Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La piastre et le fusil

 | 
Hugues Tertrais

Annexes

Annexe 15. Déclaration gouvernementale du 3 juillet 1953

Texte intégral

EXTRAIT DU BULLETIN QUOTIDIEN D’OUTRE-MER DE L’AGENCE FRANCE PRESSE (n° 2077 - 4 juillet 1953)

LA DÉCLARATION DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS AUX ÉTATS ASSOCIÉS D’INDOCHINE

1PARIS, 4 juillet.

2Voici le texte de la déclaration que M. Joseph LANIEL, Président du Conseil, assisté de MM. Paul REYNAUD, vice-Président du Conseil, et Marc JACQUET, Secrétaire d’État, a faite ce matin aux représentants diplomatiques des gouvernements souverains des trois États Associés d’Indochine.

3« Le Gouvernement de la République Française, réuni en Conseil des Ministres, s’est livré à un examen des rapports de la France avec les États Associés d’Indochine.

4« Il estime le moment venu d’adapter les accords passés par eux avec la France, à la position qu’ils ont su acquérir, avec son entier appui, dans la communauté des peuples libres.

5« Respectueuse des traditions nationales et de libertés humaines, la France, au cours d’une coopération bientôt séculaire, a conduit le CAMBODGE, le LAOS et le VIETNAM au plein épanouissement de leur personnalité, et a maintenu leur unité nationale.

6« Par les accords de 1949, elle a reconnu leur indépendance et ils ont accepté de s’associer à elle dans l’Union Française.

7« Le Gouvernement de la République désire faire aujourd’hui une déclaration solennelle.

8« Durant le délai de quatre années, qui s’est écoulé depuis la signature des accords, la fraternité d’armes s’est affirmée davantage entre les armées de l’Union Française et les armées nationales des États Associés, grâce au développement de celles-ci qui prennent chaque jour une part plus importante à la lutte contre l’ennemi commun.

9« Dans le même temps, les institutions civiles des trois nations se sont mises en mesure d’assumer l’ensemble des compétences incombant aux états modernes tandis que l’audience internationale de leurs gouvernements s’est étendue à la majorité des pays qui constituent l’organisation des Nations unies.

10« La France juge que dans ces conditions, il y a lieu de parfaire l’indépendance et la souveraineté des états associés d’Indochine en assurant, d’accord avec chacun des trois gouvernements intéressés, le transfert des compétences qu’elle avait encore conservées dans l’intérêt même des états en raison des circonstances périlleuses nées de l’état de guerre.

11« Le Gouvernement Français a décidé de convier chacun des trois gouvernements à convenir avec lui du règlement des questions que chacun d’eux estimera devoir poser dans les domaines économique, financier, judiciaire, militaire et politique, dans le respect de la sauvegarde des intérêts légitimes de chacune des parties contractantes.

12« Le Gouvernement de la République forme le vœu qu’une entente sur ces divers points vienne resserrer l’amitié qui unit la France et les États Associés dans l’Union Française. »

13(AFP)

14Source : AEF Fonds Trésor Β 33551.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable