Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La piastre et le fusil

 | 
Hugues Tertrais

Annexes

Annexe 13. La décision de dévaluer la piastre le 11 mai 1953

Texte intégral

1Télégramme « secret » du président du Conseil René Mayer au ministre d’État Jean Letourneau, informant ce dernier de la décision gouvernementale de dévaluer la piastre, vendredi 8 mai 1953.

2« 1. J’ai l’honneur de vous faire connaître que le gouvernement a décidé de dévaluer la piastre. La nouvelle parité sera fixée à 10 francs pour une piastre. Toutes les opérations de transfert commercial et financier se feront sur la base de la nouvelle parité à compter du lundi 11 mai 1953. Cette mesure est apparue comme inévitable dans les circonstances actuelles.

3« 2. Les consultations avec les États sont nécessairement tardives. Donnez instructions aux trois hauts-commissaires pour faire toutes les démarches (samedi) auprès des présidents et ministres des Finances des trois États pour les informer et justifier la décision.

4« 3. Expliquer les raisons de la mesure, en développant notamment les arguments suivants :

5– amélioration prévisible de la balance commerciale des États associés,

6– incitation aux détenteurs de capitaux à les conserver sur place,

7– atténuation d’un trafic démoralisateur [...],

8– mesure d’assainissement pour continuer la guerre dans les meilleures conditions.

9« 4. Insistez pour qu’il y ait l’incidence la plus faible au niveau des prix. Obtenez l’interdiction des exportations de riz [...]

10« 5. Des instructions seront bientôt données à l’Office Indochinois des changes [...]

11« 6. Nouveau régime des soldes et traitements à l’étude. En vigueur fin mai. »

12Source: Papiers Mayer, 363 AP 24, Archives nationales.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540