Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La coordination des transports en France

 | 
Nicolas Neiertz

Annexes

Annexe I. Les ministres chargés des transports de 1918 à nos jours

Texte intégral

I. FIN DE LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE, 1918-1940

112 septembre 1917-19 janvier 1920 : Albert Claveille, ministre des Travaux publics et des Transports (et de la Marine marchande à partir du 5 mai 1919).

2A. Claveille (1865-1921) est un fonctionnaire du ministère des Travaux publics, dont il grimpe peu à peu tous les échelons. Directeur des Chemins de fer de l’Etat de 1911 à 1917, il est également secrétaire général du ministre de l’Équipement Albert Thomas en 1914, puis sous-secrétaire d’État aux Travaux publics et aux Transports (et au Ravitaillement jusqu’au 19 mars 1917) du 14 décembre 1916 au 11 septembre 1917, avant de devenir ministre. Il participe à ce titre à la préparation de la convention ferroviaire de 1921, achevée par son successeur. Il est élu sénateur lors de son départ du gouvernement, un peu plus d’un an avant sa mort.

320 janvier 1920-13 juin 1924 : Yves Le Trocquer, ministre des Travaux publics (et des Ports et de la Marine marchande à partir du 29 mars 1924).

4Y. Le Trocquer (1877-1938) est un ingénieur (polytechnicien, Ponts et Chaussées). Il est nommé directeur de l’ΟΝΝ en 1915, puis est élu député en 1919. Il est sous-secrétaire d’État aux Finances, chargé de la liquidation des stocks de guerre (27 novembre 1919-19 janvier 1920), avant de devenir ministre des Travaux publics. Il participe en 1937-1938 au Conseil supérieur des Transports.

514 juin 1924-16 avril 1925 : Victor-Louis Peytral, dit Victor-Peytral, ministre des Travaux publics.

6Victor-Peytral (1874-1964) est le fils du ministre des Finances Paul Peytral (1842-1919). Magistrat radical-socialiste, il entre au gouvernement comme sous-secrétaire d’État à l’Intérieur (12 septembre-15 novembre 1917) et est élu sénateur en 1920.

717 avril-28 octobre 1925 : Pierre Laval, ministre des Travaux publics.

8P. Laval (1883-1945), avocat, est élu député socialiste en 1914 et maire d’Aubervilliers en 1923. Le ministère des Travaux publics est le premier d’une longue série de portefeuilles : sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil et aux Affaires étrangères, chargé de la présidence du Conseil (28 novembre 1925-8 mars 1926), ministre de la Justice (9 mars-18 juillet 1926), du Travail et de la Prévoyance sociale (2 mars- 12 décembre 1930 et 2 février-2 juin 1932), de l’Intérieur et président du Conseil (27 janvier 1931-13 janvier 1932), des Affaires étrangères et président du Conseil ( 14 janvier-19 février 1932, 7 juin 1935-23 janvier 1936), des Colonies (9 février-13 octobre 1934), des Affaires étrangères (13 octobre 1934-6 juin 1935), ministre d’État, vice-président du Conseil (16 juin-12 juillet 1940). Sous le régime de Vichy, il est successivement ministre-secrétaire d’État, vice-président du Conseil (12 juillet-5 septembre 1940), vice-président du Conseil, chargé de l’information et de la coordination des différents ministères (6 septembre-12 décembre 1940), chef du gouvernement, ministre-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, à l’Intérieur et à l’Information (18 avril 1942-20 août 1944).

929 octobre 1925-22 juin 1926 : Anatole de Monzie, ministre des Travaux publics.

10A. de Monzie (1876-1947), avocat, député radical, occupe de nombreux postes ministériels en plus de celui des Travaux publics : secrétaire d’État à la Marine, chargé de la marine marchande (22 mars-8 décembre 1913), secrétaire d’État au Commerce, à l’Industrie et aux Postes et Télécommunications, chargé des transports maritimes et de la marine marchande (12 septembre-15 novembre 1917), ministre des Finances (3-16 avril 1925 et 19-23 juin 1926), de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (17 avril-11 octobre 1925), de la Justice (11-28 octobre 1925), de l’Éducation nationale (3 juin 1932-29 janvier 1934).

1123 juin-18 juillet 1926 : Charles Daniel-Vincent, ministre des Travaux publics.

12C. Daniel-Vincent (1874-1960) est professeur de lettres à l’École normale de Paris, puis député radical. Il entre au gouvernement comme sous-secrétaire d’État à la Guerre, chargé de l’aéronautique militaire (20 mars-11 septembre 1917). Il détient successivement les ministères de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (12 septembre-15 novembre 1917), du Travail (16 juin 1921-14 janvier 1922), du Travail et de l’Hygiène (29 mars-8 juin 1924), du Commerce et de l’Industrie (29 octobre 1925-22 juin 1926) et des Travaux publics.

1319-22 juillet 1926 : Orly André-Hesse, ministre des Travaux publics.

14O. André-Hesse (1874-1940) est avocat, ministre des Colonies en 1925 (17 avril-28 octobre).

1523 juillet 1926-10 novembre 1928 : André Tardieu, ministre des Travaux publics.

16A. Tardieu (1876-1945) est ancien élève de l’École normale supérieure, fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, journaliste au Figaro et au Temps, député républicain de gauche, haut-commissaire aux États-Unis pendant la Grande Guerre (15 avril-11 septembre 1917 et 17 avril-19 juin 1918), commissaire général des Affaires de Guerre franco-américaines (19 juin 1918-1er avril 1919). Puis il occupe de nombreux postes ministériels entre 1920 et 1934 : ministre des Régions libérées (6 novembre 1919-19 janvier 1920), de l’Intérieur (11 novembre 1928-2 novembre 1929), de l’Intérieur et président du Conseil (3 novembre 1929-20 février 1930 et 2 mars-12 décembre 1930), de l’Agriculture (27 janvier 1931-13 janvier 1932), de la Guerre (14 janvier-19 février 1932), des Affaires étrangères et président du Conseil (20 février-2 juin 1932), ministre d’État (9 février-7 novembre 1934).

1711 novembre 1928-2 novembre 1929 : Pierre Forgeot, ministre des Travaux publics.

18P. Forgeot (1888-1956), avocat, est député républicain socialiste.

193 novembre 1929-20 février 1930 : Auguste Pernot, ministre des Travaux publics.

20A. Pernot (1879-1962), avocat, est député républicain, vice-président du Conseil et ministre de la Justice (8 novembre 1934-6 juin 1935), ministre du Blocus (13 septembre 1939-20 mars 1940), puis de la Famille française (5-16 juin 1940).

2121 février- 1er mars 1930 : Edouard Daladier, ministre des Travaux publics.

22E. Daladier (1884-1970) est agrégé d’histoire, député radical en 1919 et titulaire de nombreux ministères de 1924 à 1940 : ministre des Colonies (14 juin 1924-16 avril 1925), de la Guerre (29 octobre-27 novembre 1925, 18 décembre 1932-30 janvier 1933 et 26 octobre 1933-29 janvier 1934), de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (28 novembre 1925-8 mars 1926 et 19-22 juillet 1926), de la Guerre et président du Conseil (31 janvier-25 octobre 1933), des Affaires étrangères et président du Conseil (30 janvier-8 février 1933), de la Défense nationale et de la Guerre et vice-président du Conseil (4 juin 1936-21 juin 1937 et 18 janvier-9 avril 1938), de la Défense nationale et de la Guerre (12 juin 1937-17 janvier 1938 et 21 mars-18 mai 1940), de la Défense nationale et de la Guerre et président du Conseil (10 avril 1938-13 septembre 1939), de la Défense nationale et de la Guerre, des Affaires étrangères et président du Conseil (13 septembre 1939-20 mars 1940), des Affaires étrangères (18 mai-5 juin 1940).

232 mars-12 décembre 1930 : Auguste Pernot, ministre des Travaux publics.

2413 décembre 1930-26 janvier 1931 : Edouard Daladier, ministre des Travaux publics.

2527 janvier 1931-19 février 1932 : Maurice Deligne, ministre des Travaux publics.

26M. Deligne (1861-1939) est avocat puis magistrat, haut-fonctionnaire des ministères de la Justice puis des Finances, député de la gauche radicale, sous-secrétaire d’État à la Marine (3 novembre 1929-20 février 1930).

2720 février-2 juin 1932 : Charles Guernier, ministre des Travaux publics et de la Marine marchande.

28C. Guernier (1870-1943) est agrégé et docteur en droit, député radical, sous-secrétaire d’État à la Marine, chargé de la marine marchande (10-13 juin 1914), haut-commissaire auprès du gouvernement britannique pour le règlement des affaires maritimes interalliées (10 avril-11 septembre 1917) et ministre des PTT (27 janvier 1931-19 février 1932).

293 juin-17 décembre 1932 : Edouard Daladier, ministre des Travaux publics.

3018 décembre 1932-30 janvier 1933 : Georges Bonnet, ministre des Travaux publics.

31G. Bonnet (1889-1973), auditeur au Conseil d’État, est élu député radical en 1924 et entre au gouvernement comme sous-secrétaire d’État à la Présidence du Conseil, chargé de la présidence du Conseil (17 avril-28 octobre 1925). Par la suite, il détient de nombreux portefeuilles ministériels de 1925 à 1939 : ministre du Budget (29 octobre-27 novembre 1925), des Pensions (19-22 juillet 1926), du Commerce et de l’Industrie (21 février-1er mars 1930 et 7 juin 1935-4 juin 1936), des PTT (13 décembre 1930-26 janvier 1931), des Finances (31 janvier-25 novembre 1933 et 22 juin 1937-17 janvier 1938), ministre d’État (18 janvier-12 mars 1938) et ministre des Affaires étrangères (10 avril 1938-13 septembre 1939).

3231 janvier 1933-8 février 1934 : Joseph Paganon, ministre des Travaux publics.

33J. Paganon (1880-1937), docteur en chimie, est élu député du cartel des gauches en 1924. Il est sous-secrétaire d’État à la Présidence du Conseil et des Affaires étrangères, chargé des Affaires étrangères (3 juin-17 décembre 1932), puis ministre de l’Intérieur (7 juin 1935-23 janvier 1936).

349 février-8 novembre 1934 : Pierre-Étienne Flandin, ministre des Travaux publics.

35P.-É. Flandin (1889-1958), ancien élève de l’École libre des Sciences politiques, secrétaire particulier d’Alexandre Millerand, devient député (bloc national) en 1919, puis sous-secrétaire d’État aux Travaux publics, chargé de l’aéronautique et des transports aériens (20 janvier-17 février 1920 et 19 février 1920-15 janvier 1921), ce qui lui ouvre une longue carrière ministérielle : ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes et Télécommunications (9-13 juin 1924), du Commerce et de l’Industrie (3 novembre 1929-20 février 1930 et 2 mars-12 décembre 1930), des Finances (27 janvier 1931-2 juin 1932), président du Conseil (8 novembre 1934-31 mai 1935), ministre d’État (7 juin 1935-23 janvier 1936), ministre des Affaires étrangères (24 janvier-4 juin 1936 et, sous le régime de Vichy, 13 décembre 1940-9 février 1941).

368 novembre 1934-31 mai 1935 : Henri Roy, ministre des Travaux publics.

37H. Roy (1873-1950), journaliste dreyfusard, est élu député radical en 1906, puis sénateur. Il est commissaire au Ravitaillement (15 juillet 1919-19 janvier 1920) et ministre de l’Intérieur (21 mars-18 mai 1940).

381er-6 juin 1935 : Joseph Paganon, ministre des Travaux publics.

397 juin 1935-23 janvier 1936 : Laurent-André Eynac, dit Laurent-Eynac, ministre des Travaux publics.

40Laurent-Eynac (1886-1970), avocat, est député radical-socialiste, commissaire général aux Essences et Pétroles (2 juin 1920-16 janvier 1921), sous-secrétaire d’État aux Travaux publics, chargé de l’aéronautique et des transports aériens (16 janvier 1921-28 mars 1924, 14 juin 1924-17 avril 1925, 20 avril 1925-10 mars 1926 et 23 juin-18 juillet 1926), haut-commissaire aux Travaux publics, chargé de l’aéronautique et des transports aériens (17-20 avril 1925), ministre de l’Air (14 septembre 1928-12 décembre 1930 et 21 mars-16 juin 1940), des PTT (18 décembre 1932-25 octobre 1933) et du Commerce et de l’Industrie (26 octobre 1933-29 janvier 1934, 1-6 juin 1935).

4124 janvier-4 juin 1936 : Camille Chautemps, ministre des Travaux publics.

42C. Chautemps (1885-1963) est le fils du député Émile Chautemps, ministre des Colonies en 1895 et de la Marine en 1914. Élu député radical-socialiste en 1919, puis sénateur, il occupe de très nombreux postes ministériels de 1924 à 1940 : ministre de l’Intérieur (14 juin 1924-16 avril 1925, 28 novembre 1925-8 mars 1926, 19-22 juillet 1926 et 3 juin 1932-25 novembre 1933), de la Justice (29 octobre-27 novembre 1925), de l’Intérieur et président du Conseil (21 février-1er mars 1930, 26 novembre 1933-29 janvier 1934), de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (13 décembre 1930-26 janvier 1931), ministre d’État (4 juin 1936-21 juin 1937), président du Conseil (22 juin 1937-12 mars 1938), vice-président du Conseil, chargé de la coordination des services à la présidence du Conseil (10 avril 1938-20 mars 1940), vice-président du Conseil, chargé de la coordination (21 mars-16 juin 1940), ministre d’État, vice-président du Conseil (16 juin-12 juillet 1940).

434 juin 1936-21 juin 1937 : Albert Bedouce, ministre des Travaux publics.

44A. Bedouce (1869-1947) est élu maire de Toulouse en 1906, puis député socialiste.

4522 juin 1937-12 mars 1938 : Henri Queuille, ministre des Travaux publics.

46H. Queuille (1884-1970) est professeur de médecine, député radical-socialiste et membre de très nombreux gouvernements de 1920 à 1953 : sous-secrétaire d’État à l’Agriculture (20 janvier 1920-15 janvier 1921), ministre de l’Agriculture (14 juin 1924-16 avril 1925, 19 juillet-10 novembre 1926, 21 février-1er mars 1930, 18 décembre 1932-8 novembre 1934 et 10 avril 1938-20 mars 1940), de la Santé publique (13 décembre 1930-26 janvier 1931), de la Santé publique et de l’Éducation physique (8 novembre 1934-31 mai 1935), des PTT (3 juin-17 décembre 1932), du Ravitaillement (21 mars-16 juin 1940), commissaire d’Etat du CFLN (10 novembre 1943-3 juin 1944), membre du GPRF (4-10 septembre 1944), ministre d’Etat (26 juillet-4 septembre 1948 et 11 août 1951-19 janvier 1952), ministre des Finances et des Affaires économiques et président du Conseil (11 septembre 1948-12 janvier 1949), président du Conseil (12 janvier-27 octobre 1949), vice-président du Conseil (28 octobre 1949-7 février 1950, 8 janvier 1953-18 juin 1954), ministre de l’Intérieur (7 février-ler juillet 1950 et 12 juillet 1950-9 mars 1951), ministre de l’Intérieur et président du Conseil (2-11 juillet 1950, 10 mars-10 août 1951), vice-président du Conseil et ministre d’État (20 janvier 1952-7 janvier 1953).

4713 mars-9 avril 1938 : Jules Moch, ministre des Travaux publics.

48J. Moch (1893-1985) est un ingénieur (polytechnicien, Marine). Proche de Léon Blum, il est élu député socialiste et devient sous-secrétaire d’État à la Présidence du Conseil en 1937 (26 mai-21 juin). Il occupe plusieurs postes ministériels importants au début de la IVe République : ministre de l’Intérieur (24 novembre 1947-27 octobre 1949 et 17-31 mai 1958), ministre de l’Intérieur et vice-président du Conseil (28 octobre 1949-7 février 1950), ministre de la Défense nationale (12 juillet 1950-10 août 1951).

4910 avril-23 août 1938 : Ludovic-Oscar Frossard, ministre des Travaux publics.

50L.-O. Frossard (1889-1946) est tout d’abord instituteur communiste. Élu député socialiste, il évolue vers le centre lors de ses passages au gouvernement : ministre du Travail (1er juin 1935-4 juin 1936), ministre d’État, chargé des services de la présidence du Conseil (18 janvier-12 mars 1938), ministre de la Propagande (13 mars-9 avril 1938) et de l’Information (21 mars-5 juin 1940).

5123 août 1938-5 juin 1940 : Anatole de Monzie, ministre des Travaux publics.

525 juin-12 juillet 1940 : Ludovic-Oscar Frossard, ministre des Travaux publics (et des Transmissions, du 16 au 27 juin).

II. ÉTAT FRANÇAIS, 1940-1944

5312 juillet-6 septembre 1940 : François Pietri, secrétaire d’État aux Communications.

54F. Pietri (1882-1966), ancien élève de l’École libre des Sciences politiques, est inspecteur des Finances. Élu député modéré en 1924, il est sous-secrétaire d’État aux Finances (23 juin-18 juillet 1926), puis ministre des Colonies (3 novembre 1929-20 février 1930, 2 mars-12 décembre 1930 et 26 octobre-25 novembre 1933), du Budget (27 janvier 1931-19 février 1932), de la Défense nationale (20 février-2 juin 1932), des Finances (30 janvier-4 février 1934) et de la Marine (1er juin 1935-4 juin 1936).

556 septembre 1940-18 avril 1942 : Jean Berthelot, secrétaire d’État aux Communications.

56J. Berthelot (1897-) est ingénieur (polytechnicien, Mines), employé à la SNCF, dont il est directeur général adjoint en 1939-1940. Il entre en politique en 1938 en devenant le directeur de cabinet d’Anatole de Monzie.

5718 avril-18 novembre 1942 : Robert Gibrat, secrétaire d’État aux Communications.

58R. Gibrat (1904-1980) est ingénieur (polytechnicien, Mines), docteur en droit, employé de plusieurs entreprises privées. Il devient, en 1940, directeur de l’électricité du ministère de la Production industrielle.

5918 novembre 1942-20 août 1944 : Jean Bichelonne, secrétaire d’État aux Communications.

60J. Bichelonne (1904-1944) est ingénieur (polytechnicien), proche de Raoul Dautry, qui le choisit, comme chef de cabinet au ministère de l’Armement en 1939-1940. Il est secrétaire d’État à la Production industrielle (18 avril 1942-21 novembre 1943), puis ministre-secrétaire d’État à la Production industrielle et au Travail (23 novembre 1943-20 août 1944).

III. CFLN, GPRF, QUATRIÈME RÉPUBLIQUE, 1943-1958

617 juin 1943-8 novembre 1945 : René Mayer, commissaire aux Communications et à la Marine marchande (et des Transports à partir du 9 novembre 1943) du CFLN jusqu’au 9 septembre 1944, puis ministre des Transports et des Travaux publics.

62R. Mayer (1895-1972) est auditeur puis maître des requêtes au Conseil d’État. Secrétaire général du Conseil supérieur des Chemins de fer, il est vice-président de la Compagnie des Chemins de fer du Nord et administrateur de la Banque Rothschild frères. Il anime les négociations sur la fusion des réseaux ferroviaires et la création de la SNCF en 1937. Il occupe plusieurs postes ministériels importants sous la IVe République : ministre des Finances et des Affaires économiques (24 novembre 1947-26 juillet 1948 et 10 août 1951-17 janvier 1952), de la Défense nationale (26 juillet-11 septembre 1948), Garde des Sceaux-ministre de la Justice (29 octobre 1949-10 août 1951), président du Conseil (8 janvier-21 mai 1953).

6321 novembre 1945-23 novembre 1947 : Jules Moch, ministre des Travaux publics et des Transports (et de la Reconstruction du 16 décembre 1946 au 21 janvier 1947, de la Reconstruction et de l’Urbanisme du 22 octobre au 23 novembre 1947, président du CGP du 4 au 23 novembre 1947).

6424 novembre 1947-5 septembre 1948 : Christian Pineau, ministre des Travaux publics et des Transports.

65C. Pineau (1904-) est cadre de grandes banques (Banque de France, Banque de Paris et des Pays-Bas, etc). Il est le gendre de l’écrivain Jean Giraudoux, dont il devient chef de cabinet au ministère de l’Information du régime de Vichy en 1940. Haut fonctionnaire du ministère du Ravitaillement jusqu’en septembre 1942, il entre alors dans la Résistance et, déporté, devient socialiste. A la Libération, il reçoit la charge du ministère du Ravitaillement (30 mai-21 novembre 1945), puis, brièvement, de celui des Finances et des Affaires économiques (5-11 septembre 1948). Par la suite, il est encore ministre des Affaires étrangères (1er février 1956-14 mai 1958).

665-10 septembre 1948 : Henri Queuille, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

6711 septembre 1948-7 février 1950 : Christian Pineau, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

687 février-2 juillet 1950 : Jacques Chastellain, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

69J. Chastellain (1885-1965) est armateur. Maire de Rouen, président du Conseil général de Seine-Maritime, il est élu député indépendant et devient sous-secrétaire d’Etat à la Marine marchande (28 octobre 1949-7 février 1950).

702-12 juillet 1950 : Maurice Bourgès-Maunoury, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

71M. Bourgès-Maunoury (1914-) est ingénieur (polytechnicien), employé dans plusieurs entreprises privées. Il participe à la Résistance et devient préfet à la Libération. Il occupe de nombreux postes ministériels sous la IVe République : secrétaire d’État au Budget (26 novembre 1947-26 juillet 1948), aux Forces armées (26 juillet-11 septembre 1948) et à la Présidence du Conseil (12 juillet 1950-11 août 1951), ministre adjoint à la Défense nationale (11 août 1951-20 janvier 1952), ministre de l’Armement (coordination, 20 janvier-8 mars 1952), des Finances (8 janvier-28 juin 1953), de l’Industrie et du Commerce (19 juin-3 septembre 1954), des Forces armées (20 janvier-23 février 1955), de l’Intérieur (23 février 1955-ler décembre 1956 et 16 novembre 1957-14 mai 1958), de la Défense nationale et des Forces armées (1er février 1956-13 juin 1957), président du Conseil (13 juin-6 novembre 1957).

7212 juillet 1950-8 mars 1952 : Antoine Pinay, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

73A. Pinay (1891-1995) est à l’origine un fabricant de chapeaux. Élu maire de Saint-Chamond (Rhône) en 1929, député en 1936, sénateur en 1938, il vote en 1940 les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et entre en 1941 au Conseil national créé par le régime de Vichy. Il participe néanmoins à la Résistance, si bien qu’il retrouve un siège de député (indépendant) dès 1946. Il est secrétaire d’État aux Affaires économiques (11 septembre 1948-28 octobre 1949), président du Conseil et ministre des Finances et des Affaires économiques (8 mars 1952-8 janvier 1953), ministre des Finances et des Affaires économiques (23 juillet 1958-13 janvier 1960).

748 mars 1952-28 juin 1953 : André Morice, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

75A. Morice (1900-1990) est à l’origine entrepreneur de travaux publics. Élu maire radical de Nantes, il évolue vers le centre et occupe de nombreux postes ministériels sous la IVe République : sous-secrétaire d’État à l’Enseignement technique (26 novembre 1947-26 juillet 1948), secrétaire d’État à la présidence du Conseil, chargé de l’enseignement technique (26 juillet 1948-5 septembre 1949), secrétaire d’État à l’Enseignement technique, à la Jeunesse et aux Sports (11 septembre-18 octobre 1949, 28 octobre 1949-2 juillet 1950 et 12 juillet 1950-11 août 1951), ministre de l’Éducation nationale (2-12 juillet 1950), de la Marine marchande (11 août 1951-8 mars 1952), de l’Industrie et du Commerce (23 février 1955-1er février 1956) et de la Défense nationale et des Forces armées (13 juin-6 novembre 1957).

7628 juin 1953-19 juin 1954 : Jacques Chastellain, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

7719 juin-14 août 1954 : Jacques Chaban-Delmas, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

78J. Chaban-Delmas (1915-) est ancien élève de l’École libre des Sciences politiques et journaliste spécialisé dans la vie économique. Pendant la guerre, il fait l’Ecole militaire de Saint-Cyr, puis il entre dans la Résistance, ce qui lui vaut de devenir, à 29 ans, le plus jeune général de France en 1944. Il passe le concours de l’Inspection des Finances en 1943. A la Libération, il est élu député radical-socialiste, puis maire de Bordeaux en 1947. Il sera par la suite président du Conseil régional. Gaulliste, il participe néanmoins à plusieurs gouvernements de la IVe République, ce qui explique son absence du gouvernement durant les présidences du général de Gaulle : ministre, du Logement et de la Reconstruction (3 septembre-12 novembre 1954), ministre d’État (21 février 1956-13 juin 1957), ministre de la Défense nationale et des Forces armées (6 novembre 1957-14 mai 1958), Premier ministre (20 juin 1969-5 juillet 1972).

7914 août-3 septembre 1954 : Maurice Bourgès-Maunoury, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

803 septembre 1954-23 février 1955 : Jacques Chaban-Delmas, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

8125 février 1955-1er février 1956 : Edouard Corniglion-Molinier, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

82E. Corniglion-Molinier (1898-1963) est à l’origine un producteur de films. Pendant la guerre, il participe à la Résistance et devient général. A la Libération, il devient journaliste et dirige notamment Paris-Presse, puis il rejoint le parti gaulliste, le RPF. Il entre toutefois dans plusieurs gouvernements de la IVe République, ce qui explique sa disgrâce lors du retour de de Gaulle au pouvoir en 1958 : ministre d’État (28 juin 1953-19 juin 1954), Garde des Sceaux-ministre de la Justice (13 juin-6 novembre 1957), ministre d’État, chargé du Sahara (14 mai-ler juin 1958).

831er février 1956-13 juin 1957 : Auguste Pinton, secrétaire d’Etat chargé des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

84A. Pinton (1901-1984) est un instituteur devenu professeur d’Université. Il participe à la Résistance, puis, proche d’Edouard Herriot, il est élu sénateur radical (groupe de la gauche démocratique) et devient premier adjoint au maire de Lyon.

8513 juin 1957-1er juin 1958 : Edouard Bonnefous, ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

86E. Bonnefous (1907-) est le fils du ministre de la IIIe République Georges Bonnefous. Professeur de géographie, il participe à la Résistance et est l’un des premiers délégués de la France à l’ONU. Il élabore un plan européen des transports qui marque la construction européenne dans les années 1950. Député UDSR puis indépendant, il est ministre du Commerce (20 janvier-8 mars 1952), ministre d’État (8 janvier-28 juin 1953), ministre des PTT (23 février 1955-1er février 1956).

IV. CINQUIÈME RÉPUBLIQUE, 1958 à nos jours

879 juin 1958-16 mai 1962 : Robert Buron, ministre des Travaux publics et des Transports (et du Tourisme jusqu’au 4 octobre 1958).

88R. Buron (1910-1995) est haut fonctionnaire en charge du cinéma sous le régime de Vichy, puis il entre dans la Résistance en 1944. Proche du MRP, il évolue peu à peu vers la gauche. Administrateur général de la Radiodiffusion française, il devient ministre de la France d’outre-mer (19 juin 1954-20 janvier 1955) et des Finances, des Affaires économiques et du Plan (20 janvier-23 février 1955).

8916 mai-28 novembre 1962 : Roger Dusseaulx, ministre des Travaux publics et des Transports.

90R. Dusseaulx (1913-) est élu député MRP en 1946. En 1958, il devient secrétaire général de l’UNR. Il est ministre délégué auprès du Premier ministre pour les Relations avec le Parlement (15 août 1958-16 mai 1962).

9128 novembre 1962-8 janvier 1966 : Marc Jacquet, ministre des Travaux publics et des Transports.

92M. Jacquet (1913-1983) est un industriel du bâtiment et des travaux publics. Il participe aux partis gaullistes successifs (RPF, UNR, UDR, RPR), et est secrétaire d’État à la Présidence du Conseil, chargé des relations avec les États associés (28 juin 1953-30 mai 1954).

938 janvier 1966-28 avril 1967 : Edgar Pisani, ministre de l’Équipement (et du Logement du 6 au 28 avril 1967).

94E. Pisani (1918-) est sénateur (gauche démocratique), ministre de l’Agriculture (24 août 1961-8 janvier 1966), puis de la Nouvelle-Calédonie (21 mai-15 novembre 1985).

957 avril 1967-20 juin 1969 : Jean Chamant, ministre des Transports.

96J. Chamant (1913-) est député (républicains indépendants), secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères (20 octobre 1955-1er février 1956).

9728 avril 1967-31 mai 1968 : François-Xavier Ortoli, ministre de l’Équipement et du Logement.

98F.-X. Ortoli (1925-) est inspecteur des Finances, ministre de l’Éducation nationale (31 mai-10 juillet 1968), de l’Economie et des Finances (12 juillet 1968-20 juin 1969) et du Développement industriel et de la Recherche scientifique (23 juin 1969-6 juillet 1972).

9931 mai-10 juillet 1968 : Robert Galley, ministre de l’Équipement et du Logement.

100R. Galley (1921-) est ingénieur (Commissariat à l’Énergie atomique), président de l’Institut de Recherche informatique en 1967, puis ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la recherche scientifique et des questions atomiques et spatiales (12 juillet 1968-20 juin 1969), ministre des Postes et Télécommunications (22 juin 1969-5 juillet 1972), des Armées (5 avril 1973-27 mai 1974), de la Coopération (27 août 1976-13 mai 1981) et de la Défense (22 décembre 1980-13 mai 1981).

10112 juillet 1968-5 juillet 1972 : Albin Chalandon, ministre de l’Équipement et du Logement.

102A. Chalandon (1920-) est un homme d’affaires, élu député gaulliste en 1967, ministre de l’Industrie (31 mai-10 juillet 1968), puis Garde des Sceaux-ministre de la Justice (20 mars 1986-10 mai 1988).

10320 juin 1969-31 décembre 1970 : Raymond Mondon, ministre des Transports.

104R. Mondon (1914-1970) est un magistrat. Après avoir pris part à la Résistance, il suit le général de Gaulle au RPF, devient député, puis est brièvement secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur (20 janvier-23 février 1955).

1057 janvier 1971-5 juillet 1972 : Jean Chamant, ministre des Transports.

1066 juillet 1972-28 mars 1973 : Robert Galley, ministre des Transports.

1075 avril 1973-27 février 1974 : Yves Guéna, ministre des Transports.

108Y. Guéna (1922-) est élu député gaulliste en 1962, puis il détient successivement les ministères des Postes et Télécommunications (7 avril 1967-31 mai 1968 et 12 juillet 1968-20 juin 1969), de l’Information (31 mai-10 juillet 1968) et de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (1er mars-27 mai 1974).

1096 juillet 1972-27 février 1974 : Olivier Guichard, ministre de l’Équipement, du Logement et de l’Aménagement du Territoire (et du Tourisme du 12 juillet 1972 au 27 février 1974), puis ministre d’État, ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Équipement et des Transports du 1er mars au 27 mai 1974.

110O. Guichard (1920-) est le chef de cabinet du général de Gaulle pendant sa « traversée du désert » en 1951-1958. Élu député UDR en 1967, il devient successivement ministre de l’Industrie (7 avril 1967-31 mai 1968), ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du Plan et de l’aménagement du territoire (31 mai 1968-20 juin, 1969), ministre de l’Éducation nationale (22 juin 1969-5 juillet 1972), ministre d’État, Garde des Sceaux-ministre de la Justice (27 août 1976-29 mars 1977).

11128 mai 1974-25 août 1976 : Robert Galley, ministre de l’Équipement.

11227 août 1976-26 septembre 1977 : Jean-Pierre Fourcade, ministre de l’Équipement (et de l’Aménagement du Territoire à partir du 30 mars 1977).

113J.-P. Fourcade (1929-) est directeur adjoint du cabinet de Valéry Giscard d’Estaing au ministère des Finances avant de devenir lui-même ministre de l’Économie et des Finances (8 juin 1974-25 août 1976).

11427 septembre 1977-31 mars 1978 : Fernand Icart, ministre de l’Équipement et de l’Aménagement du Territoire.

115F. Icart (1921-) est un entrepreneur niçois.

1165 avril 1978-2 octobre 1980 : Joël Le Theule, ministre des Transports.

117J. Le Theule (1930-1980), député gaulliste, est successivement ministre des DOM-TOM (31 mai-12 juillet 1968), secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de l’information (12 juillet 1968-20 juin 1969) et ministre de la Défense (2 octobre-14 décembre 1980).

1182 octobre 1980-13 mai 1981 : Daniel Hoeffel, ministre des Transports.

119D. Hoeffel (1929-), docteur en droit, est sénateur. Il entre au gouvernement comme secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé et de la Famille (de la Santé et de la Sécurité sociale à partir du 4 juillet 1979, 6 avril 1978-2 octobre 1980).

12022 mai-22 juin 1981 : Louis Mermaz, ministre de l’Équipement et des Transports.

121L. Mermaz (1937-) est agrégé d’histoire, élu député socialiste en 1967. Il préside l’Assemblée nationale de 1981 à 1986.

12223 juin 1981-17 juillet 1984 : Charles Fiterman, ministre des Transports (ministre d’État jusqu’au 22 mars 1983).

123C. Fiterman (1933-) est le numéro deux du PCF lorsqu’il entre au gouvernement.

12419 juillet 1984-20 septembre 1985 : Paul Quilès, ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports.

125P. Quilès (1942-) est ministre de l’Urbanisme et du Logement (4 octobre 1983-19 juillet 1984), puis des Postes, des Télécommunications et de l’Espace (12 mai 1988-16 mai 1991) et de l’Intérieur et de la Sécurité publique (2 avril 1992-30 mars 1993).

12620 septembre 1985-20 mars 1986 : Jean Auroux, ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports.

127J. Auroux (1942-) est successivement ministre du Travail (22 mai 1981 -29 juin 1982), ministre délégué aux Affaires sociales, chargé du travail (29 juillet 1982-22 mars 1983), secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie et de la Recherche, chargé de l’énergie (24 mars 1983-17 juillet 1984), secrétaire d’État auprès du ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports, chargé des transports (23 juillet 1984-20 septembre 1985).

12820 mars 1986-9 mai 1988 : Pierre Méhaignerie, ministre de l’Équipement, du Logement, de l’Aménagement du Territoire et des Transports.

129P. Méhaignerie (1939-) est ingénieur agronome. Élu député centriste en 1973, il entre au gouvernement comme secrétaire d’État à l’Agriculture (12 janvier 1976-29 mars 1977), puis ministre de l’Agriculture (30 mars 1977-13 mai 1981) et Garde des Sceaux-ministre de la Justice (30 mars 1993-16 mai 1995).

13012 mai-23 juin 1988 : Louis Mermaz, ministre des Transports.

13128 juin 1988-19 décembre 1990 : Michel Delebarre, ministre des Transports et de la Mer (et de l’Équipement et du Logement à partir du 22 février 1989).

132M. Delebarre (1946-), proche de Pierre Mauroy, est secrétaire général de la mairie de Lille, puis directeur de cabinet du Premier ministre en 1982-1984, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation profesionnelle (19 juillet 1984-20 mars 1986), des Affaires sociales et de l’Emploi (12 mai-23 juin 1988), ministre d’État, ministre de la Ville (et de l’Aménagement du Territoire à partir du 16 mai 1991, 19 décembre 1990-avril 1992) et ministre d’État, ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives (2 avril 1992-30 mars 1993).

13319 décembre 1990-2 avril 1992 : Paul Quilès, ministre de l’Équipement, du Logement, des Transports et de l’Espace.

1342 avril 1992-30 mars 1993 : Jean-Louis Bianco, ministre de l’Équipement, du Logement et des Transports.

135J.-L. Bianco (1943-) est secrétaire général de la Présidence de la République de 1982 à 1991, avant d’entrer au gouvernement comme ministre des Affaires sociales et de l’Intégration (16 mai 1991-2 avril 1992).

13630 mars 1993-16 mai 1995 : Bernard Bosson, ministre de l’Équipement et des Transports.

137B. Bosson (1948-) est le fils d’un sénateur centriste. Conseiller municipal, puis conseiller général, il est élu maire d’Annecy en 1983, puis député UDF-CDS en 1986. Il entre au gouvernement comme secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, chargé des collectivités locales (20 mars-19 août 1986), puis comme ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des affaires européennes (19 août 1986-20 mai 1988).

13816 mai 1995-3 juin 1997 : Bernard Pons, ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Équipement et des Transports.

139B. Pons (1926-) est médecin. Proche de Georges Pompidou, il est élu député gaulliste en 1967 et entre au gouvernement comme secrétaire d’État à l’Agriculture (23 juin 1969-28 mars 1973). Il est ensuite ministre des DOM-TOM (20 mars 1986-9 mai 1988).

1403 juin 1997- : Jean-Claude Gayssot, ministre de l’Équipement, des Transports et du Logement.

141J.-C. Gayssot (1944-) est un ancien cheminot devenu cadre dirigeant du Parti communiste, où il occupe des fonctions de niveau national depuis 1979, notamment dans le secteur de l’organisation. Il est élu député en 1986 (puis réélu par la suite) et maire de Drancy en Seine-Saint-Denis en 1997.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540