes se faisaient essentiellement en grains80, aussi l’argent comptant était-il perçu plus tard.

  • 81 MC, III, 509, bail du 3 mars 1619. L’étang de Villiers contenait cinquante carpes mères de 9 à 10 (...)
  • 82 MC, III, 502, 5 juillet 1616, quittance donnée à Nicolas Cotté, fermier de Bontin.

55On tirait aussi bénéfice de la vente du poisson des étangs de Villiers et de La Calvinière81, et des bois de haute futaie dont les coupes rapportaient 1 170 livres en 1616 pour 59 arpents82. La seigneurie possédait également un verger proche du château, des vignes et une garenne. On élevait du bétail dans les métairies et même dans les cours du château de Bontin. Un jardinier et un sergent-forestier s’occupaient de l’entretien et de la surveillance.

56Estimée 55 000 livres, la baronnie de Bontin avait donc un revenu total de 3 500 livres environ, soit un bon rapport de 6,3 % par an.

3. Beaulieu

  • 83 MC, III, 470, 16 avril 1601, accord avec Claude de Coussay.
  • 84 MC, III, 470.

57Beaulieu, en Auvergne, était un autre héritage d’Anne de Courtenay. Cette terre avait d’abord été la part de sa sœur unique, Françoise, qui avait épousé Guy de Béthune, sr de Mareuil. Décédée sans enfant, Françoise de Courtenay avait légué Beaulieu à Claude de Coussay, mais Maximilien de Béthune s’y opposa au nom de son fils, le marquis de Rosny, seul héritier des deux filles de François de Courtenay. Une sentence arbitrale du 5 avril 160183 annula le legs et le marquis de Rosny réunit ainsi l’ensemble de l’héritage de son grand-père. Beaulieu fut cependant immédiatement revendue, le 30 août 1602, à Abdenago de La Roche-Chaudery, baron de Clain, pour 30 000 livres84.

58Sully retira également de la succession de Courtenay les seigneuries de Baugy, Étréchy et autres dont nous parlerons plus loin. Au total, les biens fonciers acquis par héritage étaient assez dispersés géographiquement ; ce caractère disparate des premières possessions de Sully fut encore accentué par les autres acquisitions qu’il fit de terres du domaine royal : Moret, près de Fontainebleau, et Dourdan, au sud de Paris, auquel vint s’ajouter Ville-bon, acquise d’un particulier.

4. Moret

  • 85 Voir ci-dessus p. 23.
  • 86 MC, III, 472 ter.
  • 87 MC, III, 475. 3 novembre 1604, quittance de Noël Regnouart donnée à Jacqueline de Bueil.

59Le comté de Moret, qui se trouvait en Brie, non loin de Fontainebleau, fut acheté le 5 novembre 1594, pour 18 000 écus (54 000 livres). Cette partie du domaine royal avait été adjugée en 1575, et était ainsi susceptible, théoriquement, d’être rachetée à tout moment par le roi. Sully la revendit d’ailleurs rapidement : il la céda en 1598 à Philippe de Béthune en échange de la baronnie de Rosny, mais, dès 1601, il la récupéra85, avant de la vendre le 19 décembre 160386 pour 85 104 livres au financier piémontais Zamet, qui lui-même s’en dessaisit un an plus tard, le 23 octobre 160487, en faveur de Jacqueline de Bueil, maîtresse de Henri IV.

  • 88 MC, III, 475, 3 novembre 1604, inventaire des titres du comté de Moret.

60La différence entre le prix d’achat et le prix de vente est justifiée par les nombreuses extensions et améliorations exécutées dès son acquisition : de 1595 à 1597, puis de 1601 à 1603, Sully acquit un grand nombre de petites parcelles et fit exécuter des travaux au château : les 18, 19 août, 21 septembre et 28 novembre 1595 et le 25 septembre 1596, il acheta quatre petites maisons rue de la Tannerie, près de la « tour de Moret », pour respectivement 16 écus 2/3, 68 écus 1/3, 30 écus et 25 écus, soit un total de 420 livres. Le 8 mai 1596, puis le 1er mai et le 10 juillet 1597, il acheta encore quatre maisons au même emplacement pour 16 écus 2/3, 100 écus, 32 écus, et 20 écus, soit encore 506 livres. En 1597, il agrandit le domaine en achetant le grand étang de Moret pour 8 850 livres, et l’étang de Montmachon pour 1 318 livres88.

  • 89 Ibidem.

61Entre-temps, Sully s’occupait de réparer le château. Comme celui-ci était une partie du domaine royal susceptible d’être rachetée, il présenta une requête au Conseil le 18 février 1595. Ce dernier adressa une commission aux trésoriers de France pour visiter le château. Le 4 août 1595, les jurés remirent un devis contenant les réparations à faire. Une fois les travaux accomplis, de multiples procédures furent encore nécessaires pour en obtenir le remboursement : à nouveau, il fallut s’adresser aux trésoriers de France. Le 29 octobre 1597, le contrôleur général des bâtiments, Jean de Donon, donna avis que le roi pouvait ordonner paiement de 4 998 écus pour rembourser les réparations faites et nécessaires à faire en la grosse tour de Moret. Par lettres patentes de janvier 1598, enregistrées en la Chambre des comptes le 25 février 1598, le roi, ne pouvant assurer les remboursements, ordonna que cette somme fût jointe au sort principal payé pour l’acquisition de Moret. Un autre arrêt de la Chambre des comptes évalua les réparations à 3 753 écus. Finalement, le montant total des réparations fut fixé par arrêt de la Chambre des comptes du 16 juillet 1603 entérinant des lettres patentes, à 26 822 livres 13 sous 6 deniers89.

62Les acquisitions avaient repris dès 1601 : les 23, 25, 29 octobre et 2 novembre 1601, Maximilien de Béthune acheta quatre portions d’une même maison, pour la somme de 425 livres. Par quatorze contrats des 30 mai, 1er, 3, 8, et 22 juin, 12 et 25 octobre 1602, il se rendit acquéreur de quinze pièces de pré, faisant au total environ 15 arpents 1/4, pour 370 livres. Enfin, le 4 juin 1602, il acheta pour 200 livres une maison couverte de tuiles, avec une grange, près du jardin du château.

63Le total des acquisitions s’éleva à un peu plus de 12 000 livres ; les réparations ayant coûté 26 822 livres. La plupart de ces améliorations concernaient le château et ses dépendances. Sully put donc revendre le comté de Moret pour 85 000 livres en 1604, alors qu’il l’avait acheté 54 000 livres vingt ans plus tôt.

  • 90 MC, III, 473, 15 mars 1613, bail à ferme de Moret par Jacqueline de Bueil.

64Le revenu de Moret était d’environ 2 800 livres90, soit environ 3 %, ce qui est assez médiocre.

5. Dourdan

  • 91 MC, III, 477-478.

65Autre terre du domaine royal, dont les revenus avaient été engagés en 1596 à la condition expresse de rachat, la seigneurie de Dourdan, au sud-ouest de Paris, fut vendue le 10 juin 1605 par Nicolas de Harlay, sr de Sancy, à Sully pour 139 862 livres91. La seigneurie consistait en château, maisons, manoirs, bailliage et prévôté, droit de mesurage, étaux, foires, prés, étangs, droits de rachat, relief, profits de fiefs, lods et ventes, ventes de bois, taillis, garennes, poissons, amendes, etc. À la seigneurie de Dourdan était joint le fief de l’Échanson, situé en la ville même de Dourdan, le droit de bail emphytéotique fait par l’abbé de Notre-Dame de Josaphat, près de Chartres, de la métairie du Bouchet, contenant soixante-douze arpents de terre en une seule pièce, située en la paroisse de Ruiville-sous-Dourdan. Le seigneur de Dourdan pourvoyait aux offices de commissaire du commerce de Dourdan, sergent traversier de la forêt de Dourdan, sergents verdiers et gardes de la forêt de Dourdan et de receveur de Dourdan.

  • 92 Ibidem.
  • 93 MC, III, 485, 19 novembre 1608, bail de Dourdan.

66Le 20 novembre 1605, cette terre fut affermée pour trois ans pour 5 150 livres par an92. La ferme comprenait les revenus provenant des droits seigneuriaux et féodaux, les prés, le moulin à eau, le fief de l’Échanson, la ferme du Bouchet, les étangs et une coupe de deux cent quarante arpents de taillis par an dans la forêt de Dourdan, à charge de payer les gages des officiers ; mais le preneur n’était pas tenu aux réparations à faire aux bâtiments de la seigneurie car le propriétaire se les faisait rembourser par le Trésor royal. Le prix de la ferme passa de 5 150 livres en 1605 à 5 300 livres en 160893 (soit un revenu de 4 %). Il semble que les profits essentiels provenaient des coupes de bois et de la métairie du Bouchet. Le sr de Sancy, prédécesseur de Sully avait essayé d’améliorer le revenu annuel en acquérant le fief de l’Échanson et la métairie du Bouchet et en rachetant les offices aliénés.

  • 94 MC, III, 490, 10 janvier 1611, quittance donnée au trésorier de l’Épargne Etienne Puget.

67Sully ne semble donc pas avoir consacré ses efforts à l’amélioration du domaine de Dourdan ; nous n’avons pas mention non plus de travaux importants effectués au château, ou d’acquisitions de terres aux environs, ainsi qu’il l’avait fait pour Moret. Mais sans doute n’en eut-il pas le temps, ou bien Dourdan faisait-elle partie d’un projet de constitution d’ensemble territorial avorté : toujours est-il qu’en janvier 1611, Sully s’en défit en la revendant au roi pour 135 259 livres94.

  • 95 Cet ensemble sera étudié précisément en deuxième partie, aussi ne donnons-nous ici que des élément (...)

68De ce premier ensemble disparate, provenant d’acquisitions empiriques, Sully ne conserva que les principales terres, Rosny et Bontin, destinées à son fils aîné. À partir de Dourdan, avec l’achat de Villebon en 1607, aurait pu se constituer un ensemble territorial au sud de la région parisienne. Mais Dourdan fut vendu en 1611, toutes les autres furent rapidement délaissées, Villebon fut conservé mais le projet ébauché ne se réalisa qu’ultérieurement, et ce fut à partir de Baugy que Sully élabora un deuxième ensemble de possessions, beaucoup plus structuré, situé au sud de la Loire et en Berry95.

II. LE DEUXIÈME ENSEMBLE TERRITORIAL

69Le deuxième ensemble territorial, dont la formation fut déterminée par l’acquisition de Baugy à partir de 1601, s’organisa en réalité autour du fleuron des possessions de Sully, la baronnie de Sully-sur-Loire, érigé en duché-pairie en 1606, et d’une excroissance berrichonne, Montrond. Cet ensemble de terres représentait en 1610 l’essentiel de la fortune foncière de Sully (62 %).

1. Baugy

  • 96 MC, III, 463, 11 janvier 1600, procuration donnée à Pierre Beauxamys pour s’opposer aux criées de (...)
  • 97 MC, III, 470, 28 septembre 1602, procuration pour affermer les terres de Baugy.
  • 98 MC, III, 491, 1er juin 1611, procuration pour faire les fois et hommages du quart de Baugy.

70Décrétées à partir de 160096 sur Jean de Jaucourt, sr de Villarnoul, à cause des sommes d’argent dues par son père à Anne de Courtenay, les terres de Baugy comprenaient les seigneuries de Baugy, d’Étréchy, de Pouligny, de Solérieux, de Chanteloup, des Essarts, la métairie de Parassy et le moulin du Liard. Sully dès septembre 160297 perçut les revenus pour les trois quarts qui venaient de lui être adjugés au prix de 75 000 livres. Le reste fut acquis pour 41 000 livres en mai 1611 à la suite du décret et adjudication définitive faits en Parlement98.

71Le cœur de la seigneurie de Baugy était un château du xvie siècle en forme de carré, flanqué de quatre tours, avec deux ponts-levis établis sur deux fossés remplis d’eau vive. Dès les premières années, Sully améliora la motte primitive :

  • 99 ADL, 3 E 3280, aveu et dénombrement de Baugy fait par Sully à Gabriel de Chazeron, baron de Montfa (...)

« Y avoit entiennement un beau et magnifique portai avec plusieurs corps de logis qui ont esté ruinez par les guerres civilles adveneues en ce royaulme et à présant y a esté basty par led. sr advouant quatre tours couvertz d’ardoises aux quatre coins dud. chasteau, avec un portail et des murailles cervant de closture à icelluy, estant environné de deux grandz et larges fossez, entre lesquels il y a une terrasse plantée d’hormes, palissades et jardins, lesd. fossez remplis d’eau vive99. »

  • 100 Ibidem.
  • 101 Voir ci-dessous p. 300.

72Outre le renforcement des fortifications du château, avec la construction des quatre tours et de la courtine, Sully transforma la garenne en jardin, la basse-cour en plant d’ormes, un jardin clos de murailles, dans lequel se trouvait un petit colombier, en terre labourable. Dans le pré de Bulle, « led. sr advouant a faict faire de grandz canaulx, en l’un desquelz passe la rivière qui dessend dud. estang d’Alleans et entre dans l’un des fossez dud. chasteau100 ». Ces canaux doublaient les fossés, dans l’espace furent aménagées des terrasses. Les travaux du château de Baugy, effectués en même temps que ceux du château de Sully, de 1605 à 1608, en transformèrent complètement la physionomie101.

73Notons toutefois que le duc de Sully, lorsqu’il résidait à Baugy, durant la période des travaux, logeait plutôt à l’hôtel du Chaillou, près du château, qui servit ensuite de retraite pour le receveur et de grenier à grains.

74Comme à La Chapelle-d’Angillon, les revenus venaient essentiellement des fermes muables (banalités, greffes, etc.), des prés loués (il y en avait onze), et des terres accensées pour cinq ans. Nombreuses étaient les redevances perçues : dîmes en grains, chanvre et vin ; terrages, cens. Mais le domaine propre était peu étendu avec deux métairies (Montifault et Grise), trois moulins (moulins du château, Buisson et Petit-Moulin) et quatre étangs (Étang Neuf, Pouligny, Tribault et Pignoux).

  • 102 III, 488, 22 mai 1610, bail à ferme de Baugy à valoir à partir de la Saint-Jean 1611.
  • 103 ADC, E 268, comptes de Pierre Éverard.

75La seigneurie de Baugy, avec celles de Pouligny, Étréchy, Les Essarts, Chaumoux, Marcilly et Moulin du Liard, toutes voisines les unes des autres, était affermée pour 6 500 livres par an à partir de 1611102. Sans constituer un domaine titré, les terres de Baugy étaient donc d’un excellent profit (5,4 %). C’est là aussi que Sully avait installé son haras. En 1608, alors qu’il venait d’être installé, il comptait trois étalons, quatorze juments et dix poulains et pouliches103.

76Malgré ces avantages, Baugy dut être échangé le 11 janvier 1624 contre Villebon et Muret cédés par le prince de Condé.

2. Sully-sur-Loire

77Acquise le 19 juillet 1602 de Claude de La Trémoille pour 126 000 livres, la baronnie de Sully-sur-Loire fut érigée en duché-pairie en février 1606. Elle était composée des châtellenies de Saint-Gondon et de Sennely, et de la seigneurie de Moulin-Frou, à laquelle fut rattachée la châtellenie de La Chapelle-d’Angillon au moment de l’érection en duché-pairie. La baronnie relevait en partie de l’évêque d’Orléans mais Sennely et Saint-Gondon dépendaient du roi, la première à cause du comté de Blois et la seconde à cause de la châtellenie de Lorris.

  • 104 Voir ci-dessous p. 291-299.

78Sully fit immédiatement travailler au château : amélioration des défenses, aménagement intérieur, creusement d’un canal, aménagement du parc. Les travaux durèrent de 1602 à 1609, ils coûtèrent près de 140 000 livres mais on fit encore travailler ultérieurement au parc et au jardin104.

  • 105 Voir ci-dessous p. 275-277.

79Sully agrandit le domaine avec les métairies de Briou en 1604 pour 9 000 livres, les Grandes Gorges, Cuissy, moulins de Glatigny et de Chéry en 1605 pour 15 000 livres, Les Angliers, Rideau et Voiseux en 1605 pour 10 000 livres105. Il fit également racheter les greffes et les tabellionages dépendant de la baronnie aliénés par les La Trémoille.

  • 106 Voir la carte du domaine de Sully-sur-Loire p. 262.

80Il y avait en tout dix-sept métairies : Briou, La Naudière, Cuissy, Les Granges, Gorges, La Caille, Rideau, Les Angliers, La Boucherie, Ville-mouette, Mauvy, Solaire, Moulin-Frou, La Laurendière, Chéry, Riou, Le Bois, Le Bouloy ; cinq moulins : Briou, Le Voiseux, Glatigny, Moulin Neuf, Moulin-Bois et Chéry106. C’étaient elles qui rapportaient le plus de profit.

81Les forêts de Chaon, Chaulesme, Chambout et de Sully, et les bois des métairies contenaient près de 2 000 arpents, répartis en vingt coupes de 100 arpents. Elles pouvaient valoir deux à trois mille livres de revenu annuel.

82Le duché-pairie était particulièrement bien pourvu en étangs, vingt-neuf en dépendaient : Coulions, Grand et Petit Étang de La Caille, Grand et Petit Étang de Moulin-Frou, Riou, Les Bézeaudières, Le Bouloy, Potelard, Couriou, Villaudet, Courgouttoir, Cul-d’Acier, Oussin, Les Corbellières, Remarcault, Oussoy, La Goulette, Mauvy, Olivier, Les Angliers, Miarrou, Grand et Petit Étang de Rideau, Fimbert, Le Caillis, Petit-Étang, Étang-Neuf.

  • 107 Voir ci-dessous p. 349-363.

83Le seigneur de Sully percevait quantité de droits seigneuriaux : moulins et fours banaux de Saint-Gondon, four banal de Sennely, notariats de Cerdon, Saint-Aignan, Souvigny, Bonnée, Isdes, Saint-Florent, Coulions, Saint-Gondon, Sennely, greffes de Sully, Viglain, Saint-Père, péage, port et passage de Sully-sur-Loire, étaux des bouchers et des boulangers, foires, etc.107

  • 108 ADL, 5 J 40, bail du 19 septembre 1602 accordé à François Bouteroue.
  • 109 MC, III, 484, bail du 18 avril 1608 accordé à François Bouteroue.
  • 110 ADL, 5 J 40, bail du 12 novembre 1619 accordé à Gérard Frogier et Claude Darnault.
  • 111 ADL, 5 J 40, bail du 21 octobre 1631 accordé à Michel Le Ber et Jacques Villoing.

84Le duché-pairie était affermé en 1602 pour 5 000 livres par an (3,9 %)108, en 1608 pour 8 000 livres par an (5 %)109, en 1619 pour 10 300 livres110, en 1631 pour 12 000 livres111. On est loin des 18 000 livres que rapportait aisément la baronnie de Rosny, mais Sully-sur-Loire représentait la deuxième des terres de Sully par son revenu annuel.

85Quoique ce fût cette terre qui ait été choisie pour soutenir la dignité de duché-pairie de Sully-sur-Loire, ce n’était donc pas la plus importante des terres du duc de Sully. Il fut donc nécessaire de lui adjoindre la baronnie de La Chapelle-d’Angillon en Berry.

3. La Chapelle-d’Angillon

  • 112 MC, LXXIII, 259.

86Achetée le 31 juillet 1605 au duc de Nevers pour 48 000 livres112, la seigneurie de La Chapelle-d’Angillon fut unie l’année suivante au duché-pairie de Sully-sur-Loire et érigée en baronnie. Les terres de Sully-sur-Loire et de La Chapelle-d’Angillon n’étaient pas contiguës, mais les justices touchaient l’une à l’autre dans la région de Brinon-sur-Sauldre.

87Située en Berry, La Chapelle-d’Angillon comportait d’abord une place forte surplombant la ville, regardant vers Bourges, environnée de toutes parts de fossés et de murailles. Cette place contenait une chapelle, une tour ou donjon carré datant du xiie siècle, servant de prison et surnommée, au temps de Sully, « tour de Béthune », plusieurs maisons, étables, écuries, hôtels, cours et jardins. Au nord se trouvait un grand corps de logis terminé par la chapelle et une tour ronde. Sully fit construire une terrasse à l’est, et au sud-ouest, il fit aménager des jardins partagés en six carrés.

  • 113 ADC, E 268, deux procès-verbaux de délimitation de la terre et justice de La Chapelle d’Angillon, (...)

88La seigneurie contenait cinq étangs : La Justice, Gaultard, Chétif-Étang, étang des Aulnats, étang des Foulons, et seize prés, contenant environ 85 journées (40 hectares). Les prés étaient affermés à part. Le domaine ne comportait que deux métairies, Les Mabillons et La Cassine, la première en huit pièces de pré et vingt et une pièces de terre, totalisant 57 hectares, la seconde, très modeste, avec trois champs, ne faisait que 4 ha113.

  • 114 ADC, E 268, pièce 8, comptes d’Éverard pour 1606 et 1607.

89Les revenus essentiels de La Chapelle-d’Angillon provenaient des fermes particulières : greffe du tabellionage, foires, boucherie banale, fours banaux, greffe de la justice ordinaire, moulins, étangs, auxquelles s’ajoutaient les coupes de bois ; en outre, de nombreuses terres étaient soumises au droit de terrage (prélèvement de douze gerbes l’une sur la récolte en grains)114.

90Les droits d’usage des habitants des villages dans les forêts étaient réglementés par un abonnement en nature. En 1606, les recettes en nature s’élevaient à près de 1 000 boisseaux de seigle et 1 000 boisseaux d’avoine, ce qui représentait environ 700 livres en argent, soit un quart de la recette annuelle.

  • 115 Ibidem.

91Il n’y avait pas de fermier général pour La Chapelle-d’Angillon, mais un receveur ; quoique unie au duché-pairie de Sully, on rendait des comptes séparés pour La Chapelle-d’Angillon115.

92Le revenu annuel était seulement d’environ 3 000 livres en 1606 (6,2 %).

4. La principauté de Boisbelle-Henrichemont

93Sully acheta le 31 août 1605, le même jour que La Chapelle-d’Angillon, la principauté souveraine de Boisbelle, pour 42 000 livres. C’était un franc-alleu noble, ne reconnaissant aucun seigneur supérieur. Les habitants de la souveraineté n’étaient pas soumis aux ordonnances et impositions royales (tailles, subsistances, aides, gabelles et autres droits imposés sur les habitants de la province de Berry). En tant que prince souverain, Sully avait droit d’y battre monnaie d’or et d’argent en son nom et à son image, lever ses propres impôts, rendre la justice en dernier ressort, octroyer des lettres de grâce, rémission, pardon et abolition.

  • 116 ADC, E 8, dénombrement de Boisbelle, 2 mai 1707 ; 46 villages et lieux-dits, et 2 463 personnes.
  • 117 Voir ci-dessous p. 286-288.

94Souveraineté limitée cependant par plusieurs facteurs : d’abord Sully était lui-même sujet du roi de France, et devait se plier à ses ordonnances. Ensuite cette principauté était peu importante : c’était un plateau comportant quarante-six villages ou lieux-dits, faiblement peuplés116. Les habitants n’étant pas astreints à la gabelle, c’était le duc de Sully qui pourvoyait à leur approvisionnement en sel, en concluant des marchés avec le fermier général des gabelles de France, ceci pour éviter le faux-saunage117.

  • 118 Cf. Hippolyte Boyer, Fondation de la ville d’Henrichemont, dans Mémoires de la Société historique (...)
  • 119 ADC, J 1688.

95C’est dans cette principauté, où les huissiers et commissaires royaux ne pouvaient exercer, que Sully fit construire la ville d’Henrichemont, à proximité du bourg de Boisbelle118. On a dit que c’était pour y ménager une retraite aux protestants, mais nul ouvrage de défense n’était prévu, au contraire des autres possessions de Sully en Berry. Le marché de construction fut passé le 28 décembre 1608 avec Hugues Cosnier, entrepreneur du canal de Briare, et Jonas Roblin, maître maçon de Paris, d’une part, et René Bernard, René Violette et Claude Allaire, marchands d’Orléans et d’Amboise, d’autre part119.

  • 120 MC, III, 490.
  • 121 MC, III, 491. Parmi ceux qui ont financé les travaux, on note Armand-Léon de Durfort, sr de Born, (...)
  • 122 AN, XI B 1110.
  • 123 MC, III, 521.
  • 124 MC, III, 528.
  • 125 Ibidem.

96Dans les vues de Sully, la ville devait être achevée dans les trois ans. Comme pour la place Royale, le ministre avait fait appel à ses amis pour financer les travaux. Ceux-ci se ralentirent après la mort de Henri IV, bien que Sully eût été décidé à poursuivre l’opération. Le 5 janvier 1611, on dut régler le conflit devant notaires120 : les entrepreneurs réclamaient une augmentation car ils avaient dû construire plus cher que les prix fixés en 1608. Il faut voir là que l’affaire leur a paru, une fois engagés, moins lucrative qu’il n’avait semblé au départ. Cosnier et Robelin promirent d’achever la moitié des maisons, mais en réalité à partir de 1611 les entrepreneurs abandonnèrent de fait la partie : le 19 décembre 1611, Schomberg reçut procuration de tous ceux qui avaient financé les travaux pour faire rendre compte aux entrepreneurs121. En janvier 1612, Salomon de Brosse fut désigné pour établir le toisé judiciaire des constructions achevées, qui devait servir de base au règlement des constructions, selon les termes du marché de 1608. En mars et décembre 1612, les entrepreneurs parisiens Robelin et Cosnier portèrent plainte devant les Requêtes du Palais. Ils demandaient le paiement de leurs travaux à leur juste valeur et des dédommagements, alors que Sully réclamait l’exécution fidèle des marchés, et en particulier l’achèvement des travaux. Sully fut condamné par arrêt du Parlement du 2 avril 1624122 à payer les ouvrages faits à leur juste valeur et aux trois quarts des dépens, le tout montant à 217 733 livres, à quoi s’ajoutèrent 6 000 livres de matériaux. Une fois déduites les 126 491 déjà payées et 3 000 livres pour malfaçons, Sully restait redevable de 88 103 livres. Il paya 28 103 livres 1 sou le 24 mai 1624123, 40 000 livres le 6 novembre 1626124, et 16 666 livres 13 sous 4 deniers le 26 novembre 1626125.

  • 126 ADC, E 268, comptes d’Éverard pour 1608.
  • 127 MC, III, 554, bail du 7 juillet 1634.
  • 128 MC, III, 502, marché avec Jean de Moisset du 21 septembre 1616.
  • 129 MC, III, 555, quittance du 7 septembre 1634.
  • 130 Sur les profits de la vente de sel à Henrichemont, voir ci-dessous p. 285-288.

97En comparaison des importantes dépenses effectuées à Boisbelle-Henrichemont, les revenus de la principauté paraissent bien médiocres : en 1605-1611126, le domaine était affermé pour 1 934 livres. En 1634, la ferme était seulement de 1 600 livres127. Elle comprenait tous les revenus de Boisbelle, avec les avenages (redevances en avoine) dus par les habitants de la principauté pour le droit d’usage concédé par Sully dans les bois de la souveraineté ; la coupe de trente arpents de taillis par an, en laissant deux des anciens baliveaux et seize des nouveaux ; le revenu des boutiques de la ville d’Henrichemont. En contrepartie, le fermier avait la charge de payer les gages des officiers : président, bailli, lieutenant, procureur général et trois sergents forestiers. La diminution du bail semble due à la disparition près de Boisbelle d’un grand bois ayant servi aux constructions de la ville. Sully tirait de surcroît un substantiel profit de la délivrance de sel aux habitants de la principauté : en 1616128, et encore en 1634129, Sully perçut 7 livres sur chaque minot de sel vendu (à 9 livres le minot), ce qui lui rapportait, pour 15 muids vendus par an, la somme de 5 040 livres par an130.

5. Saint-Amand-Montrond, Orval et dépendances

98Le 31 août 1605, Sully acheta pour 120 000 livres au duc de Nevers un troisième ensemble de terres : les châtellenies d’Orval, Saint-Amand, Montrond, Bruère, Épineuil, situées en Berry, à la limite du Bourbonnais, toutes mouvantes du roi, sauf Montrond. Elles étaient destinées à former la part du fils cadet de Sully, François de Béthune, qui prit le titre de comte d’Orval, mais elles furent revendues à Condé le 12 février 1621, avec Le Châtelet et Culan, Villebon, La Gâtine et Beaurepaire pour 1 200 000 livres.

  • 131 Cf. C. Mallard, Histoire des deux villes de Saint-Amand, Saint-Amand, 1895.

99Deux seigneuries avaient pour siège la ville de Saint-Amand : Saint-Amand-le-Vieil (ou seigneurie du Vieux-Château de Saint-Amand), que possèdait la famille de Bigny, et Saint-Amand-Montrond, qui appartenait à Sully. Cette division résultant de l’évolution urbaine, la ville de Saint-Amand fut l’occasion de rivalités pour l’établissement de foires, du grenier à sel, ou du greffe dans l’une ou l’autre seigneurie131.

100Ces terres de Montrond, Orval, Bruère, Épineuil, et Culan avaient autrefois appartenu aux anciens seigneurs de Sully. Est-ce une simple coïncidence si Sully chercha à les réunir de nouveau ? Elles avaient été données par Louis, sire de Sully (1382) à sa fille Marie-Henriette qui épousa en deuxièmes noces Charles d’Albret, comte de Dreux (1415). Puis ces terres passèrent à la famille de Clèves, par Marie d’Albret, fille de Jean II, qui épousa Charles de Clèves, duc de Nevers. Sa fille Henriette de Clèves hérita de ses biens et les transmit à son fils, Charles, né de son mariage avec Ludovic de Gonzague, prince de Mantoue.

Les possessions de Sully en Berry

101Ce fut Ludovic de Gonzague qui réunit à la fin du xvie siècle les justices des seigneuries d’Orval, Épineuil et Saint-Amand-sous-Montrond pour être exercées en un seul siège à Saint-Amand. Ces terres, depuis longtemps déjà, n’avaient pas été dissociées et formaient un ensemble cohérent.

  • 132 Sur les travaux effectués par Sully à Montrond, voir ci-dessous p. 303-304.

102Il y avait à Montrond un château qui se trouvait dans un état de fort délabrement quand il fut acheté par Sully. Celui-ci y fit d’importants travaux et y fit entreposer un grand nombre d’armes, canons, munitions, si bien que ce fut une véritable forteresse et un arsenal qu’il vendit à Condé en 1621. Entouré par un fossé rempli d’eau, alimenté par le Chignon, le château de Montrond était protégé par une quadruple protection d’enceintes, les deux dernières protégeant les corps de bâtiments et leurs dépendances. Le château lui-même était un bâtiment à trois étages, flanqué de deux ailes en pavillons : le Grand Pavillon, à trois étages, et le Petit Pavillon, construit par Sully. Il y avait en tout neuf tours, qui faisaient de Montrond une place forte capable de soutenir un siège, comme ce fut le cas ultérieurement, lorsque Condé en fut possesseur132.

103À Orval, Bruère et Épineuil se trouvaient aussi des châteaux, tous ruinés. Comme dans ses autres terres, Sully s’est attaché à fortifier les châteaux en relevant et renforçant les fossés, les tours, les murailles, ainsi qu’à les embellir de parcs et jardins et à les rendre habitables en aménageant ses intérieurs. Il a essayé de développer la ville de Saint-Amand en y faisant établir une foire, le grenier à sel, jusque-là à Saint-Amand-le-Vieil, une élection, un bureau de recette des tailles et une vi-sénéchaussée.

104Ces seigneuries comprenaient un grand nombre de tenures féodales et les droits seigneuriaux et féodaux étaient nombreux et variés. Il y avait une grande quantité de bois, taillis et haute futaie, mais la plupart des paroisses prétendaient droit de bâtissage, chauffage, usage et passages, glandées, etc. Les trois seigneuries avaient peu de prés, mais grande quantité de terres, la plupart « maigres et stériles » et d’un rapport peu élevé car cultivées à droit de terrage ; elles étaient laissées en repos trois, quatre ou cinq ans.

  • 133 Chantilly, série G, carton 2.

105En 1633, Orval, Montrond, Saint-Amand, Épineuil et Bruère-sur-Cher étaient affermées pour 9 200 livres. En 1618, ces mêmes terres étaient affermées pour 5 500 livres, en 1621, pour 7 500 livres133.

106Il apparaît que les profits de ces seigneuries provenaient essentiellement des droits de justice, des banalités, des moulins affermés, des cens et profits féodaux et surtout des dîmes et terrages, tous droits divers qu’il fallait sans cesse tenir à jour, sans oublier d’en contrôler la perception.

6. Le Châtelet-en-Berry134

  • 134 Cf. F. Peloille, Histoire du Châtelet-en-Berry, Bourges, 1927 ; Buhot de Kersers, op. cit., t. IV, (...)
  • 135 MC, III, 484. L’hommage en fut rendu au roi le 26 juillet 1608 (AN, P 14, n° 80).
  • 136 Chantilly, série G, carton 2.

107La châtellenie du Châtelet-en-Berry, mouvante du roi « à cause de la grosse tour de la ville d’Issoudun » fut achetée au duc de Montpensier le 16 février 1608 pour 60 000 livres135. Cette vente avait été faite à Henri de Schomberg qui avait prêté son nom à Sully. Le Châtelet était affermé 2 100 livres en 1608, 3 100 livres en 1621136, et 3 400 livres en 1633. Sully y prêta moins d’attention qu’à d’autres terres, et peu de documents mentionnent son intervention.

7. Culan

  • 137 ADC, E 630. L’hommage en fut rendu par Sully aux mains du chancelier le 7 janvier 1615 (AN, P 14, (...)
  • 138 MC, III, 497.

108La baronnie de Culan fut adjugée à Sully par décret du parlement de Paris du 6 septembre 1614 pour 80 000 livres137. Pour effectuer ce paiement, Sully fut obligé d’emprunter en constituant des rentes : le 19 août 1614, son procureur Noël Regnouart constitua 312 livres 10 sous de rente à Catherine de Morely pour 5 000 livres, et 937 livres 10 sous à Arnoul Boucher, seigneur de Piscop, pour 15 000 livres ; le 21 août, il constitua 625 livres à Jean-Jacques Blanquet, ancien trésorier général de France en Champagne, pour 10 000 livres ; le 26 août, 812 livres 10 sous de rente à Nicolas de Troyes, avocat en parlement, pour 13 000 livres ; le 27 août, 1 000 livres à Etienne Tournebus, conseiller en parlement, pour 16 000 livres, et le 4 septembre, 1 312 livres 10 sous à Jean Lescuyer, maître ordinaire en la Chambre des comptes pour 21 000 livres138. Toutes ces rentes furent rachetées en décembre 1614 et février 1615 par Jean Hillaire, pour 81 932 livres.

  • 139 ADC, E 630. Voir ci-dessous, p. 311.
  • 140 Chantilly, série G, carton 5.

109Sully vint prendre possession lui-même de sa nouvelle acquisition le 12 septembre 1614139. La baronnie de Culan, située à quatre lieues de Dun-le-Roy et à dix lieues de Baugy, bornée de tous côtés par la province de Bourbonnais, dans le ressort de Dun-le-Roy, consistait en un château bâti sur la croupe d’une montagne, dans une ville fermée où se tenaient foire et marchés les samedis ; le seigneur de Culan y avait four banal, halle, droit de pressurage des blés et de bannie au mois d’août, ainsi que de voirie (oisons dus sur la rivière d’Arnon). Six prés dépendaient de la baronnie en 1607140.

110Elle comprenait encore la forêt de Maugenêt, la Forêt vieille, la forêt de Nevoris et Les Aiguilles, les taillis de Bois-Couvert, le bois Grillon et le taillis de la Garenne ; sept étangs ; cinq métairies ; en outre, droit de greffe, des Eaux et Forêts, de péage, cinq moulins banaux, dîmes en chanvre, cochon, vin et blés, rentes en argent, en nature, charrois et corvées.

  • 141 ADC, E 633.
  • 142 Chantilly, série G, carton 5.

111En 1607, le total des revenus était estimé à près de 5 000 livres141. Mais, toutes charges déduites, la ferme en 1616 s’élevait à 2700 livres. En 1621, Culan était affermé pour 3 000 livres142.

112La baronnie de Culan fut vendue à Condé avec les autres terres berrichonnes le 12 février 1621.

8. La Roche-Guillebault

  • 143 ADC, E 633.
  • 144 Chantilly, série G, carton 2, bail du 23 mai 1621.

113Sully acquit encore le 22 novembre 1617, pour 28 000 livres, de Anne-Françoise-Juliette de Rochefort-Salbert, veuve de Charles d’Angennes, seigneur de Maintenon, la seigneurie de La Roche-Guillebault, située à une lieue seulement de Culan et mouvant en plein fief du roi à cause de sa terre de Moulins143. Elle fit partie de la transaction avec Condé du 12 février 1621. En 1621, Condé l’affermait 1 200 livres144.

114Il y avait là aussi un château comportant un corps de logis, avec une petite tour carrée et une grosse tour à trois étages, derrière un pavillon servant de prison, une écurie, une métairie servant de boulangerie, sommellerie, grange et étables.

115De la seigneurie dépendaient trois moulins : ceux de Chomond, de La Vie et des Ferrauts, ainsi que deux métairies : Saint-Eloy et Le Courreix.

9. La Prune-au-Pot

  • 145 Jean Hillaire, agent de Sully, en fit l’hommage au début de l’année 1614 (ADL, 5 J 19, pièce 62).

116C’est vraisemblablement au début de l’année 1614 que Sully acquit la terre et seigneurie de La Prune-au-Pot, près d’Argenton-en-Berry145, de Pierre Bourdin, sr de Montmausson et de La Borde. Sa valeur était d’environ 12 000 livres. Elle était affermée en 1618 pour 700 livres. Cette terre était excentrée par rapport aux autres possessions berrichonnes : elle était située au sud d’Argenton en Berry, près de la Creuse, alors qu’Orval se trouvait plus à l’est, sur le Cher. Avec La Roche-Guillebault et La Pruneau-Pot, Sully avait donc étendu ses possessions berrichonnes au sud vers le Bourbonnais, et à l’ouest vers l’intérieur du Berry.

10. Préveranges

  • 146 ADC, E 687.

117Le sr de Bigny, seigneur du Vieux-Château de Saint-Amand, devait 10 000 livres à Sully, somme qu’il ne put acquitter. Sully fit saisir la seigneurie de Préveranges à Issoudun ; la sentence d’ordre du prix de l’adjucation pour 32 000 livres n’eut lieu qu’en 1628 mais Sully avait depuis transporté ses droits à Condé146.

118Dans cet ensemble varié de terres berrichonnes, nous relevons des caractéristiques communes : l’existence d’un château souvent construit pendant la guerre de Cent Ans mais fort ruiné au début du xviie siècle, de nombreux et importants droits seigneuriaux et féodaux, en particulier le terrage (prélèvement d’une gerbe sur douze par le seigneur), qui n’existe pas à Sully-sur-Loire par exemple. Ces droits représentent l’essentiel du revenu, car les métairies et les prés sont peu nombreux et peu importants.

119Orval, Montrond, Bruère, Épineuil, Le Châtelet, Culan, La Roche-Guillebault, La Prune-au-Pot rapportaient environ 15 000 livres par an, ce qui représente un vingt-deuxième de leur prix d’achat (4,5 %). Cet ensemble, du moins tel qu’il était en 1614, peut donc être comparé à celui de Sully-sur-Loire. De fortes dépenses ont été engagées pour fortifier les châteaux, en particulier Montrond, et pour améliorer les terres et revenus. Ces terres furent revendues à Condé en 1621, pour 880 000 livres, un prix bien supérieur à leur valeur réelle.

III. LE TROISIÈME ENSEMBLE TERRITORIAL

120Le troisième ensemble territorial fut constitué de groupes épars : le groupe chartrain, autour de Villebon, acquis dès 1607, mais qui forma le noyau des terres ultérieurement cédées par Condé ; le groupe méridional, en Quercy, acquis au moment où Sully réorganisait sa fortune ; et le groupe picard, dernier avatar des transactions avec Condé.

1. L’ensemble chartrain

Les possessions de Sully dans le Perche

  • 147 Cf. Ph. Des Forts, Le château de Villebon, Paris, 1914 ; G. Duplessis, Le château de Villebon, dan (...)
  • 148 MC, III, 482.
  • 149 MC, III, 529, 29 mars 1627, ratification par Sully d’une quittance du 10 janvier 1622.

121Villebon147. - Le 28 juillet 1607, Justine de Vandorp, femme séparée de Charles Du Bec, vendit à Sully la seigneurie de Villebon avec La Gâtine et Beaurepaire, mouvant du comte du Lude, pour 100 000 livres148. Cette terre était alors mise en décret au parlement de Paris ; Sully fit poursuivre le décret et mettre en ordre les créanciers de Justine de Vandorp, qui reçut seulement 7 000 livres lors de la vente de 1607. Sully s’engagea pour 120 000 livres envers Jean du Tillet, sr de La Bessière, notaire et secrétaire du roi, greffier au parlement de Paris, chargé de mettre en ordre les créanciers. Du Tillet fut remboursé de 9 000 livres le 13 décembre 1611, de 30 000 livres le 9 janvier 1614, et le surplus de paiement fut échelonné en quatre fois jusqu’au 10 janvier 1622149.

  • 150 MC, III, 502, 21 septembre 1616. Procuration de Rachel de Cochefilet pour passer compromis avec Ju (...)

122L’adjudication réalisée le 2 janvier 1610 s’éleva à 120 000 livres, alors que Sully et Vandorp avaient calculé 100 000 livres en 1607. Vandorp s’était engagée à payer le surplus du prix de l’adjudication, mais elle réclama les intérêts du prix de l’adjudication de la terre de Villebon restant à payer depuis le 1er septembre 1607 jusqu’à la consignation réelle et actuelle faite par Sully, car tous les créanciers de Charles Du Bec n’avaient pas encore été soldés. Les parties, en septembre 1616, choisirent des arbitres pour régler le différend à l’amiable150. Ce fut seulement le 29 mars 1627 que Sully fut définitivement mis en possession de Villebon et ses créanciers désintéressés.

123De 1608 à 1614, Sully procéda à plusieurs acquisitions pour accroître ses terres :

  • le 6 juin 1608, plusieurs pièces de terre appartenant à Antoine Feydeau, pour 3 000 livres (en tout 41 arpents 1/2 environ)151 ;
  • le 29 juin 1608, le fief d’Alleray, paroisse de Saint-Denys, consistant en une ferme muable, 84 arpents de terres labourable et prés, haute justice et droit de moulin, et 20 livres de menus cens, acquis de Joachim de La Plastrière, demeurant aux Yys, le tout pour 3 000 livres, et 10 livres de rente sur la métairie de La Bransle152 ;
  • le 30 juin 1608, 15 arpents de pré en trois pièces, situés paroisse des Yys, de René Le Beau, sr de Sauzelles, pour 2 100 livres, somme augmentée de 300 livres le 13 janvier 1609153 ;
  • le 13 janvier 1609, du même René Le Beau, le fief de la mairie des Châtelliers-Guerriers, mouvant de l’évêque de Chartres, la métairie des Châtelliers-Guerriers, tenue de l’évêque de Dreux et du sieur de Ragny, et les champarts des Châtelliers-Guerriers, le tout pour 5 500 livres154.
  • 155 MC, III, 485, marché du 12 août 1608.
  • 156 Ibidem, marché du 11 novembre 1608.

124En même temps qu’il procédait à ces acquisitions de terres, Sully fit commencer des travaux au château de Villebon. Le 12 août 1608, Rachel de Cochefilet passa marché avec quatre manouvriers de Saint-Germain-en-Laye, Jean Lefebvre, Jean Roz, Denis Lespine et Jacques Fachin pour l’établissement d’un canal au château, au prix de 3 000 livres et de 3 livres par toise cube155. Le canal devait partir de l’étang situé derrière le château, et s’étendre sur quatre-vingt-cinq toises de long dans la direction de la chapelle ; l’extrémité devait passer à trois pieds des arcs-boutants de la chapelle. Le 11 novembre 1608, Rachel de Cochefilet passa encore marché avec trois maçons parisiens : Guillaume Perrart, Pierre Fenot et Germain Labbé156. Il fallait refaire le couronnement des cinq tours qui encadraient le château. Ces tours portaient les noms des principales terres, ou plutôt des châteaux, possédés par le duc de Sully : Sully, Rosny, Bontin, Baugy, et le nom de la famille : Béthune. Le marché prévoyait de sceller sur chaque tour une pierre portant leur nom gravé. Les maçons devaient démolir la voûte et les murailles jusqu’au corbeau de pierre, refaire la maçonnerie une toise en dessous ; la voûte de la tour de Sully devait être arrêtée par deux arcs de pierre de taille en croix. À la tour de Bontin, il fallait en outre refaire à neuf les cinq encorbellements de brique au-dessous de ceux qui étaient de pierre. Le prix à payer était fixé à 2 000 livres.

  • 157 Ph. Des Forts, Le château de Villebon, op. cit.

125D’après Des Forts157, ce marché n’aurait pas été exécuté. En effet, on ne trouve pas dans la tour de Sully la croisée d’ogives prévue. Il faut donc supposer un marché postérieur.

126Au contraire du château de Sully, nous n’avons pas de marché prévoyant la réfection des portes, fenêtres, huisseries, etc. Sans doute Villebon était-il en bon état et habitable quand il fut acheté. C’est là que Sully fit retraite à la fin de l’année 1610, quand la reine mère Marie de Médicis alla faire couronner Louis XIII à Reims.

127Les projets d’embellissement du château et du parc furent interrompus par les transactions avec Condé. Villebon, La Gâtine et Beaurepaire lui furent vendues le 30 juillet 1614 pour 240 000 livres. N’ayant pu acquitter cette somme, Condé les rétrocéda à Sully le 15 mai 1620. Mais dès le 16 février 1621, le duc de Sully dut vendre à Condé Villebon, Orval, Culan, Le Châtelet, Beauchezal, La Roche-Guillebault et La Prune-au-Pot pour 1 200 000 livres. Finalement, le 11 janvier 1624, Condé échangea Villebon et Muret contre Baugy, Étréchy, Pouligny, et Les Essarts. Après cette date, Sully ne fut plus inquiété dans la possession de Villebon, et y fit des séjours de plus en plus fréquents. C’est là qu’il mourut le 22 décembre 1641.

  • 158 Ph. Des Forts, op. cit., pièce justificative 96, p. 321.
  • 159 Ibidem, pièce justificative 97, p. 322.

128Durant la courte période où il posséda Villebon, Condé n’y fit pas de grands travaux. Toutefois, il fit refaire la chaussée de l’étang du petit parc, remettre en état le moulin à vent. En 1615, il fit achever les murs commencés autour des fossés du château et entre les fossés et le château, avec quatre tourelles aux quatre coins et des canonnières tous les six pieds ; le marché fut conclu pour 105 livres158 ; il fit encore réparer les toitures en 1618 pour 56 livres159.

129Avec les Yys, Saint-Pierre et Saint-Lubin et Lalu-Bellouis acquis en 1627 et 1628, Sully avait ainsi arrondi son domaine de Villebon en achetant de 1608 à 1627 pour 141 600 livres en fonds de terre.

  • 160 MC, III, 525.
  • 161 MC, III, 524.

130Les travaux au parc et au château reprirent dès 1625 : dans les comptes de Charles Pigis du 15 août 1625160, on trouve mention d’un paiement de 410 livres au maçon Tartaise, entre autres pour la cheminée qu’il a faite à Villebon. Dans les comptes du 8 juin 1625161, le jardinier Coppin reçoit 27 livres 14 sous pour des entes de poiriers et de pommiers envoyés de Paris à Villebon les 25 janvier et 23 février 1625.

  • 162 Ph. Des Forts, op. cit., pièce justificative 98, p. 322.
  • 163 Ibidem, pièce justificative 99, p. 323.

131Dans un mandement du 1er juillet 1625, Rachel de Cochefilet réclame à ses fermiers Ozane et Dupin, de Nogent-le-Rotrou, la somme de 1 000 livres « pour employer à quelques œuvres de maçonnerie à Villebon, qui ne peuvent recevoir de retardement »162. En novembre 1625, les travaux entrepris paraissent achevés, car le 14 de ce mois, Rachel de Cochefilet prie M. de Lisle, ingénieur ordinaire du roi à Nogent, de venir visiter les travaux et en faire le toisé pour vérifier si le maçon a bien respecté le marché, et en ce cas de le faire payer par les fermiers de Nogent et de Montigny163.

  • 164 ADL, 5 J 242.

132Le château fut en réalité l’objet de tous les soins de Sully à partir de ces années 1625, et à sa mort, en 1641, les travaux y battaient encore leur plein. Dans un compte effectué après la mort du duc recensant les sommes extraordinaires payées du 1er juillet 1640 à décembre 1640164, on trouve mention d’un paiement de 200 livres au peintre Moissonnet sur son marché de 600 livres pour les peintures des chambres de Villebon, 3 534 livres pour la tour qui a été commencée, 2 100 livres pour le creusement de deux canaux et 850 livres pour l’élargissement des fossés (devis du 21 juin 1641), 500 livres pour le portail de l’avenue, 275 livres sur 2 600 livres pour le grand canal et 3 803 livres pour diverses réparations au château : changement de portes et fenêtres, achat de meubles de bois.

133L’ensemble de ces travaux faisait de Villebon l’un des plus beaux châteaux de Sully : situées sur un vaste terre-plain rectangulaire, les six tours rondes crénelées baignaient directement dans l’eau des fossés, avant que Sully ne fasse aménager une étroite terrasse à leurs pieds. Dans la façade principale, orientée à l’est, s’ouvraient les portes d’entrée, serrées entre deux tours rondes. Une galerie de mâchicoulis avait été aménagée au-dessus des fenêtres hautes des corps de logis disposés en rectangle, défendu à ses angles par d’identiques tours rondes. Deux demi-tours avaient été ajoutées par Sully aux façades nord et ouest. Le château lui-même était entièrement en briques, la cour intérieure était pavée en grès. Les appartements intérieurs du duc étaient magnifiquement décorés (en 1614 la vente des meubles du château à Condé s’éleva à 16 000 livres) ; dans la grande galerie du château, Sully fit représenter ses principales propriétés : trois grandes vues panoramiques de Courville, Montlandon et Nogent-le-Rotrou, et cinq vues cavalières de Sully-sur-Loire, Rosny, Villebon, Montigny et La Chapelle-d’Angillon. Les corps de bâtiments étaient précédés de deux cours d’honneur, entourées de murs et ouvertes dans l’axe du monument, avec de larges portes à frontons. Villebon était ainsi muni d’une double enceinte. Vers le midi, un grand colombier et un étang. C’était de ce côté qu’étaient aménagés les jardins. À l’ouest, derrière le château, un étang également. Grâce à ces étangs, alimentés par la rivière, les fossés étaient maintenus à un niveau d’eau constant.

  • 165 E. Pelé, Courville, essais historiques, Paris, 1900, p. 40.43.
  • 166 R. Durand, op. cit. p. 12.

134Les terres de Villebon étaient dévolues au comte d’Orval, qui acheta en 1629 la baronnie de Courville, la baronnie de Chuisnes en 1630, et le fief de Vaujoly, avec les moulins de Landelles et de Pluvignon, en 1635165. Villebon était évalué en 1610 à un revenu de 10 000 livres ; en réalité, la ferme générale conclue le 11 novembre 1608 ne s’élevait qu’à 3 000 livres166. Cependant, avec les autres acquisitions faites par Sully et les nombreux travaux d’embellissement, c’était là un bel ensemble en pays chartrain dont le comte d’Orval devait hériter. Villebon en occupait le cœur, les autres terres furent ensuite acquises par achat ou par échange avec Condé.

135Nogent, Montigny, Vitray. – Sully reçut de Condé le 11 janvier 1624 les seigneuries de Nogent-le-Rotrou, dit Enghien-le-François, Montigny et Vitray, d’une valeur de 358 500 livres, pour paiement des terres berrichonnes.

  • 167 MC, III, 522.

136Les terres cédées par Condé étaient mouvantes du roi : Sully donna procuration à son fils François de Béthune le 15 août 1624 pour en prêter hommage entre les mains du garde des Sceaux d’Aligre167.

  • 168 Chantilly, 116 C 12, fol. 153.

137Condé s’était au début réservé la faculté de réméré pour six ans, mais il s’en désista le 4 décembre 1624 au profit de Sully pour 36 000 livres168.

  • 169 ADL, 5 J 557.

138Vers 1633, Sully demanda à ses officiers de Nogent de rassembler les titres et papiers sur ses droits et revenus, d’en dresser un inventaire et un mémoire, de faire un mémoire « bien ample » sur l’étendue et la consistance de la seigneurie de Nogent, contenant les bornes et limites, les cens, rentes et devoirs, en notant ceux qui étaient controversés, les justices, fiefs et arrière-fiefs qui en relevaient169. À partir de ce mémoire, on devait dresser un dénombrement que l’on présenterait au roi pour le faire recevoir à la Chambre des comptes.

139Le but en était de rechercher les usurpations faites aux environs du château de Nogent par les gens d’Église et de mainmorte « qui ont été fondés et aumônés par les anciens seigneurs de Nogent ». Sully désirait faire une délimitation exacte des droits et justices, afin de savoir « ce qu’on devait posséder ou souffrir d’estre possédé par autruy, et que par ce moyen il pût recognoistre nettement ce qui était dépendance et terre du roy ». Sully avait en effet le sentiment d’être quasi entouré de biens de mainmorte :

« Quoyque la justice et seigneurie de Nogent relevant du Roy soit de grande estendue, et qu’il y ait grande quantité de belles et grandes justice qui viennent par ressort à Nogent, et grande quantité de belles terres et grands fiefs qui en relèvent, néanmoins le seigneur de Nogent ne sçauroit entrer en son chasteau ny en sortir vingt pas qu’il ne soit dans les terres, justices ou féodalités des gens de mainmorte ou autre. »

140Il faut voir là le reflet de difficultés avec les religieux de Saint-Denis, bien possessionnés dans la région.

  • 170 Cf. M. Thomassu, Recherches historiques sur Nogent-le-Rotrou, l’abbaye de Thiron, le château de Vi (...)
  • 171 Ph. Des Forts, op. cit., pièce justificative n° 100. 323.

141À Nogent-le-Rotrou, appelé encore Nogent-le-Béthune du temps de Sully, se trouvait le château Saint-Jean, avec un massif donjon rectangulaire construit par Geoffroy Ier, vicomte de Châteaudun et seigneur de Mortagne, et deux tours du xvie siècle ; il couronnait les hauteurs et dominait la ville170. Ce château fut habité de temps à autre par Sully : Rachel de Cochefilet, le 24 octobre 1626, demande à ses fermiers de Nogent de remettre de l’argent à son valet de chambre qu’elle envoie pour nettoyer et meubler le château171. Mais le duc et la duchesse de Sully préférèrent prendre leur retraite ordinaire au château de Villebon.

142Champrond. – La seigneurie de Champrond en pays chartrain fut achetée par Sully à Condé le 4 décembre 1624 pour 125 000 livres. Mouvante du roi, elle était évaluée à 5 000 livres de revenu.

143Sully eut bien du mal à jouir paisiblement de cette terre, car elle faisait partie de l’ancien domaine de Navarre. Henri de Bourbon, prince de Condé, l’avait pourtant vendue à Sully en prétendant qu’elle lui appartenait à cause de la succession de Vendôme.

  • 172 MC, III, 557, transaction du 12 novembre 1635 entre Sully et les officiers de Champrond résumant t (...)

144Jacques de Guarsaulan, adjudicataire de l’ancien domaine de Navarre, fit arrêter les fermes et assigner le receveur du lieu, Jacques Gueffier, ancien garde de l’argenterie de Condé, pour qu’il paie entre ses mains le prix de son bail. Gueffier se retourna contre Sully qui fit assigner Condé. Un arrêt du Conseil du 17 février 1634 confirma Sully dans la jouissance de Champrond. Restait que les officiers du lieu, officiers des juridictions ordinaires et des Eaux et Forêts, le lieutenant général et le procureur du roi, avaient été nommés par le roi. Sully s’accorda avec eux le 12 novembre 1635 pour qu’ils exercent la justice en son nom172.

  • 173 MC, III, 527.
  • 174 Ph. Des Forts, op. cit.
  • 175 Œconomie royales, t. II, p. 92. MC, III 554, inventaire rue Saint-Antoine.

145Les Yys, Saint-Pierre et Saint-Lubin, Lalu-Bellouis. - Après 1624, Sully continua à augmenter son domaine autour de Villebon en achetant à Jacques de Montescot, le 23 juin 1626, la seigneurie de Lalu-Bellouis, près d’Illiers, pour 56 000 livres173. La seigneurie comprenait haute justice, maison seigneuriale des Noyers, ferme du Petit-Plessis, métairies de Charmoi et du Chevillault, ferme du Tuyau-Blanc, métairies des Perdillières et du Petit-Boubois, droit de champart sur les métairies du Charmoi, Chevillault, et du Tuyau-Blanc, moulin à eau, métairie de la Croix du Perche, et 500 livres de rente ; Lalu-Bellouis était tenue du prieuré de Nottonville (dépendant de l’abbaye de Marmoutier), Charmoi et Tuyau-Blanc étaient tenues de la seigneurie de La Croix du Perche (appartenant au prieur de Saint-Martin du Val). Le 14 juillet 1627, Joachim de La Ferrière vendit à Sully les terres de Saint-Pierre et de Saint-Lubin pour 72 000 livres174 ; enfin Les Yys furent achetés pour 75 000 livres175.

146À la fin de la vie de Sully, ses possessions en pays chartrain et dans le Perche, quoique non titrées, pouvaient rivaliser avec ce qui restait de l’ensemble territorial berrichon démembré par Condé (813 000 livres contre 618 000 livres) ; elles représentaient 25 % de la fortune foncière de Sully en 1641 et 35 % des revenus apportés par celle-ci.

2. Les terres picardes

  • 176 Chantilly, 116 C 12, fol. 81 v°.

147Breteuil, Francastel, La Faloise. – Le 23 février 1628, pour acquitter le reste de sa dette, Condé vendit à Sully les terres de Breteuil, La Faloise et Francastel, pour 262 000 livres176. Elles étaient situées entre Clermont-en-Beauvaisis et Amiens. Breteuil et Francastel étaient tenues en plein fief du roi à cause de la ville de Montdidier, La Faloise en raison de la baronnie de Bouie.

Les possessions de Sully en Picardie

  • 177 Chantilly, 115 C 5, fol. 91.

148Cette acquisition avait été préméditée de longue date : dans un contrat du 29 décembre 1626, par-devant Ragneau et Thiolat, notaires à Bourges, entre Condé et son intendant Viguier, Condé déclarait que « pour faciliter ses affaires avec M. le duc de Sully, il luy avoit vendu et délaissé la terre et seigneurie de La Falloize, appartenant au sr Viguier, suivant l’échange entre eux faict, laquelle terre il auroit fait valloir par ledict eschange la somme de cens mil livres et intéretz d’icelle, à commencer du premier janvier mil six cent vingt-sept177. »

  • 178 Chantilly, 116 C 5, fol. 76.
  • 179 Chantilly, 116 C 12, fol. 70 v°.

149Le 4 août 1626, Condé envoya une lettre à Sully touchant les ventes de Breteuil et La Faloise, Conty et Meaux178. Ces terres avaient été mises en décret. La Faloise fut adjugée le 19 mars 1621, mais Breteuil et Francastel seulement le 7 août 1627179, ce qui explique la date tardive de la vente par Condé.

  • 180 MC, III, 558.
  • 181 Ibidem.
  • 182 Ibidem.
  • 183 MC, III, 560.

150Francastel était affermé en 1629 et le 20 avril 1636180 pour 2 500 livres, La Faloise en 1629 pour 3 850 livres et le 17 février 1636181 pour 3 500 livres, tandis que Breteuil l’était en 1629 pour 3 600 livres, puis le 29 avril 1636182 pour 4 600 livres, et le 22 mars 1637183 pour 4 000 livres. Ces trois seigneuries étaient affermées séparément à trois personnes différentes.

  • 184 MC, III, 553, compromis du 1er mars 1634.

151En 1634, Sully entra en désaccord avec André Frémiot, ancien archevêque de Bourges, alors abbé de Notre-Dame de Breteuil, sur le droit de pêche, cours d’eau et rivières, droits de chasse et moulins184. Le conflit, pendant devant le bailli de Montdidier, fut remis à des arbitres.

  • 185 MC, III, 546.
  • 186 Ibidem.

152Le revenu des terres de Picardie provenait en grande partie des droits de justice et droits seigneuriaux, compris dans les fermes, et de la coupe des bois blancs et des chênes. Le 29 janvier 1631, Rachel de Cochefilet vendit à Nicolas d’Arras la coupe de bois de Francastel, à la réserve de cinquante chênes et des étalons, ainsi que la coupe des bois du Gas, aux mêmes réserves185, le tout pour 600 livres. Ces deux bois étaient en taillis, la coupe en était faite par les fermiers. Le même jour, Rachel de Cochefilet vendit à un marchand d’Amiens et à son fils, Jean et Pierre Masson, la coupe de bois de haute futaie du bois de la vallée de Handel, à la réserve de soixante chênes et des étalons, le tout pour 1 600 livres186.

  • 187 Chantilly, 116 C 12, fol. 81 v°.

153Conty. - Le marquisat de Conty, situé dans le bailliage d’Amiens, fut vendu par Condé, avec Meaux et Laas, pour 158 000 livres, le 13 août 1627187. Dans cette vente, Conty était évalué pour 90 000 livres.

  • 188 MC, III, 558.

154Le marquisat de Conty, qui faisait partie de la succession de Vendôme, fut adjugé par décret au Parlement de Paris le 26 août 1625. Il fut affermé le 24 avril 1636 pour 2 200 livres188.

3. Les terres languedociennes : Montricoux, Caussade

155Ce fut au moment des premières transactions avec Condé, lorsqu’il se vit forcé de céder les terres données à son fils cadet François (Villebon, Mont-rond, Orval), que Sully s’efforça d’acquérir des domaines en Languedoc, près des places de sûreté des protestants de Nîmes et de Montauban.

  • 189 MC, III, 552.
  • 190 Ibidem.

156Au printemps 1616, François de Béthune reçut les gouvernements de Figeac, Capdenac et Cardaillac, près de Cahors, assortis des abbayes de Figeac et de Marcilhac. Dans cette région où il avait des intérêts, Sully chercha à acquérir des terres. Le 6 juillet 1616, il acheta à Charles de Beaumanoir, évêque du Mans et abbé de Beaulieu, à Claude de Beaumanoir, vicomte de Saint-Jean, et à Catherine de Longueval, veuve de Jean de Beaumanoir, baron de Tucé, la seigneurie de Montricoux en Quercy, mouvante du roi, pour 104 000 livres189. La somme fut divisée par tiers entre les héritiers de la maréchale de Lavardin (morte en 1615). Pour payer ce qui était dû de reste de la seigneurie de Montricoux, Rachel de Cochefilet vendit le 2 août 1616 à Nicolas de Troyes, avocat en parlement, 2 312 livres 10 sous de rente pour 37 000 livres190.

  • 191 ADL, 5 J 19.

157Le 24 août 1616, Sully acheta encore à Georges de Villemur la seigneurie de Caussade, située près de Montauban, pour 45 000 livres191. Ces deux terres étaient destinées à former la part d’héritage du comte d’Orval, qui, de 1616 à 1622, fut également gouverneur des places de Figeac, Capdenac et Cardaillac.

4. Autres terres et biens fonciers possédés par Sully

158Des transactions avec Condé, Sully retira trois terres disparates : Meaux, Muret et Laas. En outre, il posséda à diverses époques plusieurs autres biens : la place des Tournelles à Paris, une maison à Fontainebleau et un hôtel rue Saint-Antoine à Paris.

  • 192 Chantilly, 116 C 12, fol. 81 v°.

159Meaux. – La vicomte de Meaux fut vendue à Sully par Condé le 13 août 1627192. Meaux n’était évaluée que pour 15 000 livres.

  • 193 ADC, E 206, pièce 76, sommation faite à la requête du duc de Sully au prince de Condé de l’indemni (...)

160Condé avait prétendu que cette terre relevait du roi, mais l’évêque de Meaux intenta un procès à Sully pour voir dire que la vicomté était tenue de son évêché et toucher ainsi les droits de mutation. Aussi Sully fut-il forcé de poursuivre son vendeur et en vertu des lettres de committimus obtenues le 12 mai 1640, le duc fit assigner Condé le 23 juillet 1640 aux Requêtes du Palais193.

161La vicomté de Meaux était affermée en 1629 pour 1 200 livres.

  • 194 MC, III, 523.

162Muret. – En même temps qu’il rétrocédait Villebon, Condé cédait Muret le 11 janvier 1624 contre Baugy, Étréchy, Pouligny et Les Essarts. La seigneurie de Muret dépendait de l’évêque de Soissons auquel Sully paya, le 17 février 1625, 1 600 livres pour profits de fief194.

  • 195 MC, III, 558.

163Le 28 avril 1634, Sully donna à Claude Valentin, sr de La Roche, commissaire ordinaire des guerres et intendant de ses maisons et affaires, le fief noble de La Godine au village de Launay, en récompense de ses services195.

  • 196 ADL, 3 E 16 828. Par bail du 20 juillet 1639, Rachel de Cochefilet confiait à Samuel Michau, à cha (...)

164Laas. – La seigneurie de Laas, vendue le 1er août 1627 pour 53 000 livres, se trouvait près de Pithiviers. Dans la grande métairie de Laas, on faisait de l’élevage de brebis et de bêtes à laine196.

  • 197 ADL, 5 J 368, marché du 25 juin 1640.

165En 1640, le duc de Sully fit effectuer des travaux au château de Laas, apparemment à la suite d’un incendie : il fit bâtir une tour ronde de 8,7 mètres de haut, 6,8 mètres de diamètre, avec des murs de 1,5 mètre d’épaisseur. Elle devait s’aligner sur le « pan du corps de logis brûlé » et sur le « pan de derrière du vieux pavillon voûté ». Cette tour devait être couverte d’ardoise « noire rousse ». À la hauteur du deuxième étage, au-dessus de l’entrée, devait être aménagé un balcon en saillie. En outre, Sully fit abattre la muraille de l’étuve « qui est en suite du pan du pavillon brûlé, d’autant qu’elle est trop basse et trop faible ». Ce marché fut passé avec Pierre Larousse, entrepreneur d’Orléans, pour 3 900 livres197.

  • 198 ADL, 3 E 17 525, quittance de 6 036 livres donnée par Charles Maynon à Rachel de Cochefilet.

166La duchesse continua d’habiter le château de Laas après la mort de son mari : un acte du 6 juin 1651198 la cite « demeurant en son château de Las ».

  • 199 AN, X1A 8643, fol. 390.
  • 200 Pour remplacement de cette place des Tournelles, voir Mallevoüe, op. cit., p. 27. Il cite p. 24 un (...)
  • 201 MC, III, 462 bis.

167La place des Tournelles. – Henri IV donna à Maximilien de Béthune en mars 1594199 la place des Tournelles, vers la Couture Sainte-Catherine à Paris, provenant de la démolition de l’ancien hôtel des Tournelles200. À l’époque, Maximilien de Béthune ne songeait pas à se faire construire une demeure parisienne et n’en avait d’ailleurs pas les moyens. Il revendit donc cette place le 23 janvier 1600, pour 2 500 écus (7 500 livres)201, à Louis de l’Hôpital, baron de Vitry et de Coubert, lieutenant de la vénerie et fauconnerie, capitaine des gardes du corps du roi, époux de Françoise de Brichanteau.

  • 202 Chantilly, 116 C 12, fol. 77 v°.
  • 203 Œconomies royales, t. I, p. 399.

168La maison de Fontainebleau. – Nous n’avons que peu de renseignements sur cette maison de Fontainebleau que Sully ne comptabilise pas dans sa fortune. Elle apparaît seulement lors des transactions avec Condé : le 13 août 1627, Sully vendit pour 209 008 livres à Condé202 une « maison, écurie, cour, jardin et terres aux environs d’iceux, scitués à Fontainebleau, avec les améliorations, édifices, bâtimens et augmentations, à la charge des cens et droits seigneuriaux, pour 8 500 livres et autres choses ». Nous ne savons ni de qui ni quand Sully acquit cette maison. Il s’agit peut-être d’un don du roi : d’après les Œconomies royales, Sully séjourna à Fontainebleau à partir de 1602 ; il s’y trouvait lors de l’arrestation du maréchal de Biron : « Aussy vinstes-vous à vostre pavillon qui estoit tout vis-à-vis de celuy du mareschal »203.

  • 204 AN, 120 AP 7, fol. 17 v°.

169D’autre part, les comptes de l’Épargne mentionnent un don de Henri IV en 1609, de 3 300 livres, au trésorier des bâtiments, Anne Jacquelin, « pour l’accomodement du pavillon et logis où loge monseigneur de Sully à Fontainebleau204 ».

  • 205 MC, LXII, 23, contrat de vente de l’hôtel de Sully.
  • 206 Voir la pièce justificative n° 3 donnée en annexe ci-dessous p. 421.
  • 207 Ibidem.

170L’hôtel de la rue Saint-Antoine à Paris. – Tant qu’il fut grand maître de l’artillerie, Sully demeura à Paris à l’Arsenal, dont il conserva la disposition quand son fils le marquis de Rosny fut devenu grand maître à sa place. Mais le 23 février 1634, il acheta à François Poussart, marquis du Vigean, un hôtel nouvellement construit, situé rue Saint-Antoine. Pour le prix de celui-ci, Sully donnait les aides de Normandie, les greffes de Fontenay-le-Comte et une rente de 3 000 livres vendue par la ville de La Rochelle205. On peut ainsi estimer la valeur de l’hôtel à 206 451 livres206 ; en outre, le 10 mars 1634, le baron du Vigean vendit à Sully tous les meubles « bougeans et marchans » de l’hôtel, pour 23 000 livres207.

  • 208 Voir la mise au point faite par J. Houlet, L’hotel de Sully au Marais, Paris, 1964 ; et Jean-Pierr (...)

171Cet hôtel avait été construit par Mesme Gallet, contrôleur général des finances, seigneur du Petit-Thouars, qui avait fait acquisition de Mme de Montmagny d’un terrain à bâtir à l’angle sud-ouest de la place Royale. Les plans furent confiés à Jean Ier Androuet du Cerceau, architecte du roi depuis 1617208. Gallet ne possédait pas alors les maisons sur la rue Saint-Antoine, et le premier marché en date du 20 mai 1625, modifié par celui du 16 septembre 1625, ne prévoyait que la construction d’un corps central de bâtiments, d’une remise à écuries et d’une « gallerie au fond du jardin ». Gallet vendit l’hôtel inachevé à Jean Habert, son créancier, le 4 décembre 1627. Lui-même en fit cession en mars 1628 à Roland de Neufbourg, qui l’acheta pour son gendre François Poussait, sr et marquis du Vigean. Ce fut Neufbourg qui réalisa les acquisitions des maisons voisines, notamment celles de la rue Saint-Antoine, aux enseignes de « La Moufle » et de « La Teste de Bélier ». Un marché du 9 juin 1628 prévoyait donc l’achèvement des ailes et de la façade de la rue Saint-Antoine. Le gros œuvre était terminé en 1630. Quand Sully acquit l’hôtel en février 1634, celui-ci venait d’être achevé, ainsi que les intérieurs.

172L’hôtel se présentait donc en 1634 sous la forme d’un corps de logis principal, précédé vers la rue Saint-Antoine d’une cour, où se trouvaient écuries et cuisines, et d’un corps de bâtiments en façade sur la rue Saint-Antoine, et se poursuivant sur l’arrière par une autre cour aménagée en jardins, terminée par une « gallerie » dite aujourd’hui « hôtel du Petit Sully » ; cette cour avait issue sur la place Royale.

  • 209 MC, III, 555.

173Sully ne tarda pas à embellir sa demeure parisienne. Le 6 décembre 1634209, il passa un marché avec le peintre Jean Mareschal pour la décoration des galeries de l’hôtel. Dans la grande galerie, Sully désirait faire représenter à la voûte tout le globe terrestre, « ensemble tous ces quarante-huicts images selon qu’ilz sont descriptz, avec toutes leurs estoilles d’or selon l’ordre de la peinture ». Une imposte d’ordre ionique devait être faite sur tout le pourtour de la galerie. En dessous, Mareschal devait exécuter quinze tableaux, neuf de 3,25 mètres de long sur 2,25 mètres de haut, et six de 1,3 à 1,6 mètre de long sur 2,25 mètres de haut. Les tableaux devaient « estre peints sur la muraille avec moulure d’architecture à l’entour », entre chacun d’eux un pilastre et en dessous des piédestaux, à hauteur d’appuis des croisées, représentant « tous les instrumens, ustensiles de guerre et d’artillerie ».

174Sur les tableaux devaient être représentés « plusieurs belles et grandes actions de guerre, comme surprises et assiègemens de villes et prises d’icelles où les personnes les plus signalées desd. actions seront représentées au naturel selon qu’il plaira à Monseigneur en ordonner ».

  • 210 Listels.

175Sully fit également décorer dans la grande galerie les dessus des portes et des croisées : les assemblages peints en gris, les panneaux de listels azur, les fonds de diverses couleurs « avec cartouches moresques, grotesques, istelles210 et filest de diverses couleurs de façon le plus convenable pour accompagner le corps de la galerie ».

176Si la grande galerie était destinée aux batailles et faits de guerre, la petite l’était aux blasons et armoiries : Sully fit faire une corniche maçonnée dans la frise « où il y aura tout allentour des armoiries avec leurs couleurs, blasons, devises, couronnes, timbres, ordres et susportz ». Le plafond devait être décoré du « cercle du zodiaque avec ses douze signes », de même que dans la grande galerie, assemblages, listels, panneaux devaient être ornés de filets, mauresques, grotesques et cartouches.

177Aux deux pavillons de la galerie, Mareschal devait peindre deux perspectives, l’une de la place Royale, l’autre « un jardinage et des figures selon le dessin monstré, faisant leurs effectz d’ellongnement ».

178Outre ces deux galeries, Sully prévoyait aussi de faire décorer la chambre et les cheminées du pavillon donnant sur la rue, avec le cabinet attenant, en « marqueterie » : sur les solives du plafond devaient être peints des cartouches et arabesques, des filets et des fleurs sur des fonds de diverses couleurs ; sur chaque solive, deux ou trois culs-de-lampe d’or bruni, sur le côté, « un ornement de jaune » et entre chacune d’elles, un listel par compartiment avec mauresque. Toutes les frises des poutres devaient porter deux cartouches « sur chacune des espasses de moulure, doré d’or bruni », avec fleurs, rinceaux et filets.

  • 211 MC, III, 557.

179Sully promettait 18 000 livres à Jean Mareschal pour l’exécution de ces travaux de décoration. Mais celui-ci renonça rapidement à son ouvrage ; un arbitrage du 16 juillet 1635 évalua à 2 700 livres les peintures effectuées à la petite galerie211.

C. LA FORTUNE MOBILIÈRE DE SULLY

180La fortune mobilière de Sully évolua considérablement de 1610 à 1641 : en 1610, les gages, dons et pensions constituaient l’essentiel de ses revenus, mais ils furent ensuite progressivement remplacés par des impôts et offices aliénés, et par des rentes ou obligations contractées par des communautés ou des particuliers.

I. LES CHARGES ET OFFICES

1. Les charges de conseiller

  • 212 AN, K 101, pièce 1, brevet original.
  • 213 Œconomies royales, t. II, p. 90.

181Le 1er janvier 1580, Maximilien de Béthune fut pourvu du brevet de conseiller de Navarre et de chambellan ordinaire aux gages de 2 000 livres212. En octobre 1590, il fut nommé conseiller d’État de France, avec 2 000 livres de gages et 3 600 livres de pension213. Les comptes de l’Épargne le nomment encore chambellan ordinaire du roi.

  • 214 Ibidem, t. I, p. 192 et t. II, p. 91.

182En mai 1595, il fut nommé conseiller des affaires et finances, avec 3 600 livres de gages214. Ceux-ci s’ajoutèrent à ceux de surintendant des finances.

  • 215 Ibidem.

183Le 26 février 1602, il fut encore nommé conseiller d’honneur au parlement de Paris, sans gages215.

184On ne trouve plus mention d’aucune de ces charges après le départ du pouvoir de Sully.

2. Les charges militaires

  • 216 Ce titre figure dans la transaction du 9 octobre 1590 sur le château de Rosny passée entre Maximil (...)

185En 1590, Maximilien de Béthune portait entre autres titres celui de « capitaine de cinquante hommes d’armes des ordonnances de Sa Majesté216 ».

  • 217 Voir ci-dessus p. 39.

186Le 1er janvier 1600, cette compagnie fut portée à cent hommes d’armes ; il touchait pour cela 4 000 livres d’appointements217.

  • 218 Voir ci-dessus p. 40.

187Le 3 juin 1606, dernière charge honorifique qui lui fut confiée, Sully adjoignit sa compagnie à celle de la reine et prit le titre de « capitaine lieutenant des deux cents hommes d’armes de la compagnie de la reine218 », ce qui lui valut 5 000 livres de gages supplémentaires. Ce chiffre de deux cents hommes d’armes est, il faut le souligner, exceptionnel : nous n’en avons pas rencontré d’autre exemple.

Tableau des charges de Sully

Tableau des charges de Sully
  • 219 Voir ci-dessus p. 70-71.
  • 220 Œconomies royales, t. II, p. 92.

188Sully conserva cette charge après 1610 : dans les articles secrets du traité de Loudun219, il réclame la libre jouissance de cette compagnie, qui, depuis son départ du pouvoir, avait été donnée à un autre. Il en négocia à une date inconnue la résignation et en obtint 60 000 livres220.

  • 221 Une transcription des lettres de provision est donnée in extenso dans Mallevoüe, op. cit., p. XL.
  • 222 Ce sont ces attributs par exemple qui devaient figurer sur le portail du château de Rosny (voir ci (...)
  • 223 Mallevoüe, Les actes de Sully, p. XLIII.
  • 224 Ibidem, p. LI.
  • 225 MC, III, 555.
  • 226 Mallevoüe, op. cit., p. LIII.

189La charge la plus importante en matière militaire fut celle de grand maître de l’artillerie de France, en laquelle Maximilien de Béthune succéda à Antoine d’Estrées, le 13 novembre 1599221. Elle lui valait 24 000 livres de revenu. C’était de loin la plus lucrative des charges de Sully (elle rapportait à peu près autant que les terres de Sully-sur-Loire, La Chapelle-d’Angillon, Boisbelle, Le Châtelet et Montrond réunies). C’est également à cette charge que le duc était, semble-t-il, le plus attaché : il fit en effet décorer plusieurs de ses châteaux et demeures de ses attributs militaires (canons et boulets222). En sa qualité de grand maître de l’artillerie, Maximilien de Béthune logeait à Paris à l’Arsenal, qu’il fit somptueusement aménager, en particulier les jardins et la grande salle de bal. Cette charge de grand maître de l’artillerie fut érigée en office de la Couronne le 13 février 1601223. Sully en obtint la survivance en faveur de son fils aîné, Maximilien, marquis de Rosny, au profit duquel il en fit déclaration le 8 avril 1610224. Les lettres patentes, en date du 30 avril 1610, furent enregistrées par le parlement le 18 décembre 1610. Dans les articles secrets du traité de Loudun, le marquis de Rosny se plaint de l’importance prise par Armand-Léon de Durfort, sr de Born, lieutenant général de l’artillerie de France, lequel avait éclipsé le grand maître (en 1615, la charge de lieutenant général, jusque-là conférée par commission sur présentation du grand maître, avait été érigée en office) ; le marquis de Rosny n’eut jamais les pouvoirs de son père dans l’exercice de cette charge. On le vit néanmoins passer, le 16 février 1619 par exemple, un marché de salpêtre pour l’Arsenal225. En 1622, le marquis de Rosny s’abstint de participer aux sièges de Montauban et autres pour ne pas porter les armes contre le duc de Rohan son beau-frère ; du 15 février au 19 octobre 1622, Louis XIII confia sa charge au comte de Schomberg226.

  • 227 MC, III, 555.

190En vertu des lettres de déclaration du 8 avril 1610, Sully pouvait rentrer dans la charge de grand maître de l’artillerie après la mort de son fils, qui survint le 1er septembre 1634 ; mais, dès le 18 septembre 1634, il reçut de Louis XIII le bâton de maréchal de France ; aussi, par ses déclarations des 19 et 25 septembre, se démit-il de sa charge de grand maître en faveur de Charles de La Porte, sr de La Meilleraye, cousin de Richelieu227.

191Sully avait encore été pourvu de la charge de capitaine du château de la Bastille, le 26 janvier 1602, aux gages de 2 200 livres ; c’est à la Bastille qu’il fit entreposer les réserves du trésor royal dès cette année 1602. Aussi dut-il se démettre de cette charge avec celle de surintendant des finances, le 26 janvier 1611, contre 300 000 livres de récompense.

3. Les gouvernements

  • 228 Ibidem, t. I, p. 254.
  • 229 MC, III, 462 ter.

192En septembre 1597, après la mort de son frère Salomon, Maximilien de Béthune obtint le gouvernement de Mantes228. Son fils Maximilien en eut après lui la survivance, par déclaration du 22 janvier 1605229. Il lui valait 6 000 livres de gages annuels.

  • 230 Cf. Œconomies royales, 1.1, p. 523. On parle communément du gouvernement de Poitou pour Sully ; il (...)

193Le 16 décembre 1603, Sully reçut encore le gouvernement du Poitou, du Loudunois et du Châtelleraudais230 ; à la fin de la même année il reçut le gouvernement de Jargeau. Le premier lui rapportait 6 000 livres de revenu et le second 1 200 livres. Pour obtenir le gouvernement de Poitou, Sully dut verser une composition de 2 000 écus à ses précédents titulaires, Malicorne et Lavardin, qui avaient la survivance l’un de l’autre. En tant que gouverneur de Poitou, Sully dut faire une tournée dans son gouvernement en 1606.

  • 231 Sully précise dans les Œconomies royales, t. II, p. 93, que le duc de Rohan lui versa en récompens (...)

194Après la mort de Henri IV et le départ du pouvoir de Sully, le gouvernement de Poitou fut d’une grande importance lors de la révolte des princes et de l’agitation des protestants. Sully le revendit en 1620 à son gendre, le duc de Rohan, pour 250 000 livres, mais lui remit la somme de 100 000 livres231. Sully avait demandé cette renonciation dès le 3 septembre 1615, lorsqu’il rencontra le roi à Châtellerault ; il la réclama à nouveau à la conférence de Loudun en 1616, mais ne l’obtint finalement qu’en 1620.

  • 232 MC, III, 513.

195Le gouvernement de Jargeau, qui touchait au duché de Sully, fut cédé le 16 mai 1621 à Henri de Chivray, sr de La Barre, baron de Meillant232.

4. La voirie, les fortifications et les bâtiments

  • 233 Sur la date de nomination, voir ci-dessus p. 39, note 106.
  • 234 MC, III, 462 ter.

196En 1599, Maximilien de Béthune prit le titre de surintendant des fortifications233. Cette charge lui valait 6 000 livres de pension. Il l’avait résignée dès le 22 janvier 1605 en faveur du marquis de Rosny234.

  • 235 Voir ci-dessus, p. 39, note 105.
  • 236 Cf. Mallevoüe, p. XXXI.

197Par édit de mai 1599, enregistré en parlement le 7 septembre 1599, Henri IV créa pour lui la charge de grand voyer de France235, à laquelle s’ajouta le 24 mars 1603 celle de voyer particulier de Paris, que Maximilien de Béthune avait rachetée à Guillaume Hubert et dont les lettres de provision furent enregistrées en parlement le 27 mai suivant236.

  • 237 La charge de grand voyer de France rapportait à elle-seule 6 000 livres par an (MC, III 519, 10 ju (...)
  • 238 MC, III, 502.
  • 239 Du Chesne, op. cit., Preuves, p. 329.
  • 240 MC, III, 519, comptes de Charles Pigis du 10 juin 1623.

198Ces deux charges rapportaient 10 000 livres de gages environ237. Sully obtint au traité de Loudun la survivance de sa charge de grand voyer de France pour son fils cadet le comte d’Orval, en faveur duquel il démissionna le 24 août 1616238. Orval en fut pourvu le 29 août suivant239, mais, en fait, c’est Sully qui continua à toucher les 6 000 livres de gages, en échange d’une pension accordée au comte d’Orval240. Notons que cette charge avait alors perdu l’importance qu’elle avait pu avoir sous Henri IV : en 1621, les trésoriers de France reçurent la connaissance des Ponts et Chaussées, et finalement, en février 1626, un édit supprima la charge de grand voyer de France, en échange d’une récompense de 150 000 livres.

199Le comte d’Orval reçut également la survivance de la charge de voyer particulier de Paris jusqu’en 1635, date à laquelle elle fut supprimée, et ses attributions données au bureau des finances de Paris.

200De la grande voirie dépendait la charge de capitaine héréditaire des canaux de France pour les canaux de la Vesle et du Clain, que Sully occupa à partir de 1608. Sully percevait 600 livres de gages pour chacun des canaux. Cette charge fut supprimée en même temps que celle de grand voyer.

  • 241 Cf. B. Barbiche, Henri IV et la surintendance des bâtiments, dans Bulletin monumental, t. 142, 198 (...)
  • 242 MC, III, 502.
  • 243 MC, III, 512, 513, comptes de Charles Pigis pour 1621.

201Sully fut surintendant des bâtiments royaux à partir du 12 novembre 1602241. Il résigna cette charge le 24 août 1616 en faveur du comte d’Orval242, mais continua là encore à toucher les 6 000 livres de gages243.

6. Les finances

  • 244 Voir ci-dessus p. 34 note 86 et page 38 note 103.

202Maximilien de Béthune prit le titre de surintendant des finances vers la fin de l’année 1598 ou le début de l’année 1599, sans en avoir reçu d’expédition. Il touchait pour cela 10 800 livres de gages. Il s’en démit le 27 janvier 1611244.

7. Les autres pensions

  • 245 Voir ci-dessus p. 42.

203À dater de 1594, Henri IV accorda à Maximilien de Béthune une pension de 10 000 livres sur les bénéfices du cardinal de Bourbon. Après 1601, il ajouta à cette somme 60 000 livres pour acheter des héritages qui lui seraient propres, puis encore 90 000 livres, en 1608 d’après ses Mémoires, en 1609 d’après les comptes de l’Épargne245.

  • 246 MC, III, 544, comptes de Guillaume Pinette, 29 mars 1630.

204Au traité de Loudun, Sully réclama le paiement des dons obtenus de Henri IV et depuis transférés à d’autres personnes. Dans les comptes de son intendant en 1621, on ne trouve mention que de la pension de 10 000 livres246 ; celle de 60 000 livres semble n’avoir été accordée que durant le règne de Henri IV.

205Le profit provenant des gages, dons et pensions fut accompagné à partir de 1606 par une autre forme de dons accordée par le roi, les bénéfices ecclésiastiques.

II. LES BÉNÉFICES ECCLÉSIASTIQUES

  • 247 Œconomies royales, t. I, p. 508.

206La fortune de Sully comprit à diverses époques le revenu de plusieurs abbayes. L’attribution d’abbayes était une façon commode pour le roi de France de gratifier l’un de ses sujets sans toucher au trésor royal. La première que Maximilien de Béthune reçut fut Saint-Taurin d’Évreux, donnée par le roi Henri III, en 1580. Puis il se vit attribuer en 1594 une pension sur les bénéfices du cardinal de Bourbon, avec lequel, quelques mois avant sa mort, il était entré en négociation. Désormais les bénéfices ecclésiastiques firent partie des nombreux dons qui lui furent accordés par Henri IV ; le 16 novembre 1597, le roi lui écrivait : « L’abbé duquel m’escrivez n’est mort et n’a esté malade ; s’il en fût advenu autrement je vous avois destiné l’une de ses abbayes. Je réserveray la volonté que j’ay de vous gratifier en une autre occasion. » Il faut cependant attendre 1603 avant que le roi ne réserve formellement à son ministre le revenu d’une abbaye247. À partir de ce moment, Rosny accumule les bénéfices ; il en évalue dans ses Mémoires le revenu annuel à 45 000 livres (cf. ci-dessus p. 81).

207On peut distinguer plusieurs groupes parmi les abbayes données à Sully. Les premières furent isolées : Saint-Taurin d’Évreux (1590-1594), Saint-Benoît-sur-Loire (1606-1615), Saint-Serge-lès-Angers (1605-1606), Lonlay (1606 ?-1607). Coulombs (1606-1614) était située près de Chartres et de Vil-lebon. Le Jard (1607-V.1620), échangée contre Lonlay, se trouvait près de Moret. À partir de l’Absie (1606-1619), s’élabora un ensemble d’abbayes en Poitou, avec Saint-Maixent, obtenue en 1615 par la cession de Saint-Benoît-sur-Loire dans la ferme de laquelle se trouvait le prieuré de Moûtiers-les-Mauxfaits en Vendée. Enfin, avec les gouvernements de Figeac, Capdenac et Cardaillac, Sully reçut de 1616 à 1622 les abbayes de Figeac et de Marcilhac en Quercy.

  • 248 Voir ci-dessous p. 215-225 les développements du conflit qui opposa Sully à l’un de ses abbés conf (...)
  • 249 Mémoires, op. cit., t. I, p. 86.
  • 250 Œconomies royales, t. II, p. 93.

208Après la mort de Henri IV, Sully se défit en quelques années de tous ses bénéfices ecclésiastiques, sauf Figeac et Marcilhac dont il jouit avec le gouvernement des places de Figeac, Capdenac et Cardaillac, de 1616 à 1622 ; aussi les abbayes ne figurent-elles pas dans l’inventaire de ses biens dressé en 1634 et en 1641. En effet, contrairement à d’autres gratifications royales telles que gouvernements de provinces ou de villes ou autres charges, les bénéfices ne pouvaient être considérés comme un élément de la fortune transmissible aux héritiers : selon le droit canon, c’étaient des concessions strictement limitées à la vie du bénéficiaire. Aussi Sully ne chercha-t-il pas, contrairement à ses charges et offices, à en assurer la cession en faveur de ses fils ou de ses gendres. S’il profita largement de cette forme de libéralité royale, il dut cependant subir de nombreuses attaques après la mort de Henri IV248. Au début du xviie siècle la pratique permettant à des personnes n’appartenant pas à des ordres religieux de devenir abbés ou prieurs en titre de monastères était généralisée. Même l’attribution de bénéfices ecclésiastiques à des protestants était courante, dans la mesure où elle était considérée comme une récompense accordée par le roi à l’un de ses sujets. Mais Richelieu, dans le discours qu’il tint devant les États généraux de 1614, considère que, s’il semble à beaucoup « que donner une abbaye à un gentilhomme laïque, ou la mettre ès mains de quelqu’un qui soit de religion contraire à la nôtre soit chose qui porte peu de préjudice à l’Église », en réalité ce système cause sa ruine car il entraîne le mauvais recrutement des pasteurs dans les cures dépendant des abbayes249. Dans les procès qu’il eut à soutenir, le duc de Sully considérait comme politiques les attaques portées contre lui, car elles remettaient en cause, au mépris de l’édit de Nantes, les profits tirés par un protestant de ses charges et des dons royaux. La possession de ces abbayes était pour lui d’autant plus légitime que non seulement c’était un don du roi, mais en outre il avait reçu des bulles de provision du pape pour ceux qu’il désirait placer à leur tête, et avait même obtenu des brefs lui permettant, quoique hérétique, de s’en défaire moyennant récompense250.

  • 251 Voir ci-dessous p. 216.

209Sully, en réalité, en tant que laïc marié et protestant, ne pouvait être abbé commendataire. Il fit nommer à sa place des prête-noms, des abbés « confidentiaires », qu’il choisit parmi ses protégés : Pierre Cottan, prêtre du diocèse de Sens, nommé abbé de Coulombs et de l’Absie, était originaire de Bontin251 ; Jacques Le Ber, abbé de Saint-Benoît, était un chanoine de l’église collégiale de Saint-Ythier de Sully ; Pichery, prieur de Moûtiers-les-Mauxfaits, était lui aussi originaire de Sully-sur-Loire. Ces abbés ne touchaient qu’une pension, versaient l’essentiel des revenus au duc et ne résidaient même pas, dans le cas de Cottan. Ces abbés n’étaient pas non plus chargés de la perception directe des revenus, car ceux-ci étaient affermés. Sully tira ainsi un double profit de ses abbayes : premièrement il jouit de leur revenu durant plusieurs années, sans avoir dû les acheter, puisque c’était un don du roi, puis, lorsqu’il voulut s’en défaire, il obtint de pouvoir monnayer leur cession comme s’il s’était agi d’une charge ou d’un gouvernement.

210Nous savons, d’après ses Mémoires, qu’il tira un bon profit de leur revente, mais nous sommes beaucoup moins bien renseignés sur le revenu réel que Sully en tirait et même parfois sur les périodes exactes durant lesquelles il en eut la jouissance. Néanmoins, ces remarques ne sauraient nous empêcher de dresser un tableau le plus précis possible des bénéfices ecclésiastiques que Sully posséda.

Tableau des bénéfices ecclésiastiques de Sully

Tableau des bénéfices ecclésiastiques de Sully

1. Saint-Taurin d’Évreux

  • 252 Gallia christiana, t. XI, col. 626-631.
  • 253 Œconomies royales, t. I, p. 146.

211Ce fut le roi Henri III qui accorda à Maximilien de Béthune en 1580 l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux252, qui valait environ 15 000 livres de revenu, somme importante mais dont nous ne savons si elle a été effectivement perçue. Sully s’en serait démis de lui-même en 1594, au moment où il négociait la reddition du maréchal de Villars, gouverneur de Rouen253.

2. Saint-Benoît-sur-Loire. Saint-Maixent

  • 254 Gallia christiana, t. VIII, col. 1538.
  • 255 ADL, 5 J 338.

212Saint-Benoît-sur-Loire, dans le diocèse d’Orléans, était l’une des abbayes les plus riches de France. Sully en prit possession le 30 janvier 1606254 et y nomma Jacques Le Ber, chantre de Sully-sur-Loire et aumônier ordinaire du roi, qui recevait 600 livres de pension par an (mentions de paiement les 10 juillet, 14 septembre et 29 décembre 1610, 9 septembre 1621 et 13 juin 1623255).

  • 256 MC, III, 491, bail du 16 juillet 1611.
  • 257 MC, III, 497, bail du 12 décembre 1614.

213Le revenu total de l’abbaye était estimé à 14 500 livres, moins 822 livres de pension annuelle. Sully tirait en outre un autre profit en affermant à part les revenus de la châtellenie de Saint-Benoît, avec la seigneurie du Plessis-Saint-Benoît, Authon et Sainville, dépendant de l’abbaye, pour 1 950 livres en 1611256 et 2 050 livres en 1614257. Au total, ce bénéfice rapportait donc environ 16 500 livres.

  • 258 MC, III, 498.

214Le 28 mars 1615, Sully échangea cette abbaye avec Guillaume Fouquet de La Varenne, évêque d’Angers, contre celle de Saint-Maixent, au diocèse de Poitiers, assortie du prieuré de Foussaye et de la commanderie de Saint-Antoine de La Lande258. Le Ber était nommé abbé commendataire de Saint-Maixent, avec une pension annuelle de 1 400 livres sur l’abbaye Saint-Benoît (pour compenser la différence de revenus entre Saint-Benoît et Saint-Maixent qui était évaluée 1 230 livres). Cette « pension » n’était évidemment pas versée à l’abbé mais à Sully.

  • 259 Gallia christiana, t. II, col. 1263.

215La date de l’échange de Saint-Benoît avec Saint-Maixent coïncide avec celle où François de Béthune fut pourvu du gouvernement de Saint-Maixent (2 avril 1615) et avec l’époque où Sully achetait des biens dans l’Ouest et le Sud de la France. Il est fort probable que cette abbaye a été résignée avec le gouvernement de Poitou en 1620, car le duc de Rohan l’aurait rachetée à son beau-père pour la somme de 70 000 livres259.

3. Coulombs

  • 260 Œconomies royales, t. I, p. 518.
  • 261 MC, III, 481, bail à ferme du 19 janvier 1607.
  • 262 ADL, 5 J 16, pièce 12, acte de cession par Sully à Condé de l’abbaye de Coulombs.

216Située dans le diocèse de Chartres, près de Nogent-le-Roi, l’abbaye de Coulombs n’était éloignée de Chartres que de cinq lieues, et de Paris de quatorze. Henri IV en donna l’expectative à Sully dès 1603260, mais celui-ci ne fut pourvu du brevet qu’en septembre 1606, après la mort de l’abbé commendataire Renaud de Beaune, archevêque de Sens. Sully y nomma abbé confidentiaire Pierre Cottan. Le revenu du temporel de l’abbé était de 12 000 livres261. Cette abbaye fut vendue le 30 juillet 1614 au prince de Condé pour 80 000 livres262.

  • 263 MC, III, 464, procuration du 26 avril 1600.
  • 264 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 76-77 et MC, III, 498, bail du 17 février 1615.
  • 265 MC, III, 516, quittance du 8 juin 1622.

217Sully s’était fait céder en outre par Renaud de Beaune le bail emphytéotique pour 99 ans des terres de Saint-Illiers-la-Ville, Cravant, Chignolles, Tilly et Mondreuil, dépendant de la chambrerie de Coulombs263. Ces terres étaient affermées en 1615 pour 2 500 livres par an264, en 1622 pour 1 500 livres seulement265.

4. La Cour-Dieu. Notre-Dame de Lonlay. Le Jard

  • 266 Pour l’ensemble des transactions, voir MC, III, 481, sommation du 5 avril 1605.

218L’abbaye de La Cour-Dieu, au diocèse d’Orléans, était un bénéfice obtenu, comme Coulombs, à la mort de Renaud de Beaune, archevêque de Sens. Elle valait 2 000 livres de rente et fut d’abord donnée, par brevet du 30 novembre 1603, au sr d’Entragues ; ce don fut confirmé par un brevet du 26 septembre 1606 ; mais La Cour-Dieu fit alors l’objet d’une transaction complexe entre d’Entragues, Sully et Philippe Hurault, fils du premier mariage de Rachel de Cochefilet266.

  • 267 MC, III, 481.

219En 1606, d’Entragues se dessaisit de La Cour-Dieu au profit de Philippe Hurault ; celui-ci, par déclaration du 28 février 1607, la remit à Claude Pinart, vicomte de Combligny. Ce dernier était déjà pourvu de l’abbaye du Jard. C’est Sully qui, semble-t-il, tira profit de la renonciation faite par Philippe Hurault de l’abbaye de La Cour-Dieu : le 5 avril 1607, il fit sommer Claude Pinart de lui fournir une procuration ad resignandum du Jard, en échange de Lonlay. Nous ne savons pas à partir de quand Sully posséda cette abbaye de Lonlay, au diocèse du Mans, près de Domfront. Rachel de Cochefilet en avait passé un bail à ferme le 2 février 1607, au nom de l’abbé commendataire Jean Surhomme, pour 4 000 livres267. Sully semble avoir obtenu la résignation dans le courant de l’année 1607, car en mars 1608, le roi fit nommer Pierre Poulie abbé commendataire de Lonlay.

  • 268 Œconomies royales, t. II, p. 93.

220L’abbaye du Jard, obtenue en échange de Lonlay, était moins excentrée par rapport aux possessions de Sully, puisqu’elle était située en Brie, dans le diocèse de Sens, à une lieue seulement de Melun ; comme Lonlay, elle valait environ 4 000 livres de revenu. Sully la céda à son frère Philippe de Béthune, qui, lui, était catholique, pour 40 000 livres268 ; nous ne savons à quelle date intervint cette transaction : vraisemblablement entre 1617 et 1622.

5. Loroy

  • 269 ADL, 5 J 17, pièce 20, « Mémoire des griefs et causes d’appel présentés par Sully à la Chambre de (...)
  • 270 ADC, 7 H 5, bail du revenu de l’abbaye de Loroy à Jacques Dabert et Germain Margat, le 7 février 1 (...)

221Située près de La Chapelle-d’Angillon, au diocèse de Bourges, l’abbaye de Loroy était fille de La Cour-Dieu, et il est vraisemblable que Sully la reçut en 1606, au même moment que l’abbaye de Coulombs. C’est à cette date en effet que Pierre Cottan, déjà pourvu de Coulombs, fut nommé abbé de Loroy. Il en passa procuration ad resignandum le 2 septembre 1617 en faveur du neveu de la duchesse de Sully, Maximilien de Cochefilet-Vauce-las269. Il afferma l’abbaye en 1628 pour 4 100 livres par an270.

6. L’Absie

  • 271 C’est le nom que Sully donne à James Beaton, archevêque de Glasgow en 1551, ambassadeur d’Écosse e (...)
  • 272 ADL, 5 J 17, pièce 20 : « Ceste abbaie ayant esté possédée par un sient parent et de son mesme nom (...)
  • 273 ADL, 5 J 16, pièce 20. Sully jouit des bénéfices de Saint-Serge sous le nom de l’abbé Michel Vigui (...)
  • 274 ADL, 5 J 17, pièce 20.
  • 275 ADL, 5 J 17, pièce 21.

222L’abbaye de l’Absie, aux confins du Haut-Poitou, dans le diocèse de La Rochelle, avait fait partie des bénéfices de « Jacques de Béthune271 », archevêque de Glasgow. En 1603, Sully, fait gouverneur du Poitou, en obtint l’expectative272 : Henri IV l’offrit d’abord à l’Écossais James Colville le 13 juillet 1605, et donna à Maximilien de Béthune l’abbaye de Saint-Serge-lès-Angers, le 2 juillet 1605273. Mais le 14 février 1606, celui-ci échangea Saint-Serge contre l’Absie, puis y nomma Pierre Cottan274. Le revenu en était de 9 000 livres par an. Sully s’en défit le 12 mars 1619275, au profit de l’argentier Vaucemain, contre 50 000 livres.

7. Moûtiers-les-Mauxfaits

  • 276 ADL, 5 J 21, pièces du procès avec Marie Lévêque (1619-1637) sur la ferme du prieuré de Moûtiers-l (...)

223Simple prieuré dépendant de l’abbaye de Saint-Michel de Chiusa, Moûtiers-les-Mauxfaits eut comme prieur Jean Pichery, originaire de Sully-sur-Loire. Son revenu était de 1 850 livres par an (compris dans la ferme de Saint-Maixent). La jouissance de ce bénéfice fut troublée par Gabriel Jousseaume, qui en prit possession le 24 juin 1618. Pichery intenta un procès devant le sénéchal de Poitou qui en adjugea la recréance à Jousseaume. La cinquième chambre des Enquêtes du parlement de Paris déclara le 11 décembre 1621 le procès bien jugé et Sully cessa donc de percevoir les revenus de Moûtiers avant ceux de Saint-Maixent276.

8. Figeac et Marcilhac

  • 277 ADL, 5 J 19.

224Les gouvernements de Figeac, Capdenac et Cardaillac, avec les abbayes de Figeac et de Marcilhac furent donnés au comte d’Orval à la suite de la démission de Louis de Pierrebuffière, sr de Chamberet. Isaac Chazal, sr de La Gravière, agent du duc de Sully, en prit possession en avril 1616277. Ces abbayes étaient situées dans le diocèse de Cahors et valaient chacune 5 000 livres de rente.

225Elles furent restituées au roi en juin 1622, en même temps que les villes de Figeac, Capdenac et Cardaillac.

226La période durant laquelle Sully posséda des bénéfices ecclésiastiques fut donc courte, entre 1606 et 1622 environ. Cette source de profits, comme celle qui provenait des charges et dons, fut remplacée progressivement par les prêts d’argent à intérêt.

III. LES FRUITS DU DOMAINE ROYAL : OFFICES ET IMPÔTS ROYAUX ALIÉNÉS

227Alors que, dans les premières années où il fut au pouvoir, Sully avait investi l’essentiel des sommes reçues du roi dans les terres et les embellissements de châteaux, après son départ du pouvoir, il plaça une partie de son argent dans l’achat de revenus du domaine royal aliénés : aides et menus boires de Normandie, greffes de Fontenay-le-Comte et de Languedoc.

1. Les aides de Normandie

  • 278 MC, LXVIII, 93, déclaration de Lesdiguières du 9 février 1610.

228Les aides de Normandie ou impositions levées sur les vins et « menus boires » à Évreux, Pont-Audemer et dans les paroisses de Saint-Jean et de Saint-Étienne d’Elbeuf, dans l’élection de Pont-Audemer, furent achetées pour 98 650 livres le 9 février 1610 au duc de Lesdiguières, qui venait depuis peu de les réunir : ce dernier avait lui-même acheté le 24 janvier 1610 les aides d’Évreux à Jacques Deschamps, le 6 février celles de Pont-Audemer à Antoine Toucques et celles d’Elbeuf à Eustache Le Bossu278. À part Moret et Dourdan, vite revendus, c’était la première fois que Sully achetait des revenus du domaine royal aliénés ; mais comme la date d’acquisition des aides de Normandie est de peu antérieure à la mort de Henri IV, il serait vain d’y voir une tentative de Sully pour profiter de la position éminente qu’il occupait aux Finances pour faire des affaires sur le domaine royal : mille occasions ont dû se présenter à lui en dix ans. Il faut donc voir là plutôt un début de diversification de ses revenus, une fois acquise une solide fortune terrienne.

  • 279 MC, III, 527, bail à ferme du 14 août 1626.
  • 280 MC, III, 529, convention du 30 mars 1627.
  • 281 MC, III, 492, quittance du 29 mai 1612.

229Les aides de Normandie avaient été adjugées par les commissaires du roi à Deschamps, Toucques et Le Bossu, les 15 mars, 12 et 13 mai 1598. Lesdiguières, qui se disait le prête-nom de Sully, n’avait réuni ces revenus du domaine royal que pour les céder à Sully (pour la somme de 98 650 livres). Ces aides et « menus boires » étaient d’un bon revenu : elles étaient affermées pour 15 000 livres par an de 1611 à 1619, puis en 1626-27 pour 15 600 livres par an279, et en 1628 pour 20 000 livres280. Le rapport était intéressant : 15 % du prix d’achat, c’est-à-dire un revenu au denier six, alors que les terres étaient évaluées au denier vingt ou vingt-cinq (4 ou 5 %). De 1610 à 1621, ce fut Denis Feydeau, ancien fermier général des aides en 1605, et receveur et payeur des rentes assignées sur les aides, qui paya le prix de cette « rente » au duc de Sully281. Puis les revenus furent affermés.

  • 282 MC, CXII, 23.
  • 283 BN, nouv. acq. fr. 25 241, fol. 52 à 93.
  • 284 Ibidem.
  • 285 ADL, 2 J 638.

230Le 23 janvier 1634282, les aides de Normandie furent transportées au marquis du Vigean pour l’achat de l’hôtel de la rue Saint-Antoine, mais il faut croire que ce transport n’eut pas lieu, puisque Sully dut payer en 1635 100 000 livres supplémentaires aux commissaires royaux pour la revente faite en exécution d’un arrêt du 13 janvier 1635283. Maximilien-François de Béthune, petit-fils du duc de Sully, reçut le 3 février 1639, en faveur de son mariage avec Charlotte Séguier, la jouissance de la moitié des aides d’Elbeuf, Évreux et Pont-Audemer estimées à 8 000 livres de revenu284. Le 13 décembre 1641, Sully donna à son petit-fils l’autre moitié des aides de Normandie285.

2. Les greffes de Fontenay-le-Comte

231L’acquisition des aides de Normandie, puis les premières transactions avec Condé, engagèrent Sully les années suivantes à accroître ses revenus par l’achat d’offices aliénés. En outre, après 1610, Sully tourna davantage les yeux vers son gouvernement de Poitou et vers les places de sûreté des protestants. C’est ainsi que de 1618 à 1625 il réalisa une vaste opération financière en se portant acquéreur des greffes du ressort de Fontenay-le-Comte, et du ressort du parlement de Toulouse, tout en prêtant de l’argent à La Rochelle et à Montauban ; à la même époque, il achetait les deux domaines de Montricoux et Caussade près de Montauban et devenait gouverneur de Figeac, Capdenac et Cardaillac. C’est dans ce contexte que doivent se placer ses opérations financières.

232C’est de 1618 à 1625 que Sully se rendit possesseur des greffes de Fontenay-le-Comte : le 7 août 1618, il acquit le greffe civil et criminel de la sénéchaussée et siège royal de Fontenay-le-Comte, le greffe des présentations et des six places de clercs établis en ceux-ci, pour 42 079 livres 16 sous et 16 500 livres pour l’ancien engagement ; le 5 septembre 1621, le greffe d’attribution de 5 sous pour présentation de la sénéchaussée et siège de Fontenay-le-Comte, pour 1 000 livres ; en 1625, le greffe d’attribution de 5 sous pour présentation de l’élection de Fontenay-le-Comte, pour 250 livres. Sully avait déboursé au total 59 829 livres.

  • 286 MC, CXII, 23.
  • 287 MC, III, 556.
  • 288 Voir pièce justificative n° 4 donnée en annexe p. 429.

233Nous ne connaissons pas le rapport de ces greffes. Ils furent cédés en échange au marquis du Vigean en février 1634286. Dans une procuration du 10 mars 1635 donnée à Bonaventure Forain pour gérer les affaires de La Rochelle287, il est encore précisé qu’appartiennent au marquis du Vigean par échange une rente de 3 000 livres sur l’hôtel de ville de La Rochelle et les greffes de Fontenay-le-Comte. Néanmoins ils figurent dans l’estimation de la fortune de Sully en 1640288.

3. Les greffes de Languedoc

  • 289 ADL, 5 J 19-20.
  • 290 Voir ci-dessous p. 225-231.

234En 1619, furent mis en vente les greffes du ressort du parlement de Toulouse, dans les villes de Montauban, Figeac, Nîmes, Béziers, Lauzerte, Saint-Pons et Nonay. Le 19 janvier 1619, Rachel de Cochefilet donna une procuration à Isaac Chazal, sr de La Gravière, pour en acquérir, au nom du duc de Sully, jusqu’à la somme considérable de 600 000 livres. Sully adjoignit Jacques Hillaire à cette transaction289. Ils achetèrent le 19 février 1619 les greffes de Montauban pour 45 800 livres, le 24 février 1619 le greffe et scel de Lauzerte pour 17 875 livres, le 28 février les greffes de Béziers : greffes du corps de ville, du diocèse et du viguier et juge de Béziers, greffes commissionnel et criminel joints au greffe « des appeaux de Gignac », le tout pour plus de 100 000 livres. Le même jour, ils se portèrent acquéreurs de deux autres petits greffes du ressort de Béziers : celui de Saint-Pons pour 15 600 livres et celui du Haut-Vivarais établi à Annonay pour 15 000 livres ; enfin, le 20 mars, ils acquirent l’ensemble des greffes du ressort de Nîmes : scel royal, greffe des présentations, greffe ordinaire de Nîmes, avec ceux des assises de Beaucaire et Soignan, des assises du Vivarais, le greffe des conventions et assises de Nîmes et Uzès, celui du conseil de Nîmes et des assises du Gévaudan à Nîmes, le tout pour 256 900 livres ; puis, ayant sur la demande de Sully revendu les greffes d’Annonay et de Béziers, jugés trop peu rentables, sauf un, ils gardèrent finalement ceux de Montauban, Lauzerte, Nîmes, Saint-Pons, et le greffe du corps de ville de Béziers, dont la valeur au total s’élevait à 355 795 livres290. Ils rapportaient plus de 28 000 livres de revenu par an, c’est-à-dire qu’il faut évaluer leur revenu au denier treize (7,7 %), intérêt plus élevé que celui que pouvait donner une terre (denier vingt), mais néanmoins inférieur à celui des aides de Normandie.

Tableau des achats et ventes des greffes du Languedoc

Tableau des achats et ventes des greffes du Languedoc
  • 2 Les greffes notés en italique sont ceux qui ont été revendus peu après leur acquisition.

Note 142

IV. LES PRÊTS D’ARGENT : RENTES ET OBLIGATIONS291

  • 291 Selon la coutume de Paris, les rentes constituées sont des biens immeubles alors que les obligatio (...)

235Les prêts d’argent entre particuliers sont nombreux dans la fortune de Sully, sous deux formes, rente constituée et obligation. L’usage de l’une ou de l’autre, la fréquence d’utilisation de celles-ci selon les époques, furent la conséquence d’une véritable stratégie financière, particulièrement visible lorsque Sully était en position de débiteur. Mais il joua surtout le rôle d’un créancier et prêta de grosses sommes, essentiellement à deux catégories de personnes, les grands seigneurs et les financiers, et dans deux régions bien précises, la ville de La Rochelle et le Quercy.

1. La pratique de la rente et de l’obligation dans la fortune de Sully

  • 292 Le contrat d’obligation de 48 000 livres contracté le 7 mars 1618 par François de Chabannes et Lou (...)

236Chacune des deux catégories de prêts d’argent, rente constituée ou obligation, possède ses contraintes juridiques et sa souplesse d’utilisation. Le mécanisme de la rente est bien connu : constituer ou vendre une rente, c’est se faire prêter une somme d’argent, le capital, en échange d’un intérêt, la rente, à verser deux fois par an, et d’une hypothèque pesant sur l’une des terres du débirentier et ne pouvant être levée que par le remboursement du capital de la rente et le versement des arrérages. Sully a préféré le système des rentes à celui de l’obligation, car c’était un système plus sûr, garanti par une hypothèque, mais plus lourd que l’obligation qui engageait la personne elle-même. En cas de non-paiement des arrérages d’une rente constituée, la terre était saisie, en vertu d’une sentence judiciaire : on y établissait des commissaires royaux qui en percevaient le revenu ; celui-ci n’était pas versé au créancier, mais au débiteur en règlement de sa dette. À la suite de ce premier acte judiciaire, si le débiteur ne réglait pas sa dette, la terre était mise en criée, c’est-à-dire aux enchères ; le produit de la criée était destiné à rembourser tous les créanciers qui s’étaient fait connaître. C’était donc une opération fort longue, nécessitant la recherche et mise en ordre des créanciers et qui prenait donc fréquemment plusieurs années. Dans le cas d’une rente, il fallait véritablement que les arrérages accumulés soient très élevés pour qu’on en arrive à la saisie judiciaire. Dans le cas de l’obligation, la procédure était plus souple, car l’obligation était considérée comme une dette véritable. Elle pouvait être gagée, s’il s’agissait de sommes importantes, par le dépôt d’objets de valeur, des joyaux ou de la vaisselle précieuse essentiellement. Elle présentait encore l’avantage de fixer, lors de la signature du contrat, un terme de remboursement assez rapproché (de deux à quatre ans)292, alors que la rente, quoique toujours rachetable, était imprescriptible : le crédirentier ne pouvait forcer le débirentier à la racheter. L’argent prêté par obligation était donc, en théorie, rapidement récupéré. Selon les époques et les circonstances, Sully a usé de l’une ou l’autre forme de contrat.

TABLEAU CHRONOLOGIQUE DES RENTES ET OBLIGATIONS (La plupart des contrats de rentes et d’obligations présentés dans ce tableau furent, pour ceux postérieurs à 1601, passés devant le notaire Fournyer à Paris)

TABLEAU CHRONOLOGIQUE DES RENTES ET OBLIGATIONS (La plupart des contrats de rentes et d’obligations présentés dans ce tableau furent, pour ceux postérieurs à 1601, passés devant le notaire Fournyer à Paris)

237Les premiers contrats conservés dans une étude parisienne commencent en 1592 ; il est fort possible que Sully en ait passé d’autres antérieurement en diverses villes. Curieusement, ces contrats sont assez rares durant la période où Sully fut ministre, et c’est essentiellement entre 1610 et 1618 que se multiplièrent rentes et obligations. Quoique privé de plusieurs de ses gages et pensions, Sully disposait alors de beaucoup d’argent comptant : il prêta en 1610 144 000 livres ; en 1612-1614, plus de 260 000 livres étaient constituées en rentes à La Rochelle et à l’île de Ré. Ce fut en 1616, au moment du traité de Loudun, que Sully prêta le plus d’argent : 476 912 livres en tout ! Puis il continua à avancer de fortes sommes pendant quelques années (en 1618, encore 322 587 livres), à toutes les catégories de personnes : à la ville de La Rochelle, aux bourgeois de Figeac et de Montauban, aux financiers et aux grands seigneurs. Durant la même période, il eut lui-même besoin de grosses sommes d’argent comptant (achat de Montricoux et Caussade, des greffes du Languedoc, mariage de sa fille Louise de Béthune), aussi eut-il recours lui aussi au système de la rente, dans des cas très précis, et avec un remboursement très rapide.

238Or Sully eut beaucoup de difficulté à recouvrer les sommes prêtées en rentes en 1610 et 1612-1614, surtout après le siège et la prise de La Rochelle (1628). Il semble d’autre part qu’il ait prêté de l’argent à perte, sans beaucoup d’espoir de le recouvrer un jour, mais avec l’intention de se constituer une clientèle qui puisse lui être utile en cas de poursuites. Au moment de l’inventaire de la fortune de Sully en 1634, une dizaine de personnes se trouvaient devoir de l’argent à Maximilien de Béthune, outre les dettes de Montauban et de La Rochelle et la dette du marquis de Rosny envers son père. Les créances à recouvrer se montaient à près de 900 000 livres (600 000 livres si l’on excepte La Rochelle et Montauban). Par contre, les dettes de Sully ne dépassaient pas 100 000 livres.

  • 293 D’après l’inventaire des meubles de la rue Saint-Antoine (MC, III, 554).

Sommes dues à Sully en 1634293

Sommes dues à Sully en 1634293
  • 294 Ibidem.

Sommes dues par Sully en 1634294

Sommes dues par Sully en 1634294

239En 1641, la dette et les créances de Sully étaient à peu près les mêmes qu’en 1634. Les sommes avancées par Sully s’élevaient à plus de 800 000 livres, sans compter les dots de ses filles, ce qui représentait une partie importante de sa fortune (16 %). Lui-même était débiteur de près de 170 000 livres ; en soustrayant les 82 000 livres de dettes laissées par le marquis de Rosny, on peut considérer qu’au regard des sommes dues à Sully et du montant de sa fortune, les dettes de Sully étaient quasiment nulles (1,7 % de sa fortune).

  • 295 D’après le « Mémoire touchant l’estat de la maison de Monseigneur le duc de Sully » [1640] (Pau, P (...)

Tableau des sommes dues à Sully en 1641295

Tableau des sommes dues à Sully en 1641295
  • 296 D’après le testament de Sully du 1er février 1641 (MC, CXXXIV, 392, 10 mars 1729).

Tableau des sommes dues par Sully en 1641296

Tableau des sommes dues par Sully en 1641296

2. Sully débiteur

  • 297 MC, III, 497, 19 août 1614.

240Lorsqu’il avait besoin d’argent, Sully usa plutôt de la rente que de l’obligation, mais, chez Sully, la vente et constitution de rentes obéit toujours à un besoin précis d’argent, non pour acquitter des dettes, mais pour acquérir un bien. C’est ainsi que si Sully-sur-Loire, les terres berrichonnes et Villebon ont pu être réglées comptant ou par la cession d’autres créances, l’acquisition de Culan, en septembre 1614, nécessita la constitution de six rentes pour un capital de 80 000 livres297. Mais celles-ci furent toutes rachetées quelques mois plus tard, en décembre 1614 et en février 1615. Il ne faut donc pas voir là un besoin d’argent à proprement parler de la part de Sully, mais un manque de liquidités. Le cas est particulièrement évident pour les greffes de Languedoc.

  • 298 MC, III, 509, huit contrats des 4 mai, 7 mai, 11 mai, 14 mai et 19 juin 1619.

241Pour acheter ces greffes, pour lesquels il était prêt à débourser jusqu’à 600 000 livres, Sully dut vendre plusieurs rentes importantes : le 4 mai 1619, une rente de 750 livres vendue à Marie Touchet de Belleville, veuve de François de Balsac, sr d’Entragues, pour 12 000 livres, une autre de 2 375 livres à la présidente Le Clerc pour 38 000 livres, et une autre encore de 400 livres à Marie Peteau pour 6 400 livres ; le 7 mai, une rente de 600 livres à nouveau à la présidente Le Clerc pour 9 600 livres ; le 11 mai 1619, une rente de 2 000 livres à Élisabeth Danès, veuve de François de Loménie, pour 32 000 livres ; le 14 mai, une rente de 1 200 livres à Jacques et Nicolas de Creil, marchands bourgeois de Paris, pour 20 000 livres ; le 22 mai, une rente de 125 livres à Jacques de Creil pour 2 000 livres ; enfin le 19 juin, une rente de 250 livres à Claude Rousseau pour 4 000 livres298.

242En quelques jours, 120 000 livres furent ainsi réunies. Toutes les rentes seront rachetées de janvier à mars 1620, moins d’un an plus tard. Mais à peu près dans le même temps où il empruntait de l’argent à rente, il prêtait, le 18 mai 1619, à Catherine de Neufville, femme de Jean de Souvré, marquis de Courtanvaux, gouverneur de Touraine, 40 500 livres payées comptant, contre une rente de 2 531 livres.

  • 299 MC, III, 475.
  • 300 On remarquera que les rentes contractées pour Culan furent amorties le 22 décembre 1614 et qu’elle (...)
  • 301 MC, III, 497, déclaration du 23 décembre 1614.
  • 302 MC, III, 527.

243On ne remarque, dans la fortune de Sully, aucune rente dont il eût fallu payer les arrérages durant plusieurs années. L’examen de sa fortune telle qu’elle était constituée en 1634 et 1641 révèle très peu de dettes contractées par Sully. Le duc semble s’être montré extrêmement méfiant vis-à-vis de la rente pour son propre usage, et de l’endettement en général. Les minutes du notaire Fournyer nous révèlent que Sully n’a constitué qu’à sept reprises des rentes devant lui : la première fois, en 1601, il constitua une rente de 1 875 écus (5 625 livres) à Sébastien Zamet, pour un capital de 30 000 écus (90 000 livres). La rente fut rachetée dès le 15 juillet 1602299 ; elle a probablement servi à acheter Baugy. Puis il faut attendre l’année 1614 pour voir un nouveau contrat de constitution de rente par Sully. Mais il s’agissait alors d’abord de se procurer les deniers comptants pour l’achat de Culan puis d’aider le duc de Créquy à fournir la somme de 150 000 livres promise dans le contrat de mariage de Françoise de Créquy avec le marquis de Rosny300. Sully prête alors son nom, apparemment sur la demande de son fils, qui n’avait toujours pas reçu la somme : « Pour recevoir lad. somme (...) Me Maximilien de Béthune, duc de Sully (...) se seroict solidairement obligé avec led. sr de Créquy au payement et continuation de 3 875 livres t. de rente [62 000 livres de capital]. Néantmoings, lad. obligation solidairement ainsy faicte par led. sr duc de Sully avec led. sr de Créquy n’a esté et n’est que pour faire plaisir aud. sr de Créquy301. » Le marquis de Rosny subroge de surcroît son père en ses droits et actions pour le recouvrement des 80 000 livres restantes. Comme le rachat des rentes ainsi constituées ne dépendait pas du duc de Sully mais du duc de Créquy, leur remboursement eut lieu seulement en 1684 ! Elles valurent plus d’un ennui à Sully : le 6 juillet 1626, il dut même constituer une nouvelle rente de 500 livres (8 000 livres de capital)302, et ce, uniquement afin que le duc de Créquy pût payer les arrérages des rentes de 1614, dont Sully était le garant !

  • 303 MC, III, 507.

244C’est encore en faveur du marquis de Rosny que furent empruntées 50 000 livres par la constitution de deux rentes totalisant 3 125 livres, les 20 juin et 27 juillet 1618303. Là encore, cette créance demeurait entière à la mort du duc. Il n’en fut pas de même pour les rentes constituées en 1614 et 1619 pour l’achat de Culan et des greffes du Languedoc : celles-ci furent acquittées dans les mois suivants. Après 1619, on ne voit plus Sully, du moins dans l’étude Fournyer, emprunter de l’argent à rente. Il semble toutefois qu’il ait pu effectivement se passer de cette pratique.

  • 304 C’était les notaires Bonnet à Saint-Amand, Pichery et Fournyer à Sully, Pégorier à Caussade, Ragne (...)

245Cependant, il nous manque toute une partie des transactions pour évaluer l’endettement de Sully : ce sont les promesses et obligations ; il est fort probable que le duc en ait conclu un grand nombre sous seing privé, dont nous n’avons plus l’écho. En 1619, pour l’achat des greffes du Languedoc, Sully emprunta pour plus de 200 000 livres en s’obligeant personnellement envers le trésorier de l’Épargne Raymond Phelypeaux d’Herbault. D’autre part, il est impossible d’évaluer exactement les sommes empruntées et prêtées ainsi par le moyen de constitutions de rentes et d’obligations, car Sully avait des notaires partout en France, devant lesquels il passait ses contrats lorsqu’il ne se trouvait pas sur ses terres304. Fournyer fut cependant le notaire principal pour les transactions Financières, qui se traitaient généralement à Paris.

3. Les débiteurs de Sully

  • 305 MC, III, 488, contrat du 18 août 1610. Cette rente fut rachetée le 14 avril 1624. Guillaume Fouque (...)
  • 306 MC, III, 488, contrat du 3 septembre 1610.
  • 307 Ibidem.
  • 308 MC, III, 504.
  • 309 MC, III, 509.
  • 310 MC, III, 536, contrat du 11 décembre 1629.

246Les grands seigneurs. – Les grands seigneurs formèrent dans un premier temps la clientèle préférée de Sully : ainsi verse-t-il, à Claude de Bretagne, comte de Vertus, gouverneur de Rennes, et à Guillaume Fouquet, sr de La Varenne, gouverneur d’Angers, 96 000 livres en obligation le 18 août 1610305, et 16 000 livres sous forme de rente (1 000 livres) en septembre 1610306 ; en septembre 1610 encore, 32 000 livres (2 000 livres de rente) à Marie de Luxembourg, duchesse de Penthièvre et Mercœur307 ; en juillet 1617, 16 000 livres à Emmanuel de Crussol, duc d’Uzès308 ; en février 1618, 90 000 livres à Charlotte-Catherine de Luxe, veuve de Louis de Montmorency-Boutteville, pour le mariage de sa fille aînée Claude ; en septembre 1618, 24 000 livres à François de La Guiche, gouverneur du Bourbonnais, maître de camp de vingt compagnies françaises ; en mai 1619, 40 500 livres à Catherine de Neufville, marquise de Courtanvaux309 ; enfin 16 000 livres en décembre 1629, à Louis de Cuigy, garde provincial de l’artillerie de France310.

247Les prêts accordés aux grands seigneurs sont donc bien regroupés dans le temps : 144 000 livres en août et septembre 1610 et 170 500 livres entre juillet 1617 et mai 1619. Ces périodes sont également celles où Sully essuya de graves difficultés politiques.

  • 311 MC, III, 502, cautionnement du 16 août 1616.
  • 312 MC, III, 502.
  • 313 MC, III, 506.
  • 314 MC, III, 558, 22 janvier 1636, quittance donnée par Sully.
  • 315 MC, III, 528. C’est ce même hôtel que Sully acheta huit ans plus tard.
  • 316 MC, III, 528.

248Les financiers. – Après 1616, Sully traita également pour de grosses sommes avec des groupes de financiers, essentiellement sous la forme obligataire : en août 1616, il prêta 210 000 livres à Louis de Harlay, sr de Magny en Poitou, qui s’était porté caution de Jean Palot, contrôleur général de l’extraordinaire des guerres, à qui Sully avait déjà prêté 25 000 livres en mai 1616311. Le 6 septembre 1616, Sully avança encore 210 000 livres à Jean de Moisset, secrétaire du roi, Pierre Payen, payeur des rentes sur les greniers à sel, Philippe de Coulanges, trésorier de France, Théodore Bazin, trésorier principal de l’extraordinaire des guerres à Metz, et Pierre Jacquet, receveur général des rentes sur le sel en Normandie312. Cette somme fut remboursée en 1618. Le 31 janvier 1618, Sully prêta 39 000 livres à Jean Fayet, receveur du taillon à Clermont, Antoine Ribeyre, trésorier de France en la généralité de Riom, Jean Enjobert, contrôleur général des finances en Auvergne, Pierre Roussel, receveur des tailles, et Étienne Pascal, élu en l’élection de Clermont313. Sully fut remboursé le 7 mars et le 29 avril 1620. Le 21 décembre 1618, il prêta encore 26 000 livres à Théophile Prevost, Jean Chevallier, François de Monceaux et Anne-Marc de Champlong314. Le 2 septembre 1626, Sully prêta 42 000 livres à Mesme Gallet, seigneur du Petit-Thouars, pour la construction d’un hôtel rue Saint-Antoine315 ; le 4 septembre 40 000 livres à Guillaume Menant, Guillaume Cormet, sr de La Martinière, Michel Chenan et Jacques Paget, receveur des tailles en l’élection de Montdidier316. Cette somme fut remboursée le 26 novembre 1626.

249Sully a ainsi avancé aux financiers 445 000 livres en 1616, 113 000 livres en 1618, et 82 000 livres en 1626.

Tableau des prêts faits à La Rochelle et à l’île de Ré

Tableau des prêts faits à La Rochelle et à l’île de Ré

250Les prêts à La Rochelle. – Lorsqu’il séjourna dans son gouvernement de Poitou, puis lorsque son fils reçut les gouvernements de Figeac, Capdenac et Cardaillac, Sully prêta encore sous forme de rentes et d’obligations à La Rochelle et à Montauban.

  • 317 Op. cit., t. II, p. 94.

251À La Rochelle, les prêts s’échelonnent sur une période restreinte, de la fin de l’année 1612 au début de l’année 1614. Le grand nombre de rentes constituées en peu de temps (plus de 260 000 livres en 1612-1614) ne peut être que le résultat d’une politique délibérée : Sully se trouvait à cette époque en son gouvernement de Poitou, et il fut par conséquent en rapport avec les habitants de La Rochelle, place de sûreté des protestants. Cet argent aurait été avancé pour les aider à se fortifier. Dans les Œconomies royales317, Sully confesse qu’à la suite du siège et de la prise de la ville, en 1628, ces créances furent ramenées à néant. Dans une procuration donnée en 1635 à Bonaventure Forain, « agent des affaires » de Sully à La Rochelle, le duc laisse paraître le peu d’espoir qu’il avait de recouvrer ses créances :

  • 318 MC, III, 556, 10 mars 1635.

« Ayant plusieurs debtes à luy deues dans la ville de La Rochelle, pays d’Aulnis, Poictou et autres lieux circonvoisins qui se sont grandement détériorées, et les debiteurs devenus insolvables par les guerres qui ont eu lieu en lad. province, siège et prise de La Rochelle, et qui s’empirent de jour à jour, et sy il n’y est promptement pourveu, s’empireront daventage par le temps et se perdront tout à faict, désirant y donner ordre, et n’en ayant peu trouver un meilleur que de s’accorder desd. debtes, faire composition d’icelles et d’en tirer ce que l’on pourra plustost que de perdre tout318 . »

252En 1641, on estimait la dette de La Rochelle à plus de 45 000 livres.

253Les prêts en Quercy. – De même, lorsqu’il séjourna en Quercy, Maximilien de Béthune fut amené à prêter de l’argent à plusieurs reprises à des bourgeois de Figeac et de Montauban, essentiellement sous la forme d’obligations. Ces prêts furent quasiment tous effectués en octobre 1618. Ils s’élevaient au total à plus de 60 000 livres. En 1641, la dette de Quercy, avec les autres dettes de Poitou est estimée à 90 000 livres. La dette de Montauban représente encore 32 000 livres en 1634 et en 1641.

254Le nombre et le volume des sommes prêtées par Sully après 1610 semble prouver l’importance de l’argent comptant dont il pouvait disposer : l’argent prêté, même si souvent il est nécessaire de recourir à la procédure judiciaire pour le remboursement, n’est pas immobilisé comme c’est le cas lors de l’achat d’une terre. En outre, il porte intérêt au denier 16, alors que la rente foncière n’est qu’au denier 25 ou 30. La fortune de Sully n’a donc pas seulement attiré des envies : elle a servi à beaucoup à avancer de l’argent.

Tableau des prêts faits en Quercy

Tableau des prêts faits en Quercy

255Sully cependant, malgré les bonnes affaires qu’il a pu réaliser dans ses transactions financières, était très soucieux de soutenir son rang de duc et pair, et les dépenses de travaux aux châteaux, parcs et jardins vont de pair avec des dépenses d’apparat pour l’ameublement de ses demeures.

V. LES MEUBLES

256Les meubles apparaissaient à profusion et richement décorés dans toutes les demeures de Sully. Certains, dits « meublants », étaient vendus avec les murs ; mais parfois, comme ce fut le cas pour l’hôtel de la rue Saint-Antoine, Sully achetait aussi les meubles « bougeants et marchants ». Pour le château de Sully, complètement inhabitable lors de son achat, le duc fit faire par les artisans de la ville de nombreux lits, tables, chaises, etc. Une tapissière était entretenue en permanence au château pour la fourniture et l’entretien de toiles. Les tapisseries ornant les murs furent envoyées au château, par ballots entiers, par voie d’eau.

1. Les inventaires

  • 319 Plusieurs inventaires ont été en réalité dressés à cette occasion : un inventaire proprement dit d (...)
  • 320 MC, III, 554 inventaire réalisé le 8 mai (pour les cave, sommellerie, cuisine, chambres au-dessus (...)
  • 321 ADL, 5 J 374 ; un inventaire fut dressé en janvier 1642 par catégories de meubles (tapisseries, ta (...)
  • 322 ADC, E 268, pièce 7, « Mémoire des meubles qui se sont trouvés dans le chasteau à La Chapelle, fai (...)

257Si nous connaissons très mal les frais de fourniture de meubles, nous pouvons avoir un aperçu du nombre, de la valeur et de la diversité de ceux-ci grâce à plusieurs inventaires : ceux du château de Montrond, réalisés entre octobre 1620 et février 1621, lors de la vente au prince de Condé319 ; un autre de mai 1634, de l’hôtel de Sully, rue Saint-Antoine, occasionné par le procès en continuation de communauté intenté au duc de Sully par son fils, le marquis de Rosny320. Pour le château de Sully-sur-Loire, un inventaire a été dressé en 1642 après la mort du duc321, et pour la Chapelle-d’Angillon, nous en avons un autre datant de 1632322.

258L’étude de ces inventaires présente plusieurs difficultés : en premier lieu ils ne coïncident pas chronologiquement. Ensuite, ils ont été établis à des époques où Sully était absent ; aussi ne comportent-ils la plupart du temps que les meubles meublants : un certain nombre d’éléments importants n’y figurent pas, comme livres, habits, bijoux, etc. Il faut faire une réserve pour l’hôtel de la rue Saint-Antoine, qui était effectivement habité au moment de l’inventaire, mais seulement depuis trois mois ; Sully avait d’autre part racheté tous les meubles de son prédécesseur, le marquis du Vigean, tant meublants que bougeants, pour la somme de 23 000 livres. En troisième lieu, les inventaires dressés pour la liquidation de la communauté ne comportent pas les éléments qui formaient le préciput du survivant : habits, chevaux, carrosses, bijoux, livres, armes, etc. Enfin, pour certains châteaux, comme celui de Baugy, nous ne possédons malheureusement pas d’inventaire, et celui de Villebon, où Sully mourut, n’est pas accessible actuellement. Ces réserves étant faites, il est cependant possible de tirer quelques enseignements de ces inventaires.

259Quoique inhabités une partie de l’année, les châteaux de Sully étaient tous entièrement meublés ; les murs étaient tendus de tapisseries, ou bien celles-ci étaient gardées roulées dans un garde-meuble ; les lits, sièges, tables étaient tendus de leurs damas, tapisseries, velours ou serge ; le départ du duc, de la duchesse et de leur train n’enlevait donc pas aux châteaux tous les éléments constituant leur confort. Le duc établissait un concierge ou garde de ses châteaux pour veiller à l’entretien de ses meubles, préparer la demeure pour l’arrivée du duc ou de l’un de ses serviteurs, ou encore faire la lessive après leur départ. Cependant, pour un séjour prolongé, le duc emportait avec lui les objets précieux, les cabinets et sa batterie de cuisine.

260Les meubles du château de Villebon étaient estimés en 1621 14 000 livres ; ceux de l’hôtel de Sully en 1634 23 000 livres, outre l’orfèvrerie, l’argenterie, les habits, les chevaux et les carrosses, évalués à 13 000 livres ; en 1642, les meubles du château de Sully étaient prisés 11 000 livres.

261Les deux pièces les plus richement ornées, dans chacune de ces demeures, étaient la grande salle et la chambre du duc.

2. La grande salle

  • 323 35 mètres de tour sur 4,16 mètres de haut.
  • 324 Les travaux d’Hercule sont en réalité au nombre de douze : il étouffa le lion de Némée, il tua l’h (...)
  • 325 62,5 mètres sur 4,5 mètres.
  • 326 Général romain du ve siècle av. J.-C, qui, condamné à l’exil malgré ses brillants services, tourna (...)

262À Paris, la grande salle était tendue d’une tapisserie de haute lisse « à personnages » en huit pièces, où étaient représentés les sept arts libéraux. Cette tapisserie mesurait 30 aunes de tour sur 3,5 aunes de haut323. Elle était estimée 3 000 livres. À Sully, la tapisserie, plus somptueuse encore, représentait en onze pièces les travaux d’Hercule324 ; elle faisait 52,5 aunes de tour sur 3,75 aunes de haut325 et valait 5 000 livres. Sur celle de Mon-trond était représentée l’histoire de Coriolan326.

  • 327 Sorte de passement.
  • 328 Chaises sans bras, destinées à la commodité des jupes « à vertugadin », c’est-à-dire munies d’un s (...)
  • 329 Tabourets à quatre pieds assez hauts.
  • 330 Sortes de tabourets.

263À Paris comme à Montrond était suspendu dans la grande salle un dais, en velours cramoisi, avec des bandes d’argent et des franges et crépines327 d’or et d’argent. De nombreux sièges y étaient disposés : six chaises à bras, six à vertugadin328, six escabeaux329 pliants à Paris ; sept chaises de velours, cinq chaises à bras, quatre formes, deux placets330, six escabelles à Montrond ; six chaises à bras, six à vertugadin, six placets et quatre formes à Sully. À Montrond, la grande salle contenait trois tables : une sous la cheminée, une au coin de la porte, et une grande « où l’on mange », recouverte d’un riche tapis de Perse garni d’or et d’argent. On trouvait une seule table à Sully, en noyer, mais aucune à Paris. Il est vrai qu’à côté de la grande salle se trouvait le cabinet contenant onze sièges, dont deux chaises à bras, six pliants, trois escabeaux et une table recouverte d’un tapis en satin bleu à fleurs jaunes ; à côté encore, dans la petite salle, dix tabourets carrés couverts de point de Hongrie entouraient une table couverte d’un tapis de Turquie.

3. La chambre du duc

  • 331 Personnage biblique. Fils et successeur de Salomon, il causa, par sa tyrannie, le schisme entre le (...)
  • 332 Bandes d’étoffes pendantes entourant le ciel de lit.
  • 333 Ciel de lit.

264À l’hôtel de la rue Saint-Antoine en 1634, la chambre du duc de Sully était estimée à elle seule 11 000 livres, soit la moitié de la valeur de tous les meubles de l’hôtel, dont 4 500 livres pour les six pièces de tapisserie de haute lisse représentant l’histoire de Roboam331, rehaussée d’or ; 6 000 livres pour le grand lit carré en velours cramoisi chamarré de bandes de broderie d’or et d’argent, avec le fond, le dossier, les trois rideaux, les quatre bonnes grâces, les trois soubassements, la couverture de parade, le tapis, les deux quenouilles, les six pentes de lit332, les quatre tapis de table, les trois fauteuils, les six chaises à vertugadin et le tour de lit assortis, en velours cramoisi chamarré de bandes de broderie d’or et d’argent ; les quatre pommes de lit avec les quatre panaches, les douze escabeaux pliants étaient recouverts de velours cramoisi avec une crépine d’or. Au-dessus du lit était tendu un grand pavillon333 en taffetas blanc semé de fleurs en broderie. À terre, deux grands tapis, l’un de Turquie, l’autre de Chine, rehaussé d’or et d’argent. Outre les sièges assortis au lit, la chambre contenait aussi deux tables couvertes d’un tapis de drap lourd.

  • 334 80 centimètres.

265Le cabinet attenant à la chambre du duc renfermait lui aussi une riche tapisserie, évaluée 1 200 livres, qui représentait les quatre saisons de l’année, ainsi qu’un lit en velours cramoisi avec des broderies d’or, doublé de satin, avec la couverture de parade en satin piqué ; deux chaises à bras et six escabeaux pliants étaient en velours cramoisi ; à terre, un tapis de Turquie ; une petite table ; un grand cabinet d’Allemagne en ébène, fermant à clef, garni de tiroirs, sur un pied de bois noir ; enfin un grand miroir de 2,5 pieds de haut334, avec son cadre d’ébène.

  • 335 Ciel de lit.

266On retrouvait la même disposition à Montrond avec un lit à impériale335 en velours rouge cramoisi et broderie d’or et d’argent, avec les sièges de même ; la chambre et le cabinet attenant étaient en revanche décorés de figurines de faïence, trente-cinq petits tableaux, et une quinzaine de cartes et plans des terres et maisons du duc de Sully.

  • 336 3,6 mètres de haut sur 26,2 mètres de tour.
  • 337 Franges.

267À Sully-sur-Loire, l’inventaire de 1642 n’offre que des éléments sommaires : une paire de chenêts à pommes de cuivre, avec pinces, tenailles, fourchette dans la cheminée ; une table servant de bureau, couverte de serge verte ; un fauteuil couvert de velours, un écran garni de toile, un escabeau, un placet non recouvert, et neuf pièces de tapisserie, « façon d’Auvergne », de 3 aunes de haut sur 22 aunes de tour336, prisée 200 livres ; mais pas de lit. Peut-être le duc emportait-il sa chambre d’apparat lorsqu’il séjournait plusieurs mois. La chambre de la duchesse n’était guère mieux meublée : outre les ustensiles pour le feu, il y avait seulement dans la chambre un cabinet d’Allemagne avec son pied, une table et un bois de lit non garni. Les autres chambres au contraire comportaient tout l’ameublement nécessaire : tapisseries, bois de lit, literie, rideaux et tours de lit, tables, sièges, etc. Dans la chambre au-dessus de celle de la duchesse par exemple se trouvaient chenêts, pelle, pincette, deux tables dont l’une à rallonges, un buffet, deux escabeaux, deux armoires fermant à clef, une tapisserie de table, trois chaises, un vieux bahut carré fermant à clef, un bois de lit avec paillasse, couverture, matelas, traversin, un ciel de lit, trois rideaux, deux bonnes grâces, un dossier, deux fourreaux de pilier et une couverture de parade en damas cafard blanc et bleu, avec crépines et molets337 d’or et soie ; les murs étaient tendus de huit pièces de tapisserie de Rouen ; dans la chambre, il y avait encore une couchette avec matelas, traversin, paillasse et couverture.

4. La chambre de la duchesse

  • 338 Bandes d’étoffe descendant le long des colonnes du lit, à l’extérieur, et servant à fermer le join (...)

268La chambre de la duchesse, quoique moins somptueuse que celle du duc, ne laissait pas d’être une des pièces essentielles de la demeure. À Paris, la dominante était le blanc. Au mur étaient accrochées six pièces de tapisserie de satin blanc enrichi de broderie, représentant plusieurs figures, estimées 800 livres. Le grand lit carré était garni de toile d’argent couverte de broderie de tapisserie au point sur les pentes, les cantonnières338 et les soubassements ; de toile d’argent avec des passements d’or et d’argent pour le fond, les dossiers, les rideaux et la couverture de parade. Les quatre pommes de lit étaient des plumes blanches. Le lit était estimé à lui seul 1 000 livres. Un fauteuil et le tapis de de table étaient assortis. De même, le lit était surmonté d’un dais de toile d’argent, garni de bandes de tapisserie comme le lit, et de clochettes. À terre se trouvait un grand tapis. Enfin, dans la chambre étaient disposés douze sièges recouverts de toile d’argent : une chaise à bras, sept tabourets carrés, une forme et trois escabeaux pliants. Comme la chambre du duc, celle de la duchesse était un lieu de réception : l’intimité avait sa place dans le cabinet qui abritait, à Paris, deux armoires en bois peint de filets d’or et azur avec deux grands guichets fermant à clef, un miroir, un petit lit, plusieurs tapis, et deux petites tables à rallonges.

  • 339 Sorte de velours ou de panne.

269À La Chapelle-d’Angillon, la dominante pour la chambre de la duchesse était aussi le blanc. Nous ne connaissons pas l’emplacement des meubles, mais sur quatre lits de parade trois étaient garnis de satin de Bruges blanc : l’un avec des broderies de velours mauve et orange, l’autre avec des broderies au petit point et des passements de soie violets, jaunes et blancs, le troisième en broderie de tripe339 noire. Le quatrième lit était en damas cafard incarnat et blanc.

  • 340 Fine lamelle de métal brillant et ici précieux, employée comme ornement sur un tissu.

270En revanche, la chambre de la duchesse à Montrond au moment de la vente à Condé était résolument noire. Le lit, avec ses garnitures, les chaises, le tapis de table, le dais étaient en velours noir, chamarré de grand clinquant340 d’or et d’argent large de trois doigts. La pièce était égayée par quatre tableaux représentant les quatre saisons, et sept pièces de tapisserie en chasses et paysages.

5. Les autres chambres

271En comparaison de celles du duc et de la duchesse de Sully, les autres chambres étaient beaucoup plus modestes. On pouvait loger dans l’hôtel de la rue Saint-Antoine une trentaine de personnes, une quarantaine à Montrond, une cinquantaine à Sully-sur-Loire, vingt-cinq et plus peut-être à La Chapelle-d’Angillon. Certaines chambres avaient une affectation précise : chambres des écuyers, des Suisses, du valet de chambre du duc, du maître d’hôtel, des valets de pied, des officiers, des « pucelles ». Les autres étaient désignées par leur situation géographique : première chambre de la tour de Baugy, chambre au-dessus de (ou après) celle de Madame de Sully, etc. Les deux seules chambres qui servaient de point de repère étaient celles du duc et de la duchesse. Les autres ne se distinguaient guère entre elles ; beaucoup de simples couchettes pour les domestiques, ou de bois de lit garni d’un tour en serge de couleur (le plus souvent vert), parfois avec des passements, des rideaux, un pavillon. Les couchettes avec leur literie étaient évaluées entre 12 et 20 livres, les lits garnis de housse et de rideaux entre 25 et 40 livres. Certains lits étaient plus ornés : à Paris, les cabinets du duc et de la duchesse contenaient chacun un lit à housse de damas rouge ou de velours cramoisi. À Sully, il y avait dans la « première chambre du portail » un lit en velours « couleur pensée », garni de passements de soie avec franges d’argent, et, dans la chambre au-dessus de celle de la duchesse, un lit en damas cafard blanc et bleu.

272C’était le château de Montrond qui était le mieux pourvu. Outre les chambres richement ornées du duc et de la duchesse, cinq autres chambres comportaient l’une un lit de damas rouge frangé d’argent, une autre un lit en toile d’or ouvragée de bleu d’argent et brodée de feuillages, la troisième un lit en toile d’or avec des carrés de broderie, la quatrième un lit de velours vert brodé d’or et d’argent, la cinquième un lit de velours et damas noir, brodés d’or et d’argent.

273Il est aussi à remarquer que presque toutes les pièces comportaient au moins un lit. D’autre part, s’il n’y a pas de chambre affectée aux enfants, c’est que les inventaires ont été dressés tard dans la vie de Sully.

  • 341 Chaises à bras presque triangulaires, à haut dossier et siège élevé, faciles à déplacer pour les c (...)

274Un grand nombre de sièges étaient répartis dans les pièces. La plupart étaient des chaises à bras, ou des chaises à vertugadin, mais le plus grand nombre consistaient en des placets, des escabeaux pliants, et tabourets carrés. On trouvait cependant, innovation de l’époque, quelques chaises caquetoires341, quelques fauteuils seulement, un ou deux lits de repos, très peu de coffres et d’armoires (ceux qui sont mentionnés avaient une valeur décorative – dans le cabinet de la duchesse – ou une finalité précise, par exemple un coffre à viande). En fait, Sully avait fait aménager des placards dans les pièces. Toutes les cheminées comportaient des chenêts en fonte, fer ou cuivre ; les tables étaient recouvertes de tapis. Les sièges étaient en général assortis au lit, ou recouverts de tapisserie ; à La Chapelle-d’Angillon, ils étaient plus simplement en cuir rouge, ou bien en velours cramoisi ou vert, ou encore en bois nu.

275Les murs étaient le plus souvent couverts de tapisserie, surtout à Sully-sur-Loire, où on en comptait vingt-deux, ce qui représentait deux cents pièces différentes. Toutes les tapisseries n’étaient pas de haute lisse et aussi précises que celle de la chambre du duc de Sully. Si celle des travaux d’Hercule était estimée 5 000 livres, une autre de haute lisse à fleurs et à feuillages valait 400 livres, celles de Beauvais, de Rouen, de Tournai valaient 28 livres pour sept pièces façon Rouen, c’est-à-dire rouge et bleu avec les bordures rouge et blanc, ou 50 livres pour huit pièces façon Beauvais, vert et noir avec les bordures jaune et rouge.

276La grande salle et les chambres du duc et de la duchesse étaient les seules pièces réellement identifiables, les autres étaient meublées de façon uniforme.

6. Les galeries

277Dans ses châteaux, Sully aimait édifier des galeries, qu’il décorait de séries de tableaux. À Montrond, la grande galerie renfermait plusieurs cartes : le siège de Montmélian (auquel Sully avait participé en 1600), la place de France, la Provence, la Savoie et le Dauphiné, la navigation du Rhin ; onze petits tableaux qui étaient « le projet pour peindre la galerie du Louvre » ; de grands tableaux du siège d’Amiens, de la bataille de Lépante, de la Nouvelle-France, du siège de Troie, ainsi que trente-six portraits de membres de la maison de Béthune et de la famille royale, dont Charlemagne, la reine mère habillée à l’italienne, Henri IV habillé de blanc ou en armes, le roi Louis XIII enfant, la duchesse de Bar, sœur de Henri IV, Anne de Courtenay, première femme de Sully, François de Béthune son père, Charlotte Dauvet sa mère, Salomon et Philippe de Béthune ses frères, et ses ancêtres : Jean de Béthune, baron de Baye, son grand-père ; Anne de Melun, sa grand-mère ; Jean de Melun, vicomte de Gand, son grand-oncle maternel ; Maximilien de Melun, vicomte de Gand, son parrain ; Alpin de Béthune, son bisaïeul ; Jeanne de Hornes sa bisaïeule ; Hugues de Melun, seigneur d’Antoing, son bisaïeul ; Robert de Béthune, comte de Flandre. Dans la grande galerie se trouvaient également quelques tableaux de paysages : l’un sur la cheminée entouré de quatre portraits d’ancêtres de Sully, plusieurs sous les fenêtres, dont sept représentant des villages des Flandres, et d’autres ayant pour sujets Vénus et Cupidon, le grand Turc, un saint, un combat d’ivrognes, un portrait du pape et Jésus-Christ au Jardin des Oliviers.

278Dans le passage entre le cabinet et la chambre de la duchesse étaient suspendus des plans et des cartes : Ile-de-France, Poitou, les « États des rois du monde », Sully, Saint-Germain, le siège de l’Écluse, l’armée navale d’Espagne, l’île de la Cité, la galerie du Louvre, la place Dauphine, avec les portraits de deux des enfants de Sully, Louise, marquise de Mirepoix, et François, comte d’Orval. Dans la chambre du duc et dans le cabinet attenant se trouvaient encore une quinzaine de cartes de terres et maisons et trente-cinq petits tableaux.

  • 342 MC, III, 555, marché du 6 décembre 1634. Voir ci-dessus p. 127.
  • 343 Voir ci-dessus p. 128.
  • 344 Une description précise de ces fresques est donnée dans l’ouvrage de Philippe Des Forts, op. cit., (...)
  • 345 ADL, 5 J 368, marché du 30 novembre 1639 avec Philippe de La Ronce, maître peintre de Chartres. Vo (...)

279On ne trouvait rien de tel à l’hôtel de Sully. Toutefois, en décembre 1634, Sully passa marché avec le peintre Jean Mareschal, pour 18 000 livres342 pour peindre sur les plafonds les galeries de l’hôtel le globe céleste et des hauts faits militaires343. À Villebon, dans la grande galerie, Sully fit exécuter des fresques représentant ses propriétés344. À Sully-sur-Loire enfin, Sully commanda en 1639 une série de tableaux représentant ses hauts faits et gestes345.

280L’ameublement et la décoration des demeures de Sully suivaient donc les goûts et les dispositions de l’époque ; mais la richesse du duc et la grandeur de son rang se montraient à tous par la profusion des meubles dans toutes ses demeures, même lorsqu’elles étaient inhabitées, et par la splendeur des éléments décoratifs, tissus et tapisseries. En 1641, la valeur des meubles de Sully, 80 000 livres, représentait le prix d’une seigneurie. À titre de comparaison, la principauté de Boisbelle-Henrichemont était estimée en 1641 80 000 livres, et les greffes de Fontenay, 75 000 livres.

7. Les objets précieux

281En ce qui concerne les objets précieux, nous sommes moins bien renseignés car ils figurent rarement sur les inventaires. En 1634 cependant, la vaisselle d’argent de l’hôtel de Sully fut prisée 13 102 livres. Elle comprenait cinquante-trois « platz fruicttiers », douze « platz potagers », vingt-quatre plats ordinaires, vingt-sept petits plats, quarante-six assiettes, vingt-huit cuillers et dix-neuf fourchettes, un bassin rond et quatre autres ovales, quatre aiguières, deux coquemars, quatorze flambeaux, un garde-nappe garni d’une cuiller, d’une fourchette, d’une soucoupe, d’un petit seau à rafraîchir, et d’un verre vermeil, six coupes d’office, deux boîtes à dragées, deux saucières, trois salières, deux vinaigriers, un sucrier, une bassinoire, quatre réchauds, une marmite à couvercle garnie de son anse, et une cuvette. En outre, l’hôtel renfermait quelques pièces d’orfèvrerie : une cassolette d’argent estimée 1 200 livres, une autre de vermeil estimée 240 livres, une autre d’argent, ronde, « à trois rouleaux », d’une valeur de 80 livres, et deux plaques de vermeil estimées 768 livres.

282À Montrond, en 1621, dans la grande galerie de tableaux, se trouvaient également quelques objets précieux : un grand cabinet couvert de velours incarnat sur deux côtés, un petit cabinet de bois marqué à fil d’argent, un grand cabinet d’ébène « dont le dedans est ouvragé d’or et d’argent travaillé » avec personnages, animaux et fleurs, un tric-trac, une grande boîte de Chine, deux chiens de marbre, un grand vase de porcelaine et plusieurs autres objets de porcelaine ; mais c’était dans le cabinet de la duchesse qu’étaient exposés, sur cinq tablettes, les objets les plus rares ou les plus curieux : un grand miroir ovale en cristal, avec le pied en cristal et la poignée en vermeil ; plusieurs vases et coupes en cristal et vermeil ; une grande « montre » d’ébène avec sonnerie et trois figurines de vermeil ; une autre en argent doré en forme de pyramide ; une femme en argent doré tenant un luth et « qui chemine », à ressort ; plusieurs objets en argent : salières, cassolette « en forme de bénitier » ; un groupe d’albâtre représentant un petit enfant accompagné d’une petite chienne et d’une chèvre, monté sur un pied d’ébène ; une grande salière d’ébène en forme de pyramide avec neuf figurines d’argent ; une petite vendangeuse en vermeil portant une hotte sur le dos ; une coupe de nacre en forme de gondole, à pied de vermeil ; deux coquemars de verre ciselé ; deux coupes d’ivoire et deux vases d’agathe ; plusieurs cabinets : l’un d’ébène enrichi d’argent, un autre en ébène à fond de satin noir cramoisi de fleurs d’or et de soie ; un grand cabinet à dix « layettes » couvertes en satin blanc, où se trouvaient des ouvrages et animaux d’or et d’argent en relief ; deux chandeliers de vermeil doré, un grand coffre couvert de velours cramoisi bordé d’un galon d’or assis sur des pieds de lion dorés, un lustre de cristal au plafond avec douze torches en argent doré.

  • 346 Ils figurent dans l’inventaire des meubles du château de Montrond réalisé en octobre 1620 (ADC, E (...)

283Élément curieux pour un protestant, lorsque ses châteaux possédaient une chapelle, Sully y entretenait des ornements sacerdotaux, du linge et des objets d’autel. Ceux de Montrond furent cédés en 1621 en même temps que le château346 ; il y avait là, entre autres, trois grandes chapes, deux tuniques, une chasuble, deux étoles, un devant d’autel et un corporal de velours rouge cramoisi, garni de passement rouge et blanc ; un voile de taffetas rouge cramoisi et deux aubes garnies d’entre-deux en toile et de passements au fuseau ; deux ceintures, trois nappes, trois serviettes, trois sacs de calice, deux purificatoires, deux corporaux avec de la grande dentelle ; un missel, un « canon » et un évangile. La vaisselle d’autel était entièrement en argent doré et comprenait un calice et sa patère, deux burettes, une croix, deux chandeliers, un bénitier et son goupillon, une burette et son bassin, une sonnette et deux écrins pour mettre le tout.

  • 347 Voici par exemple de quelle manière Sully apparut le 13 février 1601 aux membres de la noblesse et (...)
  • 348 Voir ci-dessous p. 214.

284Quant aux bijoux, nous savons d’après Pierre de L’Estoile que Sully en était couvert lorsqu’il paraissait en public347. Nous en avons un bien faible aperçu avec la description des joyaux cédés par Condé à Sully en 1634348, ou bien avec l’inventaire de ceux qui se trouvaient dans l’hôtel de la rue Saint-Antoine en mai 1634 : trois enseignes d’or où étaient enchâssés plusieurs diamants, chacune d’une valeur de 2 000 livres, deux douzaines de gros boutons où étaient enchâssés trois diamants, prisés chacun 36 livres, et quatre-vingt-quinze boutons portant chacun cinq diamants, estimés chacun 9 livres.

Conclusion

285L’étude de la composition de la fortune de Sully met en lumière trois éléments essentiels : si les premières acquisitions ont porté presque exclusivement sur des terres, celles-ci ne forment pas la totalité de la fortune de Sully car les investissements ultérieurs se sont diversifiés. Le plus étonnant est l’absence de dettes dans l’évaluation des biens meubles : le duc a plus prêté qu’il n’a emprunté, et les sommes prêtées sont très importantes. Enfin, les objets précieux, bijoux, vaisselle, même si nous manquons d’inventaire pour l’évaluer, correspondent au niveau très élevé, mais sans démesure, que la dignité de duc et pair imposait ; à aucun moment nous ne voyons Sully se lancer dans des collections somptueuses de tableaux, bijoux, meubles ou objets d’arts. La seule parure qui l’intéressât fut celle des terres, qui, à chaque acquisition, venaient accroître sa longue titulature.

286Ni dettes ni dépenses somptuaires, mais des investissements diversifiés et fructueux : la fortune de Sully, en trente années, ne fut pas dilapidée. Une telle diversité de biens, un tel éparpillement géographique rendirent nécessaires au contraire une administration et une gestion rigoureuses, bien conformes à l’esprit d’« économie » du duc.

Notes

1 Œconomies royales, t. II, p. 90-94.

2 Pour plus de clarté, nous prévenons le lecteur que les données figurant dans ces tableaux sont uniquement celles avancées par Sully dans les Œconomies royales, t. II, p. 90-94

3 On trouvera un compte global de toutes les sommes reçues sous Henri IV ci-dessus p. 37 et 43 ; le décompte annuel des revenus de Sully est donné ci-dessous en annexe p. 462-463.

4 Les comptes de l’Épargne nous sont conservés pour les années 1605-1610 et mentionnent toujours clairement les sommes versées par le roi à Sully pour ses charges : 120 AP 3 fol. 101 (1605) ; 120 AP 4 fol. 59 v°, 154 V, 179 v° (1606) ; 120 AP 5 fol. 41, 85 v°, 86 (1607) ; 120 AP 6 fol. 116 (1608) ; 120 AP 7 fol. 10, 18, 79 v°, 148 v° (1609) ; 120 AP 8 fol. 62 (1610).

5 Cf. Mallevoüe, op. cit., p. XXXIII.

6 Voir ci-dessus p. 39, note 114.

7 Voir le tableau récapitulatif donné en annexe p. 462-463.

8 Voir ci-dessus p. 40.

9 On pourra se référer pour le détail annuel des revenus de Sully jusqu'en 1610 au tableau récapitulatif donné en annexe p. 462-463.

10 Sur la possession d’abbayes par Sully, voir ci-dessous p. 134-141.

11 Voir en annexe p. 465 le tableau récapitulatif des terres possédées par Sully.

12 Les dons faits par Henri IV à Sully jusqu’en 1598 s’élèvent à 71 500 livres (voir ci-dessus p. 32) et ceux de 1598 à 1610 à 119 900 livres (voir ci-dessus p. 42).

13 Pau, P. 72. 7. 1. 1. Voir pièce justificative n° 4, p. 429.

14 MC, III, 477-478.

15 Cette donation faite aux fils cadets de Sully, César et François, et aux « enfans mâles qui pourraient naître du sr et dame de Rosny », ne mentionne pas un dernier fils, Henri de Béthune, né vraisemblablement après 1605 (voir ci-dessus p. 57, note 198). À la suite du décès de César en 1607 (cf. Du Chesne, op. cit., p. 379) et de Henri, au début de l’année 1610 (ibidem, p. 480), François de Béthune resta donc seul bénéficiaire du don de François Arbaleste.

16 « Articles du mariage projeté mais non accompli de François de Béthune, comte d’Orval, et de Jeanne de Schomberg », BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 236-237.

17 « Articles du mariage projeté mais non accompli de François de Béthune, comte d’Orval, et de Jeanne de Schomberg », BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 236-237.

18 AM Reims, XIII, 161-162.

19 AN, 120 APS, fol. 161.

20 BN, nouv. Acq. fr. 25 240, fol. 243-253.

21 MC, III, 473.

22 MC, III, 504, déclaration du 23 septembre 1617.

23 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 229-235.

24 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 173-178, contrat du 29 janvier 1605.

25 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 70-75, contrat du 4 octobre 1583.

26 Selon la méthode de l’époque, la valeur d’une terre est calculée en multipliant son revenu par 20 ou 25 ; Bontin valait 2 500 livres de rente annuelle.

27 MC, III, 497, quatre rentes constituées le 23 décembre 1614.

28 MC, III, 507, six rentes constituées le 20 juin 1618.

29 La plupart des rentes furent remboursées seulement en 1654.

30 MC, III, 470, contrat du 19 juillet 1602. Cette différence de prix est peut-être due au fait que Sully a ajouté au prix d’acquisition initial celui des biens achetés ensuite en complément, mais le total serait alors légèrement plus élevé, environ 160 000 livres (voir ci-dessous p. 105).

31 MC, LXXIII, 259, contrat du 31 août 1605.

32 MC, III, 477-478, contrat du 10 juin 1605.

33 MC, III, 482, contrat du 28 juillet 1607.

34 Voir le tableau récapitulatif donné en annexe, p. 465.

35 MC, LXXXVIII, 11, contrat du 12 février 1599.

36 MC, III, 472 ter, contrat du 19 décembre 1603.

37 MC, III, 491, procuration du 1er juin 1611.

38 MC, III, 484.

39 ADC, E 630.

40 ADC, E 633.

41 MC, III, 527.

42 Cf. Philippe Des Forts, Le château de Villebon, Paris, 1914, p. 175.

43 Sully désigne sous ce terme les sommes d’argent remises en échange de ses charges, abbayes ou terres à la suite d’une convention.

44 Elle figure dans les articles réclamés par Sully.

45 Cf. B. Barbiche, Henri IV et la surintendance des bâtiments, dans Bulletin monumental, 1984, t. CXLII, p. 19-39.

46 Cette rente de 15 625 livres fut constituée le 21 février 1620 par devant le notaire Bonnet à Saint-Amand ; le duc de Rohan s’acquitta régulièrement de cette somme envers son beau-père qui en passa quittance devant son notaire Fournyer à Paris (MC, III, 519, 22 mars 1623 ; III, 522, 7 août 1624 ; III, 528, 4 septembre 1626 ; III, 547, 13 novembre 1631 ; III, 556, 29 juin 1635 ; III, 559, 1er et 14 juillet 1636).

47 MC, III, 490, quittance de remboursement du 10 janvier 1611 donnée à Etienne Puget, trésorier de l’Épargne.

48 Voir ci-dessous p. 204-215.

49 ADC, E 8, pièce 6.

50 ADL, 5 J 17, pièce 21.

51 Cf. ci-dessus p. 43, note 135.

52 Voir ci-dessous p. 134-141.

53 MC, III, 502, 6 juillet 1616 et ADL, 5 J 19, 24 août 1616.

54 Voir ci-dessous p. 157-158.

55 Voir ci-dessous p. 158-159.

56 Voir ci-dessous p. 144.

57 Voir ci-dessous p. 141.

58 Voir ci-dessous p. 143.

59 MC, LXII, 23.

60 MC, LXII, 133, 10 mars 1634.

61 Voir ci-dessous, p. 289.

62 Sully reçut par exemple du roi pour les étrennes de 1604 une boîte de diamants avec le portrait du roi, et sa femme, « une chaîne de parfum » enrichie de diamants et des bracelets (Œconomies royales, t. I, p. 524).

63 Voir ci-dessous p. 151.

65 Bien qu’en droit les rentes soient considérées comme des immeubles (parce qu’elles sont garanties par une hypothèque pesant sur une terre), il nous a paru plus clair de les traiter ici, dans le cadre de ce présent travail, comme des biens mobiliers et de les rattacher aux offices et aux aides ; nous verrons dans le chapitre suivant qu’une telle classification se justifie aisément par le fait que les rentes constituées sont en réalité, dans la fortune de Sully, une forme de prêt d’argent à des particuliers.

65 Les tractations avec Condé seront étudiées en détail plus loin p. 204-215.

66 Cf. Du Chesne, Histoire généalogique de la maison de Béthune, op. cit., Preuves, p. 314-315.

67 Cf. Claude Chastillon, Topographie françoise.

68 Cf. abbé H. Thomas, Rosny-sur-Seine où est né Sully, Paris, 1889 ; A. Anne, Sully à Rosny-sur-Seine, sa naissance, ses demeures, Bonnières-sur-Seine, 1975.

69 MC, III, 468.

70 MC, III, 467.

71 MC, III, 534.

72 ADL, 5 J 19, pièce 5, « Estat de la recette et despense faite par La Gravière pour la négociation des principalles affaires de monseigneur le duc de Sully en Poitou et à La Rochelle durant les derniers troubles... ». La Gravière indique qu’il est allé en poste de Saint-Céré, où se trouvait le duc, à Paris, puis de Paris, à Figeac et Montauban, « lorsqu’il fut envoyé pour traiter de la vente de la terre de Rosny », et réclame 500 livres pour sa dépense.

73 MC, III, 490, 2 janvier 1611, hommage de Sully au roi pour la seigneurie de Villette.

74 MC, III, 525, 30 août 1625, procuration donnée à Rachel de Cochefilet pour poursuivre Pierre Le Gravois, fermier du marquisat de Rosny.

75 MC, III, 506.

76 MC, III, 502. 5 juillet 1616, quittance donnée par le marquis de Rosny au fermier de Bontin.

77 MC, III, 467, 11 juillet 1601, procuration en blanc pour passer le bail à ferme de Bontin.

78 MC, III, 491, 2 décembre 1611, procuration donnée à Pierre Éverard pour passer le bail à ferme de Bontin.

79 MC, III, 509, 3 mars 1619, bail à ferme de Bontin fait à Louis Peuille, marchand de Joigny.

80 ADC, E 268, comptes d’Everard.

81 MC, III, 509, bail du 3 mars 1619. L’étang de Villiers contenait cinquante carpes mères de 9 à 10 pouces de long, celui de La Calvinière 1 200 petites carpes de 5 pouces de long.

82 MC, III, 502, 5 juillet 1616, quittance donnée à Nicolas Cotté, fermier de Bontin.

83 MC, III, 470, 16 avril 1601, accord avec Claude de Coussay.

84 MC, III, 470.

85 Voir ci-dessus p. 23.

86 MC, III, 472 ter.

87 MC, III, 475. 3 novembre 1604, quittance de Noël Regnouart donnée à Jacqueline de Bueil.

88 MC, III, 475, 3 novembre 1604, inventaire des titres du comté de Moret.

89 Ibidem.

90 MC, III, 473, 15 mars 1613, bail à ferme de Moret par Jacqueline de Bueil.

91 MC, III, 477-478.

92 Ibidem.

93 MC, III, 485, 19 novembre 1608, bail de Dourdan.

94 MC, III, 490, 10 janvier 1611, quittance donnée au trésorier de l’Épargne Etienne Puget.

95 Cet ensemble sera étudié précisément en deuxième partie, aussi ne donnons-nous ici que des éléments récapitulatifs.

96 MC, III, 463, 11 janvier 1600, procuration donnée à Pierre Beauxamys pour s’opposer aux criées de Baugy.

97 MC, III, 470, 28 septembre 1602, procuration pour affermer les terres de Baugy.

98 MC, III, 491, 1er juin 1611, procuration pour faire les fois et hommages du quart de Baugy.

99 ADL, 3 E 3280, aveu et dénombrement de Baugy fait par Sully à Gabriel de Chazeron, baron de Montfaucon, le 24 juillet 1623.

100 Ibidem.

101 Voir ci-dessous p. 300.

102 III, 488, 22 mai 1610, bail à ferme de Baugy à valoir à partir de la Saint-Jean 1611.

103 ADC, E 268, comptes de Pierre Éverard.

104 Voir ci-dessous p. 291-299.

105 Voir ci-dessous p. 275-277.

106 Voir la carte du domaine de Sully-sur-Loire p. 262.

107 Voir ci-dessous p. 349-363.

108 ADL, 5 J 40, bail du 19 septembre 1602 accordé à François Bouteroue.

109 MC, III, 484, bail du 18 avril 1608 accordé à François Bouteroue.

110 ADL, 5 J 40, bail du 12 novembre 1619 accordé à Gérard Frogier et Claude Darnault.

111 ADL, 5 J 40, bail du 21 octobre 1631 accordé à Michel Le Ber et Jacques Villoing.

112 MC, LXXIII, 259.

113 ADC, E 268, deux procès-verbaux de délimitation de la terre et justice de La Chapelle d’Angillon, 1528 et 1709.

114 ADC, E 268, pièce 8, comptes d’Éverard pour 1606 et 1607.

115 Ibidem.

116 ADC, E 8, dénombrement de Boisbelle, 2 mai 1707 ; 46 villages et lieux-dits, et 2 463 personnes.

117 Voir ci-dessous p. 286-288.

118 Cf. Hippolyte Boyer, Fondation de la ville d’Henrichemont, dans Mémoires de la Société historique du Cher, 2e série, 2e vol., 1873 et Histoire de la principauté souveraine de Boisbelle-Henrichemont, Paris, 1904 ; Catherine Gauchery-Grodecki, La création d’Henrichemont, bibliographie récente et nouveaux documents, dans Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, n° 41, juin 1975, p. 26-46.

119 ADC, J 1688.

120 MC, III, 490.

121 MC, III, 491. Parmi ceux qui ont financé les travaux, on note Armand-Léon de Durfort, sr de Born, lieutenant général de l’artillerie, Vincent Bouhier et René Phelypeaux, trésoriers de l’Épargne, Jean de Moisset, fermier général des gabelles de France, avec qui Sully avait traité de la vente de sel dans la principauté d’Henrichemont, Pierre Éverard, Jean Dujon, trésorier général de la cavalerie légère, Noël Regnouart, Pierre Payen, secrétaire du roi ; toutes ces personnnes apparaissent à plus d’une reprise dans les affaires de Sully.

122 AN, XI B 1110.

123 MC, III, 521.

124 MC, III, 528.

125 Ibidem.

126 ADC, E 268, comptes d’Éverard pour 1608.

127 MC, III, 554, bail du 7 juillet 1634.

128 MC, III, 502, marché avec Jean de Moisset du 21 septembre 1616.

129 MC, III, 555, quittance du 7 septembre 1634.

130 Sur les profits de la vente de sel à Henrichemont, voir ci-dessous p. 285-288.

131 Cf. C. Mallard, Histoire des deux villes de Saint-Amand, Saint-Amand, 1895.

132 Sur les travaux effectués par Sully à Montrond, voir ci-dessous p. 303-304.

133 Chantilly, série G, carton 2.

134 Cf. F. Peloille, Histoire du Châtelet-en-Berry, Bourges, 1927 ; Buhot de Kersers, op. cit., t. IV, p. 1-5.

135 MC, III, 484. L’hommage en fut rendu au roi le 26 juillet 1608 (AN, P 14, n° 80).

136 Chantilly, série G, carton 2.

137 ADC, E 630. L’hommage en fut rendu par Sully aux mains du chancelier le 7 janvier 1615 (AN, P 14, n° 82).

138 MC, III, 497.

139 ADC, E 630. Voir ci-dessous, p. 311.

140 Chantilly, série G, carton 5.

141 ADC, E 633.

142 Chantilly, série G, carton 5.

143 ADC, E 633.

144 Chantilly, série G, carton 2, bail du 23 mai 1621.

145 Jean Hillaire, agent de Sully, en fit l’hommage au début de l’année 1614 (ADL, 5 J 19, pièce 62).

146 ADC, E 687.

147 Cf. Ph. Des Forts, Le château de Villebon, Paris, 1914 ; G. Duplessis, Le château de Villebon, dans La France artistique et monumentale, t. V, 1893-1895, p. 102-104 ; R. Durand, Le château de Villebon et le grand Sully, Paris, 1911 ; P. de La Raudière, Les anciens seigneurs de Villebon et de la Gâtine (Eure-et-Loir), Chartres, 1942.

148 MC, III, 482.

149 MC, III, 529, 29 mars 1627, ratification par Sully d’une quittance du 10 janvier 1622.

150 MC, III, 502, 21 septembre 1616. Procuration de Rachel de Cochefilet pour passer compromis avec Justine de Vandorp.

151 MC, III, 484, marché du 9 juin 1608.

152 Ibidem, marché du 29 juin 1608.

153 Ibidem, marché du 30 juin 1608.

154 MC, III, 486, marché du 13 janvier 1609.

155 MC, III, 485, marché du 12 août 1608.

156 Ibidem, marché du 11 novembre 1608.

157 Ph. Des Forts, Le château de Villebon, op. cit.

158 Ph. Des Forts, op. cit., pièce justificative 96, p. 321.

159 Ibidem, pièce justificative 97, p. 322.

160 MC, III, 525.

161 MC, III, 524.

162 Ph. Des Forts, op. cit., pièce justificative 98, p. 322.

163 Ibidem, pièce justificative 99, p. 323.

164 ADL, 5 J 242.

165 E. Pelé, Courville, essais historiques, Paris, 1900, p. 40.43.

166 R. Durand, op. cit. p. 12.

167 MC, III, 522.

168 Chantilly, 116 C 12, fol. 153.

169 ADL, 5 J 557.

170 Cf. M. Thomassu, Recherches historiques sur Nogent-le-Rotrou, l’abbaye de Thiron, le château de Villebon..., Nogent-le-Rotrou, 1832.

171 Ph. Des Forts, op. cit., pièce justificative n° 100. 323.

172 MC, III, 557, transaction du 12 novembre 1635 entre Sully et les officiers de Champrond résumant toute l’affaire.

173 MC, III, 527.

174 Ph. Des Forts, op. cit.

175 Œconomie royales, t. II, p. 92. MC, III 554, inventaire rue Saint-Antoine.

176 Chantilly, 116 C 12, fol. 81 v°.

177 Chantilly, 115 C 5, fol. 91.

178 Chantilly, 116 C 5, fol. 76.

179 Chantilly, 116 C 12, fol. 70 v°.

180 MC, III, 558.

181 Ibidem.

182 Ibidem.

183 MC, III, 560.

184 MC, III, 553, compromis du 1er mars 1634.

185 MC, III, 546.

186 Ibidem.

187 Chantilly, 116 C 12, fol. 81 v°.

188 MC, III, 558.

189 MC, III, 552.

190 Ibidem.

191 ADL, 5 J 19.

192 Chantilly, 116 C 12, fol. 81 v°.

193 ADC, E 206, pièce 76, sommation faite à la requête du duc de Sully au prince de Condé de l’indemniser des poursuites faites contre lui par l’évêque de Meaux.

194 MC, III, 523.

195 MC, III, 558.

196 ADL, 3 E 16 828. Par bail du 20 juillet 1639, Rachel de Cochefilet confiait à Samuel Michau, à charge de partager les fruits à moitié, un troupeau de cent douze brebis, avec deux béliers. Celui-ci ne comptait plus que soixante-dix-huit têtes le 8 novembre 1640.

197 ADL, 5 J 368, marché du 25 juin 1640.

198 ADL, 3 E 17 525, quittance de 6 036 livres donnée par Charles Maynon à Rachel de Cochefilet.

199 AN, X1A 8643, fol. 390.

200 Pour remplacement de cette place des Tournelles, voir Mallevoüe, op. cit., p. 27. Il cite p. 24 un bail à cens et rente fait à Nicolas de L’Hôpital, fils de Louis de L’Hôpital, le 19 décembre 1624 d’un terrain qui servait de jeu de paume, situé au bout du jardin du s’ de Vitry son père, sis dans le parc des Tournelles. La place des Tournelles donnée à Sully était située entre les actuelles rues Saint-Gilles, des Tournelles, des Minimes et de Turenne.

201 MC, III, 462 bis.

202 Chantilly, 116 C 12, fol. 77 v°.

203 Œconomies royales, t. I, p. 399.

204 AN, 120 AP 7, fol. 17 v°.

205 MC, LXII, 23, contrat de vente de l’hôtel de Sully.

206 Voir la pièce justificative n° 3 donnée en annexe ci-dessous p. 421.

207 Ibidem.

208 Voir la mise au point faite par J. Houlet, L’hotel de Sully au Marais, Paris, 1964 ; et Jean-Pierre Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, 2e éd., Paris, 1965.

209 MC, III, 555.

210 Listels.

211 MC, III, 557.

212 AN, K 101, pièce 1, brevet original.

213 Œconomies royales, t. II, p. 90.

214 Ibidem, t. I, p. 192 et t. II, p. 91.

215 Ibidem.

216 Ce titre figure dans la transaction du 9 octobre 1590 sur le château de Rosny passée entre Maximilien de Béthune et ses deux frères Salomon et Philippe (BN, nouv. acq. fr., fol. 95-98).

217 Voir ci-dessus p. 39.

218 Voir ci-dessus p. 40.

219 Voir ci-dessus p. 70-71.

220 Œconomies royales, t. II, p. 92.

221 Une transcription des lettres de provision est donnée in extenso dans Mallevoüe, op. cit., p. XL.

222 Ce sont ces attributs par exemple qui devaient figurer sur le portail du château de Rosny (voir ci-dessus p. 97).

223 Mallevoüe, Les actes de Sully, p. XLIII.

224 Ibidem, p. LI.

225 MC, III, 555.

226 Mallevoüe, op. cit., p. LIII.

227 MC, III, 555.

228 Ibidem, t. I, p. 254.

229 MC, III, 462 ter.

230 Cf. Œconomies royales, 1.1, p. 523. On parle communément du gouvernement de Poitou pour Sully ; il faut en réalité distinguer les trois gouvernements de Poitou, Loudunois et Châtelleraudais, auxquels Sully renonça séparément.

231 Sully précise dans les Œconomies royales, t. II, p. 93, que le duc de Rohan lui versa en récompense du gouvernement de Poitou la somme de 200 000 livres. Les minutes du notaire Fournyer indiquent que Rohan fut en réalité chargé envers Sully d’une rente de 15 625 livres, correspondant à 250 000 livres de capital.

232 MC, III, 513.

233 Sur la date de nomination, voir ci-dessus p. 39, note 106.

234 MC, III, 462 ter.

235 Voir ci-dessus, p. 39, note 105.

236 Cf. Mallevoüe, p. XXXI.

237 La charge de grand voyer de France rapportait à elle-seule 6 000 livres par an (MC, III 519, 10 juin 1623, comptes de Pigis). Celle de voyer particulier de Paris valait 3 000 à 4 000 livres par an ; Sully touchait en fait les revenus des droits et profits de la voirie de Paris qui furent affermés 3 000 livres le 19 septembre 1608, 6 000 livres le 30 décembre 1609 et 3 700 livres le 2 décembre 1614 (Mallevoue, op. cit., p. XXXIII).

238 MC, III, 502.

239 Du Chesne, op. cit., Preuves, p. 329.

240 MC, III, 519, comptes de Charles Pigis du 10 juin 1623.

241 Cf. B. Barbiche, Henri IV et la surintendance des bâtiments, dans Bulletin monumental, t. 142, 1984, p. 19-39.

242 MC, III, 502.

243 MC, III, 512, 513, comptes de Charles Pigis pour 1621.

244 Voir ci-dessus p. 34 note 86 et page 38 note 103.

245 Voir ci-dessus p. 42.

246 MC, III, 544, comptes de Guillaume Pinette, 29 mars 1630.

247 Œconomies royales, t. I, p. 508.

248 Voir ci-dessous p. 215-225 les développements du conflit qui opposa Sully à l’un de ses abbés confidentiaires, Pierre Cottan ; Sully y justifie notamment qu’il puisse jouir de bénéfices ecclésiastiques.

249 Mémoires, op. cit., t. I, p. 86.

250 Œconomies royales, t. II, p. 93.

251 Voir ci-dessous p. 216.

252 Gallia christiana, t. XI, col. 626-631.

253 Œconomies royales, t. I, p. 146.

254 Gallia christiana, t. VIII, col. 1538.

255 ADL, 5 J 338.

256 MC, III, 491, bail du 16 juillet 1611.

257 MC, III, 497, bail du 12 décembre 1614.

258 MC, III, 498.

259 Gallia christiana, t. II, col. 1263.

260 Œconomies royales, t. I, p. 518.

261 MC, III, 481, bail à ferme du 19 janvier 1607.

262 ADL, 5 J 16, pièce 12, acte de cession par Sully à Condé de l’abbaye de Coulombs.

263 MC, III, 464, procuration du 26 avril 1600.

264 BN, nouv. acq. fr. 25 237, fol. 76-77 et MC, III, 498, bail du 17 février 1615.

265 MC, III, 516, quittance du 8 juin 1622.

266 Pour l’ensemble des transactions, voir MC, III, 481, sommation du 5 avril 1605.

267 MC, III, 481.

268 Œconomies royales, t. II, p. 93.

269 ADL, 5 J 17, pièce 20, « Mémoire des griefs et causes d’appel présentés par Sully à la Chambre de l’Édit le 9 mars 1634 ».

270 ADC, 7 H 5, bail du revenu de l’abbaye de Loroy à Jacques Dabert et Germain Margat, le 7 février 1628.

271 C’est le nom que Sully donne à James Beaton, archevêque de Glasgow en 1551, ambassadeur d’Écosse en France, décédé à Paris en avril 1603. Du Chesne, dans son Histoire généalogique de la maison de Béthune, op. cit., p. 532 et suiv., sans pouvoir la prouver, affirme la parenté de la maison de Béthune avec la maison de Balfour en Écosse, surnommée Beaton.

272 ADL, 5 J 17, pièce 20 : « Ceste abbaie ayant esté possédée par un sient parent et de son mesme nom, luy fit désirer de l’avoir, et aussi qu’elle estoit située en Poitou, dont led. sieur duc de Sully estoit gouverneur. »

273 ADL, 5 J 16, pièce 20. Sully jouit des bénéfices de Saint-Serge sous le nom de l’abbé Michel Viguier.

274 ADL, 5 J 17, pièce 20.

275 ADL, 5 J 17, pièce 21.

276 ADL, 5 J 21, pièces du procès avec Marie Lévêque (1619-1637) sur la ferme du prieuré de Moûtiers-les-Mauxfaits.

277 ADL, 5 J 19.

278 MC, LXVIII, 93, déclaration de Lesdiguières du 9 février 1610.

279 MC, III, 527, bail à ferme du 14 août 1626.

280 MC, III, 529, convention du 30 mars 1627.

281 MC, III, 492, quittance du 29 mai 1612.

282 MC, CXII, 23.

283 BN, nouv. acq. fr. 25 241, fol. 52 à 93.

284 Ibidem.

285 ADL, 2 J 638.

286 MC, CXII, 23.

287 MC, III, 556.

288 Voir pièce justificative n° 4 donnée en annexe p. 429.

289 ADL, 5 J 19-20.

290 Voir ci-dessous p. 225-231.

291 Selon la coutume de Paris, les rentes constituées sont des biens immeubles alors que les obligations sont des biens meubles. Nous les avons regroupées sous ce même chapitre afin d’opposer ce type de revenu à ceux provenant exclusivement des biens fonciers, qui constituent l’essentiel, et le meilleur, de la fortune de Sully.

292 Le contrat d’obligation de 48 000 livres contracté le 7 mars 1618 par François de Chabannes et Louis de Donon précise par exemple que la somme est à rembourser « à la volonté de Monseigneur le duc de Sully » (MC, III, 506).

293 D’après l’inventaire des meubles de la rue Saint-Antoine (MC, III, 554).

294 Ibidem.

295 D’après le « Mémoire touchant l’estat de la maison de Monseigneur le duc de Sully » [1640] (Pau, P.72.7.1.1).

296 D’après le testament de Sully du 1er février 1641 (MC, CXXXIV, 392, 10 mars 1729).

297 MC, III, 497, 19 août 1614.

298 MC, III, 509, huit contrats des 4 mai, 7 mai, 11 mai, 14 mai et 19 juin 1619.

299 MC, III, 475.

300 On remarquera que les rentes contractées pour Culan furent amorties le 22 décembre 1614 et qu’elles furent prorogées le lendemain pour servir au duc de Créquy.

301 MC, III, 497, déclaration du 23 décembre 1614.

302 MC, III, 527.

303 MC, III, 507.

304 C’était les notaires Bonnet à Saint-Amand, Pichery et Fournyer à Sully, Pégorier à Caussade, Ragneau à Bourges, Macet à La Rochelle. Plusieurs minutiers, malheureusement, n’existent plus, ou bien les actes signés par Sully ont été pillés.

305 MC, III, 488, contrat du 18 août 1610. Cette rente fut rachetée le 14 avril 1624. Guillaume Fouquet, sieur puis marquis de La Varenne (1560-1616) apparaît assez fréquemment dans les affaires de Sully. C’était un homme de confiance de Henri IV qui l’avait fait contrôleur général des postes du royaume en 1595 (cf. baron de La Bouillerie, Un ami de Henri IV, Guillaume Fouquet, marquis de La Varenne, Mamers, 1906).

306 MC, III, 488, contrat du 3 septembre 1610.

307 Ibidem.

308 MC, III, 504.

309 MC, III, 509.

310 MC, III, 536, contrat du 11 décembre 1629.

311 MC, III, 502, cautionnement du 16 août 1616.

312 MC, III, 502.

313 MC, III, 506.

314 MC, III, 558, 22 janvier 1636, quittance donnée par Sully.

315 MC, III, 528. C’est ce même hôtel que Sully acheta huit ans plus tard.

316 MC, III, 528.

317 Op. cit., t. II, p. 94.

318 MC, III, 556, 10 mars 1635.

319 Plusieurs inventaires ont été en réalité dressés à cette occasion : un inventaire proprement dit des meubles du château, réalisé le 23 octobre 1620, remis aux agents de Condé le 10 février 1621 (ADC, E 206 pièce 1), un « État au vrai des armes, munitions, outils et autres choses servant à la garde d’une place, qui ont esté trouvés dans le château de Montrond, le 9 février 1621 » (ADC, E 206, pièce 11) et une estimation des matériaux trouvés dans la cour du château (ADC, E 206, pièce 23).

320 MC, III, 554 inventaire réalisé le 8 mai (pour les cave, sommellerie, cuisine, chambres au-dessus des écuries, grande et petite écurie, cour, grande et petite salle, chambre de la duchesse, sa garde-robe et son cabinet, antichambre de la duchesse, chambre au-dessus de la gallérie et cabinet attenant, gallérie et cabinet attenant, chambre en galletas), le 10 mai (pour les chambres du sieur Buisson, du valet de chambre de Sully, chambre et galletas servant de garde-meubles, chambre du duc, cabinet et garde-robe attenants, chambre au-dessus des carosses, chambres des Suisses, des valets, du maître d’hôtel de Sully, des officiers, du sommelier, de l’apothicaire, ainsi que l’orfèvrerie et le linge) et le 11 mai 1634 (pour les papiers et titres). On trouvera de larges extraits de cet inventaire dans Mallevoüe, p. LXIII-LXVIII.

321 ADL, 5 J 374 ; un inventaire fut dressé en janvier 1642 par catégories de meubles (tapisseries, tapis, dais, lits, pavillons, couvertures de parade, couvertures de laine, lits de repos, matelas, traversins, paillasses, sièges de toutes sortes, chaises percées, meubles de bois et chenêts) et un autre le 12 avril 1642 pièce par pièce, donnant l’estimation des meubles. Ce deuxième inventaire mentionne la batterie de cuisine, les armes et les papiers du Trésor.

322 ADC, E 268, pièce 7, « Mémoire des meubles qui se sont trouvés dans le chasteau à La Chapelle, fait le 29 septembre 1632, mais qui sert aussi pour 1634 ». Cet inventaire ne donne pas l’indication des pièces où se trouvaient les meubles mais il énumère le linge, la vaisselle et la batterie de cuisine.

323 35 mètres de tour sur 4,16 mètres de haut.

324 Les travaux d’Hercule sont en réalité au nombre de douze : il étouffa le lion de Némée, il tua l’hydre de Lerne, il prit vivant le sanglier d’Erymanthe, il atteignit à la course la biche aux pieds d’airain, il tua à coups de flèches les oiseaux du lac Stymphale, il dompta le taureau de l’île de Crète, il tua Diomède, roi de Thrace, qui nourrissait ses chevaux de chair humaine, il vainquit les Amazones, il nettoya les éuries d’Augias en y faisant passer le fleuve Alphée, il combattit et tua Gérion à qui il enleva ses troupeaux, il enleva les pommes d’or du jardin des Hespérides, enfin il délivra Thésée des Enfers.

325 62,5 mètres sur 4,5 mètres.

326 Général romain du ve siècle av. J.-C, qui, condamné à l’exil malgré ses brillants services, tourna ses armes contre sa patrie.

327 Sorte de passement.

328 Chaises sans bras, destinées à la commodité des jupes « à vertugadin », c’est-à-dire munies d’un système de cerceaux destiné à leur donner de l’ampleur.

329 Tabourets à quatre pieds assez hauts.

330 Sortes de tabourets.

331 Personnage biblique. Fils et successeur de Salomon, il causa, par sa tyrannie, le schisme entre les dix tribus d’Israël.

332 Bandes d’étoffes pendantes entourant le ciel de lit.

333 Ciel de lit.

334 80 centimètres.

335 Ciel de lit.

336 3,6 mètres de haut sur 26,2 mètres de tour.

337 Franges.

338 Bandes d’étoffe descendant le long des colonnes du lit, à l’extérieur, et servant à fermer le joint entre les rideaux.

339 Sorte de velours ou de panne.

340 Fine lamelle de métal brillant et ici précieux, employée comme ornement sur un tissu.

341 Chaises à bras presque triangulaires, à haut dossier et siège élevé, faciles à déplacer pour les commodités de la conversation.

342 MC, III, 555, marché du 6 décembre 1634. Voir ci-dessus p. 127.

343 Voir ci-dessus p. 128.

344 Une description précise de ces fresques est donnée dans l’ouvrage de Philippe Des Forts, op. cit., p. 138-151.

345 ADL, 5 J 368, marché du 30 novembre 1639 avec Philippe de La Ronce, maître peintre de Chartres. Voir ci-dessous p. 297.

346 Ils figurent dans l’inventaire des meubles du château de Montrond réalisé en octobre 1620 (ADC, E 206, pièce 1).

347 Voici par exemple de quelle manière Sully apparut le 13 février 1601 aux membres de la noblesse et du Parlement, lorsqu’il prêta serment pour sa charge de grand maître de l’artillerie qui venait d’être érigée en office de la Couronne : « Led. sr de Rosni, aiant un collet parfumé tout boutonné de diamans et ung habillement de satin noir, avec une aigrette de pierreries à son chapeau, qu’on estimoit à plus de dix mil escus, s’en retourna en sa maison, accompagné, comme devant, de toute ceste brave noblesse, à laquelle il donna magnifiquement à disner » (Mémoires-journaux de Pierre de L’Estoile, éd. G. Brunet, A. Champollion, E. Halphen, Paris, 1879, t. VII, p. 265).

348 Voir ci-dessous p. 214.

Notes de fin

1 La valeur des terres est donnée par estimation d’après le prix d’achat et les travaux effectués.

2 Les greffes notés en italique sont ceux qui ont été revendus peu après leur acquisition.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Les possessions de Sully en Berry
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Les possessions de Sully dans le Perche
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Les possessions de Sully en Picardie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau des charges de Sully
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Tableau des bénéfices ecclésiastiques de Sully
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Tableau des achats et ventes des greffes du Languedoc
Légende Note 142
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre TABLEAU CHRONOLOGIQUE DES RENTES ET OBLIGATIONS (La plupart des contrats de rentes et d’obligations présentés dans ce tableau furent, pour ceux postérieurs à 1601, passés devant le notaire Fournyer à Paris)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Sommes dues à Sully en 1634293
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Sommes dues par Sully en 1634294
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau des sommes dues à Sully en 1641295
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau des sommes dues par Sully en 1641296
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau des prêts faits à La Rochelle et à l’île de Ré
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Tableau des prêts faits en Quercy
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3384/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540