Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fortune de Sully

 | 
Isabelle Aristide

Introduction

Texte intégral

1Le nom de Sully semble indissolublement lié à celui de son maître Henri IV. Dans l’esprit de beaucoup, sa carrière semble s’effacer avec la mort de celui dont il fut le ministre pendant plus de douze années et qui fit sa fortune. Henri IV l’éleva aux plus hautes charges, aux plus grands honneurs et le combla de biens. Sully survécut encore trente ans à son bienfaiteur et s’éteignit en décembre 1641, âgé de quatre-vingt-deux ans, quelques mois seulement avant Richelieu, autre ministre d’un autre roi, qui dut comme lui sa fortune à sa réussite personnelle et à sa participation aux affaires du royaume. Mais quelle différence entre l’accumulation presque scandaleuse de richesses réalisée par le cardinal et la patiente moisson que fit le duc et pair de charges, offices, pensions, abbayes, dons, honneurs et autres cadeaux qui toujours lui provinrent directement du roi !

2Issu de la branche cadette d’une famille qui s’était surtout illustrée dans les siècles passés et avait perdu beaucoup de ses richesses, Maximilien de Béthune, baron de Rosny, suivit le roi de Navarre à partir de 1576 dans toutes ses campagnes militaires et fut blessé en 1590 à Ivry et l’année suivante au siège de Chartres. Henri IV l’associa peu à peu aux affaires du royaume et l’entrée de Sully en juillet 1596 au conseil des finances marqua une étape décisive dans son accession au pouvoir. Après trente années difficiles, la fortune et l’ascension sociale de Sully subirent une accélération considérable : à partir de 1598, il prit la tête de l’administration financière et devint surintendant des finances. Nommé en 1599 grand voyer de France, grand maître de l’artillerie et surintendant des fortifications, en 1602 capitaine de la Bastille et surintendant des bâtiments, en 1603 gouverneur du Poitou, il concentra en quelques années d’importants pouvoirs d’ordre administratif et militaire. La consécration de sa réussite fut en 1606 l’accession à la dignité de duc et pair. Si l’assassinat d’Henri IV en mai 1610 entraîna la disgrâce de son ministre, celui-ci ne se démit que petit à petit de ses principales charges et passa le reste de sa vie à défendre et à gérer attentivement sa fortune.

  • 1 Voir l’introduction à l’édition des Œconomies royales de Sully par David Buisseret et Bernard Barb (...)
  • 2 Cf. Roland Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, 1974, t. I, p (...)

3Sully n’a pas manqué de prévenir ceux qui voudraient donner une évaluation de celle-ci en justifiant lui-même son origine et son montant dans ses Mémoires, intitulés Les sages et royales Œconomies d’Estat. Cet ouvrage fut rédigé à partir de 1611, à la deuxième personne du pluriel, par ses secrétaires qui se servirent de souvenirs personnels et de documents accumulés pendant son passage au pouvoir (en particulier de lettres du roi). Il fut publié à partir de 1638 au château de Sully-sur-Loire, mais à la mort du duc en 1641, seuls les deux premiers tomes, qui s’arrêtaient à l’année 1605, étaient parus. Les deux derniers tomes, jusqu’à l’année 1610, furent publiés à Paris en 1662 seulement1. Les Œconomies royales ne se contentent pas de faire la louange de l’administration de Sully, elles contiennent de précieux renseignements sur sa famille et sa fortune. Sur sa famille, Maximilien de Béthune est très élogieux : nombreux sont les passages où il rappelle ses illustres origines. Pour sa fortune privée, le début des Mémoires, qui relate longuement les campagnes de Sully à la suite du roi de Navarre, est très important : ce sont le plus souvent les seules indications sur lesquelles nous puissions nous appuyer ; d’autre part, ces passages, dans l’esprit de Sully, justifient les « récompenses » qu’il eut ultérieurement du roi : les dons reçus procèdent non d’un favoritisme de cour, mais de la valeur de Sully, qui a plus d’une fois mis en péril sa vie et sa fortune privée au service du roi, puis a géré au mieux les finances de la France. De surcroit, dons et cadeaux reçus du roi peuvent aisément se justifier par les rapports privilégiés, fondés sur une affection mutuelle et une véritable amitié, qui ont existé entre le maître et le serviteur fidèle. En échange d’un dévouement total, le maître devait toujours récompenser sa créature, favoriser son avancement, accroître sa fortune et l’assurer de sa protection2. Au regard des hommes du temps, il eût donc été inconcevable qu’un « premier » ministre fût pauvre. Ainsi, tout dans les Mémoires de Sully, campagnes militaires, négociations diplomatiques, relations avec le roi et travaux administratifs, sert-il à prouver la légitimité de sa fortune et à louer non pas tant le ministre que l’homme privé. On ne s’étonnera donc pas que nous en ayons fait de longues citations à l’appui de notre étude, avec toutefois les précautions nécessaires pour l’interprétation de ce genre d’ouvrage.

  • 3 Cf. P. Marbault, Remarques sur les Mémoires des sages et royales Œconomies d’Estat, éd. Michaud et (...)

4Les (Economies royales ont d’ailleurs été pendant longtemps la base de toute étude sur Sully. En 1745, l’abbé de L’Écluse des Loges, qui connaissait l’arrière-petit-fils du comte d’Orval, Louis-Pierre- Maximilien de Béthune, sixième duc de Sully, et tenait de lui de nombreux renseignements sur Sully, fit paraître une édition des Œconomies Royales augmentée de détails narratifs et anecdotiques. Pierre Marbault, secrétaire de Duplessis-Mornay, entreprit dans ses Remarques sur les Mémoires des sages et royales Œconomies d’Estat3, de critiquer les Mémoires de Sully chapitre par chapitre. Mais nombreuses furent au xixe siècle et au xxe siècle encore les biographies de Sully inspirées directement de ses Mémoires et de l’édition donnée par l’abbé de L’Écluse, donnant pour seule estimation de la fortune de Sully celle que le duc lui-même avait avancée.

  • 4 Cf. F. de Mallevoüe, Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1610 par devant Me Simon Fo (...)

5La documentation, à vrai dire, fut longtemps défaillante pour entreprendre une étude approfondie. Ce ne fut qu’au début du xxe siècle que deux ouvrages vinrent jeter une lumière nouvelle sur la fortune de Sully, en s’inspirant, non plus des Mémoires, mais des sources documentaires. Mallevoüe recensa en 19114 tous les actes et marchés publics passés jusqu’en 1610 par Sully devant le notaire Fournyer à Paris, livra dans une longue introduction des renseignements très précis sur les terres et charges possédées par Sully et brossa, grâce aux contrats qu’il avait pu retrouver, un tableau rapide de sa fortune privée de 1610 à 1641.

6Ces documents étaient alors les seuls accessibles car ceux de la famille de Sully sont restés longtemps en sa possession. Philippe Des Forts, dans son étude sur Le château de Villebon parue en 1914, se servit des archives conservées dans le château où mourut Sully. Son ouvrage, très bien documenté et très précieux, ouvrit la voie à une véritable étude de la fortune foncière de Sully. Par ailleurs, une meilleure connaissance des châteaux de Sully fut rendue possible par des études archéologiques sur ces édifices. Dans sa thèse d’École des chartes sur Les débuts de l’architecture classique en Berry, parue en 1946, Catherine Gauchery-Grodecki a fait le point de nos connaissances sur les châteaux de Sully en Berry (surtout Montrond, pour lequel l’archéologie doit venir pallier le manque de documents) et sur la ville d’Henrichemont, dont l’étude fut poursuivie ultérieurement.

  • 5 Cf. David Buisseret, Sully and the growth of centralized government in France (1598-1610), London, (...)
  • 6 Cf. Bernard Barbiche, Sully, Paris, 1978, p. 171-185.

7L’entrée progressive du chartrier de Sully-sur-Loire dans le domaine public a depuis peu renouvelé l’historiographie de Sully. Une partie des archives de la famille, longtemps demeurée au château de Sully-sur-Loire, passa aux États-Unis vers 1940, mais fut rachetée par l’État en 1954 et constitue aujourd’hui la série 120 AP des Archives nationales. La cinquantaine de registres qui y figure comporte peu de documents privés mais apportèrent une source inestimable qui a suscité la publication de nouvelles études. Les nombreux travaux de MM. David Buisseret5 et Bernard Barbiche permirent une meilleure connaissance de l’œuvre du ministre de Henri IV. Dans son étude sur Sully parue en 1978, M. Barbiche consacre un chapitre à l’homme privé et à sa fortune6.

  • 7 Sous-série 5 J.
  • 8 Cf. Bernard Barbiche, Françoise Bercé, Martine Cornède, Jean Mesqui, Christian Poitou, Isabelle Re (...)

8Le reste du chartrier de Sully-sur-Loire fut acquis en deux fois : en 1959, la Bibliothèque nationale en acheta une partie, qui fut versée dans la série des Nouvelles acquisitions françaises. Il se trouve là de nombreux documents récapitulatifs, en particulier des comptes d’administration de Sully-sur-Loire et des papiers de famille (contrats de mariage, de donation etc.). L’autre partie fut vendue en 1972 aux Archives de France et au départemement du Loiret par la marquise de Bausset-Roquefort, née Béthune-Sully. C’est ce fonds essentiel, conservé aux Archives départementales du Loiret7 et dont le classement vient d’être achevé, qui permit la présente étude. Il comprend non seulement des documents domaniaux, mais aussi quelques pièces sur d’autres possessions de Sully et d’intéressants dossiers de procès. Grâce en particulier aux contrats pour le château de Sully-sur-Loire qui y sont conservés, une mise au point récente et très précise des travaux effectués au château et dans le parc par le duc de Sully vient d’être donnée par M. Jean Mesqui dans l’Histoire de Sully-sur-Loire, ouvrage collectif publié en 19868.

  • 9 On en trouvera un inventaire dans l’article d’É. Coyecque, Les archives Doudeauville au château de (...)

9Malgré l’abondance de la documentation, certaines lacunes sont à regretter. En premier lieu, le chartrier de Sully-sur-Loire a fait l’objet au xviiie siècle d’un triage, qui n’a laissé par exemple, pour les comptes de Sully-sur-Loire, que ceux qui faisaient mention des travaux au château durant la période 1602-1609. Les documents conservés aux Archives départementales du Cher ont été détruits au xixe siècle par un incendie qui a encore restreint le nombre de documents laissés par la période révolutionnaire. Les archives du Cher, quoique encore très abondantes, manquent de séries continues. De plus pour l’ensemble de la documentation accessible il existe très peu de documents privés émanant de Sully, en particulier de lettres. Dans plusieurs études de province, les minutes notariales signées « Maximilian de Béthune » ont même été vendues à des collectionneurs d’autographes. Certaines se retrouvent dans des collections publiques, comme le fonds Tarbé à Reims, mais beaucoup de documents intéressant Sully restent encore en mains privées. Ainsi n’avons-nous pu consulter, malgré nos demandes, les archives Doudeauville au château de Bonnétable dans la Sarthe, appartenant à Mme la princesse Isabelle de Bourbon-Parme, qui contiennent de nombreux documents sur le domaine de Baugy et quelques pièces sur Sully lui-même9 ; par-dessus tout avons-nous à regretter de m’avoir pu accéder aux archives de Villebon appartenant aux actuels propriétaires du château, MM. de La Raudière. Parmi celles-ci figure l’inventaire après décès de Sully qui aurait pu nous renseigner sur l’état des biens de Sully à sa mort (en particulier l’argent comptant, la bibliothèque, l’état des créances, etc.).

10L’étude de la fortune de Sully supposait d’abord une vue d’ensemble donnant une synthèse de son évolution chronologique, de son estimation et de sa composition. Il fallait aussi considérer le soin apporté par le duc à l’administration de ses biens et les difficultés qu’il eut à surmonter. Une telle entreprise de recensement peut sans doute sembler hasardeuse ; mais le soin qu’apporta Sully lui-même à justifier ses rentrées d’argent et l’emploi de celles-ci et le caractère même de sa fortune, l’une des premières du royaume, mais sans être excessivement démesurée, et, au reste, parfaitement gérée et administrée, furent au contraire des encouragements à tenter l’analyse de cette fortune de manière très détaillée.

11Cependant, s’il nous a été possible de lever bien des ombres et de dresser un tableau aussi exact que possible des revenus et des possessions de Sully, l’originalité de sa fortune, par rapport à celles d’autres grands hommes ou à celles de groupes sociaux, réside dans la manière dont Sully chercha à les conserver, à les accroître et à les gérer pendant les trente années qui suivirent son départ du gouvernement.

12D’autre part, l’existence du fonds des Archives départementales du Loiret a déterminé le choix d’une seconde orientation et permis d’envisager précisément la gestion d’une partie de la fortune de Sully : le duché-pairie de Sully-sur-Loire et les terres du Berry. Ce deuxième aspect éclaire et complète le premier, car c’est dans les possessions au sud de la Loire que se réalisa en premier le dessein de Sully : constituer un ensemble territorial cohérent, qu’il pourrait transmettre à ses enfants en réglant les partages. C’est là surtout que sa devise de « bon mesnager » trouva sa plus éclatante réussite et prouva que, pour lui, l’embellissement, la gestion et l’exploitation de ses domaines étaient au moins aussi importants que l’acquisition d’une grande fortune.

Notes

1 Voir l’introduction à l’édition des Œconomies royales de Sully par David Buisseret et Bernard Barbiche, Société de l’Histoire de France, Paris, t. I, 1970, p. X-XXXVI.

2 Cf. Roland Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, 1974, t. I, p. 85-93.

3 Cf. P. Marbault, Remarques sur les Mémoires des sages et royales Œconomies d’Estat, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1837.

4 Cf. F. de Mallevoüe, Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1610 par devant Me Simon Fournyer, Paris, 1911 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France).

5 Cf. David Buisseret, Sully and the growth of centralized government in France (1598-1610), London, 1968.

6 Cf. Bernard Barbiche, Sully, Paris, 1978, p. 171-185.

7 Sous-série 5 J.

8 Cf. Bernard Barbiche, Françoise Bercé, Martine Cornède, Jean Mesqui, Christian Poitou, Isabelle Reille, Histoire de Sully-sur-Loire. Le château, la ville, le terroir, Roanne, 1986.

9 On en trouvera un inventaire dans l’article d’É. Coyecque, Les archives Doudeauville au château de Bonnétable (Sarthe), dans le Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, années 1930-1931, p. 85-110.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540