Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La piastre et le fusil

 | 
Hugues Tertrais

Annexes

Annexe 2. Lettre du ministre de la France d’outre-mer Marius Moutet au président du Conseil sur le caoutchouc d’Indochine

Texte intégral

1OBJET / Protection militaire des plantations de caoutchouc d’Indochine

2J’ai l’honneur de vous adresser ci-joint copie d’une lettre et d’une note que vient de m’adresser le Président des planteurs de caoutchouc au sujet de la protection des plantations d’Hévéas de la région Nord COCHINCHINE et Sud-Est CAMBODGE.

3De ces documents il ressort que la situation d’insécurité sur ces plantations qui était déjà sérieuse s’est encore aggravée récemment à la suite de la décision prise par l’autorité militaire de prélever sur les troupes affectées à la défense de cette région un bataillon destiné à opérer au Tonkin.

4Les colons craignent d’être mis dans l’obligation d’évacuer leurs plantations les unes après les autres si cette décision n’est pas rapportée et si, d’une façon plus générale, ils ne sont pas assurés d’une protection militaire suffisante.

5Or la conservation des plantations d’Hévéas d’Indochine est primordiale non seulement pour l’économie française mais encore pour l’économie de l’Indochine.

6Ces plantations représentent en effet un capital économique considérable. Elles ont nécessité beaucoup d’études, de patience, de courage, d’énergie et de temps. C’est une œuvre de longue haleine. Si elles sont détruites, elles ne pourront pas être reconstituées avant de longues années.

7Leur potentiel de production annuelle peut atteindre 80 à 100 000 tonnes de caoutchouc permettant de couvrir les besoins urgents de la Métropole ce qui, dans la situation actuelle de notre trésorerie, pauvre en devises, représente un avantage appréciable.

8L’industrie française du caoutchouc, qui utilise près de 50 000 ouvriers, ne peut, sans cette production, retrouver son niveau de 1939.

9Quant à l’Indochine, elle perdrait avec la disparition des plantations d’hévéas son principal, pour ne pas dire son unique poste d’exportation actuel et il serait à craindre que les travailleurs autochtones de ces entreprises, privés de ressources, ne soient de gré ou de force amenés à passer au VIET-MINH ce qui ne ferait qu’aggraver encore la situation.

10Enfin la destruction des plantations ne manquerait pas d’impressionner d’une façon défavorable l’opinion internationale et porterait un coup sensible à notre prestige.

11Pour toutes ces raisons j’appuie très fortement la requête des planteurs de caoutchouc d’Indochine.

12Je n’ignore certes pas les difficultés considérables auxquelles se heurte l’entretien d’effectifs militaires importants en Extrême-Orient néanmoins, étant donné l’importance des intérêts en jeu, j’estime que tout doit être fait pour préserver de la destruction les plantations d’hévéas d’Indochine. C’est pourquoi je me permets de suggérer l’envoi sur place, s’il était nécessaire, d’effectifs équivalents à la totalité ou partie des bataillons primitivement destinés à Madagascar et dont l’embarquement a été suspendu par votre décision N° 1325 DN/3/8 du 1er Août 1947./.

13Signé : Marius MOUTET

14P.A. Le Lieutenant-Colonel NOLETTE chargé de l’expédition des affaires courantes à la Direction des Affaires Militaires

15COPIE à :

16EMDN (Section coloniale)

17(3e Section)

18Direction des Affaires Économiques

19[Tampon du ministère de la France d’outre-mer / direction des Affaires militaires]

20Sources : SHAT, 4 Q 114

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540