Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs des Télécommunications dans la France contemporaine

 | 
Pascal Griset

L’affirmation d’une identité : de la création du CNET et ‎de la DGT aux années 1970‎

Discussion. L’État et les Télécommunications

Régis Guillaume, Jacques Maire, François du Castel, Philippe Dupuis, Christian Marbach, Gabrielle Gauthey, Hervé Nora, Philippe Picard, Patrice Carré, Charles Rozmaryn et Xuanzi Xu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Régis Guillaume1
Merci pour cette invitation à la discussion. La parole est à la salle.

Jacques Maire2
Je suis un cas un peu particulier parce que j’ai été le premier ingénieur des Mines à avoir « traîné mes bottes » aux PTT. J’y ai passé cinq ans de 1969 à 1974. Trois ans en tant que conseiller technique, durant lesquels je me suis occupé essentiellement des Postes et des services financiers, et deux ans comme directeur de cabinet.

Je me permettrai donc d’apporter quelques compléments à ce qui a été dit. Je dirais d’abord que cette période de ma vie de cinq années passées au ministère des PTT est certainement un de mes meilleurs souvenirs. J’ai trouvé beaucoup d’intérêt à communiquer avec les administrateurs des PTT, avec les ingénieurs des Télécoms, et j’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour ces ingénieurs parce que je n’ai jamais pu comprendre la commutation. On m’a pourtant expliqué plusieurs fois comment marchait un central téléphonique mais ça n’a jamais pénétré !

Je voulais ra...

Auteurs

Président de séance.

Professeur d’aménagement de l’espace et d’urbanisme à l’université Toulouse-Le Mirail depuis 2007, Régis Guillaume a participé à l’ouvrage La construction des politiques locales. Reconversions industrielles et systèmes locaux d’action publique en 1998 et a publié Globalisation, systèmes productifs et dynamiques territoriales. Regards croisés au Québec et dans le Sud-Ouest français, 2005.

Ingénieur en chef des Mines.

Ingénieur des Télécommunications, décédé en 2012.

Grand témoin, ingénieur des Télécommunications (X 1951, ENST 1956), Philippe Dupuis a été nommé à la direction des Services radioélectriques de la DGT en 1956. Détaché en 1962 à France Câbles et Radio, il a dirigé des projets techniques dans de nombreux pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Il a ensuite participé à partir de 1973 à la création de la direction des Télécommunications des réseaux extérieurs. Il est devenu directeur général de Sofrecom en 1979, puis délégué aux Télécommunications mobiles à la DGT en 1981. Dans cette fonction, il a animé la participation française à l’élaboration de la norme GSM.

Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La Jaune et la Rouge.

Vice-présidente en charge des affaires gouvernementales pour le groupe Alcatel-Lucent, Gabrielle Gauthey est membre du comité exécutif du groupe. Elle est aussi présidente du GITEP et vice-présidente de la FIEEC en charge des STIC (Fédération des industries électriques, électroniques et de communication). De 2003 à 2008, elle était membre du collège de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes). En 2000, elle est nommée au poste de directrice des nouvelles technologies d’information et de communication à la Caisse des dépôts et consignations, où elle est responsable du programme de « développement numérique régional » par mandat de l’État (Comité interministériel d’aménagement du territoire – CIADT). De 1998 à juillet 2000, elle est directrice adjointe de la Sofirad, et directrice générale du SAT, le premier bouquet de radio et télévision français par satellite en Afrique. De 1995 à 1997, elle est conseiller technique chargée des technologies d’information et de télécommunication pour François Fillon, alors ministre chargé de la Poste, des Télécommunications et de l’Espace. Gabrielle Gauthey a débuté sa carrière chez France Télécom et est entrée à la DATAR en 1992 en tant que directrice du département des investissements étrangers en France et secrétaire générale du réseau « Invest in France ».

Grand témoin, Hervé Nora est diplômé de l’École polytechnique, de l’École nationale supérieure des télécommunications, et du Master of Sciences in Management de la Sloan School du MIT. Il a tenu, de 1971 à 1982, de multiples postes à la direction générale des Télécommunications, à la DATAR, en cabinets ministériels.
Début 1983, il crée la société Bull CP8, filiale du groupe Bull en charge du développement des cartes à puce CP8, dont il est le PDG jusqu’en 1987. Il est alors nommé à la tête de la direction des services et des activités nouvelles du groupe Bull.
En 1991, il rejoint Framatome où il crée la direction des activités informatiques du groupe. Hervé Nora quitte ce poste et le groupe Areva en 2002 pour prendre la présidence de Telfix SA, société de télémise à jour des cartes Vitale, dont il est l’un des fondateurs.

Actuellement président de l’AHTI (Association pour l’histoire des télécommunications et de l’informatique), Philippe Picard est X-Télécom et a travaillé vingt ans à la DGT. Il y a notamment piloté le lancement du réseau Transpac. Il a été ensuite dix-sept ans chez Bull en charge des diverses activités de télécommunications. De 1980 à 1982, il a été président de l’Amicale des ingénieurs des Télécommunications (l’AIT).

Historien de formation, Patrice Carré dirige le département relations institutionnelles à la direction des relations avec les collectivités locales France Télécom Orange. Il est également chargé de cours à Télécom Paris Tech (École nationale supérieure des télécommunications), où il enseigne l’histoire et la sociologie de l’innovation, ainsi qu’au CELSA (université Paris Sorbonne/École des hautes études en sciences de l’information et de la communication). Il est l’auteur ou le coauteur de très nombreux articles scientifiques et d’une dizaine de livres sur les relations entre technologie, société, politique et culture parmi lesquels : Télégraphe : innovations techniques et société au xixe siècle, 1996, Le téléphone, le monde à portée de voix, Gallimard, 1993, ou encore, avec Alain Beltran La Fée et la servante, la société française face à l’électricité xixe-xxe siècle, Belin, 1991, préface d’Alain Corbin et traduction japonaise en 1999.

Ingénieur général des Télécoms, Charles Rozmaryn (X63) a été directeur général de France Télécom de 1991 à 1995. Il a ensuite été président de Télécom Developpement/Cegetel, premier opérateur fixe alternatif, de 1997 à 2004. Il a commencé sa carrière au CNET où, de 1968 à 1978, il a travaillé au développement des systèmes de commutation électronique, en dirigeant notamment, de 1975 à 1978, le département CEA (commutation électronique et automatismes) d’Issy-les-Moulineaux. Après un passage au cabinet du ministre de l’Éducation (1979-1981), il a été le chef du service de l’industrie à la DGT.

Étudiante chinoise venue étudier à la Sorbonne.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540