Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fortune de Sully

 | 
Isabelle Aristide

Première partie. Histoire, composition et estimation de la fortune de Sully

Chapitre premier. Évolution chronologique

Isabelle Aristide

Texte intégral

1Trois grandes périodes rythment l’évolution de la fortune de Sully. La première est la plus longue : quarante années difficiles où Sully suivit le roi de Navarre au risque de perdre sa vie et ses biens et attendit longtemps des récompenses. La deuxième fut très courte mais décisive : douze années pendant lesquelles Sully constitua sa fortune, dès son arrivée aux affaires, par accumulation de charges et de dons du roi. Enfin suivirent encore trente années agitées où le souci primordial de Sully fut de justifier et de défendre ses biens avant de procéder à une nouvelle orientation de sa fortune et de se consacrer à l’embellissement de ses domaines.

A. DES DEBUTS DIFFICILES 1559-1598

2Les quarante premières années de la vie de Sully furent difficiles pour plusieurs raisons : malgré les brillantes origines de la famille de Béthune, il dut se contenter avec ses trois frères de l’unique terre paternelle, la baronnie de Rosny, et ne dut ses premiers biens qu’à l’héritage de sa femme ; il connut à la suite du roi de Navarre bien des déboires de fortune et ne put finalement racheter l’héritage familial qu’en 1598. Mais au milieu des épreuves, deux constantes dans l’attitude de Sully se dégagent : il fit preuve dans la gestion de sa fortune d’un esprit inventif pour se procurer des sources de revenus et se montra « bon mesnager » dans l’usage de ceux-ci ; enfin les difficultés rencontrées au service de Henri IV l’engagèrent à trouver juste l’octroi par le roi de récompenses.

I. ORIGINES FAMILIALES DE SULLY

1. L’héritage paternel

  • 1 Plusieurs dates ont été avancées pour la naissance de Maximilien de Béthune : 13 décembre 1559, 6 j (...)
  • 2 Du Chesne, Histoire généalogique de la maison de Béthune, Paris, 1661, Preuves p. 313-314. Contrat (...)

3Maximilien de Béthune vit probablement le jour le 13 décembre 15591, au château de Rosny. Il était le deuxième fils de François de Béthune, baron de Rosny et de Baye, et de Charlotte Dauvet. Uni en janvier 15572, à Provins, le ménage aura encore dans les années suivant la naissance de Louis (1558) et de Maximilien (1559) quatre autres fils : Jean (1560), mort en bas âge, Salomon (1561), Charles, également mort en bas âge, Philippe (1565) ; et une fille, Jacqueline (1566 ?).

  • 3 La date de la mort de Charlotte Dauvet est inconnue, mais elle est consécutive à la naissance de Ja (...)
  • 4 Du Chesne, op. cit., p. 437.
  • 5 Se reporter au tableau généalogique en annexe, p. 460-461.
  • 6 Les détails des successions de la maison de Béthune sont donnés par Du Chesne, op. cit., livre VI, (...)

4C’est à la suite de ce dernier accouchement que mourut Charlotte Dauvet3. François de Béthune se remaria ensuite avec Marguerite de Louvigny, veuve de Jean Le Clerc, dont il n’eut point d’enfant4. Sa première femme néanmoins lui avait donné quatre enfants viables. Et en ce début des guerres de religion, la situation financière de la famille n’était plus aussi brillante qu’elle avait pu l’être autrefois. Le grand-père de Maximilien, Jean de Béthune, s’était, après la mort de sa première femme, Anne de Melun, en janvier 1540, remarié avec Jeanne Dupré, avec laquelle il avait en peu de temps, de 1540 à sa mort survenue en 1557, deux ans seulement avant la naissance de Maximilien, aliéné toutes les terres patiemment réunies et entrées dans la famille par dots et successions : seigneuries de Mareuil, Baye, Le Baizil, venues de Jean II de Béthune ; seigneuries de Nouvion, Caumont, Bailleul-le-Mont, en Ponthieu et Boulonnais, échues de la succession de Michelle d’Estouteville, femme de Robert de Béthune († 1409)5. Aussi en 1557, seules restaient à François de Béthune les seigneuries de Rosny et de Villeneuve-en-Chevrie, apportées en dot par sa mère Anne de Melun, et auxquelles son père n’avait pu toucher6.

  • 7 Du Chesne, op. cit., p. 424.
  • 8 Ibidem, p. 423.
  • 9 Ibidem, p. 413.

5Or cet héritage devait être encore partagé entre les autres enfants de Jean de Béthune. Alpin mourut jeune, mais il restait encore trois sœurs : Anne de Béthune se retira religieuse en l’abbaye de Poissy7 ; Jeanne de Béthune, mariée à Gabriel de Torcy, se vit promettre dans son contrat de mariage en date du 19 décembre 1546, 400 livres de rente sur la succession de sa mère Anne de Melun8, c’est-à-dire précisément sur les seigneuries de Rosny et de Villeneuve-en-Chevrie ; enfin Marie de Béthune, épouse de Louis Raguier, sr d’Esternay et de La Motte, bien qu’ayant reçu en dot les seigneuries de Villevenard et de Joches, prétendit à la succession d’Anne de Melun, prétention en laquelle elle fut reçue par sentence des Requêtes du Palais à Paris du 5 octobre 15559.

  • 10 Du Chesne, op. cit., Preuves, p. 306.
  • 11 Ibidem, Preuves, p. 315.

6En outre la terre de Rosny avait été pendant plusieurs années mal assurée dans la possession d’Anne de Melun et de ses héritiers. En effet, en 1524, son père Hugues de Melun avait procédé au partage de ses terres et seigneuries entre ses quatre enfants10 : à Jean de Melun échut la principauté de Gand, avec les seigneuries de Caumont, Rosny, Villeneuve-en-Chevrie, Bailleul et Brimeux ; Marguerite de Melun, femme d’Antoine d’Ailly, vidame d’Amiens et sr de Picquigny, reçut une terre et une rente sur la vidamie d’Amiens ; Honorine une terre et une rente ; enfin Anne de Melun se vit assigner la prévôté de Douai avec diverses terres et seigneuries. Cependant Jean de Melun, considérant que « il estoit demourant en Flandres et soubs l’obeyssance de l’Empereur, ladite terre de Rosny assise en France luy eust esté de nul ou petit prouffit11 », échangea avec sa sœur Anne de Melun, après la mort de son père, les terres et seigneuries de Rosny et Villeneuve-en-Chevrie contre la prévôté de Douai et ses dépendances.

  • 12 Ibidem, Preuves, p. 307.

7Cette transaction fut ratifiée le 1er avril 1529 par Maximilien de Hornes, bailli des fiefs du duché de Brabant, leur oncle12. Et dans le contrat de mariage d’Anne de Melun avec Jean de Béthune, conclu le 1er juin 1529, fut à nouveau précisé que lui appartenaient les terres et seigneuries de Rosny et Villeneuve-en-Chevrie, tenues en seul fief et hommage du roi de France à cause de son comté de Mantes.

  • 13 Ibidem, Preuves, p. 309.
  • 14 Ibidem, Preuves, p. 314-315.

8Cependant, à la mort d’Anne de Melun, le 13 janvier 1540, sa mère Jeanne de Hornes intervint à nouveau pour confirmer l’échange précédemment fait13. Et lors du mariage de François de Béthune avec Charlotte Dauvet, en janvier 1557, Maximilien de Melun, vicomte de Gand, fit quelques difficultés à cause de cet échange, car sa mère Ysabeau de Waldeck réclamait son droit de douaire sur la terre de Rosny, spécifié dans son contrat de mariage avec Jean de Melun, antérieur au partage de 1524. Les parties finirent par s’accorder, définitivement cette fois, le 31 juillet 1559, en échange de 3 250 livres que François de Béthune dut verser au vicomte de Gand14. Ainsi, ce ne fut que quelques mois avant la naissance de Maximilien que la famille de Béthune fut confirmée dans la possession de la terre de Rosny, seul bien qui lui restait alors.

  • 15 Ibidem, p. 420.

9Cette terre n’était pas la dernière du bailliage de Mantes : elle conférait à son possesseur le privilège d’être le premier appelé et enregistré parmi les nobles du bailliage, lors de la publication du ban et de l’arrière-ban (sentence du bailli de Mantes du 14 juillet 154315). Néanmoins, sans être minime, son revenu était modeste : nous en avons une estimation dressée en 1569 lorsque, à la suite de la bataille de Jarnac du 13 mars 1569, François de Béthune, fait prisonnier, fut accusé d’avoir porté les armes contre le roi et ses biens saisis :

  • 16 Ibidem, Preuves, p. 316-317.

« Extrait de l’estat de la recepte faite des deniers provenus de vente des biens meubles et immeubles de ceux portans les armes contre la Majesté du Roy, suivant les articles cy-après déclarez16.

Article premier

François de Béthune, escuyer, sr de Rosny et Villeneufve-en-Cheverie, assis au baillage de Mante, qui est à présent prisonnier au chasteau de l’Isle-Adam, et fut prins lors de la défaite du prince de Condé, estoit chargé de porter les armes contre le Roy par le procès de ce fait envoyé à la Cour, comme appert par certificat de Monsieur le Procureur général, signé Bourdin, daté du VIIIe jour d’avril mil cinq cens soixante-neuf.

Audit de Béthune appartient la terre et seigneurie de Rosny et Villeneuve-en-Cheverie, assise audit baillage de Mante, tenue et mouvante du Roy à cause de son chasteau dud. Mante.

Ladite terre et seigneurie de Rosny et Villeneuve se consiste en chasteau, tour carrée environnée de vieils fossez, et entrée à pont de bois, haulte et basse-court, pressouers, granches, estables, jardins, preaulx et clos, le tout contenant dix arpens, ou environ, haulte, moyenne et basse justice sur les subjets.

Item en deux cens livres ou environ de menus cens par chacun an, avec quelques poulies et chappons.

Item douze cens arpens de bois taillis, trente arpens ou environ d’isles et prez, huit à neuf arpens de vigne, deux cens arpens ou environ de terres labourables.

Et parce que exécutans led. arrest du xvi aoust m.d.lxix ladite maison auroit esté attestée estre subjette à garnison et garde, y fut estably le xve septembre M.D.LXIX, noble homme Robert de Saint-Vibert, escuyer, aux gages de vingt livres par mois, et six soldats aux gages de dix livres tournois. »

2. Grandeur de la famille de Béthune

10Cette terre aurait pu être considérée comme un bel héritage pour un simple gentilhomme, mais Sully refusa toujours cette appellation, ainsi que le prouve une dispute qu’il eut un jour avec le duc de Nevers :

  • 17 Se reporter au tableau généalogique en annexe p. 460.
  • 18 Œconomies royales, t. I, p. 189.

« [M. de Nevers] ne vous aymoit nullement, se souvenant tousjours qu’en un procez que vous aviez eu contre luy, d’autant qu’il vouloit que vous procédassiez comme s’il eust esté un grand prince, et vous un simple gentilhomme, vous luy aviez reparty que pour l’ancienneté de vostre maison, elle n’en devoit rien à la sienne, y ayant eu des princes de la maison de Béthune, comtes de Nevers17, avant que ceux de Gonzagues eussent acquis ce tiltre-là18. »

  • 19 Robert de Melun avait uni au titre de prince d’Épinoy qui lui venait de son père Hugues de Melun, c (...)
  • 20 Se reporter au tableau généalogique en annexe p. 461.

11Sully ne fait certes pas là allusion aux origines de sa mère, Charlotte Dauvet, fille de Robert Dauvet, sr de Rieux, baron du Pin, président en la Chambre des comptes de Paris, et d’Anne Briçonnet, nièce de Guillaume Briçonnet, évêque de Meaux. Bien qu’elle appartînt à une illustre famille de robe, ce n’était pas par elle que Maximilien de Béthune pouvait s’apparenter aux familles princières. Sa grand-mère Anne de Melun, par contre, descendait plusieurs fois des premiers capétiens (Hugues Capet, Henri Ier, Robert Ier, Louis VII) ; son frère Jean de Melun était vicomte de Gand ; sa sœur Marguerite de Melun avait épousé Charles d’Ailly, sr de Picquigny et vidame d’Amiens ; enfin son oncle, Jean de Melun, était seigneur d’Épinoy. Ainsi Sully se trouvait-il être le cousin des princes d’Épinoy, qu’il prit plus tard sous sa protection19, du vidame d’Amiens, du vicomte de Gand, qui fut son parrain et lui donna son prénom, et de la marquise de Roubaix. Cependant, il pouvait aussi revendiquer ces degrés de parenté par la famille de Béthune elle-même, qui s’était plus d’une fois unie avec celle de Melun. Par les filles, la famille de Béthune était alliée à de très grandes familles : les comtes de Flandre, ducs de Bourgogne, les empereurs, les rois de Bohême et de Hongrie. Maximilien de Béthune pouvait même revendiquer un lointain cousinage avec Henri IV, par Jeanne de Coucy, femme de Jean de Locres († 1373)20.

12Ces alliances et illustres origines, souvent rappelées, ne sauraient cependant faire perdre de vue que Sully appartenait à une branche cadette de la famille de Béthune, dont la descendance fut moins princière que celle des branches aînées.

II. MARIAGES ET PARTAGES. LA SUCCESSION DE FRANÇOIS DE BETHUNE 1559-1585

  • 21 Œconomies royales, t. I, p. 34.
  • 22 Ibidem. Maximilien de Melun était mort sans enfant et sa femme Anne Rolin, dame d’Aymeries et de Ra (...)

13De sa parenté illustre, Maximilien de Béthune reçut le privilège d’être porté sur les fonts baptismaux par son oncle à la mode de Bretagne, Maximilien de Melun, cousin germain de son père. Par ce parrainage, Sully aurait pu recevoir de grands avantages : son parrain proposa, comme c’était l’usage, de prendre en charge son éducation, mais François de Béthune refusa, préférant l’élever dans la religion protestante. Maximilien vit ainsi lui échapper un important héritage, car son parrain le déshérita pour cette raison21. Est-ce ce souvenir qui le poussa à suivre en 1582 le duc d’Alençon aux Pays-Bas, sur la promesse de celui-ci de le mettre en possession des biens du vicomte de Gand22 ?

  • 23 Sur la date de la mort de François de Béthune, voir B. Barbiche, op. cit., p. 205, note 15.
  • 24 Op. cit., p. 437.

14À cette date pourtant, deux événements sont venus changer la situation familiale : François de Béthune, après avoir perdu sa première femme Charlotte Dauvet, s’était remarié avec Marguerite de Louvigny, dont il n’eut point d’enfant, et mourut à la fin de l’année 157523. La tutelle et curatelle de ses enfants mineurs fut donnée à Florestan de Béthune, sr de Congy, son cousin, et à Jean Dauvet, sr de Rieux, son beau-frère. Mais son fils aîné Louis, né en 1558, décéda accidentellement vers 1578 (« avant que d’avoir atteint l’âge de vingt ans » selon Du Chesne24), laissant ainsi Maximilien chef de famille. Il avait alors deux frères et une sœur vivants : Philippe, Salomon et Jacqueline. Pendant plusieurs années, l’héritage ne fut pas partagé, et les trois frères s’intitulèrent chacun « sr baron de Rosny, La Villeneuve-en-Chevrie, Tallu, Bannay, Mareuil et Le Baizil en partie ».

1. Le mariage de Maximilien de Béthune et d’Anne de Courtenay (1583)

  • 25 Mort avant 1578.
  • 26 Œconomies royales, t. I, p. 44.
  • 27 Ces droits sont encore rappelés en 1616 dans le traité de Loudun, article IV : « Que droict soit fa (...)

15L’aîné songea rapidement à s’établir. En 1583 il tomba « éperdument amoureux » d’Anne Luillier, fille de Nicolas Luillier, sr de Boulancourt et de Saint-Mesmin, président à la Chambre des comptes et prévôt des marchands de Paris (mort peu de temps auparavant, en 1582). Cette alliance l’eût rapproché de sa famille maternelle, car son arrière-grand-mère était une Jeanne Luillier, et les Dauvet (son grand-père et son arrière-grand-père) ont été à plusieurs reprises présidents à la Chambre des comptes. De surcroît, la fille du président de Saint-Mesmin était, paraît-il, très belle. Cependant Sully préféra une plus illustre extraction et jeta les yeux sur Anne de Courtenay, fille de François de Courtenay, sr de Bontin, de Beau-lieu en Auvergne, de La Cartinière, du Petit Franville, de Beauregard, du Martroy Saint-Denis et de Sommecaise ; sa mère était Louise de Jaucourt, fille de Jean de Jaucourt, sr de Villarnoul et de Françoise de Bar, héritière de Baugy ; Anne de Courtenay descendait en ligne directe de Louis VI le Gros ; en outre elle n’était pas dénuée de biens et le désir de s’établir et de s’élever dans la société ne furent pas étrangers à ce choix : « Néant-moins la raison pouvant plus sur vous, qui avez tousjours tenu pour maxime que celuy qui veut acquérir de la gloire et de l’honneur doit tascher à dominer ses plaisirs et ne souffrir jamais qu’ils le dominent, que tant de bonnes chères que vous receviez de cette belle fille [Mlle de Saint-Mesmin], ayant ouy parler de la beauté, vertu et haute extraction d’une fille de feu M. de Bontin25 qui avoit beaucoup de moyens, vous vous resolustes de la rechercher pour l’espouser26. » Les trois qualités qui pouvaient inciter Sully à épouser Anne de Courtenay ont été nettement dégagées par Étienne de La Fond, maître d’hôtel de Rosny : elle avait biens, beauté et naissance. Mais l’avantage le plus certain paraît être la naissance : Anne de Courtenay descendait en effet en ligne directe de Pierre, l’un des fils de Louis VI le Gros ; et lors de l’avènement du chef de la famille des Bourbon, les membres des diverses branches de la famille de Courtenay tentèrent de se faire reconnaître en qualité de princes du sang, et de faire constater leurs droits à la Couronne de France, dans le cas où la famille régnante viendrait à s’éteindre ; mais ces démarches n’eurent pas de succès27. Cette personne n’était d’ailleurs pas tout à fait étrangère à la famille de Béthune, puisque Guy de Béthune, sr de Mareuil, cousin de François de Béthune avait épousé avant 1580 la sœur d’Anne de Courtenay, Françoise de Courtenay. Toutes deux étaient les uniques héritières de François de Courtenay et de Louise de Jaucourt.

  • 28 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 70-75.

16Le contrat fut passé devant Claude Bernat et Jean Garset, notaires à Bontin, le 4 octobre 158328. Anne de Courtenay apportait au mariage 10 000 livres tournois, mais cette somme était contenue dans neuf obligations passées pour la plupart par son oncle maternel et tuteur, Jacques de Jaucourt, sr de Villarnoul, Vau et Baugy ; le total des sommes dues à Anne de Courtenay s’élevait en réalité à 10 971 écus (32 913 livres) dont 3 333 écus 1/3 seulement entrèrent dans la communauté (c’était la somme maximale autorisée par la loi pour une dot) ; le reste, c’est-à-dire 7 637 écus 1/3 ou 22 912 livres, constituait les propres d’Anne de Courtenay, et devait être employé en achat d’héritages ou en constitutions de rentes. Ces sommes provenaient en effet de la succession de Louise de Jaucourt (toutes les obligations, au 4 octobre 1583, couraient depuis trois ou cinq ans).

17Comme les partages n’avaient pas été faits, le douaire d’Anne de Courtenay ne fut pas précisé : ce devait être « la maison et principal manoir du futur telle qu’elle se trouvera lorsque douaire aura lieu », alors que ordinairement le douaire est nommé, quitte à lui donner une autre assiette si le château est ultérieurement aliéné.

  • 29 Beaulieu faisait partie en réalité de l’héritage de Françoise car à sa mort il fut réclamé par Maxi (...)

18Le contrat de mariage d’Anne de Courtenay ne spécifiait pas qu’elle apportait à son mari les terres de Bontin et Beaulieu avec leurs dépendances. Mais Guy de Béthune, beau-frère d’Anne de Courtenay, se disait à la date du mariage « seigneur de Bontin en partie ». D’autre part, dans un acte du 5 juillet 1585, Maximilien de Béthune cita ainsi ses terres de Champagne : « la moitié de Bontin, Sommecaise, Saint-Denis, Beauregard ». Il faut donc supposer que l’héritage était resté indivis entre les deux sœurs et qu’il a ensuite été procédé à un partage, à une date pour nous inconnue (mais sans doute après la mort d’Anne de Courtenay, en 1589, car c’est en 1590 que Sully s’intitula seigneur de Bontin, Beaulieu, etc. sans ajouter « en partie ») : Anne eut Bontin, et Françoise les autres terres29. Car la seigneurie de Bontin fut le véritable « cadeau de mariage » d’Anne de Courtenay. C’était un bien propre, mais Sully l’administra et jouit de son revenu ; son fils en hérita : dès 1583 Sully augmenta donc son patrimoine familial, suivant ainsi l’exemple de ses prédécesseurs qui « ont tousjours essayé de s’allier à des maisons anciennes et riches, et, par ce moyen, ont souvent remis en la leur d’assez belles terres et seigneuries ».

2. Le mariage de Jacqueline de Béthune (1584)

  • 30 Du Chesne, op. cit., p. 439.

19L’année suivante, le 24 octobre 1584, Jacqueline de Béthune, sœur cadette de Maximilien, épousa à Falaise Hélie de Gontaut, sr de Badefou et de Saint-Genêt. À la suite de quoi, Gontaut traita avec ses beaux-frères Maximilien, Salomon et Philippe sur le partage des biens de Rosny. Par traité du 6 février 158530, Jacqueline de Badefou reçut pour sa part les terres de Tallu et Bannay, en Brie, bailliage de Château-Thierry, avec 1 000 écus, en renonçant à tout droit sur le reste des terres de Rosny et Villeneuve-en-Chevrie. Les quatre frères suivaient ainsi la coutume jusque-là observée dans la famille de Béthune : les filles recevaient, pour leur part d’héritage, une terre secondaire, qui n’amputait pas le bien patrimonial, et une somme d’argent. Pour les autres fils, l’aîné recevait ordinairement la terre qui donnait le nom à la branche de la famille ; mais il ne restait plus ici que Rosny et Villeneuve-en-Chevrie qui étaient unis en un seul fief. Les trois frères gardèrent donc les terres indivises et se partagèrent les revenus.

3. Le mariage de Maximilien de Béthune et de Rachel de Cochefilet (1592)

20Cependant, dans ces années agitées, la situation familiale évolua vite, et avec elle, la situation financière des Béthune, tributaire des mariages, partages et successions. En juin 1589, Anne de Courtenay mourut à Mantes, laissant un fils âgé d’un an, aussi prénommé Maximilien, et qui hérita de la baronnie de Bontin ; on l’appela dans ses premières années le baron de Bontin. Son père se remaria trois ans plus tard, le 18 mai 1592, avec une jeune veuve, Rachel de Cochefilet. Cette fois, il ne s’agissait plus de s’allier avec une maison d’extraction royale : Rachel de Cochefilet était la fille de Jacques de Cochefilet, sr de Vaucelas, et de Marie Arbaleste, fille du sr de La Borde, et elle était veuve de François Hurault, sr de Châteaupers, maître des Requêtes de l’Hôtel, toutes très illustres familles bien enracinées en Île-de-France, mais de noblesse de robe seulement.

  • 31 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 99-104.

21Rachel de Cochefilet avait deux enfants de son premier lit : Philippe et Marie Hurault. Par son contrat de mariage passé devant Thibault, notaire royal à Mantes31, Rachel de Cochefilet apporta ses propres et 10 000 livres qui devaient entrer dans la communauté, mais au contraire d’Anne de Courtenay, elle renonça au douaire coutumier, qui, selon la coutume de Paris, devait représenter la moitié des biens meubles du mari au moment du mariage et la moitié de ceux acquis en ligne directe ; cette clause a peut-être été motivée par l’absence d’inventaire après décès réalisé après la mort d’Anne de Courtenay, bien que celui-ci fût requis par la coutume de Paris pour la dissolution de la communauté. Le douaire était fixé à 1 000 livres de rente annuelle, avec la jouissance de la première des maisons que le mari acquerrait. Le don mutuel au dernier survivant était précisé. Ce deuxième contrat de mariage entra donc davantage dans les détails que le précédent qui ne réglait que l’apport de la femme et stipulait la communauté ; c’est que, de part et d’autre, les époux avaient déjà des enfants, et devaient donc régler les conditions de succession pour éviter les conflits avec les enfants qui pourraient naître.

4. L’héritage indivis : relations entre les trois frères

22Peu après, le 22 avril 1595, c’est le frère puîné de Maximilien de Béthune, Salomon, qui contracta mariage. Il épousa Marguerite Clausse, fille de Henri Clausse, sr de Fleury, grand maître des Eaux et Forêts de France. Mais cette union fut de courte durée : le 19 septembre 1597, Salomon de Béthune décéda à Beauvais, des suites d’une blessure reçue au siège d’Amiens. Il ne laissait qu’une fille, qui mourut en bas âge.

  • 32 Œconomies royales, t. l, p. 60. Sully avance la date de 1587, mais il s’agit en réalité de 1588 car (...)

23Ce décès subit modifia totalement les conditions de la succession de François de Béthune, laquelle n’avait pas encore été partagée. En 1597, Sully était dans une situation plus favorable. Alors qu’il s’était donné au roi de Navarre dès 1572 et l’avait ainsi suivi dans toutes ses guerres et expéditions, ses deux frères Salomon et Philippe avaient rallié le parti de Henri III contre les huguenots et ceux de la Ligue, sans que cette situation eût pu nuire, semble-t-il, aux relations entre les frères. Sully fut plusieurs fois, grâce à ses relations familiales, envoyé auprès de Henri III. Mais à partir de juillet 1585, lorsque Henri III s’allia avec la Ligue, jusqu’en avril 1589, lorsqu’il se réconcilia avec Henri de Navarre, Sully combattit dans l’armée adverse de celle de ses frères. Cette situation ne les empêcha pas de se rendre, selon les Mémoires, de mutuels services, comme de se fournir des passeports : en 1588, Maximilien en donna à l’un de ses frères, pour sortir de La Haye en Touraine, tandis que lui-même en obtint un pour aller voir sa femme à Paris32.

  • 33 C’est ce qui ressort d’une transaction passée en 1590 entre Maximilien et ses deux frères et dont l (...)

24Il est curieux de noter qu’à aucun moment dans ses Mémoires, Sully ne fait allusion à ses frères lorsqu’il séjourne au château de Rosny, ou lorsqu’on le voit gérer ses terres ; il est vrai que la situation agitée créée par les guerres de religion, et les partis différents pris par les uns et les autres, n’ont guère dû favoriser les rencontres communes. Néanmoins Sully semble gérer ses terres comme s’il était l’unique propriétaire de Rosny. Or, il semble bien que vers 1582, Maximilien de Béthune, aîné des trois frères, ait acquis les deux tiers du château de Rosny leur appartenant, contre 10 000 livres33 : les revenus de la seigneurie continuaient à se partager en trois, mais Maximilien avait seul droit d’habitation au château.

  • 34 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 93-94.
  • 35 Voir ci-dessous p. 24-25.

25Deux documents cependant peuvent nous renseigner sur les relations financières existant entre les trois frères : dans une procuration du 26 novembre 1586 et dans une contre-lettre du 9 octobre 1590 sur une promesse du 5 juillet 1585, passées par Salomon et Philippe34, il est dit que Maximilien de Béthune reconnaît leur devoir, dans un cas 600 écus et 2 800 livres (soit au total 4 600 livres), dans l’autre 16 000 livres. Il peut s’agir d’un prêt d’argent : mais il est plus vraisemblable que Sully promette de payer des sommes sur leur héritage commun, particulièrement sur les sommes dues par le compte de tutelle35.

  • 36 Cf. Catalogue de la Librairie de l’Abbaye n° 287, autogr. n° 363.

26Malgré les bonnes relations qui ont pu exister entre les trois frères, cependant, d’après un mémoire autographe de Sully36, le choix politique qu’il fit de servir le roi de Navarre amena bien des difficultés dans ses affaires. En premier lieu, ainsi qu’il en était arrivé pour son père, ses biens personnels furent vendus pour avoir porté les armes contre le roi :

« Plus est à noter que me voiant proscrit de corps et de biens, à cause que je suivois le roy de Navarre, voire m’en vantois, mes frères n’osèrent entreprendre me sçauver mes biens particuliers ; tellement que, suivant la rigueur des édits, tous mes meubles furent inventoriés, vendus à l’ancan et tint son compte au roy des fruits de mes immeubles... »

27Peut-être est-ce pour raison de guerre, pour éviter les confiscations que le fief de Rosny resta ainsi indivis : on ne pouvait saisir que la part de chacun, c’est-à-dire sa part de revenu.

  • 37 Œconomies royales, t. I, p. 58.

28On trouve une autre mention, fugitive, de cette vente dans les Mémoires de Sully : en 1586, Rosny envoya l’un de ses secrétaires à Paris pour réclamer le reste du prix d’une vente de bois de haute futaie, mais il ne put tirer du marchand que 10 000 livres au lieu des 24 000 livres prévues, « ne les osant contraindre pour le surplus, de peur qu’ils ne fissent saisir vostre argent par le roy comme tous vos autres biens37. »

29Les calamités naturelles s’ajoutèrent aux lois de la guerre et du royaume ; en 1586 encore, la peste se déclara au château de Rosny :

  • 38 Voir ci-dessus p. 19, note 36.

« La peste vint si funeste au chasteau de Rosny que ma femme fut contrainte de le quitter de nuit, sans emporter autre chose que ce qu’elle avoit sur elle et perdist tout ce qui lui restoit de meubles, mais surtout ces meilleurs papiers de sa chambre, que les esventeurs de peste jettèrent au feu38. »

  • 39 Œconomies royales, t. I, p. 58.

30Les Œconomies royales donnent un récit encore plus circonstancié de cette catastrophe qui ajouta aux malheurs de la guerre : Anne de Courtenay trouva refuge au château de Huest. Pendant ce temps, on « purifiait » le château de Rosny : « Voyant que toute apparence de danger de peste estoit hors du chasteau de Rosny, où l’on avoit osté les meubles des lieux ausquels il y avoit eu de la peste, et bien évanté et flambé les logemens, vous y remenastes madame vostre femme39. »

  • 40 Cf. ci-dessus p. 18, note 32.

31En 1588, Anne de Courtenay fut contrainte d’aller accoucher à Paris pour « faire baptiser son enfant plus secrètement », au risque d’ailleurs de sa vie et de celle de son mari, venu la voir et baptiser son fils Maximilien40.

  • 41 Ibidem, t. I, p. 70. La présence de Salomon au château de Rosny peut paraître contradictoire avec l (...)
  • 42 Voir pièce justificative n° 1, p. 413.
  • 43 On note pourtant d’après les Œconomies royales, t. I, p. 102, que Maximilien de Béthune séjourna as (...)

32Mais il semble que les deux frères de Maximilien aient alors profité des circonstances politiques pour spolier leur frère aîné. Ils ne s’opposèrent pas à la vente de ses biens meubles ; en 1589, averti de la maladie de sa femme Anne de Courtenay, Maximilien obtint du roi un congé ; l’accueil au château de Rosny fut plutôt glacial : « M. vostre frère, estant dans le chasteau et sçachant vostre venue, s’y rendit le plus fort et vous fit hausser le pont-levis, disant estre obligé de parole à ceux de la Ligue de ne vous y laisser pas entrer41. » Aucun des deux frères ne faisait partie de la Ligue, mais celle-ci était alors toute-puissante dans la région. La coopération des premières années avait fait place à la rivalité. En outre, le partage exécuté après la mort de Salomon en 1597, entre Maximilien et Philippe, mentionne expressément et annule une donation mutuelle faite précédemment entre Salomon et Philippe, excluant leur frère de leur propre succession, alors qu’aucun des deux n’avait alors d’héritier. Le 9 octobre 159042, Maximilien, Salomon et Philippe s’étaient accordés sur leurs parts respectives au château de Rosny, d’une manière préjudiciable à l’aîné : celui-ci, qui avait acquis vers 1582 pour 10 000 livres les deux tiers du château de Rosny appartenant à ses frères, leur revendit cette fois leur part et la sienne, pour 19 200 livres, avec toutes les acquisitions qu’il avait faites dans l’enclos de Rosny, et « les frais et déclarations qu’il y a fait faire depuis huit ans ». Cette vente ne comprenait pas les droits seigneuriaux : colombier, banalités, droit de justice, de guet et de garde des fossés, rachats, censives, aubaines, confiscations et tenures féodales. En outre Maximilien gardait « la maison de Turpin » avec les terres attenantes. Il aurait « sa demeurance et retraite » au château, qui appartenait à Philippe et Salomon, un an durant à partir du jour de la vente, mais il pourrait « faire bastir et édiffier chasteau et lieu seigneurial en tel lieu de la terre et seigneurye dud. Rosny que bon luy semblera ». Le nouveau château de Rosny était ainsi prévu dès la fin de l’année 1590 ; ou plutôt, c’était alors une simple clause de garantie, car l’argent manquait pour faire construire un nouveau château, et depuis la mort d’Anne de Courtenay, Maximilien de Béthune pouvait demeurer au château de Bontin43. II faut voir dans cette transaction du 9 octobre 1590 à la fois un effet des difficultés financières qui accablèrent Sully, et de la pression de ses deux frères qui comptaient profiter des circonstances pour accaparer l’héritage ; car l’avènement d’Henri IV favorisa davantage dans un premier temps la situation de Salomon et Philippe, qui s’étaient ralliés à lui, que celle de Maximilien qui lui était fidèle depuis 1578 : Philippe reçut une compagnie de cent chevau-légers, et Salomon le gouvernement de Mantes, pourtant convoité par Maximilien.

  • 44 Voir A. Chamberland, La tournée de Sully et de Rybault dans les généralités en 1596, dans Le cinqua (...)

33Mais la situation se retourna rapidement et le règlement de la succession de Salomon, mort en septembre 1597, marqua le dernier acte des tractations qui amenèrent finalement Sully à être l’unique possesseur de la baronnie de Rosny. La position de l’aîné, grâce aux succès de Henri IV, à sa fidélité et à son crédit croissant auprès du roi, s’était nettement confortée : après avoir souffert pendant plusieurs années de voir lui échapper des récompenses attribuées aux ralliés, Sully reçut après l’abjuration de Henri IV en 1593, des marques croissantes de l’estime que le roi lui portait. Il fut chargé de négocier le ralliement de Villars-Brancas, gouverneur de Rouen, puis celui du duc de Guise ; en juillet 1596, il entra au Conseil des finances ; grâce à son ingéniosité, son efficacité et son habitude de rendre et faire rendre clairement les comptes au roi, Sully grandit dans la faveur de Henri IV : c’est lui qui en 1596 ramena une somme énorme des généralités d’Orléans et de Tours44, c’est lui qui permit de soutenir le siège d’Amiens en fournissant et en livrant régulièrement au roi les sommes destinées à payer les armées. Aussi, après la mort de Salomon, Sully était-il en bonne situation pour se poser en chef de famille et revendiquer l’héritage paternel.

5. Le rachat de Rosny

  • 45 Voir pièce justificative n° 2, p. 416.

34Ce fut donc le 10 juillet 159845, c’est-à-dire vingt-trois ans après la mort de François de Béthune, que les parts furent définitivement faites. Cette transaction passée à Paris entre Philippe et Maximilien, d’abord sous seing privé, puis le 12 février 1599, sous le sceau des notaires du Châtelet, régla en premier lieu la succession de Salomon :

  • La donation mutuelle faite entre Salomon et Philippe n’aurait aucun effet. En conséquence, les biens immobiliers du défunt seraient partagés par moitié entre Maximilien et Philippe : il s’agissait des droits provenant de la succession de « leurs père, mère et frère », 7 000 écus dus par divers particuliers (dont 3 000 écus dus par Henri Clausse, sr de Fleury, beau-père de Salomon, et sa femme, « pour quelques deniers touchés du bien de leur fille ») et 10 000 écus d’un don fait par le roi. Tout le reste, c’est-à-dire les biens meubles (dettes personnelles, promesses, obligations et autres) revenait à Philippe de Béthune ;

  • Maximilien de Béthune donnait, pour acquitter les dettes qui pourraient lui être imputées en tant qu’héritier de son frère, la somme de 5 000 écus ; il s’agissait en réalité du droit que les femmes pouvaient prétendre jusqu’à la mort de Salomon : arrérages du douaire de Marguerite de Louvigny, seconde femme de François de Béthune ; supplément éventuel de partage pour Jacqueline de Badefou, leur sœur. Mais toutes les dettes provenant de la succession de leurs père, mère et de Louis de Béthune, leur frère, se paieraient de moitié, ainsi que les droits des femmes qui pouvaient être prétendus après le décès de Salomon : douaire de Marguerite de Louvigny à partir de la Saint-Jean 1598, remploi et extinction du douaire de Marguerite Clausse, veuve de Salomon de Béthune.

35La deuxième partie de l’accord concernait la baronnie de Rosny :

  • Philippe vendait tout ce qui lui appartenait au château et enclos de Rosny (où, depuis 1590, Maximilien n’avait plus aucun droit), ainsi que sa moitié des seigneuries, justices, fiefs, vassaux, cens, rentes etc. de la baronnie et seigneurie de Rosny et La Villeneuve-en-Chevrie. La vente comprenait en outre les droits restant à Salomon et Philippe de la reddition du compte de tutelle par Florestan de Béthune, sr de Congy, décédé depuis : à savoir 1 290 écus dont Philippe et Salomon prétendaient que Maximilien était garant ; Philippe en avait les trois quarts, et Maximilien un quart par la succession de Salomon en vertu de la clause exprimée ci-dessus. L’ensemble de cette vente représentait 59 300 écus ;

  • Le total des sommes dues par Maximilien s’élevait donc à 64 600 écus, en comptant les frais de funérailles évalués à 300 écus. Il était prévu que cette somme devait être payée par la cession de plusieurs biens appartenant à Maximilien de Béthune : en premier lieu sa seigneurie de Moret en Gâtinais, acquise par adjudication le 23 novembre 1594, pour 18 000 écus, avec les acquisitions et accroissements postérieurs, dont le montant s’élevait à 8 850 écus, et la terre de Montmachon (4 050 écus), soit au total 25 000 écus pour le prix de Moret. Le reste (47 300 écus) était constitué du principal et des arrérages de rentes dues à Maximilien de Béthune dont la plupart étaient des créances familiales : 14 000 écus par Lucrèce de Coste, veuve de Florestan de Béthune, 2 400 écus dus par Salomon à Maximilien, 3 500 écus dus par Maximilien à Salomon. Enfin Maximilien de Béthune verserait encore 17 300 écus comptant : 4 000 écus dans la quinzaine et le reste en deux ans.

36Cette transaction, qui ne devait entrer en vigueur que le 1er janvier 1599, fut encore complétée, le 25 janvier 1599, par le règlement du douaire de Marguerite Clausse : après les comptes, Philippe et Maximilien lui payaient chacun pour son douaire et préciput la somme de 6 335 écus ; Maximilien payait comptant pour sa part.

37Cet accord du 10 juillet 1598 éclaircit bien des points de la succession de François de Béthune. Son fils aîné, Maximilien, n’a réussi qu’après vingt-trois années à réunir tout l’héritage paternel, et après avoir dû craindre que celui-ci ne lui échappe. Il apparaît aussi clairement qu’il n’a pas déshérité ses frères et que le partage s’est fait en bonne et due forme. Certains points néanmoins posent problème : dans ses Mémoires, Sully avoue avoir payé 210 000 livres, pour rachat de sa moitié de Rosny. Stricto sensu, d’après l’accord ci-dessus, ce rachat ne s’élevait qu’à 58 332 écus, soit 175 000 livres environ. Mais le contrat n’eût sans doute pas été possible s’il n’avait été accompagné de toutes les autres clauses, dont la principale était le règlement de la succession de Salomon, et la renonciation au don mutuel. Le prix du rachat de Rosny, c’est donc le montant total de la transaction que l’on peut calculer ainsi :

38Autre point obscur : le paiement de cette somme impliquait la cession de la seigneurie de Moret. Or cette terre continua à faire partie des biens de Sully, qui en 1604 la revendit pour 85 104 livres au financier Zamet. L’inventaire des titres délivré à cette occasion donne un autre éclairage au problème. Tous les contrats d’acquisitions et de travaux faits à Moret par Sully, ont été passés entre 1594 et janvier 1598, puis à nouveau à partir d’octobre 1601. Il faut donc là encore supposer une autre transaction, qui ne nous a pas été conservée : Maximilien aurait réellement payé à Philippe le prix du rachat de Rosny, dont Moret aurait fourni la garantie hypothécaire.

39Troisième conclusion qu’il faut tirer de ce contrat : Sully a profité des premières faveurs royales pour acquérir la totalité de l’héritage paternel, quitte à céder d’autres terres plus récemment acquises. Nous étudierons plus loin le montant de ces libéralités royales, mais il est certain qu’il n’a pas attendu d’être au faîte de sa puissance pour asseoir sa fortune terrienne. Le rachat de Rosny est peut-être un symbole : car ce faisant, Sully ne cherchait pas à accroître son revenu (aussitôt dépensé en bâtiments), mais à augmenter et relever la renommée et la puissance de sa famille, grâce à son patrimoine immobilier. Cette façon d’agir caractéristique explique aisément la conduite ultérieure de Sully vis-à-vis de sa fortune : l’acquisition de grands biens l’amena très logiquement à l’accession à la dignité de duc et pair. Enfin, il faut encore remarquer que tout l’argent disponible était immédiatement immobilisé en terres et bâtiments : d’autres solutions étaient peut-être préférables, et davantage profitables, en cette époque où la paix s’installait, prometteuse d’une nouvelle prospérité.

40Mais avant d’étudier la formidable croissance de la fortune de Sully, après cette période difficile où ses biens dépendaient étroitement des mariages et partages de succession, il nous faut revenir sur deux autres aspects de sa fortune à cette époque : la réputation acquise d’être un bon « mesnager », gérant de près ses revenus et les gains et récompenses qu’il a pu tirer de la guerre et des premières faveurs royales.

III. LE « BON MESNAGER »

1. Revenus et sources de profits

41Si nous connaissons assez bien les difficiles et subtiles tractations de partage, nous sommes beaucoup moins bien renseignés sur les revenus et ressources de Sully, durant cette période. Malgré ses déboires de fortune (biens et revenus confisqués, meubles vendus), les difficultés de la guerre, les campagnes d’un bout à l’autre de la France, Sully s’est toujours néanmoins attaché à donner de lui, dans ses Mémoires, l’image d’un bon « mesnager », qui savait régir et administrer ses biens et ses dépenses et trouver éventuellement des expédients autres que l’endettement.

  • 46 Catalogue de la Librairie de l’Abbaye n° 287, autogr. n° 363.

42Après la mort de François de Béthune en 1575, ses enfants avaient été placés sous la tutelle et curatelle de Jean Dauvet, sr de Rieux, et de Flores-tan de Béthune, sr de Congy, leurs grand-père maternel et grand-oncle paternel. Ceux-ci avaient la charge d’administrer les biens des enfants de François de Béthune, durant leur minorité, à charge d’en rendre compte à leur sortie de tutelle. Ce compte ne nous a pas été conservé : la transaction du 10 juillet 1598 citée ci-dessus, entre Maximilien et Philippe de Béthune, mentionne « le reliquat en quoi se trouvera redevable le feu sr de Rieux par fin du compte de tutelle » ; par ailleurs par « la reddition des comptes du feu sr de Congy », une somme de 1 290 écus restait due à Philippe et Salomon de Béthune, dont leur frère Maximilien était garant. Il semble donc qu’il y ait eu quelque difficulté à obtenir l’éclaircissement des comptes de tutelle. Sully paraît d’ailleurs sceptique sur la manière dont celle-ci avait été exercée : « mes frères et moy eusmes des tuteurs qui vendirent touts nos meubles, envolèrent mes deux jeunes frères en Ital-lie46. » La vente de ces meubles paraît avoir été motivée par le rachat des dettes de François de Béthune : en 1598 le douaire de sa deuxième femme n’était toujours pas liquidé.

43À partir de 1578, Sully suivit constamment le roi de Navarre, sauf pendant un intervalle de trois ans, de 1581 à 1583, où il se mit au service du duc d’Anjou, appelé aux Pays-Bas. Durant ces années-là, il semble qu’il ne fit qu’un seul séjour à Rosny, peu avant de partir pour les Pays-Bas. Encore n’était-il pas question alors de s’occuper du revenu de ses terres, mais de réunir des vassaux pour le suivre et acheter des chevaux ; il fut amené néanmoins à vérifier des comptes, car le duc d’Anjou lui avait promis de lui faire un présent, s’il trouvait quelque chose à lui demander dans ses terres :

  • 47 Œconomies royales, t. I, p. 37.

« Par le moyen de deux marchands qui estoient, ce nous semble, de Meulan et de Mante, nommez Le Clerc et Chasteau-Poissy, vous descouvrites qu’il y avoit dans les duchez et comtez d’Evreux, Dreux, Montfort, Passy, Mante, Meulan et autres terres et seigneuries, que ce prince avoit es environs de Rosny, plusieurs restes et sur mesures de ventes de bois et de vieux restats de comptes à recouvrer : lesquels luy ayant demandé lorsqu’il vint à Mante, ces marchands en composèrent avec vous, à quarante mille livres, à payer moitié comptant et moitié dans un an : ce qui vous vint tellement à propos, que dans quinze jours vostre trouppe fut toute sur pied47. »

44Ce fut le premier exemple que nous avons, où Sully réussit à augmenter ses ressources en retrouvant des arriérés de comptes, qui, faute d’être réclamés, n’auraient jamais été acquittés. Cette méthode-là sera employée ensuite plus d’une fois dans la gestion des finances royales, jointe à une méfiance extrême de la comptabilité des receveurs.

45Tant qu’il fut à la guerre, Sully vécut d’abord de sa solde d’enseigne d’un régiment, puis du butin qu’il put faire, tout en entretenant les gentilshommes et serviteurs de sa suite. Dès 1576 cependant, il nota les résultats de son esprit d’épargne et de prévision :

  • 48 Ibidem, t. I, p. 23.

« Peu de temps après, vous quittastes l’enseigne colonnelle de M. de Laverdin et la baillastes au jeune de Béthune vostre cousin ; pource qu’ayant receu une bonne somme d’argent de vostre revenu, que vous aviez espargné durant trois ou quatre ans que vous n’y aviez point touché, et aviez vescu d’inventions et de vos soldes et profits faits à la guerre, vous vous rangeastes tout à fait à la suitte du roy de Navarre avec un fort gentil équipage, auquel ne manquant jamais rien non plus que vous d’argent, tant vous estiez prévoyant et bon mesnager48. »

46Ce fut à partir de 1584, une fois passé l’âge de la majorité, et sorti de tutelle, et après son mariage avec Anne de Courtenay, que Sully s’intéressa de plus en plus à ses affaires. Il examina lui-même les comptes des recettes et dépenses, et pour augmenter ses revenus fît procéder à des coupes de bois (la seigneurie de Rosny, rappelons-le, comprenait 1 200 arpents de bois contre 200 arpents de terre labourable et 30 arpents de prés), et se mit à l’élevage de chevaux (les « courtauds »). Il donne un portrait flatteur de de cette industrie :

  • 49 Ibidem, t. I, p. 45.

« L’amour et la gentillesse de laquelle Anne de Courtenay vous retint toute l’année 1584 en vostre nouveau mesnage où vous commençastes à tesmoigner, comme vous aviez desja bien fait auparavant en toute vostre vie, en la conduite de vostre maison, une œconomie, un ordre et un mesnage merveilleux, prenant la peine de voir et sçavoir tout ce qui concernoit la recepte et despence de vostre bien, escrivant tout par le menu, sans vous en remettre ny fier en vos gens, chascun s’estonnant comment, sans bienfaicts de vostre maistre, ny sans vous endéter, vous pouviez avoir tant de gentilshommes à vostre suitte, et si honnestes gens qu’estoient les srs de Choisy-Morelly, Boisbrueil-Mallosnay, Tilly, La Fond et Maignan, et faire une si honorable despence ; mais ils ne sçavoient pas de quelle industrie vous usiez, ny les grands profits que vous faisiez sur quantité de beaux courteaux que vous acheptiez à bon marché, envoyant jusqu’en Allemagne pour cet effet, et puis les revendiez si cher en Gascogne, qu’ils vous payoient grande partie de vostre despence49. »

  • 50 Ibidem, t. I, p. 47.

47Dans cette affaire, Sully a su profiter de la forte demande en chevaux dans le Sud-Ouest de la France, occasionnée par les campagnes qui s’y déroulaient et par l’importance des pertes de montures chez les gentilshommes. Il semble avoir eu en outre quelque « flair », ou du moins beaucoup de chance, pour déceler les bons chevaux : il rapporte qu’en 1585, il acheta au marché aux chevaux « un roussin rouan fleur de pescher quarante escus, qui ne sembloit propre qu’à porter la malle, lequel se fit si excellent cheval, que depuis vous le vendistes six cens escus à M. le vidasme de Chartres50. » De même, il acheta à M. de La Roche-Guyon un cheval d’Espagne pour 600 écus et le revendit 1 200 à M. de Nemours.

  • 51 Ibidem, t. I, p. 45.
  • 52 Ibidem, t. I, p. 46.
  • 53 Ibidem, t. I, p. 57.

48Sully se flatte ainsi d’avoir tiré l’essentiel de ses revenus de l’élevage de chevaux, mais il fit également procéder à d’intensives coupes de bois, semble-t-il, au vu des sommes qu’il en retira : en 1584, à nouveau appelé par Henri IV, il fit mettre en vente, pour se procurer de l’argent, une coupe de bois de haute futaie qui lui rapporta 48 000 livres51. Et quand en 1585, Henri IV lui aurait demandé de lui fournir la moitié de son bien, Sully aurait répliqué : « J’ay encore pour cent mille livres de bois à vendre, que j’employeray à cela52. », et de fait, l’année suivante, il prêta 6 000 livres au roi pour acheter des munitions. En 1586, les marchands de bois lui devaient encore 24 000 livres, mais il ne put en tirer que 10 000 livres53.

49À partir de 1584 également, Sully, d’abord en partie, puis en tout, de la baronnie de Bontin, bien apporté par Anne de Courtenay ; il en tira essentiellement des revenus en blé. Là encore, il profita de la forte demande des villes en blé, soucieuses de se constituer des stocks en cas de disette, de siège ou de difficultés d’approvisionnement ou d’acheminement dues aux guerres :

  • 54 Trève du 31 juillet 1593 entre Henri IV et la Ligue.
  • 55 Œconomies royales, t. I, p. 122.

« Vous fistes venir madame vostre femme Rachel de Cochefilet, et vous en allastes à Bontin, où vous trouvastes quantité de bleds à vendre, desquels le débit estoit fort bon, à cause de la liberté que donnoit ceste trève de commercer dans les grandes villes54, lesquelles, instruites par les nécessitez et disettes passées, taschèrent à se munir de sorte qu’elles n’y retombassent plus55. »

50Spéculations sur les chevaux et les blés, coupes de bois intensives : ces industries lucratives et pourtant aléatoires dissimulent la faiblesse du revenu réel de Sully, forcé de recourir à des expédients. Ceux-ci semblent avoir couvert l’essentiel de ses besoins. Il ne procéda pas à une réforme de l’exploitation de ses terres : il s’ingénia à trouver des moyens efficaces pour se procurer beaucoup d’argent à court terme. La coupe des bois de haute futaie, si elle est excessive, ruine en effet le revenu que l’on peut en tirer dans un avenir proche (les bois doivent avoir au moins quarante ans) ; la vente des chevaux, même si elle devient un commerce organisé, se fait au coup par coup dans les transactions les plus lucratives, et de même que la vente des blés, elle est très liée aux conditions de la guerre. Les profits réalisés par Sully étaient donc aléatoires, voués à une disparition rapide, c’était une fuite en avant qui ne résolvait pas le problème essentiel du revenu annuel, de la « rente », sur laquelle Maximilien de Béthune aurait pu compter, et qui seul pouvait assurer un fonds de terre : ce qui explique l’achat de Moret dès 1594.

  • 56 Ibidem, t. I, p. 58.

51C’étaient ces revenus pourtant qui permettaient d’entretenir une suite de gentilshommes : en 1584, c’étaient les srs de Choisy-Morelly, Boisbrueil-Mallosnay, Tilly, La Fond et Maignan. La Fond était maître d’hôtel de Rosny, et fut ensuite celui du marquis de Villars-Brancas, gouverneur de Rouen. En 1584, Sully avait autour de lui une quinzaine de gentilshommes ; en 1595, lors d’un séjour à Rosny, il cavalait dans la campagne entouré d’une cinquantaine de gentilshommes du pays. En 1591, sa suite se composait de Boisbrueil, Tilly, Maignan, Camorde, Beaugrand, du Peyard et de Fourges ; certains avaient fait toutes les campagnes avec lui. Sully avait en outre en permanence auprès de lui quatre secrétaires, qu’il employait déjà à plusieurs de ses affaires personnelles, et plusieurs domestiques. En 1586, lorsqu’il alla voir sa femme au château de Rosny touché par la peste, il remarqua qu’elle n’avait « pour tout train qu’une demoiselle, une chambrière, un cocher et un laquais56 », car étaient morts une demoiselle, une chambrière, un page, un laquais et un cuisinier. Rosny avait emmené avec lui pour tout domestique un page et un laquais seulement, outre un gentilhomme, et son secrétaire, ce qui fixe la domesticité de Mme de Rosny, en ce temps de difficultés financières à deux demoiselles, deux chambrières, un page, deux laquais et un cuisinier.

2. Séjours de Sully sur ses terres

52À partir de l’avènement de Henri IV, des guerres de reconquête qui suivirent, des sièges de villes, puis avec l’abjuration de Henri IV et la reconstruction du royaume dans laquelle Sully prit une place de plus en plus importante, il ne lui resta plus guère de temps pour s’occuper de ses biens. Il ne put séjourner qu’à de rares moments dans ses terres : en 1584, au retour de l’expédition aux Pays-Bas avec le duc d’Anjou, et en attendant que le roi de Navarre le rappelle, Sully séjourna un an à Rosny avec sa jeune épouse, Anne de Courtenay, et mit de l’ordre dans ses affaires. En 1586, après la prise de Fontenay en Vendée, il demanda un congé au roi de Navarre pour aller retrouver sa femme à Rosny, où sévissait la peste. Il y resta un mois entier à se livrer à ses occupations favorites, dont plusieurs annoncent les grands projets et les grandes réalisations ultérieures :

  • 57 Ibidem, t. I, p. 57.

« Vous passiez le temps à tracer des plans des maisons et cartes des pays, à faire des extraits de livres, à labourer, planter et greffer en un jardin qu’il y avoit céans, à faire la pipée dans le parc, à tirer de l’harquebuse à quantité d’oyseaux, lièvres et lapins qu’il y avoit en iceluy, à cueillir vos salades, les herbes de vos potagers et des champignons, columelles et diablettes que vous accomodiez vous-mesme, mettant d’ordinaire la main à la cuisine, faute de cuisiniers, à jouer aux cartes, aux dames, aux eschets et aux quilles, et à caresser madame vostre femme qui estoit très belle, et avoit un des plus gentils esprits qu’il estoit possible d’avoir57. »

53En 1592, après le siège de Rouen, Sully épousa à Mantes Rachel de Cochefilet, puis, parce que le roi avait refusé de lui donner un gouvernement et une charge de lieutenant de roi, il se retira plusieurs mois à Rosny :

  • 58 Ibidem, t. I, p. 102.

« Vous passiez vostre temps et adoucissiez vos playes et vos despits à jardiner, arboriser, mesnager, faire des extraicts des meilleurs livres et vous faire lire ce que nous avions fait de ces presens Mémoires58. »

  • 59 Ibidem, t. I, p. 122.
  • 60 Ibidem, t. I, p. 149.
  • 61 Ibidem, t. I, p. 194.
  • 62 Ibidem, t. I, p. 283.

54En 1593, Maximilien de Béthune s’en alla à Bontin avec sa femme et procéda à la vente des blés, mais il fut rappelé par Henri IV avant que d’avoir pu l’achever59. En 1594, durant le siège de Laon, Sully trouva si peu le temps de s’occuper de ses affaires personnelles qu’il dut envoyer l’un de ses secrétaires chercher de l’argent à Rosny et à Moret nouvellement acquis60. En 1595, à nouveau sous le coup de la colère d’avoir été exclu des délibérations par les membres du Conseil des finances, il se retira à Moret où se trouvait sa femme et y fit un séjour de trois mois « qui fut le plus grand séjour que nous croyons que vous ayez jamais fait en aucune de vos maisons, et le plus long que nous ayons veu se passer, depuis que je vins à vostre service jusqu’alors, sans faire voyage ou estre employé en quelque affaire de paix ou de guerre61 ». Ensuite, après 1595, Sully n’eut plus l’occasion de faire de longs séjours sur ses terres : en juin 1598, il ne fit que passer à Rosny où Rachel de Cochefilet était alors occupée à faire construire de nouveaux bâtiments62.

55Malgré ses fréquentes absences, Sully a pu assurer la gestion de ses biens grâce à sa femme, Rachel de Cochefilet, à qui dès 1593, il confia le soin d’achever la vente des blés de Bontin. Cependant, ces déplacements nombreux ne nuisaient pas à la fortune de Sully, car à la guerre et au service du roi, il put faire quelques gains et obtenir quelques récompenses.

IV. AVENTURES ET FORTUNE

1. Les gains faits à la guerre

56La guerre fournit à Sully quelques occasions d’augmenter sa fortune.

  • 63 Ibidem, t. I, p. 22.

57En 1576, lors de la prise de Villefranche-de-Périgord, il gagna plusieurs milliers d’écus d’or, qu’un vieillard lui donna en échange de sa vie63.

  • 64 Ibidem, t. I, p. 30.

58En 1580, au cours du pillage de la ville de Cahors, Rosny tomba sur un « trésor » : une boîte en fer contenant 4 000 écus d’or64.

  • 65 Ibidem, t. I, p. 60.

59En 1587, le comte de Soissons s’empara du bagage du duc de Mercœur : Rosny reçut 2 000 écus en argent, chevaux, meubles et vaisselle pour sa part de butin65.

  • 66 Ibidem, t. I, p. 74.

60En 1589, les troupes pillèrent les environs Paris lors du siège de la ville et parvinrent même à y pénétrer ; Maximilien de Béthune reçut alors 2 000 ou 3 000 écus66.

  • 67 Ibidem, t. I, p. 87.

61En 1591, le pillage de Louviers fut particulièrement fructueux pour Rosny, car ses gentilshommes, « les srs de Boisbrueil, Tilly, Maignan, Camorde, Beaugrand qui estoit de Louviers et en sçavoit tous les aistres, du Peyard, La Trape que vous aviez seulement menez avec vous, en ramassèrent quantité [de toiles et cuirs], que vous partageastes, et en eustes quelque mille escus pour vostre part67 ».

  • 68 Ibidem, t. I, p. 88.

62Peu de temps après, il intercepta un bateau faisant le ravitaillement de Rouen à Paris, malgré les défenses, et transportant 7 000 écus d’or68.

  • 69 Ibidem, t. II, p. 94.

63Ces prises étaient de bonne guerre ; elles représentaient sûrement peu en comparaison de toutes les petites rapines qui ne sont pas citées ; Sully n’a rapporté que les gains les plus fameux, effectués dans des conditions anecdotiques ; il évalue leur montant, dans ses Mémoires, pour l’ensemble de ses campagnes jusqu’en 1610, à 330 000 livres, « tant en rançons de prisonniers tombez entre voz mains, es combats et batailles, surprises nocturnes de villes, sièges et prises de places, dont le seul voyage de Savoye en canons, armes, outils et munitions gagnées sur les ennemis, vous valurent plus de deux cens mil livres69 ». On ne recense dans ces Mémoires qu’un total de 20 000 écus, soit 60 000 livres, de 1576 à 1591 ; le chiffre officieux peut être facilement arrondi : en quinze ans de guerre, ce n’est pas excessif.

  • 70 Ibidem, t. I, p. 147. Ce brevet fut expédié le 28 juillet 1594.
  • 71 Ibidem, t. I, p. 148.
  • 72 Vers 1630, Richelieu, gouverneur de Bretagne, recevait tous les deux ans un « don » des États de 10 (...)

64Mais si Sully ne refusa pas et n’interdit pas le pillage tel qu’il se pratiquait dans les campagnes, et même parfois se faisait une joie de jouer un mauvais tour à l’ennemi, il se faisait également une règle de ne rien recevoir qui ne lui fût donné par le roi. Une anecdote, largement rapportée par Sully lui-même et ses chroniqueurs, est significative à cet égard : en 1594, la ville de Rouen, après s’être rendue à Henri IV, fit présent à Maximilien de Béthune, qui avait négocié le ralliement de Villars-Brancas, d’un buffet de vaisselle d’argent doré, d’une valeur de 3 000 écus. Maximilien apporta un matin dans la chambre du roi « deux grandes manes où estoient le susdit buffet de vaisselle d’argent doré ; les pièces duquel le roi ayant veües et demandé ce que c’estoit, vous luy respondites que ceux de Rouen vous ayant fait ce présent de vaisselle d’argent, et vous faict dessein de ne prendre jamais rien pour affaires que vous manierez, sinon par les liberalitez de vostre maistre, vous le luy aviez fait apporter pour en disposer selon son bon plaisir ; à quoy il vous respondit qu’il seroit bien riche, si tous ceux qui s’estoient entremis de ses affaires avoient faict le semblable, mais qu’il vous donnoit led. buffet de bon cœur, vous en feroit dépescher un brevet pour apprendre à tous autres comme ils en devroient user70. » Qui plus est, le lendemain, le roi fit porter à Rosny la somme de 3 000 écus d’or71. Durant toute sa carrière, ce fut ainsi une constante de l’attitude de Sully de ne rien accepter qui ne vînt du roi, quitte à se montrer un peu âpre pour réclamer des récompenses ; cela eut pour conséquence la publication de ces dons, par brevet et ensuite par enregistrement à la Chambre des comptes. La pratique des pots-de-vin, fort courante, et même admise72, n’est citée en ce qui concerne Sully que dans ce seul cas : non qu’il n’en eût lui aussi profité, mais il usa toujours d’une grande « clarté » dans ses comptes, qui n’en est pas toujours une pour nous. Nous verrons plus loin qu’il s’est efforcé de présenter un compte au clair de son administration et des sommes reçues, mais ce souci a fort bien pu l’amener à faire disparaître les traces d’autres rentrées d’argent.

65À la même époque, Rosny désapprouvait l’attitude de son frère, gouverneur de Mantes, qui, alors que le roi avait interdit le transport de vivres entre Paris et Rouen, délivrait des passeports, contre finance sans aucun doute. Ce fut une autre constante chez Sully de refuser les transactions frauduleuses, nous aurons l’occasion d’y revenir, pour lui, mais aussi pour ses proches, ses agents, ses receveurs et ses comptables.

2. Les premières récompenses de Henri IV

  • 73 Œconomies royales, t. I, p. 271. Sully ne parle à ce moment-là que d’un don de 3 000 écus (9 000 li (...)

66Jusqu’en 1598, les récompenses que Sully pouvaient espérer à la suite de l’avènement de Henri IV, furent bien tardives à son goût, lui qui souligne plus d’une fois dans ses Mémoires avoir mis sa vie en péril au service de son maître, hasardé sa fortune et offert même au roi la moitié de son bien, en prévision de récompenses : « Mais vous m’en donnerez un jour davantage lorsque vous serez bien riche. » C’est cette déception qui apparaît lorsqu’en 1598, Maximilien de Béthune qui venait de recevoir du roi 10 000 écus en récompense de sa probité (il avait refusé un don des États de Bretagne de 6 000 écus alors qu’il venait d’en obtenir 800 000 pour les finances royales) fit cette remarque : « Et fut le premier présent notable que le roy vous eut encore fait depuis vingt-six ans qu’il y avoit que vous le serviez, tous les précédents bienfaits n’ayant jamais passé deux mil escus, réservé les quatre mil qu’il vous donna alors que vous luy apportastes tant d’argent à Rouen73. »

Tableaux des dons en argent faits par Henri IV à Sully jusqu’en 1598

Tableaux des dons en argent faits par Henri IV à Sully jusqu’en 1598

67Faut-il suivre l’opinion de Sully et considérer comme lui que les récompenses furent bien tardives ? Il est assez facile d’en dresser un tableau chronologique en suivant les indications données par ses Mémoires.

68À partir du moment où le jeune Rosny, âgé de vingt ans, fut « donné » au roi de Navarre, en 1572, il partagea ses heurs et malheurs de fortune, et plutôt semble-t-il ses malheurs, car en vingt ans, les récompenses que lui octroya le roi de Navarre furent peu nombreuses :

    • 74 Œconomies royales, t. II, p. 90 et AN, Κ 101, pièce 1, brevet original. Rosny est également cité da (...)

    le 1er janvier 1580, il le nomma chambellan et conseiller d’État de Navarre, aux gages de 2 000 livres74 ;

    • 75 Œconomies royales, t. I, p. 71.

    en 1589, il lui proposa le gouvernement de Meulan, qu’il refusa, craignant de ne pouvoir lever assez de gens pour soutenir un siège75.

  • 76 Ibidem, t. II, p. 90.

69L’avènement de Henri IV, après la mort de Henri III au siège de Paris, amena d’abord bien des désillusions chez Maximilien de Béthune : ses deux frères Philippe et Salomon, qui jusque-là avaient suivi Henri III et s’étaient ralliés au nouveau roi, en obtinrent immédiatement des récompenses. Salomon fut fait gentilhomme ordinaire de la Chambre et conseiller d’État et reçut le gouvernement de Mantes ; Philippe obtint une compagnie de cent chevau-légers. Maximilien reçut, en octobre 1590 seulement, une charge de conseiller d’État de France, aux gages de 2 000 livres, avec une pension de 3 600 livres76.

  • 77 Cf. ci-dessus p. 29.

70Il dut ensuite encore ronger son frein pendant plusieurs années : en 1592, Henri IV lui refusa une charge de lieutenant de roi, assortie d’un gouvernement. De colère, Maximilien retourna dans ses terres77.

  • 78 Œconomies royales, t. I, p. 171.
  • 79 AN, X1A 8643, fol. 390 v° : lettres patentes données à Senlis en mars 1594, portant don au sr de Ro (...)
  • 80 AN, 120 AP 12, fol. 100, 126.

71En 1594 cependant, Henri IV, apprenant la mort du cardinal de Bourbon (survenue le 30 juillet), promit de faire verser 10 000 livres de pension annuelle à Maximilien de Béthune par celui qui serait pourvu de l’abbaye de Saint-Ouen78. La même année encore, outre le don de vaisselle de vermeil et de 3 000 écus d’or, Henri IV lui offrit la place des Tournelles, vers la Couture Sainte-Catherine à Paris79 ; on trouve également mention, dans les Comptes de l’Épargne, d’un don de 4 000 livres fait en 1594 à Sully. En 1594 cependant, Philippe de Béthune reçut aussi 2 000 livres80.

  • 81 Œconomies royales, t. 1, p. 230. L’édition Michaud et Poujoulat donne 6 000 écus, mais le manuscrit (...)
  • 82 Œconomies royales, t. I, p. 267.

72L’année 1594 fut le premier tournant dans la fortune de Sully, avant la charnière capitale de 1598 que nous avons retenue comme son point de départ véritable. Disons que 1598 consolida sa situation et confirma les attentes des années précédentes, alors que 1594 lui ouvrit la voie de nouvelles espérances, esquissa et annonça un brillant avenir, une heureuse fortune, mais qu’un hasard soudain pouvait encore venir faire trembler et vaciller. Car si jusque-là Sully n’avait encore reçu aucun grand office, aucune charge d’importance, son crédit ne cessa à partir de 1594 d’augmenter, ce qui se traduisit de manière éclatante aux yeux de tous : il reçut des dons du roi, et on songea à lui confier les plus hautes charges. En 1595, il fut membre du Conseil de direction des Affaires et Finances. En 1596, au retour de son voyage dans les généralités, il reçut du roi une récompense de 4 000 écus et sa pension mensuelle fut portée de 1 000 francs à 500 écus, c’est-à-dire à 1 500 livres81. Quand Saint-Luc mourut en 1597 au siège d’Amiens, Henri IV pensa d’abord à Rosny pour lui donner la charge de grand maître de l’artillerie, mais la réserva finalement, sur les demandes de sa maîtresse Gabrielle, à M. d’Estrées, son père. La même année vit le décès de Salomon de Béthune au siège d’Amiens : Philippe demanda le gouvernement de Mantes, mais Henri IV le donna cette fois à Maximilien, ne laissant à Philippe que la charge de bailli de Mantes et Meulan. D’autres récompenses semblaient encore promises à Maximilien, si l’on en croit cette lettre de Henri IV de novembre 1597 : « L’abbé duquel m’escrivez n’est mort et n’a esté malade ; s’il en fut advenu autrement, je vous avois destiné l’une des abbayes. Je réserveray la volonté que j’ay de vous gratifier en une autre occasion82. »

  • 83 Voir ci-dessus p. 21-23.
  • 84 Œconomies royales, t. I, p. 283.
  • 85 Ibidem, t. I, p. 312.

73Mais ce fut l’année 1598 qui joua véritablement le rôle d’accélérateur dans l’évolution de la fortune privée de Sully : celui-ci racheta Rosny, reçut cette année-là du roi le don le plus important qui lui ait été jusque-là attribué, et commença à revêtir parmi les charges les plus importantes du royaume, dont la première en date fut celle de surintendant des finances. Nous avons vu que le 10 juillet il racheta à son frère Philippe sa part de la seigneurie de Rosny83 ; sans attendre l’entrée en vigueur de ce contrat, il fit commencer immédiatement les travaux du château, ainsi qu’il lui était permis par la convention d’octobre 1590. Si l’on en croit les Mémoires, lorsqu’en juin 1598 il rentra de Bretagne à Paris en passant par Rosny, il trouva sa femme « bien embesognée à commencer vostre bastiment, ayant failly d’estre accablée, elle et tous vos enfans sous les ruynes de quelques vieux bastimens qu’elle faisoit desmolir84 ». À Pâques 1599, Maximilien de Béthune vint à Rosny faire la Cène, accompagné de la princesse d’Orange et d’autres personnes, à qui il montra « les desseins de vos bastimens qui s’avançoient fort, par le moyen des dix mil escus que le roy vous avoit donnez au voyage de Bretagne85 ».

74C’est cette somme de 10 000 écus que Sully qualifie de « plus grosse récompense jamais reçue du roi depuis vingt-six ans que vous le serviez » ; immédiatement il l’investit dans ses terres. Etait-il alors si sûr de son crédit pour se lancer si rapidement dans de coûteux travaux, ou bien faut-il voir là encore une manifestation de son esprit soucieux de relever, à tous les sens du terme, la maison de ses pères ? Nous constaterons plus loin à quel point cette politique sera suivie pour tous les dons qu’il recevra du roi.

  • 86 Sur l’absence de lettres de nomination, voir David Buisseret et Bernard Barbiche, Sully et la surin (...)

75Ce fut également dans le deuxième semestre de 1598, sans qu’on puisse fixer une date précise (car il n’y a pas eu de lettres de nomination86), que Sully prit le titre de « surintendant des finances », avant de recevoir en 1599 plusieurs hautes charges.

B. LES FRUITS DU POUVOIR 1598-1610

76L’amitié et l’estime du roi amenèrent Maximilien de Béthune à participer de façon croissante au pouvoir. À partir de 1598, ses charges se multiplient, entraînant une très grande augmentation des sommes reçues du roi. Suivant une politique délibérée, il profita de sa situation privilégiée pour se constituer une fortune terrienne et pour se placer à un niveau de la hiérarchie sociale très élevé, en accédant à la dignité de duc et pair et en mariant brillamment ses enfants.

I. POUVOIR ET FORTUNE : LES ETAPES

77De 1598 à 1610 pouvoirs et fortune furent intimement liés. La période durant laquelle se constitua la fortune de Sully est bien définie : le point de départ en est 1598. C’est cette année-là que Sully reçut le plus grand don jamais alors reçu du roi ; c’est aussi à cette date qu’il devint seul baron de Rosny en rachetant sa part d’héritage à son frère ; cette époque marque également le point de départ de l’accession à de nouvelles, nombreuses et hautes charges.

78Quant au terme de la période d’acquisitions de la fortune du duc, c’est celui de la mort de Henri IV, le 14 mai 1610. Encore faut-il nuancer quelque peu ce terme, car Sully n’a pas été évincé immédiatement du pouvoir. Il a continué à jouir, malgré les difficultés, de ses charges et fonctions et à toucher ses gages, pensions, émoluments, durant toute l’année 1610. Aussi le point ultime devrait-il être le 27 janvier 1611, date à laquelle Sully a résigné ses charges de surintendant des finances et de capitaine de la Bastille ; néanmoins, il est préférable de s’en tenir à la date du 14 mai 1610, car le reste de l’année n’est qu’une période de maintien et de conservation, contrairement aux douze années précédentes où la progression était constante.

79L’évolution de la fortune de Sully entre 1598 et 1610 peut être étudiée sous plusieurs aspects : l’augmentation des sommes d’argent reçues du roi, liée à l’accumulation des charges et des dons ; l’utilisation de ces sommes ; enfin les conséquences sociales de la fortune de Maximilien de Béthune, l’accession à la dignité de duc et pair ainsi que les alliances prestigieuses conclues à l’occasion des mariages de ses enfants.

1. Chronologie des charges de Sully

  • 87 Voir ci-dessus p. 32, note 74.
  • 88 Œconomies royales, t. II, p. 90.

80Avant d’énumérer les charges possédées par Sully à partir de 1598, un bref rappel de celles qu’il eut auparavant et des revenus qu’il en tira s’impose. Le 1er janvier 1580, il reçut la charge de conseiller de Navarre et de chambellan ordinaire de la maison de Navarre87, dont les appointements, 2 000 livres par an, « estoient quasi les plus hauts qu’il [Henri de Navarre] donnast point alors88 ».

  • 89 Comme pour toutes les autres abbayes qu’il reçut du roi, Sully nomma à la tête de Saint-Taurin un p (...)

81Cette même année, Rosny reçut une gratification bien plus substantielle de Henri III, dans la suite duquel se trouvaient ses deux frères, Salomon et Philippe : le roi lui donna les revenus de l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux, qui s’élevaient à environ 15 000 livres par an89.

  • 90 On peut en effet en douter car en 1618 encore, Sully passa procuration pour « faire payer les denie (...)

82À compter de 1580, Maximilien de Béthune reçut donc 20 000 livres par an, si ces sommes furent effectivement versées90.

  • 91 Cf. ci-dessus, p. 33, note 76.
  • 92 Cette compagnie de cinquante hommes d’armes, ainsi que le titre de « conseiller et chambellan du ro (...)

83En octobre 1590, Rosny reçut la charge de conseiller d’État de France, avec 2 000 livres de gages et 3 600 livres de pension annuelle91. Il faut croire que cette charge lui fut donnée en remplacement de celle de conseiller de Navarre, puisqu’à partir de cette époque, il porta seulement le titre de « conseiller et chambellan du Roy ». C’est vraisemblablement cette année-là aussi qu’il reçut une compagnie de cinquante hommes d’armes92.

  • 93 Maximilien de Béthune se démit lui-même de l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux lors de la reddition d (...)
  • 94 Œconomies royales, t. I, p. 171. Le cardinal de Bourbon est décédé le 30 juillet 1590.

84Il recevait donc, après 1590, 5 600 livres d’appointements, en plus des 15 000 livres provenant de son bénéfice sur l’abbaye de Saint-Taurin, qu’il conserva jusqu’en 159493. Cette même année 1594, Henri IV lui accorda 10 000 livres de pension sur les revenus des bénéfices du cardinal de Bourbon, qui devait être versée par celui qui y était nommé94.

  • 95 Ibidem t. I, p. 192 et t. II, p. 91.
  • 96 Ibidem, t. I, p. 226. Sur l’existence des lettres de provision, voir l’édition des (Economies royal (...)
  • 97 Œconomies royales, t. L p. 254. Sur l’existence des lettres de nomination voir l’édition B. Barbich (...)
  • 98 Voir ci-dessous p. 38, note 103.

85En mai 1595, il fut nommé membre du Conseil de direction des affaires et finances, avec 3 600 livres d’appointements95. En juillet 1596, il entra au Conseil des finances96. En septembre 1597, à la mort de Salomon de Béthune, son frère Maximilien réclama et obtint le gouvernement de Mantes, ce qui lui apporta encore 6 000 livres de gages supplémentaires97. Enfin, en 1598, il devint surintendant des finances98.

86Au total, Maximilien de Béthune a reçu du roi de 1580 à 1598 compris pour ses gages, appointements et pensions :

Tableau des revenus de Sully en gages et pensions jusqu’en 1598

Tableau des revenus de Sully en gages et pensions jusqu’en 1598
  • 1 La pension de 3 600 livres pour la charge de conseiller d’État n’est pas citée dans les comptes de (...)

Note11

  • 99 La pension du cardinal de Bourbon pour 1595 et 1596 fut payée seulement en 1605 (AN, 120 AP 3, fol. (...)
  • 100 On trouvera cependant en annexe p. 462-464 un tableau récapitulatif des revenus de Sully jusqu’en 1 (...)

87En dix-neuf ans, de 1580 à 1598, les sommes versées par le roi à Maximilien de Béthune se montèrent donc à 328 000 livres (106 600 livres seulement si on exclut Saint-Taurin dont le revenu est douteux). Il faut encore y ajouter les dons exceptionnels, qui s’élevèrent à 71 500 livres environ à partir de 1594. Mais jusqu’à l’accession de Sully à la charge suprême des finances, ses gages et pensions furent, comme à beaucoup d’autres, irrégulièrement payés99, aussi est-il extrêmement difficile d’en dresser un revenu annuel100.

  • 101 Œconomies royales, t. II, p. 88.
  • 102 Voir ci-dessus p. 21-23.

88Le seul revenu sûr de Sully était donc son fonds de terre, c’est pourquoi il affirme dans ses Mémoires que lorsque Henri IV l’établit à la charge des finances, il ne jouissait pour tout bien de lui et de sa femme que de 15 000 à 16 000 livres de rente101. Ce revenu n’était pas celui de la seule baronnie de Rosny, que Maximilien de Béthune racheta à son frère le 10 juillet 1598102, car ce contrat n’entra en vigueur que le 1er janvier 1599. Il s’agissait donc seulement de la moitié de Rosny possédée en 1598 valant 8 000 livres. Quant à Bontin, elle valait 2 000 livres de rente environ et Moret, 2 800 livres environ, sans compter les ventes de bois. Mais Bontin était un propre d’Anne de Courtenay, et par conséquent de son fils Maximilien, tandis que Moret était une terre aliénée du domaine royal, susceptible d’être rachetée à tout moment. Le seul bien propre et patrimonial de Maximilien de Béthune était donc la baronnie de Rosny.

89Toutefois, le revenu annuel de Sully en 1598 dépassait déjà largement les 15 000 livres : il faut l’évaluer à 36 000 livres environ, en comptant ses charges et la « pension du cardinal de Bourbon ».

  • 103 Cette fourchette chronologique peut être établie très précisément grâce à l’acte de rachat du châte (...)
  • 104 Œconomies royales, t. II, p. 96. Ces chiffres sont confirmés par les comptes de l’Épargne.

90Dès la fin de l’année 1598, les responsabilités prises par Rosny dans le département des finances lui rapportèrent autant de revenu annuel que ses terres. Entre le 10 juillet 1598 et le 1er janvier 1599103, il prit le titre de surintendant des finances, aux gages de 10 800 livres par an, ajoutés à ceux de conseiller des finances, se montant à 3 600 livres ; le total était donc de 14 400 livres par an pour les charges des finances104.

91Après 1598, la fortune de Sully connut une accélération constante sous l’effet de deux facteurs : l’accumulation des charges sur sa personne, dont les gages et états furent ponctuellement payés par quartier, et l’ampleur des libéralités royales lui permirent de se constituer en quelques années un beau patrimoine foncier.

  • 105 F. de Mallevoüe, Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1610 par devant me Simon Fournye (...)
  • 106 Cette nomination eut lieu entre la mort du précédent titulaire, le sr d’Incarville (le 16 juillet 1 (...)
  • 107 Cf. édition B. Barbiche et D. Buisseret, op. cit., t. II, p. 383, note 3. Les lettres de provision (...)
  • 108 Les comptes de l’Épargne donnent seulement 10 000 livres, mais Sully indique que « pour toutes sort (...)
  • 109 B. Barbiche, Sully, op. cit., p. 224.
  • 110 Ces sommes sont vérifiées dans les comptes de l’Épargne qui nous sont conservés pour 1605-1610 (BN, (...)

92C’est ainsi qu’il doubla ses revenus en 1599. En mai, Henri IV créa pour lui la charge de grand voyer de France, avec 6 000 livres de gages105. En juillet, il devint surintendant des fortifications, avec aussi 6 000 livres de gages106. Le 13 novembre, il reçut les lettres de nomination de grand maître et capitaine général de l’artillerie de France107, qui lui valurent 24 000 livres par an108. Enfin, le 1er janvier 1600, sa compagnie d’hommes d’armes passa de cinquante à cent hommes109, avec des gages de capitaine fixés à 4 000 livres. À cette date, Sully recevait par an 66 000 livres de gages et émoluments110.

  • 111 Les Œconomies royales, t. 1, p. 322 indiquent que Maximilien de Béthune succéda en 1599 à Nicolas d (...)
  • 112 F. de Mallevoüe, op. cit., p. XXXI. Par baux des 19 septembre 1608 et 30 décembre 1609, les revenus (...)
  • 113 Œconomies royales, t. I, p. 523.
  • 114 BN, ms. fr. 4559, fol. 97 v° (gages pour 1608).

93Une deuxième étape fut franchie au cours des années 1602 et 1603 : Sully fut nommé, le 26 janvier 1602, capitaine de la Bastille, à 2 200 livres de gages ; puis, le 12 novembre 1602, surintendant des bâtiments de France111, à 6 000 livres de gages ; voyer particulier de Paris, à 3 000 puis 6 000 livres, le 24 mars 1603112 ; et enfin gouverneur de Poitou le 16 décembre 1603, à 6 000 livres113 et gouverneur de Jargeau à la fin de l’année 1603, à 1 200 livres114. Ses revenus furent ainsi augmentés de 18 400 livres par an.

  • 115 Œconomies royales, t. II, p. 149.
  • 116 Ibidem, t. II, p. 96. Les 5 000 livres s’ajoutaient aux 4 000 livres de la charge de capitaine de 1 (...)
  • 117 AN, 120 AP 7, fol. 148 v°.

94En 1604, Sully reçut du roi 84 400 livres provenant uniquement des gages et émoluments des charges qu’il exerçait. Avant la fin du règne de Henri IV, il se vit encore attribuer quelques charges honorifiques : le 3 juin 1606, il fut nommé capitaine lieutenant de la compagnie de la Reine, à laquelle il incorpora ses cent hommes d’armes, ce qui en monta le nombre à deux cents, chiffre exceptionnel115. Cette promotion lui valut 5 000 livres supplémentaires116. Enfin, à partir de 1608, Sully reçut 1 200 livres par an en tant que capitaine héréditaire des canaux de France ou capitaine des canaux et rivières de la Loire et de la Seine et de la Vesle et du Clain117.

2. Revenus annuels provenant des charges, dons, pensions et bénéfices ecclésiastiques

  • 118 Œconomies royales, t. II, p. 91. La critique en est donnée ci-dessous p. 79.
  • 119 Pour le détail des revenus annuels, se reporter au tableau récapitulatif donné en annexe p. 462-464

95Dans ses Mémoires, Sully calcule que ses charges lui procuraient un revenu annuel de 97 200 livres118. Nous avons calculé qu’elles rapportaient les sommes suivantes119 :

  • En 1600-1601 62 400 livres

  • En 1602 64 600 livres

  • En 1603 73 600 livres

  • En 1604-1605 80 800 livres

  • En 1607-1608 85 800 livres

  • En 1610 90 000 livres

96Si on inclut la pension du cardinal du Bourbon, comptabilisée dans les comptes de l’Épargne avec les gages et appointements provenant des charges, on arrive au total de 100 000 livres de revenu en 1610. Il faudrait en réalité encore y ajouter les autres dons, exceptionnels ou réguliers.

97Le total des sommes reçues du roi en douze ans, de 1598 (non compris) à 1610 (compris), uniquement pour les gages et pensions ordinaires s’élève à plus d’un million de livres.

  • 120 AN, 120 AP 10, fol. 61 v°.
  • 121 BN, MS. fr. 4 559, fol. 46.
  • 122 AN, 120 AP 10, fol. 67.
  • 123 AN, 120 AP 10, fol. 79 v°.
  • 124 AN, 120 AP 10, fol. 80.
  • 125 AN, 120 AP 6, fol. 225 v°.

98De cette somme brute, nous ne déduisons pas les « frais de fonctionnement », car Sully recevait de l’argent pour ses clercs, ses garnisons et pour ses frais de voyage au service du roi. On trouve aussi dans les comptes de l’Épargne le versement « aux clercs qui travaillent sous M. de Rosny » de 1 800 livres par semestre en 1603 120 et 2 500 livres à partir de 1605121. En 1604, Rosny reçut 4 000 livres pour sa compagnie de gendarmes « que le roi lui commanda mener au voyage qu’il a naguères fait pour le service de Sa Majesté au Poitou122». En 1605, il reçut encore 6 000 livres pour son voyage en Poitou123, et 2 160 livres pour la citadelle de Mantes124. En 1608, il se vit allouer 3 000 livres pour un voyage de Paris à Jargeau « sur l’exprès commandement du roi et pour affaires importans son service125 » et pour un séjour de trois semaines à Jargeau, et retour vers le roi à Fontainebleau et sur cheval de poste.

Tableau des revenus de Sully provenant de gages et pensions de 1598 à 1610

Tableau des revenus de Sully provenant de gages et pensions de 1598 à 1610
  • 126 Les Œconomies royales donnent deux dates : 1601 (t. II, p. 92) et 1602 (t. I, p. 404).

99Il faut encore ajouter à partir de 1601, s’il faut en croire les Mémoires126, un don régulier de 60 000 livres par an (confirmé par les comptes de l’Épargne à partir de 1604 et porté à 90 000 livres en 1609), soit un total de 660 000 livres jusqu’en 1610.

  • 127 Œconomies royales, t. I, p. 362.
  • 128 Mallevoüe, op. cit., p. XVI.
  • 129 Œconomies royales, t. I, p. 354.
  • 130 AN, 120 AP 10, fol. 76 v°.
  • 131 Œconomies royales, t. II, p. 202.
  • 132 AN, 120 AP 7, fol. 17 v°.
  • 133 MC, III, 462 bis.
  • 134 Voir ci-dessous p. 89.

100De surcroît, le roi accorda à son ministre des gratifications exceptionnelles : en 1601, 47 000 livres « laquelle somme vous fournit de quoy ayder à vos bâtiments de Baugy127 » ; le 22 septembre 1602, 10 000 écus128 ; 6 000 écus en 1604 « pour travailler à vos maisons129 » ; 3 600 livres en 1605, « pour employer à la réparation des églises de Sully et Baugy130 » ; 6 000 écus le 22 décembre 1607 pour le parc de La Chapelle-d’Angillon131 ; enfin 3 300 livres en 1609 pour l’« accomodement du pavillon et logis où loge Mgr de Sully à Fontainebleau132 ». En tout, plus de 119 900 livres. On peut ajouter à ces largesses la revente par Sully, en 1600, de la place des Tournelles, que le roi lui avait donnée en 1594, et dont il retira 7 500 livres133. En outre, Sully lui-même estime dans ses Mémoires à 300 000 livres toutes les gratifications qu’il a reçues en cadeau, lors d’ambassades, négociations, au mariage d’Henri IV, de sa sœur, du duc de Lorraine, pour ses étrennes, etc. Ce chiffre ne semble pas exagéré134.

  • 135 Sully cite encore l’abbaye de l’« Or de Poitiers » qui n’a pu être identifiée sous ce nom ; il s’ag (...)

101Enfin, Sully reçut encore du roi un revenu important par les abbayes dont il fut pourvu, quoique protestant. Il en estime le revenu à 45 000 livres par an. Nous sommes assez mal renseignés sur les abbayes ; surtout, nous ignorons pour la plupart d’entre elles à partir de quand Sully put percevoir leur revenu. C’étaient les abbayes de Saint-Serge-lès-Angers, au diocèse de Poitiers (9 000 livres) ; Coulombs, au diocèse de Chartres, à partir de septembre 1606, évaluée à 12 000 livres de revenu ; Saint-Benoît-sur-Loire (16 500 livres), au diocèse d’Orléans ; l’Absie (9 000 livres), au diocèse de La Rochelle ; Loroy (4 100 livres), au diocèse de Bourges ; Lonlay (4 000 livres), au diocèse du Mans et Le Jard (4 000 livres), au diocèse de Sens135.

102Le revenu total provenant des abbayes s’élevait en 1610 à 45 600 livres, somme qu’il faut peut-être minorer parce que Sully versait une pension aux abbés et assurait les réparations.

103On peut ainsi évaluer le total des sommes reçues du roi de 1598 à 1610 tant pour gages, dons, pensions que bénéfices ecclésiastiques :

104C’est donc au total plus de deux millions trois cent mille livres que Sully a reçu du roi jusqu’en 1610.

105En outre, Sully avait l’avantage, en tant que surintendant des finances, d’avoir ses gages et pensions payés régulièrement et par quartiers. Nous ne parlons pas ici des profits annexes que Sully pouvait toucher grâce à ses charges. Dans ses Mémoires, il s’élève à plusieurs reprises vigoureusement contre ceux qui pouvaient faire leurs propres affaires de leur administration publique. Pourtant, en tant que grand maître de l’artillerie, surintendant des bâtiments et des fortifications, Sully était amené à conclure un grand nombre de marchés : près de trois cents furent passés devant le notaire Fournyer. Or, dans ces cas-là, la pratique des pots-de-vin était courante. Dans le cas de la grande-maîtrise de l’artillerie, Sully prévient peut-être ce grief en donnant 24 000 livres de gages annuels au lieu des 10 000 mentionnés par les comptes de l’Épargne. En outre, ces comptes de l’Épargne portent clairement toutes les sommes allouées à Sully ; il n’était pas difficile au surintendant de rendre un compte à sa mesure. De toute manière, même si on porta des soupçons contre Sully au moment de son départ du pouvoir, aucune preuve, aucun document ne permet d’avancer que Sully ait abusé en quoi que ce soit de ses charges : lui-même affirme avoir tout reçu du roi. Avec ses serviteurs, comme nous le verrons plus loin, il se montrait très soucieux de la netteté et de la clarté des comptes. En l’absence de tout document et devant les affirmations réitérées de Sully, il faut donc exclure de nos comptes les profits annexes.

  • 136 . Œconomies royales, t. I, p. 401 : « Outre vos estats et appoinctements, qui sont assez grands pou (...)

106Les sommes reçues du roi furent d’ailleurs suffisamment énormes pour contenter le ministre ; c’était le but de Henri IV lorsqu’il accorda à Sully une pension de 60 000 livres : il pensait ainsi l’empêcher d’abuser de sa situation et de comploter contre lui. Son autre intention était que le ministre, avec ces sommes qui lui étaient données en propre, constitue pour lui et pour ses enfants un bel ensemble territorial136: ce vœu fut pleinement réalisé par Sully.

II. LES FRUITS DU POUVOIR : LA CONSTITUTION D’UNE FORTUNE FONCIERE

107Le premier souci de Sully fut de se constituer une fortune foncière, des « héritages », qu’il pourrait transmettre à ses enfants pour accroître la renommée de sa famille. Ce souci demeura constant, mais peut se nuancer : Sully va investir en premier lieu dans les terres pour asseoir son rang jusqu’à obtenir la dignité de duc et pair en février 1606. Car si cette dignité récompensait les mérites et qualités de celui à qui elle était décernée, elle s’obtenait de facto par l’érection d’une terre, la principale, en duché-pairie.

108Les acquisitions de terres se firent sur une période relativement restreinte : de 1602 à 1608, et d’une manière cohérente, qui révèle chez Sully l’existence d’une véritable politique d’acquisition foncière.

1. Les acquisitions : chronologie

  • 137 Il achète des terres et fait faire des réparations pour 29 000 livres (MC, III, 475, inventaire des (...)
  • 138 MC, III, 472 ter, contrat du 19 décembre 1603.
  • 139 MC, III, 475, quittance de Noël Regnouart du 3 novembre 1604.

109Il est remarquable de constater que, jusqu’en 1602, Sully n’acheta aucun grand domaine. Il se contenta, entre 1600 et 1602, d’augmenter le comté de Moret de nombreuses petites parcelles137. Dès le 19 décembre 1603, il revendit cette terre pour 85 104 livres à Sébastien Zamet138, surintendant de la maison de la Reine, qui la revendit lui-même un an plus tard, le 23 octobre 1604, à Jacqueline de Bueil139.

110Mais Sully reçut vers 1601 deux héritages de la succession de sa première femme Anne de Courtenay : Beaulieu et Baugy.

  • 140 MC, III, 470, contrat du 30 août 1602. Maximilien de Béthune sera remboursé seulement le 10 mars 16 (...)
  • 141 Voir le tableau généalogique donné en annexe p. 459.
  • 142 MC, III, 466, transaction du 16 avril 1601.

111Le 30 août 1602, il vendit à Abdenago de La Roche-Chaudery, baron de Clain en Saintonge, la seigneurie de Beaulieu en Auvergne, pour 10 000 écus (30 000 livres)140. Cette terre, située dans la sénéchaussée de Riom, provenait de la succession de Françoise de Courtenay, sœur de la première femme de Maximilien de Béthune, épouse de Guy de Béthune, sr de Mareuil141, décédés sans héritiers. Françoise de Courtenay en avait fait legs à Claude de Coussay, sr de Curvigny, mais le 3 avril 1601, Maximilien de Béthune avait obtenu une sentence annulant ce legs qui désavantageait son fils, seul neveu de la dame de Courtenay142.

  • 143 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 70-75.
  • 144 Anne de Courtenay était fille de François de Courtenay et de Louise de Jaucourt, elle-même fille de (...)

112D’autre part, Sully mit en ordre la succession d’Anne de Courtenay, qui par son contrat de mariage du 4 octobre 15 83143, apportait 10 000 livres, contenues en neuf obligations avec leurs intérêts, pour un total de 33 000 livres. Sept de ces obligations furent passées par ses oncles, Pierre et Edme de Jaucourt, ainsi que Jacques de Jaucourt, sr de Villarnoul144, l’une en 1571, pour 12 000 livres, trois en 1578 pour 3 760 livres, et trois en 1580 pour 2 085 livres. Avec un intérêt au denier douze, la somme due par les oncles d’Anne de Courtenay s’élevait en 1583 à 33 000 livres et vers 1600 à un peu plus de 55 000 livres. La dette du sr de Villarnoul était la plus importante : 27 000 livres.

  • 145 MC, III, 463.
  • 146 MC, III, 470, bail à ferme de Baugy, 28 septembre 1602.
  • 147 MC, III, 472, transport du 18 avril 1603.
  • 148 MC, III, 491, procuration du 1er juin 1611.
  • 149 Œconomies royales, t. I, p. 361.
  • 150 MC, III, 470.
  • 151 ADC, 2F 631, comptes de Baugy pour 1605.

113Ces dettes sur la succession de Courtenay permirent à Sully de jeter son dévolu sur l’une des terres du sr de Villarnoul : Baugy. Ce fut sur Jean de Jaucourt, fils de Jacques de Jaucourt, que fut décrétée en 1600 la seigneurie de Baugy : le 11 janvier 1600, Sully passa procuration à Pierre Beauxamys pour s’opposer aux criées de la terre et seigneurie de Baugy, « à ce que, sy aucune adjudication on faict de lad. terre, ce soit à la charge que led. seigneur constituant sera le preneur » ; il proposa d’enchérir jusqu’à 25 000 écus (75 000 livres)145. En septembre 1602, l’adjudication a eu lieu en partie146. Elle concernait seulement les trois quarts de la seigneurie de Baugy, et la moitié de la seigneurie d’Étréchy. Sully devait être le principal créancier de Jean de Jaucourt. Après avoir obtenu une partie de la seigneurie de Baugy, il racheta pour 900 livres, le 18 avril 1603 à Marthe de Mornay, femme de Jean de Jaucourt, tous les frais et dépens des saisies et criées de la terre de Baugy147, ceci afin d’accélérer le règlement judiciaire. Le reste de la seigneurie de Baugy fut adjugé à Sully en mai 1611 pour 41 000 livres148. Mais dès 1601, en réalité, Sully pouvait se considérer comme propriétaire de Baugy, même si le décret judiciaire eut lieu ultérieurement, ainsi que l’indiquent les Œconomies royales : « Vous pristes vostre chemin vers Chasteau-Landon, pour vous en aller, pendant ce petit loisir qui vous fut donné pour dix jours, visiter la terre de Baugy, que vous faisiez décretter, à cause des sommes notables qui vous estoient deuës dessus, ainsi que depuis elle vous fut adjugée149 ». Le 28 septembre 1602150, Maximilien de Béthune avait passé procuration pour affermer sa part des terres de Baugy et en 1604151, il fit retirer les titres et papiers de Baugy à Sancerre, chez M. de Villarnoul.

114L’acquisition de Baugy, qui fut occasionnelle, attira l’attention de Sully sur les terres au sud de la Loire ; il délaissa ainsi la région de Rosny et de Mantes. Le ministre se constituait pièce par pièce un nouvel ensemble territorial.

  • 152 Œconomies royales, t. I, p. 362.
  • 153 MC, III, 470.
  • 154 MC, III, 470.

115Dès le mois de mai 1601, Maximilien de Béthune avait eu des vues sur la terre de Sully : sur le chemin de Baugy, il alla la visiter avant de l’acheter152, l’année suivante, le 15 juillet 1602. Il acquit la baronnie de Sully-sur-Loire, avec les châtellenies de Saint-Gondon et Sennely, ainsi que la seigneurie de Moulin-Frou, au prix de 42 000 écus (126 000 livres)153. Le vendeur en était Claude de La Trémoille, duc de Thouars, pair de France, prince de Talmont. La Trémoille ne reçut que 75 000 livres, le reste fut donné à ses créanciers ; toutes les sommes furent intégralement versées par Sully entre le 19 juillet 1602 et le 4 février 1603. Mais dès le 21 juillet 1602154, deux jours seulement après la signature du contrat de vente, il constitua son procureur Mathieu Sallé, commissaire ordinaire de l’artillerie, pour prendre possession de son nouveau bien, faire prêter les fois et hommages, et passer, si nécessaire, les marchés nécessaires aux réparations du château.

  • 155 (Economies royales, t. II, p. 88. Sur l’estimation du revenu de Sully en 1598, voir ci-dessus p. 38
  • 156 Voir en pièce annexe p. 462-464, le tableau récapitulatif des sommes reçues annuellement du roi pou (...)

116À la fin de l’année 1602, Maximilien de Béthune est devenu propriétaire de Baugy en Berry et de Sully-sur-Loire, pour 200 000 livres. À combien peut-on estimer les sommes qui lui furent versées par le roi en cette année 1602 ? Rappelons que Sully avait acheté Moret en 1594 pour 54 000 livres et dépensé 17 000 livres supplémentaires en cette terre, en 1596 et 1597, en achat de terres et en travaux. En 1598, il rachetait Rosny pour 210 000 livres, en trois paiements, le dernier effectué en 1600. Cette même année 1598, il profita d’un don du roi de 10 000 écus pour faire avancer les travaux du château de Rosny : à n’en pas douter, le marquis de Rosny n’avait plus beaucoup d’argent en caisse. Il accuse d’ailleurs seulement 15 000 à 16 000 livres de rente155, outre 21 000 livres de gages et pensions en 1598. L’année suivante, les charges auxquelles il avait été nouvellement pourvu amenèrent un peu moins de 40 000 livres156, et dès le 11 janvier 1600, il proposait de poursuivre les criées de Baugy jusqu’à 75 000 livres. Il pouvait compter, naturellement, sur la longueur de la procédure, mais il est certain que dans les premières années où il fut au pouvoir, le marquis de Rosny était obligé de compter sur son avancement croissant pour acquérir des terres. La déclaration du 11 janvier 1600 sur la criée de Baugy n’était cependant aucunement téméraire, car Maximilien de Béthune avait été pourvu dans les six derniers mois de l’année 1599 de trois très importantes charges : grand voyer de France, surintendant des fortifications, grand maître de l’artillerie, outre celle des finances.

  • 157 Idem.

117En 1599, 1600 et 1601, il acquit très rapidement une coquette somme : 247 200 livres (et en 1602, il gagna en plus 134 600 livres)157, ce qui lui permit facilement de se lancer dans les travaux de Rosny et dans l’achat de Sully-sur-Loire, qui nécessitait également de nombreuses réparations et améliorations.

118Il n’est pas indispensable de démontrer que, par la suite, Sully disposa des sommes nécessaires pour acheter d’autres grands domaines. Il suffit d’avoir montré qu’il partit d’une encaisse nulle en 1598 (à la suite de l’acquisition de la totalité de Rosny) et que son accession au pouvoir lui permit d’acheter en trois ans deux grands domaines : Sully et ses terres du Berry.

  • 158 BN, nouv. acq. fr., 25 240, fol. 179-186.
  • 159 Ibidem.

119Il fit preuve, les années suivantes, d’un grand esprit de prévision. De 1602 à 1605, il ne procéda à aucun achat, malgré les sommes énormes qu’il recevait. Il est vrai que les travaux à Rosny et Sully-sur-Loire engloutissaient beaucoup d’argent : en quatre ans, plus de 60 000 livres furent dépensées en travaux, réparations, acquisitions de terres. En outre, en 1605, Maximilien de Béthune maria sa fille, Marguerite, née en 1595, avec Henri de Rohan. Par contrat du 7 février 1605158, il promit à la future épouse 150 000 livres, plus 30 000 livres en meubles, habits, bijoux, et 20 000 livres pour l’achat de la charge de colonel général des Suisses en faveur du duc de Rohan. Les 150 000 livres furent payées dès le 25 février 1605159.

  • 160 MC, LXXIII, 259.
  • 161 MC, III, 477-478, donation du 29 août 1605.
  • 162 MC, III, 479, quittance du 27 avril 1606.
  • 163 Œconomies royales, t. II, p. 92.

120Désormais possesseur de Sully-sur-Loire et de Baugy, Maximilien de Béthune orienta toute sa politique d’acquisitions du côté des régions de la Loire et du Berry. Il réussit, en 1605, à y acquérir un vaste ensemble de terres. Par contrat du 31 août 1605, avec Charles de Gonzague, duc de Nevers et de Rethel, prince de Mantoue, pair de France, il devint possesseur des seigneuries d’Orval, Montrond et Saint-Amand-sur-Cher, Bruère et Épineuil, situées en Bourbonnais et Berry, au prix de 120 000 livres ; le duc de Nevers céda encore ce même jour la seigneurie de La Chapelle-d’Angillon en Berry, pour 48 000 livres, et la principauté souveraine de Boisbelle pour 42 000 livres160. Comme Claude de La Trémoille, le duc de Nevers était pressé par ses créanciers, à qui il promit de verser le produit de cette vente. Tout l’argent versé au duc de Nevers ne provenait pas exclusivement du roi : les seigneuries d’Orval, Montrond et de Saint-Amand, furent payées avec les 100 000 livres du don fait par François Arbaleste, sr de La Borde, à César et François de Béthune161. La Chapelle-d’Angillon fut acquittée avec deux rentes : l’une de 3 000 livres, constituée le 18 septembre 1593 par Lucrèce de Coste, veuve de Florestan de Béthune, et rachetable pour 36 000 livres162; l’autre de 1 000 livres, constituée le 7 janvier 1584 par Louis de Jaucourt, rachetable pour 12 000 livres ; ces deux rentes provenaient respectivement de la succession de François de Béthune et de la dot d’Anne de Courtenay. C’étaient donc des biens propres de Maximilien de Béthune et de son fils Maximilien, né d’Anne de Courtenay. Il n’est rien précisé pour la principauté de Boisbelle : cependant, Sully indiqua dans ses Mémoires que le don annuel de 60 000 livres avait été fait « à condition expresse d’en employer les deniers en fonds d’héritages qui (...) tiendraient nature de fonds propres163 » ; il est très vraisemblable que les 42 000 livres de l’achat de Boisbelle et les 20 000 livres complétant celui d’Orval provenaient de ce don.

  • 164 MC, III, 484, 14 mars 1608, contre-lettre de Schomberg.

121Achetées à une même personne, et cependant formant trois groupes distincts, les terres berrichonnes acquises par Sully étaient ainsi destinées dès le début à être réparties entre ses héritiers : Orval, Montrond et Saint-Amand pour César et François, La Chapelle-d’Angillon et Boisbelle pour Maximilien. Cet ensemble devait être encore augmenté par l’achat de la seigneurie du Châtelet, le 14 mars 1608, du duc de Montpensier164.

  • 165 MC, III, 477-478, contrat du 10 juin 1605.
  • 166 MC, III, 482, contrat du 28 juillet 1607.

122Mais Sully songeait déjà à constituer un autre ensemble de terres afin de faire un partage entre ses fils cadets, César et François. Il acheta le 10 juin 1605165 à Nicolas de Harlay, sr de Sancy, la seigneurie de Dourdan, qui faisait partie du domaine royal et avait été engagée le 14 décembre 1596. Cette vente s’était faite pour 139 862 livres. L’achat de cette terre importante engagea Maximilien de Béthune à acquérir le 28 juillet 1607 de Justine de Vandorp, femme séparée de Charles du Bec, les seigneuries de Villebon, La Gâtine et Beaurepaire, au bailliage de Chartres166. Le duc de Sully s’engagea à verser 100 000 livres en acquit des dettes des principaux créanciers et 3 000 livres à la dame de Vandorp, en échange de quoi celle-ci promettait de faire décréter la terre à ses frais. Cet ensemble de terres fut prévu pour le troisième fils de Sully, Henri, né en 1608. En 1607, Sully avait donc constitué dans ses grandes lignes les trois ensembles qu’il entendait léguer à ses fils. Jusqu’à son départ du pouvoir en janvier 1611, il ne procéda plus qu’à des acquisitions mineures, destinées à étoffer les précédentes.

123Il possédait alors un ensemble de terres bien organisé grâce au regroupement de ses acquisitions : à l’ouest de Paris, sur la Seine, il avait déjà en 1598 la baronnie de Rosny, érigée en marquisat en 1601, et le gouvernement de Mantes ; au sud de Paris, il avait acquis la seigneurie de Dourdan (revendue en janvier 1611) et le domaine de Villebon. Ce fut surtout sur la Loire et en Berry que furent dirigés ses efforts, avec la baronnie de Sully-sur-Loire, augmentée de La Chapelle-d’Angillon par son érection en duché-pairie en février 1606, et réservée à son fils Maximilien, avec Bois-belle-Henrichemont. Les premiers partages en ont été faits en 1609 et en 1610. Nous rappellerons au chapitre suivant ce qu’il advint de la fortune de Sully après 1611.

124Au moment de quitter le pouvoir, on peut estimer qu’ayant reçu 900 000 livres de gages, 820 000 livres de pensions, 300 000 livres de gratifications extraordinaires, dont le total montait à plus de deux millions de livres, sans compter les revenus des bénéfices ecclésiastiques, Sully avait employé seulement 802 862 livres en fonds de terre, à quoi il faut ajouter les sommes dépensées en acquisitions, travaux, réparations, agrandissements et embellissements. Ses revenus dépassaient donc jusqu’en 1610 le montant de ses investissements fonciers.

2. La politique d’acquisition des terres

125Sully a constitué sa fortune terrienne en moins de six ans, et ce sans acheter à tout venant des terres éparses, mais en acquérant de grands ensembles relativement cohérents. Il faut voir là le résultat d’une politique réfléchie, d’une véritable stratégie. Sa fortune avait pour point de départ trois terres possédées avant 1600 : Rosny, près de Mantes, Bontin en Bourgogne et Moret en Brie. Trois terres sans aucun lien entre elles, certes, mais qu’il eût été possible d’arrondir et d’étendre. Pourtant, Sully ne fit aucune acquisition de seigneuries proches de ces terres. Il constitua une fortune terrienne neuve, dans des régions où il n’avait aucun moyen d’action, n’étant gouverneur ni de place ni de province, et n’exerçant aucune charge qui lui aurait permis d’entrer en relation avec les officiers et les nobles du lieu ou d’y imposer son influence.

  • 167 Voir deuxième partie, chapitre II.

126Cependant, en tant que surintendant des finances, des bâtiments et des fortifications, grand maître de l’artillerie, grand voyer de France et par ses autres charges, Sully était au cœur de l’administration du royaume et des affaires de la Cour et il disposait en province d’un réseau d’agents (de l’artillerie, de la voirie, etc.167).

  • 168 Cf. Ls.-Ch. de La Trémoille, Les La Trémoille pendant cinq siècles, Nantes, 1890-1895, 4 t.
  • 169 « Entre luy et vous il y avoit tous jours eu quelque espèce de plus grande amitié qu’avec nul des a (...)
  • 170 La vicomte de Thouars fut érigée en duché en 1563 et en duché-pairie en août 1595.
  • 171 Cf D. Crouzet, Recherches sur les crises de l’aristocratie en France au xvie siècle : les dettes de (...)
  • 172 MC, III, 471, quittance du 17 octobre 1602.
  • 173 MC, III, 472, trois quittances du 24 janvier 1603.
  • 174 MC, III, 472, quittance du 27 janvier 1603.
  • 175 MC, III, 472, deux quittances des 28 janvier et 4 février 1603.

127Si l’on examine la qualité des personnes qui lui cédèrent des terres, on trouve principalement des membres de la plus haute noblesse, les ducs de Thouars et de Nevers, et le duc de Montpensier. Les La Trémoille avaient connu aux xive et xve siècles leurs heures de gloire168 : la famille avait acquis Sully-sur-Loire en 1382 ; Guy VI de La Trémoille ( 1387) était grand chambellan du duc de Bourgogne. Son fils Georges (1446) fut grand chambellan de France en 1413, et soutint les efforts militaires de Charles VII dans la reconquête de son royaume. Claude de La Trémoille lui-même avait été le compagnon de Henri IV dans ses campagnes et connaissait fort bien Sully169. En outre, la cession de la baronnie de Sully-sur-Loire n’entamait en rien le duché-pairie et les vastes possessions près de Thouars170. Quant à la famille de Nevers, elle avait connu au xvie siècle déjà quelques difficultés financières171. Or les membres de la noblesse, si haute fût-elle, ne se séparaient pas facilement de leurs domaines. C’est donc sous le poids de créances de plus en plus lourdes qu’ils furent forcés de s’en défaire : le fruit de la vente de la baronnie de Sully-sur-Loire, 126 000 livres, permit à Claude de La Trémoille de rembourser 51 000 livres de dettes. Le 17 octobre 1602, Maximilien de Béthune versa à Catherine Ticquet, veuve d’un marchand de draps, 1 500 écus pour une créance datant de 1585172 ; le 24 janvier 1603, il paya 3 000 livres à Tanneguy du Chesneau, sr de la Doussinière, 446 écus 2/3 (1 400 livres) à Gilles Bizeul, sr de La Croix, et 300 écus à Crespin Gillet173 ; le 27 janvier, 24 400 livres à Isabelle Babou, veuve de François d’Escoubleau, sr de Sourdis, en remboursement d’une rente de 2 000 livres constituée le 10 décembre 1593174 ; le 28 janvier, il remboursa 54 000 livres à Jeanne de Cugnac, veuve de François de La Trémoille, et le 4 février 1603, la même Jeanne de Cugnac reçut encore 12 000 livres175. Nous ne connaissons pas l’état du créancier du duc de Nevers, mais celui-ci devait connaître de pressants besoins d’argent, dans le projet de construire une ville nouvelle à Charleville dans sa principauté d’Arches dans les Ardennes.

  • 176 Veuve de Jean III de Beaumanoir, marquis de Lavardin, maréchal de France en 1595 (1551-1614), dont (...)
  • 177 MC, III, 502, acte du 6 juillet 1616.

128En d’autres occasions, ce fut lors de successions que le duc de Sully intervint pour se poser acquéreur d’une terre : en 1616, il acheta Montricoux aux héritiers de la maréchale de Lavardin176, qui avaient d’abord procédé à un partage entre eux le 1er août 1615. Mais deux d’entre eux, Charles de Beaumanoir, évêque du Mans et abbé de Beaulieu, et Catherine, sa nièce, fille de Jean de Beaumanoir, baron de Tucé et de Catherine de Longueval, avaient des créances à acquitter. Sur 104 000 livres, Sully en versa un tiers comptant (34 666 livres) au dernier héritier, Claude de Beaumanoir, vicomte de Saint-Jean, 16 120 et 19 666 livres aux créanciers de l’évêque du Mans, tandis que la part de Catherine de Beaumanoir fut consignée pour acquitter les dettes de la succession du baron de Tucé177.

129Dans le cas de Sully-sur-Loire et de Montricoux, Sully intervint avant l’on ne procède à une liquidation judiciaire, ce qui lui permit d’entrer immédiatement en possession des terres, et d’en lever les hypothèques en se chargeant de régler lui-même les créanciers. Les anciens propriétaires ne touchaient pas le produit de la vente.

  • 178 MC, III, 482, acte du 28 juillet 1607.
  • 179 MC, III, 482, procuration du 17 août 1607 pour faire l’hommage de Villebon.

130Lorsque la situation était plus compliquée, Sully demandait que l’on procédât à la criée de la terre convoitée, afin de clarifier la situation hypothécaire. Mais il pouvait commencer à jouir des fruits de la terre, en donnant au propriétaire le montant présumé de l’adjudication : lors des enchères, c’est cette somme qui était reversée aux créanciers. Pour l’acheteur et pour le vendeur, le profit était double : Sully pouvait commencer à jouir immédiatement d’une terre, et le vendeur touchait l’argent sans attendre la liquidation judiciaire. Mais il y avait évidemment une part de risque pour Sully : les contrats précisent toujours que c’est le vendeur qui sera chargé des frais et dépens de la mise en criée. C’est ce système qui fut adopté pour Villebon : en 1607, Justine de Vandorp vendit cette seigneurie pour 100 000 livres qui devaient être employées « en l’acquit des dettes des premiers créanciers qui ont hypothèques sur lad. terre »178. Vandorp se chargeait de faire décréter la terre à ses frais devant le Parlement de Paris. Le décret permit de découvrir et de mettre en ordre tous les créanciers. Si l’adjudication définitive ne fut faite qu’en 1610, dès le mois d’août 1607, Maximilien de Béthune avait fait prêter hommage en son nom en tant que nouveau possesseur179.

  • 180 MC, III, 463, procuration du 11 janvier 1600.
  • 181 Le 28 septembre 1602 il passa procuration pour affermer les revenus de Baugy. Cf. MC, III, 470.
  • 182 MC, III, 472, acte du 18 avril 1603.

131Pour Baugy, la situation était un peu différente car Sully possédait déjà une créance sur Jean de Jaucourt. Mais au lieu de laisser la procédure suivre son cours, ce qui était un risque de perte de temps, Maximilien de Béthune s’opposa en janvier 1600 aux criées de Baugy, « à ce que sy aucune adjudication se faict de lad. terre, ce soit à la charge que led. seigneur (...) sera aussi le preneur »180. En se posant comme adjudicataire potentiel, prêt à fournir la somme nécessaire à régler les créanciers, Sully accéléra la procédure à son profit, car dès 1602, il pouvait se considérer comme propriétaire de Baugy181, et en 1603, se mit aux droits des héritiers de Jean de Jaucourt en leur rachetant les frais et dépens des saisies et criées182.

132Dans les deux cas de Baugy et de Villebon, Sully ne pouvait se contenter d’une transaction privée : il était évident que seule une adjudication judiciaire, avec un échelonnement des paiements et l’assignation de chaque créancier dans l’échéancier, pouvait permettre à Sully une paisible possession des terres mises en décret. Dans ce cas, ce n’était pas Sully qui se chargeait de régler les créanciers : la somme était consignée entre les mains du receveur du tribunal où avait lieu la procédure.

  • 183 ADC, Ε 630.

133Pour un certain nombre de terres, l’acquisition s’est faite par décision judiciaire sans contrat préalable. Ce fut le cas en particulier de Culan, achetée par décret le 6 septembre 1614183.

134Au total, la plupart des acquisitions de Sully ont pu se faire en raison de la situation financière difficile de leurs propriétaires. Sully fit ainsi comme nombre de personnes de la noblesse de robe montante : il profita de l’endettement croissant de la noblesse pour constituer sa fortune terrienne.

135D’après ces observations, il est plus facile de déduire de quelle manière Sully s’y prit pour trouver des terres susceptibles d’être vendues. Baugy mis à part, qui fut une occasion fortuite, les plus importantes acquisitions faites par Sully dans les premières années où il fut au pouvoir, semblent résulter de transactions privées. En raison de sa position prédominante à la cour, Sully devait être bien informé de la situation des membres de la haute noblesse et de leurs intentions : pour Sully-sur-Loire et les terres berrichonnes, on ne procéda pas à une adjudication judiciaire. Lors de l’achat du Châtelet-en-Berry au duc de Montpensier, Sully fit intervenir le duc de Schomberg qui lui servit de prête-nom. C’est lui sans doute qui négocia l’affaire.

  • 184 MC, III, 464.
  • 185 MC, III, 472 ter.
  • 186 MC, III, 476.
  • 187 MC, III, 479.
  • 188 MC, III, 482.

136À la suite de ces fructueuses transactions, Maximilien de Béthune, pour arrondir ses possessions, suivit bon nombre de terres saisies mises en criée. Il disposait pour cela d’un agent au parlement de Paris, le procureur Pierre Beauxamys. C’est ainsi qu’il passa procuration le 29 mai 1600 pour intervenir dans les criées de la seigneurie de Nouvion184, il fit enchérir sur la seigneurie de Breuil jusqu’à 18 000 livres185, le 7 avril 1605, sur la seigneurie de Cornay, au bailliage d’Orléans, jusqu’à 90 000 livres186 ; le 12 mai 1606, sur la seigneurie de La Châtre en Berry, jusqu’à 45 000 livres187 ; enfin, le 16 mai 1607 sur celle de Benegou, au bailliage de Moulins en Bourbonnais, à concurrence de 40 000 livres188. Aucune de ces tentatives n’aboutit, preuve que les transactions privées avaient davantage de succès.

  • 189 MC, III, 484.

137Enfin, alors que pour un grand nombre de ses contrats, Sully utilisa des prête-noms, on ne note cette pratique, lorsqu’il s’agit d’achats de terres, que pour la seigneurie de Châtelet-en-Berry. Henri de Schomberg, comte de Nanteuil, gouverneur de Haute et Basse-Marche, l’acheta le 16 février 1608 à Henri de Bourbon, duc de Montpensier, et en fit déclaration le 14 mars 1608 en faveur de Sully, auquel, selon la formule habituelle, « led. sr de Schomberg n’a, en ce, faict et preste son nom que pour luy faire plaisir seullement189 ».

138Les fruits de cette politique d’acquisition foncière furent immédiats : ce fut la terre de Sully-sur-Loire que Maximilien de Béthune choisit pour, en février 1606, être érigée en duché-pairie.

III. LES FRUITS DU POUVOIR : L’ASCENSION SOCIALE

  • 190 On noie que le titre de « capitaine héréditaire des canaux de France » n’y figure pas ; cette charg (...)

139Charges, offices, dons et pensions ne furent pas les seuls avantages que Sully retira de sa participation croissante aux affaires. Il fit en sorte de faire croître la grandeur et la renommée de sa famille par une accumulation d’honneurs. Certaines de ses charges étaient purement honorifiques, ainsi celle de capitaine de la compagnie de la reine. D’autres, telle celle de grand voyer, ont été créées pour lui. La titulature de Maximilien de Béthune, du fait du grand nombre de ses possessions et de ses charges devint rapidement très étendue. Voici celle qu’il avait en 1610 : « Hault et puissant seigneur Maximilian de Béthune, duc de Sully, pair de France, marquis de Rosny, comte de Dourdan, sire d’Orval, Montrond, Saint-Amand, baron d’Espineuil, Bruyères, le Chastellet, Baugy, La Chapelle-d’Angillon, sr de Villebon, la Gastine et Novion, conseiller du Roy en ses conseils d’Estat et privé, cappitaine de deux cens hommes d’armes de la Compagnie de la Royne, grand-maistre et cappitaine général de l’Artillerie, grand voyer de France, superintendant des Finances, fortiffications et bastimens de sa Majesté, gouverneur et lieutenant général pour sad. Majesté en Poictou, Chastelleraudoys et Loudunois et gouverneur du chasteau de la Bastille190 ». Cette accumulation de titres que l’on constate à partir de 1598 conduisit logiquement, tant que Maximilien de Béthune fut dans l’estime du roi, à une élévation de ceux-ci, en accédant à un rang prééminent dans la noblesse. On observe également que cette élévation se fit en deux étapes : d’abord avec l’érection de la baronnie de Rosny en marquisat, puis avec l’érection de la baronnie de Sully-sur-Loire en duché-pairie.

1. Le titre de duc et pair

  • 191 Voir ci-dessus p. 21-23.
  • 192 Les lettres d’érection de la baronnerie de Rosny en marquisat ont été publiées par Mallevoüe, op. c (...)

140La croissance des honneurs, si elle accompagna la croissance de la participation aux affaires, était également consécutive à la politique d’acquisition territoriale de Sully : le 10 juillet 1598, il rachetait sa part de la baronnie de Rosny, dont il entra en jouissance le 1er janvier 1599191 ; cette terre fut érigée en marquisat au mois d’août 1601192. Henri IV motiva ainsi cette élévation : « pour perpétuer autant qu’il nous sera possible la mémoire et ressouvenance que nous voulons avoir et désirons que chacun ait pour jamais, des grands, fidèles et recommandables services que nous avons receu et recevons journellement de luy (...) outre le désir que nous avons d’ajouter à la splendeur et antiquité de son nom et de la maison illustre de Béthune dont il est issu », et pour « décorer et orner la maison, terre et seigneurie et baronnie de Rosny, ancien patrimoine de ses pères et ancestres dud. sr de Rosny, de tiltre digne d’iceluy et correspondant à l’amplitude de sad. maison ». L’érection de Rosny en marquisat fut ainsi en quelque sorte le relèvement du prestige de la branche cadette de Béthune, grâce à l’un de ses représentants.

141Il n’en fut pas de même lorsqu’en février 1606 Henri IV érigea en duché-pairie la baronnie de Sully-sur-Loire, en lui adjoignant la baronnie de La Chapelle-d’Angillon. Ces terres n’étaient nullement patrimoniales ; l’une avait été acquise en 1602 et l’autre en 1605 ; de surcroît, elles ne se joignaient que par l’intermédiaire de leurs justices ; leur revenu était inférieur à celui de Rosny. Les raisons données par Henri IV sont légèrement différentes : il parle encore de « conserver et accroistre les grandes et illustres familles » de son royaume, mais il s’agit surtout de récompenser Maximilien de Béthune non seulement comme un fidèle serviteur, mais comme ayant bien mérité de la chose publique. C’est donc la consécration de la réussite personnelle de Sully au service du roi et non plus la reconnaissance de l’ancienneté de sa famille. Les terres ainsi choisies pour être élevées en duché-pairie ont été achetées avec les sommes reçues du roi (celles d’Orval procédaient d’un don fait au fils cadet de Sully) ; de surcroît, elles relèveront désormais directement du roi ce qui augmentera le lien entre Henri IV et son ministre. Autre consécration : celle du niveau de fortune atteint par Sully, car les lettres d’érection précisent que ce sont des terres « assez seigneuriales, renommées et de bon revenu pour estre élevées en titre et prééminence de duché et pairie, et pour en soustenir la dignité et despence. »

  • 193 Œuvres, t. I, p. 524.
  • 194 Cf R. Mousnier, op. cit., t. II, p. 104-105.
  • 195 Cf. J.-P. Labatut, Les ducs et pairs en France au xviie siècle, Paris 1972.

142Outre cette reconnaissance, l’accession à la dignité de duc et pair portait Maximilien de Béthune à une situation prééminente dans la hiérarchie sociale. D’après Coquille, « la plus grande et suprême dignité en ce royaume après la royale est celle de pair »193. Cette dignité n’entraînait aucun pouvoir de décision politique, mais réservait à celui qui en était revêtu la première place à la Cour, après les enfants de France et les princes du sang ; une série d’honneurs accompagnaient le titre : le duc et pair était qualifié de « très haut et très puissant seigneur », le roi l’appelait « mon cousin », il pouvait entrer à cheval ou en voiture dans les palais royaux. Les ducs et pairs avaient les honneurs du sacre, leurs femmes avaient droit de tabouret en présence de la Reine ; ils ne s’agenouillaient pas pour parler au roi ; au Parlement, en cas de lit de justice, ils siégeaient, leur épée au côté, au-dessus des conseillers de robe et ils pouvaient participer à toutes les séances du Parlement avec voix délibérative194. Mais, plus que toute la pompe, la plus grande reconnaissance de la prééminence du titre de duc et pair venait de la très grande estime dans lequel on le tenait dans la société : il était recherché et respecté car il consacrait la valeur d’une famille et d’un homme195. Aussi les alliances matrimoniales contractées avec d’autres familles furent-elles soigneusement pesées. Elles montrent à quel degré dans la hiérarchie sociale était monté Maximilien de Béthune.

2. Les alliances : les mariages de Marguerite et de Maximilien de Béthune

  • 196 Œconomies royales, t. II, p. 88.
  • 197 Ibidem.

143Sully se montrait très sensible aux origines anciennes et glorieuses de sa famille, qui avait contracté de brillantes alliances : « Nous avons de quoy justifier par tiltres authentiques et valables, que vostre extraction, aussi bien en ligne féminine que masculine, est une des plus nobles et illustres et de très grande antiquité ; que voz devanciers ont eu et possédé en divers temps, et en diverses provinces et régions de l’Europe, plusieurs grandes terres, seigneuries, biens, richesses, honneurs, charges et dignitez ; et que si elles sont après diminuées, cela n’est advenu que par ce que les branches des ainez sont par trois fois terminées en filles, et que tant par icelles que par d’autres filles qui en sont encore sorties, et par les hautes et splendides alliances où elles sont entrées, la pluspart de ces biens, grandeurs, dignitez ont esté transportées dans des plus éminentes maisons royales de la chrestienté 196. » Le souci de Maximilien de Béthune fut donc, à l’exemple de ses prédécesseurs de contracter de belles alliances : « la branche dont vous estes provenu, et estes maintenant le chef des armes, est decendue du plus pauvre et moindre cadet qu’il y eust point encore eu en toute la maison de Béthune, lequel néanmoins et la pluspart de ses descendants en ligne masculine, retenans encore quelque chose de la prudence et générosité de leurs premiers devanciers, ont tousjours essayé de s’allier à des maisons anciennes et riches, et, par ce moyen, ont souvent remis en la leur d’assez belles terres et seigneuries197. » Faveur du roi, fortune matérielle et fortune sociale vont donc de pair. Maximilien de Béthune se montra soucieux de rehausser le prestige de sa famille autant par l’accroissement de sa fortune foncière que par de brillantes alliances. L’étude des mariages de ses enfants, dont deux furent conclus pendant son passage au pouvoir, va nous permettre d’établir à quel degré de la hiérarchie sociale Sully s’était hissé.

  • 198 Rachel de Cochefilet épousa Maximilien de Béthune en 1592 ; elle eut successivement dans les premiè (...)
  • 199 Œconomies royales, t. I, p. 241 et 246.

144Le premier enfant viable né de Rachel de Cochefilet et Maximilien de Béthune fut une fille, Marguerite, née en 1595198. D’après les Œconomies royales, son mariage fut traité dès 1596199, ce qui serait sans doute prématuré, si l’on juge, d’une part le jeune âge de l’enfant, et d’autre part le crédit encore naissant de son père. Néanmoins, il est possible que dès les premiers succès de Maximilien de Béthune, on lui ait proposé des partis. La sœur du roi, avec qui il se réconcilia en 1596 après une longue brouille occasionnée par le projet de mariage de la princesse avec le comte de Soissons, lui fit la première la proposition de mariage entre Mlle de Rosny et le duc de Rohan. Cette promesse fort avantageuse pour Maximilien de Béthune fut en quelque sorte le « cadeau » de la réconciliation.

  • 200 Anne d’Alègre, après la mort de son premier mari, Paul de Coligny dit Guy XIX, comte de Laval, dont (...)
  • 201 Œconomies royales, t. I, p. 246.

145Quelques mois plus tard, Rosny fut sollicité par M. et Mme de Fervaques pour leur fils M. de Laval200, mais il les renvoya au roi, qui lui avait promis de marier ses enfants. Les mariages des enfants de Sully font ainsi partie des « cadeaux » de Henri IV à son ministre. Henri IV acquiesça à cette alliance : « Ce qu’il leur promet d’autant plus librement, qu’estant lors mal satisfait de madame de Rohan, il ne vouloit nullement que vostre fille épousast son fils201. »

146Ces négociations avec la famille de Laval furent interrompues au début de l’année 1605, quand Henri IV, changeant d’avis, décida d’acquiescer à l’union de Marguerite avec le duc de Rohan :

  • 202 Le duc de Rohan était le cousin issu de germain de Henri IV par sa grand-mère paternelle Isabeau d’ (...)
  • 203 Voir tableau généalogique donné en annexe, p. 460-461.
  • 204 Œconomies royales, t. II, p. 4-5.

Le roy, vous ayant un matin envoyé quérir pour le venir trouver aux Tuileries, en se promenant avec vous sur la grande terrasse vers les Capucins, vous dit : « Je croy que vous vous souvenez bien comme, à cause que feue ma sœur et ma tante de Rohan (...) vous avoit fait proposer, sans m’en avoir fait scavoir la moindre chose du monde, le mariage de mon cousin de Rohan avec vostre fille (...) et que vous, mais encor plus vostre femme, escoustastes tout cela sans m’en parler ny scavoir ma volonté, je vous deffendis d’y penser, et vous commanday d’entendre à celuy de M. de Laval, dont M. et Mme de Farvaques m’avoient parlé, estant beaucoup plus riche que M. de Rohan, lequel avoit peu de biens pour estre de si grande maison, et mon parent si proche que si ma sœur et moy n’avions point d’enfans, il seroit héritier du royaume de Navarre et de tous les biens des maisons d’Albret, de Foix et d’Armaignac202. Mais je vous ay envoyé quérir pour vous dire que j’ay maintenant changé d’advis et de résolution ; et partant, je vous ordonne que vous rompiez doucement avec M. et Mme de Farvaques et son fils de Laval (...) ; mais j’ay voulu que ce fût vous qui rompissiez et non pas eux, afin que cela ne fasse préjudice à vous ny à vostre fille, si les malins pouvoient avoir prétexte de dire qu’ils ont rejette vostre alliance, laquelle je désire que vous ne refusiez point à votre cousin de Rohan, lequel vous en viendra parler dans trois jours, et sa mère aussi. Et pour tesmoigner que c’est moy qui fais ce mariage, en feray dresser le contract en ma présence et le signeray comme parent des deux costez, sçachant bien qu’à cause des maisons de Béthune, Luxembourg, Coussi et Melun203, vous avez des alliances avec la mienne ; et veux donner dix mille escus au marié, et autant à la mariée, pour les festins et habits de nopces ; et feray après tant d’autres advantages à mon cousin de Rohan que vous en serez content.204 »

  • 205 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 173-178.
  • 206 Ibidem, fol. 179-186.

147Les articles du mariage de Marguerite de Béthune et d’Henri de Rohan, furent conclus le 29 janvier 1605205 et le contrat signé devant notaire le 7 février suivant206. Marguerite de Béthune reçut de son père 150 000 livres en avancement d’hoirie, qui furent versées le lendemain du mariage, en plus du trousseau en meubles, habits, bagues et joyaux d’une valeur de 30 000 livres, qui fut donné seulement « au temps que la future aura atteint l’âge pour demeurer avec son seigneur », car la jeune mariée n’avait que dix ans. Seules 40 000 livres entrèrent dans la communauté, mais le duc de Rohan reçut en propre 20 000 livres pour l’achat de la charge de colonel général des Suisses, que le roi avait promis de lui donner. En cas de prédécès de Marguerite de Béthune, la famille de Rohan devait restituer toutes les sommes, mais en cas de prédécès du duc, la famille ne restituerait que les 20 000 livres. Il était encore précisé que les 180 000 livres de la dot et du trousseau devaient être employés « en l’acquit des plus anciennes debtes de la maison dudict futur espoux », mais, en cas de renonciation à la communauté, elles devaient être restituées. Les 150 000 livres promises furent versées deux semaines après la signature du contrat, le 25 février 1605.

  • 207 Articles signés à Fontainebleau le 17 novembre 1606.

148L’année suivante, toujours selon la volonté du roi, Maximilien de Béthune fut fait duc et pair. Cette dignité aurait pu l’engager à contracter de plus brillantes alliances encore, avec des princes et princesses du sang. Dès la fin de l’année 1605, on parla du mariage de son fils aîné Maximilien, né en 1588. Deux possibilités s’offraient : ou bien rechercher un fille de robe, munie d’une bonne dot, comme l’usage était alors fréquent pour garantir la fortune des fils, ou bien rechercher à nouveau une alliance dans la haute noblesse. Cinq partis lui furent recommandés : Mlle de Bourbon, Mlle du Maine, Mlle de Montmorency, Mlle de Bouillon, et Mlle de Créquy. Comme pour le mariage de Marguerite de Béthune, celui de Maximilien fut décidé et réglé par le roi207 :

  • 208 Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, devenu duc de Bouillon et prince de Sedan par son (...)
  • 209 Œconomies royales, t. II, p. 223-224.

« [Le roy] adjoustant que si vous continuiez en cette disposition, vous ne prendriez premièrement jamais de filles d’estraction disproportionnée à celle de vostre naissance, n’y ayant rien en quoy sa noblesse le faschât davantage que quand il voyoit ceux de bonne maison s’allier à des gens de ville, d’autant que ceux qui en provenaient ne se monstroient jamais si valeureux ; que quant aux autres cinq filles que vous luy aviez nommées, il ne vous nieroit point que vostre alliance avec ceux de Bourbon et de Lorraine, ains sur tout avec M. de Bouillon208, ne luy travaillast l’esprit, et ne peust devenir capable de luy faire naistre des jalousies, lesquelles il vouloit éviter, comme vous deviez le désirer aussi ; et partant ne voyoit-il que la fille de Créquy où vous puissiez prétendre avec son consentement, pour n’avoir point (encor qu’eux fussent maintenant relevez en charges et dignitez et fort estimez en courage) de toutes ces grandes alliances qui luy peussent estre suspectes, les maisons de Bonnes et de Blanchefort et d’Agoust estans des plus communes de la noblesse209. »

  • 210 Catherine-Henriette de Vendôme, future duchesse d’Elbeuf.
  • 211 Œconomies royales, t. II, p. 224.

149Le mariage du fils aîné de Sully fut ainsi traité comme une affaire d’État. On en vit encore l’effet, quand, quelques mois plus tard, ayant changé d’avis, Henri IV proposa sa fille naturelle, Mlle de Vendôme210, née de Gabrielle d’Estrées, en donnant au marié 200 000 écus et une pension de 10 000 écus, les gouvernements de Berry et de Bourbonnais avec le domaine de Mme d’Angoulême et la survivance de la charge de grand maître de l’artillerie pour Maximilien de Béthune fils et du gouvernement de Poitou, que Sully échangerait contre celui de Normandie, pour le duc de Rohan, en outre, la connétablie pour le duc de Sully, mais le tout en échange de la conversion de Sully et de son fils211. Sully refusa mais l’affaire aurait provoqué quelques remous parmi les protestants.

  • 212 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 211-212.
  • 213 MC, III, 486.
  • 214 MC, III, 487.
  • 215 MC, III, 485, contrat du 27 mars 1609.

150L’effet immédiat fut l’engagement accru de la famille de Créquy en faveur de ce mariage ; les différents articles signés laissent apparaître les concessions progressivement faites. Par contrat du 17 novembre 1606212, Françoise de Créquy, fille de Charles de Créquy et de Madeleine de Bonne, petite-fille de Chrétienne d’Aguerre (veuve de François-Louis d’Agoult, comte de Sault, et en premières noces d’Antoine de Blanchefort de Créquy) et de François de Bonne, sr de Lesdiguières, devait recevoir une dot très élevée de 450 000 livres, dont 150 000 versées la veille du mariage par son grand-père Lesdiguières. Le reste devait être versé dans les quatre ans suivant la célébration du mariage (150 000 livres) par son père, et pris sur la succession de la comtesse de Sault, sa grand-mère (90 000 livres) et de Madeleine de Bonne sa mère (60 000 livres). Toute la famille s’était ainsi associée en faveur de cette alliance. Le contrat du 3 avril 1609213 ne fut qu’une reconnaissance devant notaire du contrat précédent. Mais dans celui du 15 septembre 1609214, il fut spécifié que ce seraient 300 000 livres qui seraient versées la veille de la célébration du mariage et que le reste serait pris sur la succession des dames de Sault et de Créquy ; de surcroît le grand-père de la future ajoutait 50 000 livres qui devaient être données en propres au futur époux. Celui-ci fut déclaré principal héritier de son père, qui lui avait réservé en mars 1609215, les terres de Sully, Villebon, La Chapelle-d’Angillon et Boisbelle-Henrichemont, dont le revenu était estimé à 50 000 livres. Le mariage de Maximilien de Béthune, marquis de Rosny, avec Françoise de Créquy fut ainsi fort avantageux : les Créquy avaient davantage versé pour l’alliance avec Sully que Sully pour l’alliance avec les Rohan. C’était l’indice que ce mariage était très recherché.

151Les mariages de Marguerite et de Maximilien de Béthune furent ainsi les moyens, non seulement d’acquérir mais d’affirmer une prééminence sociale que le titre de duc et pair avait consacrée. Tant qu’il fut au pouvoir, Sully n’eut malheureusement pas le temps de conclure des alliances pour ses autres enfants : la mort de Henri IV le 14 mai 1610 vint dangereusement ébranler une fortune dont la progression avait été constante et dont on ne peut dire si elle avait atteint son faîte, ou si d’autres espérances encore pouvaient être conçues.

C. LE REPLI : 1610-1641

152La mort de Henri IV ne sonna pas immédiatement la disgrâce de son ministre : bien des mois se passèrent avant son départ du pouvoir, en janvier 1611, pendant lesquels s’intensifièrent les tractations avec Concini, le favori de la reine mère, et avec les princes qui avaient dû souffrir auparavant la rigidité de Sully et son refus de céder à leurs exigences financières. Mais, lorsqu’il ne fut plus possible de garder le pouvoir, encore fallait-il sauvegarder l’honneur et les biens : telle pourrait être la ligne de conduite de Maximilien de Béthune dans les premières années qui suivirent la mort de Henri IV, avant une retraite définitive.

I. LE DEPART DU POUVOIR

1. Les soupçons contre Sully

  • 216 B. Zeller, La minorité de Louis XIII, Marie de Médicis et Sully, Paris, 1892, t. i, p. 75-76.
  • 217 Richelieu, Mémoires, Paris 1908-1931, t. I, p. 13.

153Il était difficile pour le commun du public de ne pas soupçonner celui qui avait été à la tête des finances de la France pendant douze ans, de s’être enrichi sur le dos de l’État. Dans une lettre de l’ambassadeur florentin Andrea Cioli du 13 juillet 1610216, on trouve un écho de cette opinion : le sr d’Elbène, jeune lieutenant aux chevau-légers d’origine italienne et bien vu en cour, déclare que Sully « a pendant de si longues années manié les finances, c’est-à-dire douze ou quatorze millions d’écus d’or par an, sans avoir jamais eu l’obligation de rendre compte d’un sou. C’est une chose inouïe, qui n’a jamais été accordée à personne. M. de Sully a tellement modifié et bouleversé les pratiques anciennes que le plus habile homme du monde ne parviendrait pas en deux années à débrouiller l’écheveau. » Et d’Elbène d’insinuer que le surintendant a amassé au moins deux millions d’écus d’or, et que si on lui ôte le maniement des finances, « il courrait grand risque de voir ceux qu’il avait mécontentés, découvrir ses malversations et extorsions ». Un surintendant des finances au xvie siècle n’avait-il pas été exécuté pour pareille accusation, et un autre quelques décennies plus tard ne devra-t-il pas également à ces soupçons d’être emprisonné à vie ? On trouve encore un écho de ces bruits qui couraient sur la fortune de Sully dans les Mémoires de Richelieu : selon lui, Henri IV aurait eu l’intention peu avant son assassinat de donner le maniement des finances à l’un des secrétaires de Sully, l’intendant des finances Isaac Arnauld : « Les contradictions du duc de Sully, et le soupçon qu’il avoit, non de la fidélité de son cœur, mais de la netteté de ses mains, faisoient qu’il avoit peine à se résoudre à le supporter davantage217. » Et il juge ainsi le bilan de son administration :

  • 218 Ibidem, p. 37.

« [Sully se retira] chargé de biens que le temps auquel il avoit servi lui avoit acquis, mais d’envie pour la grande autorité avec laquelle il avoit fait sa charge, et de haine pour son humeur farouche. On peut dire avec vérité que les premières années de son service furent excellentes ; et si quelqu’un ajoute que les dernières furent moins austères, il ne sauroit soutenir qu’elles lui aient été utiles sans l’être beaucoup à l’État218. »

2. Les négociations avec Concini et la reine

  • 219 Œconomies royales, t. II, p. 388.
  • 220 Ibidem, t. II, p. 392.

154Néanmoins dans un premier temps, on décida de garder Sully à la tête de la surintendance des Finances. Ne détenait-il pas en effet tous les papiers et mémoires nécessaires ? Et si Marie de Médicis et Concini lui firent tout d’abord force caresses et flatteries, Maximilien de Béthune vit s’élever l’ambition des princes et des grands : « Ce n’estoit alors que brigues, caballes et menées à la Cour, s’entredisans les uns aux autres : le temps des rois est passé et celui des grands et des princes est venu ; il nous faut bien faire valoir219. » Sully, qui craignait de tout perdre, essaya de faire des ouvertures à Concini pour se l’associer, en vain ; il comprit rapidement que s’il gardait sa surintendance des Finances c’était « notamment pour ce qui regardoit le payement des pensions des princes et autres grands de France », en premier lieu celle de Condé, rentré en France. Devant cette situation, Sully se rendit compte « qu’il lui sera du tout impossible de se maintenir avec honneur en ses charges220 ». Il refusa de signer des ordonnances de comptant que l’on prétendait avoir été commandées du temps de Henri IV. Après les avances à Concini, Sully essaya de s’entendre avec Condé : il lui proposa de s’unir à ses oncles Conti et Soissons, et de se réconcilier avec la reine mère ; mais Condé refusa, craignant peut-être de s’unir à ce surintendant sur le déclin, dont « l’excessif pouvoir et autorité » étaient fort critiqués, et d’être abandonné de tous. Ces tractations, dont les ouvertures, d’après ses propres dires, furent faites par Sully, illustrent son désir de se maintenir au pouvoir : sans doute pressentait-il les demandes financières des grands et se croyait-il seul capable de garder saine la situation du trésor royal. Et sans doute aussi craignait-il qu’une fois perdue sa principale charge, la cabale ne se retournât contre lui et ne lui arrachât le reste. Déjà il se rendait compte que Concini lui cachait les principales affaires d’État : il ne jouait donc plus le rôle que d’un trésorier, signant les ordonnances de comptant. Son fidèle collaborateur Isaac Arnaud, qu’il avait fait nommer conseiller d’État et intendant des Finances, l’abandonnait et se mettait au service du président Jeannin.

  • 221 Cet adieu reflète les dispositions d’esprit dans lesquelles Sully quitte le pouvoir : « Adieu maiso (...)

155C’est donc de lui-même, selon ses Mémoires, qu’il aurait renoncé au pouvoir. Lors du sacre de Louis XIII à Reims, il se retira à Montrond, où, malgré la maladie, il composa deux pièces de vers, les « Parallèles de César et de Henry le Grand », et l’« Adieu à la Cour221 », dont le thème, peu original, dégage néanmoins, sous l’éloge de Henri IV, la constante de l’attitude de Maximilien de Béthune dans les années suivantes : fidélité au roi, crainte d’être « rejeté, méprisé et de tous droits exclus », c’est-à-dire persécuté.

156Ce prodige d’éloquence fut d’ailleurs vite démenti. Au retour du voyage de Reims, la reine mère l’envoya chercher, et il ne se serait résolu à revenir à la cour que sur les prières de sa femme, Rachel de Cochefilet, de son fils, le marquis de Rosny, et de son gendre, le duc de Rohan :

  • 222 Œconomies royales, t. II, p. 406.

« Vous vous laissastes persuader au voyage de la Cour (...) et à vous départir de la résolution que vous aviez prise de vous défaire de toutes vos charges, en faveur de ceux que le sieur Concini et sa femme désireroient, afin d’en tirer une grande et immense somme, comme avant vostre departement on vous en avoit desja fait porter parole, laquelle faisiez estat d’envoyer un tiers en Suisse, un tiers à Venise et l’autre tiers en Hollande, avec tout ce que vous aviez desja et pourriez ramasser d’argent tous les ans, pour y faire vostre retraicte en cas de persécution contre ceux de la religion222. »

157Sully craignait une double poursuite : contre lui-même, pour avoir gardé le pouvoir longtemps, et être de ce fait soupçonné de malversations, et contre ceux de la religion, qui, malgré l’Édit de Nantes, n’étaient, selon lui, qu’en sursis sous le règne de Henri IV. Les années suivantes confirmèrent ses craintes, avec les campagnes de Louis XIII contre les places de sûreté des protestants, et les nombreux procès qui lui furent intentés.

3. Les justifications données par Sully

  • 223 Lettre à la Royne régente, s.l., 1611, 13 p.

158Ce fut donc le 26 janvier 1611 que Sully remit à la reine mère ses charges de surintendant des finances, et de capitaine de la Bastille. Le 27 janvier 1611, il reçut à titre d’indemnité la somme de 300 000 livres, qui devait être payée sur les quartiers de l’Espargne de 1611. En outre, le 20 mai lui fut accordée une augmentation de pension, qui passa de 24 000 livres à 48 000 livres par an. Maximilien de Béthune dans une Lettre à la royne régente de janvier 1611223 se défendit d’avoir accepté cette somme :

« Madame, j’obéis aux désirs et aux volontez expresses de vostre Majesté, je remets entre ses mains les deux plus belles marques qui me restent des biens-faicts et du ressentiment de mon bon maistre, la Bastille et les finances (...). D’un seul poinct, Madame, ayé l’esprit impatiemment agité : c’est de la résolution trop absolue que prend vostre Majesté de me faire prendre de l’argent en récompense de mes charges, (...) au contraire, Madame, je suis forcé de le refuser, et de proférer contre mon devoir, en ce subject, mon intérest particulier à celuy de vostre Majesté : de toutes les voyes proposées pour sortir de ce desseing, celle-cy me doit estre la plus odieuse, ainsi l’ay-je en horreur et la tiens comme procédé, non de la bonté de vostre Majesté, mais de la malice de mes ennemis. Car, Madame, pourquoy plus-tost ne rejette-on ce prétexte sur mon humeur farouche, incompatible esloignement de toute gratification, de toute société, de toute dissimulation, sur le peu d’ordre que j’ay peut-estre donné aux affaires de mes charges (...), et sur l’extresme soing que j’ay pris de m’establir pour la conservation de ma fortune ? Car de publier que j’aye jamais demandé récompense que pour ma charge des finances ny autre récompense encores, qu’une charge de mareschal de France, c’est chose qui ne peut estre veritablement sousteneue (...). [Sully offre ici sa vie, ses biens, ses honneurs et ceux de ses enfants.] La faveur la plus grande et la plus désirée dont je la supplie très humblement de me récompenser, c’est, Madame, qu’il plaise à Vostre Majesté de commander à cest heure à mes plus grands ennemis d’aller en la Chambre des comptes pour veriffier depuis douze ans l’utilité ou dommages de mes veilles [Sully justifie son administration et demande pour seul honneur à la reine de garder un souvenir perpétuel de sa fidélité.] (...) »

159À cette défense, on peut opposer la critique qu’en fait Richelieu :

  • 224 Richelieu, Mémoires, op. cit., t. I, p. 37.

« S’il avoit bien fait les affaires du roi en son administration, il n’avoit pas oublié les siennes, ce qui paroissoit d’autant plus clairement, qu’étant entré avec six mille livres de rente en la charge, il en sortoit avec plus de cent cinquante mille ; ce qui l’avoit obligé à retirer de la Chambre des comptes la déclaration de son bien, qu’il avoit mise au greffe quand il entra dans les finances, afin qu’on n’eût pas de quoi justifier par son propre seing qu’il eût tant profité des deniers du roi224. »

160Terrible critique de la part d’un ministre qui accumula durant son ministérial une fortune sans comparaison avec celle de Sully !

161La défense principale de Sully en réponse à ceux qui voulaient l’accuser de concussion et d’avoir profité des finances royales, c’était d’avoir rétabli et augmenté celles-ci, au contraire de ce qui pouvait se voir alors, où chacun puisait dans le trésor, et où la désorganisation s’installait ; c’est ce qui ressort d’une lettre au roi Louis XIII du 29 décembre 1615 :

  • 225 Lettre de Monseigneur le duc de Sully au roi [Saint-Maixent, 29 décembre 1615], Lyon, 1616, 26 p.

« Sçachez, sire, au nom de Dieu (...) combien dignement, laborieusement, et utilement je me suis acquité des charges qui m’ont esté commises par le feu roy vostre père, de très-haute et glorieuse mémoire. Sçachez, Sire, en quel estat estoient les affaires de France lorsqu’il m’en donna l’administration, en quel estat elles estoient à sa mort quand l’on me priva d’icelles, et en quel estat elles sont mainte nant, à fin que par comparaison de temps et conditions si diverses, vous puissiez mieux juger quel suject, et quel serviteur j’ay esté225. »

162Une nouvelle fois, Sully écarte donc les soupçons que l’on pourrait avoir sur sa fortune en mettant en avant les fruits de son administration et le service du roi.

II. DEFENSE DE LA FORTUNE DE SULLY (1611-1616)

1. L’assemblée de Saumur (1611)

  • 226 Son fils le marquis de Rosny avait reçu en survivance les charges de grand maître de l’artillerie e (...)
  • 227 Zeller, op. cit., p. 256.

163Sully gardait encore quelques charges très importantes qui auraient pu faire redouter qu’il ne constituât un parti de factieux si jamais on s’attaquait à sa fortune : il demeurait grand voyer de France, surintendant des bâtiments, et surtout gouverneur de Poitou et de Jargeau226. Mais il ne se rendit pas immédiatement en son gouvernement de Jargeau, séjourna d’abord quelque temps à Rosny, puis revint à la cour en février 1611. L’évolution de la situation, après son départ de la cour, aurait pu donner quelques craintes à la reine Marie de Médicis. Car les protestants, mécontents de la disgrâce du principal d’entre eux, appelèrent Sully à leur assemblée, convoquée d’abord à Châtellerault, puis à Saumur en mai 1611, car Châtellerault se trouvait dans le gouvernement de Poitou. Il aurait pu facilement y prendre une influence prépondérante et susciter des embarras à la reine. Il demanda à l’assemblée sa protection : « Il n’avait pas été déposé de ses charges pour d’autres raisons que sa religion et la méchanceté de ses ennemis dont il attendait un traitement pire encore, si on ne lui donnait protection227. »

164Sully s’en remit à l’avis de l’assemblée, toujours dans le souci de protéger ses biens et son honneur :

  • 228 Harangue prononcée en l’assemblée générale de Saumur, l’année mil six cens et unze, s.l.n.d. [1611] (...)

« Quoy que l’on ait voulu dire, je puis protester avec vérité que je n’ay receu aucune sorte de récompense, ny n’en ay voulu demander, sans l’advis de ceste compagnie, laquelle je prie me vouloir donner son conseil sur quatre poincts. Le premier, si je doibs laisser les choses en l’estat qu’elles sont, sans en faire aucune instance. Le second, si je doibs demander purement et simplement mon restablissement. Le troisiesme, si je me doibs soubsmettre à la récompense que l’on m’a promise et à la demander. Le quatriesme, si je doibs insister à recevoir plustost une récompense d’honneur et seureté, que non pas de proufit et utilité. En quoy je suivray absolument ce qui me sera par vous ordonné. Je vous supplie aussi, Messieurs, de vouloir bien examiner cest affaire, et juger si elle doibt estre réputée un simple faict particulier, ou si à mon interest particulier il y est joinct celuy du public. Si c’est des dépendances de l’Edict, s’il peut estre suivi ou tiré en conséquence contre tous ceux qui font profession de la religion, et réputé pour une infraction à l’Edict. Et si vous jugerez que moy seul y aye de l’interest, il ne sera pas besoing que ceste compagnie s’en empesche davantage228. »

  • 229 Ibidem, p. 15-16.

165L’assemblée générale des protestants réunie à Saumur sous la présidence de Duplessis-Mornay commença par soutenir Sully, ainsi que cela apparaît dans l’« Extraict des actes de l’assemblée générale des Eglises réformées de France, convoquées à Saumur par permission du roy, au moys de may mil six cens unze229 » :

« En procédant à la résolution de l’article général requis par les provinces, estant inséré au cahier pour la manutention de ceux de la religion es estats, charges, honneurs et dignitez, dont ils sont pourveus, et le restablissement de ceux qui en ont esté dépossedez, la Compagnie a exhorté Monsieur le duc de Sully, en traittant de la récompense qui luy a esté promise pour ses charges, d’insister à l’avoir plustost en seureté et en honneurs qu’en proufit et utilité. Charge les deputez généraux des Eglises de se joindre à ladicte instance, pour supplier tres-humblement le roy de donner consentement audict sieur de Sully. Prie ledict sieur duc de ne se desmettre des charges qui luy sont demeurées, et au sieur marquis de Rosny son fils : et notamment de celle de grand maistre de l’artillerie. Et où pour ce regard ou autres, ils seroient recherchez par voyes indeües, illigitimes, et extraordinaires, arresté de faire desmonstration qu’elle juge l’interest dudict sieur duc de Sully conjoinct avec l’interest general des Eglises, pour l’assister par toutes voyes deües et légitimes, dont les instructions desdicts deputez generaux seront expressément chargez. Signé Philippe de Mornay, président ; Charnier, adjoinct, et Josias Mercier, scribe. »

  • 230 Zeller, op. cit., p. 292.

166Il apparaît donc que l’assemblée, plutôt embarrassée, promit de soutenir le duc au cas où il serait dépouillé de force et injustement de ses biens, sans toutefois recourir à la rébellion contre le pouvoir. L’ambassadeur vénitien Scipio Ammirato le note ainsi, dans une lettre du 19 octobre 1611230 :

« Les députés de l’assemblée de Saumur (...) chargent gaillardement sur deux poincts en particulier : la réintégration de Sully dans ses charges et la promesse en survivance de la connétablie pour le duc de Bouillon. Pour la première tentative, il n’y a aucun espoir de succès ; mais ils la font pour tâcher d’empêcher le procès que l’on prépare contre Sully et parer de la sorte à sa ruine totale ; car il n’est pas douteux que, si l’on poursuit l’affaire, elle tournera fort mal. Il a contre lui les ministres, la Cour, les gens du Parlement que, dans un autre temps, il a tous traités de haut. »

167La menace contre les biens de Sully était donc réelle ; au dire du même ambassadeur, Sully n’a pas attendu la séparation de l’assemblée pour préparer sa retraite :

  • 231 Ibidem, p. 288, lettre du 2 août 1611.

« S’il faut croire ce que j’ai vu dans une lettre de quelqu’un qui se dit son serviteur à un huguenot, et dans laquelle il est rapporté qu’il s’est retiré à La Rochelle avec quarante charrettes remplies des meilleurs meubles qu’il avait à Sully. Son fils est à Poictiers au siège de son gouvernement231. »

168D’après Zeller, Sully était alors isolé : l’assemblée reçut des garanties sur les privilèges des protestants ; Lesdiguières, qui voulait soutenir la cause du duc, fut fait lui-même duc et pair de France. Même les bourgeois de Châtellerault étaient peu disposés à l’accueillir et à encourir par là la disgrâce royale :

  • 232 Lettre de Scipio Ammirato du 31 août 1611, citée dans Zeller, p. 306. En réalité, Sully prêta de l’ (...)

« S’étant retiré à Châtellerault, il voulut y fortifier son hôtel pour s’y trouver plus en sûreté ; mais les bourgeois l’en empêchèrent en lui signifiant très librement qu’il eût à se désister d’entreprendre une semblable fortification, parce qu’ils ne voulaient causer du mécontentement et du préjudice à leur roi. Sully prit alors la résolution d’aller à La Rochelle, et, pour se faire bien voir, avant d’entrer dans la place, il prêta 600 000 écus à la commune232. »

2. La conférence de Loudun233 (1616)

  • 233 Cf. Louis-Henri Bouchitté, Négociations, lettres et pièces relatives à la conférence de Loudun, Par (...)

169Le dernier recours de Sully, s’il ne voulait pas entrer dans la rébellion ouverte, c’était de s’allier avec d’autres grands :

  • 234 Lettre de Scipio Ammirato du 2 novembre 1611, citée dans G. Zeller, op. cit., p. 307.

« Les affaires de Sully restant dans le plus grand péril, à cause de la ruine qui est suspendue sur sa tête, sa préoccupation principale est d’y remédier dans la mesure du possible. C’est pourquoi il est venu à la résolution de se recommander à la protection du prince de Condé, du duc de Guise et du marquis d’Ancre, à tous lesquels il a fait présent d’une bonne somme d’argent à cet effet234. »

  • 235 Voir ci-dessous p. 157-158.

170Nous n’avons aucune preuve de ces gratifications ; mais il est réel que Maximilien de Béthune a prêté à la ville de La Rochelle et à divers particuliers, de décembre 1612 à février 1613 seulement, d’importantes sommes d’argent235 ; d’autre part on le vit durant quelques années dans le sillage du prince de Condé, se défendant toujours de se rebeller contre le roi, mais réclamant le paiement de ses récompenses et pensions.

171Sully essaya alors de sauvegarder sa situation et se déchargea de tout ce qui concernait l’administration de ses biens sur sa femme Rachel de Cochefilet, ainsi qu’il en ressort d’une procuration générale passée en juin 1611 à Saumur en sa faveur. En 1612 et 1613, il séjourna presque constamment dans son gouvernement de Poitou, ne rentrant à Paris que pour la session des États généraux à Paris d’octobre 1614 à février 1615. Il suivit ensuite le roi Louis XIII, dont on célébra le mariage à Bordeaux le 28 novembre 1615, dans son voyage à travers les provinces de l’Ouest de la France et n’assista pas à l’assemblée des protestants réunie à Grenoble en juillet 1615. Sully rencontra Louis XIII le 3 septembre 1615 à Châtellerault, mais ne put obtenir pour son gendre Henri de Rohan la survivance de son gouvernement de Poitou.

  • 236 Lettre au roi, op. cit.

172Dans une longue lettre, déjà citée, au roi Louis XIII, envoyée de Saint-Maixent le 29 décembre 1615236, il proteste encore de ses bons services et de la cabale qui le poursuit à la cour, et se pose en médiateur pour éviter une guerre qui pourrait être si préjudiciable :

« Sire, avec les mains jointes, et les genoux ployez devant le throsne équitable de vostre Majesté royalle, je la supplie au nom de Dieu, et le plus humblement qu’il m’est possible de vouloir donner jugement favorable à mes bonnes intentions, et ne sentencier pas mes œuvres selon l’appétit et les interests particuliers qui pourroient avoir quelque animosité contre moy, (...) et donnant foy aux paroles d’une personne qui a si bien servy, à ses offres, submissions et justifications, vous preniez certaine asseurance que j’ay toute semblable dévotion et volonté pour le service et la grandeur de vostre Majesté, que j’ay incessament eüe pour le feu roy vostre père (mon très cher roy, unique maistre et bien-faicteur). (...) Mais autant de submissions et de déférences de ma part, autant de refus et de rejections de la Cour. Tellement que tout accablé d’ennuis, chargé d’affrons et circui de perplexités, j’ay creu ne pouvoir rien faire de plus excusable, ny de plus digne de vostre compasssion et miséricorde (...) de maintenir (aux lieux où j’aurois pouvoir) toutes choses en estat proche du repos et d’une apparente tranquillité, le plus long temps qu’il me seroit possible, sans me départir ny désister cependant des continuelles poursuites, solicitations, voire importunitez dont j’avois usé pour essayer de disposer les uns et les autres à quelque traitté, accomodement, réconciliation, abouchement, ou à tout le moins à la nomination des personnes qualifiées et capables. Je me suis resolu (...) de supplier encor très humblement vos royalles Majestez, de vouloir comme d’eux mesmes, de leur propre mouvement (...) considérer attentivement combien de préjudice à vostre service, (...) de dommage à vostre peuple peut apporter la continuation d’une guerre de telle nature que nous en voyons le commancement, laquelle vous pouvez promptement terminer par des moyens si faciles que l’obstiné refus de les embrasser engendre plusieurs scrupules dans les âmes des meilleurs serviteurs du feu roy vostre père, et par conséquent les vostres, puisqu’il n’est question, à ce que j’ay pu descouvrir des intentions de M. le Prince, que de faire expedier une commission au Parlement de Paris pour la recherche et perquisistion des instruments, autheurs ou consentants du (...) parricide (...) ; ensemble pour faire rendre compte et raison, tant à moy qui ay eu un temps partie de la conduitte des affaires et finances de la France souz le feu roy vostre père jusques au jour de sa mort, qu’à tous ceux qui depuis icelle jusques à présent ont eu part et autorité en semblable conduite, maniement et direction des mesmes affaires et finances, ou que l’on tient cause de la confusion et profusion d’icelles, menant en mesme temps d’autres personnes que nous des plus qualifiées et prud’hommes des trois Ordres de vostre royaume, lesquelles ne soyent adhérentes ny suspectes à aucunes des parties accusantes, ou accusées, pour donner conseil à vostre Majesté. Je prieray le Créateur (...) que (...), vous vueillez bénignement recevoir le sommaire de tous mes désirs, lettres et submissions précédentes, lequel se réduit à l’ouverture des moyens certains que j’ay en main pour parvenir à une bonne paix, au restablissement asseuré de vostre autorité royalle, et de vos affaires, (...) sans autre condition que de voir mon honneur en seureté, les violences que l’on m’a faites reparées, et mes hontes effacées. »

  • 237 Sur l’affaire Condé, voir ci-dessous p. 204-215.
  • 238 Sur les démêlés de Sully avec Cottan, voir ci-dessous p. 215-225.

173Quelles attaques, quels ennemis Sully devait-il affronter alors, car on ne voit aucune accusation publique lancée contre lui ? Ce furent d’abord les pressions du prince de Condé, qui avait pris la tête du parti des grands, mécontents de la politique royale ; Sully prétendit qu’il fut quasiment forcé de lui vendre une partie de ses terres, par crainte « qu’il ne prist cette guerre pour pretexte de s’en mettre en possession violente » : le 20 juillet 1614, il céda Villebon, La Gâtine et Beaurepaire, mais déjà alors Condé convoitait les terres de Sully en Berry, où il avait acquis en 1612 et en 1613 le marquisat et le comté de Châteauroux237. D’autre part, Sully se voyait aussi contester la possession de ses bénéfices ecclésiastiques : dès 1612 Pierre Cottan, abbé confidentiaire de l’abbaye de Coulombs, cherchait à s’approprier les fruits de ses bénéfices ; celui-ci obtint un arrêt du Grand Conseil du 1er décembre 1615 condamnant les fermiers des abbayes à payer entre ses mains, et non entre celles de Sully, le montant de leurs loyers238. Enfin, Sully était encore en plein procès avec les entrepreneurs de sa ville d’Henrichemont, dont les travaux avaient cessé. Et il pouvait encore se plaindre de la part de la Cour, car ses pensions, gages et récompenses ne lui étaient pas payés.

174Ce sont peut-être ces difficultés et ces atermoiements qui le poussèrent à jouer un rôle plus actif dans les événements, afin de préserver sa fortune et ses charges, en proie non aux poursuites de l’État, mais aux convoitises des intérêts particuliers. On le vit au début de l’année 1616 parmi les députés du prince de Condé, chargé avec Thianges et Desbordes-Mercier de négocier avec les députés du roi, Brissac et Villeroy. Condé de son côté n’hésita pas à réclamer le rappel des ministres de Henri IV pour faire cesser la guerre civile. Habilement, Sully refusa de se ranger tout à fait dans le parti des rebelles, et tenta de jouer la négociation entre Condé, les protestants réunis en assemblée générale à La Rochelle, et le roi. Il fut aidé dans cette tâche par Bouillon, Courtenay, Thianges et Desbordes. En avril 1616, il fut envoyé par Condé auprès de l’assemblée des protestants à La Rochelle pour leur faire rabattre leurs conditions.

  • 239 Il avait épousé Marie Hurault, fille du premier lit de Rachel de Cochefilet.
  • 240 Cf. Louis-Henri Bouchitté, Pièces relatives à la conférence de Loudun, op. cit., p. 676.

175Dans ces négociations, Sully, comme d’ailleurs les autres princes, ne perdait pas de vue ses intérêts particuliers : il fit exempter les paroisses et villages lui appartenant en Poitou du logement des gens de guerre du roi. Il prévint l’assemblée des protestants que si elle ne désignait pas le fils de La Boullaye239, récemment décédé, au gouvernement de Fontenay-le-Comte, il demanderait celui-ci pour son son fils, le marquis de Rosny, en récompense de la citadelle de Mantes. Toujours fidèle à sa foi, il empêcha l’établissement dans la ville de Loudun d’un couvent de Capucins, établissement décidé par le roi. D’un autre côté, il fit preuve d’une merveilleuse bonne volonté envers le souverain : il versa à l’assemblée de La Rochelle les 90 000 livres promises par le roi pour son « deffray », sans que nous sachions s’il en a été remboursé240.

  • 241 Ibidem, p. 814-821.

176De la conférence de Loudun, qui réunit, de février à mai 1616, les députés du prince de Condé et ceux du roi, tandis que les protestants étaient assemblés à La Rochelle, le prince de Condé, le duc de Rohan et autres tirèrent d’énormes avantages, contenus dans les articles secrets et particuliers du traité241 : Condé échangea son gouvernement de Guyenne contre celui de Berry, reçut la capitainerie de la ville et tour de Bourges, les revenus du domaine d’Issoudun, Vierzon et Chinon, ainsi que le bailliage de Berry, et plus de 100 000 écus pour frais de trois années de guerre ; sa terre de Châteauroux en Berry fut érigée en duché-pairie et le roi se chargeait d’entretenir une garnison de cent-vingt hommes à ses frais à Bourges, à Chinon et au Bourg-Dieu. Par ces gratifications, Condé assurait ainsi sa position en Berry, au détriment de Sully.

177Le duc de Rohan, gendre de Sully, obtint le paiement d’un don de 100 000 livres qui lui avait été auparavant fait, et la provision du gouvernement de Poitou.

  • 242 La charge de gouverneur de Saint-Maixent avait été donnée le 11 avril 1615 au fils cadet de Sully, (...)
  • 243 Le brevet pour la survivance de la charge de grand voyer de France fut expédié le 19 août 1616, cel (...)
  • 244 Cette charge sera ensuite, à une date inconnue, cédée au roi contre 60 000 livres.

178Sully lui-même ne demeura pas en reste, mais au regard des avantages obtenus par Condé il ne fit qu’obtenir l’assurance qu’il pourrait continuer à jouir et à disposer de ses charges : il reçut l’entier paiement en deux ans des 300 000 livres de récompense données en janvier 1611, lors de la démission de sa charge de surintendant des finances et de capitaine de la Bastille ; la jouissance de toutes ses charges ; l’entier paiement de tous ses états, gages, pensions, appointements et garnisons, avec les arrérages jusqu’au jour où il s’était uni au prince de Condé, qui s’élevaient-à 121 000 livres ; le rétablissement des dons qui lui avaient été accordés par Henri IV et depuis transférés à d’autres ; la continuation de la garnison de Saint-Maixent aux frais du roi242 ; l’expédition d’un brevet pour la démission de ses charges de grand voyer de France et surintendant des bâtiments en faveur de son fils le comte d’Orval, à charge de survivance243 ; la libre jouissance et entière fonction de la charge de capitaine-lieutenant des deux cents hommes d’armes de la compagnie de la Reine244.

  • 245 Le paiement effectif des gages et pensions pouvait, par le moyen des assignations, prendre un grand (...)
  • 246 Le duc de Rohan exerça ce gouvernement à partir de 1620, en échange d’une récompense de 200 000 liv (...)

179Grâce au traité de Loudun, Sully essaya donc de rétablir en totalité ses charges avec les pouvoirs qu’elles lui conféraient, et d’en assurer la survivance. On s’aperçoit, d’après ce qu’il obtint, que ses gages avaient été payés irrégulièrement, sinon pas du tout, ce qui devait être le cas de beaucoup d’officiers royaux en ce temps de difficultés245 ; ses pensions avaient été allouées à d’autres ; sa compagnie de deux cents hommes d’armes avait été donnée à un autre. Parallèlement, plusieurs offices concernant la voirie avaient été créés depuis l’avènement de Louis XIII ; cette fois Sully ne put obtenir le remboursement de sa charge avec les deniers procédant de cette création car ils avaient déjà été employés à d’autres dépenses. Néanmoins, il a obtenu la survivance du gouvernement de Poitou en faveur du duc de Rohan246, son gendre, et des charges de grand voyer et de surintendant des bâtiments de France en faveur du comte d’Orval.

  • 247 Armand-Léon de Durfort, qui avait épousé en 1605 Lucrèce de Béthune, fille de Lucrèce de Coste et d (...)

180Le marquis de Rosny semble de son côté avoir connu les mêmes difficultés que son père dans l’exercice de ses charges, en particulier dans celle de grand maître de l’artillerie de France, dont les fonctions ont été amoindries par les attributions données au sr de Born, lieutenant général de l’artillerie247. Rosny demandait expressément que seul le grand maître puisse désormais donner ordres aux officiers de l’artillerie et des fortifications. Enfin il réclama son dû en tant qu’officier de la Couronne : une compagnie de cent hommes d’armes, l’entier paiement de sa pension, augmentée de 12 000 à 20 000 livres par an, enfin les arrérages de celle-ci.

181Nous sommes peu renseignés sur la manière dont furent exécutés ces articles secrets du traité de Loudun. S’ils arrivent à conforter le duc de Sully, cinq ans après son départ du pouvoir, dans la possession et la jouissance de ses charges et pensions, ils ne marquent pas encore un point d’orgue dans la carrière du duc de Sully. Pourtant, âgé de cinquante-six ans, il était encore loin de prendre une retraite paisible et studieuse sur ses terres.

III. LA NOUVELLE ORIENTATION DE LA FORTUNE DE SULLY (1614-1622)

  • 248 Le comte d’Orval fut pourvu de ces gouvernements par lettres patentes du 22 août 1616 sur résignati (...)

182La vente de Villebon en 1614 au prince de Condé ouvrit la voie à une nouvelle orientation de la fortune de Sully. En effet, quoique incapable de payer, Condé jeta son dévolu sur les terres berrichonnes de Sully, qu’il acquit en 1621 et 1624. Maximilien de Béthune comprit très vite qu’il ne pourrait pas s’opposer aux convoitises de Condé sur le Berry, et orienta alors plutôt ses vues sur le Sud-Ouest de la France, là où les protestants possédaient des places de sûreté. Il semble que ce soit à l’issue de l’assemblée des protestants à La Rochelle, que François de Béthune reçut le gouvernement des villes de Figeac, Capdenac et Cardaillac248, assorti des abbayes de Figeac et Marcilhac, dont Isaac Chazal, sr de La Gravière, prit possession en son nom le 27 avril 1616. En juillet et août 1616, il fit acheter les seigneuries de Montricoux et Caussade, en Quercy, près de Montauban ; elles étaient destinées au comte d’Orval, en compensation de la perte des terres de Berry qui lui avaient été dévolues en partage. En 1619 il acheta les greffes du ressort du parlement de Toulouse pour plus de trois cent mille livres et en 1618-1625 les greffes de Fontenay-le-Comte. Il prêta de grosses sommes d’argent à La Rochelle en 1612-1613 et à Montauban en 1618. Une bonne partie de ses intérêts furent donc placés dans le Sud-Ouest de la France.

183Sully ne profita pas de la situation pour fomenter la rébellion. En 1621, alors que Montauban était assiégée, et défendue par le duc de Rohan, il écrivit à son gendre pour le dissuader de résister :

  • 249 Lettre à M. le duc de Rohan sur sa résolution et celle des habitants de Montauban, Paris, 1621, 13  (...)

« Je ne sçais pas bien en quel estat vous estes, quelles sont vos forces, ny vos espérances, mais je crains infiniment que ne prenant pas mieux vos mesures que par le passé, et ne voyant plus clair dans les raisons de ceux qui vous veulent jetter aux extremitez sous couleur de quelque assistance, que vous ne re[n]cont[r]iez en tout cela plus de vanités que de certitude, sans laquelle vous ne devez rien déliberer. (...) Pour vostre regard, si vous n’estes grandement fort, je ne voy pas qu’il y ait apparence que vous les puissiez suffisamment secourir, et crains qu’en l’essayant, vous ne rencontriez une desfaveur de fortune, laquelle arrivant, il n’y a plus rien de certain à espérer249. »

Les possessions et affaires de Sully en Poitou et en Quercy

  • 250 Richelieu, Mémoires, op. cit., p. 244 : « Le duc de Sully y vint trouver le roi avec quelques déput (...)

184Sully se trouvait alors auprès du roi, et, poursuivant sa politique de fidélité250, pensait pouvoir promouvoir la paix grâce à la clientèle qu’il avait dans la région. Au début de l’année 1622, Louis XIII écouta ses propositions et lui confia, alors que le duc se trouvait dans son gouvernement de Capdenac, le soin de garder le pays en paix :

  • 251 Lettre du roi envoyée à M. de Sully à Cadenac..., Paris, Cahors, 1622, 15 p.

« Mon cousin, l’affection que je porte au repos et soulagement de mes subjects me donne occasion de vous escrire ceste-cy, pour vous dire qu’ayant du desplaisir des ruines et désolations que les habitants catholiques de ma ville de Figeac, comme aussi ceux de la religion prétendue réformée de lad. ville, et des environs, reçoivent des gens de guerre, j’auray bien aggréable que vous y apportiez ce qui sera de vostre auctorité pour les faire vivre en paix et tranquillité les uns parmy les autres, comme ils ont cy-devant faict, suivant les édicts. (...) Escrit à Paris, le sixiesme mars mil six cens vingt-deux. Signé Louis, et plus bas Phelipeaux, et sur la suscription est escrit, à mon cousin le duc de Sully, pair de France251. »

  • 252 La prise de Figeac nous est relatée dans une Lettre d’un officier de Figeac, réfugié de lad. ville (...)

185Le duc de Sully ne réussit cependant pas à empêcher les affrontements, en particulier la prise du fort de Figeac252.

  • 253 Richelieu, Mémoires, op. cit., p. 265.

186Lors du voyage de Louis XIII en Languedoc en 1622, Sully réaffirma sa fidélité au roi, en lui remettant de lui-même ses places de Figeac, Capdenac et Cardaillac : « De Sainte-Foy le roy alla à Agen, où il demeura le 1er et le 2 juin, et fut assuré des places que le duc de Sully avoit en Quercy253. » À la fin du mois de juin, Louis XIII était à Carcassonne, où il reçut le duc de Sully avec un député du duc de Rohan; ils firent quelques propositions de paix qui furent refusées.

187Cette action valut néanmoins à Sully une récompense fort intéressante pour lui éviter bien des procès et des justifications d’une partie de sa fortune privée : en considération de la réduction à l’obéissance de Figeac, Capdenac et Cardaillac, le roi lui offrit, le 22 mai 1622, la résignation de ses abbayes avec le privilège de ne devoir être obligé de rendre compte à quiconque sur les revenus de celles-ci :

  • 254 ADL, 5 J 16, pièce 16.

« Lesdicts sieurs duc de Sully et d’Orval ne pourront estre recherchez de la jouissance que eux, ou leurs confidentiaires ont peu faire des fruictz des abbayes et aultres bénéfices ny demeurer subjectz à auculne restitution d’iceux ; que tous arrestz, sentences et jugements donnez à leur préjudice sur ce subject demeurent révocqués, cassez et annulez, et que leurs confidentiaires ou eux en vertu de leurs procurations continuent à jouir desd. fruictz jusques à la résignation desd. bénéfices254. »

  • 255 Idem.

188Louis XIII, le 26 septembre 1622, sur la requête de Sully, ordonna de faire expédier des lettres pour le faire jouir, lui et le comte d’Orval, de l’effet des lettres patentes du 22 mai 1622, article 4255. On ne pourrait dès lors faire aucune recherche contre eux à cause de la jouissance de par le passé des fruits des abbayes et bénéfices par eux tenus, ni les obliger à faire aucune restitution de fruits. Ordonnance très importante, comme nous le verrons plus loin, pour empêcher que l’on ne s’attaque à cet élément de la fortune de Sully, qui fut d’autant plus contesté que son bénéficiaire était protestant.

IV. LE REPLI : TRENTE ANS DE CONFLITS

189Après 1622, Sully, conforté dans la jouissance de ses biens, n’eut plus rien à craindre du pouvoir, dont il avait réussi à obtenir des avantages grâce à sa politique loyaliste, et n’intervint plus guère dans les affaires du royaume. La plupart de ses charges et offices étaient en 1622 abandonnés, et s’il rentra en possession de la charge de grand maître de l’artillerie à la suite du décès de son fils aîné, le marquis de Rosny, le 1er septembre 1634, ce fut pour recevoir en échange de sa résignation le bâton de maréchal, le 18 septembre 1634. Mais il dut soutenir un grand nombre d’autres attaques contre sa fortune. La plupart avait été commencées dans la période précédente. Le prince de Condé, incapable de payer le prix des terres berrichonnes acquises en 1621 et 1624, céda petit à petit plusieurs ensembles de terres au duc, près de Chartres et en Picardie. Cette affaire ne prit fin qu’en 1634. Maximilien de Béthune dut soutenir un procès contre l’un de ses abbés commendataires, Pierre Cottan, et contre deux de ses agents, Jacques Hillaire et Isaac Chazal, sr de La Gravière, accusés de malversations financières en 1619, lors de l’achat des greffes de Languedoc.

  • 256 Lettre à Monsieur le marquis de Rosny [Montrond, 23 août], s.l., 1620 : « Marquis de Rosny, si l’ab (...)

190Mais ce fut surtout du côté de sa famille que vinrent les attaques : Sully avait marié en 1620 sa fille cadette Louise au marquis de Mirepoix contre une grosse dot ; elle fit annuler son mariage dès 1624. Le marquis de Rosny contracta des dettes, se sépara de sa femme Françoise de Créquy, eut une maîtresse, Marie d’Estournel, dont il eut deux enfants, et se convertit au catholicisme en 1620 ; son père ne cachait pas alors sa réprobation256. En 1634, le marquis de Rosny intenta à son père un procès en vue de dissoudre la communauté qui, faute d’inventaire après décès réalisé après la mort de sa mère Anne de Courtenay, continuait entre lui et son père. Cette affaire fut poursuivie par son fils, le prince d’Henrichemont, qui épousa en 1639 la fille du chancelier Séguier. A la suite de ce procès, Sully dut revoir les partages initiaux prévus dès 1609 et 1610.

191La « retraite » de Sully sur ses terres ne fut pas inactive : il ne se contenta pas de défendre sa fortune contre les attaques mais s’attacha aussi à développer et embellir ses domaines. Après 1624, il ne restait de l’ensemble au sud de la Loire et en Berry, auquel il avait consacré tant de soin, que La Chapelle-d’Angillon et Boisbelle-Henrichemont. Malgré ses efforts, Sully ne put faire poursuivre la construction de la ville d’Henrichemont. Ce fut donc sur Villebon et les terres environnantes, acquises par transaction avec Condé ou par achat, qu’il porta toute son attention. Il ne séjourna plus guère à Paris, où l’hôtel de la rue Saint-Antoine, acheté en 1634, servit de résidence à son petit-fils, le prince d’Henrichemont, mais passa la plus grande partie de son temps sur ses terres, où il s’occupait à mettre au point les Œconomies royales parues en 1638, et à continuer à embellir ses terres et châteaux : il fit ainsi décorer la galerie du château de Villebon de vues de ses principales propriétés, et celles du château de Sully-sur-Loire de ses hauts faits. Il séjourna à la fin de sa vie essentiellement à Villebon où il mourut le 22 décembre 1641, quelques mois seulement avant Richelieu et Louis XIII.

Notes

1 Plusieurs dates ont été avancées pour la naissance de Maximilien de Béthune : 13 décembre 1559, 6 janvier 1560, 12 décembre 1560 ; le millésime 1559 semble s’imposer. Cf. B. Barbiche, Sully, Paris, 1978, p. 204, note 11.

2 Du Chesne, Histoire généalogique de la maison de Béthune, Paris, 1661, Preuves p. 313-314. Contrat de mariage du 13 janvier 1557 devant Marc Bayer et Pierre Fontaine, notaires de Provins.

3 La date de la mort de Charlotte Dauvet est inconnue, mais elle est consécutive à la naissance de Jacqueline de Béthune, née vraisemblablement un an après Philippe, dont la date de naissance est certaine. Charlotte Dauvet est donc sans doute morte en 1566 ou 1567.

4 Du Chesne, op. cit., p. 437.

5 Se reporter au tableau généalogique en annexe, p. 460-461.

6 Les détails des successions de la maison de Béthune sont donnés par Du Chesne, op. cit., livre VI, p. 412-437.

7 Du Chesne, op. cit., p. 424.

8 Ibidem, p. 423.

9 Ibidem, p. 413.

10 Du Chesne, op. cit., Preuves, p. 306.

11 Ibidem, Preuves, p. 315.

12 Ibidem, Preuves, p. 307.

13 Ibidem, Preuves, p. 309.

14 Ibidem, Preuves, p. 314-315.

15 Ibidem, p. 420.

16 Ibidem, Preuves, p. 316-317.

17 Se reporter au tableau généalogique en annexe p. 460.

18 Œconomies royales, t. I, p. 189.

19 Robert de Melun avait uni au titre de prince d’Épinoy qui lui venait de son père Hugues de Melun, celui de marquis de Roubaix provenu de sa mère Yolente de Werchin (titre qu’elle porta jusqu’à sa mort en 1593), et surtout celui vicomte de Gand que lui avait apporté sa femme Anne Rolin, veuve en premières noces du parrain de Sully, Maximilien de Melun. Mais à sa mort en 1585, son énorme héritage, qui aurait dû revenir à son frère cadet Pierre de Melun et à ses enfants, fut confisqué par Philippe II d’Espagne qui avait déclaré rebelle dès 1582 Pierre de Melun, pour avoir suivi la cause de Guillaume de Nassau, prince d’Orange, et celle du duc d’Anjou ; ses biens furent revendiqués par sa sœur Anne-Marie, épouse de Lamoral, prince de Ligne. L’affaire de l’héritage d’Épinoy fut une bonne occasion pour Sully d’abord d’essayer de récupérer l’héritage de son parrain, le vicomte de Gand, puis d’utiliser son crédit auprès d’Henri IV pour régler un conflit familial au sein de la branche aînée de Melun, conflit qui ne tarda pas à prendre des allures d’affaire d’Etat. En 1599 Ypolite de Montmorency, veuve de Pierre d’Épinoy, vint demander la protection de Sully et celle d’Henri IV, et lui confia la tutelle de ses trois fils, Guillaume, Henri (filleul d’Henri IV) et Henri-Anne (Œconomies royales, t. I, p. 317). Sully obtint la nomination de trois commissaires, le 8 juin 1600, pour traiter avec les commissaires espagnols à Vervins de la restitution des biens d’Épinoy, négociation qui aboutit, le 19 avril 1602, à une transaction par laquelle la princesse de Ligne s’engageait à rendre la principauté d’Épinoy (MC, III, 470, procuration du 1er août 1602 de Maximilien de Béthune et de Jacques de Montmorency, tuteurs des enfants de Pierre d’Épinoy) et, le 26 août 1602, à des lettres d’abolition accordées par les archiducs. Guillaume de Melun (mort en 1635) et son fils Guillaume-Alexandre (mort en 1679), qui épousa Louise-Anne de Béthune, petite-nièce de Sully, continuèrent de revendiquer d’être rétablis en tous leurs biens et dignités, ce qui leur fut finalement accordé sous Louis XIV par le traité d’Aix-la-Chapelle (1668). L’affaire d’Épinoy, avec l’intervention de Sully et ses incidences dans la politique internationale, sont développés par M. Croquez, Histoire de Roubaix, Roubaix, 1931.

20 Se reporter au tableau généalogique en annexe p. 461.

21 Œconomies royales, t. I, p. 34.

22 Ibidem. Maximilien de Melun était mort sans enfant et sa femme Anne Rolin, dame d’Aymeries et de Raismes, avait apporté la vicomté de Gand à son second mari, Robert de Melun. Celui-ci se trouvait alors dans le parti fidèle au roi d’Espagne, et Maximilien de Béthune pouvait donc espérer qu’en cas de victoire du duc d’Anjou, celui-ci lui restitue les biens de son parrain ; mais ils étaient déjà réservés à Pierre de Melun (Œconomies royales, t. I, p. 34).

23 Sur la date de la mort de François de Béthune, voir B. Barbiche, op. cit., p. 205, note 15.

24 Op. cit., p. 437.

25 Mort avant 1578.

26 Œconomies royales, t. I, p. 44.

27 Ces droits sont encore rappelés en 1616 dans le traité de Loudun, article IV : « Que droict soit fait à messieurs de Courtenay suivant l’ordre et les loix du royaume, sur les requestes par eux plusieurs fois presentées, pour la conservation de l’honneur de leur maison, tant du vivant du feu roy que depuis... » Cf. Du Bouchet, Histoire généalogique de la famille de Courtenay, Paris, 1661, p. 289.

28 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 70-75.

29 Beaulieu faisait partie en réalité de l’héritage de Françoise car à sa mort il fut réclamé par Maximilien de Béthune au nom de son fils, seul héritier des deux filles de François de Courtenay. 11 dut pour cela s’accorder avec Claude de Coussay, sr de Curvigny, curateur des biens de François de Courtenay, à qui Françoise de Courtenay avait légué Beaulieu dans son testament, au préjudice de Maximilien de Béthune fils, « qui était le seul neveu de ladite dame de Courtenay et lui tenait lieu de fils » (MC, III, 466, transaction du 16 avril 1601 entre Maximilien de Béthune et Claude de Coussay). La date de la mort de Françoise de Courtenay est inconnue, mais elle se situe, d’après Du Bouchet, op. cit., p. 316, quelque temps après le mariage de sa sœur.

30 Du Chesne, op. cit., p. 439.

31 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 99-104.

32 Œconomies royales, t. l, p. 60. Sully avance la date de 1587, mais il s’agit en réalité de 1588 car il était allé à Paris voir sa femme qui venait d’accoucher d’un fils, Maximilien (né en juin 1588).

33 C’est ce qui ressort d’une transaction passée en 1590 entre Maximilien et ses deux frères et dont le texte est donné en pièce justificative p. 413.

34 BN, nouv. acq. fr. 25 238, fol. 93-94.

35 Voir ci-dessous p. 24-25.

36 Cf. Catalogue de la Librairie de l’Abbaye n° 287, autogr. n° 363.

37 Œconomies royales, t. I, p. 58.

38 Voir ci-dessus p. 19, note 36.

39 Œconomies royales, t. I, p. 58.

40 Cf. ci-dessus p. 18, note 32.

41 Ibidem, t. I, p. 70. La présence de Salomon au château de Rosny peut paraître contradictoire avec l’accord de 1582. Il faut supposer ou bien que celui-ci a été transgressé à la faveur des événements ou bien que cet épisode a été inventé.

42 Voir pièce justificative n° 1, p. 413.

43 On note pourtant d’après les Œconomies royales, t. I, p. 102, que Maximilien de Béthune séjourna assez longtemps au château de Rosny en 1592 (voir ci-dessous p. 29).

44 Voir A. Chamberland, La tournée de Sully et de Rybault dans les généralités en 1596, dans Le cinquantenaire de la Société archéologique d’Eure-et-Loir (mai-juin 1906), t. I (Chartres, 1910), p. 420-432.

45 Voir pièce justificative n° 2, p. 416.

46 Catalogue de la Librairie de l’Abbaye n° 287, autogr. n° 363.

47 Œconomies royales, t. I, p. 37.

48 Ibidem, t. I, p. 23.

49 Ibidem, t. I, p. 45.

50 Ibidem, t. I, p. 47.

51 Ibidem, t. I, p. 45.

52 Ibidem, t. I, p. 46.

53 Ibidem, t. I, p. 57.

54 Trève du 31 juillet 1593 entre Henri IV et la Ligue.

55 Œconomies royales, t. I, p. 122.

56 Ibidem, t. I, p. 58.

57 Ibidem, t. I, p. 57.

58 Ibidem, t. I, p. 102.

59 Ibidem, t. I, p. 122.

60 Ibidem, t. I, p. 149.

61 Ibidem, t. I, p. 194.

62 Ibidem, t. I, p. 283.

63 Ibidem, t. I, p. 22.

64 Ibidem, t. I, p. 30.

65 Ibidem, t. I, p. 60.

66 Ibidem, t. I, p. 74.

67 Ibidem, t. I, p. 87.

68 Ibidem, t. I, p. 88.

69 Ibidem, t. II, p. 94.

70 Ibidem, t. I, p. 147. Ce brevet fut expédié le 28 juillet 1594.

71 Ibidem, t. I, p. 148.

72 Vers 1630, Richelieu, gouverneur de Bretagne, recevait tous les deux ans un « don » des États de 100 000 livres (cf. J. Bergin, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, 1987, p. 95).

73 Œconomies royales, t. I, p. 271. Sully ne parle à ce moment-là que d’un don de 3 000 écus (9 000 livres).

74 Œconomies royales, t. II, p. 90 et AN, Κ 101, pièce 1, brevet original. Rosny est également cité dans l’« Estat des gentilshommes... de la maison du roy de Navarre » publié dans Mémoires et correspondance de Duplessis-Mornay, Paris, 1838, t. III, p. 237.

75 Œconomies royales, t. I, p. 71.

76 Ibidem, t. II, p. 90.

77 Cf. ci-dessus p. 29.

78 Œconomies royales, t. I, p. 171.

79 AN, X1A 8643, fol. 390 v° : lettres patentes données à Senlis en mars 1594, portant don au sr de Rosny de la place, démolition etc. que Henri III avait fait faire aux Tournelles vers la Couture Sainte-Catherine à Paris, et enregistrées en la Chambre des comptes le 27 mars 1594. Cette place fut revendue pour 2 500 écus le 23 janvier 1600 (MC, III, 462 bis).

80 AN, 120 AP 12, fol. 100, 126.

81 Œconomies royales, t. 1, p. 230. L’édition Michaud et Poujoulat donne 6 000 écus, mais le manuscrit donne bien 4 000 écus (cf. éd. B. Barbiche, t. II, p. 110).

82 Œconomies royales, t. I, p. 267.

83 Voir ci-dessus p. 21-23.

84 Œconomies royales, t. I, p. 283.

85 Ibidem, t. I, p. 312.

86 Sur l’absence de lettres de nomination, voir David Buisseret et Bernard Barbiche, Sully et la surintendance des finances, dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. CXXIII, 1965, p. 538-543. La démonstration de la fourchette chronologique dans laquelle on peut placer cette nomination est donnée ci-dessous p. 38, note 103.

87 Voir ci-dessus p. 32, note 74.

88 Œconomies royales, t. II, p. 90.

89 Comme pour toutes les autres abbayes qu’il reçut du roi, Sully nomma à la tête de Saint-Taurin un prieur qui percevait les revenus en son nom. Nous n’avons pas retrouvé de quittance mentionnant expressément les revenus de cette abbaye. Ceux-ci sont donnés par estimation d’après Jacques Le Pelletier, Recueil général de tous les bénéfices et commanderies de France et de ses dépendances par ordre alphabétique, Paris, 1690.

90 On peut en effet en douter car en 1618 encore, Sully passa procuration pour « faire payer les deniers deubs de reste par domp Martin Le Roy suivant le concordat fait entre eux, passé au tabellionnage de La Roche-Guyon, pour raison de la jouissance de l’abbaye de Sainct-Thaurin d’Evreux suivant le don fait par le roy » (MC III, 506, procuration du 27 janvier 1618).

91 Cf. ci-dessus, p. 33, note 76.

92 Cette compagnie de cinquante hommes d’armes, ainsi que le titre de « conseiller et chambellan du roi », est citée pour la première fois dans la titulature de Maximilien de Béthune lors de la transaction du 9 octobre 1590 sur le château de Rosny publiée en pièce justificative p. 413 (BN nouv. acq. fr. 25 240 fol. 95-98).

93 Maximilien de Béthune se démit lui-même de l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux lors de la reddition de Rouen (cf. Œconomies royales, t. I, p. 146).

94 Œconomies royales, t. I, p. 171. Le cardinal de Bourbon est décédé le 30 juillet 1590.

95 Ibidem t. I, p. 192 et t. II, p. 91.

96 Ibidem, t. I, p. 226. Sur l’existence des lettres de provision, voir l’édition des (Economies royales par B. Barbiche et D. Buisseret, t. II, p. 98, note 1.

97 Œconomies royales, t. L p. 254. Sur l’existence des lettres de nomination voir l’édition B. Barbiche et D. Buisseret, op. cit., t. II, p. 188, note 3.

98 Voir ci-dessous p. 38, note 103.

99 La pension du cardinal de Bourbon pour 1595 et 1596 fut payée seulement en 1605 (AN, 120 AP 3, fol. 22).

100 On trouvera cependant en annexe p. 462-464 un tableau récapitulatif des revenus de Sully jusqu’en 1610 ; pour la période antérieure à 1598, il faut prendre en compte les revenus théoriques et non ceux qui ont été effectivement touchés.

101 Œconomies royales, t. II, p. 88.

102 Voir ci-dessus p. 21-23.

103 Cette fourchette chronologique peut être établie très précisément grâce à l’acte de rachat du château de Rosny par Maximilien de Béthune à son frère Philippe. La transaction a été passée entre les deux frères le 10 juillet 1598 ; à cette date Maximilien de Béthune n’est encore que « conseiller du roy en son conseil d’Estat et finances » ; le 12 février 1599 l’acte est déposé chez le notaire Robinot (MC, LXXXVIII, 11) et cette fois la titulature indique que le baron de Rosny est « superintendant » des finances.

104 Œconomies royales, t. II, p. 96. Ces chiffres sont confirmés par les comptes de l’Épargne.

105 F. de Mallevoüe, Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1610 par devant me Simon Fournyer, Paris, 1911, p. XXX-XXXI. L’édit de mai 1599 fut vérifié en Parlement le 7 septembre suivant (AN, X1A 8644, fol. 34 v°-35 v°) et Sully prêta serment le 3 décembre 1599 (AN, X1A, fol. 63 v°) ; voir à ce sujet l’édition D. Buisseret et B. Barbiche, op. cit., t. II, p. 373, note 5.

106 Cette nomination eut lieu entre la mort du précédent titulaire, le sr d’Incarville (le 16 juillet 1599) et l’acte de démission d’Antoine d’Estrées de sa charge de grand maître de l’artillerie (le 13 novembre 1599) ; cf. édition B. Barbiche et D. Buisseret, op. cit., t. II, p. 385, note 4.

107 Cf. édition B. Barbiche et D. Buisseret, op. cit., t. II, p. 383, note 3. Les lettres de provision sont publiées in extenso dans Mallevoüe, op. cit., p. XL-XLIII.

108 Les comptes de l’Épargne donnent seulement 10 000 livres, mais Sully indique que « pour toutes sortes de gages, profits et esmolumens » cette charge lui rapportait 24 000 livres.

109 B. Barbiche, Sully, op. cit., p. 224.

110 Ces sommes sont vérifiées dans les comptes de l’Épargne qui nous sont conservés pour 1605-1610 (BN, ms. fr. 4 518, 16 627 et 4 559 ; AN, 120 AP 2-8).

111 Les Œconomies royales, t. 1, p. 322 indiquent que Maximilien de Béthune succéda en 1599 à Nicolas de Harlay, sr de Sancy, mais sa nomination n’eut lieu qu’en 1602. Cf. B. Barbiche, Henri IV et la surintendance des bâtiments, dans Bulletin monumental, t. CXLII, 1984, p. 19-39.

112 F. de Mallevoüe, op. cit., p. XXXI. Par baux des 19 septembre 1608 et 30 décembre 1609, les revenus de la voirie de Paris furent affermés successivement pour 3 000 puis 6 000 livres par an.

113 Œconomies royales, t. I, p. 523.

114 BN, ms. fr. 4559, fol. 97 v° (gages pour 1608).

115 Œconomies royales, t. II, p. 149.

116 Ibidem, t. II, p. 96. Les 5 000 livres s’ajoutaient aux 4 000 livres de la charge de capitaine de 100 hommes d’armes, soit 9 000 livres en tout.

117 AN, 120 AP 7, fol. 148 v°.

118 Œconomies royales, t. II, p. 91. La critique en est donnée ci-dessous p. 79.

119 Pour le détail des revenus annuels, se reporter au tableau récapitulatif donné en annexe p. 462-464.

120 AN, 120 AP 10, fol. 61 v°.

121 BN, MS. fr. 4 559, fol. 46.

122 AN, 120 AP 10, fol. 67.

123 AN, 120 AP 10, fol. 79 v°.

124 AN, 120 AP 10, fol. 80.

125 AN, 120 AP 6, fol. 225 v°.

126 Les Œconomies royales donnent deux dates : 1601 (t. II, p. 92) et 1602 (t. I, p. 404).

127 Œconomies royales, t. I, p. 362.

128 Mallevoüe, op. cit., p. XVI.

129 Œconomies royales, t. I, p. 354.

130 AN, 120 AP 10, fol. 76 v°.

131 Œconomies royales, t. II, p. 202.

132 AN, 120 AP 7, fol. 17 v°.

133 MC, III, 462 bis.

134 Voir ci-dessous p. 89.

135 Sully cite encore l’abbaye de l’« Or de Poitiers » qui n’a pu être identifiée sous ce nom ; il s’agit peut-être de l’abbaye de La Réau dans le diocèse de Poitiers ; on peut aussi faire le rapprochement avec l’abbaye de la « Loi de Poitiers » à Saint-Maixent, bénéfice possédé ultérieurement par le cardinal de Richelieu et qui n’a pu être non plus identifié (Bergin, Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, 1987, p. 190). Sur les abbayes possédées par Sully, voir ci-dessous p. 134-141.

136 . Œconomies royales, t. I, p. 401 : « Outre vos estats et appoinctements, qui sont assez grands pour vous nourrir et tout vostre train, je veux encor donner tous les ans d’extraordinaire cinquante ou soixante mil livres, d’autant que cela, joint avec vostre revenu, que vous espargnerez entièrement (...) sera suffisant pour meubler et bastir vos maisons, et acquérir quelques terres tous les ans, afin de partager vos enfans. »

137 Il achète des terres et fait faire des réparations pour 29 000 livres (MC, III, 475, inventaire des titres et contrats concernant les vente, acquisition, bâtiments et réparations faites au comté de Moret, 3 novembre 1604).

138 MC, III, 472 ter, contrat du 19 décembre 1603.

139 MC, III, 475, quittance de Noël Regnouart du 3 novembre 1604.

140 MC, III, 470, contrat du 30 août 1602. Maximilien de Béthune sera remboursé seulement le 10 mars 1604 et le 23 juillet 1605.

141 Voir le tableau généalogique donné en annexe p. 459.

142 MC, III, 466, transaction du 16 avril 1601.

143 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 70-75.

144 Anne de Courtenay était fille de François de Courtenay et de Louise de Jaucourt, elle-même fille de Jean de Jaucourt, sr de Villarnoul, et de Françoise de Bar, héritière de Baugy.

145 MC, III, 463.

146 MC, III, 470, bail à ferme de Baugy, 28 septembre 1602.

147 MC, III, 472, transport du 18 avril 1603.

148 MC, III, 491, procuration du 1er juin 1611.

149 Œconomies royales, t. I, p. 361.

150 MC, III, 470.

151 ADC, 2F 631, comptes de Baugy pour 1605.

152 Œconomies royales, t. I, p. 362.

153 MC, III, 470.

154 MC, III, 470.

155 (Economies royales, t. II, p. 88. Sur l’estimation du revenu de Sully en 1598, voir ci-dessus p. 38.

156 Voir en pièce annexe p. 462-464, le tableau récapitulatif des sommes reçues annuellement du roi pour charges, pensions et offices.

157 Idem.

158 BN, nouv. acq. fr., 25 240, fol. 179-186.

159 Ibidem.

160 MC, LXXIII, 259.

161 MC, III, 477-478, donation du 29 août 1605.

162 MC, III, 479, quittance du 27 avril 1606.

163 Œconomies royales, t. II, p. 92.

164 MC, III, 484, 14 mars 1608, contre-lettre de Schomberg.

165 MC, III, 477-478, contrat du 10 juin 1605.

166 MC, III, 482, contrat du 28 juillet 1607.

167 Voir deuxième partie, chapitre II.

168 Cf. Ls.-Ch. de La Trémoille, Les La Trémoille pendant cinq siècles, Nantes, 1890-1895, 4 t.

169 « Entre luy et vous il y avoit tous jours eu quelque espèce de plus grande amitié qu’avec nul des autres » (Œconomies royales, t. I, p. 252).

170 La vicomte de Thouars fut érigée en duché en 1563 et en duché-pairie en août 1595.

171 Cf D. Crouzet, Recherches sur les crises de l’aristocratie en France au xvie siècle : les dettes de la maison de Nevers, dans Histoire, économie et société, n° 1, 1982, p. 7-50.

172 MC, III, 471, quittance du 17 octobre 1602.

173 MC, III, 472, trois quittances du 24 janvier 1603.

174 MC, III, 472, quittance du 27 janvier 1603.

175 MC, III, 472, deux quittances des 28 janvier et 4 février 1603.

176 Veuve de Jean III de Beaumanoir, marquis de Lavardin, maréchal de France en 1595 (1551-1614), dont elle avait eu trois enfants : Charles, évêque du Mans, Claude, vicomte de Saint-Jean, et Jean, baron de Tucé.

177 MC, III, 502, acte du 6 juillet 1616.

178 MC, III, 482, acte du 28 juillet 1607.

179 MC, III, 482, procuration du 17 août 1607 pour faire l’hommage de Villebon.

180 MC, III, 463, procuration du 11 janvier 1600.

181 Le 28 septembre 1602 il passa procuration pour affermer les revenus de Baugy. Cf. MC, III, 470.

182 MC, III, 472, acte du 18 avril 1603.

183 ADC, Ε 630.

184 MC, III, 464.

185 MC, III, 472 ter.

186 MC, III, 476.

187 MC, III, 479.

188 MC, III, 482.

189 MC, III, 484.

190 On noie que le titre de « capitaine héréditaire des canaux de France » n’y figure pas ; cette charge semble être comprise comme une extension de celle de grand voyer.

191 Voir ci-dessus p. 21-23.

192 Les lettres d’érection de la baronnerie de Rosny en marquisat ont été publiées par Mallevoüe, op. cit., p. XIII-XIV.

193 Œuvres, t. I, p. 524.

194 Cf R. Mousnier, op. cit., t. II, p. 104-105.

195 Cf. J.-P. Labatut, Les ducs et pairs en France au xviie siècle, Paris 1972.

196 Œconomies royales, t. II, p. 88.

197 Ibidem.

198 Rachel de Cochefilet épousa Maximilien de Béthune en 1592 ; elle eut successivement dans les premières années suivant son mariage plusieurs enfants morts en bas âge, Catherine, Alpin et Guy, puis Marguerite en 1595 (cf. Du Chesne, Histoire de la maison de Béthune, op. cit., p. 479-480). Cette naissance fut suivie de celle de César en 1597 (Du Chesne, p. 479), François en 1599 (BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 288-289, certificat de naissance de François de Béthune dressé le 14 mai 1624), et de Louise en 1602 (cf. Œconomies royales, t. I, p. 399). Sully et Rachel de Cochefilet eurent encore deux enfants : Henri né vers 1606 (il est né après la donation faite en 1605 par François Arbaleste aux fils cadets de Sully, parmi lesquels son nom ne figure pas) et décédé au début du règne de Louis XIII (Du Chesne, p. 480), et un dernier fils né en 1608 et mort en bas âge (Du Chesne, p. 480).

199 Œconomies royales, t. I, p. 241 et 246.

200 Anne d’Alègre, après la mort de son premier mari, Paul de Coligny dit Guy XIX, comte de Laval, dont elle avait eu un fils, Guy XX, comte de Laval (1585-1605), s’était remariée avec Guillaume de Haute-mer, sr de Fervaques (1538-1613), maréchal de France en 1595.

201 Œconomies royales, t. I, p. 246.

202 Le duc de Rohan était le cousin issu de germain de Henri IV par sa grand-mère paternelle Isabeau d’Albret, sœur de Henri II d’Albret, roi de Navarre.

203 Voir tableau généalogique donné en annexe, p. 460-461.

204 Œconomies royales, t. II, p. 4-5.

205 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 173-178.

206 Ibidem, fol. 179-186.

207 Articles signés à Fontainebleau le 17 novembre 1606.

208 Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, devenu duc de Bouillon et prince de Sedan par son mariage avec Charlotte de La Marck en 1591, déplaisait d’autant plus à Henri IV qu’il ne cessa de comploter.

209 Œconomies royales, t. II, p. 223-224.

210 Catherine-Henriette de Vendôme, future duchesse d’Elbeuf.

211 Œconomies royales, t. II, p. 224.

212 BN, nouv. acq. fr. 25 240, fol. 211-212.

213 MC, III, 486.

214 MC, III, 487.

215 MC, III, 485, contrat du 27 mars 1609.

216 B. Zeller, La minorité de Louis XIII, Marie de Médicis et Sully, Paris, 1892, t. i, p. 75-76.

217 Richelieu, Mémoires, Paris 1908-1931, t. I, p. 13.

218 Ibidem, p. 37.

219 Œconomies royales, t. II, p. 388.

220 Ibidem, t. II, p. 392.

221 Cet adieu reflète les dispositions d’esprit dans lesquelles Sully quitte le pouvoir : « Adieu maisons, chasteaux, armes, canons du Roy ; / Adieu conseils, thresors, déposez à ma foy ; / Adieu munitions ; adieu grands équipages ; (...) / Adieu faveurs, grandeurs ; adieu le temps qui court ; / Adieu les amitiez et les amis de court ; / (...) Adieu haine et envie ; / Adieu souci d’affaires. / Permettez que chez moy en toute liberté, / Je regrette mon Roy, non assez regretté, / (...) Laissez-moy en repos finir aux champs ma vie. (...) / Au contraire, on vera ceux qu’il aymoit le plus, / Meprisez, rejettez et de tous droits exclus. (...) / Pour moy, ayant esté serviteur d’un grand roy, / Conservé en tous lieux mon honneur et ma foy, / Couru tous les périls d’un si grand chef de guerre, / Et servi de conseil au prince de la terre / (...) maintenant je n’aspire / Qu’à le glorifier, voir florir son empire, / Voir establir mon prince en son authorité, / Imiter ses vertus et sa fidélité, / Suivre ses bons conseils, son ordre, sa police, / Et sans hayne et faveur, rendre à chacun justice ; / Suppliant le grand Dieu, qu’encor un jour le Roy, / La France ny l’Estat n’ayent besoin de moy. » (Œconomies royales, t. II, p. 404).

222 Œconomies royales, t. II, p. 406.

223 Lettre à la Royne régente, s.l., 1611, 13 p.

224 Richelieu, Mémoires, op. cit., t. I, p. 37.

225 Lettre de Monseigneur le duc de Sully au roi [Saint-Maixent, 29 décembre 1615], Lyon, 1616, 26 p.

226 Son fils le marquis de Rosny avait reçu en survivance les charges de grand maître de l’artillerie et de surintendant des fortifications dès le 8 avril 1610.

227 Zeller, op. cit., p. 256.

228 Harangue prononcée en l’assemblée générale de Saumur, l’année mil six cens et unze, s.l.n.d. [1611] p. 1-14.

229 Ibidem, p. 15-16.

230 Zeller, op. cit., p. 292.

231 Ibidem, p. 288, lettre du 2 août 1611.

232 Lettre de Scipio Ammirato du 31 août 1611, citée dans Zeller, p. 306. En réalité, Sully prêta de l’argent à La Rochelle seulement à la fin de l’année 1612, et pour une somme moins élevée que celle qui est avancée par l’ambassadeur vénitien.

233 Cf. Louis-Henri Bouchitté, Négociations, lettres et pièces relatives à la conférence de Loudun, Paris, 1862 (Coll. de documents inédits sur l’histoire de France).

234 Lettre de Scipio Ammirato du 2 novembre 1611, citée dans G. Zeller, op. cit., p. 307.

235 Voir ci-dessous p. 157-158.

236 Lettre au roi, op. cit.

237 Sur l’affaire Condé, voir ci-dessous p. 204-215.

238 Sur les démêlés de Sully avec Cottan, voir ci-dessous p. 215-225.

239 Il avait épousé Marie Hurault, fille du premier lit de Rachel de Cochefilet.

240 Cf. Louis-Henri Bouchitté, Pièces relatives à la conférence de Loudun, op. cit., p. 676.

241 Ibidem, p. 814-821.

242 La charge de gouverneur de Saint-Maixent avait été donnée le 11 avril 1615 au fils cadet de Sully, François, comte d’Orval.

243 Le brevet pour la survivance de la charge de grand voyer de France fut expédié le 19 août 1616, celui pour la survivance de la surintendance des bâtiments royaux le 29 août 1616.

244 Cette charge sera ensuite, à une date inconnue, cédée au roi contre 60 000 livres.

245 Le paiement effectif des gages et pensions pouvait, par le moyen des assignations, prendre un grand retard ; c’est ainsi que Sully reçut le 31 juillet 1615 un mandement du trésorier de l’Épargne Phelypeaux pour se faire payer les 44 000 livres qui lui étaient dues ; mais il avait été assigné sur la ferme des traites de Poitou, et le fermier, Claude Vaillant, ne put lui verser que 23 000 livres « qui est tout ce qu’il lui restait de fonds de lad. ferme ». Un an plus tard, en juillet 1616, Sully réclamait encore le paiement des 21 000 livres restantes (MC, III, 502, 29 juillet 1616, sommation faite à Claude Vaillant, fermier des traites domaniales de Poitou, « trouvé en l’hôtel de Coulanges » de payer 20 901 livres 17 sous).

246 Le duc de Rohan exerça ce gouvernement à partir de 1620, en échange d’une récompense de 200 000 livres.

247 Armand-Léon de Durfort, qui avait épousé en 1605 Lucrèce de Béthune, fille de Lucrèce de Coste et de Florestan de Béthune, sr de Congy.

248 Le comte d’Orval fut pourvu de ces gouvernements par lettres patentes du 22 août 1616 sur résignation de Louis de Pierrebuffière, sr de Chambret, mais Sully agit comme si c’était lui qui en était pourvu et jouit des bénéfices ecclésiastiques.

249 Lettre à M. le duc de Rohan sur sa résolution et celle des habitants de Montauban, Paris, 1621, 13 p., écrite de la cour à Picquetot le 22 août 1621.

250 Richelieu, Mémoires, op. cit., p. 244 : « Le duc de Sully y vint trouver le roi avec quelques députés des petites villes d’alentour, qu’il mena assurer sa Majesté de la fidélité desdites villes. Et pour l’autorité qu’il avoit dans le parti, à raison de ses alliances, de ses grands biens, et de ses assistances qu’il avoit reçues de lui au temps de sa faveur, se promettant d’avoir quelque pouvoir sur ce peuple pour le persuader de se remettre en son devoir, demanda congé au roi d’entrer en cette ville [Montaubanl pour travailler à cette fin ; mais son voyage y fut inutile, parce qu’il trouva que la noblesse qui y étoit n’avoit pas toute l’autorité. »

251 Lettre du roi envoyée à M. de Sully à Cadenac..., Paris, Cahors, 1622, 15 p.

252 La prise de Figeac nous est relatée dans une Lettre d’un officier de Figeac, réfugié de lad. ville à Fons, à un sien amy de la ville de Caors, sur la prinse du fort du port de Cadenac, du costè du Roergue : « La reprinse de Tonnens et de Clairac, et les forces qu’ils assembloient en la basse Guyenne, obligèrent Monsieur le Mareschal de Thémines, lieutenant général, d’aller à eux pour chastier leur témérité, et de laisser ce pays où il estoit, comme le lien où les ennemis estoient les plus forts. Il se joignit donc avec Monsieur le duc d’Elbœuf, pour reprendre Tonnens, et nous laissa en garnison es environs de Figeac, Cardeilhac, Cadenac et Cajarc, le sr de Pybrac avec son régiment de dix compagnies, en huict lieux, les trois estant en Roergue de delà l’eau, et le reste en Quercy. Led. sieur se voyant seul en ce pays, et foible au regard des ennemis qu’il avoit en teste, qui estoient mille hommes de pied à Figeac, et deux cens chevaux avec les sieurs comte d’Orval et viscomte de Charlus, et à Cadenac le sieur duc de Sully, se résolut de fortifier un moulin au-dessous de la garnison de Faicelle, où il est au milieu des autres, et y fit mener tous les batteaux de la rivière de Lolt, pour favoriser le passage des garnisons, et la communication du Roergue avec le Quercy, tellement que les ennemis ne pouvant aller ne courir en aucun lieu sans passer près de luy, le sont venus voir souvent, et ont tasché de l’attirer et le mettre dans leurs embuscades, mais ils n’y ont trouvé leur compte, et s’en sont retournez sans effect avec perte ; cependant il ne perdoit temps, et fit dessein de les voir de plus près ; et ayant fait recognoistre toutes leurs places, par les capitaines, et par luy-mesmes, se resolut d’entreprendre sur le fort que le duc de Sully avoit fait faire au port de Cadenac. (...) Je vous diray que depuis ceste action, les catholiques de Figeac ont esté plus mal traictez qu’ils n’estoient, et tellement tourmentez, que la plus-part ont quitté leurs moyens, il ne s’est jamais veu une telle désolation des hommes et des femmes de toutes ces garnisons de Cardaillac, Cajarc, Figeac et Cadenac, ils accroistront de beaucoup le nombre des réfugiez. », dans Lettre du roi envoyée à M. de Sully à Cadenac, op. cit., p. 10-15.

253 Richelieu, Mémoires, op. cit., p. 265.

254 ADL, 5 J 16, pièce 16.

255 Idem.

256 Lettre à Monsieur le marquis de Rosny [Montrond, 23 août], s.l., 1620 : « Marquis de Rosny, si l’abandon aux voluptez, la réjection de sa propre femme, la rétention de celle d’autruy, la désobéissance paternelle, l’aliénation d’amitié de ses plus proches, la profusion de ses biens, et la ruyne de sa maison, sont des acheminements à la religion que vous dites avoir prise, des preuves de la vérité d’icelle, et du salut qu’elle confère, des tesmoignages de la repentance et compunction de coeur qui doyvent précéder une telle profession, et le remords de conscience sur lesquels elle est appuyée, je ne veux pas nier que la vostre n’ait esté (ainsi que me l’escrivez) grandement agitée et que vous n’ayez eu de vifs ressentiments d’une vérité conforme à telles œuvres, puisque ce sont les livres que vous avez les plus feuilletez, depuis que la crainte de Dieu et la révérence paternelle vous sont tournez à mespris... »

Notes de fin

1 La pension de 3 600 livres pour la charge de conseiller d’État n’est pas citée dans les comptes de l’Épargne qui nous sont conservés pour 1605-1610. Nous n’avons pas mention que cette pension ait été supprimée. Il faut donc supposer ou bien que dans la pension accordée sur les bénéfices du cardinal de Bourbon, dite encore « pension ordinaire », il faut inclure tous les autres types de pensions, ou bien que les appointements de conseiller des affaires et finances puis des finances, d’un montant de 3 600 livres, se soient en quelque sorte substitués à cette pension. On ne peut vraisemblablement plus la compter à partir de 1595. Sully signale également une pension mensuelle de 1 000 livres, augmentée à 1 500 livres en 1596 (Œconomies royales, t. 1, p. 230), mais faute d’autre indication sur cette pension, nous ne l’avons pas prise en compte. L’ensemble des revenus de Sully avant 1598 ne peut être donné, rappelons-le, qu’à titre indicatif.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableaux des dons en argent faits par Henri IV à Sully jusqu’en 1598
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau des revenus de Sully en gages et pensions jusqu’en 1598
Légende Note11
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau des revenus de Sully provenant de gages et pensions de 1598 à 1610
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Les possessions et affaires de Sully en Poitou et en Quercy
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Isabelle Aristide, née en 1964, est une ancienne élève de l'École des Chartes ; elle est actuellement conservateur aux Archives départementales du Nord.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable