Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La piastre et le fusil

 | 
Hugues Tertrais

Annexes

Annexe 17. Communiqué franco-américain sur l’aide supplémentaire à l’Indochine, 27 septembre 1953

Texte intégral

AIDE À L’INDOCHINE

Communiqué à la Presse

1Les forces armées de la France et celles des États Associés d’Indochine sont engagées depuis huit ans dans une lutte acharnée, afin d’endiguer la pénétration du communisme international en Asie du Sud-Est. Les efforts héroïques des forces de l’Union française et les sacrifices qu’elles ont consentis pour garantir l’indépendance des États du Cambodge, du Laos et du Vietnam leur ont valu l’admiration et l’appui du monde libre. Le gouvernement des États-Unis, en considération de l’effort fourni par l’Union française, a déjà, sous des formes diverses, apporté son aide au gouvernement français et aux États Associés, afin de contribuer à mettre le plus rapidement possible un terme victorieux à leur longue lutte.

2Le gouvernement français a décidé, par sa déclaration du 3 juillet 1953, de parfaire l’indépendance des trois États Associés d’Indochine ; au moyen de négociations avec leurs gouvernements.

3Un accord vient d’être conclu entre les gouvernements français et américain, aux termes duquel le gouvernement des États-Unis mettra à la disposition de la France, avant le 31 décembre 1954, une somme supplémentaire de 385 millions de dollars au maximum, destinée à financer les plans que le gouvernement français a conçus en vue d’intensifier les opérations contre le Vietminh. Cette somme doit être considérée comme s’ajoutant aux fonds déjà affectés par le gouvernement américain à l’aide militaire et économique à la France et aux États associés.

4Le gouvernement français est déterminé à faire tous ses efforts pour disloquer et détruire les forces régulières de l’ennemi en Indochine. Dans ce but, il a l’intention de mener à bonne fin ses plans d’accroissement des forces armées des États associés, en coopération avec le Cambodge, le Laos et le Vietnam, tout en adaptant temporairement l’importance de ses propres effectifs aux conditions nécessaires pour assurer le succès de ses plans militaires actuels. L’aide supplémentaire américaine a pour objet de permettre d’atteindre ces buts avec le plus de rapidité et d’efficacité possibles.

5L’accroissement de l’effort français en Indochine ne portera pas préjudice, d’une façon fondamentale ou permanente, aux plans et programmes du Gouvernement français concernant ses forces de l’OTAN.

6Source : MAE AO/1C/265.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540