Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La piastre et le fusil

 | 
Hugues Tertrais

Préface

Robert Frank

Texte intégral

1Toute guerre a un coût et le prix de la guerre est toujours trop lourd. En termes humains, bien entendu, mais aussi en termes financiers. Le constat est évident, même en cas de victoire. Alors, que dire d’une guerre perdue, comme la guerre d’Indochine qui aboutit à la catastrophe française de Dien Bien Phu ? Au prix de la guerre ne voit-on pas s’ajouter celui de la défaite ? C’est René Girault qui eut l’idée première de suggérer une recherche sur le coût de ce conflit. Il aimait favoriser toute étude tendant à mesurer le poids de l’économie et des finances dans l’histoire des relations internationales ; il savait que Hugues Tertrais s’intéressait à l’Asie du Sud-Est et qu’il maîtrisait parfaitement bien les questions financières et monétaires. D’où cette très honnête proposition qu’il lui fit de consacrer une thèse à ce beau sujet. Il est toujours difficile d’apprécier le temps qu’il faut pour réaliser une bonne idée. Une dizaine d’années plus tard, après une longue plongée dans une masse considérable d’archives (ministère de l’Economie et des Finances, Services historiques des armées, Archives nationales, archives parlementaires. Centre des archives d’outre-mer à Aix-en-Provence, etc.), Hugues Tertrais présente en 1998 une thèse magistrale. C’est une des dernières soutenances à laquelle a pris part René Girault, déjà miné par la maladie. Il était vraiment heureux de l’aboutissement de la recherche et enthousiaste sur la qualité des résultats du travail.

2De cette thèse est tiré le présent livre. À n’en point douter, l’ouvrage fera date parce que Hugues Tertrais, comme prévu, analyse le conflit Indochinois, non dans sa dimension militaire, bien connue, mais dans sa dimension financière, monétaire et économique. En outre, en prenant ce détour par l’économie, il développe une réflexion historique profonde qui permet une relecture politique complète de la guerre d’Indochine, de l’action de la France dans l’Union française, et des relations franco-américaines de l’époque.

3Tout d’abord, lorsque les finances publiques sont prises comme poste d’observation privilégié pour l’étude d’une guerre, il est possible de mieux évaluer la force des motivations dans les processus de décision liés au conflit. Toute guerre produit de la rhétorique, des vœux, des souhaits et des rêves stratégiques. Mais derrière les beaux discours, derrière les mots, il y a les chiffres, c’est-à-dire la réalité des faits et des engagements. Bref, l’historien qui compte ne s’en laisse pas conter : il pèse avec exactitude les sacrifices qu’un pays est réellement disposé à faire au nom de l’effort de guerre proclamé. Ces calculs conduisent Hugues Tertrais à éclairer d’une façon nouvelle la chronologie de la guerre d’Indochine. A la distinction classique entre deux périodes, celle de la guerre coloniale, puis de la guerre insérée dans la guerre froide, il substitue une périodisation plus complexe, en trois temps : le conflit colonial « aux moindres frais » entre 1945 et 1948, la phase de « dérive financière » de 1949 à 1951 qui, précocement, fait prendre conscience du boulet Indochinois, et la phase du désengagement financier massif, prélude au désengagement militaire entre 1952 et 1954.

4De fait, ce désengagement commence dès la deuxième période, avec le « jaunissement » des troupes comme on disait à l’époque, avec l’implication de plus en plus importante des États associés (le Laos, le Cambodge et le Vietnam de Bao Dai) et avec le début de l’aide venue des Etats-Unis. A propos du nouveau rôle attribué aux États associés, il faut saluer tout ce que Hugues Tertrais apporte de neuf sur une conférence relativement méconnue, celle de Pau, qui, de juin à décembre 1950, redéfinit et élargit les indépendances des trois pays concernés. A propos des premiers pas de l’assistance américaine, Hugues Tertrais montre comment, assez tôt, la France cherche à « vendre sa guerre » au leader du camp occidental. Avec la troisième phase, l’apport des Etats-Unis est tel que le désengagement français devient spectaculaire. D’une façon extrêmement convaincante, Hugues Tertrais révèle le vrai sens de la soudaine dévaluation de la piastre en mai 1953 : elle est précisément le signe le plus manifeste d’un retrait français, bien avant le retrait militaire. Tout a été fait en 1953 pour éviter une débâcle des finances publiques que beaucoup redoutaient, et la catastrophe est venue de là où on ne l’attendait pas : elle fut militaire, et non financière. De ce point de vue, l’ouvrage remet bien en perspective, et d’une façon très neuve, le désastre de Dien Bien Phu.

5Hugues Tertrais a préféré, et c’est de bonne méthode, présenter l’évolution, telle qu’elle pouvait être perçue par les contemporains, avant de présenter le bilan. Il a pu montrer ainsi que les esprits ont justement évolué parce que le conflit est apparu comme très coûteux. L’historien a le devoir de se mouler dans la psychologie des contemporains, car leurs représentations fabriquent de la réalité : ici le coût prévu a été à l’origine des décisions qui ont conduit au très réel désengagement français. Mais, rien n’interdit à l’historien de calculer le coût réel et final et le mérite de Hugues Tertrais est d’avoir démêlé un écheveau extrêmement complexe. Certes, la guerre d’Indochine a coûté cher. Certes, les contemporains ont eu raison d’avoir peur. A ces charges du conflit en Asie s’ajoutaient les nécessités du réarmement sur le front européen face à la menace soviétique jugée encore plus dangereuse depuis le début de la guerre de Corée. Cette conjonction explique pourquoi en 1952, le pays connaît le taux-record - hors guerres mondiales - des dépenses militaires par rapport au PIB : plus de 12 % (les records précédents, à la veille des deux grands conflits, étaient de 4 % en 1913 et 8 % en 1938). Mais, au total, la France ne finança que 60 ou 70 % de sa guerre. L’Amérique paya beaucoup, surtout à la fin du conflit : près de 80 % de la charge en 1954. Au bout du compte, Hugues Tertrais démontre avec force comment le prix de la guerre d’Indochine a été relativisé. On comprend mieux pourquoi la France a résisté financièrement. Elle a même eu de quoi dépenser pour la modernisation de son économie, qui n’a donc pas été hypothéquée par le drame Indochinois. Le prix a plutôt été payé par la péninsule, meurtrie, balkanisée, laissée comme un grand champ ouvert à la guerre civile et à une nouvelle guerre étrangère.

6Le lecteur découvrira bien d’autres richesses dans le présent ouvrage : sur la guerre entre la monnaie française et la monnaie du Viet Minh, sur les transferts financiers qui s’en retournent en France, sur le trafic des piastres, sur les relations entre Paris et Washington. Il lira également toute une réflexion historique sur les comptes de la puissance française, les choix de la France entre l’Empire et l’Europe, ainsi que les interférences entre les événements d’Asie et la querelle tout à fait concomitante de la CED (Communauté Européenne de Défense). En démontrant que « la piastre » a compté au moins autant que le « fusil », Hugues Tertrais nous conduit à revisiter et à réinterpréter la guerre d’Indochine. Mais il nous incite aussi, d’une façon heureuse et stimulante, à opérer toute une réévaluation de la politique extérieure française de l’époque.

Auteur

Professeur à l’Université de Paris I - Sorbonne

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540